Nos Partenaires

Auteur Sujet: WIKI_ébauche_sac en duvet  (Lu 7086 fois)

20 septembre 2006 à 16:44:05
Lu 7086 fois

Kilbith


Les sacs de couchage en duvet (ébauche wiki) :

Je poste cette ébauche afin de connaître vos réactions, remarques, critiques et desiderata. De plus cela permettra de rassurer Manitou David et l’incitera, je l’espère, à ne pas lâcher trop vite ses Mohhawks affamés sur les pauvres contributeurs potentiels du wiki. En attendant je vais glisser un plomb de .69 dans mon Charleville mdle 77.  ;D ;D ;D




1. introduction
Le duvet est le matériaux possédant le meilleur rapport poids chaleur du marché. A l’heure actuelle aucun substitut synthétique atteint sa performance. Pour être plus exacte certains synthétiques sont compétitifs vis à vis du duvet de qualité inférieure. C’est la raison pour laquelle on ne trouve plus de sac de couchage avec du duvet bas de gamme.

Les avantages.

Le confort. Le duvet  absorbe l’humidité. C’est un avantage et un inconvénient. C’est un avantage dans la mesure ou il est plus confortable car on ne ressent pas une sensation de moiteur. Ceci lui donne une plus grande plage d’utilisation. Un duvet -10°C est supportable à +10°C alors que l’équivalent en synthétique serait une étuve. Cela permet de mieux dormir et de ne pas devoir adapter les couches durant la nuit.  De même, si vous mettez des vêtements humides dans un sac en duvet, ils seront secs le lendemain. Evidemment, cela veut dire que le duvet à absorbé l’humidité et qu’il isole moins, c’est une pratique qui doit être réservée aux situations dans lesquels il existe une importante marge de sécurité.
Le duvet est très agréable et vous enveloppe parfaitement et de façon agréable. Il n’est pas raide comme le polarguard et rêche comme le thinsulate. Cela veut dire qu’il y a moins de pertes par convection lorsque vous bouger dans le sac (effet soufflet) que dans un sac synthétique. Les mesures de performances réalisées par des mannequins thermiques, sont toujours statiques et ne prennent donc pas en compte cet avantage.
 
La compacité. C’est l’avantage principal du duvet. Comparez en magasin la compacité d’un duvet -10°C  confort et l’équivalent synthétique : ite missa est ! Cela veut dire un sac à dos moins gros, plus de place dans le sac, rien a l’extérieur donc un sac résistant à la pluie pas besoin de se traîner un « sac de compression » lourd, remettre le sac dans sa housse n’est plus une corvée,.....que du bonheur. En revanche, il faut prévoir une bonne isolation du sol car le duvet est tellement compressible que l’isolation du dessous est nulle. C’est vrai d’un point de vue thermique mais aussi confort.

Le poids. Plus le sac est performant, plus l’écart avec le synthétique se creuse. C’est normal, ce qui pèse lourd dans un sac duvet ce n’est pas le duvet mais la construction complexe de l’enveloppe. Avec un sac de 500 gr. de duvet vous avez 0°C ; 800 gr. -10°C ; 1000 gr -20°C. La différence de poids totale du sac n’est pas énorme. En revanche dans un sac synthétique la construction est simple, ce qui pèse c’est l’isolation. Un sac qui fait du -20°C pèse un âne mort et rempli votre sac à dos. On gagne aussi sur le sac de compression qui est inutile et sur la taille du sac à dos qui est plus petit donc plus léger.
Attention, sur plusieurs jours, le duvet se charge d’humidité et augmente en poids. Mais, ce phénomène existe aussi pour les sacs de couchage synthétique.

La durabilité. Un duvet de qualité bien entretenu dure une vie. Ce n’est pas le cas du synthétique. S’il est de qualité, vous pourrez le laver sans problèmes en suivant les recommandations du fabricant. Ce n’est pas le duvet qui craint le lavage, ce sont les coutures.

Les défauts :

Le duvet est cher. Il peut causer des allergies . Il peut moisir à l’humidité. Il met plus de temps à sécher s’il est trempé qu’un duvet synthétique. Attention je dis bien trempé c’est à dire quand les plumules sont agglomérées en boule...ce qui est très rare sauf au lavage. Si le duvet est humide, il sèche aussi vite que du synthétique tant qu’il n’est pas aggloméré, c’est une question de surface exposée à l’air.


2. Le Duvet.

On utilise le duvet de canard et d’oie. Auparavant on a aussi utilisé le duvet de cygne et celui du canard de la variété eider. Le duvet de canard eider est prélevé à la main directement dans les nids : sont pris est astronomique. Il a l’avantage de rester aggloméré car les plumules ont de petits crochets. De ce fait, même avec une construction simple il n’y a pas de points froids dans le sac. C’est un gain en poids et en confort.
Le principe de base est le suivant : plus l’animal est gros meilleure est la qualité du duvet. La qualité de la nourriture intervient aussi. Il semble que contrairement à ce qui est dit souvent  le climat n’intervient pas de façon significative. Si vous relisez le début de paragraphe, vous venez de comprendre pourquoi le duvet français est l’un des meilleurs du monde...En France, on n’élève pas les palmipèdes gras pour les manger ou pour le duvet mais pour le foie gras. Les bêtes sont bien nourries (sur le plan quantitatif) et vivent longtemps : elles deviennent grosses et ont le temps de faire du duvet. Celui-ci est ramassé dans les exploitations quand il tombe naturellement...Les autres pays producteurs de foie gras sont la Hongrie, la Tchéquie et la Pologne...pas la Chine. Dans ce dernier pays ce sont principalement des oies plus jeunes qui sont abattues d’où une qualité de duvet moindre.
L’intégration de la chaîne de production allant du producteur au fabricant de sac de couchage en passant par le transformateur, c’est le secret de la qualité d’une maison comme Pinel. Tout est basé sur la connaissance des sources et la confiance. Ce n’est pas le genre de chose qu(il est possible de développer à distance.

Qualité du duvet.
Le duvet doit être préparé selon des normes sanitaires strictes, vérifiez les étiquettes. En France, la qualité du duvet était appréciée par l’obligation de mentionner l’origine (canard ou oie) et la composition respective de plumules et de plumettes  (70/30 par exemple). Un duvet doit avoir au moins 80% de plumules (duvet). De nos jours pour être compétitif vis à vis du synthétique c’est souvent 90 à 95%.
Depuis quelques années la mesure du gonflant (Loft) d’origine américaine s’est imposée sur le marché. Initialement, il s’agissait de mesurer l’épaisseur totale du sac de couchage une fois étendue. Puisque la capacité isolante est très fortement corrélée à l’épaisseur de duvet, il s’agissait d’une bonne indication. De nos jours on mesure le volume d’un échantillon de duvet (une once) soumis à un poids donné. En mesurant le volume en « pouce cube » ou CUIN (cubic inches) on obtient un chiffre. Il y a quelques années un duvet expédition devait faire au moins 550 cuin désormais en dessous de 700 voir 750 cuin vous êtes un rigolo...bizarre bizarre.

Il existe deux méthodes pour estimer le filling power des échantillons de duvet, l’européenne d’origine allemande et l’américaine. La différence se trouve dans le volume des éprouvettes de test et dans le poids utilisé pour la compression. En Europe, méthode Lorch, le diamètre est de 284 mm (soit une base de 633,1 cm2) alors qu’il est de 241,3 mm (base de 457,1 cm2). La hauteur du cylindre est de 500 mm.  Sur cette éprouvette, un disque perforé est disposé avec un poids sur le dessus. Le poids est de 94,25 gr. En Europe et de 68,3 gr. Aux Etats Unis. Dans les deux cas le pression est de 0,149 gr. par centimètres carrés à la base de l’éprouvette.
Le duvet est préparé en étant fortement remué et en contrôlant le degré d’hygrométrie, plusieurs échantillons sont testés. Les variations peuvent être importantes au cours du test d’un même échantillon. Au final, on trouve dans la littérature que la mesure américaine donne un indice Cuin d’au moins 4% supérieur en moyenne par rapport au système européen. Plus loin dans le post, on trouvera les indications de la société Rab pour les deux normes  concernant ses propres produits. Marmot signale aussi cette différence dans certains de ses catalogues.




2. Les matières
Afin d’assurer une utilisation optimale des propriétés isolantes du duvet, un sac de couchage doit respecter un certain nombre de contraintes.
Premièrement, le duvet doit être protégé par une enveloppe extérieure de tissu qui assume plusieurs rôles. Elle doit empêcher le duvet de s’échapper de l’enveloppe. Auparavant cela était obtenu grâce à l’utilisation de coton de type percale tissé très finement (120 fil/cm). Avec l’apparition du nylon, le coton a été remplacé tout d’abord pour l’extérieur du sac puis pour l’intérieur. Les raisons de la substitution sont le poids, le prix et une meilleure résistance.
Les premiers tissus en nylon n’étaient pas agréables au toucher et assez peu étanches au duvet. Pour obtenir cette dernière propriété, les tissus étaient calandrés  c’est à dire passé entre deux rouleaux chauffés. On obtenait un nylon laqué, plus étanche mais moins souple, moins respirant et moins solide. Il y a une vingtaine d’années, Perseverance Mills une société anglaise a mis au point une qualité de tissu, le Pertex, au tissage très fin et régulier. Il s’est avéré convenir très bien au duvet. Par la suite, une version avec des fils de renforts (ripstop) s’est diffusée. Notons au passage que l’utilisation d’un tissu ripstop (armuré en français) ne renforce pas la résistance à l’abrasion, au contraire. L’intérêt de ce tissus est une meilleure résistance à la traction (utile pour un parachute) et surtout une moindre propagation des déchirures (utile pour le parachute et le sac de couchage).
L’enveloppe extérieure doit aussi protéger de l’humidité extérieure tout en laissant la vapeur d’eau s’évaporer. Pour cette raison le nylon est traité avec un produit déperlant (résine fluorée ou silicone). Le traitement appliqué en surface ne résiste pas longtemps. Il est rendu inopérant par la saleté, la fumée, l’abrasion, les détergents....Mais les fabricants ont travaillés dur et ont mis au point des traitements de plu en plus efficaces résistant à 5 lavages, puis 20 puis 100. Les derniers traitements imprègnent chacune des fibres et sont assez résistant et très déperlant (EPIC de la société Nextec : http://www.nextec.com/ ). Au passage, notons que certains traitements rendent le tissu glissant ce qui est très énervant car le duvet glisse toute la nuit dans le sens de la pente. Les microfibres (Versatech) ont aussi été utilisées mais elles sont lourdes et souvent fragiles à l’abrasion.
La société goretex avait proposé il y a quelques années une version de sa membrane spécialement adaptée au duvet. Elle était totalement coupe vent et presque imperméable (1500 Schmerber). En fait ce produit ressemblait au windstopper avec les mêmes avantages (haute respirabilité) et les mêmes inconvénients (coutures ne pouvant être étanchées). Il y a eu des sacs en Goretex mais, outre le prix, les commentaires sont mitigés : La vapeur d’eau est retenue dans le duvet, c’est lourd, bruyant et le pouvoir isolant baisse de jour en jour. De plus , les coutures sont rarement étanchées. Des sociétés comme Rab ou Mountain Hardwear, proposent des sacs en duvet avec un tissu imperméable.

En ce qui concerne l’intérieur du sac, le coton plus agréable, a résisté longtemps au synthétique. Mais le poids et le prix de la percale de qualité ont eu raison du coton. La soie a pu être employée, mais elle résiste très mal à l’abrasion. Actuellement, depuis une dizaine d’année la qualité des tissus Pertex (et équivalent) est-elle qu’elle a supplantée les concurrents. Au passage, il existe des tissus nylon d’autre fabricants satisfaisant comme par exemple le Meryl.

3. Les normes d’isolation

4. fabrication
Je ne reviendrais pas ici sur la forme du sac de couchage. Nous ne traiterons que de sacs sarcophages dit aussi sac norvégiens. Il faut se souvenir que l’objectif d’un sac de couchage c’est de conserver le mieux possible la chaleur du dormeur tout en assurant l’évacuation de l’humidité consécutive à la transpiration. Afin d’obtenir ce résultat, le duvet doit être enfermé entre deux couches de tissu pour le stabiliser. La stabilisation a pour but de répartir de façon harmonieuse le duvet sur l’ensemble du corps du randonneur et d’éviter les points froids. Il s’agit donc de créer des compartiments. Plus  il y a de compartiment, plus il y a de coutures, plus on crée d’opportunité de défauts. Si l’on ne fait pas attention, chaque couture est à l’origine d’un pont thermique.  La grande supériorité du duvet d’eider, c’est qu’il reste agrégé grâce à la présence de petits crochets sur les flocons de duvet. De ce fait, les compartiments sont moins utiles et peuvent être moins nombreux.
Il existe deux types de fabrication pour les duvets. La première, la plus ancienne consiste à réaliser des coutures traversantes. Dans ce cas à chaque couture il y a un pont thermique. C’est acceptable pour les duvets  ne devant pas affronter des conditions gélives. Mais de nos jours, on peut douter de l’intérêt d’utiliser de tels duvets dans ces conditions. Les fibres synthétiques (Polarguard 3D) ont fait de tels progrès que la différence de poids ne justifie plus l’utilisation de duvet. En effet, un sac en duvet ayant plus de coutures il sera aussi lourd.
Pour maximiser les qualités de gonflant du duvet, il faut lui permettre de prendre du volume et éviter les ponts thermiques. Deux possibilités :

Cloisonnement :
Il s’agit de mettre deux sacs à couture traversantes l’un dans l’autre. Les coutures ne se chevauchant pas entre les deux sacs, c’est très efficace thermiquement et assez simple à réaliser. Comme il y a beaucoup  de tissu c’est lourd. Un avantage toutefois : si l’enveloppe d’un des sacs se déchire, le duvet de l’autre sac reste efficace. Cette façon de faire a disparue dans le commerce. Si vous êtes nostalgiques : mettez deux sacs en duvet l’un dans l’autre, en espérant que le duvet intérieur ne sera pas compressé.

Alvéoles :
Le duvet est maintenu dans des alvéoles formées des deux épaisseurs extérieures du sac et de cloisons en tulle très fin perpendiculaire aux deux épaisseurs précédentes. Chaque alvéole ainsi constituée est remplie séparément de duvet et jamais une couture ne traverse de part en part le sac. En conséquence le duvet est réparti de façon stable. Un avantage de cette construction c’est que la chaleur (l’air chaud en fait) peut traverser les parois de tulle et se diffuser sur tout le corps là où le besoin s’en fait sentir. Pour juger de la qualité de votre sac vérifiez s’il existe une continuité des alvéoles pour les pieds, la collerette d’épaule, la protection de l’ouverture...C’est à ces détails que l’on juge de la qualité d’un sac.
Si l’enveloppe extérieure est plus grande que l’enveloppe intérieure, la coupe est dite différentielle. Dans ce cas le duvet vous « enveloppera » mieux.
Les alvéoles sont le point faible des sacs. C’est ici que la qualité des coutures et des matériaux (tulles) fait la différence. C’est malheureusement ce que l’on ne voit pas.
 



4. critères de choix

Un sac de couchage doit être à votre taille. S’il est trop grand, il sera moins efficace pour vous maintenir au chaud. En revanche vous pourrez dormir avec des vêtements dedans et stocker des affaires. Il faut signaler qu’un sac en duvet est rarement trop grand du fait de la propriété du duvet de prendre du volume, y compris vers l’intérieur.
En revanche, un duvet trop petit est inconfortable et inefficace. Inconfortable car vous êtes serrés. Inefficace, car  vous compressez le duvet, et vous avez froid. C’est particulièrement le cas au niveau des pieds. Un conseil : allongez vous dans le duvet avant de l’acheter ! Il doit être conforme à votre anatomie. Au passage, il existe des duvets de différentes taille, pour femme et pour hommes.
Un sac en duvet devrait être foncé, au moins une des faces. C’est indispensable pour le faire sécher au soleil.

Les points de construction  à surveiller sont les suivants :
   La fermeture est-elle bien isolée sur toute sa longueur. Le compartiment le long de la fermeture    est-il assez volumineux ?
   Ne coince-t-elle pas trop
   La capuche est-elle confortable, réglable de l’intérieur et alvéolée ?
   La collerette d’épaule est-elle confortable, réglable de l’intérieur et alvéolée ?
   La partie concernant les pieds est-elle ample, confortable et alvéolée ?
   La fermeture est-elle de marque (YKK, Salmi...)
   Vérifiez la qualité des coutures : régularité, si le duvet ne passe pas à travers les coutures,     points d’arrêt

Le duvet.
   Vérifier la composition. Un duvet doit comporter au moins 80% de duvet de canard ou d’oie. 90    c’est mieux, 95 c’est très bien. 98 % c’est l’exception qui ne peut être obtenu que par triage    manuel.
   Vérifier qu’il respecte les normes d’hygiènes : stérilisation, lavage...
   Faites rouler un peu de duvet dans votre main. Si vous sentez des plumules piquantes, ce n’est    pas bon. La qualité des plumules est aussi importante que celle du duvet.
   Compresser un coin du sac dans votre paume : le duvet reprend-t-il sont gonflant rapidement    quand vous relâchez la pression ?
   Observez les compartiments : sont-ils un peu bombés ? Il faut que le duvet mette en tension chaque compartiment pour éviter les points froids. C’est un point délicat qui révèle le savoir-faire des bonnes maisons. Il ne s’agit pas de fabriquer des enveloppes de sac de couchages et de remplir de  600gr, 800gr ou 1000gr. Il faut prévoir un volume du sas différent et adapté à chaque poids de garnissage. Cela demande de l’expérience.
   Regarder la qualité de gonflant (cuin). MAIS cela ne doit pas être votre seule critère. En effet, selon la méthode de test et les machines employées il y a de grandes différences. Disons qu’au dessus de 700 c’est bien (si c’est mesuré avec la méthode européenne et que tout les lots font au moins 700 cuin c’est très bien). Voic  l'avis de Rab (très bonne marque d’outre manche) sur ses trois qualités de duvet : 
    85/15 (85% duvet/15% plumettes) duvet de canard européen avec un pouvoir gonflant  de au    moins  560+ cuin selon norme EU et 610+ cuin selon norme  US 
    90/10 duvet d’oie blanche hongroise avec un pouvoir gonflant  de au moins 660+EU/725+US 
    96/4 duvet d’oie blanche polonaise avec un pouvoir gonflant  de au moins 750+EU/850+US
Le signe « + » veut dire que tout les échantillons testés font au moins cette valeur. Si c’est indiqué seulement 700 cuin, cela peut être une moyenne.

   Il est préférable de choisir du duvet d’oie. Il est plus gros et il est réputé mieux résister à l’humidité que le canard. MAIS, je préfère DE LOIN un duvet de canard 650 cuin Valandré au duvet d’oie « 700 cuin » de ma veste North Face !

5. Les marques :
   Je possède du Pinel (http://www.triplezero.fr/) et du Valandré (http://www.valandre.com/ ), ainsi qu’un sac Trak mais dans ce cas il y a prescription. Si vous pouvez vous procurer l’une de ses marques vous ne le regretterez pas. Dans la gamme de ces marques, plus c’est cher, mieux c’est.
D’autres marques existent.
Celles que je connais bien :Rab, marque anglaise me paraît très bien (http://www.rab.uk.com/). North face, la qualité est très variable mais ce n’est jamais nul.
Celles que je ne connais pas : Feathered friends. Très bon site, semble être du bon matériel. http://www.featheredfriends.com/. Marmot (http://marmot.com/)  société américaine, fait des sacs de couchages très réputés (le Cwm par exemple).

Did
   
« Modifié: 20 septembre 2006 à 21:07:09 par Kilbith »

20 septembre 2006 à 17:30:33
Réponse #1

Pierre


Salut Kilbith,

Pour l'instant il n'y a pas grande critique à faire  ;D

Je ne suis pas spécialiste mais j'ai tout lu et tout compris. J'ai retenu des choses que je ne savais pas . Ce sont déjà des preuves que c'est bien fait  :D Des petits schémas sur les types de fabrications seraient les bienvenus. Et puis peut être expliquer un peu plus ce que signifie CUIN .

Pour moi c'est tout. Bravo

A+
Pierre 

20 septembre 2006 à 19:25:32
Réponse #2

Kilbith


Fecit ! Pierre

bon je dois encore améliorer le passage sur la mesure du CUIN à partir du site BASK par exemple
did ;)

20 septembre 2006 à 20:55:51
Réponse #3

DavidManise


Salut Did :)

Tu peux ranger la pétoire, si je t'envoie qque chose ça sera des remerciements, des félicitations et tout ça ;)

Excellentissime article sur les duvets naturels

Bon, il y a un sous-titre qui n'a pas été "garni" (woua quel jeu de mot ::)) : les normes d'isolation.  Je peux m'en occuper si tu le souhaites.  Ça sera avec plaisir.  De toute manière ça sera sans doute aussi dans la partie sur les duvets synthé (un peu de redondance ne fera pas de mal dans ce domaine).

Je prends ton article tel quel et je le balance dans le wiki ici :

http://www.davidmanise.com/mediawiki/index.php/Duvet

Ça te permettra de voir d'un seul coup d'oeil la syntaxe wiki en cliquant sur modifier (si par malheur t'es pas déjà familier de ce type d'outil bien sûr).  On le modifiera ensuite à loisir si tu souhaites ajouter, enlever, corriger des trucs.

Ciao et merci !!! :)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

20 septembre 2006 à 21:10:29
Réponse #4

Kilbith


Salut David,

Je viens encore de faire des modifs sur mon post (mesure du cuin). J'espère que des remarques permettrons d'améliorer le post et donc le wiki....

Je dois avouer que le maniement du Wiki est encore obscur pour moi.  :-[ :-[ :-[.

Ce n'est qu'une ébauche, mais je vais mettre du temps pour rédiger la suite. Je dois commencer à diffuser les thèses des collègues grenoblois chez mes ouailles (cf.poste de James...).


did.
« Modifié: 20 septembre 2006 à 21:23:10 par Kilbith »

20 septembre 2006 à 21:47:17
Réponse #5

DavidManise


Did,

J'ai modifié les cuin-cuins dans le wiki aussi.

Si tu souhaites apprendre à jouer du wiki, tu trouveras les infos ici : http://www.davidmanise.com/mediawiki/index.php/Comment_participer

En attendant, pour des articles comme ça, franchement ça ne me dérange pas de me taper le boulot de manard et d'intégrer ça au wiki ;)  Ça m'a pris environs 4 minutes, j'ai juste mis des "==" de part et d'autre des sous-titres et collé des "*" pour créer des listes...  fastoche ;)

Ciao :)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

20 septembre 2006 à 21:59:53
Réponse #6

Kilbith


Merci grand Manitou...

Bon alors les autres ça vient les critiques, les remarques et les questions ?  ;D ;D  ;D
did ;)

20 septembre 2006 à 22:45:40
Réponse #7

DavidManise


Nan, moi c'est le GROS Manitou.  Faut pas confondre avec l'original tout de même ;D
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

21 septembre 2006 à 13:35:55
Réponse #8

Diesel


Didier, mieux que des mots des actes.
Je suis passé au duvet cet été après en avoir discuté sur l'ancien forum.
C'est dire si ta prose est efficace.  ;D
Ton texte est un peu long là lire mais il a le mérite d'être complet mais tu ne parles pas du traitement au teflon du duvet.....
Je ne sais pas is c'est réellement une avancée ou un argument publicitaire pour ce type de sac mais il existe.

Il ne manque plus qu'un sujet sur les sacs en synthétique et quelques avis d'utilisateur.

Je vais voir ce  que ça va donner cet hiver (surtout si il est humide) mais pour l'instant je ne le regrette pas.
Pour des perfomances identiques, j'ai perdu  637.32 grammes sur mon ancien sac en synthétique et 4.279 litres (très exactement) en volume dans mon sac à dos.

Quoi ? >:( je ne suis pas crédible quand je parle MUL  :'( .... M'enfin ?  ;D

21 septembre 2006 à 15:48:03
Réponse #9

James


si si, moi j'ai deux duvets naturels dont je suis SUPER content!

21 septembre 2006 à 17:44:31
Réponse #10

Kilbith


Didier, mieux que des mots des actes.
Je suis passé au duvet cet été après en avoir discuté sur l'ancien forum....

...Je vais voir ce  que ça va donner cet hiver (surtout si il est humide) mais pour l'instant je ne le regrette pas.
Pour des perfomances identiques, j'ai perdu  637.32 grammes sur mon ancien sac en synthétique et 4.279 litres (très exactement) en volume dans mon sac à dos.

Quoi ? >:( je ne suis pas crédible quand je parle MUL  :'( .... M'enfin ?  ;D

Salut Diesel,

Je crois que tu donnes un bon exemple ici : le poids diminue un peu (un Ontario BK7 environ  ;D) et le volume beaucoup. En effet, il faudrat tester les performances de l'ensemble cet hiver. Je pense que le duvet au téflon est un plus. Pas vraiment si le sac est trempé, mais plutôt pour accélerer son séchage en cas de condensation. Il y a un risque, mais pas plus que d'utiliser un tarp en sylnilon à la place d'une bâche agricole. L'utilsation d'un sursac Gore tex limite vraiment ce risque. Au passage un sac synthétique trempé ce n'est pas non plus la panacée.
Pour l'hiver en extrême, il faudrait tester ton sac pyrenex teflon dans un sac en synthétique assez grand...un Progard par exemple, éventuellement un Aran XL. Contrairement à ce que l'on pense parfois, le mieux c'est d'avoir le synthétique autour du sac en duvet. De cette façon, le point de condensation (DEW point) se trouve dans le sac synthétique plutôt que dans le sac en duvet. GoldEck Carinthia prône cette solution.

did
« Modifié: 21 septembre 2006 à 17:46:45 par Kilbith »

21 septembre 2006 à 17:57:26
Réponse #11

cedx69


sur les choix de duvet, avez vous des experiences sur les temperatures annoncées et sur laquel vous parait la plus polivalente, parcque si il faut en acheter 3 alors ça commence à faire cher :D

21 septembre 2006 à 18:35:21
Réponse #12

Kilbith


bonjour,

Savoir ce qu'il faut acheter, cela dépend de tes besoins. Disons qu'avec un sac chargé à 600gr de duvet d'oie top niveau (800 cuin : Pinel, Valandré) ou un classic 700 (canard) tu es dans les 3 saisons voir limite 4 saisons. Je veux dire par là -5°c super confort, -10°c assez confort, -15°C limite  confort.
 
Pour -15°C : valeurs sont valables POUR MOI (je ne suis plus maigre :-[), habillé en sous vêtements secs (ulfrotté 200) avec un passe montagne et des chaussettes laine angora sèches avec une bonne isolation du sol et un sac à viande en soie. Je suis bien en refuge l'hiver donc sur un matelas mousse et une couverture double, assez bien sous une tente pour une nuit isolé du sol. Testé plusieurs fois avec un Pinel 700 gr (petit astazou, à ma taille). Je précise que c'est -15°C mesuré au thermomètre, genre l'eau est gelée dans la gourde qui est dans le sac....et le réchaud butane HS. Pour certains randonneurs cela fait du -25°c au bar dans la vallée.

Pour une marge de sécurité passe au 800 gr. oie et classic 900 canard.

Il me semble que c'est dans ces gammes (de 1.3 kg à 1.6 kg) que le duvet est le plus intéressant surtout dans le cas d'une utilisation alpine. C'est top compact et chaud.

Moins de 15°C, on tombe dans le matériel super spécialisé...Pour lequel je n'ai pas suffisamment d'expérience.

did

21 septembre 2006 à 18:47:17
Réponse #13

cedx69


et pour les tailles?

21 septembre 2006 à 18:52:42
Réponse #14

Kilbith


salut,

Pour la taille, c'est simple tu essayes dans le magasin (sans les chaussures). Attention, lorsqu'on dort les pieds ne sont pas à angle droit mais allongés. le sac doit t'envelopper mais pas te serrer.
Un truc, je préfère la fermeture à gauche car je dors  souvent allongé sur le coté gauche.  Comme c'est souvent en refuge (matelas mousse tendre), la fermeture est sous moi et l'isolation supérieure.

didier.

22 septembre 2006 à 10:23:13
Réponse #15

Diesel


Bon, le poids et le volume gagné était à la louche pour ceux qui n'aurait pas compris. Je n'ai pas de balance.  ;)

Pour l'hiver quand il fait vraiment froid, je garde ma vielle méthode à savoir 2 sacs (un moyen ~-4° confort + un d'été +15°confort) + un sursac respirant + un drap de sac en soie.

Didier, Je ne peux pas faire ce que tu préconises, le gonflant du duvet ne permet pas de l'utiliser sous mon sac synthétique.
Mon Ajungilak est trop étroit pour ça (sans compter qu'il est plus lourd et volumineux) et l'autre est aussi trop juste. Je vais donc utiliser le duvet comme couche externe mais c'est rare que j'utilise 2 sacs sauf quand l'hiver est très froid ou humide. Avec mes vétements et le sursac, je dormais jusqu'à -6/8° en bivy jusqu'à present.

Je vais voir mais j'ai été surpris de l'efficacité du duvet sous la rosée du matin. Le sac est neuf et très déperlant par rapport à mon vieux ajungilak mais je m'attendais presque à dormir dans une serpillère humide.  ;D
 

22 septembre 2006 à 18:09:05
Réponse #16

guillaume


Super post!  :doubleup:!

J'ai pas tout compris l'histoire des alvéoles...

a+

22 septembre 2006 à 20:09:24
Réponse #17

guillaume


Très clair  :)! Merci.

En fait si y'a pas assez de duvet, il y a "apparition" de points froids?

a+

22 septembre 2006 à 20:41:45
Réponse #18

Kilbith


salut,

Le duvet est caractérisé par un "pouvoir gonflant". D'ailleurs si c'est de la bonne qualité et que tu compresse un sac entre tes paumes à plat, tu sens que le duvet "pousse contre ta main". En revanche il n'a pas de cohésion (à part le duvet d'eider). si tu déchires un sac en duvet, tout s'envole, littéralement.

Quel que soit le type de construction du sac, si les compartiments ne sont pas suffisamment remplis, le duvet ne "tend pas le tissu". Dans ce cas, le duvet a tendance à ne pas remplir les angles et à ce niveau des points froids apparaissent. C'est d'autant plus vrai dans le cas d'un montage à couture traversante qui par construction crée des ponts thermiques à l'endroit des coutures.
Le montage avec des alvéoles minimise cet effet. Mais, si le compartiment n'est pas assez rempli on obtient la même chose.
Il faut donc un duvet de qualité (gonflant) et des compartiments bien remplis. Le type de construction vient ensuite.

La plus compliquée construction du monde ne compensera pas un duvet de mauvaise qualité.


did.


23 septembre 2006 à 09:23:26
Réponse #19

Pierre


Salut,

Salut,  :)

Est-ce que c'est plus clair comme ça ?



did. 

Oui mais en plus grand pour mes vieux yeux, ca serait encore mieux    ;)

Pierre


23 septembre 2006 à 14:54:11
Réponse #20

Kilbith


Tes désirs sont des ordres  ;D


did

23 septembre 2006 à 17:46:16
Réponse #21

Pierre


Merci, là c'est clair :cyborg:

Pierre

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité