Nos Partenaires

Auteur Sujet: Comment avoir plus d’énergie ?  (Lu 15376 fois)

26 février 2010 à 15:23:10
Réponse #25

Jocelyn


Oui, barre de céréale, ou même sucres avant et pendant l'entrainement. Et suffisamment de glucides lents le repas précédent.

Pour ma part je suis toujours en cours de test d'entrainement tôt le matin, tel qu'il m'a été conseillé plus haut (merci pour les conseils :up:).

Cette semaine, je me suis surtout adapté au changement de rythme (réveil 6h00), et donc c'est loin d'être parfait (plus quelques impondérables au niveau boulot).
Cette semaine ça donne:
Lundi: 6h30 - Lafay - énergie OK - mais pas eu le temps de faire la séance complète (manque le bas)
Mardi: trop dans le gaz le matin, pas d'entrainement
Mercredi: idem -> Lafay le soir
Jeudi: au taf à 7h30, pas pu m'entrainer le matin -> cardio le soir
Vendredi: idem boulot à 7h30 -> on verra ce soir pour du Lafay ou du cardio :)

Bon, c'est pas flagrant vu comme ça, mais je pense avoir pris le rythme du réveil à 6h00, donc je vais voir ce que ça donne la semaine qui vient (pas d'impondérables niveau boulot normalement, donc ça devrait être OK).

08 mars 2010 à 23:59:10
Réponse #26

pierrot22


néglige pas le côté psycho, je sors d'une ou 2 semaines comme ça, énergie de serpillère, remarquable capacité à ne rien branler. Grosse flemme de tout, envie de rien. Les coups de pieds au cul marchaient pas, je dormais assez, je mangeais correctement, et les cours étaient pas vraiment fatigants, j'avais pas particulièrement de raison d'être fatigué ni malheureux. J'me suis posé à mon bureau, papier crayon musique, 3 ou 4 h d'introspection et d'écriture, 4 pages A4... J'en suis sorti crevé à 2h du mat, mais regonflé à bloc. J'avais des choses sur le coeur depuis longtemps, faut que ça sorte un jour. En l'occurence j'ai écrit à ma copine, mais je pense que l'important c'est d'écrire, ça permet d'extérioriser, de vider le sac, même si on écrit à personne. Le journal intime c'est pas si puéril que ça en a l'air.

Le lendemain, j'ai rangé ma chambre, fait ma lessive, gros ménage, tout ce qui trainait depuis trop longtemps. Le surlendemain (hier) je suis parti pour une grosse rando raquettes bien crevante, ça a fini de m'achever. Maintenant ça va mieux, je suis bien requinqué.

J'avais déjà eu le même souci il y a quelques mois, et le même remède avait été aussi efficace. C'est périodique, périodes de fébrilité entrecoupées de périodes de flemme voire déprime.


Si les fluctuations sont très importantes, ça peut être signe de trouble bipolaire (état maniaco-dépressif). Y'a des antécédents dans ma famille donc je reste vigilant vis-à-vis de ce problème. C'est juste des hauts et des bas, comme tout le monde, mais si l'amplitude entre le haut et le bas venait à augmenter trop, faudrait s'inquiéter.

reportage sur le sujet : http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=313001&sid=11387424 cliquer sur émission
La survie, c'est déjà de rentrer de rando.

09 mars 2010 à 08:11:05
Réponse #27

Jocelyn


néglige pas le côté psycho, je sors d'une ou 2 semaines comme ça, énergie de serpillère, remarquable capacité à ne rien branler. Grosse flemme de tout, envie de rien. Les coups de pieds au cul marchaient pas, je dormais assez, je mangeais correctement, et les cours étaient pas vraiment fatigants, j'avais pas particulièrement de raison d'être fatigué ni malheureux. J'me suis posé à mon bureau, papier crayon musique, 3 ou 4 h d'introspection et d'écriture, 4 pages A4... J'en suis sorti crevé à 2h du mat, mais regonflé à bloc. J'avais des choses sur le coeur depuis longtemps, faut que ça sorte un jour. En l'occurence j'ai écrit à ma copine, mais je pense que l'important c'est d'écrire, ça permet d'extérioriser, de vider le sac, même si on écrit à personne. Le journal intime c'est pas si puéril que ça en a l'air.
Oui c'est une bonne pratique. Perso, je ne suis pas très littéraire, donc je fais des schémas de type "mind mapping", mais bon chacun son truc. :)

Citer
J'avais déjà eu le même souci il y a quelques mois, et le même remède avait été aussi efficace. C'est périodique, périodes de fébrilité entrecoupées de périodes de flemme voire déprime.

Si les fluctuations sont très importantes, ça peut être signe de trouble bipolaire (état maniaco-dépressif). Y'a des antécédents dans ma famille donc je reste vigilant vis-à-vis de ce problème. C'est juste des hauts et des bas, comme tout le monde, mais si l'amplitude entre le haut et le bas venait à augmenter trop, faudrait s'inquiéter.

reportage sur le sujet : http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=313001&sid=11387424 cliquer sur émission
Perso, je n'ai pas de problème avec ça, c'est seulement que je suis intéressé par un peu trop de choses en même temps. :)
Ensuite il est normal d'avoir des fluctuations dans l'énergie dont on dispose. Alors il faut savoir se ménager, mais je reste quand même partisan de s'imposer de sortir de sa zone de confort pour progresser. Le tout c'est de reconnaître les signes du corps, quand il nous fait signe que ça commence à être tendu il faut lâcher du lest, mais en général on a beaucoup plus de marge qu'on l'imagine.
Le côté psycho, c'est certes un peu différent. Le problème c'est qu'on imagine souvent de fausses raisons à nos problème (la relation: problème -> état psycho, est souvent un peu trop facile). En fait, on peut être dans une situation de vie qui ne nous plaît pas, mais souvent on refuse de le voir, car cela remettrait en cause des choix fondamentaux qu'on a déjà fait (métier, conjoint, lieu de vie...), et qui sont trop effrayants à remettre en cause. Donc pour se justifier, on trouve le premier problème qui passe comme cause à notre état. (Loin de moi l'idée de résumer la psycho en quelques lignes :) , je veux simplement le doigt sur un problème assez fréquent.)



09 mars 2010 à 09:02:50
Réponse #28

pierrot22


mind mapping : tiens encore un truc intéressant qu'il faut que j'essaye merci  :)

Citer
s'imposer de sortir de sa zone de confort pour progresser
yep, y'a exactement la même chose en résistance des matériaux, quand on sollicite un métal au-delà ce qu'on appelle la limite élastique (force au-delà de laquelle ça "commence à plier"), on va la repousser par le phénomène d'écrouissage, ou durcissement structurel (comme quand on fait l'émouture d'un couteau sans enlèvement de matière) : en dépassant progressivement la limite, on augmente la limite. Mais il faut le faire sous contrôle, pour un nombre limité de fois, sous peine d'user prématurément la pièce. Et on ne peut pas la repousser indéfiniment. Egalement, repousser la limite au pour effet secondaire de diminuer la "marge à la rupture" : entre "ça commence à plier" et "ça pète pour de bon", il y a nettement mois de marge qu'avant. Dépasser et repousser ses limites est intéressant, mais être capable de faire 50 bornes de marche ou 48h sans dormir ne veut pas dire qu'on peut le faire tous les jours sans dommage.

Citer
en général on a beaucoup plus de marge qu'on l'imagine
tafdak, notre civilisation est un peu aseptisée, a perdu le sens des réalités des capacités du corps humain. Pour la plupart des gens, faire 25 bornes dans la neige ou dormir dehors est une chose effrayante. Mon grand-père, comme sans doute pas mal des votres, allait à l'école à pieds, plusieurs km, avec régulièrement de la neige jusqu'aux genoux l'hiver, gelures et compagnies, et c'était normal. A côté de ça aller jouer dans la neige en softshell, gore-tex et primaloft, c'est du pipi de chat.

D'après ce que j'ai observé, on a 2 limites :
- la limite de confort : limite au-delà de laquelle on est pas à l'aise : mal quelque part, froid, chaud... Si on la dépasse, à court terme il n'y a pas ou peu de dommages, sur le long terme, on s'esquinte.
- la limite de rupture : au-delà, quelque chose pète

en situation engagée ou de survie, si l'instinct de survie est suffisamment fort, il va gommer totalement la limite de confort. La limite de rupture est beaucoup plus loin. La marge de sécu entre la limite de confort et la limite de rupture a une raison d'être sinon l'évolution ne l'aurait pas conservée. L'intérêt de la limite d'usure, est à mon avis que dans la vie de tous les jours elle empêche d'atteindre la limite de rupture, en prévenant qu'on "va trop loin". Les stages de survie de type "tu vas en chier" (boss et compagnie), ainsi que l'instruction des militaires, ont pour principe de t'envoyer à coups de pieds au cul dans ta marge de sécu, et marche ou crève, ce qui t'apprend à travailler dans cette marge de sécu. 2 effets : repousse la limite de confort, et le jour où tu es vraiment dans la m*rde, tu sais travailler en zone de sécu, tu seras beaucoup plus efficace et plus réfléchi que quelqu'un qui n'est jamais sorti de son salon.

sujet très intéressant mais je diverge un peu :lol:

Citer
Le problème c'est qu'on imagine souvent de fausses raisons à nos problème (la relation: problème -> état psycho, est souvent un peu trop facile). En fait, on peut être dans une situation de vie qui ne nous plaît pas, mais souvent on refuse de le voir, car cela remettrait en cause des choix fondamentaux qu'on a déjà fait (métier, conjoint, lieu de vie...), et qui sont trop effrayants à remettre en cause. Donc pour se justifier, on trouve le premier problème qui passe comme cause à notre état.
au final c'est aussi un problème psycho, qu'un de mes profs appelle "scoliose comportementale" : avoir une vie, un boulot, etc qui ne correspondent pas à sa "vision". Il est enfoui plus profondément, et se règlera pas à coups de médocs et/ou de coups de pieds au cul, qui ne font que cacher le souci. Faut une bonne capacité d'introspection et/ou l'aide d'un spécialiste pour le découvrir, et faut trouver un moyen de le "faire sortir" : écrire, dessiner, parler... puis agir si on peut.
La survie, c'est déjà de rentrer de rando.

09 mars 2010 à 13:59:21
Réponse #29

Jocelyn


au final c'est aussi un problème psycho, qu'un de mes profs appelle "scoliose comportementale" : avoir une vie, un boulot, etc qui ne correspondent pas à sa "vision". Il est enfoui plus profondément, et se règlera pas à coups de médocs et/ou de coups de pieds au cul, qui ne font que cacher le souci. Faut une bonne capacité d'introspection et/ou l'aide d'un spécialiste pour le découvrir, et faut trouver un moyen de le "faire sortir" : écrire, dessiner, parler... puis agir si on peut.
Introspection oui, mais pas seulement. L'introspection ne suffit pas si on se contente de la placer dans le cadre habituel. On se heurtera alors à nos préjugés, qui font que justement on est dans cette situation. Avant cela il est donc nécessaire de se placer à l'extérieur du cadre de ces préjugés, pour éviter de faire des choix sous leur contrainte implicite.
Voici un article, un peu long, mais qui illustre bien ce propos (en anglais).
Pour rester dans le sujet, le manque d'énergie peut effectivement provenir de la lassitude, en conséquence à une vie qui ne nous correspond pas.


09 mars 2010 à 20:55:20
Réponse #30

pierrot22


ouais pour moi c'était compris dedans, l'autocritique et la remise en cause sont indispensables, c'est ça qui demande du travail, être capable d'être le plus objectif possible. Je vais étudier ton article :)
La survie, c'est déjà de rentrer de rando.

09 mars 2010 à 22:06:28
Réponse #31

ulysse


@ Jocelyn et Pierrot22
Marrant j'ai l'impression qu'on partage une experience pour les memes trucs. Après le manque de sommeil et ses dérives, les moyens de contrer une forme de lassitude. Je me demande à quel point ça va pas ensemble.
A un certain age on recherche quelque chose avec une certaine energie et ça mene des fois à certains exces en tout genre, qui peuvent nous eloigner de ce qu'on est mais on se retrouve forcement dans des situations ou il faut faire preuve d'instinct tout simplement. Pour ce qui en decoule ensuite il faut se rappeler qu'on a eu cet instinct à un moment.
je suis d'accord avec vous il faut un truc pour aerer le cerveau et se relier à quelquechose de profond en nous et ça peut prendre tu temps à trouver. Bon voilà on s'eloigne un peu. Rester cool ET actif c'est important.



09 mars 2010 à 22:16:28
Réponse #32

Jocelyn


je suis d'accord avec vous il faut un truc pour aerer le cerveau et se relier à quelquechose de profond en nous et ça peut prendre tu temps à trouver. Bon voilà on s'eloigne un peu. Rester cool ET actif c'est important.
Oui, et il y a aussi qu'avec les années on peut se laisser influencer par les autres et par la facilité, et on finit par s'écarter de sa voie, et se retrouver à ramer bêtement dans le mauvais sens pour des trucs qui ne nous correspondent pas. Une piqûre de rappel peut faire du bien de temps en temps. (Et je ne trouve pas qu'on s'éloigne tant que ça du sujet, comme tu disais c'est lié.)

05 avril 2010 à 21:15:49
Réponse #33

olafur


Salut,

Bon j'arrive un peu un mois après la bataille sur ce post dont le sujet m'intéresse particulièrement parce que ce problème se pose régulièrement avec acuité...
Simplement pour partager mon expérience (et j'ai bien lu que ça n'était pas faisable pour tout le monde): depuis plus d'un an où je suis dans un boulot ultra-sédentaire = bureau d'étude et 90% du temps devant un ordi le cul vissé sur une chaise, j'ai pris l'habitude de profiter de ma pause de midi (1h30) pour marcher.
C'est commode, je suis en périphérie urbaine, presque à la campagne. ça fait un petit entraînement de fond puisque je m'y tiens toute l'année, même s'il fait très froid ou s'il pleut (et même l'hiver il fait jour puisque c'est la mi-journée, alors que courir dans le noir en sortant, faudrait être drôlement motivé). ça permet de voir la lumière du jour, de respirer un bon coup, je trouve que ça donne de l'énergie et ça détend à la fois.
J'ai failli dire à mon entretien annuel que c'était la meilleure chose que j'ai fait dans cette boite  ;D

Sinon il y a Sylvain Tesson qui a proposé une réflexion sur l'énergie humaine qu'il a distillé en parcourant la route des oléoducs ("éloge de l'énergie vagabonde"). Pas encore lu mais ça promet.

Olaf
ah dites encore tout bas ce seul mot je n'y crois pas,
vous avez bien dit la route
la route va traverser l'épaisseur du monde et l'obstacle vainement accumulé des heures

Jean Tardieu - le voyage

14 mai 2010 à 18:45:25
Réponse #34

olafur


Toujours à propos de l'énergie, j'ai commencé ce livre de Sylvain Tesson "Eloge de l'énergie vagabonde". Paradoxalement, dans le début du bouquin en tout cas on ne trouve pas la même intensité, la fougue aventureuse et vorace qui traverse "l'axe du loup". Mais la réflexion sur l'énergie est présente à toutes les pages, il y a bien des pistes intéressantes, c'est assez stimulant.

Autre contribution intéressante de Tesson, une interview pour une chaîne parlementaire que personne ne regarde, et qui peut heureusement être vue en ligne ici :

http://www.dailymotion.com/video/x92f05_il-ne-faut-jurer-de-riensylvain-tes_news

Sinon, plus intello, mais c'est pas tout de faire du Lafay, il faut aussi entraîner ses méninges, le philosophe bordelais Serge Carfantan propose une analyse très intéressante de la volonté, et sans doute la volonté est un peu la réponse à "comment avoir plus d'énergie"...

http://sergecar.perso.neuf.fr/cours/volonte.htm
ah dites encore tout bas ce seul mot je n'y crois pas,
vous avez bien dit la route
la route va traverser l'épaisseur du monde et l'obstacle vainement accumulé des heures

Jean Tardieu - le voyage

17 mai 2010 à 15:07:19
Réponse #35

le_glaude


Bonjour,
j'arrive un peu tard sur le sujet... Je suis informaticien aussi, 30 ans de métier, je peux dire que cela laisse des traces : tendinites et déprime  :o
Debout à 5h30 pour être au boulot à 7H et rentrer chez moi pour 17H de façon à avoir encore du temps pour moi et mon épouse. (les "gamines" sont parties nous avons 57 ans...). Le soir nous essayons de faire systématiquement 1 à 2 heures de vélo ; c'est bon pour le coeur et nous partons faire de la randonnée le week end. De temps en temps nous répétons les katas d'iaïdo (appart ancien je peux sabrer sans problèmes) + 2 heures de cours par semaine.
Depuis que nous avons des activités physiques le moral est remonté. Je ne peux que conseiller une activité régulière cela entretien les muscles le coeur et "lave" la tête.

31 mai 2010 à 16:59:35
Réponse #36

OlivierLAFAY




Sinon, plus intello, mais c'est pas tout de faire du Lafay, il faut aussi entraîner ses méninges [...]
http://sergecar.perso.neuf.fr/cours/volonte.htm

En tant que philosophe et ayant enseigné cette discipline, je m'autorise ce lien indiquant que la méthode ne se conçoit pas sans l'esprit : http://www.musculaction.com/forum/strategie-de-la-motivation-t6307.html
On peut exercer sa volonté sans s'instruire.
Le renforcement de la volonté, par le biais de la méthode, est un tremplin vers la culture, générateur d'un cercle vertueux et de mille autres plaisirs et outils d'adaptation.

01 juin 2010 à 04:12:29
Réponse #37

Sakalava


C'est normal de ne pas avoir de jus en fin de journée, ton boulot est peut etre pas physique mais ca reste fatiguant.

Bref, y'a aucun secret moins t'en fait moins t'en fera. Bouge toi pour tes séances force toi tu vas progresser.

Tu dois être a un stade ou t'as pas soulevé ton poids depuis un moment, à force de rien faire on perd sa patate ! Ça reviens vite

01 octobre 2010 à 10:13:04
Réponse #38

madenn23


L'énergie elle est dans la tête, "La ou il y a une volonté, il y a un chemin" parfois j'ai du mal à faire seulement trente pompes, c'est dure juste un moment et après tu retrouve de l'énergie et tu peut enchaîner, j'ai déjà été surpris de rentrer d'une heure de footing en me croyant fatiguer et enchaîner avec les pompes et les tractions presque plus facilement que d'habitude. Force sur le moment et tu seras content après ;)

20 octobre 2010 à 19:03:33
Réponse #39

Ti zef


Salut,

Je suis un peu dans le même cas que certains d'entre vous : un travail devant un ordinateur toute la journée (vive les yeux explosés en rentrant!!!). Contrairement à ce que certains proposent, c'est à dire enchainer une séance de sport tout de suite après la travail, je ne suis pas sur que cela soit très productif. Au contraire, un bon petit moment de détente, permet de déstresser et d'évacuer les problèmes de la journée, avant de rebondir sur autres choses.

Alors pour en revenir au problème d'énergie, moi j'ai un petit truc qui marche très bien pour moi, c'est tout simplement d'écouter de la musique (un bon casque sans fil suffit : faudrait pas gêner les voisins non plus!!!). Honnêtement, une séance de musculation, c'est pas toujours très marrant et l'attente entre les répétitions est parfois très longue. Ecouter quelque chose qui te donne envie de bouger (à choisir selon les gouts), voir qui te donne la "rage" pour les plus bourrins, ça peut suffire à te motiver. Une chanson motivante avec des refrains qui pètent (c'est là qu'il faut soulever la barre!!!) moi ça me motive. Il suffit juste de se faire sa petite playlist selon les exercices pratiqués.

C'est pas une solution très technique, ni psychologique ou mentale mais juste un petit truc.

Bon courage et vive la caféine!!!

20 octobre 2010 à 19:38:26
Réponse #40

guarocaliente


C'est un repaire de Lafayens et de Kraveux ici !  ;D

Idem pour ce qui est de la motivation le soir.  ^-^

Du coup, je fais des demies séances le matin. Comme beaucoup j'ai tendance à négliger les étirements.

Pourtant dès que consacre un peu de temps à les faire sérieusement, je vois nettement un changement dans l'énergie globale..

Avec un bon temps de sommeil, pas de clope, pas trop de caféine, une alimentation normale.

Y'a pas de miracle
Ici et Maintenant.

22 octobre 2010 à 16:01:58
Réponse #41

Clemstout


Je plussoie guarocaliente!
Y a pas de miracle, avec cette méthode il "suffit juste" de faire ce qu'on te conseille de faire..Ca a l'air facile hein!  ;# Bon le hic c'est que quand on se déchire sur une séance puis sur la suivante...même si on récupère bien ("pas de douleurs du lendemain") ca taxe! Je m'en suis rendu compte il y a quelques temps, du coup je le redis faut pas hésiter AMHA à se prendre des pauses quand on en sent le besoin SANS culpabiliser du même coup!

A part ça ça reste du bonheur pour moi de se lever à 5h, faire ma séance et avoir la forme pour la journée (je split donc j'y ai droit tous les matins  :D)

Bien à vous

Clemstout
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

28 octobre 2010 à 21:19:00
Réponse #42

leman74


Bonsoir à tous,

Je parcours ce post avec intérêt car je m'y retrouve également à un certain niveau.
La différence en ce qui  me concerne c'est le manque d'énergie du à un rythme de vie plutôt décalé.
Je travaille surtout en extérieur, mais avec des horaires qui peuvent s'organiser sur une amplitude de 24h et de 7 jours. Les tranches horaires les plus souvent "exploitées" étant entre 6h et 03h.
Mon emploi du temps changeant tous les jours, je ne dors donc jamais aux même heures et ni ne mange à heures régulières.
Jusqu'alors ça ne me perturbait pas plus que ça, mais à 35 ans je sens que déjà j'ai plus de mal à récupérer.
Étonnement ce n'est pas le lendemain d'une nuit de travail où je me sens le plus à plat, mais le jour suivant.

Quand on ajoute à cela les contraintes du quotidien que tout le monde connait (ménage, lessives, courses etc....) qui restent malgré tout  chronophage, j'ai un peu de difficulté à caler mes entrainements de façon optimale.
Certes j'arrive encore à m'imposer des entrainements relativement régulièrement, mais en fonction de mes horaires je ressens bien que je ne suis pas toujours au top (progression pas linéaire du tout)
 
Comment concilier tout ça? (svp, ne me conseiller pas de me lever une heure plus tôt car le réveil sonne bien assez souvent à ou h du mat'  ::) )

29 octobre 2010 à 07:21:24
Réponse #43

Clemstout


HUm pas évident visiblement!

Personnellement je te conseillerai de faire tes séances "au feeling" : tu te programmes une séance à un moment X, et tu essaies de la faire. Si vraiment tu sens que c'est galère, que tu pédales pour rien et que ça te fais plus c***r qu'autre chose, mets-là entre parenthèse, profites du temps alloué au reste de la séance à te détendre ou à tout autre activité qui permet de te ressourcer. Si après tu sens que ça peut passer, que tu la 'sent' mieux, rien ne t'empêche d'y retourner et de tout déchirer!
J'ai fait ça pendant un temps parce que j'étais régulièrement pas assez susceptible de tout donner en séance et j'avais alors l'impression de perdre mon temps. Le problème avec ce système c'est que la progression n'est pas linéaire non plus (en tout cas pour moi).
Mais AMHA je pense qu'il est plus profitable de faire moins de séances avec une grande intensité que l'inverse qui a tendance à "t'user" à + ou - long terme...
Une autre piste peut être de couper tes entrainements ce qui les rend plus courts, donc tu peux les rendre plus intenses, et par le fait qu'ils soient plus courts et plus nombreux, c'est plus modulable, et peut être plus compatible avec ton mode de vie. Après pour la régularité dans ces conditions il me parait clair qu'il faut tenir un carnet ou garder une trace écrite du contenu des séances pour régulièrement réévaluer et si nécessaire modifier les entrainements.

En espérant que cela puisse t'aider

Clemstout
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

30 octobre 2010 à 23:03:14
Réponse #44

leman74


@ clemstout : merci pur tes conseils. il est vrai qu'en général quand je me sens trop à plat je ne commence pas la séance. Sans doute à tort d'ailleurs car quand il m'arrive de me botter le c**, ça passe pas si mal parfois!

Je vais donc m'efforcer de débuter toutes mes séances programmées, quitte à ne pas allé au bout si c'est trop galère. Je privilégierai alors les étirements ou la respiration.

Je retiens aussi et surtout l'idée de fragmenter les séances pour qu'elles durent moins longtemps. Il est vrai que je l'avais fais l'été dernier et franchement, je ne sais pas trop pourquoi j'ai arrêter  cette méthode (peut être l'impression de ne pas assez en faire???....). L'idéal serait peut être de fragmenter les séance en période de boulot, puis d'optimiser les séances complètes pendant les jours de réccup' (qui sont relativement nombreux en contre partie du rythme décalé)

Pour le carnet, je le tient régulièrement à jour à chaque séance (j'ai une mémoire de poisson rouge à ce niveau là)


Merci encore pour les conseils

01 novembre 2010 à 07:22:45
Réponse #45

Clemstout


Ca parait être un bon compromis en effet! Sachant que les séances complètes te font travailler un peu plus que les autres l'endurance; et ça c'est  :doubleup: !
Ne néglige pas pour autant la récup'!
Bon courage à toi dans l'entrainement : quand faut y aller faut y aller!  ;)

Bonne journée à tous

Clemstout
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

21 décembre 2015 à 15:56:44
Réponse #46

Troll


Hello,

Voici un lien donnant une liste de 5 aliments bourrés d'énergie.

Comme évoqué dans le contexte du lien, cela peut être intéressant dans une optique purement sportive. Cependant, elles fonctionnent également très bien en "cures". Pour ma part, arrivé l'hiver, je consomme tous les matins une bonne cuiller à café (ou une petite à soupe, au choix...) de baies de goji. Le soir, la même quantité de graine de lin.

L'effet, en tous cas sur moi n'est pas immédiat. Il faut avoir une vision un peu plus à long-terme. En effet, la consommation d'au moins deux de ces aliments permet d'éviter le coups de fatigue hivernaux, de même que les rhums & co. Je le constate très régulièrement avec mon entourage au bureau.

Bien à vous,

Troll

EDIT: On pourrait également citer l'acerola dans la même veine que le goji, ou bien encore la gelée royale.

Semper potest proficio

22 décembre 2015 à 06:39:19
Réponse #47

nfkb



EDIT: On pourrait également citer l'acerola dans la même veine que le goji, ou bien encore la gelée royale.

Je me demande où sont cachés les preuves de l'intérêt de ces aliments ou compléments magiques...

22 décembre 2015 à 09:32:39
Réponse #48

Troll


Hello,

Attention, je n'ai pas dit qu'ils étaient magiques. Je dis simplement que pour ma part, il y a un effet "fortifiant général".

J'avance leur bienfait en me donnant pour exemple en ce sens que:
=> mes collègues n'en prennent pas
=> mes collègues ont les mêmes horaires
=> ne font pas de sport (donc dépense énergétique moindre)
=> sont soumis aux mêmes contraintes environnementales
In fine, ils sont fatigués, moi pas...mais je fais du sport.

J'avais autrefois une collègue (dans une autre entreprise) qui en consommait, et n'avait pas [moins] de souci de fatigue que les autres.

Ce constat vaut aussi pour ma Madame.

Mes exemples ne valent pas une étude statistique "scientifique", je n'en disconviens pas. Je ne nie pas non plus qu'une vie saine en plus, aide énormément. D'ailleurs, dans l'absolu, peu d'études existent sur le sujet. Simplement, ils sont des retours réels, observés et vécus

Bien cordialement,

Troll

http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=846
http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=goji_ps
Semper potest proficio

22 décembre 2015 à 15:51:38
Réponse #49

nfkb


Après avoir étudier le sujet et avoir pris des tas de compléments alimentaires, j'affirme désormais que les compléments alimentaires sont inutiles voire délétères (si pratique sportive d'endurance par exemple)

Plusieurs points rapidement et biblio dans les liens si ça intéresse quelqu'un.

- aucune étude de grande ampleur n'a montré une amélioration de l'état de santé
- la qualité de ces produits est très hétérogènes, les analyses sont parfois édifiantes (http://perruchenautomne.eu/wordpress/?p=4449)
- l'hygiène de vie prime ! bien manger, se bouger, bien dormir, avoir des liens sociaux

Selon moi, aucun complémentaire n'est utile s'il n'y pas de contexte pathologique précis http://www.nfkb0.com/2014/02/08/les-complements-alimentaires-sont-inutiles/

Méfiez vous des sites webs "parascientifiques" qui bullshitisent à longueur de page pour vendre quelque chose.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité