Nos Partenaires

Auteur Sujet: FJÄLLRÄVEN KARLA - Pantalon G-1000 - www.technitex.fr [TEST DM]  (Lu 26776 fois)

05 juillet 2010 à 12:14:22
Lu 26776 fois

sandrine booth


FJÄLLRÄVEN KARLA


Website Fabricant : FJÄLLRÄVEN - http://www.fjallraven.fr/Produits/Pantalons/Karla-Trousers
Fiche Fournisseur : TECHNITEX - Fjällräven Karla - http://www.technitex.fr/?page=nos_produits&id_produit=291&nc=100



LE PRODUIT

Pantalon Fjällräven Karla. Les vêtements de cette série peuvent, selon la marque, être utilisés partout, et notamment en randonnée en montagne. Le pantalon est en G-1000, un tissu très résistant, 65 % polyester, 35% coton, et a une finition brossée.

Les propriétés du produit selon la marque :

  • Résistance du tissu,
  • Imperméable si imprégné de cire, très respirant si non imprégné,
  • Fil très léger qui sèche rapidement,
  • Anti-moustiques, anti-UV,
  • Tissu coupe-vent.

Au déballage, le tissu semble en effet très résistant. Moins souple qu'un pantalon en coton, il présente un tissage très serré. Je tire un peu sur les coutures qui ne bougent pas et paraissent très solides.
La coupe est excellente : le Fjällräven Karla est « taille basse » (personnellement, je ne supporte pas les pantalons taille haute qui m'écrasent l'estomac), mais il ne descend pas trop bas non plus, et couvre bien les fesses. Devant, il arrive juste au dessous du nombril. La coupe est droite pas trop large, sans être non plus ajustée, avec des genoux préformés. Le bas du pantalon a été laissé brut, afin de permettre aux utilisatrices de faire l'ourlet en fonction de leur longueur de jambe.
Deux poches latérales, deux poches arrière fermées par pressions, une grande poche à carte sur la cuisse gauche (fermeture à glissière), et une poche à outils plus petite (dans laquelle mon couteau a tout de suite trouvé sa place), fermée par pression. Sur la cuisse droite, une grande poche à soufflets fermée aussi par pression.
Le pantalon, à l'achat, est enduit d'une cire qui n'en change pas l'aspect mais le rend déperlant. Cette cire disparaît au bout de quelques lavages (4 ou 5), et il faut le ré-enduire de cire si l'on souhaite conserver cette déperlance.
J'ai choisi la couleur « light kaki », qui rappelle un peu les couleurs de la végétation autour de chez moi et qui me permettra d'utiliser le pantalon pour la photo animalière et le pistage.

À première vue donc, un produit à la conception étudiée et soignée, avec ce tissu G-1000 très prometteur...


LA TESTEUSE

Femme, 37 ans, 1m63, 48 kg. Activités : Photographie nature. Je passe beaucoup de temps en moyenne montagne, que ce soit pour des sorties à la journée ou sur plusieurs jours, et je pratique la randonnée, dans le cadre de mon activité de photographe mais aussi par plaisir. Je vis au pied du Vercors, et l'essentiel de mes randonnées se fait sur les plateaux du Vercors et dans les Alpes.


LES TESTS

J'ai testé le Fjällräven Karla pendant une période d'un mois et demi, dans toutes mes activités nature :

  • En randonnée bien sûr, avec des randos à la journée et aussi pour deux randos d'entraînement où je me suis bien poussée physiquement : lors de ces activités, j'ai pu tester le confort du pantalon, ainsi que la respirabilité du tissu et sa résistance au vent et à la pluie.
     
  • Pour l'observation et la photo animalière, où la discrétion est essentielle.
     
  • Lors de plusieurs sorties naturalistes et pistage, où l'on se retrouve vite dans des terrains difficiles, avec des ronces ou arbustes épineux qui mettent à l'épreuve la solidité des vêtements.
     
  • En sortie sur plusieurs jours avec bivouacs : j'ai passé six jours dans l'Ubaye, pendant lesquels je n'ai quitté le pantalon que pour dormir. J'ai pu tester la fiabilité du pantalon d'une manière générale (solidité, rapidité du séchage, résistance à l'eau, au feu, aux taches, ainsi que la conception, notamment au niveau des poches)


RÉSULTATS DES TESTS

1. Solidité

C'est le grand atout du Fjällräven Karla : le tissu G-1000 (conçu au départ pour fabriquer des tentes !) : il est d'une résistance à toute épreuve.
J'ai fait de mon mieux pour le malmener, lors de plusieurs billebaudes dans les bosquets épineux autour de chez moi, aucune ronce n'en est venue à bout, les épines parviennent tout juste à laisser quelques rayures sur la cire qui enduit le pantalon (rayures qui disparaissent au lavage), ça s'arrête là.
Je l'ai aussi frotté contre des roches coupantes (schiste) lors de passages de grimpette lors d'une rando dans l'Ubaye, sans arriver à quoi que ce soit (je me suis pourtant déchiré un pantalon l'été dernier sur ce genre de roches).



Grimpette sur les schistes coupants.

La résistance de ce tissu est vraiment impressionnante. Le tissage serré est aussi une arme redoutable contre les moustiques et j'ai eu un plaisir indicible à vérifier les capacités anti-moustiques vantées par la marque : lors de deux bivouacs au bord d'un ruisseau entouré d'arbres dans l'Ubaye, nous avons été véritablement assaillis par les moustiques.
Je ne me lassais pas de regarder les pauvres bêtes se poser sur le pantalon, tenter vainement d'enfoncer leur trompe dans le bouclier du G-1000, essayer 1 cm plus loin, s'envoler, revenir encore, en vain... Je n'ai pas eu à déplorer une seule piqure aux jambes...



Descente sur azimut « sanglier » dans la forêt d'Ambel.

2. Confort, conception, légèreté

On pourrait penser que la solidité se gagne au détriment de la légèreté, mais il n'en est rien.
Le tissu G-1000 reste très léger : le Fjällräven Karla pèse 430g.
On peut certes en trouver de moins lourds, mais qui seront aussi beaucoup moins résistants. Je pense que l'on a avec ce pantalon un excellent compromis solidité-légèreté.
Le confort est excellent, malgré l'apparence un peu rigide du tissu au déballage : le pantalon se fait oublier à la marche, comme dans toutes les activités extérieures : porté au quotidien pendant mes six jours de rando dans l'Ubaye, je me suis toujours sentie bien dedans dans tous les gestes quotidiens qu'on peut faire en bivouac, et très à l'aise aussi dans mes séances de prises de vues où j'adopte parfois des positions alambiquées...  



En séance de prises de vues...

Les poches sont bien conçues, et ne deviennent pas gênantes même une fois qu'elles sont remplies, les pressions sont fiables, et ne s'ouvrent pas toutes seules une fois fermées.
Seuls petits bémols : le Fjällräven Karla a tendance à coller aux cuisses une fois mouillé, (mais il sèche tellement vite que cet inconfort a toujours été pour moi de courte durée...).
Pour des mouvements d'escalade qui demandent beaucoup d'amplitude (par exemple avec un pied posé très haut), il peut s'avérer un peu étroit, et je ne le conseillerais pas à des personnes souhaitant faire de longues voies difficiles en escalade. En revanche, il ne posera pas de problème lors de passages de grimpe facile en montagne, où sa solidité sera par ailleurs appréciée.




3/ Imperméabilité

Le tissu G-1000, quand il est enduit de cire, est bien déperlant : j'ai pris une averse avec au début des tests, avant de l'avoir lavé, et je n'ai pas été mouillée : les gouttes d'eau restent en surface.
Déperlance ne signifie pas imperméabilité, et en cas de contact prolongé avec l'eau, celle-ci finit par pénétrer le tissu : le traitement n'a pas résisté à une séance de photos macro que j'ai passée allongée dans l'herbe trempée après une nuit de pluie, et les points de contact avec le sol (genoux, fesses) ont été mouillés au bout d'un quart d'heure.
L'efficacité de l'enduit à la cire reste donc relative mais sera très utile en cas d'averse, ou de marche hors sentier dans des terrains humides.



Grâce à la cire, les gouttes d'eau restent en surface.

Cette déperlance perd en efficacité très vite, et déjà au bout de deux lavages la résistance à l'eau diminue : les gouttes restent à la surface du tissu quelques minutes puis sont absorbées.
Au bout de 4 lavages, la déperlance a totalement disparu. Si on veut maintenir cette résistance à l'humidité, il faut donc  ré-enduire le pantalon de cire très fréquemment, ce qui m'a l'air tout de même d'être une opération assez fastidieuse, ou bien le laver moins souvent...
À des personnes qui ont vraiment besoin d'un pantalon imperméable, je conseillerais donc de se tourner vers des pantalons Fjällräven à membrane (comme celui que Mrod a testé - Fjällräven Hunter Hydratic ndlr), qui sont fiables à 100% à ce niveau-là.
Pour ma part, je pense que je ne procéderai à la ré-imprégnation par la cire que de manière occasionnelle, avant un voyage ou une sortie sur plusieurs jours, situations où la résistance à l'humidité d'un vêtement peut être un vrai plus.

4. Respirabilité

Ce qu'on gagne en déperlance, on le perd en respirabilité : enduit de cire, le pantalon évacue moins bien la transpiration.
Lors d'une rando d'entraînement un peu sportive faite au début des tests, par temps assez doux, j'ai beaucoup transpiré et en fin de montée le pantalon commençait à me coller au niveau des cuisses.
Rien de très gênant, certes, mais j'ai fait la même rando dans à peu près les mêmes conditions après 4 lavages, et je n'ai pas rencontré ce problème : le pantalon évacuait la transpiration au fur et à mesure de l'effort.
Le tissu G-1000 est donc bien respirant et tient le choc lors d'efforts soutenus, mais à condition de ne pas être ciré.
Là, c'est à chacun de faire son choix en fonction des activités qu'il pratique : pour une pratique un peu sportive on oubliera la cire et on privilégiera la respirabilité. Pour des efforts moins intenses avec des expositions à la pluie, l'enduction à la cire sera un atout.

5. Temps de séchage

Encore un atout de ce tissu G-1000 : il sèche vraiment très vite : Après une averse légère, il est sec en quelques minutes.
Après lavage en machine à laver (essorage à 1200 tours/minute), le pantalon présente un aspect sec au bout d'1/4 d'heure de séchage (16°, à l'ombre, sans vent), même s'il reste un peu humide au toucher, et est définitivement sec en 1 heure.
Ce temps de séchage peut encore se réduire si on a du soleil, ou grâce à la chaleur du corps si le pantalon est porté.
Un sérieux atout donc pour des sorties sur plusieurs jours (treks...). J'en ai fait l'expérience en Ubaye, où j'ai pris une grosse averse en rando. Le pantalon a très vite séché sur moi, et j'étais au sec pour le bivouac du soir.



Le Fjällräven Karla a été mis à rude épreuve pour cette descente hors sentier : couvert de boue et mouillé, accroché dans des branches, il sera sec 1/2 heure plus tard sans la moindre trace d'accroc.

6. Effet coupe-vent

Le tissage très serré qui donne sa robustesse au tissu lui procure aussi un excellent effet coupe-vent.
J'ai porté le pantalon lors de plusieurs randos sur les plateaux du Vercors, certaines par vent fort, et je n'ai pas eu à me plaindre du pantalon.
S'il ne bloque pas 100% du vent, sa protection est cependant suffisante pour faire barrage même à de bonnes rafales et éviter les grosses pertes de chaleur que peuvent causer des vents forts.

7. Résistance au feu

Le fabriquant indique clairement que le tissu est inflammable et qu'il faut le tenir éloigné du feu.
Étant donné que le feu est un outil indispensable à tous ceux dont les activités sont liées à la survie et à la vie sauvage, et que j'imaginais déjà les gros titres dans le journal du coin : « une randonneuse brûlée vive en faisant bouillir de l'eau pour sa semoule », j'ai voulu tester...
J'ai fait ça sur mon réchaud à gaz lors d'un bivouac dans le Vercors, avec une bande de tissu du bas du pantalon que j'avais coupée pour faire mes ourlets : d'abord, je fais passer la bande de tissu lentement au dessus de la flamme : rien, puis passage vraiment dans la flamme, toujours rien.
En insistant et en laissant plus longtemps la bande de tissu au milieu de la flamme, une partie s'enflamme au bout de quelques secondes, et commence à se consumer, mais pas trop vite.
Une bonne flamme tout de même, qui s'éteint immédiatement en tapotant avec le pied la bande de tissu. Le tissu est donc bien inflammable, mais ce n'est pas de la poudre... On pourra sans problème allumer et entretenir un feu, et même se prendre quelques étincelles sans risquer de se transformer en torche humaine : en bivouac, j'ai utilisé mon réchaud à gaz sans la moindre inquiétude. Bien sûr, il faudra rester vigilant tout de même...



La bande de tissu après quelques secondes dans les flammes du réchaud.

8. Discrétion

La couleur que j'ai choisie pour ce pantalon, « light kaki » est assez neutre et m'a permis d'utiliser le vêtement pour mes séances d'observation et de photographie animalière.
L'aspect du tissu est bien mat, même lorsqu'il est enduit de cire.
Le G-1000 est silencieux et la coupe ajustée au niveau des jambes permet d'éviter les bruits de frottement.
Les pressions ne font quasiment aucun bruit à l'ouverture, mais sont moins discrètes à la fermeture. La fermeture à glissière de la poche de la cuisse gauche est très silencieuse.
Un bon vêtement donc pour toutes les situations où l'on aura besoin de se fondre dans son environnement et de rester discret : lors d'une sortie dans la forêt d'Ambel, dans le Vercors, j'ai pu approcher une biche à moins de 10 mètres et la regarder brouter pendant de longues minutes sans éveiller son attention.

9. Entretien

L'entretien est très facile : le pantalon se lave à 40° en machine et supporte très bien les essorages intensifs. Il sèche par ailleurs très vite.


CONCLUSIONS

  • Les plus :
    La solidité, l'excellente conception et aussi la polyvalence du Fjällräven Karla en font un très bon produit. Il pourra être porté dans un grand nombre de situations, en marche sportive mais aussi pour des activités plus statiques et sur toutes sortes de terrains.
     
  • Les moins :
    L'inflammabilité du tissu reste un point négatif, même si les tests effectués se sont révélés plutôt rassurants à ce niveau-là. Il faudra toujours rester vigilant. Le fait de devoir ré-enduire régulièrement le pantalon de cire pour pouvoir maintenir sa déperlance est aussi un inconvénient.
     
  • Pour qui ?
    Pour tous ceux qui pratiquent des activités en pleine nature : randonnée, chasse, observation et photo animalière, bushcraft. C'est un vêtement excellent techniquement, léger, respirant, déperlant quand il est enduit de cire, qu'on peut sans problème malmener et sur lequel on pourra compter.
     
  • Le prix :
    Il faut compter dans les 110 euros pour ce modèle, un prix qui me semble abordable vu les qualités techniques et la solidité du pantalon.








« Modifié: 05 juillet 2010 à 15:42:38 par Mathieu »

05 juillet 2010 à 15:17:46
Réponse #1

PUBLICITÉ




Technitex.fr est le distributeur France des produits Fjällräven : la plus grande société de Scandinavie dédiée aux loisirs de plein air.
Leurs 50 années d’expérience de confection alliées à des matières exclusives telles que le G-1000® et l'Hydratic® font des produits Fjällräven les partenaires idéaux de toutes vos activités outdoor.

www.technitex.fr

TechniTex SARL
Tél : 03 26 68 00 60
contact@technitex.fr

05 juillet 2010 à 15:40:51
Réponse #2

** Mathieu **


Salut,

Super CR Sandrine  :up:

Je signale une vidéo trouvée sur Youtube qui détaille en deux minutes comment appliquer de la wax pour étanchéifier les pantalons Fjallraven :



http://www.youtube.com/watch?v=KZK3-XrlWjQ

05 juillet 2010 à 22:53:25
Réponse #3

tokala


super pantalon que j'utilise depuis plusieur années :doubleup:(elle a tout dit).
belle présentation .
 la vidéo mathieu  nickel ,là on peut plus dire " j'ai pas compris. comment ont fait"

il parait que la qualité a baissé ?  j'ai pas connue avant?
la fonction propre de l'homme et de vivre, non d'exister.je ne perdrai pas mes jours à essayer de prolonger ma vie. je veux bruler tout mon temps.

                                      jack london

mitakuye oyasin

05 juillet 2010 à 23:07:00
Réponse #4

guillaume


Très chouette CR, comme d'hab :).

(conçu au départ pour fabriquer des tentes!)

Intéressant ! t'as lu ça où ?

Citer
Le tissu G-1000, quand il est enduit de cire, est bien déperlant: j'ai pris une averse avec au début des tests, avant de l'avoir lavé, et je n'ai pas été mouillée: les gouttes d'eau restent en surface.

Es-tu sûr que l'enduction d'usine est issue de leur cire ? Perso, je ne pense pas. La cire n'a pas du tout le même aspect ni les même réactions sur le tissus (pluie...) que lorsque le tissu était neuf (j'ai une veste Fjallraven Telemark).
Du coup, dans le reste du CR tu suppose que l'enduction d'origine est la même que la cire... À vérifier ;).

 
Citer
J'ai fait ça sur mon réchaud à gaz lors d'un bivouac dans le Vercors, avec une bande de tissu du bas du pantalon que j'avais coupée pour faire mes ourlets
Peut-être ajouter que l'enduction de cire augmente son inflammabilité. Enfin, je trouve :-[.

Je confirme que l'enduction à la cire est fastidieuse, même qu'aux endroit stratégiques.


Petite digression :

Je n'aime pas ma veste, surtout pour 150 euros à l'heure actuelle. Did le sait bien d'ailleurs ;D.

Je ne trouve pas que le tissu sèche particulièrement vite. Lors du rando d'une rando dans le Vercors, en train, j'ai fait sécher ma veste et mon pantalon de Gorka sur l'aération qu'il y a sur les rebords de fenêtres. Le pantalon à du sécher en environ 30 min pour les parties avec qu'une seule couche de tissu, 45 min pour les doubles couches.
La Fjallraven a mis environ 1H30...
À noter que le pantalon de Gorka était quasi neuf mais que la Fjallraven avait été totalement imperméabiliser avant la rando avec la cire (et non ce n'est pas étanche, même avec la cire : le fait de plier le tissu casse l'enduction et l'eau passe comme elle veut :love:).
J'ai ma smock anglaise traité au nikaw et mon pantalon suisse qui sèche aussi vite voir plus vite que la Fjallraven...

Ensuite, j'ai jamais une capuche aussi mal foutue : quand il pleut, l'eau ruisselle direct à l'intérieure de la veste :lol:.

Enfin, la veste est beaucoup moins silencieuse une fois enduite de cire...

Pourtant, je la prends souvent, notamment pour les stages. Pourquoi ? Parce que la seule qui fait plutôt habillé en ville...

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

05 juillet 2010 à 23:30:30
Réponse #5

nemesys


Perso, j'ai le Karl, c'est en fait le modèle homme du Karla...

Et pour être honnête, je suis assez déçut : la poche de cuisse gauche est on ne peut plus mal foutu: en gros, en dehors d'une carte d'identité, y a pas grand chose qui rentre sans être rapidement inconfortable ou inaccessible; d'origine ( c'est à dire sans lavage ni cirage ou autre) le pantalon prends vite la saleté mais ne se lave pas très facilement ( 2 fois déjà, à 30° et 40°...j'ai pas essayé plus).

En ville, par contre, il passe relativement bien, pas connoté quoi que ce soit, passe partout !
Autre point positif: son coté doux...

En foret, je confirme le coté solide et plutôt respirant, mais alors gros bémol sur la déperlance...Ou alors pas plus de quelques secondes lorsqu'il n'y a pas de cirage...Il faudrait que je teste avec de la cire.
Le séchage est assez long, moins qu'un jeans quand même, mais en le portant après m'être fait arrosé au jet d'eau et avoir marché avec plus d'une heure...je précise que c'était de la marche "pépére", pas le pas de gymnastique...

Au final, je ne le porte pas au quotidien comme il était prévu, mais lors de petites ballade en sortant du boulot, lorsque je suis en déplacement.

05 juillet 2010 à 23:44:23
Réponse #6

tokala


c'est vrai que coté deperlant  pas top ,je prend plus de risque un bon pantalon leger en gortex :doubleup:
la fonction propre de l'homme et de vivre, non d'exister.je ne perdrai pas mes jours à essayer de prolonger ma vie. je veux bruler tout mon temps.

                                      jack london

mitakuye oyasin

05 juillet 2010 à 23:52:28
Réponse #7

jeanjacques



Intéressant ! t'as lu ça où ?


Je crois que c'est marqué sur leur site (histoire de la marque) et pour l'enduction un vendeur du vieux m'a dit que les pantalons avaient déjà un traitement de base mais qu'il été possible de le renforcer par la cire, aucune idée de la véracité de cette réponse mais bon  ;)
Adhérent Unpact.

06 juillet 2010 à 08:34:21
Réponse #8

Criss Kenton


Super CR Sandrine  :up:
Mais tu aurais pu faire un effort pour les photos quand même, ça gâche tout...  ;#

J’ai pas mal étrenné trois produits en G-1000 depuis 3 ans : un pantalon Barents, un short Trekker et un chapeau Hatfield. Sur le terrain, que ce soit pour du long cours ou de la rando à la journée, c’est simple – je les aime !
Le système de poches est super bien foutu (le même sur le short et sur le pantalon donc idiot proof), c’est solide, facile à nettoyer sur le terrain, bien coupé et ça sèche vite !

Effectivement les produits ont au départ une enduction d’usine. Il me semble qu’il s’agit bien de cire – la même que celle que l’on peut acheter en pain - mais dont l’application est rendue homogène de façon industrielle. Perso je trouve que le « film » de cire original est très bien dosé et est un bon compromis entre imperméabilité/déperlance et respirabilité ; malheureusement difficilement reproductible à la maison.
Pour ce qui est du traitement imper, j’ai coupé la poire en deux : traitement Nikkwax coton + enduction de cire au niveau des fesses, des genoux et éventuellement  en bas de pantalon. Le chapeau est uniquement traité nikkwax. En effet je trouve le côté respirant aussi intéressant que le côté imper, du coup j’essaye de trouver un compromis  - et celui-ci fonctionne pas mal ;)

Je confirme que ces trois items sèchent très vite. Un des derniers exemples parlants : au Kirghizistan en essayant de trouver une voie « sèche » pour traverser un ruisseau de montagne, je me suis retrouvé dans l’eau jusqu’à la taille. Par réflexe, moins de 10 secondes après j’étais sorti de l’eau. Verdict : 1/ le pantalon était trempé mais l’eau n’a pas pénétré dans les poches, tout à l’intérieur était sec ; 2/ Directement après j’ai essoré le pantalon et l’ai mis à sécher sur mon sac pendant 15min puis 15 min au soleil sur l’herbe pendant la pause déjeuner et j’ai pu le remettre avant de partir, il était sec :)
Bon c’est pas du supplex mais moi je trouve les performances du G-1000 vraiment pratiques sur le terrain, de plus même légèrement humide le pantalon n’est pas désagréable au contact.
Idem, le chapeau Hatfield sèche très vite, si bien que j’ai pris l’habitude de le mouiller par temps chaud pour profiter de l’évaporation (en plus il est bien couvrant, léger, résistant et a de la gueule :love:)

Pour avoir tripoté pas mal de modèles FJ en tout genre en magasin, c’est vrai que le G-1000 peut avoir plusieurs aspects, finition différent je suppose ?

Sinon Guillaume, il me semble que Karto partage ton avis sur la Telemark ; je crois pouvoir dire sans me tromper qu’il ne l’aimait pas non plus ! Il semblerait que le G-1000 soit vraiment un choix pertinent pour les pantalons ou les chemises – avis que je partage , mais pas trop pour les vestes ou gilets… en tout cas perso les vestes Telemark ou autres vues au Vieux ne m’ont jamais fait envie (d’autres sur le site FJ, par contre… ;#)


06 juillet 2010 à 08:42:34
Réponse #9

sandrine booth


Perso, j'ai le Karl, c'est en fait le modèle homme du Karla...

Et pour être honnête, je suis assez déçut : la poche de cuisse gauche est on ne peut plus mal foutu: en gros, en dehors d'une carte d'identité, y a pas grand chose qui rentre sans être rapidement inconfortable ou inaccessible; d'origine ( c'est à dire sans lavage ni cirage ou autre) le pantalon prends vite la saleté mais ne se lave pas très facilement ( 2 fois déjà, à 30° et 40°...j'ai pas essayé plus).

En ville, par contre, il passe relativement bien, pas connoté quoi que ce soit, passe partout !
Autre point positif: son coté doux...

En foret, je confirme le coté solide et plutôt respirant, mais alors gros bémol sur la déperlance...Ou alors pas plus de quelques secondes lorsqu'il n'y a pas de cirage...Il faudrait que je teste avec de la cire.
Le séchage est assez long, moins qu'un jeans quand même, mais en le portant après m'être fait arrosé au jet d'eau et avoir marché avec plus d'une heure...je précise que c'était de la marche "pépére", pas le pas de gymnastique...

Au final, je ne le porte pas au quotidien comme il était prévu, mais lors de petites ballade en sortant du boulot, lorsque je suis en déplacement.

Salut :)
Pour rebondir sur tes commentaires:
- j'utilise la poche plate de gauche pour y mettre mon petit bout de carte en rando (pas terrible pour une carte entière pliée, mais idéale pour un bout de carte plastifiée). C'est vrai qu'on ne peut pas mettre grand chose dans cette poche-là, mais elle a l'avantage de la fermeture à glissière, et on peut y placer des billets par exemple en toute sécurité.
- au niveau saleté, je suis d'accord avec toi, les taches se voient vite, mais pour l'entretien, perso je n'ai pas eu de problème: je l'ai maculé de boue lors de plusieurs randos, et tout est parti sans problème. Il m'a fallu deux lavages pour ôter des traces vertes d'herbe au niveau des genoux, mais ça a fini par s'en aller aussi.
- Pour la déperlance, de mon côté j'ai préféré laisser tomber la cire pour privilégier le côté respirant en rando, au risque d'être mouillée lors d'éventuelles averses. Je pense qu'à l'automne, quand l'humidité risque d'être plus problématique pour moi, j'essaierai de le ré-enduire de cire. Selon Kilbith, qui utilise du Fjall Raven régulièrement, la couche qui recouvre le pantalon lors de la fabrication est assez fine, pour permettre, comme le dit Criss, un bon compromis entre déperlance et respirabilité et il faut donc remettre une bonne couche de cire pour avoir une résistance à la flotte plus importante. Perso, je trouve que cette possibilité de "doser" la couche de cire, voire de la supprimer, en fonction de l'usage qu'on va faire du pantalon est intéressante et rend le vêtement très polyvalent. Mais il est clair que sans cire le tissu n'a aucune déperlance...
à+
Sandrine

06 juillet 2010 à 10:10:34
Réponse #10

LaMouette


Oh qu'il me plait ce pantalon! A la fois pratique dans la verte et convenable pour la ville. Il faut que je fasse une cagnotte.
Une petite question cependant :
Quelle est la longueur d'origine à l'entrejambe?
Avec mes grandes pattes, j'ai généralement des soucis de longueur avec les pantalons pour femme et suis souvent obligée de me rabattre sur des modèles pour homme.

06 juillet 2010 à 13:56:19
Réponse #11

** Mathieu **


Quelle est la longueur d'origine à l'entrejambe?

-> Inside leg for raw lengh  ;)

Comme Sandrine l'a expliqué : le pantalon neuf est fourni avec une longueur brute intérieur jambe suffisante pour que chacun puisse y pratiquer l'ajustement qui convient pour faire son ourlé.


  • Chest measurement = tour de poitrine
  • Waist = tour de taille
  • Seat = tour de hanches
  • Inside leg for raw lengh = longueur brute intérieur jambe
  • Inside leg for hemmed trousers = longueur intérieur jambe avec ourlé







EDIT: La charte des tailles en français chez TechniTex : http://www.technitex.fr/images/tailles.pdf
« Modifié: 06 juillet 2010 à 14:33:01 par Mathieu »

06 juillet 2010 à 23:14:52
Réponse #12

nemesys


Salut :)
Pour rebondir sur tes commentaires:
- j'utilise la poche plate de gauche pour y mettre mon petit bout de carte en rando (pas terrible pour une carte entière pliée, mais idéale pour un bout de carte plastifiée). C'est vrai qu'on ne peut pas mettre grand chose dans cette poche-là, mais elle a l'avantage de la fermeture à glissière, et on peut y placer des billets par exemple en toute sécurité.

Salut Sandrine !
Pas con du tout la poche pour les billets...de manière plus globale : monnaie...
Pour une carte, c'est vraiment un tout petit bout car la poche ne mesure que 20 par 13 et l'ouverture fait 14cm !

- au niveau saleté, je suis d'accord avec toi, les taches se voient vite, mais pour l'entretien, perso je n'ai pas eu de problème: je l'ai maculé de boue lors de plusieurs randos, et tout est parti sans problème. Il m'a fallu deux lavages pour ôter des traces vertes d'herbe au niveau des genoux, mais ça a fini par s'en aller aussi.
Heu ...j'ai un peut honte de te demander ça...mais bon, en tant que célibataire, la lessive...
Tu laves à quelle température ( je pense que ça doit jouer pour les taches, mais j'ai toujours peur de faire rétrécir le biniout ! ), moi à 40° presque rien n'est partis...je ne pense pas que ce soit de l'herbe, c'est des traces marron noirs...


- Pour la déperlance, de mon côté j'ai préféré laisser tomber la cire pour privilégier le côté respirant en rando, au risque d'être mouillée lors d'éventuelles averses. Je pense qu'à l'automne, quand l'humidité risque d'être plus problématique pour moi, j'essaierai de le ré-enduire de cire. Selon Kilbith, qui utilise du Fjall Raven régulièrement, la couche qui recouvre le pantalon lors de la fabrication est assez fine, pour permettre, comme le dit Criss, un bon compromis entre déperlance et respirabilité et il faut donc remettre une bonne couche de cire pour avoir une résistance à la flotte plus importante. Perso, je trouve que cette possibilité de "doser" la couche de cire, voire de la supprimer, en fonction de l'usage qu'on va faire du pantalon est intéressante et rend le vêtement très polyvalent. Mais il est clair que sans cire le tissu n'a aucune déperlance...
à+
Sandrine
et l'idée de faire un mix, comme le suggère Criss Kenton, à savoir certaines parties seulement ....c'est à essayer !

@ Criss: le Barent n'as PAS DU TOUT le même aspect~finition...
De bas ( sans lavage )le barent est déperlant ( pour ce que j'en ai vu ) alors que le Karl ne l'est pas...

Au passage, et au vu de ce que je lie du retour de Sandrinne, j'en viens presque à me demander si le pantalon que j'ai reçut avait une enduction~cirage d'origine...
Sur la photo :

Y avait il de la cire ou était ce au début ?
Moi dès le début, ça pénétrait le tissus...

06 juillet 2010 à 23:39:27
Réponse #13

Criss Kenton


et l'idée de faire un mix, comme le suggère Criss Kenton, à savoir certaines parties seulement ....c'est à essayer !
Ca fait 2 ans que je procéde ainsi et ça fonctionne très bien  ;)

Citer
@ Criss: le Barent n'as PAS DU TOUT le même aspect~finition...
De bas ( sans lavage )le barent est déperlant ( pour ce que j'en ai vu ) alors que le Karl ne l'est pas...
Comme dit précédemment j'ai remarqué que le G1000 pouvait avoir plusieurs aspects. Celui du Barents est lisse et un peu rigide, aspect assez similaire à celui du ventile, et l’on sent l’enduction.  Le  Karl me semble plus souple et plus doux (toucher un peu peau de pêche). En effet le G1000 employé a une finition brossée (brushed). Pour l'avoir tâté en magasin je m’étais aussi posé des questions sur l’enduction de cire en sortie d'usine...

Le barents est un modèle baroudeur/trekking 3 saisons prévu pour des conditions rudes (voir la description produit)  alors que le Karl et le Karla sont des pantalons multiactivités, des pantalons de loisir à porter aussi bien en ville, qu’en voyage ou en rando estivale (voir les descriptifs produits : Karla et Karl).  Ceci explique peut-être cela : plage d’utilisation différente -> finition et enduction différentes car les propriétés recherchées sont elle aussi différentes.
La finition du Barents va s’axer sur la solidité et la déperlance alors que dans le cas du Karl ce serait plutôt la respirabilité, le confort et la rapidité de séchage…

Je ne possède pas de produits en G-1000 brossé et je serai intéressé de savoir si  la cire s’applique et « adhère » aussi bien que sur le G-1000 classique, cad lisse et rigide.
Arrive t-on à créer un film relativement homogène ? L’enduction rigidifie forcement les zones où elle se fait. Pas de problème sur le Barents et le Trekker short car les fesses et les genoux sont renforcés (double couche de tissu) et donc déjà rigides, mais quid d’un pantalon plus « souple » ?

Je tiens à préciser aussi que ça fait un bail que je n’ai pas été retâter les différents produit en magasin, peut-être que je confond et que le Karl n’est pas aussi souple que ça… J’irai checker cette aprèm au vieux ;)


Edit : Travail sur la forme, fond inchangé.
« Modifié: 07 juillet 2010 à 09:21:59 par Criss Kenton »

08 juillet 2010 à 08:43:58
Réponse #14

sandrine booth


Quelle est la longueur d'origine à l'entrejambe?
Avec mes grandes pattes, j'ai généralement des soucis de longueur avec les pantalons pour femme et suis souvent obligée de me rabattre sur des modèles pour homme.
Avec ce système de longueur brute, tu as une sacré marge pour la longueur. Perso, j'ai coupé une bande de 5 cm et je ne pense pas avoir les jambes particulièrement courtes, ça devrait le faire sans problème pour toi...

Pour une carte, c'est vraiment un tout petit bout car la poche ne mesure que 20 par 13 et l'ouverture fait 14cm !

En fait, je plie mon bout de carte plastifiée en deux ;)

Heu ...j'ai un peut honte de te demander ça...mais bon, en tant que célibataire, la lessive...
Tu laves à quelle température ( je pense que ça doit jouer pour les taches, mais j'ai toujours peur de faire rétrécir le biniout ! ), moi à 40° presque rien n'est partis...je ne pense pas que ce soit de l'herbe, c'est des traces marron noirs...

Je lave à 40° aussi, mais bon, ma machine à laver est une "bête de course" si je puis dire, car elle doit assurer pour une famille nombreuse, alors ça joue peut-être... Truc assez efficace, avant de mettre le pantalon au lavage, tu mets de la lessive directement sur les parties très sales, aux genoux par exemple, ça peut aider.

Au passage, et au vu de ce que je lie du retour de Sandrinne, j'en viens presque à me demander si le pantalon que j'ai reçut avait une enduction~cirage d'origine...
Sur la photo :

Y avait il de la cire ou était ce au début ?
Moi dès le début, ça pénétrait le tissus...

C'est étrange en effet... La photo qui montre les petites gouttes d'eau en surface du tissu a été prise aux débuts des tests: le pantalon, avec sa couche de cire d'origine, donc assez légère, avait été lavé une fois mais conservait tout de même une assez bonne déperlance. Je pense Nemesys que le pantalon que tu as reçu ne devait pas être enduit, je ne vois pas d'autre explication.
à+ :)

08 juillet 2010 à 16:16:26
Réponse #15

philmu


 
     Beau boulot Sandrine,    :huh:

  Ce tissu G 1000 m'a lontemps fait envie, une vraie toile de rando....avec plein de qualitées.....
Ca fait un an que je me suis offert le Karl troussers et t'as (presque  8)  ) tout dit !
  Tu as du avoir aussi je suppose la petite pochette qui contient du fil pour réparation et un ensemble pression mâle et femelle de rechange ainsi que le bouton principal.
  Ce pantalon je suis tellement bien dedans que je ne mets plus que ça !
  J'en ai acheté un à  15 eu de moins chez Altic..p à Nice.   J'ai également le Clyde troussers qui lui a une coupe type jeans;
 5 poches classiques et la jambe n'a pas les pinces de mise en forme au genou du karl, mais est formée de trois cylindres superposés.     
je le trouve un peu moins confort à la marche.
 Je crapahute un peu dans mes randos, souvent affaire à de la salsepareille (la nourriture des Schtroumf   :'(  )
 (pour ceux qui conaissent pas c'est super coriace et plein de petites épines)  je suis parfois blessé au travers mais le fut lui: rien !
 Le couture à l'entrejambe m'a lachée une fois.
Jamais remis de cire et le tissu reste nickel, les taches s'accrochent pas, par contre je mets de l'anti tache en début de lavage.
   Criss Kenton, j'aimerai ton avis quand à un inconfort éventuel de la double couche aux genoux du Barents de même marque,
pas gênant ?
    J'ai de très longues jambes et en ayant coupé plus de 6 cm j'ai conservé un ourlet de 4.
Avec mon sac à dos qui  a une bonne ceinture ventrale, je fais monter mon pantalon au nombril de sorte que les multi épaisseurs
dont lichettes et ceinture sont au dessus, je trouve cela plus confortable et moins transpirant.
Dès lors ca peut être utile de laisser 4 cm de plus ....

  à +

08 juillet 2010 à 17:46:35
Réponse #16

nemesys


Sandrine -> :love:
Merci pour tes réponses (et conseils de lavage !)

Sinon, et bien, comme tu dis, pas d'autre explication, le mien ne devait pas avoir d'enduit d'origine ...
Maintenant il y a une autre chose à prendre en compte: mon fut est un Karl, pas un Karla...c'est eut être aussi ce qui explique la différence...

09 juillet 2010 à 15:19:31
Réponse #17

LaMouette


Merci pour ta réponse, Sandrine et merci aussi à Mathieu pour le tableau.
Sandrine, on voit bien sur les photos que tu es longiligne comme moi, mais je suis plus grande : 1,70 m.
Je me suis trouvée plus d'une fois, pour des pantalons achetés par correspondance, avec des longueurs de jambes de 75 cm alors qu'il me faut minimum 81 cm.
Je suis rassurée par le tableau, en effet j'aurai de la marge. Je pourrai même, oh luxe, faire un ourlet. Il ne reste plus qu'à faire la cagnotte.

09 juillet 2010 à 19:08:21
Réponse #18

Kilbith


Salut,

Je me permet de mettre ici plusieurs messages que j'avais posté préalablement lors de la discussion sur le produit en question. Il s'agissait de répondre à Sandrine et à Guillaume :

Deux points sur le CR de Sandrine :

L'enduction à la cire (en fait 90% paraffine, 10% cire d'abeille) a l'avantage de ses inconvénients. Selon les besoins on peut assez facilement réenduire ou surenduire (le tissu est alors imperméable) ou bien enlever l'imperméabilité pour les périodes chaudes. Cela peut se faire sur le terrain (devant un feu en frottant pour enduire ou surenduire et/ou à l'aide d'une gamelle d'eau chaude pour enlever/mettre la cire).

La couleur claire permet d'éviter de "surchauffer" au soleil et surtout de repérer les tiques qui te grimpent dessus. Elle reste pourtant discrète. On peut teindre légèrement le tissu (au besoin avec du thé ou autre expédient) grâce au coton du mélange (pas les coutures).

Ok merci Did pour les infos :). C'est vrai que je ne suis pas totalement convaincue par les avantages de la cire, mais il est possible qu' à l'achat le pantalon soit simplement légèrement enduit.
C'est assurément le cas. L'enduction d'origine apporte juste une légère déperlance qui part au premier lavage à 60°C.


Citer
Je n'avais pas pensé à la possibilité de rajouter une grosse couche de cire en cas de prévision de sortie dans la flotte. Tu as essayé toi?
Oui. Cela fonctionne alors comme un barbour (en fait comme du tin cloth de Filson). Ce n'est pas trop compliqué à faire à la maison : on frotte le pain de cire (en fait de la paraffine à 90%, donc de la bougie) et on repasse. On peut aussi faire faire un tour au sèche linge (de préférence celui de la belle mère), dans ce cas retourner le vêtement est une sage précaution. Plusieurs couches améliorent l'imperméabilité, pour le bas des canons on peut aussi mettre de la cire à l'envers pour éviter les remontés par capillarité.
Le truc subtil, pour éviter d'avoir l'effet Barbour (rigidité et condensation), c'est de n'imperméabiliser que les endroits stratégiques (le devant ou le bas du pantalon par exemple).


Citer
La cire a-t-elle une odeur notable, qui pourrait éventuellement être gênante pour l'observation animalière? Tu as des infos là-dessus aussi Did?

Je ne crois pas (la paraffine est sans odeur et les 10% de cire ont une odeur naturelle). Mais pour être complet, je dois dire que j'ai renoncé au truc avec mes pantalons. Je préfère les traiter au nikwax et porter un cuissard de pluie au besoin (quand il pleut le bruit n'est pas un problème). Ceci dit je garde dans un coin de ma tête que la bougie chauffe plat ou coghlans que j'emporte dans mon sac peut relativement imperméabiliser mon pantalon en plus d'allumer le feu, m'éclairer ou me réchauffer....

paraffine : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paraffine



Intéressant ! t'as lu ça où ?
Sur leur site. Mais quand je compare différent vêtement en G1000 (certain ont 25 ans), le tissu me semble ne pas être toujours le même.

Citer
Es-tu sûr que l'enduction d'usine est issue de leur cire ? Perso, je ne pense pas. La cire n'a pas du tout le même aspect ni les même réactions sur le tissus (pluie...) que lorsque le tissu était neuf (j'ai une veste Fjallraven Telemark).
Du coup, dans le reste du CR tu suppose que l'enduction d'origine est la même que la cire... À vérifier ;).
En usine, j'imagine que l'enduction est fait directement sur le tissu avant que le vêtement soit "construit". Elle est plus homogène.


Citer
Peut-être ajouter que l'enduction de cire augmente son inflammabilité. Enfin, je trouve :-[.
Inévitablement (voir lien wiki sur la paraffine).



Les vêtements G100à sont pratiques (poches), solides, confortables, coupe vent (mais pas trop pour rester confortable), bonne coupe, sèchent vite et sont "passe partout". Ce ne sont plus des vêtements de haute montagne depuis 40 ans, donc ils ne sont plus "à la page" techniquement. Mais, au besoin, on peut les trainer sur bien des endroits du globe et le faire durant longtemps.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité