Nos Partenaires

Auteur Sujet: Perdu lors d'une cueillette de champignons...  (Lu 3988 fois)

18 novembre 2009 à 03:52:13
Lu 3988 fois

tbird


Bon, j'ai hésité en SAR et Feu de camp...  ;D

Ce matin comme je le fait régulièrement, perception du sac a dos et direction les chemins et au bout a trois ou quatre kilomètres la forêt domaniale et ses 1200 hectare de verdure...
Deux ou trois heures de crapahutage avec des ondées passagère et une pose casse croute au couvert protecteur d'un chêne centenaire plus tard, je prend le chemin du retour.
Arrivé a l'orée du bois, près d'une maison forestière, je vois un petit monsieur qui fait les cent pas. Au moment ou je m'apprête a le saluer il m'anticipe et me demande si je n'ai pas croisé un autre monsieur ? n'aillant vue personne depuis le matin je lui demande quelque renseignements supplémentaire.

Ce brave homme est venu avec un copain ramasser des champignons, retraité, ils habitent tous deux a une porte au Nord / Est de la capitale (60 km).
C'est la première fois qu'ils viennent dans cette forêt. Arrivé vers 10h30 ils s'engagent dans les bois, bien que partant un peu chacun de leur coté, ils restent a porté de voie.
11h00 son collègue ne répond plus a ses appels, il revient sur ses pas et commence a s'inquiéter. 11h30 il retourne a la voiture, laisse un mots sur place et par avec la voiture dix minutes pour aller voir sur les parkings de l'autre coté de la forêt et revient a son point de départ.

Je suis arrivé a 13h30, voila déjà deux heures que l'autre est paumé avec sa b!te et son couteau (à champignons  ;D), il me fait voir le mots, un bout de papier grand comme un Post-it accroché a un bout de ferraille qui dépasse d'un crassier en bord de national, TOTALEMENT INVISIBLE !!!

Au sujet du disparu, 70 ans, apriori pas de probleme de santé (cœur, diabète...) connu, alerte et une bonne habitude de la marche en ville. Mais il n'a pas de téléphone portable (le gars qui est avec moi en a un, mais n'a pas pensé a lui communiqué le numéro au cas ou), c'est un copain de pétanque il ne connais pas son nom, pour eux c'est juste "Popeye", il ne connais pas son adresse et n'est même pas sur qu'il est un téléphone fixe.

L'idée nous effleure que perdu, il a peut être fait du stop jusqu'à une gare a quelques kilomètres et est en route pour chez lui, mais ils s'étaient bien mis d'accord qu'en cas de probleme c'était rendez-vous a la maison forestière.

J'ai encore deux heures devant moi, en bon Humain et n'aillant pas cœur a laisser se pauvre homme dans sa mouise, je lui propose qu'il reste a coté de la voiture et que j'aille faire un tour dans le bois. Nous échangeons nos numéros de GSM, j'attrape mes jumelles dans le sac et en route mauvaise troupe.
14h00 prise de contact, rien ni pour l'un, ni pour l'autre. 14h30 ça fait trois heures sans nouvelle, si il a eu un malaise ou une cheville cassé et qu'il s'est épuise a gueuler, ça craint.
j'appelle l'acolyte, lui donne le numéro de la gendarmerie du secteur que j'avais dans le répertoire de mon téléphone et lui explique qu'il est nécessaire de signaler les faits.

15h30 J'ai du faire six ou sept bornes de forêt au pas de charge, je revient au point de départ, les gendarmes viennent d'arriver, ils sont deux, un gendarme et une gendarmette. Je passe les détails de la prise de contact, Je sort ma carte et leurs montrent le parcourt que j'ai déjà effectué, devant la situation ils appellent une autre patrouille en renfort qui arrive rapidement, quatre unités de plus. Voyant que j'ai une bonne connaissance de ce lieux, ils me propose de venir avec eux pour la "battu", je passe quelques coup de fil pour me libérer du temps et c'est parti.
16h15 la clarté commence a diminuer rapidement, nous partons du dernier point ou la personne a été vue, nous somme donc huit, espacé d'une quinzaines de mètres.
16h45 retour au véhicules, un OPJ est arrivé avec un collègue supplémentaire. L'idée qu'il est pu rentrer chez lui par ses propre moyen refait surface. Le brave monsieur essai désespérément de joindre sa femme qui elle, sais ou habite "Popeye", Mais ça sonne occupé depuis plusieurs heures :glare:
La gendarmerie prend contact avec leurs collègues de la ville ou réside les deux personnes, pour qu'il passe chez l'épouse de l'un, pour qu'elle les conduisent jusqu'à chez l'autre.
Pendant ce temps l'OPJ prévient le Capitaine de gendarmerie pour qu'il ouvre au prés du parquet une enquête pour disparition, avec quand même comme réserve les vérifications qui sont en cour au domicile du disparu. dans la foulé il prend contact avec la brigade départemental pour qu'il envoi une équipe cynophile.
17h30 la nuit est bien tombé et tous le monde sort les torches et les frontales pour repartir dans le bois. Je laisse ma carte du terrain et mon numéro de téléphone au Lieutenant et prend congé de tous ce petit monde, j'ai encore quatre bornes pour rentrer, moi ! (et des enfants chez la voisine, surtout)

17h40 un coup de fil du Lieutenant, ce pauvre clampin était chez lui depuis bien longtemps !!! il a juste dit a la Police "Ben, quand on est perdu, on rentre par ses propres moyen"

J'espère que je ne vais pas avoir le droit au :popcorn:, en faite j'ai fait ce post "fleuve" pour souligner deux chose.

 :down: La c*n*erie des un, partir a l'aveuglette dans une forêt que l'on connais pas, ne pas avoir de moyen de communication, de ne pas connaitre de son binôme plus que sont surnom et quand on se dit "en cas de lézard, rendez-vous a telle endroit" on y va et on y reste.

 :up: Le dévouement des autres, on connais bien souvent de la maréchaussée que la répression routière,  j'ai pu découvrir une autre facette et de l'intérieur, du personnel avec un but, retrouver ce brave homme paumé et mettre en œuvre des moyens pour parer au pire au cas où, sans perdre de temps.

A+ Tbi...

Et une petit photo souvenir pourave prise en loussdé avec le portable  ;D

18 novembre 2009 à 07:02:45
Réponse #1

DavidManise


Vaut mieux tout faire pour rien, que rien faire pour tout ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

18 novembre 2009 à 08:22:11
Réponse #2

attila82


Et tant qu'il y aura des gens avec un coeur gros comme CA pour aider les autres, on se dit que tout n'est pas perdu pour l'humanité... Bravo Tbird et merci les képis :doubleup:
@+, Pat...

18 novembre 2009 à 09:47:39
Réponse #3

Lynx


Cette histoire souligne surtout l'importance de la société civile dans ce type de recherches, à mon avis trop négligée. J'en avait touché un mot la http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,7782.0.html.

Notre rôle en tant que pratiquants de la verte sauvage est aussi de prêter main forte a nos semblables...et ce d'autant plus que nous nous intéressons à la survie de nous mais également des autres!
Je ressent toujours une certaine frustration à ne pas être davantage sollicité lors de recherches... en général on sort les uniformes et tout ce qui va avec qui sont mobilisés sans utiliser les compétences locales (sauf témoin genre Tbird capable de faire le sanglier et le tour des bois en moins de temps qu'il n'en faut pour que le proc fasse ses papiers... :camo:).Et d'ailleurs comment le feraient ils puisqu'ils ne disposent d'aucun outil pour mobiliser ces forces dormantes...


   
Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

18 novembre 2009 à 10:32:01
Réponse #4

Leif


 :up:

super intervention et vraiment tout est bien respecté.

le plus dur a faire c'est "que va faire l'autre".

tu as bien pensé a tous , bien joué.

bien pense de verrouiller les espaces visités avec ta carte, cela permet de tous faire.

il est donc interressant de checker des etapes lors d'une disparition d'une personne inconnue:

-prevenir les secours , tant qu'a faire le plus tot possible

-qui est ce?(recuperer leplus d'info possible)

-verifier l'adresse et les amis, on s'aperçoit souvent qu'une personne connait souvent une autre et hop on remonte la piste.

-former une equipe

-verifier que tous le monde a de quoi s'orienter

-se mettre en contact, radio, tel portable, montre a la meme heure

-mettre au point un check point

--quadriller les lieux

si vous voyez autre choses allez y , les recherches de personnes m'ont toujours intéressé, sauf les enfants car t'espère juste pas être le premier a le retrouver :'(




18 novembre 2009 à 11:01:55
Réponse #5

Arvernos


Bonjour Tbird :)
belle histoire, très édifiante, sur le fossé entre le sens des responsabilités de certains humains, et l'inconscience irresponsable de certains autres.
« Modifié: 18 novembre 2009 à 12:40:35 par Arvernos »
Se mettre en évidence est à la portée du premier venu. Mais il faut beaucoup de talent pour passer inaperçu.
                                            Robert Heinlein, Double Etoile

Il n'y a guère d'homme assez habile pour connaître tout le mal qu'il fait.
                                                                  François de La Rochefoucauld

18 novembre 2009 à 11:27:49
Réponse #6

attila82


Seule réponse : Et voila...
Que dire d'autre, à part, prenez soin les uns des autres...
@+, Pat...

18 novembre 2009 à 12:12:01
Réponse #7

Outdoorsman


Expérience intéressante qui je pense à toute sa place ici.

Comme Lynx, je regrette aussi que les autorités ne fassent pas plus appel à la société civile. Même en temps qu'accompagnateur en montagne, nous sommes rarement sollicités, sauf si on est déjà sur place (et notamment pour des recherches en avalanche).

Cependant, je comprends aussi que la maréchaussée n'a pas envie de se retrouver avec des boulets qui feraient de sale boulot et derrières lesquels il faudrait repasser.

Se pose alors la question de création d'un fichier de personnes ressources à contacter en cas de besoin. J'ai vu que ce type d'aide aux autorités faisait parti des statuts du CEETS : "D'assister les pouvoirs publics locaux de toutes les manières jugées souhaitables par ceux-ci et ce dans le cadre de nos champs de compétence, soit via la formation, soit en mettant des membres compétents de notre association à la disposition des pouvoirs publics (formation, assistance à la recherche de personnes en montagne ou forêt, secourisme, etc.)"

Est-ce déjà arrivé que les pouvoirs publics fassent appel au CEETS ?
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

19 novembre 2009 à 12:32:10
Réponse #8

tbird


@ Lynx je regarde tes ressente interventions sur le sujet, très intéressant.

Cependant, je comprends aussi que la maréchaussée n'a pas envie de se retrouver avec des boulets qui feraient de sale boulot et derrières lesquels il faudrait repasser.

Il y avait deux réserviste avec nous, l'un deux c'est pris une ronflé, car il n'était pas capable de respecter les consignes de progression de la battu. Alors imaginez leurs réticence a faire appel au civiles. Mais l'accès a du personnel civile fiable en renfort est un plus indéniable... comment séparer le bon grain de l'ivraie ?

Se pose alors la question de création d'un fichier de personnes ressources à contacter en cas de besoin. J'ai vu que ce type d'aide aux autorités faisait parti des statuts du CEETS : "D'assister les pouvoirs publics locaux de toutes les manières jugées souhaitables par ceux-ci et ce dans le cadre de nos champs de compétence, soit via la formation, soit en mettant des membres compétents de notre association à la disposition des pouvoirs publics (formation, assistance à la recherche de personnes en montagne ou forêt, secourisme, etc.)"

Paris ne c'est pas fait en un jour. Je ne doute pas un seul instant de la sincérité de cette "Profession de foi". Déjà, le bureau s'évertue a garder une certaine homogénéité dans la qualité des membres (en faite cette remarque est plutôt destiné au forum VS&S et ses Shaman, mais pour moi c'est un peu le vivier du CEETS), mais ce n'est pas cinq ou six personnes qui vont faire bouger les choses. C'est seulement avec l'enthousiasme et l'implication des adhérents que ça peut avancer.
Une assoc reconnu et bien géré peut être très influente, il ne me semble pas illusoire qu'il y ai un jour dans les SDIS et dans les Gendarmeries une liste des personnes de la région formé par le CEETS et pouvant agir en qualité de conseille ou de main d'œuvre. Mais pour ça, il y a du boulot !!!

Pour ma part, a l'heure actuel, ce que je voudrais bien, c'est débrifer "Popeye", je me demande quels ont été les réflexions qui l'on amené a partir, sont êtas d'esprit (peur, angoisse, rien a cirer de son pote...) et sont cheminement pour parcourir les 60 km qui le séparait de chez lui, avait il de l'argent sur lui ? Enfin autant de question au quelles je ne désespère pas d'avoir une réponse.

A+ Tbi...

19 novembre 2009 à 13:41:44
Réponse #9

onc roger


Très interressant !  :up:
Il y a sans doute plusieurs erreurs de base mais comme tu le souligne  "quand on se dit "en cas de lézard, rendez-vous a telle endroit" on y va et on y reste."

Parce que honnêtement à la place de Popeye : En imaginant que tu te paumes un peu et que tu finisses par arriver au parking pour voir  que la voiture n'est plus là ... Tu te dis que l'autre (que tu ne connais pas bien) est un %@## qui n'a pas tenu la consigne et tu te débrouilles pour rentrer par tes propres moyens en te jurant de ne plus lui adresser la parole non ?

Bon après on ne sait effectivement pas ce qui c'est réellement passé et un debriefing comme tu dis serait intéressant. Tu n'as pas les coordonnées du type pour lui demander ?

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité