Nos Partenaires

Auteur Sujet: Pour que la pluie reste un plaisir  (Lu 18232 fois)

02 novembre 2010 à 10:34:18
Réponse #50

Bison


Karto, on y retourne l'année prochaine?

Avec un peu de matos "cannyoning" ... juste pour le plaisir et l'apprentissage du demi-tour!
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

02 novembre 2010 à 10:42:07
Réponse #51

VieuxMora


Amha, 2 points clés:

1. Le point d'arrimage sur la rive qui doit permettre de récupérer la corde après passage. Une corde aime bien se bloquer entre les roches etc.
2. Sortir de la veine de courant, surtout si on a perdu pied et que l'on "surfe"  ( faites vous remorquer dans l'eau à 6 ou 7 kmh par une corde, et voyez comment çà se passe  ;#)

Humour On: avaler une pastille de micropur en ressortant H. Off  

03 novembre 2010 à 15:07:57
Réponse #52

guarocaliente


Merci pour ce retex.  :)

Très intéressant et agréable à lire.
Ici et Maintenant.

03 novembre 2010 à 15:53:12
Réponse #53

Kilbith


Au sujet du "coton kill" par grand froid et/où humidité.

Sur le principe tout le monde ici est d'accord sur cette assertion. Il faut éviter le coton par temps froid et/ou humide. Pourtant on connait des contre-exemples pour les trois couches.

- Pour la première couche (la couche d'évacuation de l'humidité) on peut utiliser des sous vêtements en coton "fishnet" en mailles larges utilisés par les armés scandinaves et russes. Il est amplement prouvé que c'est ce qui équipait Hillary sur l'Everest.



- Pour la couche externe, contre les intempéries, on peut utiliser du ventile mis ou point comme vêtement de survie pour les pilotes en mer du nord. C'est ce qui a équipé des générations d'alpinistes et ce qui équipe toujours des équipes scientifiques en antarctique.

ici : http://www.antarctica.ac.uk/living_and_working/camping/below_canvas/page1.php




-Pour la couche d'isolation, certainement la couche pour laquelle le coton est la moins recommandée. Cela n'empêche pas l'armée russe d'avoir remporté la victoire bine protégée du froid sans ses Telograika (vêtement en coton rembourré par de la bourre de coton).
wiki : http://en.wikipedia.org/wiki/Telogreika



Ces trois exemples (souvent méconnus des auteurs EtatsUniens annonçant "cotton kill") prouvent que le coton peut être utilisé par temps froid et même humide. Sous réserve qu'il soit bien utilisé et que l'on comprenne les limites de ces produits.

Ceci dit, ce n'est pas ce qu'il y a de plus adapté et surtout de plus simple d'emploi.  :)

[EDIT] les fishnet et les telograika ne sont pas si difficiles que ça à fabriquer avec les moyens du bord, ce qui en fait des solutions "low tech" intéressantes.
« Modifié: 03 novembre 2010 à 17:17:13 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

03 novembre 2010 à 16:04:47
Réponse #54

Diesel


A noter qu'un des vêtements que j'utilise le plus en hiver est une chemise en coton à bouclettes de l'armée suédoise.  ;#
En couche intermédiaire entre une polaire et un t-shirt en mérinos pour les 2 dernières années pour l'exemple.
Je n'ai jamais eu en m'en plaindre pour l'isolation. Bon ok, chez moi, ce n'est pas le pôle nord non plus mais c'est souvent humide et relativement froid (-10° à 1000m en plein hiver au lever/coucher de soleil).
Je vais essayer la combinaison laine mérinos, coton, laine mérinos cette hiver pour voir ce que ça donne. :)

04 novembre 2010 à 08:41:43
Réponse #55

Kilbith


Bonjour (ou plutôt bonsoir) Filmanue,  :)

Citer
par contre pour le ventile j ai compris pour le pole sud mais lors des expeditions actuelles vers le pole nord les vetements de type poly- etaient preferes sais tu pourquoi (en dehors de leur cout moindre ...) ?

Tout d'abord : Je n'ai aucune expérience pratique de ces contrées.  :closedeyes:

Dans mes lectures la grande différence c'est que le Pôle sud c'est super sec et que la banquise est peu importante. En revanche, le pôle nord cela peut être humide et il n'y a que de la banquise.

Dans un cas le danger c'est le froid et le vent ET l'humidité interne (le ventile c'est très respirant sec). Dans l'autre l'humidité externe existe (pluie, poudge, tomber dans l'océan arctique...).

Comme le ventile est seulement résistant à l'eau on comprend que le choix s'oriente vers du synthétique dans les expéditions : moins cher, plus facile à trouver, plus léger, plus résistant aux frottements, plus étanche et bénéficiant du "sponsoring des grandes marques" (ce dernier facteur ne doit pas être sous estimé dans les choix des "explorateurs").

Citer
mais les gars qui bossent sur la construction sont tous habilles en carhartt Arctic qui sont des vetements avec du coton pour des raisons de securites mais pas que ca ...

C'est une chose qui m'a toujours étonné aux Etats Unis : il y fait souvent (très) froid mais les gens utilisent peu de pullover en laine comme couche d'isolation. Le plus souvent ils superposent plusieurs sweat shirt ou tshirt en coton pour obtenir une isolation suffisante. La laine est seulement présente en couche externe (Woolrich, Filson...).

J'y vois plusieurs raisons :
- A l'ouest le froid est souvent vif, mais c'est relativement sec dans les "grandes plaines".
- Les USA sont un gros producteur de coton, pas de laine. A la différence de l'Europe, l'offre de coton nationale est abondante et peu onéreuse.
- Les USA ont peu d'agriculture "locale", c'est depuis longtemps un "marché intégré". Donc peu de petite production locale de laine, pas d'habitude du "pull tricoté maison" à partir des moutons locaux, à part dans les régions historiquement hispaniques et peut être (?) en nouvelle angleterre.
- Les vêtements en laine industrielle étaient souvent de mauvaise qualité (laine recyclée à fibre courte "shoddy wool") et rarement de "laine vierge locale" comme en Europe dans les régions humides ou de montagne .
- Pour les raisons précédentes (?) l'armée américaine a abandonné depuis longtemps l'uniforme en laine au profit du coton puis du synthétique.
En Europe, les armées (de conscrit) n'ont renoncées au drap de laine que contraintes et forcées du fait du ré-équipement US au cours de la 2GM.
Des millions de conscrits sur plusieurs siècles ont appréciés leurs uniformes en "drap de laine" lors de longues et douloureuses campagnes (ou détestés ceux-ci en été).

Ce ne sont que des hypothèses.
Mais c'est clair que, jusqu'à ce que la "mode US" s'impose dans la jeunesse européenne (Sweat à capuche...), il ne serait pas venu à l'idée d'un randonneur européen de ne pas prendre un chandail en laine comme couche isolante. Jusque qu'au début des années 80 c'était le pull, l'écharpe, les gants, le bonnet tricotés amoureusement par la "mamie", ou bien un héritage familial.

Ça grattait souvent horriblement (laine locale bien rustique pas du mérinos australien), c'était lourd et encombrant, une fois mouillé c'était informe (tricot, rarement du tissu), ça puait le bouc (laine désuintée artinasalement dans la rivière), il y avait souvent des trous (reprisés avec soin), les coudes perçaient (pose de patch en cuir), mais c'était chaud.


Citer
tu pourrais rajouter dans les vetements en coton le sweater hood rouge des rangers canadiens.
http://labcityrangers.ca/images/P5160019.JPG
Dans un froid sec et sans couche par dessus, un sweat shirt capuche de qualité (par nature le coton gratté intérieurement est isolant et surtout plus coupe vent que l'équivalent tricoté en laine) doit être confortable pour des activités relativement statique.
Comme il "ventile" bien, l'humidité doit être géré dans ces climats secs, j'imagine. C'est solide, durable, pratique à coté du feu, facile à laver même si on est enduit de cambouis et pas très cher à l'achat. C'est donc normal que ce soit utilisé même par les pros.

Mais il ne faut pas tomber dans l'eau, se rouler dans la poudge (slush), creuser un abris dans la neige, faire de l'exercice sous une pluie fine avec vêtement étanche par dessus, ou devoir escalader 500m/heure avec un sac 25kg pour s'arrêter en haut de la montagne par grand vent et regarder le paysage.

 ;)
 
« Modifié: 04 novembre 2010 à 09:44:49 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

04 novembre 2010 à 16:03:14
Réponse #56

Nirgoule


Moi j'aime bien ce récit.

On ne peut pas reprocher à Karto d’avoir été honnête dans son retex. Savoir renoncer quand ça sent le roussi, quand on ne voit pas pourquoi on continuerait. Les récits sont trop souvent ponctués de faits extraordinaires et occultent les moments plus galère. Or se sont ces derniers qui attestent de l’authenticité du récit.

On ne peut pas reprocher non plus à Karto d’avoir été un minimum prudent. Pour pratiquer la rando quelques fois seul, je m’impose une plus grande prudence. Parfois je me dis « que d’autres passeraient », mais moi là « je le sens pas ». Alors je fais demi-tour ou je contourne l’obstacle.

Tout cela nous fait réfléchir, comme je ne me suis jamais trouvé dans des conditions aussi dantesques, je me demande bien ce que j'aurais pris comme matériel?
Comme on l'a dit, une paire de bottes avec chaussettes de laine et un bon poncho. Comme il pleut plus rarement chez nous, nos tentes sont rarement sollicitées comme ici : refaire l'étanchéité, une tente neuve dont on aura au prélable vérifié les coutures ? Un sac étanche surgonflé pour traverser la rivière ? Des un tuba et des palmes ?    ;#

Et puis cela nous renvoie à notre rapport au plaisir. Certains le trouvent après quelques temps librement passés à en chier. Je suis de ceux-là, mais je n'exclue jamais la prudence.
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

13 mars 2020 à 22:29:51
Réponse #57

Aleksi


En fait, on peut difficilement me reprocher de camper dans les marécages. Ce pays, c'est des marécages. Point. Le gars qui veut pas camper dans les marécages, il campe pas ;)

Salut !
Je me retapais cette histoire courte, car j'adore les chroniques et la gouaille de Karto  ;#
Du coups pour rebondir sur cette phrase, ca me rappel une sortie de trois semaines dans la cordillère Llanganatis avec un pote. C'était des marécages partout et particulièrement à l'heure à laquelle approchait le bivouaque. On pataugeait littéralement et, même scénario que le tiens, parfois pour des kilomètres à la ronde. Trente-minute à la machette pour couper tout ce qui traîne autour (herbes hautes, roseau, etc etc) et on faisait une petite plateforme sur laquelle on montait la tente. Jamais eu de soucis même avec de grosses pluies.
Je ne connais pas du tout la zone que tu décris et ça semble être un cas particulièrement extrême donc je ne dis pas que ça aurait fonctionné, mais c'est juste une remarque générale sur comment monter une petite tente sur un sol marécageux ;).
A plus !
« Modifié: 13 mars 2020 à 22:42:15 par Aleksi »

14 mars 2020 à 02:47:37
Réponse #58

Criss Kenton


Merci pour le déterrage :up:
J'avais adoré cette histoire à l'époque. Avant de me retrouver confronté aux mêmes conditions (météorologiques et géographiques) et de la chérir d'autant plus dans un coin de ma mémoire.

Citer
Je ne connais pas du tout la zone que tu décris et ça semble être un cas particulièrement extrême donc je ne dis pas que ça aurait fonctionné, mais c'est juste une remarque générale sur comment monter une petite tente sur un sol marécageux
Effectivement, rien à couper dans ces coins et conditions, à part ta chique  ;#

14 mars 2020 à 19:43:06
Réponse #59

Karto


Citer

Effectivement, rien à couper dans ces coins et conditions, à part ta chique  ;#

...et le vent.

16 juin 2020 à 12:51:45
Réponse #60

You


Pas si loin cet hiver : quand la pluie vient d'en haut, même à l'horizontale, finalement c'est encore gérable.
Mais quand elle imbibe le sol au point que ce ne soit plus vraiment un sol...
Ça donne ça, et là, ça devient tendu :

16 juin 2020 à 14:14:51
Réponse #61

Karto


Haha ouais. Un bog. On y perd ses chaussures, mais surtout, parfois, on ne voit pas d'eau du tout et la seule manière de les détecter, c'est la nature de la végétation qui les recouvre.

16 juin 2020 à 14:44:51
Réponse #62

You


Voilà.

Le genre de truc (lecture du 'terrain' aqueux) qui s'apprend typiquement par essai/plouf/erreur.

Et où l'expérience individuelle ne sert pas au suivant (la motte "stable" sous son pas ne le sera pas sous celui du copain), à fortiori s'il ne fait pas le même poids...
C'est là aussi où on apprécie d'être à plusieurs : avoir un copain retenu ancré par un autre qui vous tend ses bâtons (après photo, haha), c'est précieux dans ces moments-là.

Après, c'est le genre de conditions où l'on réalise très vite qu'être intégralement trempé, on s'en fout, tant qu'on a pas froid.
Et pour ce type d'apprentissage théorique, l'expérience collective et la somme partagée des erreurs d'autrui ajoutée aux siennes est irremplaçable

Pour ajouter ma goute d'eau au post, je dirais que dans ces conditions machine-à-lavesque, j'ai grandement apprécié mon kilt 100% acrylique, qui même trempé me tenait chaud sans me coller aux cuisses, et échait s'égouttait fort vite.

Quant aux chaussettes "étanches", c'est juste une blague. Surtout après le premier passage de rivière jusqu'aux genoux, sachant qu'il y en a 10 derrière.
Mais pas eu froid non plus.

19 juin 2020 à 21:13:59
Réponse #63

Diesel


Pas si loin cet hiver : quand la pluie vient d'en haut, même à l'horizontale, finalement c'est encore gérable.
Mais quand elle imbibe le sol au point que ce ne soit plus vraiment un sol...
Ça donne ça, et là, ça devient tendu :
Je ne veux pas foutre le bordel mais une personne de taille normale en aurait eu jusqu'à la cheville You.  ;#
Pas la peine de la ramener.  :nana:

P.S. Oh que je suis méchant... Mais c'est parce que je l'aime bien lui.  :love:

22 juin 2020 à 15:10:21
Réponse #64

You


Dis-donc Frodon, ça te va bien de te moquer !

Signé : Gimli

22 juin 2020 à 21:18:56
Réponse #65

Diesel


Dis-donc Frodon, ça te va bien de te moquer !

Signé : Gimli
Sur un forum, il vaut mieux être un hobbit qu'un troll de toute façon. :ninja:

Signé: Frodon  ;#

23 juin 2020 à 06:45:28
Réponse #66

Merlin06


C'est presque drôle les gens qui se vantent de recevoir en dernier la pluie sur la tête...  :lol: ;#
L'âme sûre ruse mal.
Le matin du grand soir il y aura de la confiture de bisounours au petit déjeuner.
Nous avons deux souverains, Dame Physique et Sire Temps.

23 juin 2020 à 08:21:57
Réponse #67

Hurgoz


C'est presque drôle les gens qui se vantent de recevoir en dernier la pluie sur la tête...  :lol: ;#


 :ninja: :ninja:

 :lol:
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

23 juin 2020 à 11:17:25
Réponse #68

Diesel


C'est presque drôle les gens qui se vantent de recevoir en dernier la pluie sur la tête...  :lol: ;#
Apprends à marcher sur l'eau avant de te moquer des petites gens Merlin.  ;#
Tu faisais moins le fier ici  :lol:

23 juin 2020 à 11:21:10
Réponse #69

Rantanplan


Tu m'étonnes.

Beaux ponchos en silnylon, au vent, près des barbelés !   :o Plutôt crever trempé.


25 juin 2020 à 07:00:51
Réponse #70

Merlin06


Pfft, une simple formalité.  :lol:

Vous avez le plaisir de contempler sous vos yeux ébahis la Sorcière et la Grenouille de l'Hongrin dans leur tenue de parade amoureuse.
L'âme sûre ruse mal.
Le matin du grand soir il y aura de la confiture de bisounours au petit déjeuner.
Nous avons deux souverains, Dame Physique et Sire Temps.

25 juin 2020 à 07:42:44
Réponse #71

raphael


ça me rappel un épisode de pleige horizontale sur une route au milieu de nulle part

 ^-^ ;#
Se connaitre et s'accepter


25 juin 2020 à 10:02:37
Réponse #72

Diesel


ça me rappel un épisode de pleige horizontale sur une route au milieu de nulle part

 ^-^ ;#
ça me rappelle aussi quelque chose ....  :huh:
Une belle histoire de randonneurs presque morts de soif la veille et noyés le lendemain sous un épisode Cévenol.  :lol:

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité