Nos Partenaires

Auteur Sujet: comment (sur)vivre au senegal ?  (Lu 3974 fois)

14 septembre 2007 à 16:24:51
Lu 3974 fois

le tordeur


salut a tous

il est possible que je parte vivre au senegal dans les mois qui viennent.

je dois dire que j'ai pleins d'idées preconsus et aucune experience en ce qui concerne l'afrique et le senegal en particulier.
jusqu'a aujourd'hui ca ne posait pas de probleme, mais la il est question de partir y vivre, et du coup il me semble qu'un peu de "preparation" serait souhaitable.

la premiere precaution que j'ai pris est d'epouser ma compagne, qui donc est devenue ma femme !

je n'ai a priori pas de probleme de poids de materiel (conteneur), et vie probable en peripherie de dakar.
mais si je part il est evident qu'apres un temps d'aclimatation je vais vadrouiller un peu

mais quoi prendre ??? des filtres pour l'eau de la maison et des individuels ? un groupe electrogene ? 2458 pillules de lariam ? une pirogue a GPS ? un canon de 20mm ? un stock de camenbert et du pinard en necessaire de survie pour un francais en exil ? du whisky et des clopes pour la fête du village ?


bref, si vous avez des suggestions, quelqu'elles soient...  elles sont bienvenue !!!


14 septembre 2007 à 17:39:28
Réponse #1

zoltan charles henderson


En fait tout dépend des circonstances dans lesquelles tu pars et de ce qui est prévu sur place : maison, voiture, personnel, déplacement, quartier d'expatriés, écoles si enfants, statut, etc....

Pour ce que je connais du Sénégal, à l'exception d'éviter les quartiers "chauds" - mais c'est vrai pour tout pays - les risques de SIDA et autre maladies, etc... pas besoin me semble-t-il de plus de précaution que pour un simple touriste !

Tu trouveras de nombreux français et belges installés en Sénégal.

Il existe des forums de discussion pour expatriés tu devrais pouvoir y poser tes question.

ps : tu en as de la chance

14 septembre 2007 à 17:51:02
Réponse #2

Patrick


Et lui là qui transforme un vague projet en épousailles. Sinon Chiandah Le Tordeur c'est terrible comme blaze. Mes amitiés à la jeune épouse qui ne donne pas sa part aux autres quand il s'agit de déboiser, de lancer des lames et de couper des trucs.

Effectivement des précautions en matière d'hygiène et de santé (flotte, bouffe, vaccins, premiers secours), de quoi réparer ton 4 X 4 (matos et formation), de quoi vous protéger au domicile (même en votre présence), beaucoups de toubabs (blancs) embauchent des "gardiens" locaux mais il faut être sur de qui on embauche car très souvent ce sont les gardiens qui proposent des coups à des bandes locales moyennant un pourcentage. Attention, énormément de viols d'étrangères au sénégal.

Le backshish est aussi un des sports nationaux car les flics et les soldats n'ont pas assez de leur paye pour faire vivre leur famille et il n'est pas rare de se faire arrêter pour les motifs les plus falacieux et un petit billet négligeament laissé dans la pièce d'identité arrange bien des problèmes.

Signalez votre présence et vos déplacements de longue durée à l'ambassade.

Prévoyez un (deux ou trois plutôt) plan de secours au cas où la situation politique dérappe. Voir au niveau de votre employeur si quelque chose est prévu, mais prévoyez aussi un plan de secours aussi avec d'autres métros (armes, vivres, etc..).

Bien sur, EDC, BOB et procédure commune d'E&E, comme dab....

Téléphones portables toujours chargés et opérationnels et ............... sur soi.

Sinon, à part la RSA, le Sénégal est le pays, à ce jour, le plus stable de l'Afrique sub-saharienne (sauf erreur de ma part). La lutte sénégalaise, pieds, poings, projections est très intéressante et les sénégalais qui la pratique sont des putains de colosses, ça te fera les pieds.

Sinon faites moi grâce des commentaires comme quoi je suis un parano dans l'âme. Je sais et j'assume.

14 septembre 2007 à 18:52:59
Réponse #3

gauz


Je reviens de quelques mois passé au Sénégal et en Mauritanie, où j'ai pu lutter contre mes idées préconçues.

D'abord à Dakar il ne faisait pas si chaud que ça, entre 20 et 30° la plupart du temps, je n'en dirais pas autant de l'intérieur des terres.

Pour ce qui est de l'eau dans les environs de Dakar, son gros problème c'est l'odeur de chlore, une heure ou deux de repos au frigo pour faire passer le goût. Sinon ya de l'eau en bouteille, en bidon de 10l c'est beaucoup plus économique.

Pour le camembert, il y a le Yeet, c'est un coquillage fermenté/séché qui a le même goût. Il sert de condiment dans beaucoup de plats sénégalais.

Etant en saison sèche, je n'ai vu de moustiques à Dakar que dans certains quartiers proches de coins à eau stagnante. Dans les terres, c'était aussi relativement tranquille. Tu trouveras de grandes mousticaires imprégnées dans les pharmacies. C'est beaucoup beaucoup moins cher qu'en France, et ça évite aussi les visites des cafards.
Pour ce qui est des antipalu, c'est un peu plus compliqué. Le pays est passé en zone 3 depuis peu, beaucoup de médecins l'ignorent parce que leur renseignement sur le palu est donné par les représentants savarine (zone 1 et 2). Pour quelqu'un qui part 2 semaines, la prise de médoc ne pose pas trop de question, il a le choix entre malarone, lariam et doxycycline. La malarone c'est très cher, quand au lariam, il est très dangereux : avec des effets secondaires psychiques graves et fréquents (1 fois sur 4 dans mes souvenirs). La doxy est méconnue dans ses applications antiplaudéennes, sauf des militaires qui l'utilisent. Si elle est beaucoup moins chère (ya même une combine pour se la faire rembourser, mais chut), et qu'elle existe en générique mais à l'inconvénient de présenter un effet secondaire d'hypersensibilité lumineuse (10% des cas il me semble), ce qui est bien ennuyeux si tu viens bronzer. Tu l'auras compris, je ne venais pas bronzer, j'ai choisi la doxy. Je l'ai pris pendant les 10 premiers jours, ne sachant pas à quoi m'attendre sur place. Une fois là-bas, j'ai fait comme tout le monde, j'ai arrêté. Je n'ai eu ni réaction cutanée, ni palu.
A Dakar, on trouve en pharmacie des antipalu de zone 1. Je n'ai pas plus cherché mais je pense que dans les grosses pharmacies du centre ville on doit trouver mieux. Maintenant se gaver de produits actifs pendant des mois...
Demande conseil à un médecin spécialiste du tropical, tu en croiseras un lors de la vaccination contre la fièvre jaune (qu'on ne m'a évidemment jamais demandé mais certains douanier cherchent parfois une excuse pour te taxer, enfin j'ai eu plus de problèmes avec les douaniers gambiens à ce  niveau).
Il y aussi la piste de l'artémisine, mais je n'ai pas approfondi

Sinon Dakar c'est aussi des bouchons incroyables. Si tu dois bosser en ville oublie d'habiter en périphérie. Le phénomène est moins violent les dernières semaines du mois, les mauvaises langues disent que c'est parceque plus personne n'a d'argent pour l'essence, c'est pas forcément entièrement faux.
Les taxis sont nombreux et relativement bon marché. Avant de monter, on explique où on va et le prix s'établit par waxale (marchandage). Quand on connaît les prix, on propose le prix correspondant à la course et on s'y tient, quitte à arrêter plusieurs véhicules.
Le waxale se pratique beaucoup. Mais pas partout. Il y a un supermarché d'une grande enseigne française en centre ville, je te défie d'y demander une ristourne ! Si les premiers jours tu es en manque d'un produit européen, va dans une station service, elles proposent ce genre de choses, comme du papier toilette si tu ne souhaites pas te mettre à la mode locale.
Une étude récente montrait que les villes où le coût de la vie est le plus cher sont les capitales africaines. Evidemment en appliquant un même panier de consommation ! A Dakar un sandwich me revenait 3 fois plus cher qu'une portion de traiteur achetée au marché du coin...

Si tu as d'autres questions...
ha une bonne adresse : chez Loutcha en centre ville tout près du centre culturel français, excellent restaurant de spécialités Sénégalaises et Cap Verdiennes, loin d'être le plus cher et avec des parts gargantuesques.

15 septembre 2007 à 11:43:23
Réponse #4

Patrick



17 septembre 2007 à 13:46:53
Réponse #5

le tordeur


merci pour ces conseils !

en ce qui concerne le camembert je peux faire sans, mais c'est plutot ma femme a qui ca va manquer... meme si elle est chinoise.

@gauz

si on veut s'installé en peripherie de dakar :
- es ce si deraisonnable ?
- y a t-il des "zones" a eviter ou a conseiller ?

quel est la fiabilité de la fourniture d'electricité ? du téléphone ? d'internet ?

17 septembre 2007 à 18:25:22
Réponse #6

gauz


Je suis revenu en mai, et beaucoup de travaux de voiries ont du être terminé, donc la situation s'est certainement améliorée de ce point de vue là. Par contre je ne pense pas que le problème soit réglé, surtout pour entre Dakar et sa banlieue : des bouchons terribles. Pour passer, le mieux c'est très tôt ou entre 13h30 et 15h (la prière est à 14h pour la quasi totalité des confréries musulmanes présentes, celle du vendredi est unanimement respectée). Donc si tu dois aller souvent en centre ville, je crains vraiment que tu subisses des bouchons (comme dans toute métropole ?  :down:).


Il y a des plans pas mal de Dakar sur http://www.ausenegal.com/dakar-guide/index.html
Je pense que si tu débarques sans connaître rien ni personne il vaut mieux taper dans une zone plutôt tranquille et éviter d'habiter les quartiers trop animés, je pense par exemple à la médina, qui est une zone de marché bien bordélique. Y passer avec plaisir, y habiter moins.
Une zone où tu ne dois pas habiter ? j'en vois tout de suite une : Pikine, au menu : bidonvilles et habitations de mauvaise qualités, taux de chômage record, usines chimiques... La SEULE fois où j'ai subi une tentative de vol c'est dans un transport collectif Pikine-Dakar (j'aurais d'ailleurs du noter le n° du camion, dans ces cas là le chauffeur ou le wakeur est complice et la "compagnie" se fait un plaisir de le décharger de sa responsabilité).
Une zone où tu peux habiter ? moi j'étais à Sicap, plus précisément dans "Sacré coeur", je trouvais ça bien, pas trop loin du centre ville et tranquille. C'est plutôt un quartier aisé, il y a des chanteurs (Ismael Lo) et d'anciens ministres qui habitent dans ce coin, même si les loyers restent modiques pour un français.
Il existe certainement des quartiers à Toubab, voir à français. Je ne peux te les indiquer, je n'ai pas du tout fréquenté les expats au Sénégal.
Il faut que ta résidence soit surveillée, de manière ostensible. C'est surtout l'ostensible qui compte, c'est comme de fermer sa porte : pas de gardien = porte ouverte, un gardien = porte fermée et tu ne devrait pas avoir de problème. L'industrie du gardiennage est très florissante, beaucoup de gardiens sont d'anciens militaires qui ont assuré la sécurité lors des problèmes en Casamance.

Le téléphone : à carte rechargeable, tu trouveras partout dans la rue des gens pour t'en vendre, ils  sont réglos, les cartes sont sous blister, mais utilise la tout de suite pour être sur. Deux compagnies dont une avec un gros logo carré orange... Tu peux faire débloquer ton téléphone pour 5000 CFA la bas, tu peux sans doutes le faire gratuitement ici en appelant ton opérateur.
Pour téléphoner en France, j'allais dans des boutiques spécialisées, pas trop chères.

L'électricité : des coupures, ou beaucoup de coupures selon le quartier. A Pikine plus souvent qu'à Sicap, étonnant non ? Si tu fréquentes le forum tu dois déjà avoir ta lampe frontale et ta mini led ?
Si je devais y retourner je prendrais quelques lampes frontales bon marchés pour pouvoir les filer à des potes qui ont été enthousiastes devant ma Petzl (my preciouuuuuus) !

Internet : au bureau, très correct. Des cybercafés partout, pas chers du tout, avec une connection au pire de ce que tu peux imaginer et une interface lourde pour des pc hors d'âge.

Le gaz : la cuisine se fait au gaz, sauf quand il y a pénurie. Dans ce cas on utilise du bois ou du charbon ce qui contribue à la désertification du Sénégal >:( On utilise généralement des brûleurs qui se posent à même la bouteille.


 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité