Nos Partenaires

Auteur Sujet: Protocole de sauvetage  (Lu 2694 fois)

13 octobre 2010 à 16:01:52
Lu 2694 fois

Lemuel


Salut

Savez vous quel est le protocole de sauvetage pour les gens perdus en montagne en France ?
Une personne est signalée manquante à la gendarmerie, que se passe-t-il à ce moment là concrètement ?

Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

13 octobre 2010 à 17:45:09
Réponse #1

Lynx


quelques éléments rapidement

Le protocole va évoluer en fonction du message d'alerte et du service destinataire.

 S'il s'agit d'un message de disparition, il y a lieu de mettre en évidence la présomption d'accident ou non.
  - soit il y a témoin de l'accident
  - soit on a une disparition suite à un projet de sortie
  - soit on a une disparition d'un individu pratiquant régulièrement
  - soit on a une disparition simple

 Dans ta question je comprend le cas n°2. Donc un message type "machin est parti dans le massif bidule, il devait rentrer hier soir, et il n'est pas la"
 Le message sera transféré au service en charge du secours en fonction de la zone de disparition.
 La chaîne de secours en montagne est un plan spécial (issu des anciens ORSEC) élaborés par le préfet. En fonction des sites, le plan est géré par les communes ou le département, les moyens engagés peuvent être communaux (Pistes...), départementaux (SDIS) ou relèvent de l'état (CRS/PGHM/SAMU).
 Les organisations sont donc différentes selon les secteurs.

 En gros, si la gendarmerie reçoit un message de nature à présager d'un risque sur la sauvegarde de l'individu, elle se saisi de l'affaire puisqu'elle a le devoir d'assistance et de secours aux personne. L'unité va prendre en compte l'alerte et remonter le message à sa hiérarchie.
 Le commandement va ensuite engager les moyens en fonction des circonstances pour lancer une reconnaissance. Il peut s'agir d'une ronde en 4x4 des unités de secours, une reconnaissance des parkings par les unités territoriales, une reconnaissance helico ou même un départ d'une caravane.
Ce sont alors les premiers à marcher ( groupe de permanence) qui seront engagés.

Selon les résultats, le compte rendu des opérations va grimper les échelons jusqu'au préfet (dont la sécurité des biens et des personnes fait partie du fondement de son rôle), qui va pouvoir intervenir sur la mobilisation des moyens selon les outils disponibles, par exercice du plan départemental voire au delà.
 En cas d'échec du premier round donc, le dispositif va monter en puissance. Les seconds à marcher ( groupe d'astreinte) seront ensuite engagés, puis il sera éventuellement fait appel à des renforts. On pourra engager des unités des secteurs voisins, les sociétés bénévoles de secours en montagne, et même aller jusqu'à l'engagement de l'armée de terre au besoin.
Enfin, parallèlement aux opérations de recherche, une mission d'enquête pourra être conduite de façon à relever les indices pouvant orienter les secours (recherches internet, marques dans un topo, échanges avec l'entourage...)
Et puis selon les issues, le procureur pourra également être informé. 

  infos ici http://www.anena.org/jurisque/syntheses/secmont.htm

Voila ce que j'ai en magasin, c'est pas grand chose mais on peut fouiller au besoin.
Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

13 octobre 2010 à 21:56:39
Réponse #2

Loriot


Bon moi je dirais que avec une explication comme ça, si on retrouve pas le mec, bin... Il est bien perdu!
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

14 octobre 2010 à 09:39:40
Réponse #3

Lynx


Surtout on se rend compte de l'importance de laisser une trace de ses projets.
Je rajouterais que c'est d'autant plus important pour ceux qui ne pratiquent pas forcément habituellement ce genre d'activité.
En effet, on ne lance pas forcément tout une recherche si la disparition ne paraît pas inquiétante. En gros vous avez le droit en tant qu'adulte
de disparaitre quelques jours sans avoir toute la maréchaussée à vos trousses.
Une idée simple, fixez une ardoise sur votre boite à clef. Lorsque vous sortez, indiquez votre parcours rapidement avec des indications simples.
Parti 08h00 - parking du gros fayard -col du grand bidule-pointe des chamois - la cabane des chasseurs- retour 15h-17h.
Ca prend 40 secondes mais ca fait gagner des heures aux secours.

Résultat si vous vous intéressez d'un coup à la rando et que vous décidez de vous barrer, de tailler la route au hasard de la première carte que vous trouverez dans le déc*t local et que vous vous mettez en vrac dans un coin... pas évident que les secours soient rapidement sur vous.
Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

14 octobre 2010 à 10:53:36
Réponse #4

Lemuel


Merci pour ces infos !  :)
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité