Nos Partenaires

Auteur Sujet: Femmes et sécurité en voyage  (Lu 16751 fois)

21 mai 2019 à 23:28:25
Réponse #50

sonicflood777


C'est marrant (ou pas...) mais c'est quelque chose que j'ai pensé faire si je devais aller en Inde seule, pays ô combien attirant mais malheureusement devenu vraiment craignos pour une femme, blanche qui plus est : coupe militaire, me faire une couleur très brune (je suis blond cendré), pas de bijoux et fringues de mec passe-partout, typiquement chemise et pantalon en lin couleur poussière.
C'est dommage d'en arriver là mais mon féminisme militant pourfendeur de relou s'arrête aux portes de mon intégrité physique... ^-^ :glare:
Nécessité fait loi...

22 mai 2019 à 21:20:04
Réponse #51

Lily


Perso je crois que ça ne changerait rien que tu ne sois pas désirable (j'entends : blonde et avec les cheveux longs, pas en mini short dans un pays où l'on ne montre pas ses genoux hein). Tu restes une femme. Un prédateur sexuel se fout que tu sois belle ou pas, il cherche une proie. Sinon seules les belles filles ou les habillées sexy seraient violées, ce qui est loin d'être le cas.
On peut discuter de faire low profile. Mais est-ce que se grimer en presque garçon est vraiment low-profile ? Ca va interroger, poser plus de questions et de problèmes qu'en résoudre.
La sécurité pour une fille, c'est d'être identifiée comme une fille honorable. Pas bourrée, qui ne fume pas, qui est habillée en femme mais pas comme une prostituée, avec éventuellement une alliance pour parler d'un hypothétique mari. Ca ne sauve pas des prédateurs. Je crois qu'il n'y a pas de parade pour ne pas être identifiée comme proie. Parce que ça dépend de leur mental de m*rde et pas de ce que tu dégages. En revanche, une fille de "bonne moralité", ça peut s'attirer de l'aide dans les situations merdiques. Et ça, c'est vachement plus efficace pour éviter les ennuis.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

23 mai 2019 à 07:59:09
Réponse #52

sonicflood777


J'entends bien ce que tu dis, et je suis d'accord sur le fond. Je le fais dans tous les pays que je traverse, même en Europe ou en Amérique du Nord.
J'ai juste oublié de préciser qu'on m'appelle déjà Monsieur dans la vie normale. Pas tout le temps, mais ça arrive.
Si je faisais ce que je disais précédemment dans un pays comme l'Inde devenu franchement dangereux pour une femme seule, voire même accompagnée, ce serait très clairement pour passer pour un mec aux yeux des passants (et Dieu sait que je n'ai pas bcp à faire pour que ce soit vraiment crédible...).
C'est très discutable comme choix, j'en conviens, mais sans être accompagnée par des locaux de confiance, il est probable que j'opterais pour cette position un peu extrême.
J'ai l'impression, arrêtez moi si je me trompe, que le cas de ce pays est un peu particulier, d'où mes choix un peu interlopes. La place de la femme dans une majeure partie du monde est ce qu'elle est, mais il ne me viendrait pas à l'esprit de faire de même (passer pour un mec) ailleurs, sauf peut-être en cas de viols de guerre à grande échelle ?...
Bref, c'est une question épineuse et très sensible, qui peut être sujette à bien des incompréhensions de part et d'autre. J'avoue devoir prendre bcp sur moi pour ne pas sortir accompagnée de mes potes Smith et Wesson, même en France... :closedeyes:
Je sais, ce n'est pas bien, je me soigne :-\

23 mai 2019 à 13:16:04
Réponse #53

anne sophie obellianne


Bonjour à tous,

Un jour, lors d'une bringue j'ai demandé à l'ensemble des filles présentes qui s'était déjà fait emmerder et agresser sexuellement. Réponse : toutes les filles présentes ont répondu oui à la question.
Indéniablement ça laisse des traces et ça influence sur notre comportement.
La probabilité de tomber sur un vrai con dans des endroits paumés est très faible mais du coup il n'y a pas non plus beaucoup de recours possible si par malheur c'est le cas...
Maintenant je me balade ou bivouac avec mon caniche (chien de berger). C'est super sécurisant mais c'est vraiment chiant pour l'observation de la faune sauvage...
Il n'y a que les poissons morts qui suivent le courant

24 mai 2019 à 17:37:46
Réponse #54

Kilbith


La place de la femme dans une majeure partie du monde est ce qu'elle est, mais il ne me viendrait pas à l'esprit de faire de même (passer pour un mec) ailleurs, sauf peut-être en cas de viols de guerre à grande échelle ?...

Ce n'est pas une sécurité absolue, des cas de viols à l'encontre d'hommes (directs ou par l'intermédiaire d'objet) ne sont pas rares dans ces circonstances.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

27 mai 2019 à 10:14:38
Réponse #55

sonicflood777


Pas rares certes, mais loin d'être systématiques comme pour leurs consœurs....

28 mai 2019 à 18:34:51
Réponse #56

Lily


Cette conversation me laisse étonnée, vraiment. Je vais radoter un peu mais ça ne me parait ni réaliste ni sécuritaire. L’Inde est un pays complexe mais de là à se déguiser ?? Quant aux viols à grande échelle, soyons sérieux, dans les pays où ça arrive en général, si on est une étrangère, on a déjà pris ses jambes à son cou depuis un bail. Bref, pour moi le travestissement relève (au mieux) de la très mauvaise idée : énerver des agresseurs potentiels parce qu’on a voulu les blouser ne me parait pas être un must-do des manuels de désescalade.
Être une femme seule et autonome, en voyage, en balade ou juste dans la vie, c’est déjà assez compliqué pour pas en ajouter. Après, on sait que la place des femmes c’est de la m*rde dans plein de pays du monde. Mais faut accepter de pas pouvoir tout faire comme les mecs. Oui, c’est moi qui dit ça. La vie est injuste. On peut changer ça chez soi, militer, refuser de faire des destinations où les mecs sont trop relous et le faire savoir. Mais ne jamais transgresser la règle numéro 1 : quand on s’invite dans un pays qui n’est pas le sien, on ferme sa gueule et on fait profil bas. Citoyen du monde c’est super, mais en vrai, ça marche pas.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

28 mai 2019 à 21:06:16
Réponse #57

Van


Bref, pour moi le travestissement relève (au mieux) de la très mauvaise idée : énerver des agresseurs potentiels parce qu’on a voulu les blouser ne me parait pas être un must-do des manuels de désescalade.

Il semble au contraire, que dans les zones à risque, ressembler autant que possible à un homme soit une excellente idée d'après les aventurières Isabelle Eberhardt, Sarah Marquis, Alexandra David-Néel, Hester Stanhope ou Jeanne Baré, pour ne citer que celles-là.
« Modifié: 29 mai 2019 à 00:25:52 par Van »

29 mai 2019 à 17:53:03
Réponse #58

Lily


Je ne les connais pas toutes, ces voyageuses, mais pour celles que je connais, elles se sont grimées pour accéder à des espaces interdits aux femmes, que ce soit des navires, Lhasa, l’islam touareg, etc. Pas pour être peinardes dans la rue.
Elles avaient pris la mesure des risques qu’elles prenaient et ils étaient énormes. Ce sont des femmes exceptionnelles et pour cause : ce qu’elles ont fait n’est pas un modèle à suivre si on cherche de la sécurité, ce qui est un peu l’objet du forum. Je ne les réprouve pas, je dis simplement qu’on est pas toutes de leur trempe et qu’etre raisonnable et accrochée au principe de réalité, c’est pas péché.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

30 mai 2019 à 16:19:45
Réponse #59

Matagot


Une amie baroudeuse et amatrice de vieilles pierres au sud et à l’est du bassin méditerranéen, outre le fait qu’elle ne se maquillait pas comme une voiture volée et ne s’habillait pas comme une starlette de Cannes, utilisait le truc suivant pour refroidir les velléités dragueuses de certains locaux amateurs de touristes solitaires : elle arborait à son doigt une alliance assez voyante. La première question était alors :
- tu es mariée ?
Elle sortait aussitôt, avec un grand sourire, une photo avec deux gamins à ses pieds et quatre balaizes – mais vraiment balaizes ! - pas commodes et en uniformes autour d’elle.
- C’est qui ?
- Mes deux fils, mon mari et mes trois frères.
- Ah... Heu... Et ils sont dans l’armée ?
- Dans les forces spéciales.

A plusieurs reprises son sex appeal avait subitement eu beaucoup moins d’effet. :-\

Truc livré sans garantie.

Et il n’est pas impossible que dans certains pays ce soit une bonne façon de devoir répondre aux questions de la sécurité militaire locale...

30 mai 2019 à 19:15:56
Réponse #60

Van


je dis simplement qu’on est pas toutes de leur trempe

Ce qui vaut pour les grandes aventurières vaut aussi pour les simples baroudeuses qui témoignent également que ressembler à un homme est un des moyens de protection les plus efficaces quand on est une femme seule.

04 juin 2019 à 12:13:11
Réponse #61

Claire


Ce qui vaut pour les grandes aventurières vaut aussi pour les simples baroudeuses qui témoignent également que ressembler à un homme est un des moyens de protection les plus efficaces quand on est une femme seule.

Voilà bien une assertion avec laquelle je ne suis... absolument pas d'accord!
Nous sommes au XXIème siècle. L'effet de surprise qui a bénéficié à ces grandes aventurières qui pour la plupart ont mené leurs aventures il y a plus d'un siècle n'a plus cours aujourd'hui.
Quel que soit l'endroit du monde où vous pourrez vous rendre aujourd'hui (à quelques exceptions près): les gens du coin auront déjà vu des étrangers, des voyageurs, des occidentaux, si ce n'est en chair et en os, au moins.... à la télé, ou sur internet!
Alors oui, à l'époque, s'habiller en homme pouvait permettre de se faire accepter parmi les hommes. Aujourd'hui je doute sérieusement.

J'ai beaucoup bourlingué ces dernières années, principalement au Moyen-orient, en Asie Centrale, un peu en Afrique. Seule, ou avec une copine principalement. Une ou deux "jeune(s)" nana(s) blonde(s) pas bien épaisse(s) ni impressionnante(s) physiquement.
Je ne prétends pas que mon expérience me permettrait de me tirer sans problème sur d'autres continents comme l'Amérique du Sud par exemple. Même en Afrique, je ne suis pas trop à l'aise.
Par contre, dans les pays musulmans, je dois immodestement dire que je m'en sors bien!

Quelques principes élémentaires quand on débarque dans un endroit qu'on ne connait pas...
Une tenue modeste, évidemment. Pas une tenue de mec, juste qui n'attire pas l'attention. Pas de bijoux, ou du toc. Un petit sac à main en tissus, où tout est rangé et non repérable, et tenu bien fermement.
Un visage serein, détendu autant que possible. Pas souriant tout azimuts.
Se placer à des postes d'observation (terrasse d'un café, restaurant, parc) pour apprendre les manières de faire des gens du coin.
Faire penser qu'on sait où on va quand il n'y a pas grand monde. On retient ses regards émerveillés et ses yeux écarquillés hors lieux touristiques bien définis.
En ville, en milieu fréquenté, ne pas hésiter à demander de l'aide, un conseil, de préférence aux femmes (ou aux couples) quand il y en a. Si quelqu'un a un comportement qui ne nous inspire pas, ne pas hésiter à se placer sous la protection d'un homme un peu âgé (même si notre ego en prend un coup en faisant ça, le simple fait de demander un pseudo-conseil à un bonhomme peut éloigner un emmerdeur potentiel. Et si on a peur, le dire, le gars se démènera généralement pour trouver une solution au problème).
Et surtout, toujours, TOUJOURS, écouter sa petite voix qui nous glisse que "là, ça craint", "lui, on le sent pas", "là, le groupe de mecs, vaut mieux éviter", "hum, je n'aime pas son regard". Bref, la vigilance, tout le temps, sans devenir parano, mais analyser son environnement et se faire confiance.
Vaut mieux avoir changé de chemin pour rien que de ne pas s'être écouté et le regretter ensuite (fait, c'est bon, j'en ai tiré des leçons). Et bien sûr, et malheureusement, ce principe est valable... tout le temps. Pas uniquement en voyage!
« Modifié: 04 juin 2019 à 14:42:30 par Claire »

05 juin 2019 à 21:56:22
Réponse #62

aliɔs


Bonjour
La fille de ma cousine accompagnée de quelques copines ayant la vingtaine comptent visiter en aout l'Europe de l'est :  Hongrie, Tchéquie, Pologne, peut être Croatie.
Pour ceux et celles qui y son allés, est ce que cela "craint" dans cette zone européenne du moins comparé avec l'Europe de l'ouest.

05 juin 2019 à 22:29:15
Réponse #63

caillou


Pologne pour ce que j'en sais pas plus qu’ailleurs en Europe
avec un comportement adapté bien sûr (la vingtaine parfois ...)
suivre les conseils de Clair me parait la meilleur chose à faire ! merci clair !

05 juin 2019 à 22:37:01
Réponse #64

Lily


Pour les jeunes filles qui partent, Alios, est-ce qu'il y a moyen de leur faire un petit topo sur le à faire / à ne pas faire ? C'est pas toujours simple de ne pas avoir l'air d'un vieux machin rabat-joie (je parle d'expérience :-) ) mais ce serait peut-être utile de faire un petit point avec elles si elles sont réceptives. Car effectivement, ce qui transparaît des interventions de Claire (merci Claire !) et Caillou, c'est d'abord que le comportement détermine la sécurité.
Pour les vingtenaires, le plus important pour moi, c'est la tenue. J'ai tellement vu de filles en shorts ras les *** en Afrique : sans même parler d'agression sexuelle, c'est surtout le fait qu'elles pouvaient choquer les gens qui m'inquiétait. Et puis l'alcool et la sécurité sexuelle. Si déjà ces 3 points sont sensibilisés et conscientisés, l'essentiel y est...
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

06 juin 2019 à 01:11:22
Réponse #65

Van


Bonjour
La fille de ma cousine accompagnée de quelques copines ayant la vingtaine comptent visiter en aout l'Europe de l'est :  Hongrie, Tchéquie, Pologne, peut être Croatie.
Pour ceux et celles qui y son allés, est ce que cela "craint" dans cette zone européenne du moins comparé avec l'Europe de l'ouest.

Bonjour,

Je connais tous ces pays. Du point de vue sécuritaire, c'est la France d'il y a 50 ans. C'est un autre monde, une autre planète, quelque chose que les Français de moins de 50 ans ne peuvent pas connaitre.

500.000 personnes dans les rues de la capitale de la Croatie pour fêter le retour au pays de leur équipe de foot qui est arrivée en finale de la coupe du monde. Bilan : pas une poubelle de renversée.
Le plus grand festival annuel de musique en Europe se trouve en Hongrie. On ne craint pas de s'y faire déchiqueter par une bombe avant un concert. Il y a eu en tout 0 attentat dans ces pays.

On ne s'y fait pas poignarder pour un mauvais regard ou une cigarette refusée. Si les gens de là-bas lisaient la section "survie urbaine" du forum, ils n'en croiraient pas leurs yeux et leurs premiers mots seraient : "Mon Dieu, les pauvres !"

Toutes ces populations aiment beaucoup la France et les Français. Il n'est pas rare qu'en soirée on vous demande de chanter la Marseillaise ou une chanson d'Edith Piaf. Ils ont eux aussi vécu dans la stupeur et la tristesse l'incendie de Notre-Dame de Paris.
« Modifié: 06 juin 2019 à 01:46:23 par Van »

06 juin 2019 à 02:09:37
Réponse #66

Van


Voilà bien une assertion avec laquelle je ne suis... absolument pas d'accord!
Nous sommes au XXIème siècle. L'effet de surprise qui a bénéficié à ces grandes aventurières qui pour la plupart ont mené leurs aventures il y a plus d'un siècle n'a plus cours aujourd'hui.

Sarah Marquis, par exemple, est une aventurière qui a 40 ans.

Alors oui, à l'époque, s'habiller en homme pouvait permettre de se faire accepter parmi les hommes. Aujourd'hui je doute sérieusement.

Le sujet de ce fil ne traite pas de "comment se faire accepter ou bien voir par les résidents du pays", mais "comment protéger son intégrité physique". Or sur les forums de backpackeuses, on peut remarquer la redondance de questions du type : "s'habiller, ressembler à un homme en voyage quand on est seule".

Quel que soit l'endroit du monde où vous pourrez vous rendre aujourd'hui (à quelques exceptions près): les gens du coin auront déjà vu des étrangers, des voyageurs, des occidentaux, si ce n'est en chair et en os, au moins.... à la télé, ou sur internet!

C'est là une fausse vision du monde ! Si vous lisez Sarah Marquis, par exemple, vous constaterez le nombre de Mongoles et Chinois n'ayant jamais vu d'Occidentaux et encore moins d'Occidentales. Bilan : elle a passé une partie de son voyage terrorisée à se cacher de peur des viols par les Mongoles, n'en dormant plus la nuit, ayant échappé à de multiples reprises à des tentatives de relations sexuelles décidées unilatéralement.
Régulièrement, quand elle croise dans la steppe des cavaliers mongoles, lorsque ceux-ci découvrent que c'est une femme blanche, ils mettent pied à terre, se postent devant elle, sortent leur sexe et urinent à ses pieds.
En Chine, elle se fait voler et chasser à coups de pierre par des Chinois n'ayant jamais vu d'occidentales.

Regardez la vidéo d'Antoine de Maximy "J'irai dormir chez vous" à Madagascar. Des enfants en le voyant sont effrayés et certains pleurent, car à cause de sa couleur de peau, ils croient que c'est un mort. Ni eux, ni leurs parents n'ont jamais vu un blanc, pas même à la télé puisqu'il n'y a pas d’électricité et que de toute façon leurs parents ne pourront jamais s'en offrir une.
Notre confort ne doit pas nous faire oublier que 1,2 milliard de personnes n'ont pas accès à l'électricité.

Par contre, dans les pays musulmans, je dois immodestement dire que je m'en sors bien!

100 % des filles n'ayant pas croisé les mauvaises personnes aux mauvais endroits s'en sont bien sorties elles aussi  ::)


« Modifié: 06 juin 2019 à 03:18:13 par Van »

06 juin 2019 à 06:32:56
Réponse #67

aliɔs


Merci pour vos réponses.

06 juin 2019 à 09:07:00
Réponse #68

bloodyfrog


Les groupes de filles de 20 ans, que j'ai vu en mauvaise posture en France ou à l'étranger, étaient ivres, toutes ou plusieurs d'entre elles.

A mon avis un gros rappel s'impose sur l'alcool et la grosse perte de lucidité qu'il induit...

Valable aussi pour les garçons, avec des risques différents.

Manu.

06 juin 2019 à 09:16:51
Réponse #69

Claire


C'est là une fausse vision du monde ! Si vous lisez Sarah Marquis, par exemple, vous constaterez le nombre de Mongoles et Chinois n'ayant jamais vu d'Occidentaux et encore moins d'Occidentales. Bilan : elle a passé une partie de son voyage terrorisée à se cacher de peur des viols par les Mongoles, n'en dormant plus la nuit, ayant échappé à de multiples reprises à des tentatives de relations sexuelles décidées unilatéralement.
Régulièrement, quand elle croise dans la steppe des cavaliers mongoles, lorsque ceux-ci découvrent que c'est une femme blanche, ils mettent pied à terre, se postent devant elle, sortent leur sexe et urinent à ses pieds.
En Chine, elle se fait voler et chasser à coups de pierre par des Chinois n'ayant jamais vu d'occidentales.

Ben... je ne sais pas quoi dire. La Mongolie j'y suis allée, mais pas seule en effet. J'y ai rencontré des gens très fiers, liés à un code de l'honneur très fort, mais effectivement aux codes culturels qui n'ont rien à voir avec les nôtres.
Et certainement sont-ils nombreux à n'avoir jamais rencontré d'Européens... par contre "l'étranger" ils savent ce que c'est, les Russes leur sont familiers (et va expliquer à un type d'Asie Centrale qu'un Russe n'est pas un occidental!), ils voient de plus en plus de Chinois, et des tas de familles dans les steppes ont... la télé, via satellite.

Regardez la vidéo d'Antoine de Maximy "J'irai dormir chez vous" à Madagascar. Des enfants en le voyant sont effrayés et certains pleurent, car à cause de sa couleur de peau, ils croient que c'est un mort. Ni eux, ni leurs parents n'ont jamais vu un blanc, pas même à la télé puisqu'il n'y a pas d’électricité et que de toute façon leurs parents ne pourront jamais s'en offrir une.
Notre confort ne doit pas nous faire oublier que 1,2 milliard de personnes n'ont pas accès à l'électricité.

A contrario, ne pas penser que ne pas avoir d'électricité chez soi signifie être déconnecté du monde. Qu'un gamin dans un village africain soit effrayé par un visage blanc, je veux bien. Que ses parents le soient également, je doute, à part peut-être quelques rares endroits du continent.
Je crois au contraire que le monde est bien plus interconnecté qu'on ne le pense! Ce qui ne veut pas dire que la connaissance de l'autre est exacte, bien entendu. Et là est bien le problème.

Pour en revenir à la Mongolie, en effet, j'avais parlé avec une fille qui y dormait chez l'habitant et qui, après que les bonhommes aient descendu une bouteille ou deux de vodka, a eu bien du mal à dormir car son hôte avait tendance à glisser une main vers elle...
Mais trop souvent, on part en voyage en se disant que là-bas les gens seraient plus "purs", leur société moins "corrompue". J'ai juste envie de dire, et là je réponds en partie à Alios, que les règles qu'on a en tête en France doivent être appliquées aussi à l'étranger.

Du bons sens mais...
On ne monte pas dans la voiture d'un homme seul et inconnu / peu connu, même s'il a un grand sourire.
On évite de marcher seule la nuit dans une grande ville quand les rues sont peu fréquentées.
On ne dort pas chez le premier qui nous le propose, on attend qu'un lien de confiance soit noué, et on s'assure qu'il y a des femmes dans l'affaire. Et si au cours de la soirée on sent que ça tourne comme on ne voudrait pas (la sœur qui disparaît, par exemple), on écoute sa petite voix qui nous met en alerte.
Dans un contexte non connu, non maîtrisé, on évite de trop picoler, histoire de rester maître de soi-même...
Bref, ce qu'on applique au quotidien chez nous... on ne l'envoie pas balader ailleurs. Je crois malheureusement que ça arrive trop souvent, ce sentiment d'euphorie libératoire qu'on peut avoir en voyage qui nous fait penser que "tout est possible", et que là est le plus grand danger...
Ou alors on se lâche et on assume. Et on sait qu'on prend des risques.  :)

Au passage Van, je me suis déjà retrouvée au mauvais endroit, au mauvais moment, avec la mauvaise personne, et je pense que le sang-froid, dans tous les cas, a fait que je m'en suis bien sortie.
Mais j'en ai tiré un enseignement: ne JAMAIS PLUS me trouver en situation d'être au mauvais endroit, au mauvais moment, et avec la mauvaise personne...
Ce qui n'empêche pas de vivre, de profiter, de rencontrer, et de voyager!

06 juin 2019 à 09:49:13
Réponse #70

Kilbith


Les groupes de filles de 20 ans, que j'ai vu en mauvaise posture en France ou à l'étranger, étaient ivres, toutes ou plusieurs d'entre elles.

A mon avis un gros rappel s'impose sur l'alcool et la grosse perte de lucidité qu'il induit...

Valable aussi pour les garçons, avec des risques différents.

Manu.

+1

Globalement quand on cherche les em***des, elles arrivent vites (alcool, drogue, prostitution, marché noir, drague..). Cela peut être un choix, mais il doit être éclairé.
« Modifié: 06 juin 2019 à 10:01:42 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

06 juin 2019 à 10:00:43
Réponse #71

Kilbith


Citer
Ben... je ne sais pas quoi dire. La Mongolie j'y suis allée, mais pas seule en effet. J'y ai rencontré des gens très fiers, liés à un code de l'honneur très fort, mais effectivement aux codes culturels qui n'ont rien à voir avec les nôtres.

Je suis toujours étonné de constater que de nombreux "routard(e)s" veulent absolument découvrir le vrai monde et côtoyer de vrais gens exotiques...sous réserve qu'ils soient finalement "presque comme eux".

Dans de nombreuses cultures on est "fille de" ou "femme de". En dehors de ces deux cas....on est un "fille de rien". Les personnes en accord avec ce point de vue culturel se comportent alors en conséquence.
- on a donc souvent intérêt à se déclarer en couple, à porter une alliance...etc

Certes, s'ils constatent votre statut "d'étranger/touriste" (c.a.d souvent "blanc europoïde") le plus souvent vous serez "hors caste" ce qui amène un traitement différencié par rapport au groupe de référence. C'est valable aussi pour les femmes seules.
- on a donc souvent intérêt à se démarquer, soit en affichant notre statut, soit en se différenciant (ex : être en homme ce que ne peut faire qu'une occidentale).

Dans certaine culture votre statut "d'étranger" est prévu (c'est le cas dans de nombreux pays régis par les coutumes musulmanes). Ce qui va impacter plus ou moins leur conduite.
-On a donc souvent intérêt à se dire chrétien plutôt qu'agnostique.

Dans certain pays votre statut d'étranger implique certaines attitudes : "gringos en Amérique du Sud", "Français" en Afrique, Ecossais en France, Suédoise etc...ce qui va aussi induire des attitudes positives ou négatives qui vont influencer des conduites (selon les circonstances).
- On a donc souvent intérêt à être bankable, à ménager les susceptibilités ou d'être à proximité des FO dans les cas négatifs.

Ce traitement différencié allant le plus souvent dans le sens communément souhaité par chez nous on a la plupart du temps avantage à revendiquer cette différence...ou pas.  :closedeyes:
- Etre un touriste bien lucratif vous apporte souvent une protection de la part de ceux qui en profitent, mais génère aussi des opportunités.

EDIT : quelques suggestions en italique.
« Modifié: 06 juin 2019 à 12:11:14 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

01 août 2019 à 20:56:36
Réponse #72

Kimie


Bonjour à tous,

https://youtu.be/mGM_-ln2bDE

Karen Guillorel a fait le chemin France-Jérusalem.
Astuces pour la sécurité, citées ou inédite dans ce fil de discussion, tirés en outre de son expérience d'avoir eu à se défendre d'une tentative de viol, et a dû faire usage du couteau.
+ quelques questions de fond.

02 août 2019 à 15:44:31
Réponse #73

aliɔs


Bonjour à tous,

https://youtu.be/mGM_-ln2bDE

Karen Guillorel a fait le chemin France-Jérusalem.
Astuces pour la sécurité, citées ou inédite dans ce fil de discussion, tirés en outre de son expérience d'avoir eu à se défendre d'une tentative de viol, et a dû faire usage du couteau.
+ quelques questions de fond.

J'ai juste vu la vidéo du lien mais il y a 4 autres vidéos (non vues) sur le sujet :
https://www.youtube.com/user/karenguillorel/videos?view=0&sort=dd&shelf_id=0

02 août 2019 à 16:40:34
Réponse #74

bison solitaire


Merci pour ces vidéos!
Je les trouve plus que pertinentes et les conseils vont au-delà (sans jeux de mots) des voyageurs à pieds sur de longues distances.
Les vidéos sont courtes (un peu plus de 7 minutes pour la plus longue je crois); c'est sobre, réfléchi, dépassionné... l'est content le bison......

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité