Nos Partenaires

Auteur Sujet: Pull over en laine  (Lu 24382 fois)

05 mars 2013 à 21:40:33
Réponse #25

Auto


Effectivement, c'est la réflexion que je me suis faite après avoir constater la différence d'état entre une polaire et un pull en laine. Là ou la polaire commence a boulotter et à réveler sa trame, le pull en laine est comme neuf.

18 juillet 2014 à 19:15:42
Réponse #26

Copper Jack


Pour ce qui est de laine tricoté, j'imagine qu'elle est plus efficace lorsque portée près du corps. En effet, c'est souple donc gêne peu les mouvements, l'air capturé l'est dans le tricot et non en dessous donc cela ne diminue pas l'isolation, cela évite même l'effet soufflet. J'ai bon ?
Qu'en est-il de la laine tissée ?

20 octobre 2014 à 11:51:26
Réponse #27

Kilbith


Pour ce qui est de laine tricoté, j'imagine qu'elle est plus efficace lorsque portée près du corps. En effet, c'est souple donc gêne peu les mouvements, l'air capturé l'est dans le tricot et non en dessous donc cela ne diminue pas l'isolation, cela évite même l'effet soufflet. J'ai bon ?

Tu as bon.  :)

Un "pull marin" en laine peigné porté près du corps sera un peu coupe vent et limitera l'effet soufflet. Bleu marine il séchera assez vite en surface ce qui "pompera" l'humidité contenu dans le pull. Près du corps, il ne se prendra pas dans l'équipement en cours de manœuvre. C'est un vêtement à "port permanent".


Porté seul, c'est un vêtement relativement protecteur adapté aux efforts par temps frais et humide. Dans ces conditions il est "chaud".

Pour le froid (montagne, zone nordique) on pourra préférer un pull en laine seulement cardé qui sera moins coupe vent mais plus "épais" à poids égal. Porté sans anorak il sera moins "chaud" et moins solide, ce n'est donc pas un vêtement à "port permanent".
Mais porté et protégé sous un anorak coupe vent, il sera plus chaud pour le poids que son équivalent en laine peignée/torsadée. L'archétype actuel c'est le pull islandais en laine Lopi cardée, non torsadée.


Pour revenir au "pull marin serré" :


Le "gansey" est le pull ayant équipé les marins durant des siècles, dans un temps où l'on partait pour des mois en mer dans de petits bateaux pécher la morue sur les Grands Bancs de Terre Neuve. Cette "grande pêche" a duré des années 1500 jusque vers 1980. L'équivalent français de ce chandail est le "matelot" de chez Saint James (où l'officier qui est encore plus long ce qui fait que l'on peut se pencher sur un bastingage sans avoir le dos découvert si on porte un pantalon taille basse).

ici pour le Gansey (anglais) : http://gansey.blogspot.fr/search?updated-min=2007-01-01T00:00:00-08:00&updated-max=2008-01-01T00:00:00-08:00&max-results=2

La laine tissée est plus solide, possiblement plus coupe vent mais moins proche du corps. Elle nécessite d'avoir un métier à tisser, très cher et encombrant alors que le tricotage ne nécessite qu'un matériel de base très low tech (à quand un stage tricotage au CEETS?). De plus on ne peut pas réutiliser facilement la laine comme c'est le cas avec un tricot tant qu'il n'est pas trop foulé (aspect ++ durant l'occupation!).

Un pull marin "matelot Saint James" en XL c'est autour de 800g. Un pull islandais sera deux fois plus épais (mais moins coupe vent et solide si porté seul) pour un poids équivalent.

 ;)
« Modifié: 20 octobre 2014 à 15:42:53 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 octobre 2014 à 14:55:24
Réponse #28

Kilbith


Pour être plus visuel... ;#

Voici 3 pulls en XL pesant autour de 800g (780 à 820g). Ils sont en 100% laine, mais ce qui va changer c'est la provenance et la qualité de la laine (race de mouton) la façon dont la fibre de laine est travaillée ainsi que le type de tricotage (point, densité...).



J'ai mesuré de la droite vers la gauche (à la louche, sans prendre particulièrement de précaution et directement sortie de l'armoire). Les pulls sont pliés de la même façon pour que l'on puisse comparer :

*Pour le pull islandais : 10 cm (environ 9 cm sur le ventre et 11cm à l'endroit du jacquard qui ajoute de l'épaisseur sur la poitrine).
Le tricotage n'est pas très dense et la laine mèche très aérée car très peu ou pas torsadée (laine typ Lopi).

*Pour le pull Norvégien (Modèle Nansen de chez Devold). J'ai environ 6 cm.
Le tricotage est plus dense et le brin de laine gonflant mais plus serré et plus torsadé que le pull précédent.

*Pour le pull matelot de Saint James. J'ai environ 3,5 cm.
Le tricotage est très dense (environ 12 points de maille par pouce) et le brin de laine composé probablement de plusieurs fils est très torsadé ne peluche absolument pas. La texture est presque "lisse". Il a l'ouverture classique à l’épaule afin que l'on puisse l'enfiler car la coupe est serré et le tissu "rigide" compresse au début.


On constate que l'isolation théorique sera très différente entre ces trois pulls de même matière et de même poids.

Dans la pratique :

-Porté seul le Saint James (laine peignée, filé retord je pense) sera le plus chaud car il est moulant (comme une chaussette) et coupe vent. Il est très difficilement compressible. On peut juste regretter qu'il ait une couture sur le coté, on préférerait un tricotage circulaire pour éliminer les coutures et avoir une coupe 3D.

-Porté sous un coupe vent bien fermé le pull islandais (laine mèche Lopi très peu oupas torsadée) sera le plus isolant car il emprisonnera beaucoup d'air, particulièrement au niveau de la poitrine (Jacquard). Mais on ne pourra pas le porter pour bosser dans les bois car il est moins résistant et très peu coupe vent. Il est aussi taillé moins près du corps.
 
-Le pull Nansen de chez Devold est un bon compromis. Le fil de laine est un peu torsadée et cardé avec en plus un léger feutrage. Il est relativement épais donc chaud sous un anorak. Sa texture, grâce au léger feutrage bloque un peu la couche chaude contre le corps et peut  permettre de le porter tout seul (la laine feutrée expose moins les mailles). Dans ce dernier cas comme il est moins coupe vent et plus ample que le Saint James il sera moins isolant en cas de vent ou de déplacement.

Au passage : les affirmations du type "la polaire c'est deux fois plus chaud que la laine" c'est juste du pipeau*.

On constate que, même quand on considère un simple tricot pas vraiment gratté, les épaisseurs et donc l'isolation pour le même poids diffèrent considérablement. L'isolation apportée par le pull islandais est théoriquement de l'ordre de 2 clo** (8 épaisseurs de laine sur la photo du fait du pliage).

CQFD.  ;)


* Attention : je parle bien de l'isolation mesurée en laboratoire. La polaire de qualité garde l'avantage de pouvoir être essorée/secouée à la main afin d'éliminer une grande partie de l'eau qui pourrait s'y trouver (elle est hydrophobe).
Au contraire un pull en laine trempé le restera longtemps, se déformera (surtout ceux peu structuré) pèsera très lourd et isolera peu.

** sur ce sujet, on peut consulter BPL. http://www.backpackinglight.com/cgi-bin/backpackinglight/forums/thread_display.html?forum_thread_id=9378&startat=40

« Modifié: 20 octobre 2014 à 17:40:50 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 octobre 2014 à 18:24:23
Réponse #29

Enid


Je réfute l'affirmation concernant le métier à tisser ! Ni cher ni encombrant, le métier à bricole est d'un emploi facile et tout terrain, et un métier vertical prend la place d'une petite bibliothèque.

Un grand classique historique (un grand classique tout court) consiste à tisser des longues bandes étroites qu'on coud ensuite pour obtenir un lai suffisamment large, ou pas.
 
En choisissant son armure (la façon dont les fils vont se croiser), il est possible de gagner en souplesse. (bon, moins que le tricot, hein  ;# )

Le tissage en tube permet d'éviter les coutures, et il est aussi possible de tisser directement sur le métier des empiècements pour obtenir une coupe de vêtement ajustée.

Na  ;#


PS : je nous tricote, à Miochette et moi, quand même plein de pulls de toutes sortes, hein, chui pas une sectaire du métier à tisser  :lol:
« Modifié: 20 octobre 2014 à 18:38:18 par lourse »
"Personne n'interdit à qui que ce soit de vivre sa vie comme un voyage ou comme autre chose qu'il se choisit. Y'a des contraintes, mais elles sont quand-même vachement larges. Faut juste pas avoir l'ambition de prouver à belle-maman qu'on est sain d'esprit." Karto

Ancien pseudo : lourse

20 octobre 2014 à 18:45:18
Réponse #30

Kilbith


Je réfute l'affirmation concernant le métier à tisser ! Ni cher ni encombrant, le métier à bricole est d'un emploi facile et tout terrain, et un métier vertical prend la place d'une petite bibliothèque.

 ;D

Un métier vertical antique avec des poids pour lester les fils de chaine n'est en effet pas très encombrant. Mais c'est tout de suite moins pratique à installer et à transporter pour des marins en mer ou des pâtres.

En revanche, ce qui est bizarre c'est que l'on tisse en Europe depuis les temps préhistoriques mais qu'il semble bien que le tricot (aiguille ou crochet) ne soit connu que depuis les années 1200 et que l'on n'en trouve pas trace ailleurs avant les années 1000. On n'est même pas certain si les techniques archaïques comme le nalebinding précédait le tissage.

Donc, tu as raison le métier à tisser à la préséance.  :closedeyes:
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 octobre 2014 à 19:04:30
Réponse #31

Enid


Égyptiennes antiques, je crois, les plus anciennes chaussettes tricotées retrouvées, avec séparation pour le gros zorteil. Tout sûr une pièce archéo : une mignonne petite paire pour enfant à rayures.

Le métier à bricole peut tenir dans une poche cargo d'un treillis comme dans un sac à main de dame  ;)
"Personne n'interdit à qui que ce soit de vivre sa vie comme un voyage ou comme autre chose qu'il se choisit. Y'a des contraintes, mais elles sont quand-même vachement larges. Faut juste pas avoir l'ambition de prouver à belle-maman qu'on est sain d'esprit." Karto

Ancien pseudo : lourse

20 octobre 2014 à 19:07:25
Réponse #32

guillaume


Merci Did pour ces messages !

C'est bien de pouvoir mettre le doigt précis sur le fait qu'outre la matière, il y a la façon dont le vêtement est conçu qui est importante pour lui donner certaines qualités.

Du coup, quand on commence à combiner matériaux, tissage et conception du vêtement, on se rend compte qu'on aura jamais assez d'une vie pour tout tester :D.

a+

20 octobre 2014 à 19:34:13
Réponse #33

Kilbith


Merci Did pour ces messages !

C'est bien de pouvoir mettre le doigt précis sur le fait qu'outre la matière, il y a la façon dont le vêtement est conçu qui est importante pour lui donner certaines qualités.

Du coup, quand on commence à combiner matériaux, tissage et conception du vêtement, on se rend compte qu'on aura jamais assez d'une vie pour tout tester :D.

a+

Oui....et aussi deux facteurs qui nous importent ici sur VS&S.

- Comprendre comment fonctionne l'isolation c'est un moyen d'utiliser au mieux ce que l'on pourra trouver en cas d'urgence.
 
- Dans une perspective low tech, vie sauvage, développement durable...c'est bon de savoir que la laine est toujours une solution acceptable. Elle est relativement facile à se procurer dans nos contrées et étonnement durable (des vêtements de laine ayant plusieurs dizaines d'années et parfaitement portables ce n'est pas rare. Pour le synthétique, si.
Pour les impécunieux, on peut facilement trouver des pulls de laine et des pantalons dans les friperies. Pour pas cher, on ne sera peut être pas le plus "à la mode" ou le plus "léger", mais on n'aura pas froid.

Exemple ici ou une jeune fille récupère le vieux pull de sa mère et le remet en service :
http://ellagordon.wordpress.com/2014/02/25/mams-jumper/

maman en 1982 :


Sa fille avec le même pull 32 ans après :



Pas évident de trouver le même exemple avec une polaire... :closedeyes:
« Modifié: 22 octobre 2014 à 14:52:26 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 octobre 2014 à 22:01:51
Réponse #34

guillaume


Oui. Ce que j'aime particulièrement chez la laine, c'est sa capacité à encaisser un peu de tout plus ou moins bien : humidité, pertes de chaleur, odeurs, etc.
Là où les autres matières vont exceller dans un domaine sans performer dans les autres.

Le couteau suisse des matériaux en sommes :).

a+

24 octobre 2014 à 11:41:13
Réponse #35

Hegemonie


Bonjour à tous,

Pour ma part, je porte lorsque j'en ai besoin un Niffi de chez Outdoorknitwear, et j'en suis ravi.

C'est un pull très élégant, qui convient parfaitement à toutes les morphologies. Etant relativement grand et imposant, je ne me sens ni à l'étroit, ni l'impression de flotter.

Le prix est relativement élevé, mais à mon goût, ça vaut le coup (et le coût).

Sous une veste de type softshell (une Arc'teryx dans mon cas), c'est le pied!

24 octobre 2014 à 12:51:22
Réponse #36

Loriot


Au niveau coupe et empiècement, il ressemble bien a un pull-over de l'armée Autrichienne je trouve. Bien que ce dernier aie un col plus prononcé.

C'est pour moi l'un des meilleures pull que j'aie porté.

Que ce soit au travail (je travail dehors) ou pour les loisirs (dehors). On en trouve a bon prix d'occasions.

Au niveau qualité, je le trouve meilleure que du st James. Notament au niveau de l'usure. (Les bas de manches de mes pull marin ne ressemblent plus a rien, ils ressemblent a des meduses).

J'attend avec plaisir le retour de l'hiver pour le sortir de l'armoire... Et me réjouis de voir ce que ça donne avec ma lukkha pour les affûts. Je suis confiant!


Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

24 octobre 2014 à 13:06:46
Réponse #37

Kilbith


Bonjour à tous,

Pour ma part, je porte lorsque j'en ai besoin un Niffi de chez Outdoorknitwear, et j'en suis ravi.

C'est un pull très élégant, qui convient parfaitement à toutes les morphologies. Etant relativement grand et imposant, je ne me sens ni à l'étroit, ni l'impression de flotter.

Le prix est relativement élevé, mais à mon goût, ça vaut le coup (et le coût).



Excellent choix!  :up:

Ce type de pull à col "camionneur" ("Troyer" pour les anglais) est très polyvalent (on peut facilement ventiler à la différence d'un col roulé). Il passe facilement de la ville à la campagne.

Les renforts aux épaules et aux coudes en cuir lavable sont un plus. Les cuir évite que évidemment l'usure mais aussi que les bretelles d'un sac ne glissent constamment. Au besoin on peut les cirer pour augmenter la déperlance. Une fois trempé c'est long à sécher, mais le cuir avait l'avantage de ne pas craindre la chaleur du frottement généré par les manœuvres de corde.
On dirait effectivement de la bonne qualité car ils indiquent que c'est de la laine de mouton de montagne des Cornouailles et qu'on utilise la laine sans la teindre. Ce type de pull peut avoir été peu traité (il reste de la lanoline). Si on accepte l'odeur et que l'on se méfie des mites (elles aiment l'odeur), le pull est plus déperlant qu'un pull moderne.

C'était le type de pull "huilé" de chez Peter Storm que l'on utilisait en randonnée dans les années  70, avant les prévisions météo fiables, les GPS, les GSM et les hélico. Lourd mais fiable.

ici : http://books.google.fr/books?id=EuEDAAAAMBAJ&pg=PT1&dq=backpacker+wool+jumper&hl=fr&sa=X&ei=NTZKVOW4EsTBPJ-_gZgH&ved=0CEEQ6AEwAg#v=onepage&q=backpacker%20wool%20jumper&f=false





Citer
Les bas de manches de mes pull marin ne ressemblent plus a rien, ils ressemblent a des meduses
Habituellement on fait un repli au bas des manches ce qui évité qu'elles s'effilochent. Et traditionnellement on portait les manches hautes afin qu'elles ne se prennent pas dans l'équipement, se trempent ou s'imbibent d'huile. Par le passé, les bas des manches étaient très simples sur les vêtements de travail (sans renfort ni fioriture) afin que l'on puisse facilement les réparer en tricotant.

Sinon, les pulls autrichien de montagne avaient plutôt des boutons à la place du zip et une coupe différente. Ils pouvaient aussi être "huiles".
ex : http://books.google.fr/books?id=o-EDAAAAMBAJ&pg=PA90&dq=backpacker+wool+jumper&hl=fr&sa=X&ei=NTZKVOW4EsTBPJ-_gZgH&ved=0CE0Q6AEwBA#v=onepage&q=backpacker%20wool%20jumper&f=false


« Modifié: 24 octobre 2014 à 13:27:53 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 octobre 2014 à 16:04:58
Réponse #38

Nemorale


Oui....et aussi deux facteurs qui nous importent ici sur VS&S.


Exemple ici ou une jeune fille récupère le vieux pull de sa mère et le remet en service :
http://ellagordon.wordpress.com/2014/02/25/mams-jumper/
...
Pas évident de trouver le même exemple avec une polaire... :closedeyes:

Tout à fait d'accord avec l'exemple du pull transmis. Ne faut-il pas veiller à le protéger des mites ?

Pour la polaire, il me semblait qu'on pouvait la recycler (plastique) et qu'elle peut être elle-même issue de recyclage (briques de lait). Mais c'est plutôt dans la reconstruction d'un monde / l'économie que dans la survie avec ce qu'on a déjà.

24 octobre 2014 à 16:57:06
Réponse #39

Kilbith


Tout à fait d'accord avec l'exemple du pull transmis. Ne faut-il pas veiller à le protéger des mites ?

Bien sûr, on doit aussi faire attention aux rongeurs.

D'ailleurs ici la jeune fille a entrepris de recoudre/retricoter deux trous de souris avant de porter à nouveau le pull.  ;)

(on peut recycler le polyester des polaires et produite les polaire à partir du recyclage. Je ne suis pas certain que le bilan soit super positif d'une point de vue écolo si on prend en compte l'ensemble des opérations. Et puis cela nécessite de la haute technologie alors que pour recycler un tricot, il suffit de détricoter et d'en faire un autre ou autre chose)

Wool WWII : http://www.teara.govt.nz/en/video/40532/womens-war-work-1942

« Modifié: 24 octobre 2014 à 17:02:32 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

25 octobre 2014 à 14:43:48
Réponse #40

olafur


Pull (et autres vêtements et accessoires) fabriqué en France (Ardèche) par une SCOP (Ardelaine)

http://www.ardelaine.fr/vetements-pure-laine.html

Et un reportage de 7 min si ça vous intéresse de savoir comment ça se passe pour la filière laine en France aujourd'hui:

http://www.youtube.com/watch?v=Ft5KpkTjC4w

ah dites encore tout bas ce seul mot je n'y crois pas,
vous avez bien dit la route
la route va traverser l'épaisseur du monde et l'obstacle vainement accumulé des heures

Jean Tardieu - le voyage

25 octobre 2014 à 15:41:47
Réponse #41

musher


J'avais trouvé dans un surplus début des années 80 un pull de la Royal Navy (le modèle sous marinier utilisé aussi par les équipages de bombardier de la RAF puis par les bikers et les alpinistes dans les années 50/60).

C'est un pull en laine écru (non desuifé à l'odeur  :D) avec un col cheminée et près du corps.

Super chaud. Par contre le poids d'un ane mort mouillé.

RE trouvé chez Doursoux
http://doursoux.com/fr/pull/435-pull-gb-uboat.html   :D

25 octobre 2014 à 18:15:33
Réponse #42

Kilbith


Pull (et autres vêtements et accessoires) fabriqué en France (Ardèche) par une SCOP (Ardelaine)
http://www.ardelaine.fr/vetements-pure-laine.html

Certaines propositions sont en "Polaine" qui semble être diablement intéressante : tu pourrais nous en dire un peu plus?
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

25 octobre 2014 à 18:21:19
Réponse #43

raphael


on dirait une maille très fine avec effet bouclette sur deux épaisseurs  :huh:
Se connaitre et s'accepter


25 octobre 2014 à 18:34:11
Réponse #44

Kilbith


on dirait une maille très fine avec effet bouclette sur deux épaisseurs  :huh:

Oui.

J'ai vu une fois un tissu de laine (100%) qui ressemblait à de la polaire et il existe des tissu genre molleton. Ce serait intéressant de savoir si c'est un truc de ce genre. C'est alors très chaud pour le poids (en restant dans le domaine de la laine).

Il a existé des tissus de laine semblable au velours, mais de nos jours je n'en connais pas. Le velours c'est seulement en coton.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

11 novembre 2020 à 18:11:43
Réponse #45

Sinbas


En espérant que ce ne soit pas du déterrage, je cherche un pull over pour le Noël, avez-vous des recommandations ?
Est-ce que ces pulls peuvent faire l'affaire ? https://pull-noel.com/homme
« Modifié: 27 novembre 2020 à 18:54:46 par Sinbas »

11 novembre 2020 à 20:11:25
Réponse #46

Wolf1974


Salut,

Un pull over (en laine ?) pour faire quoi dans quel contexte et quelle gamme de prix ?

Un pull over excellent et pas cher, celui de l'armée Suisse:
https://www.asmc.fr/Pull-over-suisse-a-l-etat-neuf-gris

Un autre modèle au style différent, plus lourd, plus cher, qui gratte plus :
https://www.asmc.fr/pull-autrichien-alpine-vert-olive

Sur le même site on trouve aussi les marques comme Brynje, Aclima, Woolpower..

11 novembre 2020 à 20:31:19
Réponse #47

sonicflood777


Comme l'a dit Wolf1974, peux-tu préciser un peux plus ?

Maille lâche? Serrée ? Très serrée/feutrée ?

Col rond? Châle ? Zippé ? À boutons?

Coupe ajustée ou ample?

Matière : laine simple, vierge, agneau, cachemire, mérinos, alpaga, etc... ?

Ça paraît bête mais selon ton utilisation, ces questions ne sont pas du tout anodines.

D'autres marques, chères mais de très bonne qualité : Dale of Norway, Devold, Mufflon, Saint James, Fjallraven.
Côté mérinos mais ce sont plus des vestes en laine que des pulls au sens propre: icebreaker, smartwool, isobaa, ullfrotte (même chose que woolpower), ...

Que cherches-tu? ;)

sonic.
« Modifié: 11 novembre 2020 à 20:41:34 par sonicflood777 »

11 novembre 2020 à 23:04:33
Réponse #48

Kilbith


Tu trouveras sur ce lien plusieurs exemples de pull cités ci-dessus :

https://arthurbeale.co.uk/collections/pullovers

Un blog qui montre de très belles choses : https://www.saltwaternewengland.com/search/label/Sweater



"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

13 novembre 2020 à 11:56:04
Réponse #49

Shirokuma


Un pull over (en laine ?) pour faire quoi dans quel contexte et quelle gamme de prix ?

Un pull over excellent et pas cher, celui de l'armée Suisse (…)
Hello, effectivement quel en sera l'usage ?

Si c'est pour un usage rustique, effectivement, les pulls militaires sont à considérer.
J'ai acheté un pull de type “British Army” dans un magasin de surplus (stock américain, comme on dit chez nous) il y a bien des années. Je l'ai eu pour un prix dérisoire, coupe et laine sont de qualité, avec de longs renforts aux coudes et aux épaules. Je l'utilise toujours, surtout pour les sorties dans les bois.
Illustration : https://www.varusteleka.com/en/product/british-jersey-mens-surplus/60635
“L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte.” Confucius

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité