Nos Partenaires

Auteur Sujet: Kayakerie hivernale en Corse du sud  (Lu 752 fois)

04 janvier 2011 à 08:13:48
Lu 752 fois

Cabochard


La brise est dans le bons sens et la nuit enveloppe le kayak rouge et son équipage en quête de liberté. Un air de Yukon me berce dans cette nuit hivernale. Lever le camp pour un autre horizon. Ma belle, de retour de son rendez-vous familial pour la Noël, m’a susurré un désir : Et si nous redevenions des nomades pendant quelques jours. L’étincelle qui jaillit dans mon âme d’errance reprend de la force. Un nouveau conte à vivre.

La tâche ne sera pas simple pour ma co-aventurière, mais c’est elle qui en a défini les règles. Avec Immaqa ( nom de mon kayak qui signifie : peut-être en groenlandais) je file vers un cap très isolé et elle me rejoindra à pied. Je sais que pour elle la route sera parsemée d’embuches. Avec  mon véhicule tout terrain elle prendra une route en terre qui fini en cul-de-sac et devra trouver un sentier qui sera coupé par des cours d’eau bien gonflés par les pluies récentes. Le seul moyen de les traverser sera pieds-nus en espérant de ne pas passer dans une fosse.

Juste avant que le soleil pointe son nez un goéland me prend pour cible, tient donc, cela faisait longtemps que ces sales bestioles n’étaient pas venu me harceler ! Filouterie « Caborchadesque » je fais le mort et laisse mon « piaf » se poser en proue de kayak, je prends mon élan avec ma pagaie et KO le plumeux dévoreur de cerveau baladeur !
 
Je suis heureux du moment présent, ni hier, ni demain compte, seulement maintenant.
La brise fraîchit, c’était prévu, un arrêt café sans vérifier si un grizzly me mettra à son menu et je reprends la mer. Je ris car j’imagine ma « Vrai » en train de démarrer mon 4X4, je lui ai fait la surprise de lui mettre Jo Zef (ma mascotte) comme co équipier avec la carte IGN qui devra l’amener à ma « terra incognita ».

Les moutons viennent à ma rencontre, heureusement qu’ils ont la bonne idée d’aller dans mon sens.
A la limite du coup de vent je suis trop tenté. Soyons fou, j’envoie mon cerf-volant. Que les  cap-horniers se tiennent à carreau !

Seul, personne en mer, même pas un cargo. Je ne sais pourquoi, mais me savoir si isolé me rend serein, aucune autre situation m’offre cette harmonie avec mes pensées. Je suis en phase avec ce monde qui tourne au ralenti quand on s’en éloigne.

Presque 6 heures que je pagaye et concentré sur les déferlantes qui me doublent je sens une présence sur le promontoire de granit face à moi. Un point rouge, ma « Vrai » arrive en même temps que moi…
4 jours de vie de Robinson. Sur la carte un puits abandonné est encore mentionné, Véro devra le débusquer. Un topo, un compas et un GPS et nous allons avoir de l’eau douce pour la confection du pain, du gâteau et des fameuses crêpes au feu de bois. Tout un programme…

Ici pas de réseaux, de PC ni même de poste de radio, seul en paix avec les éléments…

Le 31 nous avons savouré un calme qui m’a rappelé le silence du grand fleuve. Autour de mon cou, un galet veille sur la bonne route à suivre et ramené de la « Brown cabin » un bâton de bouleau pour le piégeage  du saumon me tient en lien avec cette période de ma vie si incroyable…

Tiens, une bouteille à la mer sur la plage ! Une bande d’amis turcs ont envoyé ce présent le 16 octobre 2010 quelque part en Méditerranée, un mot que je vais déchiffrer et surtout garder comme offrande le briquet rouge marqué du croissant et de l’étoile. J’ai vécu dans ce pays et appris les bases de leurs langues. Un sacré cadeau d’anniversaire !

Maintenant à mon tour de vous dire merci, de vos messages. J’ai reçu beaucoup de courriers suite à mon expédition en solo sur le fleuve Yukon.
Je vous remercie beaucoup car je sais que je suis un peu sauvage voire froid par moment. Promis j’essaie de me rendre plus sociable mais ce n’est pas toujours facile quand on a du sang d’ours !
Je vous souhaite plein de bonheur, de découverte, de passion, d’amour, d’échange et que cette année soit comme un rayon de soleil qui réchauffe le pèlerin fatigué. Énergisant et lumineux.

Pace e salute !

Frank Bruno aventurier unijambiste à temps plein !

http://www.boutdevie.org/categorie/blog-frank-bruno/
Chaque jour est une aventure,
chacun est libre d'être l'explorateur de son âme...

04 janvier 2011 à 08:50:33
Réponse #1

lapindu11


salut!!
meilleurs voeux a toi et ta douce  :doubleup:
merci de nous faire rever  :-[  et respect pour ces superbes periples
je me suis delecté de ton expedition sur le yukkon
        yann

04 janvier 2011 à 08:59:01
Réponse #2

Alex Reeves



"Celui qui vit par l'Epée, finit toujours par la recevoir dans l'cul.
Dieu nous garde."

05 janvier 2011 à 18:56:02
Réponse #3

Cabochard


Merci Alex et Yann,
Même si physiquement j'étais très isolé sur le Yukon je sentais que beaucoup de monde à l'autre bout de la terre me supportait.
C'est vous qui avez été le "p'tit truc" en plus qui a fait que quand j'en bavé j'arrivais à tenir.

·    Les oiseaux quittent la terre avec leurs ailes, et nous, les hommes, pouvons également quitter ce monde, non pas avec des ailes mais dans l'esprit.

Pensée Athapascanne

Bonne continuation
Chaque jour est une aventure,
chacun est libre d'être l'explorateur de son âme...

05 janvier 2011 à 20:28:42
Réponse #4

guillaume


Toujours très bien écrit :up:.

N'hésite pas à fouiner sur le forum, qui sait, peut-être y apprendras-tu quelques truc mais je suis sûr que nous, on a beaucoup à apprendre de toi !

a+

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité