Nos Partenaires

Auteur Sujet: Pain au levain maison : de la graine au pain !  (Lu 13513 fois)

31 octobre 2010 à 14:59:25
Lu 13513 fois

nadia


Bonjour tout le monde !
Cela fait un petit moment que je n'ai pas posté mais je vous lis assidument  ;D
Depuis quelques mois, j'expérimente le pain maison au levain, sans aucun ingrédient chimique, en accomplissant toute la chaine de l'épi au pain :
grains de blé --> farine --> fabrication pâte à pain --> four --> pain --> miam miam  :D

Un autre post parlait du pain, mais sans aborder toutes les étapes. Voici un petit compte rendu qui permettra peut-être à certains d'entre-vous d'essayer (je l'ai déjà publié sur mon blog, c'est une copie). C'est parti !


Fabriquer sa propre farine avec les moyens du bord, sans électricité

La farine est obtenue par un broyage fin des grains de céréales, en général du blé tendre. Cette opération est appelée la mouture.

Mais la poudre obtenue après broyage n'est pas blanche, mais marron clair, à cause de l'enveloppe des grains. C'est cette farine brute que l'on nomme "farine complète", ou encore farine de type 150.

Il est possible de "blanchir" la farine en éliminant plus ou moins le son, c'est à dire l'enveloppe des grains. On obtient alors :

    * la farine bise, ou farine de type 110, qui contient un peu de son
    * la farine blanche classique, dite aussi farine de type 55, que la plupart des ménagères utilisent
    * la farine parfaitement nettoyée de toute trace de son (farine type 45), plus chère, utilisée en pâtisserie

Mais il est possible de fabriquer sa propre farine avec un peu de patience et un minimum de matériel.

J'ai essayé de fabriquer ma farine maison à partir de grains de blé tendre, bio si possible, car il paraît que les pesticides utilisés en agriculture "moderne" se concentrent essentiellement dans l'enveloppe des grains.


Grains de blé tendre bio, que l'on trouve facilement dans les magasins bio.

 
Une fois la matière première trouvée, il me fallait un outil pour moudre. La mouture peut être soit manuelle (avec un pilon par exemple), soit mécanisée (avec un moulin à farine électrique). Malheureusement, je n'ai pas de pilon et la seconde option est assez chère (comptez 200 € pour un bon moulin).

J'ai donc opté pour le moulin à café de mes grands-parents, très rustique et entièrement manuel !


Le moulin à café de grand-mère, de marque Peugeot, un petit tiroir pour récupérer le broyat
et une manivelle pour entraîner le système mécanique à base d'hélices et d'engrenages.

Le fonctionnement est très simple : on verse une poignée de grains dans la réserve en haut, on ferme le "dôme" de protection en métal, puis on tourne ! Personnellement, je m'assoie et je coince le petit moulin entre mes genoux pour pouvoir tourner vite.

Lorsque le mécanisme n'oppose plus de résistance, c'est que tous les grains sont broyés. On peut alors récupérer le contenu du tiroir et le vider dans un bol.


Grains de blé moulus avec un petit moulin à café.
On remarque bien la présence du son, l'enveloppe sombre des grains.

L'étape suivante consiste à tamiser le broyat. Là encore, j'ai utilisé ce que j'avais sous la main, à savoir une petite passoire à mailles fines.

A droite, le résultat après tamisage simple, à gauche le résultat après re-broyage du résidu obtenu lors du tamisage (un peu plus de son de blé est présent, d'où une couleur plus sombre) :

On constate que la farine maison est plus "granuleuse", plus proche de la texture de la semoule fine ou du café moulu (normal puisqu'on a utilisé un moulin à café), mais la couleur ne choque pas trop, car assez proche de la farine bise ou de la farine complète.

J'ai essayé de faire des pains et des gâteaux avec ma farine maison, et le résultat est très satisfaisant. La pâte à pain et la pâte à tarte, par exemple, sont juste un peu plus sombres en raison de la présence du son que je n'arrive pas à éliminer en totalité, mais le goût reste inchangé.

Grâce à cette farine maison, j'ai également réussi à fabriquer du levain naturel. Voici la recette.

Pain au levain maison
Le levain est obtenu par fermentation d'un mélange de farine et d'eau. Ce sont les "levures" qui se développent dans ce milieu qui amélioreront le goût et le gonflant de votre pain maison en produisant du gaz.

Le développement de ces levures est capricieux et parfois difficile à maîtriser, c'est pourquoi la plupart des boulangers optent aujourd'hui pour des levures chimiques.

Pour optimiser vos chances de réussite dans la fabrication de votre levain maison :

    * n'utilisez pas de produits chimiques pour nettoyer les ustensiles qui vont vous servir (bol, cuillère...)
    * ne vous lavez pas les mains au savon, mais frottez-les plutôt énergiquement sous l'eau chaude
    * n'utilisez pas de couverts en métal (saladier, cuillère, couteau...) pour préparer le levain
    * placez-vous dans une pièce sans courant d'air ni variations brusques de températures

Levain maison - premier jour

Dans un petit bol, lavé à l'eau chaude sans aucun produit chimique, mélangez 30g de farine complète et 30g d'eau tiède, avec une cuillère en bois ou à la main. Les quantités ne sont pas critiques, l'essentiel est d'obtenir un mélange pâteux, pas trop liquide.

L'idéal est d'utiliser de la farine complète bio et de l'eau de source. Cependant, chez moi (Auvergne, à côté de la Chaînes des Puys), l'eau du robinet convient.

Vous pouvez utiliser de la farine complète (type 150) voire bise (type 110) ; l'essentiel est que les levures aient quelque chose à manger, donc pas de la farine blanche raffinée.

Certaines personnes ajoutent un peu de sucre roux (bio de préférence).

Munissez-vous d'un bocal en verre (type confiture ou conserves) et lavez-le à l'eau chaude, sans savon ni produit chimique et videz le mélange dedans, sans en mettre sur les parois. La transparence du contenant est essentielle pour suivre l'évolution du levain.


Levain 1er jour - La flèche indique le niveau initial.

Placez le couvercle sur le bocal (ou un papier, un torchon...) sans visser ! Il est essentiel que l'air circule et "ensemence" votre mélange. Placez le bocal dans une pièce assez chaude, à l'abri des variations de températures.

Fabrication du levain maison - 2ème étape (1er rafraichi)

Le lendemain (environ 12h à 24h plus tard, selon la température de votre pièce et la vigueur de votre levain), vous devez remarquer que votre mélange a légèrement augmenté de volume. Dans le meilleur des cas, vous devez sentir une légère odeur de fermentation (type bière ou choucroute), pas trop prononcée et presque agréable.

En tout cas, il ne doit pas :

    * avoir formé une pellicule liquide en surface (trop d'eau, pas assez pâteux)
    * sentir mauvais (mauvaises conditions de température ou mauvaise circulation de l'air)
    * présenter une couche "gris sombre" en surface, signe de fermentation trop avancée (les levures meurent)
    * former une croute en surface (temps trop sec, levain trop sec)

Les premières fois, ce n'est pas évident...

Si votre levain se porte bien, même s'il n'a pas vraiment augmenté de volume, videz-le dans un bol (lavé à l'eau chaude). Pesez-le et ajouter la même masse de farine complète (ou bise) et la même quantité d'eau tiède. Touillez et replacez dans le bocal en verre, préalablement soigneusement lavé à l'eau chaude. Couvrez sans fermer et remettez dans un endroit chaud.

Cette opération s'appelle le premier rafraichi et sert à fournir une nourriture fraiche aux jeunes levures voraces qui peuplent votre levain.

Notez au passage que le levain a triplé de poids à cette occasion. Chaque rafraichi, les jours suivants, aura les mêmes conséquences. Un levain devient vite envahissant et a besoin d'espace !

Fabrication du levain maison - 3ème étape (2nd rafraichi)

Toujours 12h à 24h plus tard (selon la température de votre pièce et la vigueur de votre levain), le levain a du doubler de volume et vous devez maintenant sentir une bonne odeur de fermentation, de plus en plus prononcée mais toujours agréable. Si l'odeur tourne au vinaigre, le levain a faim et réclame à manger. Agissez vite ou vous allez le perdre.


12 à 24h après le premier rafraichi, le levain doit doubler de volume et commencer à buller (pleins de petites bulles et quelques plus grosses).


Rebelote : videz le levain dans un bol, pesez et ajoutez autant de farine complète et d'eau tiède. Remettez dans le bocal en verre, couvrez et placez à bonne température.

Fabrication du pain au levain maison

Toujours 12h à 24h plus tard, selon la température de votre pièce et la vigueur de votre levain), le levain doit être de plus en plus vigoureux. Le mien triple de volume parfois ! Attention de prévoir un bocal assez grand...


Le levain a triplé de volume. Quelques heures de plus et il débordait... De nombreuses bulles sont visibles.
La surface est bosselée car les bulles tentent de sortir mais le levain les retient.

Le levain est prêt ! La fabrication du pain peut commencer...

Dans un grand saladier (lavé à l'eau chaude, sans produits chimiques), versez :

    * 200g de votre levain
    * 800g de farine : blanche pour obtenir du pain blanc, complète pour obtenir du pain complet
    * 400g d'eau tiède
    * 10 à 20g de sel, selon votre goût

Touillez, remuez, malaxez !!! (à la main c'est plus agréable...) Vous devez obtenir une boule compacte, élastique et agréable au toucher. Placez-la dans un saladier propre, sur une fine couche de farine pour éviter que la pate ne colle, et recouvrez d'un linge humide.


Laissez gonfler entre 8 et 12h, le temps que la pate double de volume.

Fabrication du pain au levain maison - Apprêt et cuisson

Décollez la boule de pate du saladier, sans la déchirer, et placez-la sur une table saupoudrée de farine (toujours pour éviter que la pate ne colle). Aplatissez délicatement avec la paume de la main. La pate doit faire "pschitt" au fur et à mesure que les bulles d'échappent.

Si comme moi, vous utilisez de la farine complète, la pate gonfle peu donc ne vous attendez pas à un "pschitt" spectaculaire...

Donnez à votre pain sa forme définitive, sans jamais déchirer la pate :

    * pour une boule, rabattez les bords au centre pour que la pate fasse plusieurs épaisseurs
    * pour un pain, roulez la pate sur elle même pour obtenir un boudin de pate

Cette étape se nomme l'apprêt.


Déposer votre trésor dans le moule (ou sur la plaque) qui va servir pour la cuisson et patientez 2 à 4h, le temps que le pain regonfle un peu. Si votre pièce est trop sèche, placez un linge humide sur le moule.

Faites préchauffer votre four à 240°C (c'est long !). Quelques minutes avant d'enfourner, versez un bol d'eau dans la lèchefrite du four (la plaque pleine qui sert à récupérer le jus de cuisson) pour faire une énorme bouffée de buée et refermez la porte.

Cette étape s'appelle le "coup de buée". Elle favorise la formation d'une croute fine et dorée.

Juste avant d'enfourner, faites des entailles dans le pâton, avec un couteau lisse ou un cutter. C'est ce que les boulanger appellent le grignage : cette étape permet au pain de gonfler.


Enfournez environ 45 minutes, à 240°C durant les 20 premières minutes, puis à 190°C ensuite. Stoppez la cuisson lorsque la croute du pain est bien dorée (même un peu grillée pour le pain soit bien cuit à coeur). En pratique, le pain doit sonner "creux" quand vous le tapotez avec le manche d'un couteau.

Sortez du four et... patientez ! C'est bouillant. Déposez si possible le pain sur une grille pour que la croute refroidisse tout en conservant son croustillant.


Appétissant non ?

31 octobre 2010 à 15:22:03
Réponse #1

Raiderscout


Top de chez Top  :doubleup:

Objectif : remettre la main le plus vite possible sur les moulins de ma grand mère.

Best Off merci  :)
"Be Prepared !"

31 octobre 2010 à 15:29:35
Réponse #2

sharky




Salut,

Ton post tombe super bien.

Je m'apprête à faire ma première chauffe du four à pain/pizza dans lequel je viens d'investir afin de pallier à l'absence de boulanger dans le village.

Ce soir, au menu, pain frais, tian de courgette et pizza. Si tout va bien

''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

31 octobre 2010 à 15:37:55
Réponse #3

nadia


Heureuse que ça puisse vous être utile  :up:

Petite remarque : si on travaille uniquement avec de la farine complète, le pain obtenu est proche du pain bis, avec une mie assez dense.
A éviter donc pour des personnes qui ont du mal à digérer de tels aliments.  ;)

@sharky --> chouette ton four ! je suis allée sur le site du fabricant, mais ils ne mentionnent pas les prix... Si ce n'est pas trop indiscret   ;#

31 octobre 2010 à 17:48:44
Réponse #4

Jérôme A


Salut et merci  ;)

une tite question tu peux réutilisé ton levain ? car tu dit en mettre 200, si t'as du rab t'en fais quoi ?

soul,
Si vous vous sentez impuissant...
Aidez quelqu'un .

31 octobre 2010 à 18:07:26
Réponse #5

nadia


Ben en fait, je fais du pain occasionnellement, donc je jette le surplus de levain (attention, ça pue très vite à partir du moment où on ne le nourrit plus...). Mais les personnes qui font leur pain plusieurs fois par semaine gardent le surplus et le rafraichisse tous les jours, jusqu'à la prochaine fournée, et ainsi de suite...

Il parait qu'on peut le mettre en "sommeil" dans le frigo (hors gel quand même, faut penser aux pauvres bébêtes dedans  ;D) et le "réveiller" quelques jours plus tard en lui donnant à manger.
Il est aussi possible (jamais tenté) de le stocker sous forme de petites boulettes desséchées et de le réhydrater le moment venu. Ça permet d'avoir des copies de sauvegarde en quelque sorte, si jamais on fait une fausse manœuvre qui entraine la mort du levain.

Les quantités que j'ai donné sont à titre indicatif. Ça me permet d'obtenir un gros pain (voir photo). En fait, si tu veux préparer plus de pain, tu as 2 solutions :
- soit tu mets plus de farine et d'eau le premier jour (puis le fait de tripler le poids à chaque rafraichi fait que tu auras plus de levain au final)
- soit tu fais un rafraichi supplémentaire ; le levain n'en sera que plus "goutu" et plus vigoureux.
Dans les 2 cas, il faut prévoir un plus gros bocal....

Mais jusque là, j'ai toujours préparé le levain "à la demande" ; ça a loupé une fois (je vous raconte pas l'odeur le matin au réveil  :closedeyes:)

PS : j'ai oublié un autre truc : ne jetez pas le levain frais dans les toilettes ou l'évier. Vous pourriez faire face à une "invasion massive de levures voraces" qui auraient joyeusement proliféré dans vos canalisations et vos égouts  ;#
« Modifié: 31 octobre 2010 à 18:12:31 par nadia »

31 octobre 2010 à 20:43:22
Réponse #6

Anca


Excellent
merci de partager ton savoir.

j'ai hâte de tester

01 novembre 2010 à 07:44:45
Réponse #7

Clemstout


Merci pour ce post!
Ca fait un petit moment que je fais régulièrement du pain mais simplement avec de la levure de boulanger fraiche. Tu m'as donné envie de me mettre au levain (j'y songeai déjà mais là j'ai plus aucune excuse!!!).
Niveau gout, avec le levain tu sens une grande différence? Plus acide peut être?

Encore merci

Clemstout
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

01 novembre 2010 à 10:27:36
Réponse #8

nadia


Travailler uniquement avec du levain complique les choses : on est sur un produit "vivant", un brin capricieux et dépendant des conditions extérieures (météo, qualité de la farine, qualité de l'eau...). Ce qui est sûr, c'est qu'un levain qui a faim a une odeur très forte (âcre), qui va dominer tout le reste.

Donc, à mon avis, chaque levain est différent --> gout du pain différent

Niveau goût, ça change du pain blanc de supermarché.... Et mieux vaut être franche : ça ne plait pas à tous les palais, car beaucoup de gens trouvent le goût trop "rustique".
Comme je l'ai précisé, je fais essentiellement du pain avec farine bise / complète, donc le pain obtenu est dense et lourd (pain bis). J'en fais des tartines au petit-déjeuner et au goûter.

01 novembre 2010 à 10:31:48
Réponse #9

Anca



Niveau gout, avec le levain tu sens une grande différence? Plus acide peut être?


pour répondre à ta question: oui il est plus acide mais également plus aromatique.

je crois qu'il se conserve plus longtemps également.

Anca

01 novembre 2010 à 11:33:39
Réponse #10

Clemstout


Ok merci pour ces réponses!
Si jamais j'y arrive je posterai mon résultat, vous donner mon avis. D'habitude j'utilise également de la farine bise et/ou type 110 voire 130, donc rien de très raffiné dans tout ça, et dans tous les cas, cela me donne aussi un pain assez dense qui se conserve bien.
Il m'arrive d'y ajouter selon l'humeur noisettes concassées, noix concassées, basilic (parfume beaucoup) et récemment j'ai testé les graines de sésame grillées, et là aussi très bonne surprise..

Clemstout
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

15 novembre 2010 à 09:35:35
Réponse #11

Clemstout


Ca y est j'ai testé!
J'en suis à mon deuxième pain au levain là, ça s'enchaine car j'ai récupéré de la pâte de la fournée précédente comme base pour le levain du second pain.

Résultats: Un pain bien alvéolé à l'intérieur, un brin acide, assez dense (farine type 130) et une jolie couleur...de pain. (Bref il est pas tout blanc ou uniformément coloré!)
J'ai un peu "anticipé" sur le deuxième à cause de l'odeur du levain qui se faisait forte malgré les rafraichis quotidiens, mais la pousse a bien eu lieu, et le second pain a bien réussi.

Merci encore pour ce tuto, comme quoi avec un peu d'attention tout le monde peut y arriver (ben oui si moi j'y arrive je vous assure....)!

Clemstout
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

16 novembre 2010 à 17:30:57
Réponse #12

madenn23


Il me semble qu'on peut également rajouter du sel dans le levain, peut être pour la conservation!?

Y a t'il un boulanger dans la salle?

16 novembre 2010 à 18:56:24
Réponse #13

sharky


Il me semble qu'on peut également rajouter du sel dans le levain, peut être pour la conservation!?

Y a t'il un boulanger dans la salle?

Il me semble qu'il ne faut jamais mettre de sel et du levain en contact direct sinon çà tue le levain, je vérifie.
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

16 novembre 2010 à 18:57:29
Réponse #14

sharky


Il est fortement recommandé de garder la levure dans un réfrigérateur à une température idéale se situant entre + 4° et + 6°C; elle peut, à cette température, se conserver plusieurs semaines voire plusieurs mois à 0°C.
Il faut savoir que la levure dépérit au contact d'agents microbiens (moisissures) et que le chlorure de sodium (sel) tue pratiquement la levure, donc jamais de sel directement sur la levure!


Source:http://www.supertoinette.com/fiche-cuisine/304/levure-biologique-de-boulanger-fraiche.html
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

17 novembre 2010 à 12:00:23
Réponse #15

madenn23


ok merci ;)

Attention à ceux qui lise "l'art de vivre au temps jadis" :down:

17 novembre 2010 à 12:33:38
Réponse #16

Clemstout


J'ajouterai même que pour aider au développement du levain on peut rajouter une pincée de sucre dans le levain. Personnellement c'est ce que je fais ça aide mon levain car comme je ne mets pas de chauffage, des fois il galère un peu à se développer!

Bien a vous

Clemstout
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

18 novembre 2010 à 13:30:52
Réponse #17

nadia


Pour rebondir sur ce que dit madenn23 par rapport au livre "l'art de vivre au temps jadis", voici la recette proposée dans le Larousse ménager de 1926 :

"On peut préparer du levain en faisant bouillir pendant une heure 250 grammes de farine avec 60 grammes de sucre et un peu de sel dans 3 litres d'eau. On laisse refroidir et on emploie le lendemain."

Je n'ai pas testé mais ça m'intrigue...  :blink:
1- Le fait de faire bouillir ne va pas tuer les levures ?
2- Le "truc" obtenu doit être assez liquide, même si l'eau doit réduire.
3- La présence de sel est suspecte...

Bref, si quelqu'un a testé...
« Modifié: 18 novembre 2010 à 13:42:26 par nadia »

18 novembre 2010 à 13:40:34
Réponse #18

Clemstout


Salut nadia,

Pour répondre à ta question, je n'ai pas directement testé la recette dudit Larousse, mais il m'est arrivé une fois de préparer mon levain en mélangeant ma farine avec de l'eau bouillante et une pincée de sucre. Ce n'était pas fait exprès et j'ai eu la même interrogation que toi en me disant "ouah mais l'eau bouillante ça va tuer les levures pour le levain" mais il n'en fut rien j'ai eu une 'fermentation' de mon levain comme à l'habitude. Je suppose de même que la quantité relativement minime de sel pour les 3 litres d'eau de gene pas vraiment la formation du levain.

Ce n'est finalement pas comme la levure que l'on incorpore directement qui elle si l'eau est trop chaude (supérieure à 40°C je dirais) meure (j'en ai fait la triste expérience->reste de pate transformée en galette passée à la poele graissée. Mais je m'égare..)

Si ça a répondu à ta question,

Amicalement

Clemstout
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

18 novembre 2010 à 14:49:38
Réponse #19

nadia


Merci pour cette précision Clemstout. Je tenterai peut-être cette recette la prochaine fois. Ça a le mérite d'être simple !

Et tant qu'on est dans les vieux bouquins merveilleux (j'en ai plein  ;D), voici la recette de "L'encyclopédie Tout Faire soi-même" :

"Le levain :
Il faut le préparer en mélangeant dans un bol une cuillerée à soupe de farine complète et une cuillerée à soupe d'eau. Laissez ce mélange reposer dans un endroit tiède (20°) pendant trois jours. La pâte ainsi préparée va lever et doubler de volume.
A cette pâte fermentée ajoutez 125 grammes de farine et 75 grammes d'eau et amalgamez. Remettez cette boule de pâte dans un endroit tiède (20°) pour qu'elle lève à nouveau et laissez-la reposer 12 heures.
Votre levain est prêt."

18 novembre 2010 à 14:54:43
Réponse #20

Clemstout


J'avoue la ça devient vraiment du 'jeu d'enfant'! On fait son petit mélange, on l'oublie un peu au calme et retouille et basta!  ;#
J'AIME !  :D

(Et je m'en vais de ce pas l'essayer pour mon prochain pain! ->Si ça foire je te tiens pour responsable de ma dénutrition  en me proposant des recettes non testées  :lol:)

Si on peut pas s'amuser à découvrir de nouvelles choses ça vaut pas le coup hein moi je dis vive les tests! ;)

Clemstout
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

26 novembre 2010 à 20:08:08
Réponse #21

Moniot van Moeren


 :doubleup:Excellent et très didactique que ton tuto (il n'aurait pas une place dans le Wiki tel que celui-là ?) :doubleup:

Chez moi, nous faisons le pain nous même aussi. Nous avions un levain (Clovis), mais il est décédé après l'avoir abreuvé, un soir, avec l'eau courante sortie du robinet :'(

MvM
"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

26 novembre 2010 à 20:54:11
Réponse #22

nadia


:doubleup: Excellent et très didactique que ton tuto (il n'aurait pas une place dans le Wiki tel que celui-là ?) :doubleup:
Merci  :-[

Par rapport à ta mésaventure avec l'eau du robinet, je me demande si le levain ne pourrait pas servir d'indicateur pour "juger" de la qualité d'une eau. Je pense notamment à ceux qui disposent d'une source ou d'un puits.

Cela n'empêche pas pour autant de faire analyser sa source pour connaître précisément sa potabilité.

D'ailleurs, pour ceux que ça intéresse, je suis tombée sur un site du ministère de la santé, qui analyse la qualité de l'eau en France :
http://www.sante-sports.gouv.fr/resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable.html
Cliquez sur votre région, puis remplissez le questionnaire.
Les résultats sont donnés par commune (et même par source de captage à l'intérieur de chaque commune) et sont très détaillés. On peut même accéder aux relevés antérieurs, sur plusieurs mois.

J'ai même découvert que l'eau était souillée à l'Escherichia Coli (matière fécale, si vous préférez...) dans le village d'une amie.  :o
La population n'a bien évidemment pas été prévenue  ::) alors que le problème a duré 6 mois...

26 novembre 2010 à 21:27:04
Réponse #23

gmaz87


Bsr,
Merci Nadia pour le lien, très intéressant
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

27 novembre 2010 à 13:26:05
Réponse #24

Heimdall


Alors, pour le levain, jamais de sel, ça l'abîme et peut le tuer... Pas trop de sucre non plus, sinon, c'est de l'alcool que vous allez avoir!! Enfin, pas tout de suite, je fais exprès de grossir, mais pas top non plus!
Pour la conservation, nous, on le gardait au frigo à 4/5° mais bon, on s'en servait tous les jours... Oui, vous l'aviez devinez, j'étais boulanger!!!

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité