Nos Partenaires

Auteur Sujet: SWAZI Tahr Anorak - www.swazi.co.nz - [CR de test longue durée]  (Lu 15552 fois)

26 février 2010 à 17:56:19
Lu 15552 fois

DavidManise


SWAZI Tahr Anorak





Fiche Fabricant : http://www.swazi.co.nz/Online-Shop/Outdoors-and-Leisure%253A-High-Country/Tahr-Anorak/

Depuis quelques années, je me sépare du Gore Tex et des vêtement en synthétique pur.  Vous serez donc sans doute nombreux à être surpris de me voir tester un anorak en Gore Tex pur et dur...  et avec raison.  Je reproche beaucoup de choses aux vestes imper-respirantes, en temps normal :

- elles sont souvent très imper, et peu respirantes : à l'effort je sature très très vite mes couches de vêtements ;
- elles sont presque toujours bruyantes, à tendance très bruyantes quand il fait froid ;
- elles craignent le feu, mais aussi la saleté et la fumée (qui détruisent leur propriétés déperlantes, et font que le tissus extérieur se sature vite d'eau, et devient donc froid même si l'eau ne perce pas : la solution passe par un lavage fréquent avec des produits adaptés, ce qui est fastidieux)...  
- elles brillent souvent dans les IR, ou les proches IR, ce qui m'agace quand je joue à cache cache avec mes copains ;)
- elles sont toujours chères, et pas toujours très durables...

Bref, depuis pas mal de temps j'avais opté pour des vestes plus simples en coton imperméabilisé (n'ayant pas les moyens de m'offrir du Ventile), avec triple dose de nikwax.  Moins chères, plus solides, bien déperlantes, respirant très bien, elles sont utilisées en cas de précipitations faibles, en protection mécanique et en protection contre le feu...  leur pouvoir coupe-vent léger les rend aussi utiles pour améliorer un peu le confort thermique dans un courant d'air modéré...   bref je profitais de leurs multiples avantages en sachant que j'avais le poncho en cas de vraie pluie.  Or, le poncho ne respire pas du tout, lui...  aussi, j'ai décidé de donner sa chance à l'Anorak Tahr dans mon système de vêtements.  Non pas en remplacement de la veste en coton traité, mais bien en remplacement du poncho : en dernière couche, pour le statique, semi-statique, et le vrai gros, sale, mauvais temps en déplacement pépère.

J'ai donc testé cet anorak depuis bien 2 ou 3 mois maintenant.  Assez pour me faire une idée très précise de ses performances et de ce pourquoi il peut être utilisé.  


Une véritable armure contre les éléments

L'anorak Tahr, de Swazi, est un anorak très simple, sans fioritures.  Epuré est le premier mot qui vient à l'esprit quand on pose le regard dessus.  Cette simplicité dans le design me plaît énormément, pour plusieurs raisons : moins de coutures, moins d'assemblages = moins de risques de fuites, de déchirures, et moins de poids ; et ça rend l'ensemble beaucoup moins "accrochant" : on peut enfiler un sac à dos facilement, ou "danser avec les branches", en forêt, sans qu'une poche ou qu'un rabat ne vienne jamais se coincer.  Le résultat est un anorak extrêmement simple et donc robuste.  J'adore le concept, qui a clairement été inspiré par des gens qui passent vraiment du temps dehors : simple mais bien réalisé.  Moins de gadgets, plus de qualité.  C'est parfaitement cohérent avec ma philosophie de plein de choses, à commencer par le matériel.



Conception simple, ergonomie parfaite pour la vie sur le terrain...  Photo Urbandaoist

Cet anorak est vraiment c*nçu pour le temps très très pourri, et les conditions vraiment dures.  La capuche est large et enveloppante.  On peut carrément s'y réfugier comme un escargot dans sa carapace.  Le col complètement zippé monte haut : par-dessus la bouche et le nez.  Le fil de fer qui est dans la capuche permet de se créer un petit tunnel de vision bien à l'abri des intempéries.  Seul point faible : cela bloque complètement toute vision périphérique, ce qui personnellement m'agace un peu.  Contrairement aux capuches de gorka par exemple, on ne peut pas avoir la tête protégée ET les côtés des yeux dégagés, ce qui est dommage.



Capuche très enveloppante, ce qui est bien pour le sale temps, mais limite un peu la visibilité latérale...

Les épaule de cet anorak sont un peu étroites à mon goût.  Je flotte dedans à la taille, et j'ai les épaules engoncées si je mets plus qu'une polaire dessous.  C'est le problème que je rencontre avec TOUTES les vestes : ça bloque toujours au dos et aux épaules.  Merci Olivier Lafay...  Ceci dit, pour un être humain avec des proportions acceptables, la coupe est parfaitement adaptée, et permettra de porter des couches dessous sans problème, en gardant une grande liberté de mouvement.

L'anorax est très agréable à porter parce que ample, léger, et silencieux.  En 3XL, il ne fait que 970g malgré un tissus extrêmement solide.  Roulé, il tient dans sa capuche pour un encombrement de l'ordre de 6-7 litres.  Il ne brille pas comme tous les autres vêtements techniques.  Il est silencieux et doux au toucher.  Je ne sais pas quel type de tissus a été choisi mais on a là un truc que je n'avais jamais vu encore ailleurs : un tissus déperlant qui reste mat, et dont le toucher rappelle étrangement les fibres naturelles.  Au niveau couleur, c'est pile dans les teintes minérales des rochers et de la terre...  avec un peu de vert pour la forme.  Assis sans bouger, on passe très facilement pour un rocher patient.  

Une seule poche sur l'anorak : une GRANDE poche de poitrine (à gauche, les gauchers sont oubliés...).  Personnellement, j'aurais préféré que cette poche soit située sur le bas de l'anorak, car même si je suis droitier, j'épaule à gauche...  et donc cette veste serait inutilisable pour moi dans toute activité liée aux armes d'épaule.  Mais je suis un cas particulier...  90% des gens sont droitiers et épaulent à droite.  La démocratie a parlé :)

Résistance a la pluie

La résistance à la pluie est...  parfaite.  Rien ne rentre.  C'est une armure.  Rien à dire de plus.  La coupe extra-longue protège bien les cuisses.  On peut s'asseoir sans se mouiller les fesses.  Avec des guêtres, c'est tout simplement parfait.



Après plusieurs heures de marche sous la pluie, le tissus extérieur s'est un peu détrempé, mais l'intérieur est parfaitement sec.


Pas une goutte ne passe...  ce qui n'est pas surprenant vu la qualité de réalisation et le choix des textiles haut-de-gamme !



Capacité coupe-vent


Je me suis baladé avec cet anorak par -18°C avec un vent énorme le weekend dernier dans la nuit du Dévoluy.  Les capacités coupe-vent sont tout simplement bluffantes.  l'absence de zips ou de toute ouverture sur la veste fait que même par vent violent on ne sent aucune perte de chaleur par convection.  Encore là : une armure.

http://www.youtube.com/watch?v=2Q22-vQHlDY
Petite vidéo pour mettre l'ambiance : lors du passage d'un col avec un joli effet Venturi (merci Plumok) :) -- un vent constant à probablement 80 ou 90km/h...  on l'entend bien dans le micro...  Je ne sentais absolument pas le vent au niveau du corps...  et tout le monde se pelait sauf moi ;#

Respirabilité

La respirabilité du tissus de haute qualité est excellente.  Cependant, le fait qu'il n'y aie pas d'aérations sous les bras, et que les poignets soient des bandes élastiques serrées empêche de ventiler la veste via l'effet cheminée.  Elle est trop chaude pour être portée en mouvement, du coup, sauf par temps extrême et avec peu de couches dessous.  Cette veste est plutôt destinée à un usage statique ou semi-statique, à une marche d'approche lente, à une activité de faible intensité.  Pour la marche en montagne avec un sac à dos, elle ne respire pas assez...  mais à la base elle n'est pas c*nçue pour ça, donc difficile de le lui reprocher.  Il serait intéressant que les poignets soient moins serrés, qu'on puisse relever les manches et réguler un peu via les avant-bras pendant la marche.



Pendant un stage survie hiver dans le Dévoluy.  Photo Plumok.

Robustesse

C'est souvent le point faible des vêtements techniques légers...  là, j'avoue que je suis bluffé.  Je n'ai pas ménagé cette veste dans les rochers, les branches, etc.  Je bourrine toujours, et j'ai fait comme d'habitude.  Je me souviens notamment d'un choc sur une branche morte de pin qui m'a laissé une belle marque bleue sur la peau du dos, comme une griffure.  La veste portait une trace grise, je m'en suis inquiété.  En fait c'étaient des particules de bois : la branche a "écrit", comme un crayon, sur le tissus sans le percer ni le déchirer.  Le rapport poids/robustesse de cet anorak est vraiment intéressant.  Un des meilleurs compromis que j'aie trouvé.

Conclusion

L'anorak Tahr, de Swazi, est réellement une pièce d'équipement unique sur le marché.  Alliant confort, ergonomie, solidité, silence, et des capacités de protection tout simplement incroyables, c'est un vêtement parfaitement bien adapté aux conditions vraiment dures, pour des activités de faible intensité.  Plus léger, aussi solide, et aussi protecteur qu'un poncho de type militaire, cet anorak a la respirabilité en plus.  Son rapport durabilité/poids/protection contre les éléments est sans doute l'un des meilleurs existants sur le marché actuellement.  Mis à part des poignets un peu trop serrés pour être remontés sur les bras, je ne lui trouve pas de défaut...  et je dois avouer qu'il me réconcilie avec les vêtements techniques à membrane : enfin un anorak c*nçu pour la vraie vie sur le vrai terrain...  et pas seulement pour faire trois descentes par an dans les stations de ski chic.

Verdict : :doubleup: :doubleup: :doubleup:

David
« Modifié: 06 mai 2010 à 16:21:32 par Mathieu »
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 février 2010 à 19:18:43
Réponse #1

PUBLICITÉ



26 février 2010 à 20:43:31
Réponse #2

DavidManise


"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 février 2010 à 20:46:55
Réponse #3

QUIDAM


Ne jamais croire que cela n'arrive qu'aux autres...

Espérer le meilleur, préparer le pire.

26 février 2010 à 20:50:55
Réponse #4

** Mathieu **


Le SWAZI Tahr Anorak est affiché à 599.99 Dollards Néo-Zélandais

600 Dollards Néo-Zélandais = 307 €

http://www.mataf.net/fr/conversion/monnaie-EUR

À cela il faut ajouter le port + la douane : 50 € à la louche je dirais...

@+ :)

EDIT: Plus précisément :

Shipping cost : EUROPE & UK = 65 NZD$

Orders shipped outside of New Zealand do not incur GST (New Zealand's Goods and Services Tax of 12.5%). The prices above are therefore shown without GST

Donc il faut enlever les 12,5% de taxes : soit 75 NZD$

600 NZD$ - 75 NZD$ + 65 NZD$ = 590 NZD$ ⇨ 301.96 € + 50 € de taxes à la réception = au total 350 € TTC le SWAZI Tahr Anorak

Comptez un délai d'expédition de 10 à 14 jours.

À signaler qu'ils bradent en ce moment un modèle de Tahr Anorak couleur olive : http://www.swazi.co.nz/Online-Shop/Hunting%253A-Lowland/Tahr-Anorak-%28Olive%29/

EDIT II



Ray Mears a fait customiser le Tahr Anorak pour son école de survie et le propose à la vente sur son site : http://www.raymears.com/Bushcraft_Product/534-Swazi-Ray-Mears-Tahr-Anorak/

Expedié depuis le UK, c'est plus rapide et pas de frais de douanes normalement...

@+ :)
« Modifié: 26 février 2010 à 21:23:45 par Mathieu »

26 février 2010 à 20:53:52
Réponse #5

jbc


si
la durabilité de l'induction gore tex dans le temps ? en gros je te poserais la question dans 1 an

26 février 2010 à 21:00:50
Réponse #6

QUIDAM


Le SWAZI Tahr Anorak est affiché à 599.99 Dollards Néo-Zélandais

599.99 Dollards Néo-Zélandais = 307.07 €

http://www.mataf.net/fr/conversion/monnaie-EUR

À cela il faut ajouter le port + la douane : 50 € à la louche je dirais...

@+ :)

Merci

Ne jamais croire que cela n'arrive qu'aux autres...

Espérer le meilleur, préparer le pire.

26 février 2010 à 21:18:00
Réponse #7

Karto


si
la durabilité de l'induction gore tex dans le temps ? en gros je te poserais la question dans 1 an

Un gore-tex bien entretenu dure 10 ans sans problème voir plus, surtout dans le cas d'un laminé trois couches comme dans le cas de cet anorak.

Bien entretenu = pas de détergents, lavé régulièrement au TechWash par exemple, sans trou (même si le tissus extérieur est résistant à l'abrasion, si y'a une épine qui fait un trou dans la membrane c'est très dur à réparer ; les laminés à 2 couches sont moins durables mais plus faciles à réparer), pas exposé à trop de chaleur.
L'enduction extérieure n'a jamais une très bonne durée de vie, mais il suffit d'y mettre un coup de spray de temps en temps après l'avoir lavée pour lui redonner un peu de peps. Ca ravive la respirabilité du tissu, le côté étanche n'est jamais remis en question tant que la membrane est propre et en bon état.
Dans ton cas JB, le GoreTex ça n'aime pas trop les embruns d'eau de mer à répétition.

16 mars 2010 à 18:13:27
Réponse #8

Kilbith


Dans ton cas JB, le GoreTex ça n'aime pas trop les embruns d'eau de mer à répétition.

Ce que n'aime pas le Goretex (en fait la couche interne de PU) c'est de rester humide dans un milieu clos et chaud (hydrolyse du PU). Donc il faut éviter.

Le sel de mer à tendance à se déposer sur le tissu extérieur de la goretex et à capter l'humidité. Dans ces conditions le vêtement reste imperméable mais plus du tous "respirant". Il faut donc le rincer régulièrement à l'eau douce ou bien à l'eau de mer (moins concentrée en sel que l'accumulation due aux embruns).

Il existe une version de Goretex prévue pour l'utilisation en mer depuis 1994 "Goretex Ocean Technology". Elle est sensée résister au sel marin. Mais n'étant pas hauturier je n'ai jamais testé l'efficacité. Je ne sais pas si cela existe encore...et si c'était un produit spécifique ou juste une dénomination résultant de la segmentation de marché, pratique courante en marketing.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

08 avril 2010 à 14:41:21
Réponse #9

gilou78


bonjour david,
je voudrais savoir si tu pense que cette veste est un peu plus résistante au flamèche quand on est près du feu par rapport à une gore-tex classique, je me doute bien que ce n'est pas du Ventile mais quelle est ton sentiment au niveau de la résistance au feu.

merci d'avance pour ta réponse

a plus

Gilles

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité