Nos Partenaires

Auteur Sujet: ORTOVOX MERINO 240 - Sous-vêtements Merino - http://fr.ortovox.com [TEST DM]  (Lu 9892 fois)

14 avril 2010 à 17:50:16
Lu 9892 fois

lambda


ORTOVOX MERINO 240 - ENSEMBLE HOMME



Produits testés :
Sous-vêtements Merino - ORTOVOX Merino 240 - 100% laine Merino

ORTOVOX MERINO 240 Long Sleeve M : http://fr.ortovox.com/sous-vetements-merino/merino240/longsleevemen.html
ORTOVOX MERINO 240 Long Pants M : http://fr.ortovox.com/sous-vetements-merino/merino240/longpantsmen.html

Testeur :
  • Homme, bonne santé générale, moyennement sportif.
  • 1,69 m,
  • 89 kg,
  • résistant au froid et acclimaté aux milieux hivernaux frais et humides (Pays-Bas/Allemagne/Belgique..)

Activités :
Randos sur plusieurs jours, Treks hivernaux nordiques, activités hivernales de type Bushcraft.

Ce que j'attends d'un sous-vêtement de ce type reste assez classique : à savoir gérer ma transpiration en tant que première couche (dans une configuration classique 3 couches), mais aussi, n'étant absolument pas frileux, pouvoir éventuellement être utilisé tel quel avec juste un coupe vent type poncho par exemple.
Il doit être résistant au feu, et mécaniquement de façon générale, privilégiant les activités «bushcraft» aux activités purement sportives.
Et doit pouvoir être porté plusieurs jours sans incommodations notables au niveau odeurs ou irritation quelconque.


En première constatation :

Lors du déballage du produit, j'ai pu me rendre compte de l'épaisseur des sous-vêtements. En effet, étant habitué depuis des années à utiliser des sous-vêtements synthétiques (CRAFT par exemple), j'étais accoutumé à des textiles plutôt fins, ce qui n'est pas le cas ici.

Le poids est aussi en rapport avec cette première constatation : l'ensemble t-shirt manche longue et caleçon long pèse environ 560 grammes, soit le t-shirt manche longue 310g et le caleçon long 250g.

La structure du textile reste assez aérée, avec un «tricotage» en boucles à l'intérieur.
Des coutures à première vue généreuses et solides.













Enfilage des sous-vêtements :

- Le t-shirt manche longue est assez facile à enfiler malgré un peu d'embonpoint de ma part  :-[, il reste moulant mais pas étriqué en général, avec quand même la nécessité de prendre une ou deux minutes pour correctement l'ajuster sur les épaules.
Les manches sont trop longues pour moi et nécessite de les rouler sur les poignets sur un tour (soit 6 ou 7 cm de raccourcissement).
Mais je suis assez petit et trapu, donc je pense que pour une personne un peu plus longiligne cela doit être bon.

- Le caleçon long m'a posé un peu plus de problèmes au niveau des cuisses qui se sont trouvées assez serrées lors du premier enfilage,
avec la nécessité de prendre quelques minutes pour remonter correctement le caleçon le long des jambes et correctement y caler mon postérieur.
Cela reste à première vue un détail qui peut faire sourire, mais c'est typiquement ce qu'il faut soigner à l'enfilage sous peine, d'être vraiment mal à l'aise tout au long de nos activités qui suivront.



Je pensais être gêné au niveau du bide que j'ai assez «généreux»  :-[ ;D mais finalement après quelques heures de portage, le haut se fait parfaitement oublier.
Il en est de même pour le caleçon long.

L'ensemble se comporte presque comme une seconde peau très chaude et vraiment confortable.

En extérieur avec une simple veste de type coton huilé et un jean, sous la pluie et avec une température de l'ordre de 3 à 4 degrés C, en simple ballade, ça reste absolument confortable et chaud.

J'ai voulu aussi tester le t-shirt à manche longue d'une façon un peu décalée par rapport à sa fonction première de sous-vêtement :
porté sans protection aucune, dans les mêmes conditions que précédemment (pluie, 3 à 4° C), mais avec un peu de vent en plus.

Dans l'hypothèse de devoir quitter un endroit de façon urgentissime (feu domestique, ou dans le cadre de ce test : j'ai dû aller donner un coup de main en urgence à quelqu'un qui était embourbé dans un chemin forestier...). Bref dans l'idée que l'on n'a pas toujours sur le dos le vêtement adéquat au bon moment.

Au bilan :
Même mouillé le sous-vêtement Mérino reste chaud, classiquement du fait qu'il est en laine, mais n'a absolument aucune capacité coupe vent, ce qui reste normal là aussi vu que ce n'est pas la fonction de ce produit. Par contre, le temps d'effectuer l'activité d'urgence et en ayant la possibilité de se sécher ultérieurement près d'une source de chaleur ou au pire de se vêtir d'une veste coupe vent, ce sous-vêtement peut «dépanner».







Au niveau odeur : rien de remarquable après un port journalier, ou sur 2 jours - là aussi, du fait de sa composition en laine Mérino.

En ce qui concerne la résistance de ce type de sous-vêtement au feu :

  • Exposition d'un petit coin du sous-vêtement à une flamme de briquet pendant 2 secondes : les peluches et «poils» de surface se carbonisent quasiment immédiatement, mais la structure du textile reste intègre.
     
  • Exposition d'un petit coin du sous-vêtement à une flamme de briquet pendant 5 secondes : en plus des constatations ci-dessus, la structure carbonise à son tour en émettant l'odeur caractéristique du poil ou cheveu qui brûle.
    Le textile ne fond pas, et ne s'enflamme pas. Il carbonise en noircissant progressivement. Une fois la flamme retirée, la zone carbonisée se désagrège en la frottant très légèrement avec son doigt.
    Pas de résidu gras ou collant - rien qu'un peu de poussière (ce qui est un avantage pour ce type de sous-vêtement porté par définition à même la peau).


Suite à ces premiers tests, j'ai eu la possibilité de pousser un peu plus ce sous-vêtement dans ces retranchements :

Cette partie de l'évaluation a été réalisée en tenant en compte du comportement des sous-vêtements sur la durée, à savoir : en condition de portage quasi 24 heures/24 et 7 jours/7 sans avoir été lavés une seule fois en un mois.

L'ensemble Ortovox Merino 240 a été porté durant 30 jours de façon quasi-continue en milieu froid à des températures oscillant entre -5°C et -30°C, avec une moyenne aux alentours de -15 à -20°C.

Lieu : Laponie Suédoise et Finlandaise:
Activités :
  • 2 semaines de randonnées en traîneau de chiens, et en raquettes.
  • 2 semaines de travail de charpente en milieu forestier.

L'équipement était donc :
  • Sous-vêtements 100% laine Merino ORTOVOX Merino 240 - haut et bas
  • en haut : un pull en laine et de façon intermittente, une doudoune en coton/duvet,
  • en bas : un pantalon polycoton et une paire de bottes caoutchouc avec isolation amovible en laine, et une paire de chaussettes en laine.



Au niveau de la régulation de la transpiration et du confort thermique :

L'efficacité de régulation de la transpiration est vraiment impressionnante sur ce type de sous-vêtement :

Dans la première quinzaine de jours de mes tests, de par l'activité même, j'ai été amené à «pousser la machine» pour permettre à mon traineau et équipage de chiens de franchir des passages difficiles, donc cela a été une succession de périodes à l'activité physique de bas niveau et d'activités de résistance de l'ordre de la dizaine de minute à la demi-heure où la production de transpiration a été relativement intense.
Une fois la transpiration produite, si je maintenais mon activité, il arrivait un moment (au bout de 3 à 4 minutes) ou le ressenti d'humidité s'estompait pour laisser place à une sensation de chaleur un peu moite mais pas désagréable tant que je restais en mouvement.
Une fois de retour à une activité physique de bas niveau, durant une à 2 minutes, une sensation de fraîcheur un peu soutenue s'installait : hors confort mais parfaitement soutenable, correspondant au refroidissement de reste de transpiration non absorbée par le sous-vêtement Ortovox, j'imagine, pour ensuite se stabiliser et disparaitre jusqu'à retrouver une sensation de chaleur sèche et de confort au bout de quelques minutes : et ceci de façon répétée tout au long de mes périodes d'activités et de repos.

La régulation de la transpiration, qui me semble donc tout à fait efficace, est restée constante, sans dégradation notable, durant tout le mois du voyage et de la durée des tests.

Dans la seconde moitié du voyage (quinze autres jours environ), j'ai été amené à plutôt avoir une activité physique modérée mais constante tout au long de la journée, avec peu de phases de transpiration, sauf lors de randos en ski nordique.
De façon générale, je travaillais sur le chantier à des températures oscillant entre -15 et -20°C en pull de laine et avec ces sous-vêtements, avec un confort thermique tout à fait acceptable... ce que David pourrait appeler un «froid confortable»...

Durant toute cette période de tests, j'ai aussi eu l'occasion de tester les qualités de ces sous-vêtements en statique avec le pull et la doudoune en 3ème couche : séance de stop de 5 heures par -20°C, observation d'aurores boréales sur une ou 2 heures par -25°C, et bivouacs par -30°C.
Pas de différences notables entre l'activité diurne modérée juste avec le pull : attention, la doudoune a évidemment pleinement joué son rôle et changé la donne. Mais l'idée qui m'a plut c'est que en jouant sur la modularité de l'architecture classique des «3 couches», et l'usage somme toute de vêtements assez traditionnels et classiques (pull en laine et doudoune coton/duvet), ces sous-vêtements Merino se sont toujours avérés thermiquement adaptés et confortables quelles que soient les conditions rencontrées.

Au niveau du confort mécanique :

- Le haut du sous-vêtement manche longue s'est avéré tout à fait confortable, sans la moindre irritation, friction désagréable ou problème de contact de la peau directement avec la laine. la liberté de mouvement est tout à fait respectée...
Peut-être de temps à autre, il a fallu que je rentre le bas du sous vêtement dans mon pantalon, surtout en bas du dos qui se découvrait parfois. mais je pense que c'est dû aussi à un peu trop d'embonpoint de ma part... mais rien de rédhibitoire.

- Le bas du sous-vêtement Ortovox a été un peu moins bon sur ce point. Je pensais qu'il s'étirerait au niveau des cuisses et s'adapterait à ma morphologie (cf le problème d'ajustement un peu serré que je mentionne plus haut), mais il n'en a rien été.
Il est resté tout aussi étroitement ajusté au niveau des cuisses... À la longue, cela a généré des irritations en haut des cuisses et à l'arrière (cela se manifestait au bout de 6 à 7 jours de portage 24/24).
Je pense qu'en les enlevant de nuit et en utilisant une pommade adoucissante, le problème peut être partiellement contourné, mais il est vrai que pendant ces tests, le portage a vraiment occupé la majeure partie du temps, sans interruption, et la sueur accumulée dans les fibres du sous-vêtement n'a pas dû arranger les choses.

Au niveau odeur :

Au bout d'un mois, les sous-vêtements sont imprégnés de mon odeur corporelle, mais ce n'est pas gênant (du moins pour l'utilisateur) et au toucher, le sous-vêtement restait "propre", souple, juste un peu peluché.


Conclusion

Au bilan, mis à part ce problème d'ajustement aux cuisses (présent pour du portage au long terme) je trouve cette combinaison de sous-vêtement tout à fait adaptée à des activités par grands froids allant du statique à l'effort intense de courte durée (10 à 20 minutes en moyenne).
D'une grande solidité, sachant se faire oublier en cours de journée, l'ensemble Ortovox Merino 240 constitue une très bonne première couche ne nécessitant pas de grands soins d'entretien.


Lambda




_________________________________________
Récit de mon voyage au delà du cercle polaire ici :
http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,32385.0.html
« Modifié: 06 mai 2010 à 16:21:36 par Mathieu »
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

14 avril 2010 à 17:56:50
Réponse #1

PUBLICITÉ


« Modifié: 14 avril 2010 à 17:59:03 par Mathieu »

14 avril 2010 à 18:47:10
Réponse #2

Géo


salut!

merci pour ton test, je l'attendais avec impatience puisque j'ai acheté un Ortovox 240 il y a quelques temps...

c'est pas exactement le même modèle, j'ai le col montant, noir, mais en tout je suis d'accord avec toi :

- il se fait très facilement oublier, très confortable
- chaud mais il régule aussi beaucoup donc possible de le mettre un peu n'importe quand, à l'intérieur aussi
- pas d'odeur

Le sous vétement et un coupe vent par dessus  :doubleup:

Par contre je crois me rappeler qu'ils sont un peu plus chers que le Woolpower 200, mais c'est vrai aussi que la on est en 240...ceci explique peut être cela....

A bientôt!

14 avril 2010 à 19:12:36
Réponse #3

jeanluc


merci,Lambda,pour ce test,et dans quelles conditions!çà c'est du vrai!
pour les abdos,je crois qu'on est taillé sur le même modèle ;D,et dire que du temps de ma jeunesse,j'etais l'élégance incarnée :(

14 avril 2010 à 19:19:25
Réponse #4

lambda


 :D

vi... on dira qu'on a un gros "abdominal", voilà... ce qui finalement est bien moins ridicule que ces affligeant petits "6 packs" ou "tablettes de chocolats" dont on nous tabasse les oreilles à longueur de journée....  ;#

l'hiver est notre ami...  ;D

a+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

04 septembre 2010 à 07:59:30
Réponse #5

Draven


Dites j'trouve nul part les prix sur le site d'ortovox, c'est normal ? Commandé ailleurs ?
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

04 septembre 2010 à 11:02:04
Réponse #6

** Mathieu **


Salut Draven,

Les produits Ortovox ne sont pas encore distribués sur le site de la marque. On les trouve dans les magasins spécialisés et dans les boutiques en ligne de plusieurs sites spécialisés Montagne.

J'ai fait une recherche rapido et n'ai pas trouvé de magasin online français qui propose la collection complète donc je te poste un lien sur un site allemand - les prix doivent être sensiblement les mêmes :

http://www.bergzeit.de/ortovox-merino-herren.html

Pour info, Ortovox est une marque allemande - je ne sais pas si cela avait été dit.

Je vais recontacter la marque ce début de semaine pour obtenir plus d'infos sur les disponibilités et la nouvelle collection automne / hiver 2010.

A+ :)

04 septembre 2010 à 14:21:22
Réponse #7

Draven


Merci ;)

Au moins pour avoir une meilleure idée des tarifs... ;)
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité