Nos Partenaires

Auteur Sujet: Choix du matériel de survie, sécurité ou confort?  (Lu 3312 fois)

18 septembre 2006 à 13:17:32
Lu 3312 fois

Wla


Suite à la lecture de certains post dans la rubrique EDC/survie urbaine, j'ai un peu l'impression que lorsque certains montent un Kit, ils mettent un maximum d'objets dans un contenant, AU CAS OU
Je pense qu'il faudrait un  recadrer 2 choses et insister sur:

- La necessité de déterminer puis analyser les situations qui risquent de se produire (on pourrait même parler de "probabilité d'occurence")

- Savoir distinguer parmi le matériel que l'on fait suivre quel est celui qui est
 de survie, de sécurité ou de confort

J'espère que j'ai été assez clair, et aimerais avoir vos avis sur ces points.

Wladimir
Dans l'urgence, la première chose négligée est la sécurité.
Je ne suis responsable que de mes paroles, pas de leur interprétation

18 septembre 2006 à 13:33:24
Réponse #1

Diesel


Je n'ai pas D'EDC (à moins que mon couteau suisse soit un EDC à lui tout seul) mais ça me fait penser à une réflection que j'ai eu sur la MUL.
La différence qui existe entre ici et certains autres tient à un principe simple :  Si il y a 10% de chance que j'en ai besoin (le pourcentage de se retrouver dans une situation de survie est encore plus mince) je le prends.
Pour un MUL si il a 90% de ne pas en avoir besoin il ne le prend pas. Je crois que c'est surtout ça qui nous différencie.
Nous (en général) pensont que le pire peut se produire et nous en tenons compte dans notre démarche.
Ce qui n'empêche pas de faire le tri entre les trucs inutiles.  ;D

Je parle pour moi mais je ne pense pas être le seul à avoir la même approche des choses. ;)

Voilà, si je suis HS, lancez moi des tomates, [size=06pt]j'ai envie d'une soupe aux légumes ce soir.  ;D[/size]
« Modifié: 18 septembre 2006 à 14:06:35 par Diesel »

18 septembre 2006 à 14:49:17
Réponse #2

Wla


Je n'ai pas tout à fait cette vision des choses...

Si je devais prendre tous les objets supposés utiles "au cas où" à chaque fois que je sort, alors, je ne sortirai jamais sans un 38 tonnes rempli de matos (je caricature un peu...)

Prendre beaucoup de matériel ne me semble pas nécessaire à chaque fois!!

Wladimir

P.S : il suffit de relire le post de Camp intitulé "Mon kit post BOSS" dans l'ancien forum pour se faire une idée

Wladimir
Dans l'urgence, la première chose négligée est la sécurité.
Je ne suis responsable que de mes paroles, pas de leur interprétation

18 septembre 2006 à 14:49:47
Réponse #3

DavidManise


Salut :)

Moi je procède différemment. 

Je me fixe une limite à l'avance sur ce que je suis prêt à transporter "au cas où".  Que ça soit pour un EDC, un kit complet ou un BOB, peu importe, le principe reste le même.  Je fixe la limite, tant en poids qu'en encombrement (ça DOIT rentrer dans le sac X).

À partir de cette limite, et crois moi elle n'est pas très élevée, je choisis ce que je vais prendre en fonction des besoins potentiels, en fonction des critères suivants :

- possibilité / risque d'occurence
- gravité si ça se produit
- efficacité réelle de la pièce d'équipement à régler le problème pour un encombrement minimal
- etc.

Donc en gros, si j'ai une chance sur mille d'utiliser mon séchoir à cheveux à 15 vitesses et différentiel à vis sans fin, ben je ne vais pas le prendre : la possibilité pour que j'aie besoin de me sécher les cheveux est nulle, même si je restais avec les cheveux mouillés, je m'en branle, et j'ai pas envie de trimballer un truc de 15kg qui ne me servira à rien.

Bon je carricature, mais c'est pour illustrer ;)

À l'inverse, j'ai souvent besoin de m'éclairer, si je ne peux pas m'éclairer ça n'est pas mortel, mais c'est parfois chiant si je cherche un truc, etc, et j'ai une mini lampe led style photon (merci Manu) qui ne pèse rien et dont l'emcombrement est ridicule...  elle fait partie de mon kit edc.

Idem pour le Side clip, le griptilian, le briquet, le duct tape, le petit bout de paracorde (2m à la louche), la montre...  c'est à peu près tout ;)

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

18 septembre 2006 à 14:53:51
Réponse #4

Pierre


Salut Wladimir,

Je n'ai pas à proprement parler d'EDC non plus. Mes activités se passant dans des milieux souvent différents, je préfère constituer en fonction des besoins le contenu de mes "poches" ou de mon sac. Et ce contenu va de rien, au matériel de bivouac complet, en passant par de quoi tracter un autre véhicule, changer une chambre à air de VTT...

Dans la nature, j'aurais tendance à emmener un peu plus que ce dont j'ai réellement besoin et au retour je constate souvent que je suis loin d'avoir tout utilisé. A force, je raisonne plutôt en évaluant la probabilité qu'un évenement se produise et en éliminant tout ce pour laquelle elle est faible. Par exemple je ne prends rien si je fais faire un tour dans un rayon de quelque km de chez moi. Je ne prends pas de boussole si je vais dans un coin de forêt que je connais et qu'il fait beau, je ne prends pas de vêtement de pluie si le temps et beau et que je ne pars que une ou deux heures ...

En revanche je n'emmene toujours, que des objets dont je suis parfaitement sur du fonctionnement et dont je maitrise l'utilisation.

Pour un milieu plus "civilisé" j'ai une sacoche dont le contenu est un peu moins variable et là j'emmene plus que nécessaire en me disant que si ca ne me sert pas à moi, je pourrai toujours dépanner quelqu'un (et cela m' est arrivé effectivement plusieurs fois: couteau, pierre à afuter, briquet, lampe, bloc et stylo, ...).  

Je constate, en me relisant, que ma réponse n'est pas aussi claire que l'est ta question et je ne suis pas sur qu'elle fasse beaucoup avancer le schmilblik mais bon je ne vais pas l'effacer maintenant  ;)

A+
Pierre

18 septembre 2006 à 16:11:56
Réponse #5

celtik


Un kit EDC regroupe des objets qui ont un caractère utilitaire (usage régulier voir quotidien) mais aussi des objets élémentaires plus typés "survie/démerde".

Les critères principaux sont le poids et le volume, chacun doit optimiser son usage et chasser le superflu, car sinon il y  fort à parier que l'on finisse pas le laisser à la maison. Il doit être porté et/ou à disposition partout, et tout le temps.

Son contenu est donc très personnel, selon ses habitudes, son cadre de vie et après avoir listé les risques/besoins éventuels qui y sont liés.

Pierre
« Modifié: 18 septembre 2006 à 16:41:03 par celtik »
"Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l'obéissance, il assure l'ordre ; par la résistance, il assure la liberté".
    ALAIN

18 septembre 2006 à 18:56:59
Réponse #6

Frolboll


Je trimballe mon sac de 23 litres partout et je le remplis (ou non) selon les besoins. Il y a le minimum "survital" (wave, papiers et monnaie, briquet (une superbe créature te demande du feu...), ficelle, lampe, portable, clé, sifflet, foulard, adhésif) et les trucs non indispensables qui m'ont manqué un jour : "Flûte, si j'avais eu mon appareil photo !" "T'as pas un papier et un crayon ?" "Arrrghh ! Y'a pas de PQ !" "Tu peux me prêter tes jumelles ?". "Et mince, je n'ai pas de chemise de rechange..."  "Tiens un p'tit coup de barre, je croquerais bien une barre de chocolat". "Je lirais bien la suite de mon bouquin." "Aie ! J'ai un truc dans l'oeil mais je n'ai pas de miroir pour regarder"
De plus, un minimum de confort, si ce n'est pas trop pesant, c'est bon pour le moral des troupes. Et si les mômes sont de la partie, ça devient nécessaire si on ne veut pas que tout dégénère.

En ville, finalement, une carte d'identité, la carte vitale et 30 euros devraient suffire, mais mon sac vide ne tiendrait pas debout  ;)

Frol

19 septembre 2006 à 05:24:22
Réponse #7

Patrick


Afin de définir l'EDC montré dans la colonne idoine, j'ai procédé à deux analyses croisées pour opérer un ratio simple :

risques auxquels je suis potentiellment exposé dans mon milieu naturel / impératifs sociaux de transport et port (ou en clair qu'est-ce que je peux porter sans que ça n'émeuve trop autours de moi et que ça n'impacte mes conditions de rapports avec mes collègues de travail, ma hiérarchie, ma famille).

Ce que je porte me permet de faire face à un accident ou une agression dans un cadre urbain, rien de superflu selon moi et pas de gri gri.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité