Nos Partenaires

Auteur Sujet: [Demande Conseil] Couteau pour enfant 10-13ans  (Lu 15416 fois)

09 avril 2010 à 20:34:44
Réponse #25

Campeur


Salut Nico,

j'ai fait ça il y a quelques années quand j'étais animateur... ça remonte à avant hier  :o

j'vais un groupe d'un quinzaine de gamins entre 8 et 10 ans si ma mémoire est bonne te ils avaient chacun un opinel N°7 à virole.

j'ai passé une bonne après midi à leur enseigner comment tenir un couteau, les gestes à éviter, les bonnes pratiques et nous sommes partis en camp pendant une semaine. ils ont fabriqué des flèches polynésienne, des jouets en bois ... ect... Bilan des opérations, un bléssé... il devait utiliser son opinel planté dans un autre bout de bois en gusie de rabot et le bois qu'il avait pour planter la lame choisi était pourri... j'aurai du contrôler... 2 points de suture !

je pense que c'est comme sur n'importe quel atelier avec n'importe quel outil, tu donnes l'outil, puis tu le retires sitôt l'activité terminée. pendant les activités, tu les voyais s'engeuler quand l'un d'eux ne respectait pas les consignes. En dehors, ils étaient capables de s'écharper en jouant à l'épée, juste parce que ce n'est plus encadré.

aujourd'hui, j'applique les mêmes règles à mon fils de 7 ans. il part en forêt avec son p'tit couteau de coup. au retour ça rejoint "l'armurerie paternelle".

bon séjour !

"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

09 avril 2010 à 20:48:02
Réponse #26

bidon


Quand j'étais jeune (il y a quelque siècles et j'avais justement entre 10 et 13 ans), en colonie, j'ai eu des opinels et un couteau suisse (un à la fois, pas tous ensemble). À l'époque c'était tout à fait naturel et nous achetions nous-même nos couteaux avec notre argent de poche lors de la sortie en ville du samedi. Comme la plupart de mes copains, je les ai perdu lors de balades ou en jouant à les planter (la pichenette). Comme l'argent de poche, je n'en avais pas des masses, c'était chaque fois un vrai déchirement et je passais et repassais à l'endroit où je pensais l'avoir perdu de nombreuses fois avec chaque fois une montée en régime du cœur et l'espérance de retrouver mon précieux. Malheureusement ça ne s'est jamais produit.

La perte de mon couteau suisse m'a rendu énormément triste à l'époque et je me rappelle avoir passé des soirées à rêver de le retrouver. C'était un énorme investissement financier et c'était un outil magique. Les lames, le tire bouchon, l'alène… il a été la source d'aventures imaginaires extraordinaires.

Maintenant, j'ai deux filles et j'ai voulu qu'elles aient, elles aussi, ces aventures, réelles ou imaginaires, et j'ai essayé de les mettre en contact avec des couteaux.

À l'âge de sept ans je leur ai offert un opinel (n° 6 pour la première et n° 7 pour la deuxième - le 6 est rapidement trop petit). Il est utilisé pour manger à la maison, pour leur montrer l'utilisation, les gestes, l'entretien et les précautions.

J'essaie de leur apprendre à faire attention d'une part pour elles-même, mais plus particulièrement pour leur entourage. Je leur mets une chasse (grosse voix et tout et tout) quand je vois de grands gestes avec une lame pointe en l'air et essaie de leur faire prendre conscience des risques pour ceux qui sont autour.

Au début, je n'aiguisais pas trop les lames, mais maintenant, j'affute un peu plus pour qu'elles affinent leurs gestes. Les premières coupures apparaissent, mais du coup elles font beaucoup plus attention.

Un an après l'opinel, elles ont eu droit à un couteau suisse. Là c'est tout de suite plus ludique. Dès qu'on sort, elles le prennent avec elle. C'est super pour leur inculquer quelques notions d'hygiène en camping. C'est fou comme on n'a pas besoin de se laver quand on est gosse. Mais se couper les ongles avec son couteau suisse, c'est tout de suite plus intéressant. Et sauver leur crétin de papa avec la pince à épiler parce qu'il est aller chercher des mûres, qu'il revient plein d'échardes et le faire souffrir, ça ça les amuse.

On taille des bâtons en balade, on fait des dessins avec l'écorce, on grave... Et comme chacun à son propre outil et en est responsable, quand une tartine avec du saussisson a un goût de miel, il y a certaines choses qui rentrent petit à petit.

Pour commencer, avec un groupe, je choisirais un opinel (avec virole). Pour plusieurs raisons. Pour commencer, pour le coût (ne pas oublier pas d'en avoir quelques un en rab, parce que ça se perd et ça se casse). Ensuite, il est pliant et ne prend pas de place. Je ne suis pas sûr qu'un couteau fixe soit bien perçu par les parents. Ensuite, parce que ça se personalise bien un opinel. Ça peut être l'occasion d'un ou plusieurs ateliers bricolage. On peut percer le bout du manche pour faire passer une corde, on peut limer le bout du manche pour l'arrondir. On peut aussi faire de la pyrogravure dessus. Du coup, chacun à un couteau unique. On s'y attache plus et il est plus facile à retrouver quand on le mélange avec ceux des copains.

Voili

09 avril 2010 à 21:01:28
Réponse #27

Gros Calou


...... Bidon oui mais tu n'avais pas a gérer un groupe et le coût d'achat n'est rien face à une blessure très grave et profonde ce que peux faire aisément un Opinel. Pour moi il vaut mieux un couteau Suisse, le coup est plus conséquent, mais le moniteur peut avoir un lame plus tout terrain et sécurisé ces ados, un Opinel est trop rasoir pour une première approche de la lame sur le terrain. Je suis désolé de vous contredire mais une lame full flat grind est super dangereuse et coupe comme un rasoir, en buschcraft, cela n'est pas vitale.

Si ça coupe c'est bien, si ça rase, il faut de l'expérience, du retour et savoir se servire d'une lame. Sinon les emmerdes et les blessures sur ados vont arrivées aussi vite que la connerie au ......

Mes deux balloches sur la toile cirée.

 :love:

Take care my Friends and Bro  :D

09 avril 2010 à 21:24:24
Réponse #28

costa


Salut.

Pour l'opinel, je rejoins un peu Calou: trop coupant comme bidule. La lame est très fine, même mal aiguisé, ça peut rentrer bien profondément dans la viande (vécu quand j'étais scout).

Pourquoi pas un victoribox 11cm. Les lames sont verrouillables, la prise en main est pas trop mal, ça coupe plutôt bien (pas longtemps, mais bien quand même), et on peut avoir des accessoires... ou pas (un sentinel à tranchant lisse...).

Vous en pensez quoi?

09 avril 2010 à 22:53:15
Réponse #29

chasseur


Bonjour
J'ai une petite idée comme ça, qui pourrait peu etre mettre tout le monde d'accord:
Tout le monde part sur un opinel, avant de les distribuer aux gosses, tu emousses le fil vite fait bien fait. Juste pour qu'ils soient "un peu moins rasoir". Et puis lors du séjour, ce sera l'occasion de leurs apprendre l'affutage d'une lame, avec un acier carbone pour rejoindre le post de Anke qui parler d'entretenir son couteau. Les plus doué verront peu etre leur opinel encore plus coupant qu'au début, d'autre ne verront peu etre pas d'amelioration. Quoi qu'il en soit, ils auront un bon outil qui sera en quelques sorte "bridé" pour l'occasion.
Mais bon... Un outil qui coupe mal ça oblige a forcer et zou, la blessure. Et puis, en général, rasoir ou pas, lorsqu'on dérape et que le couteau a "envie" de nous couper, AMHA l'aiguisage ne fait pas grande difference. Enfin, je dis ça par rapport a mon experience perso: 18 points de suture avec mon SAK (oui oui, dix huit, grand record). Enfin, voila quoi... Opinel emoussé, c'est mon avis.

Et pis pour la prochaine session, tu pourras commander une machette retailler par notre cher David M !!!! Mouahahah
Par le temps que je prends - Pour ne penser qu'à toi - Par mes rêves de jour - Où tu règnes en idole - ... - J'en déduis que je t'aime.

09 avril 2010 à 22:55:34
Réponse #30

StormX


Un SAK 111mm (j'en ai un juste à coté de moi), franchement, pour des petiots néophytes, c'est quand même grand !

De plus, si pour l'coup on veut éviter d'effrayer les parents, la taille du trucs va foutre les chetons à plus d'uns !  :o

A oublier AHMA  :-\
"La beauté de la Vie dépend de ton regard."
Keny Arkana

09 avril 2010 à 23:00:31
Réponse #31

costa


Salut

Je viens de comparer, ils sont + ou - de la même taille que l'opinel n°8... le plus répandu quand j'étais petiot chez les scouts...

Mais c'était juste une idée... pas cher, sécurisé par le verrouillage... et moins coupant qu'un opinel.

A+

09 avril 2010 à 23:04:22
Réponse #32

chasseur


Le hic c'est qu'il ne répond pas tout a fait au cahier des charges stipulant un verrouillage de lame a l'ouverture et la fermeture. Remarque, certain SAK peuvent se verrouiller ouvert (j'en ai un comme ça d'ailleur). Mais bon, perso je recommande l'utilisation d'une unique lame, sans autre outils a coté. Le coté outil unique, simple, fiable, sur lequel on va axer tout l'apprentissage. Si on prend un outil comme le couteau suisse ou le leatherman, ça va passer 10 plombes a faire le tour de l'engin... Enfin, mon avis hein ?
Par le temps que je prends - Pour ne penser qu'à toi - Par mes rêves de jour - Où tu règnes en idole - ... - J'en déduis que je t'aime.

09 avril 2010 à 23:10:38
Réponse #33

Ghjallone


Bonjour !

J'ai eu mon premier couteau suisse avec sa chaînette à l'âge de 6 ans, mon premier Opinel (n° 7 sans virole) à 10 ans, mon premier Bowie avec une hachette de chasse tout métal, à 12. Je n'ai jamais blesser, ni tuer personne, même si parfois je me suis coupé, mais juste la peau entamée et ça m'est arrivé plus souvent adulte qu'enfant, à cause de mes certitudes.

Il faut considérer :

1. La notion et les rapports que l'enfant en a, notamment avec les couteaux domestiques, à la maison.

2. S'il sait s'en servir : éplucher des fruits, des légumes, couper du pain, du fromage, du saucisson. Si jusqu'à présent, on a fait pour lui, un apprentissage est nécessaire, à tout âge d'ailleurs, même quand on croit savoir, on a encore à apprendre.

3. Sa maturité, elle ne dépend pas de son âge.

4. Lui inculquer qu'il est responsable de tout objet (ou personne) qui lui est confié.

5. Ne pas lui faire peur, mais lui expliquer pourquoi un mauvais usage est dangereux.

6. De lui-même, il fera tôt ou tard ses expériences, il est préférable de parfois les encadrer, mais le principal est de lui faire confiance, ainsi il en acquerra.

Il n'y a pas de recette, chaque individu est unique. Il est difficile de faire la part des choses, la frontière entre le bon et le mauvais comportement est souvent ténue, la sur-protection ou un certain laisser-aller n'ont jamais préservé ou exposé de et à tout.

Parents et éducateurs ont chacun leur manière d'agir, dans ce que nous appelons la norme, il y a les extrêmes, parce que chaque cas est particulier.

J'ai longtemps encadré des scouts de 11 à 15 ans, j'ai toujours confisqué temporairement les couteaux quand ils jouaient à la carotte (pichenette ou plante-couteau) ou tout autre jeu dangereux. Quand ensuite, ils devaient préparer les repas sans couteau, ils venaient pleurer. Imagines leur désarroi quand il y avait concours de cuisine. C'est là que je leur répétais qu'un couteau est un outil pas un jouet.

Sur ce, je ne suis pas à ta place, l'attitude que tu auras est la tienne, personne n'a à juger ni à décider à ta place.

Amitiés.

Wapiti


je suis d'accord avec Wapiti: j'ai eu mon premier couteau a 5 ans, ma premiere pierre a 7, je me suis coupé, de tres nombreuses fois (et je continue  ;#), mais on m'a toujours dit "c'est le métier qui rentre!"... j'ai commencé avec des couteaux merdiques, qui coupaient tres bien, mais qui parfois se sont refermés sur mes doigts...
pour ma part, j'aime pas les pliants. et j'aime pas non plus les couteaux sans pointe: quand j'étais petit, j'utilisais surtout la partie pres du manche pour forcer, et la pointe pour les travaux fins, graver le bois...
je pense que la meilleure géométrie se rapproche du spear point, ou au moins sheepfoot, 8 ou 9 cm de long, avec une émouture convexe fine, qui meme si le couteau n'est pas particulierement bien affuté, coupera quand meme pas trop mal.
en fait, un Mora correspond pas mal, avec 3 coups de meule pour abaisser un peu la pointe et virer le 2° quillon, si il y en a un.
ou sinon, tu fais comme moi a l'époque ou je voulais un fixe et ou j'avais pas de sous: un couteau de cuisine foireux retaillé a la pierre a eau, avec un fourreau en papier recouvert d'un demi rouleau de scotch!  ;D
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

09 avril 2010 à 23:12:22
Réponse #34

costa


Pour info (et je cloturerai sur les SAKs ici, histoire de ne pas encombrer le fil), le Sentinel possède une lame unique et un verrouillage... (prendre la lame lisse).


A+

09 avril 2010 à 23:18:23
Réponse #35

Nävis


Si je peux me faire l'avocate des 10-13 ans:
A cet âge, s'ils sont demandeurs, ils savent très bien ce qu'ils veulent. Le mieux, c'est donc de les écouter.
Après, en fonction de tous les conseils avisés ci-dessus, c'est à l'adulte d'accompagner ce choix en imposant quelques mesures de prudence (désaffûter, arrondir une pointe, éduquer avant d'autoriser un libre usage, etc).

09 avril 2010 à 23:39:04
Réponse #36

Raiderscout


Bonsoir  :)

Mon grand part en CEP (stage de formation de chef scout) demain matin : un Opinel N°12 lame carbone + une hachette. Dans la foulée ma plus petite - qui part aussi en camp sous tente pour 5 jours- débarque avec un Opinel fraichement acheté parceke-lotre-je-sai-plu-ou-il-est-depui-le-dernier-WE etc.  >:(

Un N°7 lame inox :  :down: Pour le tranchant c'est du rasoir d'usine. CALOU à raison, ça coupe fort mais j'ai toujours retenu qu'un couteau qui coupe mal était plus dangereux qu'un qui coupe bien.

Mon problème réside surtout dans la taille de l'outils : même pour les mimines de ma dernière (13 ans) c'est petit. Une préhension moyenne + un vernis glissant et une lame un peut trop prêt des doigts  :o

Du coup changement de portage : elle part avec mon vieux N°10 lame et virole en acier : Vernis d'origine poncé puis bois revernis et sablé très fin, lame pas rasoir mais très correcte, dragonne et surtout le tranchant limé sur la largeur d'un pouce au contact de la virole (même système que sur mes Tramontina).

Là je suis beaucoup plus serein.

Pour m'être occupé de gamins de 8 à 17 ans pendant pas mal d'années et de formation de chef scouts aussi, les problèmes n'arrivent pas souvent lors d'une utilisation Normale de l' Opinel et plus généralement d'un outils coupant. Les Gros problèmes, heureusement très rares, arrivent le plus souvent quand l'outil n'est pas utilisé convenablement. Quand scies et haches trainent à terre ou sont mal brêllées sur les sacs ; encore quand les gamins jouent à la pichenette ou autres lancés, voire courent avec les outils etc. Enfin quand le cercle de sécurité autour de l'utilisateur n'est pas respecté ou que l'outil coupe mal.

C'est d'apprendre aux enfants le respect du matériel pour les services qu'il nous rend qui garanti en grande partie l'application des règles de bases (sécurité, entretien, utilisation,etc.).

Mon centime de franc CIAO  ;)

Christophe.
"Be Prepared !"

10 avril 2010 à 01:12:40
Réponse #37

Rôdeur


Salut. Ce que je pense (c'est pas un conseil): Pour un enfant de 10 ans, rien du tout. Qu'il regarde comment font les grands. A 13 ans, qu'il assume ses responsabilités: Opinel ou SAK non modifié, avec un blocage de sécurité. "Ce qui ne nous tue pas, nous rends plus forts"

10 avril 2010 à 10:15:18
Réponse #38

ncome


"Le cerveau est la tripe de la tête. Penser est un couteau !"
 [Miguel Angel Asturias]
"La pierre est l'amie du couteau, l'obstacle, celui de la volonté."
 [Jiang Zilong]
"Le couteau vaut peu contre l'esprit."
 [Michel de L'Hospital]

10 avril 2010 à 11:53:11
Réponse #39

Nathan-Brithless


Ô tempora, ô mores.

Triste époque où on élève les enfants sous blister

La peur n'empêche pas le danger


plus que d'accord avec toi:j'ai eu mon premier couteau à 8 ans, ma première carabine à 9..et l'éducation qui allais avec..je m'en suis trouvé responsabilisé,ai appris à user des deux en sécurité.
Résultat, je n'ai jamais eu la tentation de fouiner dans l'armoire paternelle pour jouer avec son révolver(il était sous clef, mais quel enfant ignorerait ou se trouve la dite clef?).
faite confiance aux gosses..il suffit de leur apprendre.

J'ai eu la chance d'avoir un Pater familias pour qui allumer du feu,se servir proprement d'une lame ou d'une arme ou monter un bivouac était partie nécessaire de l'éducation d'un gentlemen...les lardons qui jouent du surin dans les cités n'ont pas eu cette chance..on constate le résultat..
L'eau se referme derriere le poisson qui avance

10 avril 2010 à 18:26:23
Réponse #40

Rôdeur


Salut Wapiti. Je répete que ça n'est pas un conseil. Mais je pense comme ça: Dans un groupe de gamin de 10-13 ans, les petits n'ont pas à avoir de couteau (et je suis conscient que ce même gamin de 10 ans a déjà joué avec un canif et des allumettes, mais ça n'a rien à voir). Et dans des groupes de 7-10 ans aussi, les couteaux sont pour les "grands". Dans trop de pays, les enfants jouent "à la guerre" pour de vrai, et c'est pas le meilleur moyen de survivre, loin s'en faut. C'est à nous, adultes et parents, d'avoir les "bons" critères, pas à eux. Et j'avais 7 ans quand mon pêre m'a offert mon premier SAK, de retour d'un voyage en Suisse  ;)

10 avril 2010 à 19:15:54
Réponse #41

Gros Calou


Yo  :)

Oui on couvent peut-être trop nos gosses etc... Mais une coupure d'opinel put**n, j'ai un cousin qui a un doigt raide depuis l'âge de 11 ans et son grand frêre qui 36 ans après s'en veut encore  ;) oK pour le cours de prévention, cela est incontournable, mais après cela, la pensée est "je suis avertis donc pas de problèmes, il m'arrivera rien", individuellement cela peut-être gérable, mais un groupe, cela serais très très con qu'un môme perde une partie de sa motricité fine entre 10 et 13 ans.

Mes deux balloches hein !

 ;)

10 avril 2010 à 19:20:17
Réponse #42

Wapiti


Rôdeur.

À quel âge est-on grand ?

« Dans trop de pays, les enfants jouent « à la guerre » pour de vrai ».

Ceci n'empêche pas cela malheureusement, car il est facile d'embrigader sous la menace des individus doué de raison, s'ils n'ont pas développé leur esprit critique et leur discernement c'est encore plus aisé.

L'enfant déjà sociabilisé n'est pas si innocent qu'on veut le croire et ce quelle que soit l'éducation reçue. Outre les expériences qu'il fait en cachette, il y a longtemps qu'il a compris les perversions du système et s'en sert à son échelle. Le malheur est que l'adulte l'imagine le sien idéal. Il n'est ni saint, ni diable mais la frontière est parfois ténue.

Plus tôt on l'obligera à réfléchir, plus vite il sera prêt pour la vie.

Dans les groupes que tu décrit, il ne faut pas que les plus jeunes subissent et dépendent de la dictature de leurs aînés or c'est trop souvent le cas et là, elle serait à main armée. Je sais trop comment ça marche pour avoir été interne à 8 ans. Le rançonnement se fait surtout des plus vieux envers les plus jeunes, certes l'inverse existe mais est extrêmement rare. Et n'oublions pas ce qui se passe dans les cours de récréation.

Tout les pédagogues on tout écrit et l'inverse sur le sujet, selon la mode du temps, c'est ni faux ni vrai.

On peut en parler à l'infini sans trouver la bonne attitude.

À +

10 avril 2010 à 19:45:46
Réponse #43

Rôdeur


Salut Wapiti. Dans les groupes que je décris, si les "petits" doivent attendre pour avoir un couteau, les "grands" doivent se montrer digne d'en avoir un  :up:

10 avril 2010 à 19:49:58
Réponse #44

forezien


Salut. Ce que je pense (c'est pas un conseil): Pour un enfant de 10 ans, rien du tout. Qu'il regarde comment font les grands. A 13 ans, qu'il assume ses responsabilités: Opinel ou SAK non modifié, avec un blocage de sécurité. "Ce qui ne nous tue pas, nous rends plus forts"
Donc pour résumer: à 10 ans il ne doit pas en avoir et à 13 il se dém*rde, il est assez grand (c'est bien cela?).
Le truc qui me gène dans cette approche là c'est que je ne voit pas le moment ou le gamin est encadré et formé à l'utilisation de son couteau.

Sinon histoire de recoller au sujet, pour ma part j'ai eu un SAK et étant ado je dois avouer que je me servait tout autant de la mini scie que de la lame (couper une branche pour la tailler ensuite) et c'était mon meilleur compagnon dans les bois.
"Marche ! marche, tu verras !" Henri Vincenot

10 avril 2010 à 19:50:24
Réponse #45

Wapiti


Un peu HS

La peur du couteau est légitime parce qu'il coupe et pique. Combien laissent la queue de la casserole dépasser du meuble de cuisson ? Combien mettent des caches sur les prises électriques ?

Sur le principe de précaution on fait déplacer des antennes relais de téléphonie.

Les enfants ont, de plus en plus jeunes, des téléphones et des ziziques portables dont ils usent et abusent, s'il est avéré que l'oreille interne peut subir des dégâts irréversibles, quelles seront les réactions s'il est prouvé un jour que les téléphones grillent le cerveau ?

Aujourd'hui, il y a même des chaînes de télévision pour bébés, s'ils ne l'allument pas encore, on est en droit de se demander de la pertinence de leur utilité.

La bonne ou mauvaise décision est résumée dans la conclusion de mon premier post dans ce fil.

À +

10 avril 2010 à 19:58:04
Réponse #46

vik


Un peu HS

La peur du couteau est légitime parce qu'il coupe et pique. Combien laissent la queue de la casserole dépasser du meuble de cuisson ? Combien mettent des caches sur les prises électriques ?

Sur le principe de précaution on fait déplacer des antennes relais de téléphonie.

Les enfants ont, de plus en plus jeunes, des téléphones et des ziziques portables dont ils usent et abusent, s'il est avéré que l'oreille interne peut subir des dégâts irréversibles, quelles seront les réactions s'il est prouvé un jour que les téléphones grillent le cerveau ?

Aujourd'hui, il y a même des chaînes de télévision pour bébés, s'ils ne l'allument pas encore, on est en droit de se demander de la pertinence de leur utilité.

La bonne ou mauvaise décision est résumée dans la conclusion de mon premier post dans ce fil.

À +
Normal, on les formate à la consommation! ;)

Sinon perso je dirais un fixe type mora scout, l'opinel n'a pas de garde, et est pliant ce qui accentue les risques type " tranchage de tendons" ou autre

10 avril 2010 à 20:05:12
Réponse #47

Rôdeur


Salut Forezien. Relis mon second message de ce post. Je donne pour fait qu'un gamin de 10 "sait" utiliser un couteau.
Wapiti, tu parles de rendre les enfants "responsables" et dignes de confiance, mais tu insiste sur la necessité de leur "apprendre" à utiliser un couteau (par exemple). Comme si ils allaient t'attendre, ou ont besoin de toi (ou de moi) pour ce faire. La première fois que ma fille est partie en randonnée (à l'âge de 14 ans, le Chemin de Saint Jacques de Compostelle), je lui ai prêté mon vieux Rucksack. Et je lui ai pas expliqué comment ça marche: Elle le savait déja...
Pour revenir au post: Avoir un canif dans un groupe de gosse n'est pas un privilège: C'est une responsabilité. C'est comme ça que je voie les choses, et comme je les ferais voir aux "grands" auquels j'en confierais un. A+

Edit: Pardon Wapiti, je viens de lire ton dernier message, et il contient - je crois - une phrase qui résume bien ma pensée: Plutôt que d'enseigner aux gosse à "user" (utiliser) quelques choses, c'est mieux de leur apprendre à ne pas en abuser...
« Modifié: 10 avril 2010 à 20:23:03 par Rôdeur »

10 avril 2010 à 20:19:39
Réponse #48

Gros Calou


Sinon perso je dirais un fixe type mora scout, l'opinel n'a pas de garde, et est pliant ce qui accentue les risques type " tranchage de tendons" ou autre

 :up: Je rappelle qu'il s'agit d'un groupe, si tout les mômes en ont un  :o Si des chefs de groupes en ont un et sont responsabilisés, moins de risques  ;)

AMHA !

10 avril 2010 à 20:20:28
Réponse #49

Ghjallone


savoir se servir d'un couteau, ca n'est pas juste savoir quels mouvements il faut faire ou pas.
c'est comprendre pourquoi il faut faire certaines choses et pas d'autres. tres personellement, on m'a emmerdé pendant des années a me dire "fais pas ca, c'est dangereux!" eh ben je le faisais quand meme. j'ai fini par me couper, j'ai compris, je l'ai plus fait.
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité