Nos Partenaires

Auteur Sujet: SAC ÉTANCHE HPA SMJ DRY 40 - www.hpa.fr [TEST DM]  (Lu 16352 fois)

04 novembre 2010 à 20:37:27
Lu 16352 fois

DavidManise


SAC ÉTANCHE HPA SMJ DRY 40



Website Fabricant : HPA - http://www.hpa.fr
Fiche Produit : HPA SMJ DRY 40 http://www.hpa-shop.com/description.php?lang=1&path=81&sort=Id&page=0&id=418



Le concept d'un sac à dos complètement étanche est réellement un plus lorsqu'on attaque la partie de l'année où la pluie froide et ignoble commence à se faire réellement fréquente.
Les vêtements et les duvets trempés, c'est rigolo une fois, mais de pouvoir protéger ses affaires de la pluie ou d'une immersion (volontaire ou accidentelle) reste un avantage indéniable.
Pour les sports aquatiques comme pour le franchissement de cours d'eau, un sac étanche est bien évidemment un gros plus aussi. Selon ce qu'il contient, il peut carrément être un peu surgonflé et servir de bouée de fortune, ou au moins pouvoir être posé dans l'eau et poussé devant soi sans crainte qu'il ne coule à pic. Un bon point de plus.
Aussi, j'étais fort intéressé par la possibilité de tester les sacs étanches HPA...


Le sac après quelques rudes tests... un peu sale, mais toujours vivant ;)

Au déballage, je me suis rendu compte que le panneau qui sert d'armature au sac était plié, et formait une bosse très inconfortable au niveau des lombaires.
Je l'ai aplati vigoureusement, et ça va un peu mieux, mais ça reste assez inconfortable. Du coup je l'ai simplement retiré... ça me convient mieux.

Finition

Beaucoup de coutures sont simples, mais elles sont cependant toutes très bien étanchéifiées.
Les matériaux (tissus étanches, filets, élastiques, boucles, sanglerie) sont de qualité moyenne mais l'assemblage semble être fait de manière très minutieuse.
Finition « économique » mais bien faite, quoi.  

Portage

Les bretelles sont très confortables malgré leur faible rembourrage. Elles sont bien aérées et juste assez souples pour bien épouser la forme de l'épaule, ce qui rend le sac assez ergonomique.
Elles sont juste assez longues pour moi. La sangle ventrale est limite en longueur. J'arrive à la fermer même avec une veste, mais si je prends deux kilos, c'est mort.
Sinon, pour un sac aussi simple, le confort de portage reste très acceptable. Le sac ne gêne pas la marche, et le faible volume permet de le porter confortablement sans autres fioritures.

Étancheité

J'ai testé ce sac sous la pluie (orages violents) pendant une courte période avec succès : rien ne rentre même sous une pluie intense.  

J'ai voulu pousser un peu le bouchon en le remplissant d'eau, de manière à tester à la fois l'étanchéité et la solidité des coutures.
Je l'ai donc rempli avec 30 litres d'eau, soit 30kg, et je l'ai porté un peu. Déjà, bonne nouvelle, même à 30 kg le sac reste portable... ça m'a étonné :)


30L d'eau dans le sac, il ne se déchire pas, et les coutures ne fuient pas



Gros plan sur les coutures, sac contenant 30L d'eau

Ensuite, au niveau des coutures, zéro fuites même avec la pression importante que représentent 30kg d'eau. Impressionnant !

En suspendant le sac à l'envers, l'eau perle un peu au niveau du rabat enroulé. Cela reste normal : ce système est efficace pour résister à une pression externe, et non pas à une pression interne qui l'ouvre.
Même ainsi, la perte d'eau est très minime... donc pour moi cette information reste plutôt positive : je m'attendais à ce que ça fuie davantage.


Sac suspendu la tête en bas par la sangle ventrale, rempli de 30kg d'eau : quelques gouttes en sortent, mais guère plus. Tout tient... :up:

Au niveau contenance, ce 40 fait bien 40 litres, et me permet de stocker facilement mon matériel de survie habituel...
Ici, j'ai mon kit de survie usuel, pour les randos à la journée :


Un tapis de sol, deux couvertures de survie, une grosse polaire, un raincut, et tout le petit matériel usuel... le grand compartiment unique permet de tout y jeter en vrac sans se prendre la tête. J'aime beaucoup.

Points positifs

  • Bonne ergonomie une fois la plaque d'armature retirée
  • Fermeture par enroulement très pratique, avec deux possibilités de fermeture (sur les côtés ou comme un sac étanche classique)
  • Plusieurs points d'attache sur les bretelles pour du petit matériel
  • Étanchéité impeccable
  • Poches filet latérales bien pensées
  • Simplicité du design

Points à améliorer

  • Ceinture un peu courte pour les gros gabarits
  • Qualité des matériaux, qui est bonne mais sans plus
  • Robustesse de la toile, qui me semble un peu fine pour des usages virils (canyoning, milieux abrasifs, épines...)
  • Courbure trop abrupte de la plaque d'armature au niveau des lombaires
  • Panneau réfléchissant qui se détache trop facilement (je l'ai perdu plusieurs fois avant de le balancer...)
  • Élastique trop long sur le dos du sac, a tendance à s'emmêler...


Verdict : :up:

Je pense réutiliser ce sac occasionnellement pour des sorties en milieu humide ou par temps de forte pluie. Je vais par ailleurs le tester sur du plus long terme pour voir de quelle manière évolue l'étanchéité des coutures, et sa résistance à l'usure.

Globalement, j'avais un a priori un peu négatif au déballage, mais ce sac m'a agréablement surpris :)

Ciao ;)  

David
« Modifié: 04 novembre 2010 à 20:48:17 par Mathieu »
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

04 novembre 2010 à 20:38:48
Réponse #1

guillaume


SAC ÉTANCHE HPA SMJ DRY 40



Website Fabricant : HPA - http://www.hpa.fr
Fiche Produit : HPA SMJ DRY 40 http://www.hpa-shop.com/description.php?lang=1&path=81&sort=Id&page=0&id=418



Testeur
Guillaume, 19 ans, étudiant.
Activités pratiquées : stages survie, canoë, escalade, VTT, randonnées allant de la journée à 2 semaines en toute saison, bushcraft, etc.


Pourquoi vouloir un sac à dos étanche ?

J'ai coutume de dire que si l'on veut garder ses affaires au sec lorsqu'il pleut vraiment, il faut un liner étanche dans le sac à dos et un poncho par dessus le sac à dos.
Et encore, avec ça l'humidité arrive à passer.

Sans compter le fait que lorsqu'on sort en canoë ou en kayak, inutile de dire qu'un sac étanche est indispensable.

Là, l'idée est d'avoir un sac vraiment blindé de ce côté là, afin de se concentrer sur sa propre protection.

Et puis, d'une façon générale, j'aime les sacs simples, et avec un tube comme celui-ci difficile de faire plus simple.


I. Caractéristiques fabricant

  • Volume : 40L
  • Poids : 540 gr sans la plaque ni croix réfléchissante, 580 gr avec la croix, 810 gr avec le tout :up:
  • Couleur : Noir
  • Armature : Amovible
  • Accessoires : deux poches filet sur les côtés, élastique sur le devant, croix réfléchissante amovible
  • Prix : 69 euros
  • Lieu de fabrication : Chine


II. Première prise en main

Dès le déballage, le tissu du SMJ DRY 40 semble solide et le travail semble bien fini : aucune couture mal finie, aucune bande d'étanchéité mal collée.

Détail des coutures et des bandes d'étanchéification :





De plus, il y a certains petits détails qui montrent qu'il y a eu volonté de faire un sac intelligent en aval :

- Armature amovible :



- Velcro pour aider à la fermeture :



- Les poches latérales sont bien dimensionnées (accueillent facilement une bouteille d'eau de 1,5L) avec la petite sangle d'aide à l'ouverture des pochettes :up: :



- Bande réfléchissante amovible :



- Sangle de poitrine RÉELLEMENT réglable. C'est la première fois qu'une sangle de poitrine ne me scie pas le cou, elle peut être mise vraiment basse ce qui est vraiment appréciable pour les grands comme moi (même sur mes Osprey de taille L, la sangle de poitrine est trop haute). À voir si ça ne bouge pas quand on marche.



- Le système de fermeture qui plaque vraiment le rabat sur le sac. J'avais déjà un sac étanche mais le rabat se refermait sur lui-même, ce qui de ce fait n'était pas très ergonomique.



- Possibilité d'attacher du matos sur le bas du sac.



En revanche, certaines choses ont l'air moins convaincantes :

- La plaque dorsale forme un espèce de « S » qui risque de faire mal au dos (arrête un peu trop saillante à mon goût). De plus elle est en métal, ce qui est lourd et empêche de l'utiliser comme matelas de secours.

Protubérance formée lorsque la plaque dorsale est installée :



Dû à la plaque trop courbée à mon goût :



- La quantité énorme d'élastique sur le devant qui rendent la chose un peu « usine à gaz » :



- Les élastiques sur les boucles dont on ne connait pas l'utilité :



- Fond du sac non renforcé :



- Ceinture ventrale sommaire :



En somme, on sent que HPA a la volonté de bien faire même pour un sac de ce prix. Le sac semble bien étudié même s'il y a encore quelques pistes à améliorer.

Vérifions tout cela lors des tests...


III. Tests terrain

Mes impressions sur la plaque dorsale se confirment : je pense qu'à la base elle est prévue pour épouser le creux des reins, ce qui est une bonne idée en théorie mais là, la courbure est trop prononcée et fait mal au dos. Du coup, une fois enlevée le sac devient confortable.

Le système de serrage par élastiques est très efficace...
...mais il faut les deux mains pour un serrage optimal, et on s'y emmêle un peu les pinceaux (les élastiques remontent trop haut je trouve).

En revanche, il faut vraiment que le SMJ DRY 40 soit bien rempli pour utiliser le système de fermeture. Je pense qu'il aurait été plus judicieux de mettre les boucles plus bas sur le sac.
À mon avis, c'est LE point noir du sac : il est dommage de devoir le remplir complètement pour utiliser le système de fermeture dédié.
Si le sac n'est pas totalement rempli, l'ouverture « baille » :



On peut résoudre en partie ce problème en « entortillant » d'avantage les lanières du sac : effet ressort, les lanières ont moins tendance à revenir en arrière et l'ouverture ne baille plus :



Cela-dit, on peut se débrouiller autrement aussi et là, ça le fait bien :



Ce sac a une bonne capacité d'emport je trouve. Le voici en comparaison avec mon Osprey Talon 44 :



Mais il y a un truc qui fait tout la différence : quel bonheur de ne pas avoir à se soucier de ses affaires de bivouac !

Avec le Kastinger, par exemple, lorsqu'il pleuvait et que j'étais à l'arrêt, je mettais mon tarp dessus, afin de protéger le duvet notamment.
Mais là que neni, on peut laisser le SMJ DRY 40 sous la flotte sans que rien ne passe :).

Journée pluvieuse à souhait...



Le sac posé, l'eau ne pénètre pas :



Le réflecteur a tendance à se barrer lorsqu'on met quelque chose de volumineux dans les élastiques :



Lors de ma sortie dans le Cantal, je me suis fais la réflexion que même en l'absence de ceinture ventrale, la conception du sac fait qu'il est relativement confortable à porter même avec des charges lourdes.
En fait, j'arrive à le caler dans le creux des reins, la ceinture ventrale aide juste à le maintenir en place. On porte en grande partie sur les épaules mais ça reste confortable.

Ici, je suis chargé à environ 15 kg, ça monte un peu. Au début je pensais que les couches de vêtements aidaient à un amortissement des chocs mais même sans, ça le faisait aussi :



Ces tests m'ont permis de confirmer ce que je pensais : les élastiques sont pénibles à utiliser et le système de fermeture fait que l'ouverture baille (et alors il n'est plus étanche du tout) s'il n'est pas chargé complètement.
Mais en combinant les deux, on supprime au moins le problème d'ouverture (sans compter aussi le fait qu'on peut très bien le fermer en mode « anse », cf au-dessus) :



Les attaches en bas du sac sont bien foutues : en comparaison, elles sont plus larges que celles du Kastinger, on ne galère donc pas à faire passer une sangle de 25 mm avec sa boucle fastex au bout :) :



En revanche, certaines finitions sont à revoir : j'ai pété le rabat d'une pochette de côté et en tirant un peu sur l'autre, elle a fait de même :



De même, un côté de la sangle lombaire a commencé à lâcher :



Bon, ce ne sont pas des organes vitaux du SMJ DRY 40 mais bon :(.


IV. Tests poussés, usages détournés

Après avoir enlevé la plaque dorsale, il m'est venu à l'idée de mettre une poche à eau à la place.

Alors j'ai testé, et ça marche plutôt bien :). Voyez par vous-même : voici le sac chargé à bloc avec en plus une poche à eau 1,5L :



Détail de la fixation de la poche :



Détail de la fixation du tuyau :



Avec un remplissage intelligent du sac et une poche à eau pas trop grosse, il n'y a quasiment pas de déformation du dos :




Étanchéité :

J'ai souvent entendu dire que les sacs étanches pouvaient, au cas où, offrir une réserve de flottabilité. J'ai un sac à dos étanche, j'ai donc testé ;D :



[Test réalisé avec un ami à côté, une tente et son poêle à bois allumé ainsi que de l'eau chaude toute prête et un sac de couchage à proximité]

Aucun souci :)

J'avais mis mon sac de couchage en duvet à l'intérieur, histoire de voir la moindre trace d'humidité qui rentrerait. À peine une petite tâche :up: :



Après ce test plus que concluant, j'ai voulu le pousser un peu. Je l'ai donc rempli d'eau et suspendu histoire de voir ses points de faiblesse...

À peine quelques petits suintements (il y avait bien 40 kg de flotte là-dedans) !







Pour moi c'est super impressionnant dans le sens où quasiment rien ne passe alors que j'ai mis énormément d'eau dedans et que le tout est suspendu.
Je comprends mieux pourquoi rien ne passe sous la pluie voire même dans l'eau !


Robustesse :

Après le portage plutôt conséquent dans le Cantal, j'ai tout de même voulu savoir à quel point le SMJ DRY 40 tenait le choc... Je vous laisse juger par vous-même (je pèse 72 kg) :



Même pas mal !


V. Conclusion  :doubleup:

À ce stade, après plusieurs sorties (toutes pluvieuses ou presque ;D), je suis content de ce sac.
Le SMJ DRY 40 remplit parfaitement son rôle de « moyen porteur » (40L) acceptant de lourdes charges occasionnellement, totalement étanche et léger.
Il s'inscrit parfaitement dans un cadre de randonnées sur plusieurs jours, son litrage relativement important me permet même de le prendre en hiver en sortie MUL !

Bon, il est évident qu'il n'est pas fait pour traverser un roncier lors d'une traque par exemple.
Le bémol vient des finitions : certaines sont à revoir mais globalement il tient très bien le choc, c'est même impressionnant pour un sac de ce prix là :).

Cependant, je me suis mis à imaginer certaines modifications à faire pour qu'il puisse donner le meilleur de lui-même, qu'il soit encore mieux.
Je classerais ces modifications selon deux catégories : celles à faire soi-même et celles que le constructeur devrait envisager.

1) Modifications à réaliser soi-même :

  • Enlever la plaque dorsale : elle tue le dos car l'arrête est trop prononcée.
  • Virer les élastiques pour les remplacer par de la paracorde ou autre (plus grosse sandow, n'importe) mais surtout raccourcir l'ensemble : pas besoin que ça monte si haut ! D'ailleurs on peut voir sur certaines photos que j'ai remplacé les sandows par de la paracorde jaune et là, ça le fait bien.
  • Virer la croix réfléchissante. L'idée est bonne mais cela ne tient pas si l'on met quelque chose dans les élastiques.

2) Propositions d'amélioration du produit :

  • Blinder plus les coutures (des poches notamment).
  • Faire en sorte que les sangles du système de fermeture soient beaucoup plus basses. Je suis convaincu de l'efficacité d'un tel système si et seulement si on peut mettre la tension nécessaire sur les sangles. Là c'est impossible.
  • Ajouter une sortie de poche à eau. Là le hic, c'est qu'on risque de ne plus avoir de sac totalement étanche.
  • Faire une ceinture ventrale plus large. Pas besoin d'un rembourrage élaboré mais juste augmenter la largeur : 50 mm.
  • Remplacer les élastiques par une poche filet frontale : cela permet d'y mettre les affaires à sécher, et donc cela évite que l'humidité se propage dans le sac.
  • Peut-être doubler le fond.
  • Ajouter un porte bâtons.

Si j'avais le même sac avec les modifications ci-dessus, ce serait le paradis !

A+

PS : merci à Diesel pour les photos prises lors de la sortie Cantal.
« Modifié: 04 novembre 2010 à 20:45:45 par Mathieu »

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

04 novembre 2010 à 20:41:17
Réponse #2

PUBLICITÉ




HPA est une société française fondée en 2007 par Renaud GOHIN, passionné de surf, de pêche et de Nature.

Grâce à l'originalité et à la qualité de ses produits (garantis 10 ans pour la plupart), HPA s'est vite développée, en France et à l'international, sur les marchés des contenants étanches (sacs et valises pour le nautisme, la photo, la moto ou la Défense), du sauvetage aquatique, et de l'équipement du pêcheur sportif (bagages, outils, vêtements).
La société compte à ce jour des clients prestigieux comme la SNSM, la gendarmerie maritime, la Marine Nationale ou la cellule Feux de Navires du SDIS 17.

Depuis quelques mois, HPA travaille au lancement de sa ligne outdoor « Sévère Mais Juste ».
SMJ fait référence non seulement au caractère des professionnels de la vie au grand air, de la sécurité et du sauvetage, mais également à la Nature et l'Environnement.

Même si la fabrication des produits HPA est délocalisée principalement en Asie du Sud-Est, dans des usines éco et humainement responsables, la conception des produits est entièrement française.
Elle s'appuie sur les idées du fondateur de la marque et de professionnels de chaque activité (sauveteurs, pompiers, guides de pêche, etc.), mais également, et de plus en plus, sur les suggestions de clients rassemblés dans les communautés internet.

La distribution des produits HPA sur le marché français a récemment été confiée à la société Navicom, mais la maitrise de la boutique en ligne hpa-shop.com demeure aux mains de l'équipe dirigeante afin de rester le plus possible au contact de l'utilisateur final et de lui offrir un service de premier ordre : accueil téléphonique, réponses rapides aux e-mails, expédition des commandes sous 24 heures, gestion du SAV par simple échange de photos notamment.
En plus des produits HPA, la boutique s'étoffe de jour en jour de produits parfois difficiles à trouver en France.

hpa-shop.com




« Modifié: 04 novembre 2010 à 20:47:44 par PUBLICITÉ »

23 novembre 2010 à 19:34:54
Réponse #3

jbc


salut
au fond d'un canoë baloter d'un bord a l'autre, un peut maltraiter sur du sable, gravier ........... tu pense que ça le fait en sac étanche de rando-canot ?

23 novembre 2010 à 19:54:36
Réponse #4

DavidManise


Difficile à dire...  je continue de bourriner avec le mien, et à part la couture du rabat velcro d'une poche qui commence à lâcher, il est encore nickel. 

C'est pas non plus comme les gros sacs étanches en cordura renforcé kevlar que j'avais quand j'étais guide de canoe, mais franchement pour une utilisation normale, ils sont surprenants ces petits sacs...

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

23 novembre 2010 à 20:24:18
Réponse #5

jbc


je doit avouer qu'il me fait serieusement de loeil  ;D et qu'ils ont tout une gammes de produits asser sympas  ;#
question con ça donne quoi comme grammage le teslan 210d c'est épais ou pas ?

23 novembre 2010 à 20:45:06
Réponse #6

DavidManise


Non c'est pas très épais, et plutôt léger...  mais c'est costaud pour ce que c'est, franchement...

Je pourrai t'en dire plus dans quelques mois, je pense.  Pour l'instant je l'ai juste traîné un peu dans le gravier et dans les ronces pour voir...  pas de  bobo mais je veux voir comment il vieillit, aussi ;)

Mais bon, en rapport qualité prix, c'est franchement pas mal.  Le truc vaut 70 euros si je me souviens bien...

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

23 novembre 2010 à 20:53:20
Réponse #7

guillaume


Pas mieux que David. Je n'ai pas encore "réussi" à faire de trou dedans et pourtant je le traite comme tout mes autres autres sacs, c'est à dire sans aucun traitement de faveur :).
L'autre jour avec un pote, je me faisais justement la réflexion que la prochaine fois dans le canoë je prendrais ce sac et mon pas un autre de conception apparemment solide (style toile de bâche) mais dont les coutures ont presque toutes lâchées...

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

24 novembre 2010 à 13:06:20
Réponse #8

jbc


je viens d'en commander un , je verrais bien ! je ferais un retex dessus plus tard

01 mai 2011 à 17:07:20
Réponse #9

jbc


bon bah j'ai essayer sur la drome ! avec desalage et tout et tout ça ne le fait pas, 6 heures dans l'eau ça finit par rentrer. même un sac 100% étanche de la gamme pêche  de la même marque en 20L hpa dry pack sac photo lui il etait rempli de flotte

01 mai 2011 à 17:48:41
Réponse #10

Pierrot


Ben oui, sur l'eau, le seul truc vraiment étanche ce sont les bidons.  ;)

01 mai 2011 à 18:08:33
Réponse #11

jbc


Ben oui, sur l'eau, le seul truc vraiment étanche ce sont les bidons.  ;)

wi mais j'aime pas les bidons ça prend trop de place  ;# ceci dit j'ai decouvert une sac redoutable réellement 100% étanche un truc de fou mais le prix aussi c'est un truc de fou  :lol:

01 mai 2011 à 20:11:20
Réponse #12

guillaume


A
bon bah j'ai essayer sur la drome ! avec desalage et tout et tout ça ne le fait pas, 6 heures dans l'eau ça finit par rentrer. même un sac 100% étanche de la gamme pêche  de la même marque en 20L hpa dry pack sac photo lui il etait rempli de flotte

6H ! Quand même :o.

Petit retour après plusieurs mois de sortie régulière : RAS par rapport à mes conclusions, sauf que les poches latérales n'ont pas tout à fait finis de se découdre. Bref, l'ensemble du sac tient dans le temps quand même :).





a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité