Nos Partenaires

Auteur Sujet: Gisements de charbon en feu de par le monde  (Lu 6191 fois)

24 juin 2010 à 18:28:34
Lu 6191 fois

Nirgoule


http://www.rue89.com/2008/05/31/des-milliers-de-gisements-de-charbon-en-feu-de-par-le-monde

Je cherchais depuis longtemps une référence sur ce problème dont on parle peu : les feux de charbon.

Provoqués de manière naturelle ou artificielle, ils concernent les mines de charbon qui se consument ou brûlent le plus souvent en affleurant à la surface. La consommation d’énergie est énorme, le phénomène existe depuis la nuit des temps. La Chine et les US sont les plus touchés.

Et du coup je me demande quelle part cela représente sur la consommation de CO2 ?

Merci de vos réponses. :)
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

13 août 2010 à 14:17:20
Réponse #1

Nirgoule



Un feu souterrain menace les derniers habitants de Centralia
 
Depuis plus de cinquante ans, le feu ravage les sous-sols de Centralia en Pennsylvanie. A l'origine de cet incendie: un amas d'ordures qui a mis le feu aux strates de charbon sous la ville.


Le camion de pompier étincelant garé au milieu de Centralia ne servira sans doute jamais. Car le feu qui ravage cette ville de Pennsylvanie, dans l’est des Etats-Unis, est souterrain et seul le temps - sans doute un siècle ou deux- parviendra à l’éteindre.

Tel est l’étrange destin de ce bourg à quatre heures de route de New York, qu’un feu de charbon qui s’est déclaré voilà 50 ans en sous-sol a transformé en ville fantôme.

Sur une population d’environ 1.000 habitants, moins d’une douzaine de personnes sont encore là, résistant farouchement aux ordres du gouvernement d’évacuer les lieux. Jalonnant des rues aux noms de fruits (Plum street, Apple ou Grappe), subsistent des panneaux défraîchis, lampadaires et lignes téléphoniques, ainsi que quatre cimetières, mais il n’y a presque plus de maisons.

Le feu, qui continue de se consumer en rongeant les strates de charbon de cette région longtemps minière, n’est pas visible mais on le sent.
De la fumée s’échappe du sol craquelé et brûlant de la route 61, aujourd’hui impraticable et couverte de graffitis, complétant ce tableau de fin du monde.
Les visiteurs, en particulier les journalistes, ne sont pas les bienvenus.

"Ma mère me tuerait si elle me voyait vous parler", lance un homme depuis le seuil de sa maison.

Des ordures ont mis le feu au charbon

Une légende raconte qu’au XIXe siècle un prêtre catholique aurait maudit Centralia en déclarant: "Un jour cette ville sera effacée de la surface de la Terre".

La vérité est plus terre à terre: en mai 1962, un amas d’ordures brûlantes est entré en contact avec la couche de charbon qui se trouve dans le sous-sol de la ville.

Plusieurs opérations ont été tentées afin d’éteindre le feu, notamment le creusement de tranchées, mais l’incendie s’est propagé à tout le réseau des anciennes mines de charbon.

Les habitants de Centralia ne se sont aperçus des risques que progressivement: le taux de monoxyde de carbone dans l’air a grimpé, la route s’est craquelée, puis en 1981, un garçonnet a failli être englouti dans une crevasse soudainement apparue sous ses pieds.

Dans les années 1980, le Congrès américain a débloqué 42 millions de dollars afin de racheter les terrains aux résidents. Dix ans plus tard, les autorités de Pennsylvanie utilisaient leur droit de préemption sur toutes les propriétés, poussant le reste des habitants à la porte.
Mais cela n’a pas empêché une poignée d’irréductibles de s’accrocher à leur maison.

"Cela fait 50 ans que j’habite ici", jette un homme de son perron avant de claquer la porte. "Je n’aime pas changer d’adresse".

Plus de 100 ans pour éteindre l'incendie

Anne Marie Callahan Devine, maire de Centralia de 1985 à 1993, raconte que les habitants se sont sentis abandonnés par les autorités.
"Le gouvernement a trouvé plus facile et moins coûteux d’exclure les gens, plutôt que d’éteindre le feu", s’insurge l’ex-élue. "Ils estiment qu’il faudra entre 100 et 300 ans pour que le feu s’éteigne. C’est triste".

Tout le destin de cette région est lié aux éléments qui occupent son sous-sol, dont l’anthracite, un type de roche carbonée très combustible.
Alors que le feu consume Centralia, une importante opération de minage a lieu un peu plus loin, au sommet d’une colline.

"Il y a du charbon juste sous les buissons," relève un habitant de Centralia, avec une voix où percent à la fois fierté et amertume.

http://www.tdg.ch/feu-souterrain-menace-derniers-habitants-centralia-2010-02-09
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

13 août 2010 à 14:36:52
Réponse #2

Nirgoule



1% du monoxyde de carbone consommé sur terre serait causé par des feux de mines de charbon affleurante, provoqués naturellement ou artificiellement.

 http://www.smithsonianmag.com/travel/10013541.html

Historique


Le problème n’est pas récent, il a juste été amplifié par l’exploitation minière. Comme exemple, on peut citer la Burning Mountain en Australie, à 200 km au nord de Sydney. On dit que le premier européen qui remarqua de la fumée monter était un paysan appelé Smart. Il pensa que c’était un feu de brousse. Mais durant plusieurs jours, la fumée s’éleva au même endroit il alla voir ce qui se passait. En revenant, il déclara qu’il avait trouver un volcan. Ce qui aurait été particulièrement bizarre car l’Australie ne subit aucune activité volcanique et qu’aucun volcan ne se trouve sur son territoire.

L’histoire paraît dans les journaux a Sydney et plusieurs expéditions s’ensuivent. Les premières personnes à étudier le phénomène furent le révérend Wilton entre 1828 et 1832 et Sir Thomas Mitchell en 1829 et 1831. En 1829, on sut que c’était du charbon qui brûlait et que la fumée n’était pas la conséquence d’une activité volcanique.

Les aborigènes avaient auparavant remarqué la Burning Mountain. Ils avaient appelé la montagne «wingen » ce qui signifie feu et il l’utilisait sûrement pour se chauffer et cuire des aliments.

On estime que la montagne brûle depuis 6000 ans pour arriver à ce résultat on a remarqué que le feu se propage actuellement à environ un mètre par année et comme la source du feu se trouve aujourd’hui a six kilomètres : il doit brûler depuis environ 6000 ans. Mais comme cette vitesse a pu varier au court du temps certaines estimations préfèrent parler de 5000 ans ou de 2000 ans mais tous s’accordent pour dire qu’il brûle depuis plusieurs milliers d’années.

Comme autre exemple, on peut aussi citer les paroles d’un émissaire de l’empereur se trouvant dans la région de l’actuel Xinjiang (en chine). Il remarqua que les collines brûlaient de l’intérieur et ceci autour de 1600.

http://membres.multimania.fr/chris2310/historique.htm
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

13 août 2010 à 15:41:52
Réponse #3

Walter


Loin de moi de douter de la véracité de ces dires, mais, on sait tous que pour brûler, un feu a besoin de trois éléments : Un combustible (Le charbon en l'occurrence ici), de la chaleur, et un comburant (L'oxygène). Mais ou trouver ce comburant sous terre justement ?
Is this yours, Larry? Is this your homework, Larry?
Look, Larry. Have you ever heard of Vietnam?
You’re entering a world of pain, son. We know that this is your homework. We know that you stole a car.

13 août 2010 à 15:49:23
Réponse #4

Thanos


Déjà, il existe bien d'autres comburants que l'oxygène et qu'on peu trouver dans les sédiments d'une mine.

Ensuite, la structure d'une mine outre ses galeries comprends des puits d'air car comme le feu, les mineurs consomment de l'oxygène (étonnant non ?  ;#).

Si on ajoute à cela que ce sont des feux couvant qui se consument lentement...

L'inavisé         
Croit qu'il vivra toujours        
S'il se garde de combattre,
Mais vieillesse ne lui
Laisse aucun répit,
Les lances lui en eussent-elles donné.

Hávámál

A vaincre sans péril, on gagne !             http://www.dailymotion.com/video/x61nne_frankland-vs-excalibur_webcam
Le courage, c'est pour les morts.           http://www.frankland.fr

TACTICAL GEAR: If I Hear One More Tactical Gear Manufacturer say “Our Gear is Used by Special Forces” I am Going to Kick a Kitten in the Head

16 août 2010 à 09:19:58
Réponse #5

Nirgoule


on sait tous que pour brûler, un feu a besoin de trois éléments : Un combustible (Le charbon en l'occurrence ici), de la chaleur, et un comburant (L'oxygène). Mais ou trouver ce comburant sous terre justement ?

Salut Walter, comme le dit Thanos, l'air arrive par les failles et autres puits de mine. En fait il y a feu que si le charbon affleure ou est très proche de la surface. D'ailleurs ces feux ont souvent été allumé par des incendies de forêt dans le passé, donc aussi indépendamment de l'activité humaine.
Les failles sont multiples et il est difficile des les combler. Lorsque le filon est à des centaines de mètres de profondeur le problème se pose moins.
Les filons qui affleurent ont été ou sont encore exploités à la main, cela depuis des centaines d'années, par des familles, des villages. C'est pourquoi les puits sont nombreux offrant autant de cheminées pour alimenter les feux.

De quoi faire une belle série de reportages télé à travers le monde ! Genre "des mines de charbon pas comme les autres" ou un truc du genre !  ;D

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité