Nos Partenaires

Auteur Sujet: Au loup !  (Lu 1719 fois)

13 décembre 2009 à 15:43:35
Lu 1719 fois

legrottologue


Bonjour à tous et à toutes,

Je voulais juste pousser un gros coup de gueule par rapport à un sujet qui me fait toujours autant sortir de mes gonds.

Entends-on nous bien ! J'aime à savoir et à voir vivre des hommes du fruit de la Nature et ce, avec intelligence. J'aime voir mes congénères humains évoluer avec la Nature et en tirer leur subsistance. Je regrette que certains ne puissent pas en retirer plus d'avantages  et en vivre beaucoup plus dignement.

En revanche, je suis las et profondément écoeuré de voir, pour des raisons mercantiles des personnes (une minorité) jouer les victimes pour toucher des indemnisations.
Je m'explique : Depuis que l'Etat c'est engagé à dédommager les pasteurs de nos montagnes pour les pertes subis à causes des loups, celles ci n'ont fait qu'augmenter. Je suis évidement entièrement d'accord pour cette rétribution, Là n'est pas le problème.  Le soucis est que lorsque l'on fouille un peu on se rend vite compte que la plupart des attaques proviennent de chiens sauvages ou en libertés. Du coups, de nombreuses attaques passent pour des pertes occasionnées par les loups alors qu'il n'en est rien. Si c'était que de payer les bergers je vous dirais tant mieux pour eux ! Mais lorsque l'on commence à flinguer du loup alors qu'il n'y est pour rien (faible impact sur l'environnement et l'économie), je me pose des questions.

Je pense que certains vétérinaires doivent, par complaisance, délivrer des certificats qui ne sont pas authentiques.

Ce qui finit de me foutre en l'air c'est de voir que le gars qui aurait dû être avec son troupeau travaille au black comme maçon. C'est malheureux, triste, oui bien triste, qu'à l'heure actuelle on ne puisse vivre dignement de sa passion car il faut l'être, passionné, pour vivre de ce métier, de s'y consacrer corps et âme.

Non, l'homme n'est pas un loup pour l'homme comme le dit l'adage, il est surtout un nuisible pour l'ensemble et ses semblables.

Sur ce Forum je sais qu'il y a beaucoup de gens compétents, ayant des professions en rapport avec la nature.  Je pense qu'il serait chouette d'utiliser mon coup de gueule pour qu'ils s'expriment sur la réintroduction des animaux éteins sur notre territoire (ours, loups, ...). les conséquences sur le biotope, l'environnement socio-économique et ce genre de chose. Si vous voulez nous  faire part de vos réflexions, de vos travaux ou autres, ce serait vraiment constructif.

Je voulais juste rappeler une chose. Les voitures et autres véhicules autotractés ont tués, tuent et tueront encore bien plus de moutons au cours des transhumances que bien des "prédateurs".

Il va se passer quoi le jour ou on devra indemniser tous les moutons morts sur la route (je ne sais pas si les éleveurs sont assurés pour ça) ? on va voir les statistiques monter en flèche ? interdire les voitures ou les transhumances ? jeter les moutons (ovins ou caprins) malades encore en vie  dans le ravin pour faire croire à un accrochage ?

Rémunérer et indemniser, oui, évidemment.  Mais par pitié, avec justesse et droiture

fin du coup de gueule !

13 décembre 2009 à 16:12:01
Réponse #1

jeanluc


je partage en grande partie ton point de vue,du reste,en Espagne ou en Italie,il ne semble pas y avoir ni polémique ni problème majeur de cohabitation,sauf erreur de ma part :'(

13 décembre 2009 à 19:05:48
Réponse #2

thorgaal


Mon ptit avis de jeune berger, pro-loup, pro-ours, pro-lynx, mais anti-bagnoles!

Je pense que le métier de berger se justifie en grande partie par la présence de prédateurs... en bref, pas de berger sans loups!
Tenir le loup ou l'ours à l'écart du troupeau par sa propre vigilance et celle des chiens devrait être une fierté, pas une source de haine et de conflits!
Le retour du loup est l'occasion rêvée pour redonner un sens à ce métier magnifique que les productivistes ont voulu supprimer.
Je suis d'accord pour dire que l'indemnisation est non-sens (sans parler des abus), ça revient à rémunérer l'échec du berger au même niveau que sa réussite... mais peut-être qu'il faudrait justement rémunérer mieux cette réussite quand le risque est grand.

Je suis convaincu que tous les grands prédateurs, homme y compris, auraient sans problèmes leur place dans la nature en France, si seulement la nature elle-même avait plus de place pour les accueillir tous!

13 décembre 2009 à 19:36:43
Réponse #3

jeanluc


j'aime beaucoup ta réponse Thorgaal,un berger, comme quiconque,devrait pouvoir vivre en toute fierté de son travail,et vivre son travail avec fierté

13 décembre 2009 à 19:50:33
Réponse #4

Wapiti


Bonsoir thorgaal

Approche très philosophique de tes temporains.

Hélas, notre société rétribue l'échec en faisant croire à des imbéciles que ce sont des génies. Elle met à l'amende   carbone l'automobiliste, mais ne récompense pas celui qui fait le choix de ne pas avoir de véhicule à moteur.

De même, certains salaires astronomiques sans danger réel pour celui qui en bénéficie, contre l'aumône consentie à ceux qui risquent leur vie.

La pseudo compétition des animaux prédateurs face à l'homme qui éradique une espèce concurrente et ses proies qui elles s'auto-régulent mutuellement. Résultat plus d'oiseaux dans le cerisier, mais plus de fruits non plus, bouffés par les vers.

La loi de la nature dit que quand une espèce disparaît une autre prend sa place dans la chaîne alimentaire. Avec l'homme c'est faux, le sanglier prolifère, dans certaines régions d'autres ongulés sauvages, l'homme doit organiser des battues pour en limiter le nombre, lui même s'insurge qu'on tue ces bêtes qui n'y sont pour rien. Faut-il tuer l'homme pour diminuer sa pression sur la nature ?

Oui, c'est vrai l'humain court lui-même à sa propre perte.

Quand au loup, l'exemple le plus parlant est celui de l'Amérique du Nord, sa population s'est vue extrêmement réduite en quelques que lieux, le coyote prit sa place. Moins timide que son cousin, il est en train de coloniser les villes et presque toutes les régions avec les problèmes afférents pour les gens et les animaux. Aujourd'hui on est obligé de réintroduire le loup pour tenter de rééquilibrer les populations.

La France est un des rares pays où la cohabitation avec le loup, le lynx et l'ours pose autant de problème, la cupidité en est la principale cause.

Bonne continuation de pâtre.

Amitiés.

À +


13 décembre 2009 à 21:09:45
Réponse #5

Outdoorsman


Salut legrottologue,
sache d'abord qu'on a déjà abordé le retour du loup ici : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,19706.0.html

Je m'explique : Depuis que l'Etat c'est engagé à dédommager les pasteurs de nos montagnes pour les pertes subis à causes des loups, celles ci n'ont fait qu'augmenter. Je suis évidement entièrement d'accord pour cette rétribution, Là n'est pas le problème.  Le soucis est que lorsque l'on fouille un peu on se rend vite compte que la plupart des attaques proviennent de chiens sauvages ou en libertés. Du coups, de nombreuses attaques passent pour des pertes occasionnées par les loups alors qu'il n'en est rien.

J'aimerai savoir sur quelles informations tu t'appuies pour affirmer de telles choses.
J'ai fait partie pendant 2 ans d'une commission préfectorale chargée de décider des indemnisations, je n'ai jamais constaté de tels abus. Il est par contre vrai qu'en cas de doute sur l'attaque et si on savait que le loup trainait dans le coin, on faisait bénéficier le doute à l'éleveur. Rien de plus.

Je pense que certains vétérinaires doivent, par complaisance, délivrer des certificats qui ne sont pas authentiques.

Les vétérinaires n'ont rien à voir dans cette histoire. Les constations de dégats sont faites par des agents assermentés (ONCFS, ONF, Gardes de PN ou de RN) ayant reçus une formation spécifique sur les grands prédateurs.

Ce qui finit de me foutre en l'air c'est de voir que le gars qui aurait dû être avec son troupeau travaille au black comme maçon.

C'est vrai que les éleveurs, voire les bergers ont souvent une double voire triple activité. Mais là, je pense que ce n'est pas eu qu'il faut blâmer. L'élevage du mouton est peu rentable et ils sont souvent contraints d'être pluri-actifs. Personnellement, je milite pour labelliser le mouton élever en zone à loup. C'est un gage de qualité par rapport à ceux élever hors sol en Nouvelle Zélande ou en Australie. Après, c'est comme le bio : c'est le consommateur qui fera la différence.

Pour finir, je dirais que le problème du loup est un faut débat pour les éleveurs. En réalité, ils sont dans une filière très tendue économiquement et que le loup est :
1/ la goutte d'eau qui fait déborder le vase
2/ un ennemi que l'on peut désigner et contre lequel on peut se battre contrairement au problème de la mondialisation ou de la pression des grands distributeurs.

Enfin, si on veut faire avancer la cause du loup, je pense qu'opposer éleveurs et pro-loup est contre productif car chacun campe sur ses positions voire les radicalise. Comprendre les problèmes des éleveurs et les aider à trouver des solutions me parait nettement plus profitable au loup.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

13 décembre 2009 à 21:14:45
Réponse #6

floproteus


Citer
Tenir le loup ou l'ours à l'écart du troupeau par sa propre vigilance et celle des chiens devrait être une fierté, pas une source de haine et de conflits!
> Tout est dit... Un homme selon mon coeur !  :love: :love: :love:
<<<  cliquez ici ;) !

13 décembre 2009 à 21:24:23
Réponse #7

DavidManise


Thorgaal : total respect, tu viens de me faire prendre conscience d'une chose toute simple, que la plupart des bergers que je connais ont oubliée depuis des décennies... 

Cher Grottologue, je pense que comme sujet bien merdique, t'aurais pas pu trouver mieux.  Je connais plein de bergers qui sont pro-loup...  et je pense que le gros problème à la base, c'est que c'est pas hyper payant d'être berger de nos jours, même si on bosse beaucoup et bien.  Le loup c'est la cerise sur le gâteau...

Ne colportons pas bêtement des conneries sur les bergers, ils ne méritent pas tout ça, loin de là.

Je bloque ce fil, dont il ne sortira rien de bon à part des prises de tête et des montées dans les tours.

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité