Nos Partenaires

Auteur Sujet: Premiers secours: bibliographie, liens, guides...  (Lu 23793 fois)

18 janvier 2017 à 12:46:05
Réponse #50

Hurgoz


Yo,

Petit UP avec cet article du blog du Dr Dominique Savary, urgentiste-réanimateur à Annecy:

Source: http://francais.medscape.com/voirarticle/3602922?utm_content=buffer25b1a&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer#vp_1

On peut y lire notamment:

Citer
Ces recommandations proposent donc de poser le garrot à la racine des membres mais ce dogme a toutefois fois été discuté, en particulier dans un article du colonel Jean François Kragh, un auteur qui a beaucoup travaillé sur les garrots, et qui présente dans sa publication 428 garrots posés au cours de la guerre en Irak. On voit qu’il y a une efficacité certaine du garrot posé sur l’avant-bras ou sur la jambe.

Tcho

Hugo

"C'était impossible, il ne le savait pas, alors il l'a fait" Mark Twain
« Modifié: 18 janvier 2017 à 13:28:02 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

18 janvier 2017 à 14:59:59
Réponse #51

guillaume



"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

18 janvier 2017 à 17:53:23
Réponse #52

Hurgoz


Yo,

Pour ceux à qui ce lien :mène vers une page d'inscription  >:(

Désolé, je n'ai pas eu le temps de préciser et ai pallié au plus pressé: le PDF joint au précédent message est le copier/collé de l'article du Dr. Savagny (il n'y a pas la vidéo, mais celle ci est juste la lecture du texte).

Tcho

Hugo
« Modifié: 19 janvier 2017 à 00:04:38 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

18 janvier 2017 à 17:56:16
Réponse #53

fry


Pour info, le sauvetage au combat recommande toujours de placer si possible "haut et serré" c'est à dire sur la partie proximale du membre.

Les raisons:

- Sous le feu, ou en situation de catastrophe avec multi-victime, les victimes sont rarement correctement examinées et les membres ne sont pas correctement mis à nus. Plusieurs cas de victimes ayant reçu un garrot situé en amont d'une lésion visuellement évidente, mais en aval d'une autre lésion masquée par les vêtements ou autre élément circonstanciel (fréquent dans les polycriblages, mais également dans les fusillades), en sont décédés. La doctrine est donc “high and tight” ( "haut et serré", soit le plus proximal possible ) quand la situation est confuse ou le patient très grave, car si le débit de l'hémorragie est important, prendre le temps de constater un échec de garrot peut être délétère.

- Il est effectivement enseigné aux personnels qualifiés de réévaluer ce garrot le plus vite possible, idéalement dans les 20 minutes, pour voir 1) si ils peuvent le mettre plus proximalement à la lésion, même sur partie distale de membre, avec un second garrot mis en place avant de desserrer le premier et avec vérification minutieuse de l'efficacité de ce second garrot, afin de limiter la part de tissu ischémiée, 2) si ils peuvent carrément retirer le garrot et faire relai avec un compressif, ce qui serait l'idéal pour la perfusion du membre.

Les raisons de ces mesures secondaires sont la part "fonctionnelle" du garrot (c'est à dire l'usage future du membre, les éventuelles séquelles et le confort de vie), par opposition à la part "vitale" du garrot qui est stopper l'hémorragie à tout prix dans un premier temps. Généralement on ne réfléchit au fonctionnel que dans un second temps, une fois le vital mis de côté. Pour des personnel peu entraînées ou sous très haut stress (militaires du rang), il semble raisonnable de privilégier la partie "vitale".

Il existe très peu de littérature que ce soit pour ou contre la théorie d'un garrot plus efficace en proximal, même si sur modèle expérimental il semble plus facile (moins de pression d'occlusion nécessaire) de le mettre sur la partie proximale. Cela entraîne effectivement de ce fait une plus grande plage tissulaire ischémiée par le garrot (donc plus de séquelles, etc...).

Les français restent donc systématiquement dans le proximal dans un premier temps (avant réévaluation rapide), moi j'aime  bien couper la poire en deux: quand j'ai un membre mis à nu avec à l'evidence aucune autre hémorragie plus haut, je mets le garrot sur la partie proximale du membre (en vertu des données expérimentales tendant à penser que c'est plus efficace), mais en le mettant assez proche du genou pour limiter au maximum la plage ischémiée. En revanche en situation confuse ou multi-victimes je ne me pose aucune question, c'est "high and tight".

18 janvier 2017 à 18:10:21
Réponse #54

Hurgoz


Yo,

Merci pour les précisions! :up:

Pour la question dogmatique du problème, on revient, en somme, à l'intelligence du secouriste.... :)

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité