Nos Partenaires

Auteur Sujet: Abri par temps trés froid  (Lu 26032 fois)

03 octobre 2006 à 11:52:34
Réponse #25

Kilbith


Re,  :D

Bon, tu imagines bien que j'ai une expérience très limité dans le domaine de l'extrême...Pourtant j'ai déjà vu pas mal de coulées, des geysers d'eau...y compris en direct....jamais en live pour l'instant !


Je suis juste un randonneur et pour moi la randonnée c'est comme l'escrime : "la mauvaise parade c'est celle qui se prend avec le corps". En clair, il vaut mieux esquiver   8)

Mon post avait juste pour objet de faire remarquer que mêmes des conditions assez fréquentes pouvaient rendre des gestes relativement simples...pas simple !  :-\

Donc l'igloo, ce n'est déjà pas simple dans les conditions idéales...j'imagine dans la bafougne ! De plus si tu es dans la bafougne en France c'est qu'il y a déjà souvent un problème à gérer en amont (accident,  pb de matos...)

C'est pour ça qu'on est sur le forum...pour rester dans la réalité et partager nos modestes expériences.

 ;)




03 octobre 2006 à 12:25:14
Réponse #26

DavidManise


Mon post avait juste pour objet de faire remarquer que mêmes des conditions assez fréquentes pouvaient rendre des gestes relativement simples...pas simple !  :-\

Nous sommes entièrement d'accord sur ce point :)

Citer
Donc l'igloo, ce n'est déjà pas simple dans les conditions idéales...j'imagine dans la bafougne ! De plus si tu es dans la bafougne en France c'est qu'il y a déjà souvent un problème à gérer en amont (accident,  pb de matos...)

Oui...  d'ailleurs c'est exactement pour cette raison que je ne milite pas du tout pour pour l'igloo traditionnel construit en blocs (2-3h de boulot, demande de la précision, un outil et de la motricité fine, bref pas bon...), ni pour aucun type d'abri qui prenne plus de 20 minutes à monter, ou un matériel spécifique.  Bref, nous sommes d'accord je pense. 

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

03 octobre 2006 à 13:53:31
Réponse #27

BearPaw


Salut kazar,

pour ton abri de fortune dans la neige, cherche simplement un abri naturel, comme une souche d'un arbre tombé.



Sur la photo, tu vois Allan "BOW" Beauchamp utiliser une souche comme abri.

Concernant ta question sur une école spécifique au Canada, je te suggère vivement d'aller sur ce site (en anglais) : http://www.wildwoodsurvival.com.

Tu y trouveras énormément d'infos sur la survie en général avec beaucoup d'images en exemple.

Je vais très souvent puiser des techniques sur ce site et je les teste une par une pour finalement essayer de les maîtriser parfaitement (ça ne fonctionne pas toujours, je dois m'y reprendre plusieurs fois).

slts

03 octobre 2006 à 16:38:08
Réponse #28

Esprit Blanc


Je suis heureuse d'être tombée sur ce forum : je viens d'apprendre tout un tas de choses !  :)

Citer
On peut compacter à la raquette une neige poudreuse et la laisser prendre (2 heures) pour en tirer des blocs de qualité moyenne.
Pour l'igloo souterrain, la neige était plutôt poudreuse, du coup nous pensions que nous ne pourrions peut-être pas le faire... finalement la cavité s'est creusée sans trop de problème, en tassant-lissant bien les parois, qui ensuite semblent s'auto-solidifier. La tâche la plus difficile fut de fabriquer des boules de neige pour boucher le toit. Et d'instinct, c'est exactement ce qu'on a fait : compacté des tas.  ;)

Citer
pour ton abri de fortune dans la neige, cherche simplement un abri naturel, comme une souche d'un arbre tombé.
L'année d'après, comme l'expérience nous avait plue, nous l'avons réitérée, mais ce fut un bivouac sous les branches très protectrices d'un pin. Isolation du sol avec branches, sur les côtés branches et une bâche pour un côté. Ca a bien marché.

Je dois quand-même dire que les conditions n'étaient pas du tout extrêmes et je me demande ce qu'aurait donné cet abri dans un froid bien plus intense...

Dans les deux cas, il s'agissait du plateau des Glières, donc 1450m, et le temps était clément.
« Modifié: 03 octobre 2006 à 16:41:07 par Esprit Blanc »

03 octobre 2006 à 17:36:50
Réponse #29

kazar


Je te remercie BearPaw.  :)

Stéphen.

03 octobre 2006 à 17:48:51
Réponse #30

BearPaw


Je te remercie BearPaw.  :)

Stéphen.

je t'en prie l'ami, n'oublies-pas de poster des photos et surtout, allumes-toi un feu pour te réchauffer.

Si tu as la possibilité de fermer 3 côtés comme Esprit Blanc l'écrit, ton feu te tiendra bon chaud.

slts

03 octobre 2006 à 19:10:24
Réponse #31

Diesel


L'hiver est une de mes saisons préféré.  ;D

Même sans aller très loin dans la pratique, j'ai aussi testé les igloos.
Un de mes trucs favoris pour me mettre à l'abri très vite dans les haute plaines de chez moi ce sont les congères.
La neige y est déjà tassé, ça facilite bien la contruction d'un abri. Vu la végétation, on ne peut guère compter dessus à certain endroit.
Tafdak avec tout le monde, sans outils, c'est la galère pour faire son trou.
Je me rappelle d'un igloo fait à coup de couteau. Malgrè la lame de 18 bons centimètres, je n'arrivai pas à avoir de bloc suffisament grand. J'ai fini la nuit avec un igloo sans toit et, manque de bol, un vent qui avait tourné durant mon sommeil somnolence pile dans le sens de l'entrée que j'avais amménagé. ::)
Le lendemain midi quand je suis enfin rentré chez moi, il y avait encore de la glace à l'interieur mon sac de couchage. ;D
C'était l'époque héroïque ou je partait avec un K-way des gants en laine trèèèèèèèèèèèès léger (meilleur dextérité avec les doigts gelés), des chaussettes en coton pour m'isoler du froid et ou les sacs de couchage -10 extrème étaient sensés me tenir chaud ....... par -10° pardi .  ::)

Si ça vous interesse je peux même vous donner mon truc secret qui permet de passer une nuit en plein hiver avec juste une couverture de survie et vos vêtements  ;D

Ah ? des curieux ? et bien [size=09pt]le[/size] [size=08pt]secret[/size] [size=07pt]c'est[/size] [size=06pt]de[/size] [size=05pt]l'inconcience totale [/size] ;D

Depuis j'ai fait des progrès quand même. ;)

03 octobre 2006 à 19:12:25
Réponse #32

kazar


Je viens de vider mon réfrigérateur. Cette nuit je vais dormir dedans pour m'entraîner.  ;)

03 octobre 2006 à 19:15:18
Réponse #33

Kilbith


Si ça vous interesse je peux même vous donner mon truc secret qui permet de passer une nuit en plein hiver avec juste une couverture de survie et vos vêtements  ;D

Ah ? des curieux ? et bien [size=09pt]le[/size] [size=08pt]secret[/size] [size=07pt]c'est[/size] [size=06pt]de[/size] [size=05pt]l'inconcience totale [/size] ;D


Salut Diesel,

Chui déçu, je pensais que tu allais enfin nous revéler ton arme secrète pour les longues nuits sans sommeils : la chanson à 360 couplets !

did  :D

03 octobre 2006 à 19:20:33
Réponse #34

Diesel


Je ne pouvais pas chanter, je claquais trop des dents, Didier.  ;D

03 octobre 2006 à 19:27:59
Réponse #35

Kilbith


Avis aux shamans  :)

Il y a deux infos dans les posts précédents !

La première c'est que lorsqu'on bivouaque dans de mauvaises conditions et bien on ne dort pas et les nuits sont longues surtout en hiver....

La seconde, c'est que lorsque tu claques des dents....ben tu arrives difficilement à faire quelque chose d'autre...et tu te sens très c*n !

 ;)

03 octobre 2006 à 20:10:33
Réponse #36

guillaume


Dans ces conditions vous comprendrez pourquoi les tentes scandinaves peuvent se monter le double toit en premier auquel on suspend la tente intérieure et non l'inverse.
J'ai jamais compris l'utilité d'une tente "d'expédition" résistant à des vents de 350 km/h avec la super-membrane-en-triple-goretex-de-dernière-génération si quand on monte la tente, l'intérieur est déjà trempé avant d'avoir sortie le double toit de sa housse  ::).

Citer
Sur la photo, tu vois Allan "BOW" Beauchamp utiliser une souche comme abri.
Heu... je vois pas la photo  :-[...

Citer
les congères
Une bonne fois pour toute: C'est quoi les congères?  ;D

a+

03 octobre 2006 à 20:21:45
Réponse #37

Kilbith


salut Guillaume, :)

Une congère c'est une accumulation de neige causée par le vent et/ou le relief.

En général la neige est dure et compacte car les flocons de neige en se cognant entre eux n'ont plus de dendrites. L'energie due au vent entraîne aussi des fusions partielles entres les restes de flocons.

did,

je reponds à ton autre question un peu plus tard le temps de rédiger...

03 octobre 2006 à 20:22:41
Réponse #38

Diesel


Hum, j'ai été trop subtil ?. :-\
J'ai vraiment donné un des secrets de la survie.
On perd énormément de ses moyens sous l'effet du stress et de l'appréhension.

Citer
Je viens de vider mon réfrigérateur. Cette nuit je vais dormir dedans pour m'entraîner.
Kazar est dans le vrai. A partir du moment ou on ne redoute pas le milieu que l'on va affronter, que l'on sait ce que l'on va affronter, un grand pas est franchi.
Dans mon cas, les choses auraient pu tourner différemment si j'avais eu concience de ma bétise et des risques encourus. J'ai pris ça comme un contre temps et non une catastrophe.

Enfin bon, on en a déjà parlé maintes fois dans l'ancien forum, je me vais pas en faire un fromage ...  ::)

Une congère, c'est une accumulation de neige due au vent (battu par Didier. Plus rapide que moi le bougre ... ;D)

03 octobre 2006 à 20:51:28
Réponse #39

Kilbith


Voili !, voili!

Il existe plusieurs types de tentes d’expédition ou « quatre saisons ». Ces tentes sont prévues pour résister à des vents violents et à de fortes chutes de neige. Leur forme et leur conception doit leur permettre de résister aux vents et à la neige.

 
Depuis la disparition des tentes classiques (Les Meade ou modèles en A) on emploie essentiellement deux formes :

   1. Les autoportantes qui peuvent exister sous la forme simple avec deux arceaux qui se croisent ou les géodésiques (issues des travaux de l'architecte Fuller) plus rigides au vent (VE25 TNF voir en bas image1). Elles ont l’avantage d’offrir plus d’espace que les A et d’avoir moins besoin de haubanage pour que le double toit soit tendu. La forme géodésique permet d'avoir un maximum de volume interne pour une surface minimale (regardez les bulles de savon). Accessoirement on peut les déplacer ce qui est pratique lorsque l’espace est restreint.
   2. Les tentes tunnels (Helsport, les scandinaves en général, voir en bas image 3). Ce sont les plus légères et les plus habitables. Elles résistent peut être un peu moins bien au vent que les précédentes. En revanche elles bénéficient souvent de grandes avancées. Si on a assimilé la technique elles ne sont pas difficiles à monter. Si elles possèdent trois arceaux elles résistent très bien à la neige. Sinon il y a un risque d’accumulation entre les deux arceaux (baignoire).

La plupart des tentes, excepté les Bibler (en goretex ou équivalent: http://www.bdel.com/gear/shelter_overview.php), possède un toit et un double toit. Historiquement c’était afin d’assurer l’étanchéité puisque les tentes en coton ne résistaient qu’à une pression de 400mm d’eau. La présence d’un double toit assure une meilleure isothermie et évite de ce fait de la condensation dans la chambre intérieure (paroi froide).

Deux possibilités existent pour  les arceaux :

A. Soit les arceaux  qui soutiennent l’ensemble sont reliés à la tente et le double toit vient se poser dessus.
C’est le système de The North Face (TNF).
L’avantage de cette construction, c’est que la tente intérieure contribue à la rigidité de l’ensemble. Dans le cas de tempête, on peut haubaner l’intérieur de la tente ce qui ajoute à la rigidité. Le double toit est posé sur la tente et les arceaux. Il a moins de coutures (plus solide et étanche) et pas de prise au vent puisqu’il est lisse. Ces tentes sont très résistantes au vent sans trop se déformer.
L’inconvénient, c’est qu’il faut monter la tente avant le double toit et que la tente peut donc se mouiller. De plus quand tu viens de monter la tente, il reste à installer le double toit par dessus....galère s’il y a du vent.

B. Soit les arceaux sont reliés au double toit.
1.Cela peut se faire par l’intérieur. Il y a moins de prise au vent mais c’est plus difficile à monter. De plus le vent pousse  le double toit contre les arceaux ce qui use le tissu.
2. soit les arceaux soutiennent le double toit par l’extérieur. Les tentes Vaude ( image2)de montagne sont de ce type ainsi que les scandinaves les plus courantes (tentes tunnels). Cela permet de gagner de l’espace intérieur et facilite le montage. Le problème c’est que cela créé des aspérités extérieures pour le vent et la neige...Il y a plus de couture dans le double toit.
Pour les deux constructions précédentes (1&2), il est possible de monter le double toit seul , puis de suspendre la tente intérieure au double toit et au arceaux par des attaches rapides par exemple. La tente intérieure et le double toit peuvent rester solidaire lors du démontage ce qui accèlère le remontage. C’est un avantage quand il pleut où qu’il y a du vent. En revanche, la tente intérieure ne participe pas à la rigidité de l’ensemble...c’est moins solide. Sauf que l’on peut haubaner efficacement de l’extérieur le double toit ce qui renforce l’efficacité. Pour augmenter la résistance, les fabricants comme vaude prévoient des arceaux de plus gros diamètre et de la toile à pourrir à la base du double toit (voir image 2). Ce constructeur utilise des gaines d'arceaux ajourées pour le double toit.

On constate donc que les deux types de construction ont des avantages. Dans le cas contraire, un seul modèle se serait imposé.

did  ;)

image 1, tente TNF VE25 :




image 2, Tente Vaude Explorer :





image 3, Tente Helsport :


« Modifié: 04 octobre 2006 à 12:54:20 par Kilbith »

06 octobre 2006 à 00:28:17
Réponse #40

Laurent23


Un simple trou dans la neige s'il est bien fermé(pense tout de même à respirer) et la température monte près de zéro et même plus avec une bougie.

24 octobre 2006 à 19:01:32
Réponse #41

kazar


J'ai trouvé cette autre variante d'abri par temps trés froid par Bernard Assiniwi ("Survie en forêt", Editions Leméac 1972):




Stéphen

06 novembre 2006 à 06:27:26
Réponse #42

Kambrielle


Au québec, on s'acclimate facilement (je le sais je suis made in Québec :D) Il peut faire -30 dehors par journée (chez moi en tout cas) mais le pire c'est le vent. Il peut faire extrement froid une journée et pas une once de vent. Mais si déjà qu'il fais froid, le vent souffle beaucoup et sans arrêt, alors là, tu es mieux d'etre bien habillé et d'attaché ta tuque. S'il y a de la poudreuse qui s'y rajoute.....tu es mieux de ne pas sortir de chez toi ;D. En ville passe encore..mais en campagne parfois les tempetes sont vraiment effrayantes   :D  Mais bon si tu souhaites vraiment un abri de fortune en plein hiver et avec à peu près rien voila..

Tu peux creuser une tranchée d'environ 60 cm de profondeur et y creuser un rebord d'environ 15 cm par 15 cm que tu recouvres de bloc de neige que tu appuies bien les unes sur les autre de maniere à former un toit à pente (V inversé) , tu recouvres de neige pour bien isoler le toit, en n'oubliant pas bien sur d'isoler le sol à l'intérieur de ton abri.

Malheureusement cet abri n'est que pour une seule personne et il ne convient pas pour une longue durée.

enfin voila j'espere que j'ai pu t'aider un minimum ;)

« Modifié: 07 novembre 2006 à 07:23:02 par Kambrielle »

06 novembre 2006 à 10:10:34
Réponse #43

kai


J'ai trouvé cette autre variante d'abri par temps trés froid par Bernard Assiniwi ("Survie en forêt", Editions Leméac 1972):




Stéphen

Une petite astuce, si tu trouves un bon sapin avec des branches basses, tu auras déjà un toit formé par les branches en question, recouvertes de neige en plus.

Kai

06 novembre 2006 à 12:55:15
Réponse #44

DavidManise


Petit détail (qui a son importance) à rajouter sur la technique de B. Assiniwi :

Quand tu entres et sors de l'abri (ce qui n'est pas évident en soi dès qu'il fait plus d'un mètre de profond et que la neige est molle), tu fais s'écrouler plein de neige de sur le bord.  Ça remplit vite l'abri de neige, ça fond, ça mouille tout, et ça fait un trou, en plus...  Bref, c'est la merdasse. 

Dans l'idéal il faut prévoir un trou d'entrée du côté à l'abri du vent.  On installera ses affaires à l'OPPOSÉ du trou.

Sans pelle, comptez 4-5 heures pour creuser un trou assez volumineux pour vous y installer confortablement et tapisser tout ça de branches, faire la couverture et tout ça...

Avec une pelle cold steel (qui sert de pelle et de hachette en même temps) ça doit aller bcp plus vite par contre.

Ciao :)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

06 novembre 2006 à 16:57:30
Réponse #45

kazar


Merci à tous! :doubleup: Oui, l y a des "petits détails" qui peuvent vraiment faire de grandes différences!

Sans pelle, comptez 4-5 heures pour creuser un trou assez volumineux pour vous y installer confortablement et tapisser tout ça de branches, faire la couverture et tout ça...
David

Il y a tout intérêt à bien gérer son temps! On peut vraiment se faire avoir si on évalue mal ce paramètre. Sans compter qu'en situation critique (tempête de neige, brouillard qui réduisent la visibilité à quelques mètres, voire moins...) on peut s'égarer en allant chercher des branchages. S'encorder à ses affaires est-t'il le meilleur moyen de revenir à son point de départ?

Stéphen.

06 novembre 2006 à 20:34:43
Réponse #46

DavidManise


Peut-être, mais c'est très peu pratique pour travailler !!!

En cas de tempête, blizzard, c'est rare (en forêt) que la visibilité soit réduite à moins d'une dizaine de mètres...  Sur la banquise ou en altitude c'est autre chose, bien sûr.  Mais la forêt offre déjà un bon abri contre le vent. 

Faute de mieux, en situation vraiment urgente, on peut s'abriter au pied d'un grand pin, sapin ou épinette, avec des branches basses.  Il y a presque toujours des trous tous faits.  Quelques branches pour s'isoler du sol, et ça fait déjà un coin moins froid pour attendre que ça se calme.

Ciao !

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

24 mars 2008 à 18:59:53
Réponse #47

CowboyLive99


Il y a 3 semaines, j'ai tenté d'aller dormir dehors dans un Quinzy. L'abri a bien fonctionné malgré la neige très poudreuse et sèche. Il avait neigé toute la matinée. Malheureusement, je n'ai pas pu dormir ou du moins je n'ai pas pris de chance car j'étais tout mouillé, mes pieds flotter dans mes belles bottes. Oups, j'avais pas mis mes pantalons imperméables par dessus. Donc, la neige est entrée. Je n'ai pas eu froid, car je bougeais. Et aussi, je me suis épuisé à transporter mon sac à dos de 70 lb. La forme physique n'y est pas. Maudite cigarette. Par contre, plusieurs semaines avant, j'ai dormi la fenêtre toute grande ouvert pour décendre la températeur au plus bas (12 degré C que j'ai atteint). Cela m'a aider. En fin de semaine, j'en ai fait un autre avec mon fils. Évidemement, je n'ai pas dormi dedans.....

Avec vos commentaires, je peux voir plusieurs erreurs que j'ai fait.....Merci
Je compte le refaire cette semaine si la grippe peut partir (il faut que j'arrête de fumer  >:(CCCCri >:()

J'invite les gens du Québec à me contacter. Ce n'est pas que je ne vous aime pas les pots de la France et de l'europe. Mais cela fait loin pour organiser de rencontre pour des expéditions.... :up:


Chiow




01 avril 2008 à 07:28:15
Réponse #48

grandpapa


Je serai très heureux de partager avec toi. J'ai dormi dans mon quinzi avec ma petite de 4 ans, elle a adorée. Pour elle ça faisait pas de différence avec le debris hut... Je dois dire que papa se réveillait souvant pour voir si elle était correct. Pratiquer la survie avec les kids c'est cool parce que ça donne une autre dimension.

 Si tu passes à Québec, écris-moi à mon adresse perso, on travaillera nos skills. Je connais pas Gatineau, mais j'ai un ami à Hull alors c'est une autre possibilité... J'ai aussi un pied à terre à MTL...

TK cette année c'est incroyable nous avons briser des records de neige ici, plus de 5 mètres...

14 décembre 2011 à 19:12:31
Réponse #49

Kilbith


Résurrection :

Une vidéo sympa ou un groupe de jeunes suédois construisent des igloo, des grottes....

ici : http://www.youtube.com/watch?v=DCbPiaNCLks&feature=related
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité