Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le couteau de Back-Up  (Lu 24179 fois)

04 juillet 2013 à 11:29:48
Réponse #75

Ulf


Citer
Comme je le disais: chacun fait comme il veut/peu, c'est juste une question de stratégie et de compétences.

Bein...
 
Un mec qui va faire de la randonnée sportive n'aura ni les mêmes besoins ni surtout les mêmes centres d’intérêt qu'un type qui va camper en mode préhistorique ou un simple bushcrafteux.


Mode coup de gueule /on

Le truc que je n'apprécie vraiment pas, c'est les vannes que les gens se lancent d'un groupe de pratiquants à un autre, chacun considérant SA pratique comme le summum du genre humain (et dénigrant l'autre au passage). 

Si certains se débrouillent avec une lame de rasoir, des sachets lyo et des tentes doubles paroi, très bien pour eux. Tant qu'ils ne se mettent pas en danger à la limite, ça ne me regarde pas. (J'aurai tendance à conseiller un opinel à 50g en plus mais bon...)  Mais ce n'est pas ma pratique et je n'apprécie pas de me faire traiter de "survivor" au titre que j'éprouve plus de plaisir à construire mon abri plutôt que déployer une tente, que je m'intéresse plus à cuisiner des chaussons aux herbes plutôt qu'ouvrir un sachet lyo et que je préfère rester plusieurs jours sur place, à observer la nature plutôt que faire de la grande randonnée sportive. Et enfin, c'est mon problème si je préfère trimballer des outils (dont des couteaux) pour un total dépassant le kilo.

D'accord si un jour je souhaitais bivouaquer pour assister à un lever de soleil en haut d'une montagne, je changerai ma configuration de sac à dos.

Mais pitié, ne vous traitez pas de tous les noms d'oiseaux, certains lecteurs peuvent prendre pour eux des mots désobligeants. C'est énervant à la fin. 

04 juillet 2013 à 12:26:22
Réponse #76

Diesel


Plus sérieusement, il me semble plus que nécessaire de relativiser un peu  (beaucoup) le couteau.

Il y a des choses bien plus importantes, pour ne pas dire vitales.
Qouâ ? Hérétique ! Qu'on le pende, le lapide, le découpe en petit morceau et qu'on le fasse frire !  ;D

J'adore les discussions sur les couteaux, c'est sans fin. Et c'est encore plus drôle quand on se relit plusieurs années après. :lol:

04 juillet 2013 à 12:34:53
Réponse #77

Frapa


Et oui on a tous notre vision des sorties natures et on trouve pas tous notre plaisir au même endroit.
Pour moi pas de besoin vital à priori de mon couteau, jusqu'à il y a peu de temps je n'avais d'ailleurs pas de couteau de camp mais une serpe, parce que l'une des activités qui me plait c'est de tracer tout droit à travers le maquis, depuis je tente de remplacer ma serpe par un couteau de camp et les premières sorties se sont bien passées, j'ai apprécié.
Donc comme j'utilise un couteau le sujet sur le back-up m'intéresse, avoir des avis d'autres pratiquants avec plus d'expériences et/ou plus d'inquiétudes c'est bon pour la préparation, mais c'est évident que si je n'avais pas l'utilité d'un couteau je n'en aurai pas (sauf un petit pour le casse-croute) et encore moins un second !
Sinon comme Ulf, pas besoin de dénigrer les autres pratiques pour défendre la notre, chacun son plaisir.
Et malheureusement comme le dit Hurgoz, on en revient petit à petit avec le back-up au même débat qu'avec le couteau, donc sujet sans fin.
Mais bon, pour moi, le sujet aura pas été inutile et comme je l'ai déjà dis, je vais changer mon couteau de repas, donc merci à ceux qui ont fait avancer la discussion.
"La guerre qui développe les forces du corps, retrempe en même temps l'âme, mais souvent aussi elle l'endurcit.
Nous lui devons une grande partie de nos vertus et quelques uns de nos vices"
P.Paoli 18ème siècle

04 juillet 2013 à 12:44:02
Réponse #78

Bison


Citation de: Ulf
je n'apprécie pas de me faire traiter de "survivor" au titre que j'éprouve plus de plaisir à construire mon abri plutôt que déployer une tente, que je m'intéresse plus à cuisiner des chaussons aux herbes plutôt qu'ouvrir un sachet lyo et que je préfère rester plusieurs jours sur place, à observer la nature plutôt que faire de la grande randonnée sportive.

En fait, ce que tu décris, c'est une pratique de scoutisme, tout simplement.
Pratique qui touche à pas mal de choses, dont la survie :  "Be prepared", tel était en effet le mot d'ordre de Baden Powell.
Mais le terme de boy-scout est souvent lui-même connoté "peu glorieusement"  :(

N'est-ce pas aussi une pratique qui, depuis bientôt 300 ans, a fait rêver des centaines de millions de lecteurs de Daniel Defoe (Robinson Crusoé), et qui a inspiré quelques film "de survie" particulièrement réussis ?

Il ne faut donc pas s'étonner que l'on y colle une étiquette évoquant la pratique de la survie ... et donc pas trop s'en offusquer.

Perso, je fais partie de ces centristes que l'on appelle "mulvivor", un pied dans chaque monde. J'ai fait ma part de buschcraft (et de survie) dans ma jeunesse, l'environnement s'y prêtant sans restriction, et aujourd'hui je fais de la rando itinérante raisonnablement légère, plus intéressé par la "découverte" que par la performance sportive. Tellement peu d'occasions de buschcrafter que je laisse désormais ma machette dans la voiture.

Pour en revenir à nos coûteaux ...

J'en porte deux :  mon SAK de tous les jours, bien équipé pour le petit bricolage, et un fixe plus conséquent pour les rares fois ou je peux avoir à couper du bois pour le plaisir de faire un feu.

L'un est de toute façon le back-up dégradé de l'autre.
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

04 juillet 2013 à 13:05:06
Réponse #79

Kilbith


Salut,

Tout est question de contexte.

- En randonnée type GR en France, un couteau sert au mieux à saucissonner ou a découper un sparadrap. L'Opinel est plus que suffisant.

- A la chasse, ou si on doit vivre à partir des ressources du terrain, sans couteau on est vite démuni et ridicule. A la chasse en dehors de l'Europe : ce n'est même pas imaginable.

- En voyage/trek de type "forêt boréale" les outils coupants retrouvent leur intérêt, encore plus en hiver.

Le fait est que le couteau fixe c'est l'outil de base de l'hominidé depuis des centaines de milliers d'années. Si on est amené à évoluer dans des conditions locales ou on se retrouve dans un contexte antérieur au néolithique (accident, isolement, catastrophe...) c'est l'outil incontournable. C'est le plus polyvalent, le plus robuste, le plus compacte....c'est l’outil ayant permis tout le reste.

Est ce que je prends un couteau pour une randonnée sportive en montagne? Pas toujours. Est-ce que je prends un couteau pour la chasse? Non, j'en prends plusieurs. 
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

04 juillet 2013 à 13:10:53
Réponse #80

Ulf


Citer
Et malheureusement comme le dit Hurgoz, on en revient petit à petit avec le back-up au même débat qu'avec le couteau, donc sujet sans fin.

 :up:

Sans faire de la psychologie de comptoir*, vous ne trouvez pas étonnant que le couteau soit un sujet aussi prolifique ? J'essaye de prendre du recul, faire de l'introspection car moi aussi ça me titille.

Je suis persuadé que la théorie facile du substitut phallique (pour rester poli) n'est pas l'unique explication. Il doit y avoir une autre symbolique... Il le faut...   ;#

Bon sans déconner. Prenez un 2e couteau si vous le voulez. Le principal étant d'en avoir au moins UN, peu importe lequel pourvu qu'il vous convienne et convienne à votre activité.

A la limite, on pourrait faire en wiki des tableaux de configurations de lames en fonction de l'activité (ex du bushcraft: mora + hache + scie ou izula + gros camp/machette etc.) . A chacun de s'en inspirer. Je vois pas l’intérêt de gloser plus.

SAUF SAUF SAUF créer des sujets sur les prises en main et les gestes pour éviter de se blesser / abattre plus vite les tâches. ça oui j'aimerai voir ça.

*enfin, si, on est en plein dedans en fait =)

04 juillet 2013 à 13:15:42
Réponse #81

Frapa



Sans faire de la psychologie de comptoir*,

Que celui qui ne se sent pas bien au comptoir me jette la première bière !  ;#
"La guerre qui développe les forces du corps, retrempe en même temps l'âme, mais souvent aussi elle l'endurcit.
Nous lui devons une grande partie de nos vertus et quelques uns de nos vices"
P.Paoli 18ème siècle

04 juillet 2013 à 15:56:14
Réponse #82

Pierrot


Qouâ ? Hérétique ! Qu'on le pende, le lapide, le découpe en petit morceau et qu'on le fasse frire !  ;D

J'adore les discussions sur les couteaux, c'est sans fin. Et c'est encore plus drôle quand on se relit plusieurs années après. :lol:

Ho la la , le sujet a même fais sortir le pingouin de sa retraite, il faut que ça soit vraiment sérieux, alors.

 :lol:

04 juillet 2013 à 15:59:33
Réponse #83

Hurgoz


Ho la la , le sujet a même fais sortir le pingouin de sa retraite, il faut que ça soit vraiment sérieux, alors.

 :lol:

Et voilà: encore à se lancer des noms d'oiseaux  :lol:
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

06 juillet 2013 à 21:10:15
Réponse #84

Lemuel


En rando le couteau me sert globalement à suppléer à ce que plein d'objet spécialisés font mieux et que j'emporte (genre un abri et un duvet).
A ce titre, le couteau EST mon backup.

Mon couteau de back-up serait donc un back-up de back-up et là franchement…  ::)
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

06 juillet 2013 à 21:13:25
Réponse #85

Gros Calou


En rando le couteau me sert globalement à suppléer à ce que plein d'objet spécialisés font mieux et que j'emporte (genre un abri et un duvet).
A ce titre, le couteau EST mon backup.

D'accord avec Julien  ;)

Mon couteau de back-up serait donc un back-up de back-up et là franchement…  ::)

En ce moment j'ai pas la lumière dans toutes les pièces Gnéééé !  :blink: ^-^ :blink: :blink:
Tu m'a embrouillé là  ;#

06 juillet 2013 à 23:36:06
Réponse #86

Auto


Yep, je suis d'accord avec Lemuel et Pierrot!

Perso, je pense qu'a 90% du temps, l'utilisation du couteau dans nos sorties est volontaire et non nécessaire. On aurait pu se passer de couteau, mais on voulait l'utiliser.
Sans vouloir trop m'avancer, je pense même que la raison de certain pour faire un feu ou bushcrafter, c'est peut-être juste d'utiliser leur couteau, le produit final étant secondaire.. (Je parle en connaissance de cause)
Aujourd'hui, j'ai que des couteaux simples et normaux, qui coutent rien. Et si, au grand drâme, j'oublie mon couteau habituel chez moi, bah j'affute un couteau d'office ou une m*rde qui traîne par la et je me concentre sur mon projet et ma technique.Et ptain, qu'est-ce qu'on vit bien quand on se détache de ces conneries  ;#

07 juillet 2013 à 00:01:00
Réponse #87

Hurgoz


En rando le couteau me sert globalement à suppléer à ce que plein d'objet spécialisés font mieux et que j'emporte (genre un abri et un duvet).


Alors dans le principe, tu n'as pas tord, mais comme le soulignait Phil, quand tu attaques la haute montagne, tu peux vouloir te confectionner un abris, ou faire un feu avec ta lame, il va juste te manquer le bois....(après c'est peut être un peu réducteur, mais les coins où j'ai posé les pattes au dessus des 1700/2000m n'en regorgeaient pas)
Donc il y a bien une notion de lieu dans cette histoire ;)

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

07 juillet 2013 à 02:12:36
Réponse #88

Lemuel


Ben c'est simple, en rando en montagne haute j'ai pas de couteau en back up. J'ai un sursac de back up par exemple.
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

07 juillet 2013 à 12:12:43
Réponse #89

adi06


je voudrais que l'on clarifie un peu les choses. Parce que, à tort peut-être, en lisant les derniers posts j'en déduis que le couteau n'est qu'un accessoire secondaire voir futile
c'est quand c'est impossible que tout devient possible

07 juillet 2013 à 12:23:22
Réponse #90

Al Bundy


je voudrais que l'on clarifie un peu les choses. Parce que, à tort peut-être, en lisant les derniers posts j'en déduis que le couteau n'est qu'un accessoire secondaire voir futile

Pose toi simplement la question; Que fais tu TOI avec ton/tes couteau(x)? Est il tellement important qu'il serait envisageable d'en emporter un deuxième de secours?

Lemuel a parfaitement exprimé ce que j'essayais d'expliquer;
En rando le couteau me sert globalement à suppléer à ce que plein d'objet spécialisés font mieux et que j'emporte (genre un abri et un duvet).
A ce titre, le couteau EST mon backup.

Mon couteau de back-up serait donc un back-up de back-up et là franchement…  ::)


D’où mon post précédant: il faut des situations très spécifiques pour l'envisager
Être libre consiste dans le fait de tirer du seul exercice de notre vie le sentiment de contentement. N.G.

07 juillet 2013 à 12:38:47
Réponse #91

adi06


à titire personnel je n'en ai pas un besoin vital. Je suis juste un fana des lames (bien que paradoxalement extrêmement noob)
Mais j'imagine que pour ceux qui partent dans la verte ou en haute montagne le besoin se fait plus pressant et plus "vital"
Après je n'ai pas assez d'expérience ni de recul pour l'affirmer, mais remplis d'apriori il me semble que ça reste L'OUTIL.
Après je ne suis peut-être que le produit de la socité de conso
c'est quand c'est impossible que tout devient possible

07 juillet 2013 à 12:55:05
Réponse #92

christobal


en haute montagne le besoin se fait plus pressant et plus "vital"

En haute montagne il n'y a aucune végétation donc pas besion d'un couteau ¨surdimentionné¨, un pliant multifonction fiable est donc largement suffisant pour pallier à pratiquement toutes les situations .  ;)

07 juillet 2013 à 14:03:25
Réponse #93

Lemuel


Bon. Pour le sport.  ;)

je voudrais que l'on clarifie un peu les choses. Parce que, à tort peut-être, en lisant les derniers posts j'en déduis que le couteau n'est qu'un accessoire secondaire voir futile


Pas du tout.
Un bon couteau est un outil ultra polyvalent léger et compact.
Il peut faire beaucoup de choses dont c'est le rôle premier, spécialisées,  boucherie, sculpture, trucs de chasse, que sais-je encore.
Il peut faire beaucoup de choses utiles "par rebond" en particulier à la thermorégulation (feu, abri…) là ou d'autres items seront plus performant (sac de couchage tente).

Et puis tu as le couteau de poche genre opinel pour les lacets mouillés et le fromage.

Le couteau de Back Up.

T'as le couteau de back up spécialisé. Par exemple un boucher va avoir un couteau de back-up si son outil de travail, un couteau, donc, pète. Du coup il a peut-être un machin en rabe qui fera l'affaire en attendant. Cest du même ordre que de prendre trois sources lumineuses quand tu fais de la spéléo.

Tu as le couteau de back-up général qui va suppléer au défaut d'autres d'outils spécialisés qui ne sont pas des couteaux. Par exemple sur une rando de trois jours, t'as vu un peu juste au niveau polaire, et là ton couteau va te permettre de te faire un petit feu en renfort ;) C'est compact et léger, mais tu dois compenser le manque de spécialisation par plus de travail. C'est moins pratique que la doudoune mais ça fait l'affaire aussi.

Ce couteau pouvant être aussi ton back up du couteau de poche si tu le perds.  ;D C'est moins pratique que le couteau de poche au déjeuner mais ça fait l'affaire aussi.

Donc par "back up" on entend des trucs différents qui dépendent du contexte. C'est un peu de la branlette à définir mais c'est le sujet de l'exercice alors pourquoi pas.

C'est pour ça que je dis que dans un contexte rando le couteau EST le back up sécurité. En montagne ça ne sert pas à grand chose donc mon backup c'est autre chose (un sursac par exemple). Dans un contexte "vie sauvage", le couteau devient quasiment un outil spécialisé , qui peut éventuellement justifier l'emport d'un deuxième au cas où, mais moi j'aurais plutôt vu autre chose.
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

02 octobre 2014 à 04:17:32
Réponse #94

Sharp


Mon interprétation du backup :
c'est l'outil qui te reste quand le principal est devenu indisponible (perte, casse, manque d'entretien).

S'il n'est clairement pas indispensable en randonnée ni même en stage de survie, il le devient en cas de survie en situation dégradées avec des hostiles dans les parages. Car c'est le cas le plus probable pour se trouver dans le besoin (vol, fuite, etc...).

Cela impose de l'avoir toujours sur soi et pas en fond de sac. Ce qui induit qu'il doit être peu encombrant tant en poids qu'en taille. Données qui permettent aussi de le porter discrètement.

La plupart des couteaux de cou correspondent assez bien à ces spécificités mais aussi quelques couteaux de bottes (ceux qui ne sont pas purement des dagues comme cet Othello http://i2.guns.ru/forums/icons/forum_pictures/000545/545068.jpg

Comme c'est un va-tout, je préfère une lame un peu plus longue et plus plolyvalente à mon sens qu'un Izula. Dans une telle éventualité, j'ai opté pour un Razorback Trocar de chez Blackwack

https://www.google.fr/search?q=razorback+trocar+blackhawk&espv=2&biw=1515&bih=1055&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=qLEsVNCoF8PTaIrhgIgP&ved=0CCwQsAQ

Il peut se porter en neck ou à la ceinture, mais aussi sous l'aisselle (comme les holsters d'épaule).
« Modifié: 02 octobre 2014 à 04:42:37 par Sharp »

02 octobre 2014 à 16:30:08
Réponse #95

florent.B


Cela impose de l'avoir toujours sur soi et pas en fond de sac
Dans une telle éventualité, j'ai opté pour un Razorback Trocar de chez Blackwack
https://www.google.fr/search?q=razorback+trocar+blackhawk&espv=2&biw=1515&bih=1055&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=qLEsVNCoF8PTaIrhgIgP&ved=0CCwQsAQ

Donc en sortie tu portes ce genre de lame continuellement sur toi ???  :blink: :blink:
Je ne sais pas quel age tu as (ou quel es ton contexte socio-professionnel dans le cas où tu ne serais pas un adolescent assouvissant ses fantasmes de couteaux sur internet), mais je te déconseille fortement de porter ce genre de lame de manière visible en France. Ce forum c'est "vie sauvage et survie", pas "massacre de zombies et survie"  ;# ;#

Par ailleurs, si tu garde ton back-up sur toi... Soit tu as DEUX couteaux sur toi (Ce qui est vite lourd/encombrant), soit tu as ton principal dans ton sac. Et auquel cas, d'expérience, tu te sers de ton back-up (qui n'en est plus un) plutot que de chercher ton principal dans le sac  :down: :down:
Muere lentamente quien se transforma en esclavo del hábito
repitiendo todos los días los mismos trayectos,
quien no cambia de marca,
no se atreve a cambiar el color de su vestimenta
o bien no conversa con quien no conoce.
(Pablo Neruda)

02 octobre 2014 à 21:09:55
Réponse #96

Hurgoz


Yo,

mais je te déconseille fortement de porter ce genre de lame de manière visible en France.

Et si tu as des "hostiles" qui t'attaquent en pleine rue, comment tu fais si t'as pas un couteau planqué dans ta botte pour tous les éviscérer, hein? (second degrés, of course  ;# )

Bon, plus sérieusement, pour un usage citadin, une lame te met déjà hors-la-loi, imagine que des flics te tombent dessus et qu'ils trouvent deux, trois, quatre schlass sur toi.....tu vas leur dire que chacun est réservé à un type d'aliment différent???  :lol:

Après, de mon point de vue, un backup en outdoor, c'est forcément une lame que tu connais, que tu as déjà utilisé un certain temps, et que tu as mis de côté pour passer à autrechose: du coup, tu sais t'en servir, tu connais ces avantages/inconvénients, et si, par malheur, tu perds ta lame principale, tu as toujours un backup fiable pour continuer ton activité.

D'ailleurs, un backuo, c'est pas uniquement en situation dégradée: le premier point c'est éviter qu'une situation ne devienne dégradée. Genre: tu prévois une sortie sur trois jours, tu perds ta lame le premier, ça t"évite de devoir ou rentrer chez toi, ou faire tout ce que tu avais prévus de faire avec ton schlass, avec tes dents  ;#

Tcho

Hugo
« Modifié: 02 octobre 2014 à 21:15:12 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

03 octobre 2014 à 05:07:35
Réponse #97

Sharp


Je me cite
"il le devient en cas de survie en situation dégradées avec des hostiles dans les parages. Car c'est le cas le plus probable pour se trouver dans le besoin (vol, fuite, etc...)." J'avais cru être clair...
Je parle bien d'explosion des structures sociales quel qu'en soit la raison, situation où l'on observe la dégradation des comportements humains

Dans une telle situation, vous mettre à l'abri rapidement est la meilleure option. Mais vous pouvez être surpris justement lors d'une pause et vu l’extrême urgence, il est très vraisemblable que vous soyez contraint d'abandonner une partie de votre équipement.

Je me recite
"Dans une telle éventualité, j'ai opté pour un Razorback Trocar de chez Blackwack"
Ce qui veut dire que j'ai un Trocar prêt si une telle situation advenait, avec mon bugout. Il ne me semblait pas avoir suggéré que je me baladais en ville en temps normal avec cet engin. Mais un des principes de la survie n'est-il pas de se préparer autant que possible.

Mon propos initial était simplement de mettre en avant ce point tactique qui n'a pas été soulevé sur les pages précédentes. Mais qu'il me parait important de ne pas négliger, car la survie ce n'est pas forcément de l'outdoor dans le sens habituel de bol de plein air.

D'ailleurs puisque vous en parlez, les couteaux cités manquent un peu d'allonge pour la chasse aux zombis  ;)

Tout à fait d'accord Hurgoz, moi aussi je veux prendre soin de mes dents
"tu prévois une sortie sur trois jours, tu perds ta lame le premier"
mais couteau de rechange n'aura pas forcément les mêmes critères
que j'avais mis en avant. Bien que ce soit parfaitement possible de tomber sur
un choix comparable, pour des motivations différentes...

03 octobre 2014 à 09:23:03
Réponse #98

Hurgoz


Je suis tenté de devenir grossier là  :glare:

Bon, pour faire cour: si tu passais autant de temps à voir comment être utile à ton prochain, que de chercher à comment tu pourrais lui nuire, tu aurais moins de chance de voir les "structures sociales" exploser!  >:(
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

03 octobre 2014 à 14:23:03
Réponse #99

musher


Je me cite
"il le devient en cas de survie en situation dégradées avec des hostiles dans les parages. Car c'est le cas le plus probable pour se trouver dans le besoin (vol, fuite, etc...)." J'avais cru être clair...
Je parle bien d'explosion des structures sociales quel qu'en soit la raison, situation où l'on observe la dégradation des comportements humains.

Dans ce cas mon couteau de backup est une bonne veille kalash avec une douzaine de chargeur.

Parce que avec ton Razorback Trocar de chez Blackwack, tu vas être un peu court d'allonge face à ton voisin avec son 12 ou sa carabine 303

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité