Nos Partenaires

Auteur Sujet: veille et survie stratégiques  (Lu 3820 fois)

22 septembre 2006 à 13:53:26
Lu 3820 fois

vince


Salut

Je trouve qu'il y a un créneau, un petit vide, entre la préparation pour un danger immédiat du type aggression, la fin du monde, et la survie/autarcie à long terme dans la nature. En fait, je pars de mon expérience de pays et situations de conflit armé. Du coup je place ce sujet ici, car finalement je parle de conserver un style de vie urbain, citadin ; mais il pourrait aussi avoir sa place dans la partie ''survie à long terme - autarcie''.

Ca concerne en fait un niveau de conscience, d'information, de réflexion, qui prenne en compte l'histoire longue, pour une prospective sur plusieurs années, afin d'intégrer les risques humains (guerres) et écologiques ou naturels majeurs. Vous me direz que c'est un peu tiré par les cheveux... Ce que je veux dire c'est qu'en cas de cataclysme humain ou naturel, de menace gravissime et collective, ou bien de ciblage de certains pans de population sur des critères scandaleux, il se peut que tous vos arrières soient brulés dans la société où vous vivez, sans solution de repli proche, où même les plans de vie en autarcie totale pour trois jours ou trois ans n'ont plus de sens. Bien sûr c'est toujours chez les autres que ça arrive, mais bon statistiquement justement ça commence à faire bien longtemps que notre partie de l'Europe vit une parenthèse enchantée dans son histoire. Concrètement donc, notre vie ou survie peut etre menacée et devenir impossible là ou nous vivons, ne nous laissant d'autre choix que la fuite.

Bon en pratique, ce niveau de conscience permet de développer une vision stratégique, qui a des implications bien pratiques :
- apprendre les langues étrangères, au moins une, et faire que ses enfants les apprennent ; voyager, cultiver la capacité au changement de milieu et la connaissance des autres sociétés. Bref, acquérir et entretenir une culture internationale : ça permet autant de voir venir les dangers que d'y répondre, ne jamais se laisser enfermer.
- connaitre les filières et possibilités d'émigration, sur le plan professionnel par exemple : quels métiers pourrais-je exercer ailleurs pour subvenir à mes besoins et ceux de mes proches ? comment ? quelles équivalences existent pour exercer ma profession actuelle ?
- ça implique aussi une capacité de prise de décision, une capacité à brûler ses vaisseaux.
- ça implique encore plus pratiquement la préservation d'une identité administrative, la sauvegarde en plusieurs formats et exemplaires de tout ce qui fait votre vie : diplômes, certificats d'employeurs, passeports, actes de propriété, contrats divers : tout ceci autant pour permettre une émigration qu'un retour.

Je trouve que tout ça demande peu d'efforts, que ça évite la paranoia, que c'est sensé, qu'à défaut d'un usage malheureux et hypothétique en cas de gros problème, on peut récolter chaque jour fruits d'une telle posture.

Au plaisir de vous lire

22 septembre 2006 à 18:08:52
Réponse #1

nix


Salut

Je serais sur le principe, l'idée de veille, plutôt en phase avec toi. Par contre, est-ce ma nature modérée (quoique...) je ne crois qu'il faille envisager des circuits d'émigration étrangère...
C'est un peu trop...

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité