Nos Partenaires

Auteur Sujet: [Récit de voyage au long cours] Coté Madudu  (Lu 4993 fois)

17 janvier 2011 à 16:43:38
Lu 4993 fois

Madudu


Je poursuis donc le fil de Thorgaal de mon coté, comme il l'a souhaité  :)
Je raconte donc ici ce qui s'est passé de mon coté une fois seul  :)

Je ne me souviens plus bien, mais en gros, ça donne à peu prêt ça :

Une fois seul je me suis rendu d'une chose, mon tempérament dépressif reviens vite une fois que les petits doutes de la vie de tous les jours reviennent, faute de l'avis d'un autre. Je me suis assez vite frotté aux questions du type : "Mais qu'est-ce que je fais, là?" "Où vais-je, pourquoi?". Bref, j'ai métaphysiqué pas mal  ::)

J'avais avec moi une carte du Sud de la France, et je décidais d'esquiver une grande plaine en la contournant par l'Est. Pour être exact, je pris la nationale en direction de Beley... grave erreur  ;#
Une ligne droite, où les voitures blindent comme pas possible. Je ne voulais pas faire demi-tour, le moral en aurait pris un sérieux coup et c'était pas le moment. Mais voilà, aucune échappatoire. La nationale courrait entre deux gros massifs montagneux, et aucune bifurcation en vue... Au bout de je sais pas combien de bornes, il me vient à l'esprit que si je ne parvient pas à me dégager de là je vais dormir à coté de la route  :o

Je trace donc, de plus en plus vite, et je fini par trouver un gros sentier qui longe la nationale, un ruisseau et des pâtures. La situation s'améliore donc, et je prend finalement le temps de faire une rapide toilette à la rivière (j'étais franchement crade). Plus loin, je tombe sur une petite vallée qui, comme la nationale, se trouve prise entre deux massifs montagneux. A première vue, elle se dirige vers le Sud-Ouest. Ca me va, je pourrais ainsi rejoindre la vallée du Rhône (j'avais décidé y a un moment déjà de passer en Ardèche et non dans la Drôme).

Cette route fût une véritable bénédiction, car calme et le paysage était magnifique. Des bois, beaucoup, et des pâtures. Des belles pierres, des gens souriant... le bonheur  :love:
Alors que les deux premiers jours ne m'avaient réservé que de faibles dénivelés, le troisième me fit grimper par des routes et des sentiers tortueux. Je me dirigeait vers de le col de [je sais plus quoi] où j'espérais pouvoir passer de coté de la vallée du Rhône. j'y allais un peu au hasard de la boussole, en passant parfois par des petits sentier absolument merveilleux, entouré par une atmosphère humide et d'un rouge flamboyant. L'automne, là-bas, est vraiment superbe  :love:

Je ne croisais pas grand monde sur la route, mais le moral était remonté. Je me sentais bien.
Je finis par passer le col, et redescendre vers la vallée du Rhône. Là, un homme d'une cinquantaine d'année me propose de m'avancer, alors que je ne lui avait rien demandé. C'était un éleveur de moutons à la retraite, très sympa, avec ces tiques de langages dignes des dessins animés : "Ha p'tit ! t'as du caractère toi, j'taime bien ! tu sais moi j'suis parti d'rien, et beh j'ai eu une bonne vie. toi tu vas faire pareil, p'tit, t'as du caractère !"  :love:

Il me laissait finalement [je sais plus où] dans la grande plaine que j'avais voulu éviter. Là, c'est l'horreur, la vrai  :'(
Nul sentier, que des routes, partout. Des villages dans lesquels les hommes se barricades derrière des clôtures d'1m50 de haut, davantage destinées à protéger les passants des molosses qui se trouvent derrière, que leur propriété...

Je cherche désespérément un endroit où dormir, mais je me sens mal, cette région m'inspire la crainte et le dégoût. Alors que je marchais de nuit, sous la pluie, protégé par mon poncho, une femme d'une trentaine d'année s'arrête pour me prendre en stop. Une fois de plus je n'avais rien demandé, mais acceptais avec gratitude. Je lui expliquais que je cherche un bois où dormir, elle me dépose dans l'un d'eux.
Passent plusieurs jours, et j'arrive à Vienne. j'espère y trouver un cybercafé pour trouver du WWOOF (c'est Thorgaal qui a l'annuaire).
A quelques Km de Vienne, une voiture s'arrête à ma hauteur. Le conducteur me demande si je n'ai pas vu un vieux labrador noir, qui s'est échappé de chez lui. Je lui dis que non. Il me demande si je suis dans la galère. Je lui dis que non, que je vais à Vienne. Il me répond qu'il peut m'y emmener, qu'il repasse dans 15 minutes avec son camion pour le boulot, et qu'il m'y emmène si je le souhaite. J'accepte et le remercie. Le mec à l'air louche, et c'est tout de suite l'image d'un psychopathe qui me vient à l'esprit quand je pense à lui.

Je pose donc mon sac au rond-point sur lequel on s'est donné rendez-vous, et fais du stop en espérant que quelqu'un me prenne avant qu'il n'arrive. Personne ne me prend, et le mec m'amène donc à Vienne, juste devant un cybercafé. Avant de me déposer il me demande si je veux passer la nuit chez lui, le temps de faire une lessive, de prendre une douche et de manger copieusement. Je ne décline pas l'invitation, mais ne cache pas ma méfiance. Il me dit qu'il m'attendra vers 20H en face de la poste, et que je ne suis pas obligé de venir. Je ne suis toujours pas rassuré, mais je suis crade, mes vêtements aussi. Ca fait longtemps que je n'ai pas bien manger, et si je cherchais du WWOOF c'était justement pour me mettre au vert. Je décide de prendre le risque malgré tout.

Je passe donc l'aprem' dans le cybercafé, je note dans un calepin 13 adresses WWOOF en Ardèche, fais quelques courses et me rend devant la poste où j'attends. Là, un homme d'affaire, cheveux gominés, parfumé, mastiquant nerveusement un chewing-gum. Nous discutons un moment, et malgré l'air qu'il se donne, il se désole autant que moi -sinon plus- de la marche du monde. Il fait parti de ces gens qui subissent la vie dans cette société, mais qui, si l'occasion se présentait, participerait volontiers à son démantèlement.

Le mec se pointe, comme prévu. Nous nous rendons chez lui, en périphérie de Vienne. Il me parle tout le long du trajet de sa sexualité pour le moins libertine (boite à partouze, toussa  :lol: ). Sa prose est ponctuée à intervalle régulier par des "Ha mais pas d'pitié quoi" (à prononcer avec un accent de vieil aristocrate pervers), en parlant des femmes qu'il a ou veut "tringler". Il n'a pas l'air dangereux, mais je me méfie.

D'autant plus qu'une fois arrivé chez lui, il me sert un copieux apéro à base de pastis. Au 3e je lui dis que ce sera suffisant pour moi. Lui continu, il en bois 5 en l'espace d'1/2 heure... Je découvre qu'il s'agit d'un alcoolique qui se justifie tant bien que mal pour se persuader qu'il ne l'est pas. Je lance une machine, prend une douche. A partir de là, il me fera des avances toute la soirée, sous plusieurs formes : "Mais pas d'pitié quoi, on est tous fait pareil [autre tic de langage], viens ! On se matte un porno" ; "Tiens je vais te montrer ta chambre, c'est aussi la mienne mais y a de la place" je lui répond qu'il n'y a qu'un lit, "Mais ! Deux places !". Je fini par obtenir de dormir sur le canapé du salon.
Le lendemain il me redépose à Vienne, sans qu'aucun incident ne soit à déclaré (Ouf!  ;# ).

De là je reprend la route et tombe rapidement sur un bar tenue par une jolie demoiselle ( ;D). je m'y arrête pour lire le journal, et j'y passe finalement toute la matinée, et finis par y prendre mon déjeuner.
Après cela je ne me souviens plus trop, puis je me retrouver à la frontière entre l'isère et l'ardèche. Là je découvre qu'un vrai ciel bleu comme on n'en voit que dans le Sud, ça signifie des nuits où ça caille franchement. Les paysages sont sympa, les gens moins. les opportunités pour le bivouak sont limitées (j'ai dormi sur une table de pic-nique, le sol étant jonché de cannettes et autres déchets...), mais le moral tient le coup quand même.

J'arrive enfin en Ardèche ! Mais je perd mon poncho sur la route, et un vieil homme qui jardinait dans son jardin m'avais prévenu que la pluie était prévue pour le lendemain... Je me pose à un Kebab, dont la présence dans un petit village était étonnante, pour oublier mon malheur. Le patron me vois arriver en souriant, sa femme aussi. Il aime bien la rando, et me sort son sac 80L de l'armée. On discute un peu, m'invite à prendre une douche (y en avait une dans le kebab, qui était anciennement un appartement). Je lui demande s'il ne sait pas où je pourrais trouver un poncho, et il me dit qu'il connait justement un type qui tient un surplus militaire à une 20aine de bornes  :doubleup:

Je me dirige à l'endroit indiqué, non loin du petit village de Lemps. Je fais du stop, à tout hasard, de peur que je ne parvienne pas à l'endroit indiqué suffisamment tôt pour trouver un lieu de bivouac par la suite. Une voiture remplie à ras-bord de jeunes babacools me proposent de me prendre, mais je ne sais pas bien où je trouverais la place de monter, et ils ne m'avanceront que de 2 km. Je les remercie et continu. Je me fait finalement prendre par un gars qui croit savoir où je vais, et fini par me déposer dans une ville à 10 bornes et 500m de dénivelé positif de mon objectif  ^-^ . Il aura réussi à me faire perdre du temps, ce qui n'est pas vraiment l'objectif du stop... J'arrive au surplus militaire à la tombée de la nuit. Je suis accueilli par un gars super sympa qui, dès qu'il apprend que je vais dormir dehors, me propose le gite et le couvert  :)

ca tombe bien, j'accepte. Je l'aide à charger son camion (il a une foire le lendemain), lui propose de l'aide pour la foire. Il accepte, et je resterais finalement chez lui pendant un mois  ;D
Pendant ce long mois, je travaillerais une semaine chez un de ses voisins chevrier, je l'aiderais pour les trucs de tous les jours (faire des colis, l'accompagner aux foires, la vaisselle, toussa), je glanderais pas mal aussi (en cause, un abus d'épices récréatives locales  ;# ), et je ferais l'étude attentive d'un manuel d'écologie destiné aux bac+5, qui se trouvait dans ses toilettes sèches, sous un bouquin de Chomsky  :blink:

Il me déposera à Montélimar en voiture. De là je suivrait la départementale, en passant par le château de Grignan (très sympa, surtout l'équipe technique que j'ai croisé au café  :love: ), puis par Taulignan (le resto des artistes y fait de très bonnes pizza pour pas trop cher). C'est un super beau pays, où on peut couper à travers champs à volonté ou presque. De très belles pierres, encore, et surtout... des chênes verts, partout partout  :love:

Petit bémol, nous somme fin novembre, et ça caille pas qu'un peu, d'autant que la région est ventée  ;#
Je me dirige d'abord vers Dieulefit, mais rebrousse chemin vers Nyons (cyber, WWOOF, toussa) après avoir passé une nuit par trop froide dans une carlingue d'express  ::)

Arrivé à Valréas (15km de Nyons), je fumais une clope avant de faire du stop, quand un mec me fait signe, genre : "Tu fais du stop ?". Je lui répond par signe que oui, il s'arrête. C'est un guide naturaliste qui opère dans les Baronnies, on parle et il me dit qu'un de ses potes d'enfance est hôte WWOOF dans les baronnies, qu'il peut m'y emmener  :doubleup:

Quelques péripéties plus tard, je me retrouve le soir même à une réunion très conviviale des guides naturalistes des Baronnies  :blink:
Là j'apprend qu'il y a trop de neige, que je ne pourrais pas monter faire du WWOOF tout de suite. Mais le hasard est heureux, un éleveur présent à la réunion à besoin d'un coup de main pour quelques jours  :lol:

Le cul bordé de nouilles, ouai  ;D

Je reste chez lui 3 ou 4 jours, c'est un mec dont la compagnie apporte le calme. Nous discuterons des heures durant, et j'apprendrais ce que c'est que la montagne caillouteuse avec de la neige  ;# C'est casse-gueule : les cailloux glissent les uns sur les autres, le terrain est piégé de partout, la neige cache tout ça et l'inclinaison du sol en donne presque le vertige  ::) J'ai a-d-o-r-é ! Et puis, les paysages...les paysages !  :love:

Après cela je monte chez Lucas, l'hôte WWOOF de tout à l'heure. J'y passerais environ 2 semaines avant de rentrer à Paris. Pour ceux qui font du WWOOF, sachez que Lucas Millot est un hôte extraordinaire. J'aurais passé les meilleurs moments de ce voyage chez lui, et je repartirais avec un ami en plus, et un vrai. De ceux qu'on aime et à qui on veut tout le bien du monde  :love:

Voilà pour ma part :)

17 janvier 2011 à 18:30:39
Réponse #1

Kilbith


Citer
Il me dit qu'il m'attendra vers 20H en face de la poste, et que je ne suis pas obligé de venir.

The piège selon Joule et Bauvois :

Citer
"La technique du « mais vous êtes libre de »
Il a été récemment montré, qu’en en appelant explicitement au sentiment de liberté, on pouvait amener les gens à faire ce qu’ils n’auraient pas fait d’eux-mêmes. A titre d’exemple,  le recours à la technique du « mais vous êtes libre de » a permis à des chercheurs  de multiplier par 4 leur chance de se voir offrir de l’argent par un inconnu. La technique est pourtant d’une simplicité enfantine. Après avoir formulé une requête donnée (ici : “ Excusez-moi, auriez-vous un peu de monnaie pour prendre le bus ? ”),  on utilise une formule comme : “ Mais vous êtes libre d'accepter ou de refuser. ” Et dans cette recherche, les donateurs se montrèrent plutôt généreux puisqu’ils donnèrent une somme correspondant à peu près au prix d'un ticket de bus, deux fois plus que les personnes sollicitées sans qu’ait été utilisée la technique du « mais vous êtes libre de ».
D’autres recherches conduites par les mêmes chercheurs  montreront, qu’en tablant sur cette technique, on pouvait même augmenter la probabilité que des internautes visitent un site Web. Là encore, ce n’est pas bien compliqué. Il suffit de remplacer “ cliquez ici ” par “ vous êtes libre de cliquer ici ”."


 13 : Guéguen, N. et  Pascual, A. (2000). Evocation of freedom andcompliance : the "but you are free of..." technique.Current Research in Social Psychology, 5, 264-270.
 14 :  Guéguen, N., LeGouvello, J., Pascual, A., Morineau, T., Jacob, (sous presse). Request solicitation and semantic evocation of freedom : An evaluation in a computer-mediated communication context. Perceptual and Motor Skills, 95, 208-212




Source : http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=1&ved=0CBgQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.lsv.ens-cachan.fr%2F~finkel%2F2006-07%2FJA-petite%2520intro%2520a%25CC%2580%2520l%2527engagement.doc&ei=p3s0TZDOC4SVOobB6bUC&usg=AFQjCNG5INlUln1qNQLH8NpSiYtjF1uE6Q


Attention donc à la manipulation!  ;)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

17 janvier 2011 à 21:31:54
Réponse #2

Madudu


A propos du mec chelou, déjà je me suis méfié jusqu'au bout. Mais sans pour autant paniquer, parce qu'il n'y avait pas de raison de paniquer.
Ce n'était qu'un libertin au bout du compte. Je me suis un peu senti comme ces femmes que je vois dans la rue qui se font draguer par des gros lourds qui insistent et insistent encore, sans qu'aucune forme de violence ne soit envisagé.

Ce mec, c'était juste un gros lourd. Et s'il avait vraiment voulu me forcer il aurait pu : j'ai fais l'erreur de laisser mon verre de pastis sans surveillance pendant 1 ou 2 minutes... en fait j'en était conscient, mais je ne voulais pas montrer ma suspicion parce que même s'il était lourd, il avait pas l'air d'en être conscient. Et moi, quand je suis accueilli chez quelqu'un, je ne suis pas là pour juger ou être désagréable  ;)

Bon, faut relativiser dans les deux sens quoi, c'était pas sans danger, mais force est de constater après coup qu'il n'y avait pas de menace  :)

EDIT : en effet je ne fréquente pas plus que ça la section "Survie urbaine", et pour cause : ça ne m'intéresse pas  ;#
« Modifié: 17 janvier 2011 à 21:43:34 par Madudu »

17 janvier 2011 à 21:38:43
Réponse #3

sharky


Et moi, quand je suis accueilli chez quelqu'un, je ne suis pas là pour juger ou être désagréable  ;)

Bon, faut relativiser dans les sens quoi, c'était pas sans danger, mais force est de constater après coup qu'il n'y avait pas de menace  :)

C'est ce qu'aurait pu dire Natacha Kampush après dix ans de captivité: J'ai trouvé bizarre la camionnette garée sur le chemin de l'école alors je me suis méfiée jusqu'au bout quand j'ai pas changé de route et que je suis quand même passée à côté et qu'il m'a enlevé.

Je taquine un peu, content qu'il ne te soit rien arrivé mais STP, fais gaffe la prochaine fois à moins que tu aimes les plans un peu glauques.

C'était ma minute "père la morale" :lol:
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

17 janvier 2011 à 21:46:27
Réponse #4

Madudu


EDIT : je vais pas renchérir finalement, je ne suis pas un bon exemple et beaucoup de personnes sont susceptibles de me lire. Alors je vous dirais simplement que la prudence impose de ne pas faire ce que j'ai fait, mais que je ne regrette pas de l'avoir fait  ;)
« Modifié: 17 janvier 2011 à 21:52:20 par Madudu »

17 janvier 2011 à 21:55:40
Réponse #5

Patrick


Ce mec, c'était juste un gros lourd. Et s'il avait vraiment voulu me forcer il aurait pu : j'ai fais l'erreur de laisser mon verre de pastis sans surveillance pendant 1 ou 2 minutes... en fait j'en était conscient, mais je ne voulais pas montrer ma suspicion parce que même s'il était lourd, il avait pas l'air d'en être conscient. Et moi, quand je suis accueilli chez quelqu'un, je ne suis pas là pour juger ou être désagréable  ;)
On est vraiment dans la quatrième dimension là.

Feu l'adjudant Pierre Chanal doit s'en retourner dans sa tombe de ne pas être tombé sur toi.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Chanal

17 janvier 2011 à 22:15:20
Réponse #6

Madudu


Patrick

Tu donnes un lien vers une sombre histoire de viols avec torture, le tout filmé et qui se fini par des meurtres.
Ce lien donne une description de la personnalité du mec. Et, en gros, c'était un mec irréprochables sous tous rapport aux yeux de son entourage. Ce qui rappel d'autres faits divers médiatisés, notamment de pédophiles respectés de tous avant de tomber par hasard sur des preuves accablantes.

Je ne vois pas d'analogie sérieuse avec le fait décris ici...

D'autant plus qu'il prenait ses victimes en stop, auquel cas le seul moyen de se prémunir de ce genre de personne est de ne pas faire de stop... Alors tu prends les risques que tu veux, mais personnellement je ne me méfierais pas des inconnus au point de ne pas faire de stop et de ne jamais accepter l'hospitalité lorsqu'elle est offerte.

Le mec dont j'ai parlé ne cachait pas ses tendances sexuelles, et en parlait même très ouvertement. C'est entre autre pour ça que j'ai accepté son invitation, paradoxalement. Car il ne se cachait pas, et même si ça peut être pris comme une stratégie, alors tout ce que pourra te dire quelqu'un peut être pris pour une stratégie visant au viol, meurtre et autres.

 ;)

17 janvier 2011 à 22:32:31
Réponse #7

Patrick


Je ne vois pas d'analogie sérieuse avec le fait décris ici...
L'analogie est simple, dehors il y a des tordus dont le seul objectif est de chasser leur proie et je crois bien que l'objectif du forum n'est pas de leur faciliter la tâche.

Tu m'objecteras les statistiques qui sont en ta faveur, certes, mais ne le sont pas pour tous, hélas.

17 janvier 2011 à 22:34:21
Réponse #8

Madudu


Et un double-post, un :p

Parce que j'ai pas forcément décris les choses comme j'aurais dû. En tous cas je ne l'aurais pas fais ainsi si j'avais su quelles seraient vos réactions.
Je vais le défendre le bonhomme, parce qu'il ne mérite pas le procès que vous lui faite -et du mien  ;D . J'étais crade, le moral dans les chaussettes et il s'est arrêté pour me proposer un coup de pouce, ne l'oublions pas ! il était chelou, c'est vrai. Et à ce moment là la bonne morale de survie urbaine dont vous vous faites les apôtres aurait dit qu'il ne fallait pas m'aider, sait-on jamais que je sois un mec déséquilibré capable du pire...

De même pour cette femme qui s'est arrêtée pour me prendre en stop, de nuit et sous la pluie. J'étais vêtu de mon poncho, quand elle s'est arrêtée elle ne savait pas quelle tronche j'avais. Elle ne savait pas si j'étais jeune ou vieux, potentiellement dangereux ou non. Et ben elle s'est arrêtée pour me prendre, pour m'aider. Je lui suis reconnaissant, et heureusement que des personnes comme elle existe !
Elle n'a pas été prudente, mais elle a bien fait, car elle voulait aider.

A bon entendeur, salut

17 janvier 2011 à 22:39:03
Réponse #9

Patrick


L'analogie est simple, dehors il y a des tordus dont le seul objectif est de chasser leur proie et je crois bien que l'objectif du forum n'est pas de leur faciliter la tâche.

Mais ils ont de beaux jours devant eux grâce à :

J'étais crade, le moral dans les chaussettes et il s'est arrêté pour me proposer un coup de pouce, ne l'oublions pas ! il était chelou, c'est vrai. Et à ce moment là la bonne morale de survie urbaine dont vous vous faites les apôtres aurait dit qu'il ne fallait pas m'aider, sait-on jamais que je sois un mec déséquilibré capable du pire...

De même pour cette femme qui s'est arrêtée pour me prendre en stop, de nuit et sous la pluie. J'étais vêtu de mon poncho, quand elle s'est arrêtée elle ne savait pas quelle tronche j'avais. Elle ne savait pas si j'étais jeune ou vieux, potentiellement dangereux ou non. Et ben elle s'est arrêtée pour me prendre, pour m'aider. Je lui suis reconnaissant, et heureusement que des personnes comme elle existe !
Elle n'a pas été prudente, mais elle a bien fait, car elle voulait aider.

17 janvier 2011 à 22:44:32
Réponse #10

Madudu


Ils auront de beaux jours devant eux jusqu'à ce que les hommes soient incapables de prendre un risque pour un de leur semblable qu'ils ne connaissent pas, mais qu'ils savent en difficulté.

Ton discours Patrick, est odieux... 

Un mec étrange, dont l'étrangeté réside dans ses comportements sexuels, s'il n'est pour autant pas dangereux et que de surcroit il aide ses semblables sans avoir besoin de les connaitre est un homme bien. Bien meilleur que celui qui le dénigre parce qu'il est étrange !

 >:(

17 janvier 2011 à 22:46:32
Réponse #11

Leif


Citer
Elle n'a pas été prudente, mais elle a bien fait, car elle voulait aider.
:blink:

17 janvier 2011 à 22:56:52
Réponse #12

Madudu


Certes, ce n'est pas formulé au mieux. Mais j'écrivais dans la précipitation, car on fait un procès à un mec qui m'a aidé.
Et je voulais que de nouveau on le voit comme ça sur ce fil, par respect pour lui, car ce n'est pas un monstre.

Alors j'ai voulu faire le parallèle avec cette dame qui m'a elle aussi aidé dans des conditions qui font que ce n'était pas prudent pour elle. Elle l'a fait et je lui en suis reconnaissant, pour cette raison je n'aurais pas voulu qu'elle fasse autrement. Car il y a fort peu de chance pour qu'une autre personne s'arrête, s'il elle ne l'avait pas fait.

Vous le feriez, vous ? Avec vos raisonnements qui visent à se prémunir contre l'exception, vous m'auriez aidé ? Je n'en suis pas sûr. C'est une raison suffisante à mes yeux pour ne pas soutenir vos discours. Car je suis prêt à aider des gens dans le besoin, même si cela comporte des risques pour moi, et je l'ai déjà fait.

Que l'on insiste sur le fait que ce n'était pas prudent, c'est sensé, nous sommes sur un forum de survie. Pour autant, que l'on aille comparer un mec bien, même si lourd, à un monstre, je ne suis pas d'accord. Et comme je l'ai dit à Patrick, vous prennez les risques que vous voulez. Mais moi je continuerais à faire du stop, et aussi à être reconnaissant pour ceux qui m'ont aidé  ;)

17 janvier 2011 à 22:59:58
Réponse #13

Patrick


Ils auront de beaux jours devant eux jusqu'à ce que les hommes soient incapables de prendre un risque pour un de leur semblable qu'ils ne connaissent pas, mais qu'ils savent en difficulté.

Ton discours Patrick, est odieux...  

Un mec étrange, dont l'étrangeté réside dans ses comportements sexuels, s'il n'est pour autant pas dangereux et que de surcroit il aide ses semblables sans avoir besoin de les connaitre est un homme bien. Bien meilleur que celui qui le dénigre parce qu'il est étrange !

 >:(
Tu peux te draper dans un discours vertueux, trouver mon discours odieux ou même me trouver moi-même odieux.

Mais moi ce que je trouve terrible c'est qu'en ce moment même des adolescents et jeunes adultes te lisent et serront tentés de suivre ton exemple avec pas forcément la même lucidité, si on peut parler de lucidité et que d'autres moi bien intentionnés que tous ces gentils si pleins de bon sentiments s'en frottent les mains à l'avance.

Et tu m'excuseras d'avoir l'outrecuidance réactionnaire d'essayer d'aider mon prochain avec plus d'analyse et de vigilance que de bons sentiments.

Prévenir d'un risque réel et avéré, former les personnes à ne pas être des victimes c'est aussi aider son prochain, ne t'en déplaise.

17 janvier 2011 à 23:09:05
Réponse #14

Woodrunner


Bon on se calme,... les avis c'est comme les trous de cul on en a tous un et on ferait bien de s'assoire dessus.
Merci a Patrick d'avoir bien expliqué que c'était un comportement a risque,... relisez vos interventions mettez tous un peu d'eau dans votre vin et nettoyez un peu devant votre porte!


D'avance merci.
 

                                               Wood moderateur jusqu'à point d'heure.
Every citizen should be a soldier. This was the case with the Greeks and Romans, and must be that of every free state.
Thomas Jefferson
3rd president of US (1743 - 1826)

WOLWERINES!!!!!!!


"Une pomme par jour éloigne le médecin… pourvu que l'on vise bien."    

Winston Churchill

17 janvier 2011 à 23:14:11
Réponse #15

Kilbith


Bonsoir,

Il me semble qu'on digresse...

Madudu a choisit un style de voyage "aventureux". C'est sur qu'il y a des risques, mais aussi de belles rencontres possible.

Autant je me permettais de relever un point précis montrant la "manipulation" potentielle. Autant je ne jugeais pas la façon de faire de Madudu, pour peu qu'il soit conscient des risques mais qu'il les accepte compte tenu des gains potentiels...au final ce sont ses miches.  ;D

En revanche, il est aussi normal de mettre en relief, surtout ici, les dangers potentiels de ce type de "prise de risque" sinon on verrait seulement le coté romantique...et ce serait diablement tentateur pour de plus jeunes nous lisant. Et ce serait ballot qu'ils finissent dans un sous sol en compagnie de "Zed, La Crampe & Co", mais sans l'intervention de Bruce Willis.

Remercions Madudu pour son retex sans détours.

 ;)


« Modifié: 18 janvier 2011 à 09:24:48 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

17 janvier 2011 à 23:20:46
Réponse #16

Madudu


Cela suppose de ne faire guère que de la prévention. C'est le rôle de ce forum, de faire de la prévention.
Et c'est pour ça que je ne nie pas le fait que ce n'était pas prudent.

Par contre je n'irais pas, pour cette raison, encourager les gens à ne faire que de la prévention. Quand quelqu'un à besoin d'aide, et que cette personne est atypique (SDF de tous genres, dont moi, en l'occurrence) cela suppose de prendre un risque si on veut l'aider, car on ne peut pas aussi bien prévoir ses réactions que si elle était "banale".
Et c'est seulement ça que je défend.

Alors oui, c'était imprudent. Parce qu'en l'occurrence je n'ai pas pris de risque pour aider, mais pour être aidé. Dans l'optique de ce forum je n'aurais pas dû prendre ce risque. J'étais seulement crade et démotivé, et on peut dire que j'ai risqué le sur-accident, car j'aurais pu être confronté à une personne mal intentionnée. Ca n'a pas été le cas, tant mieux pour moi.
Et je n'encourage personne à faire ce que j'ai fait, que ce soit clair. Par contre je comprend très bien qu'on puisse le faire, car j'ai accepté le risque avant de le prendre. Ce que j'ai envie de dire à ceux qui me lisent, c'est qu'on peut prendre des risques, la seule condition étant de les prendre consciemment et d'en accepter les conséquences, qu'elles soient fâcheuses ou bienvenues.

On pourra dire que je n'aurais sans doute pas le même discours si la conséquence avait été fâcheuse, et c'est sans doute vrai. Mais outre le fait qu'on est là dans un domaine qui ne peut être connu (que ce serait-il passer si... ?), il est heureux que tous les hommes ne résonnent pas comme ceux qui ont été mutilés, violé ou que sais-je encore.



En voulant poster, j'ai vu les deux dernières réponses. Donc je poste, et on passe à autre chose  :)

17 janvier 2011 à 23:40:07
Réponse #17

Patrick


Pour préciser ma pensée, je respecte profondément ceux qui font en prenant des risques qu'ils assument en fonction d'un choix de vie. Ce qui est ton cas ET aussi le mien par d'autres aspects.

Mon propos n'est pas de dire que partir est stupide mais plutôt de partir en ayant pleinement conscience des risques possibles et que votre prochain n'est pas forcément qu'amour.

Rien de plus.

17 janvier 2011 à 23:59:00
Réponse #18

Madudu


Alors on est sur la même longueur d'onde, finalement  :)

18 janvier 2011 à 00:57:15
Réponse #19

Trekkal


"ainsi,apres s'etre expliqués, ils s'en allerent finalement tous deux matter un bon porno..."
« Modifié: 18 janvier 2011 à 01:03:31 par Trekkal »

18 janvier 2011 à 01:09:45
Réponse #20

Madudu



18 janvier 2011 à 01:17:31
Réponse #21

supernomade


haha pas mal trekkal !

Hé bien j'encourage notre ami Madudu, je trouve qu'il a un très bon esprit et que c'est quelqu'un qui est prêt à être serviable pour ceux qui ont en besoin, j'aime. Et en tout cas, c'est pas le genre de gars à se laisser manipuler par ce qu'on peut entendre par les médias et toutes ces conneries.

Bon le coup du pervers, il a pris un risque ok si vous voulez, il le trouvait "chelou", ça c'est bien passé mais ça aurait pu se passer mal s'il était un peu plus psychotique dans sa tête ^^ Alors peut être que Madudu prendra conscience qu'il a finalement fait une erreur et lorsqu'il reverra un gars chelou cette fois il se barrera, ne dit-on pas que les erreurs sont faîtes pour apprendre ? Il a eu de la chance si vous voulez pour cette fois il ne recommencera pas et voilà.

Ecoute ce que te dicte ton coeur et ta conscience, il n'y a que ça de vrai.
"Les profondeurs de l'âme humaine se nourrissent de nouvelles expériences !"

18 janvier 2011 à 09:30:20
Réponse #22

Kilbith


Citer
Alors peut être que Madudu prendra conscience qu'il a finalement fait une erreur et lorsqu'il reverra un gars chelou cette fois il se barrera

Citer
Le mec dont j'ai parlé ne cachait pas ses tendances sexuelles, et en parlait même très ouvertement. C'est entre autre pour ça que j'ai accepté son invitation, paradoxalement. Car il ne se cachait pas, et même si ça peut être pris comme une stratégie, alors tout ce que pourra te dire quelqu'un peut être pris pour une stratégie visant au viol, meurtre et autres.

Madudu a fait une remarque pleine de bon sens :
Les prédateurs, ne sont pas obligatoirement "Chelous". Ceux qui sont "chelous" ils sont somme toute facile à gérer et/ou à éviter. Les prédateurs à la "bonne mine" sont eux particulièrement dangereux.

Dans les posts de Madudu je vois aussi, et surtout, "l'éloge de la main tendue" ce qui est admirable.

 ;)
« Modifié: 18 janvier 2011 à 10:00:06 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

18 janvier 2011 à 12:46:11
Réponse #23

jeantroovpa


Tu as l'air d'avoir eu envie de voir du pays et des gens d'horizons différents.
Ca fait de l'expérience et donne surement de la matière pour réfléchir (je parles pas que du mec chez qui tu voulais faire ta lessive  ;# )  :)

Je te souhaiterai pas bonne chance mais bon courage tout de même ;)
« Modifié: 18 janvier 2011 à 13:06:11 par mist »

19 janvier 2011 à 20:53:08
Réponse #24

thorgaal


Je viens seulement de voir ton post, sacrée aventure!

Personnellement, ton mec, je pense que je l'aurais pas suivi, quel que soit mon état. Tu lui as trouvé tout de suite l'air louche, c'est le genre d'intuition auquel je me serais fié. Ceci dit, j'adhère à fond à ton discours, heureusement qu'il reste des gens capables de tendre la main à un inconnu! Mais je pense qu'il faut relativiliser aussi, il est évident qu'une jeune femme ou un gamin ne doit jamais faire confiance à un inconnu, mais pour un jeune homme qui se balade avec un Mora à la ceinture, le risque est moindre... (bon, d'ici à suivre jusqu'à son appart' un type qui ne te cachais pas grand chose de ses intentions, c'est quand même ce qu'on appelle tenter le diable...)

Mais ne risquons pas un nouveau dérapage, changeons de sujet, as-tu fait des expériences niveau nourriture sauvage?

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité