Nos Partenaires

Auteur Sujet: PATAGONIA MEN'S ASCENSIONIST JACKET - WWW.PATAGONIA.COM - [TEST DM]  (Lu 13043 fois)

10 juin 2010 à 13:32:24
Lu 13043 fois

Matt Booth


PATAGONIA MEN'S ASCENSIONIST JACKET



Website de la marque : Patagonia http://www.patagonia.com/web/eu/home

Fiche Produit : Patagonia Men's Ascensionist Jacket http://www.patagonia.com/web/eu/product/patagonia-mens-ascensionist-jacket?p=83130-0-950

Infos Matières et Technologies Patagonia : http://www.patagonia.com/web/eu/patagonia.go?assetid=11093&ln=28


PROFIL DU TESTEUR



Morphologie
Homme, 36 ans, 1m 77, 75 kilos.

Expérience
J'ai une très bonne expérience de la Montagne que je côtoie depuis toujours. Je fais des raids en randonnée / treks depuis 20 ans (et oui, le premier était au tendre âge de 15 ans – quatre jours en autonomie dans la région des lacs) en  Écosse, en Angleterre, au Maroc, en Amérique du Sud et en France bien sûr.
Par le passé, j'ai fait beaucoup d'alpinisme ; des goulottes et des cascades en Écosse ; de nombreuses ascensions dans les Hautes Alpes, notamment les grandes faces nord des Écrins (Meije, Olan, Ailefroide, Pic Sans Nom), et une première sur la face nord de Pointe Louise en hivernale ; ascension d'El Cotopaxi (5950m) en Équateur, et d'Alpamayo (5950m) au Pérou, par la directe Française.
J'ai également une bonne expérience du ski d'alpinisme ayant fait de nombreuses descentes de couloirs dans le Massif Haut Alpin.

Activités actuelles
Photographe de nature, je fais des sorties régulières par tous temps. Je connais des périodes d'activités intenses suivies par des périodes d'immobilité (pour les prises de vues). Actuellement, je suis Accompagnateur en Moyenne Montagne stagiaire. J' effectue des randonnées régulières voire quotidiennes comprenant des sorties sportives et aériennes. Je continue à pratiquer l'alpinisme et le ski de randonnée, plus pour la qualité esthétique de la montagne que pour la performance.

Connaissances du matériel « outdoor »
J'ai trois ans d'expérience comme vendeur dans des magasins de matériel de montagne ; deux ans de travail chez Nevis sport, Leeds, Angleterre et un an chez Technicien du Sport, Briançon.


PRODUIT TESTÉ



Patagonia Men's Ascensionist Jacket
« Cette veste softshell la plus technique conçue pour toutes vos activités en montagne est un must en terme de protection et de poids ! Avec son double tissage dense et extensible en polyester à coutures thermo-collées, elle est incroyablement coupe-vent, respirante, déperlante et sèche rapidement. Sans détails superflus pour plus de légèreté. » Patagonia

Cette veste se présente clairement comme vêtement technique destiné à un usage sportif.
Les qualités qui se dégagent sont la souplesse, la légèreté (540g), l'effet coupe vent, la capacité respirante, l'ergonomie et la conception de la coupe, particulièrement adaptée à l'alpinisme.

Le Tissu  
« Toile double tissage dense et extensible en polyester déperlante et coupe-vent, sans élasthanne pour un séchage plus rapide ; coutures rabattues thermocollées.
Toile polyester double tissage, extensible en 2-sens (recyclé à 45%) avec apprêt déperlant durable DWR Deluge, 180-g. Recyclable avec le programme de recyclage des vêtements Patagonia.
Zip frontal enduit DWR ; poches extérieures : deux poches chauffe-mains avec zip enduit DWR et protège-tirette.
»

Qu'est ce que le traitement DWR ?
Voici les explications de Patagonia :
« L’apprêt déperlant durable DWR (Durable Water Repellent) Deluge®, marque déposée Patagonia, dure bien plus longtemps que les apprêts DWR habituels. Les vêtements traités avec l’apprêt DWR Deluge restent déperlants même après des années d’utilisation intensive. »
La durabilité ou la résistance de ce traitement sera à mettre à l'épreuve dans la mesure du possible vu le temps de test limité.

La Coupe
Sans être serrée, la veste Ascensionist épouse les formes du corps. Elle descend légèrement sur les fesses, mais ne les recouvre pas afin de laisser une liberté de mouvement au niveau du bassin. Les manches sont articulées, et les dessous de bras sont conçus pour permettre de lever les bras sans que la veste remonte sur le dos. La capuche est prévue pour être utilisée avec ou sans casque (un choix qui marche rarement bien dans les deux cas de figures !). La veste présente trois poches ; deux poches latérales et une poche poitrine.

Première impression
La première impression est celle d'un vêtement qui respire la qualité. Les coutures thermo-collées inspirent confiance et la veste apparaît à la fois robuste et légère. Les velcros au niveau des poignets sont souples, évitant ainsi le désagréable effet d'enroulement et de décrochage des velcros que je constate avec mon Gore-Tex.
 
En enfilant la veste, l'impression est surprenante. L'élasticité et la légèreté du tissu vantées par le fabricant donnent l'impression que l'on ne porte pas de veste. C'est un vêtement qui reste près du corps, mais sans se faire remarquer. Quelques moulins avec les bras permettent de confirmer d'ores et déjà que les manches articulées remplissent leur fonction, donnant une liberté de mouvement absolu et sans entrave. La capuche s'adapte aussi bien à une tête nue qu'à une tête en-casquée. Les trois cordons de réglage (chaque côté et à l'arrière) permettent d'ajuster la capuche parfaitement. Aucune gêne au niveau de la vision, même latérale, lors des mouvements de la tête. La capuche colle et suit la tête presque comme une seconde peau. Quant aux poches, elles sont peu nombreuses. Trois au total. Une poche poitrine à l'intérieur de la veste, et deux poches classiques, situées un peu haut, apparemment pour rester accessibles lors du port d'un baudrier (à vérifier). Ces poches en filet peuvent également servir pour améliorer la circulation de l'air lors des efforts plus intenses.

La veste paraît minimaliste, se concentrant sur une coupe bien adaptée et un tissu performant, avec les fermetures et poches limitées au strict nécessaire.

Rappel du principe des softshells
Le principe des softshells est relativement récent, donc pour les néophytes dans ce domaine voici un petit rappel de leur vocation.

Il fut un temps, je m'en souviens encore (tout juste), où les activités de plein air se faisaient avec une chemise épaisse à carreaux, type bucheron, un gros pull en laine et un ciré jaune, mais depuis de nombreuses années un système bien plus commode et technique s'est imposé ; le système des trois couches.
Ce système consiste à porter un vêtement près du corps afin d'isoler, mais également évacuer la transpiration en cas d'effort intense, un vêtement dont la vocation est purement thermique (polartec 100 – 300 selon les besoins et les conditions), et enfin, une dernière couche qui joue le rôle de carapace, formant une barrière contre la pluie et le vent. Ce système a fait ses preuves et connu une grosse réussite.

Depuis quelques temps, ce système est remis en cause, du moins partiellement, pour certains types d'activités. D'où l'arrivée des « softshells » qui s'opposent aux « hardshells ». Les « hardshells » ou « carapaces dures » sont de véritables vêtements imperméables tels que ceux que nous avons l'habitude de voir et d'utiliser depuis de nombreuses années. En revanche, les « softshells » ou « carapaces souples » constituent un domaine d'innovation récente.  
Le principe de cette nouvelle couche est de créer un vêtement plus léger, plus souple, plus respirant que les troisièmes couches actuelles.
Certains « softshells » peuvent même venir remplacer deux couches (la couche isolante et la couche imperméable / coupe-vent) pour former un système à deux couches. Ils sont destinés à une utilisation sportive avec une grosse dépense d'énergie ; des activités où un gain de poids, de respirabilité et de mobilité sont des éléments clés. En principe, ils ne peuvent pas concurrencer les « hardshells » en matière d'imperméabilité, ce sont donc des vêtements à posséder en parallèle et à utiliser pour certaines activités notamment à la journée.
 
Matériel utilisé actuellement
Jusqu'à présent le système des trois couches m'a admirablement bien servi. Je pars toujours avec une première couche de type sous vêtement synthétique, une deuxième couche de type fourrure polaire, et une troisième couche imperméable / coupe vent.
Pour les deux premières couches j'ai plusieurs vêtements différents, me permettant d'adapter ce système aux conditions de la saison.

  • Couche 1 : T-shirts Dry flo Lowe Alpine / T-shirt à manches longues Dry flo Lowe Alpine, T-shirt à manches longues Patagonia ;
  • Couche 2 : Polartec Ultrafleece Mountain Equipment / Polartec 300 Quechua ;
  • Couche 3 : Veste Gore-Tex Mountain Hardwear.

Actuellement, je n'utilise pas de softshell. Ce test sera l'occasion d'en évaluer l'utilité. Peut-il avantageusement venir remplacer ma troisième couche actuelle pour certaines activités ?  


I. TESTS PRÉVUS



Je propose de prendre les différentes qualités de manière individuelle et de les pousser dans leurs retranchements lors des tests.  
Voici la liste des tests prévus en fonction de la qualité évaluée :

  • Thermicité – utilisation lors de journées froides, et par périodes d'immobilité.
     
  • Coupe-vent – utilisation sur le Plateau de Font d'Urle (qui porte bien son nom), un des lieux les plus ventés du Vercors, et ce n'est pas peu dire.
     
  • Imperméabilité – Les softshells ne se réclament pas aussi imperméables que les hardshells, mais doivent être capables de résister à une pluie fine, de la neige, ou une grosse averse. Par ailleurs, le fabricant insiste sur le traitement des fermetures éclair pour éliminer tout point faible dans la barrière contre l'humidité. L'utilisation d'un traitement breveté DWR est censée donner une plus grande longévité au traitement déperlant du tissu – il faut voir si un usage intensif peut provoquer une dégradation prématurée des effets de ce traitement.
     
  • Respirabilité – un point fort chez les softshells. On attend une performance supérieure à celle des hardshells sur ce point. Un bon dénivelé par beau temps permettra de déterminer si la veste tient ses promesses de ce point de vue.
     
  • Ergonomie – Sorties actives / sportives. Utilisation en terrain varié (crapahutage ou « scrambling » comme disent les britanniques)
     
  • Conception de la Coupe – sorties de ski de randonnée.


II. LES TESTS



Thermicité – sorties journée en Dévoluy et sur le Jocou.

Dévoluy
Veste Patagonia Ascensionist portée sur sous-vêtement Dry Flo et fourrure Mountain Equipement.
Température : de 0 à 2°C
Conditions : brouillard et pluie / neige

Jocou
Veste Patagonia Ascensionist portée sur sous-vêtement Dry Flo et fourrure Mountain Equipement.
Température : de 3 à 5°C
Conditions : averses de pluie fine, vent, couvert.

Lors de ces deux sorties en conditions froides, j'ai porté la veste Ascensionist sur un ensemble assez léger.
La fourrure polaire portée en dessous correspond à une fourrure polartec 100. Lorsque j'étais en déplacement ou actif, cet ensemble s'est avéré largement suffisant en termes d'isolation thermique malgré des conditions à la fois froides et humides.  
Il reste également très confortable lors de courtes pauses pour boire ou manger des vivres. En revanche, lors des pauses prolongées le froid se fait sentir au bout d'un quart d'heure ou vingt minutes. Ceci ne peut pas être attribué entièrement à la veste étant donnée qu'elle fonctionne avec d'autres vêtements au sein d'un système. En principe, il serait tout à fait concevable d'améliorer la performance thermique en ajoutant des couches plus épaisses en dessous de la veste MAIS étant donné que la veste Ascensionist se porte assez près du corps, il est difficile de mettre des vêtements trop encombrants en dessous (doudoune sans manche par exemple).

La veste Ascensionist ne comporte pas de tissu isolant proprement dit et ne fait pas partie des softshells type polaire.  
Clairement : sa vocation première n'est pas l'isolation thermique et elle joue à ce titre un rôle comparable à un Gore-Tex. Elle empêche surtout une perte de température par effet de vent. Toutefois, la conception avec un col qui remonte bien, et une coupe à la taille qui descend sur les fesses sans remonter contribue à maintenir le corps bien au chaud, permettant à la fourrure polaire de jouer son rôle d'isolant thermique sans entrave.

Imperméabilité – sorties sur les crêtes d'Aucelon et dans le Dévoluy sous averses intermittentes et pluie fine
Veste Patagonia Ascensionist portée sur t-shirt Dry fol et Ultra fleece
Conditions : pluie fine / averses
Température : De 7 à 12°C

Lors des deux sorties effectuées pour tester ce critère, j'ai vraiment été agréablement surpris par le niveau de performance. Le traitement déperlant semble fonctionner de manière très efficace, et je dois dire que même après presque un mois d'usage intensif, ce traitement ne perd pas ses qualités.


Le traitement déperlant fonctionne toujours à merveille après un mois d'utilisation intensive !

Un constat plutôt rare, pourvu que ça dure ! Les coutures, traditionnellement des points faibles potentiels n'en sont pas ici – aucune fuite constatée à ce niveau, et la conception / traitement des fermetures éclair permet en effet d'empêcher une entrée d'eau à ces points.
Par ailleurs, la capuche, utilisée lors des ces sorties sous temps humide a tenu ses promesses. Elle se fait oublier, suivant naturellement les mouvements de la tête, sans gêner la vision, même latérale – je ne peux pas en dire autant de mon Gore-Tex !

Petite sensation d'humidité sur les épaules à la suite d'une averse particulièrement forte et prolongée, mais la veste a rapidement séché par la suite malgré un degré d'humidité ambiante bien élevé.



Respirabilité – Deux dénivelés d'entrainement (800m de montée pour 6 kms de distance), Diois sud.
Veste Patagonia Ascensionist portée par dessus un t-shirt Dry Flo.
Température : De 15 à 22°C
Conditions : assez beau sans vent.

J'ai soigneusement choisi mes jours pour réunir des conditions assez désagréables en vue d'un entrainement intense. Habituellement je fais mes dénivelés en 1 heure 10, mais j'arrive au sommet trempé de sueur. Je n'ai jamais réussi à garder mon Gore-Tex pour ce type de sortie, même au fin fond de l'hiver. Une activité idéale donc pour tester ce critère de manière impitoyable !



Lors de cette montée, je chauffe très rapidement. C'est une montée que je pourrais sans doute faire en simple T-shirt, surtout dans les conditions où j'ai fait les tests. J'ai réussi à garder la veste Ascensionist jusqu'au sommet. En ouvrant les poches pour améliorer la ventilation, j'ai même réussi à maintenir une température et un niveau d'humidité très confortables pendant 40 minutes, or habituellement je dois quitter mon Gore-Tex au bout d'un quart d'heure même dans des conditions plus fraîches. J'ai bien transpiré dans la dernière montée, mais sans quitter la veste au sommet, j'ai plutôt bien évacué l'humidité accumulée.  

Cette qualité est clairement un point fort chez la veste « Ascensionist ». Mon Gore-Tex ne tient pas la comparaison !



Coupe vent – Sortie Journée Plateaux de Font d'Urle.
Veste Patagonia Ascensionist portée sur t-shirt à manche longues Dry Flo (hiver) et Ultra fleece.
Température : de 5 à 10°C
Conditions : Variable avec vent du nord fort 40 km/h et rafales de 65 à 70 km/h annoncés.

La veste s'est révélée très efficace dans ce domaine aussi. Malgré un vent très fort, elle m'a permis de garder la chaleur créée par les couches isolantes.
Bien entendu, le fait d'être à l'arrêt ou en marche n'altère en rien les performances dans ce domaine.
Attention toutefois à bien fermer les poches. J'ai indiqué plus haut qu'elles jouent également le rôle de « bouches d'aération », et il suffit de les laisser ouvertes par temps de grand vent pour constater à quel point le tissu fait son travail !  
Lors des rafales très fortes j'ai constaté un léger refroidissement du côté vent, mais cela reste tout à fait négligeable.



Coupe / Ergonomie – Sorties « sportives » en terrain varié et sorties de ski de randonnée dans le Dévoluy et les Écrins.

- Sorties sportives en terrain varié :
J'ai fait trois sorties au cirque de Quint, sur le Roc de Toulau et sur la Pâle. Dans les trois cas, j'ai fait des activités de type dynamiques pour ne pas dire athlétiques, et il me semble que c'est dans les activités de ce genre que la veste Ascensionist trouve tout son intérêt.
En me fixant des parcours sur des terrains variés (crapahutage, descente de pierriers...) à faire au pas de course, j'ai pu évaluer la qualité de la coupe et de la conception. Une fois de plus, le résultat est bel et bien au rendez-vous.
L'élasticité de la veste Ascensionist lui permet de suivre les mouvements du corps sans gêner de quelque manière que ce soit. La coupe très ample sous les bras et les manches articulées permet de soulever les bras sans que la veste remonte sur les fesses et sans que les manches remontent au niveau des poignets.


Souplesse de mouvement exceptionnelle avec cette veste Ascensionist Patagonia : ce geste s'avère nettement plus compliqué avec mon Gore-Tex.

Elle laisse une réelle impression de liberté de mouvement, même si on est amené à mettre la capuche, traditionnellement un point plus délicat lors des activités plus sportives.

Quant à l'utilisation d'un baudrier ou un casque, cette veste se veut conçue pour. La capuche permet, en effet une utilisation de casque sans perte de liberté de mouvement au niveau de la tête. La fermeture éclair des poches monte assez haut, permettant une utilisation de celles-ci même lorsqu'un baudrier est porté par dessus. L'utilisation des poches ne peut pas être totale puisqu'elles descendent assez bas pour être en partie prises par le baudrier, mais il en reste largement assez pour y avoir un accès facile, et y poser des vivres, des lunettes, des gants...


Une veste toujours performante dans les passages plus techniques et typés escalade.

- Sorties ski de randonnée :
Face à l'acharnement de  mère nature, j'ai dû m'incliner sur ce coup ! En effet, la semaine où j'ai reçu la veste, un redoux important s'est installé, accompagné d'un temps pluvieux qui a duré trois semaines sans interruption. Pas de regel nocturne sur les pentes stabilisées, de grosses chutes de neige instable en altitude et une fonte rapide. Les tests de type alpin devront donc attendre la saison d'été, mais j'ai tout de même effectué quelques tests avec baudrier et casque pour tester la compatibilité avec la coupe.


III. CONCLUSIONS




Tableau de synthèse : comparatif Hardshell Gore-Tex Vs Softshell Patagonia Ascensionist




En conclusion
Je sors du test convaincu par l'utilité de cette veste pour la plupart de mes activités « montagne ».

Ses points forts sont clairement la respirabilité, la coupe et le tissu, les capacités coupe-vent et son poids.  
À ce titre, elle est excellente dans toute activité sportive dynamique ; des activités où l'on chauffe, et où l'on effectue des mouvements d'amplitude.

Pour ma part, je l'utiliserai pour la randonnée à la journée par temps correct à variable, pour le ski, le ski de randonnée, le ski de fond et l'alpinisme.

Je ne prendrai pas cette veste pour les sorties de photographie animalière (couleur vive et légèrement réfléchissante oblige), ni pour les sorties qui nécessitent un vêtement 100% imperméable (mauvais temps / trek de plusieurs jours) – encore que les amateurs de ponchos pourront toujours la recouvrir de celui-ci par temps de pluie forte.

C'est une veste de qualité, et à 250€ elle est moitié moins cher qu'un Gore-Tex haut de gamme !






« Modifié: 03 août 2011 à 20:11:19 par Mathieu »

10 juin 2010 à 15:57:52
Réponse #1

PUBLICITÉ



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité