Nos Partenaires

Auteur Sujet: [tuto] Fabrication d'objets en Bronze  (Lu 20519 fois)

24 août 2009 à 20:37:34
Lu 20519 fois

Thanos


Salve à tous,

J'espère poster au bon endroit, je vous mets ici un petit tuto sur la fonte de bronze à la cire perdue (n'ayant rien trouvé de similaire avec le moteur de recherche...). Je l'ai déjà posté sur un autre forum (Kwoon pour ceux qui connaissent, donc ne vous inquiétez pas si vous le retrouvez ailleurs  ;) ) et c'est en fait une version remaniée d'un dossier que j'avais fait en licence.

La méthode est applicable avec tout autre métal fondable facilement !

En espérant que cela vous plaise...

Alors, dans notre atelier découpage d'aujourd'hui (comment ? on est pas au centre aéré ?) Nous allons voir comment se fabriquer une pitite connerie en bronze grâce à la technique de la cire perdue.

Alors il va nous falloir un minimum de matos :

- Du bronze ou assimilé (vieux robinets, alliage maison : tuyaux de cuivre + étain de recup' à hauteur de 70%Cu etc...)

- un creuset en plombagine de bijoutier (ça coute pas trop cher 3 à 4 euro pour un petit modèle) ou de fabrication maison en terre réfractaire

- De la terre réfractaire de type chamote (argile + céramique pilée) se trouve toute préparé en magasin de fourniture d'art

- Du sable tamisé

- De la cire de préférence d'abeille (mais sinon paraffine pour bocaux de confiture, bougie...) ne vous faites pas avoir par ses escrocs de vendeurs de produits pour meubles qui vous vendent ça 30 euro le kilo, contactez plutôt un apiculteur ou un fournisseur pour l'apiculture.


Alors, passons aux choses sérieuses, aujourd'hui on va faire un agrafe de ceinture gauloise, qui va être loupée (oui je connais déjà la fin du film) :

Pour commencer il faut donc réaliser un modèle en cire du futur objet. La cire utilisée ici (en absence de cire d’abeille) fût de la cire de paraffine, employée entre autre dans la fabrication des bougies ou l’étanchéisation des pots de confitures. Les différents éléments de cire sont assemblés à l’aide d’un bec de gaz, après avoir été modelés aux formes voulues.
Des évents sont aménagés de part et d’autre du cône de coulée afin d’éviter que des gaz soient expulsés par le cône lorsque le bronze en fusion est versé (cela peut arriver lorsque il reste de la cire dans le moule)



Une fois le modèle de cire terminé, il faut l’envelopper d’une première couche de terre chamottée (argile blanche + céramique pilée + charbon, crottin ou poils d'animaux). Ce passage est relativement délicat car il ne faut ni briser le modèle ni inclure de bulles d’air de la pâte (ce qui pourrait la fissurer au contact de la chaleur). Il faut bien évidement veiller à laisser le cône de coulée ainsi que les évents dégagés




La première couche est ensuite recouverte par une seconde de « limon » constitué d’argile, de sable tamisé et de charbon de bois pilé.Cette seconde couche fera office d’isolant thermique lors de la cuisson et du décirage du moule.Le surplus de limon servira à la confection d’un couvercle pour le creuset.



A ce niveau des opérations, le moule doit être mis à sécher durant une bonne semaine.


« Modifié: 22 octobre 2010 à 12:54:06 par Thanos »

L'inavisé         
Croit qu'il vivra toujours        
S'il se garde de combattre,
Mais vieillesse ne lui
Laisse aucun répit,
Les lances lui en eussent-elles donné.

Hávámál

A vaincre sans péril, on gagne !             http://www.dailymotion.com/video/x61nne_frankland-vs-excalibur_webcam
Le courage, c'est pour les morts.           http://www.frankland.fr

TACTICAL GEAR: If I Hear One More Tactical Gear Manufacturer say “Our Gear is Used by Special Forces” I am Going to Kick a Kitten in the Head

24 août 2009 à 20:38:32
Réponse #1

Thanos


Passons directement à l’étape suivante ; le decirage.
Le moule et le couvercle en terre sont donc placés dans le pôele à bois de mon atelier (tête en bas pour le moule), qui va servir ici de four.




Ils resteront dans le poêle jusqu'à la fin de la combustion du bois, c'est-à-dire environ trois heures. Cette étape est primordiale puisqu’elle permet de chasser toute la cire, qui laisse ainsi son empreinte dans la terre.
Lorsque le moule est refroidi, il est installé dans du sable en vue de la coulée.



Le sable permet à la fois de maintenir vertical le moule, de lui éviter un choc thermique et de le contenir en cas d’éclatement lorsque le bronze en fusion est versé à l’intérieur.
Pendant que le moule refroidit, le feu de forge est allumé.

Le creuset contenant le métal prêt à la fusion est ensuite placé dans le foyer juste au dessus de l’arrivée d’air, l’endroit le plus chaud. Le creuset est ensuite recouvert de son couvercle, afin que les braises ne tombes pas dans le métal en fusion.



La soufflerie est ensuite allumée pour atteindre la température nécessaire à la coulée, c'est-à dire 200° au dessus de la température de fusion qui est d’environ 980° pour les bronzes classiques et légèrement plus pour les alliages utilisés en plomberie comme le notre. Afin d’atteindre plus rapidement la température voulue, le foyer est réduit à l’aide de quatre pierres. Ceci a pour effet de concentrer la chaleur, rendant ainsi le foyer plus efficace tout en consommant moins de combustible.



La température de fusion est ainsi rapidement obtenue, du verre pilé est alors ajouté au métal. En fondant, ce verre capturera ainsi les impuretés flottant à la surface du métal.



Il suffit ensuite d’enlever la pâte de verre à la surface du métal qui entraînera avec elle une grande partie des corps étrangers.



A cet instant, le métal est prêt à être coulé. Le creuset est donc saisi à l’aide de pinces chauffés pour éviter le choc thermique et précautionneusement vidé dans le moule par le cône prévu à cet effet.



Il faut ensuite laisser le métal se reposer jusqu'à ce qu’il soit tout a fait froid, on peut ensuite briser le moule et vérifier le résultat. Ce moment est crucial, c’est la révélation.




La pièce est donc brute de fonte, on remarque alors les imperfections et les ratés. Les barbures nous montrent la présence de fissures à l’intérieur du moule, ce qui est normal puisqu’il n’a pas eu le temps de sécher convenablement. L’aspect poreux de la pièce nous indique quant à lui la présence de bulles dans la pâte, provenant soit de résidus de cire, soit de bulles d’air emprisonnées lors la coulée. Auquel cas, cela signifierai que le métal a été versé trop rapidement, empêchant l’air de se libérer.



Finitions à la lime, la surface de notre objet n’étant pas parfaite, nous nous bornerons à une finition grossière.



Et voilou !!!!!!




L'inavisé         
Croit qu'il vivra toujours        
S'il se garde de combattre,
Mais vieillesse ne lui
Laisse aucun répit,
Les lances lui en eussent-elles donné.

Hávámál

A vaincre sans péril, on gagne !             http://www.dailymotion.com/video/x61nne_frankland-vs-excalibur_webcam
Le courage, c'est pour les morts.           http://www.frankland.fr

TACTICAL GEAR: If I Hear One More Tactical Gear Manufacturer say “Our Gear is Used by Special Forces” I am Going to Kick a Kitten in the Head

24 août 2009 à 21:01:04
Réponse #2

modl


Très intéressant.
Puis-je me permettre de signaler sur webarcherie un tuto similaire, bien que plus "primitif" ?
http://webarcherie.com/forum/index.php/topic/15981-initiation-a-la-fabrication-de-moules-et-de-fonte-du-bronze/page__hl__bronze__st__40
Les deux me semblent complémentaires.





A virer si c'est pas le cas. ;)
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

24 août 2009 à 21:05:44
Réponse #3

Thanos


Intéressant l'os de sèche ! Il va falloir que je test cela .

L'inavisé         
Croit qu'il vivra toujours        
S'il se garde de combattre,
Mais vieillesse ne lui
Laisse aucun répit,
Les lances lui en eussent-elles donné.

Hávámál

A vaincre sans péril, on gagne !             http://www.dailymotion.com/video/x61nne_frankland-vs-excalibur_webcam
Le courage, c'est pour les morts.           http://www.frankland.fr

TACTICAL GEAR: If I Hear One More Tactical Gear Manufacturer say “Our Gear is Used by Special Forces” I am Going to Kick a Kitten in the Head

27 août 2009 à 01:05:58
Réponse #4

Kito


C'est carrément géant !  ::)
J'avais essayé la même technique mais avec de l'argile, pour fabriquer une boucle en argent..
Mais je n'ai pas réussi à faire fondre assez de métal d'argent pour y arriver.
Si tu as déjà testé, je suis preneur d'infos ...
In girum imus nocte et consumimur igni

27 août 2009 à 17:31:13
Réponse #5

Thanos


J'avais essayé la même technique mais avec de l'argile, pour fabriquer une boucle en argent..
Mais je n'ai pas réussi à faire fondre assez de métal d'argent pour y arriver.
Si tu as déjà testé, je suis preneur d'infos ...

Ben normalement c'est la même "chaine opératoire" pour tous les métaux, il n'y a que la t° qui varie.

En théorie il faut couler à plus ou moins 200° de plus que le point de fusion (pour des questions de fluidité), celui de l'argent étant à un peut moins de 1000° il te faut atteindre quasiment 1200° pour couler efficacement.

L'inavisé         
Croit qu'il vivra toujours        
S'il se garde de combattre,
Mais vieillesse ne lui
Laisse aucun répit,
Les lances lui en eussent-elles donné.

Hávámál

A vaincre sans péril, on gagne !             http://www.dailymotion.com/video/x61nne_frankland-vs-excalibur_webcam
Le courage, c'est pour les morts.           http://www.frankland.fr

TACTICAL GEAR: If I Hear One More Tactical Gear Manufacturer say “Our Gear is Used by Special Forces” I am Going to Kick a Kitten in the Head

28 août 2009 à 01:39:03
Réponse #6

Kito


Merci Thanos, je n'avais peut être pas un foyer assez puissant, je retente bientôt.
In girum imus nocte et consumimur igni

28 août 2009 à 05:51:15
Réponse #7

Thanos


Merci Thanos, je n'avais peut être pas un foyer assez puissant, je retente bientôt.

C'était un foyer au charbon ? Dans ce cas tente de concentrer le foyer comme je l'ai fait sur les photos, avec des briques ou des tuiles.

L'inavisé         
Croit qu'il vivra toujours        
S'il se garde de combattre,
Mais vieillesse ne lui
Laisse aucun répit,
Les lances lui en eussent-elles donné.

Hávámál

A vaincre sans péril, on gagne !             http://www.dailymotion.com/video/x61nne_frankland-vs-excalibur_webcam
Le courage, c'est pour les morts.           http://www.frankland.fr

TACTICAL GEAR: If I Hear One More Tactical Gear Manufacturer say “Our Gear is Used by Special Forces” I am Going to Kick a Kitten in the Head

28 août 2009 à 08:32:22
Réponse #8

basic


Ca fait des années que je fonds de l'argent ou du bronze dans de l'os de seiche. Technique hyper-simple : la flamme du chalumeau à oxygène directement sur le moule en os, contenant les débris de matériau (plus c'est petit, plus vite ça fond) . Evidemment ce sont de petites pièces plates, sans trop de relief, des gardes de couteau par exemple. Mais la fonte est obtenue en moins d'une minute et l'eau de seiche tient le coup sur cette durée.

28 août 2009 à 13:31:41
Réponse #9

Thanos


Evidemment ce sont de petites pièces plates, sans trop de relief, des gardes de couteau par exemple.

Oui voila, l'avantage de la cire perdue c'est que l'on peut faire des pièces avec des contre-dépouilles  ;)

L'inavisé         
Croit qu'il vivra toujours        
S'il se garde de combattre,
Mais vieillesse ne lui
Laisse aucun répit,
Les lances lui en eussent-elles donné.

Hávámál

A vaincre sans péril, on gagne !             http://www.dailymotion.com/video/x61nne_frankland-vs-excalibur_webcam
Le courage, c'est pour les morts.           http://www.frankland.fr

TACTICAL GEAR: If I Hear One More Tactical Gear Manufacturer say “Our Gear is Used by Special Forces” I am Going to Kick a Kitten in the Head

29 août 2009 à 10:39:35
Réponse #10

Berhthramm


on en avait parlé sur la messagerie secrète normande, mais là en te relisant tu viens de me filer plein d'idée....

:)

29 août 2009 à 11:47:42
Réponse #11

Thanos


on en avait parlé sur la messagerie secrète normande, mais là en te relisant tu viens de me filer plein d'idée....

:)


Surtout que techniquement parlant, ça ne devrait pas te poser plus de problème que ça ;)

En fait la plus grosse difficulté c'est de savoir dessiner et sculpter le modèle en cire.
(Comme je suis une grosse bille en dessin, je me borne à des choses simples :( (m'enfin il reste tjr la solution du calque))

L'inavisé         
Croit qu'il vivra toujours        
S'il se garde de combattre,
Mais vieillesse ne lui
Laisse aucun répit,
Les lances lui en eussent-elles donné.

Hávámál

A vaincre sans péril, on gagne !             http://www.dailymotion.com/video/x61nne_frankland-vs-excalibur_webcam
Le courage, c'est pour les morts.           http://www.frankland.fr

TACTICAL GEAR: If I Hear One More Tactical Gear Manufacturer say “Our Gear is Used by Special Forces” I am Going to Kick a Kitten in the Head

02 décembre 2014 à 19:46:18
Réponse #12

Copper Jack


Réflexion en vrac (je sais que le post est de 2009 et que Thanos ne répondra sans doute pas, mais je me vois mal en lancer un autre pour y répondre, autant centraliser l'info)

- (Vu en labo) Pour permettre au métal liquide de s'écouler correctement, mettre des évents sur toute la hauteur du moule, en se concentrant sur les endroits anguleux n'est pas une mauvaise idée.

N'oublie pas que les métaux, chauffés à peine au dessus de leur point de fusion faute de moyens, sont de piètres liquides, et qu'ils se jetteront sur le moindre prétexte pour ne pas remplir le récipient. D'autant plus qu'ils refroidiront dans le dit récipient, et risquent de passer au dessous de leur point de fusion, ce qui m'amène au point 2.

-(Réflexion perso) Couler dans du sable pour éviter un choc thermique ? Je crois bien qu'on appelle choc thermique le stress mécanique issu des variations thermiques (dans l'espace plutôt que dans le temps) dans le matériau, provoquant souvent son bris.
Un stress thermique est typiquement provoqué par l'exposition de la surface du matériau à une température très différent de la sienne propre, provoquant (comme l'échauffement du matériau n'est pas instantané), cette variation spatiale de température.
À moins que tu n'aies fait sécher ton moule avec du bronze fondu dedans, pour précontraindre, refroidir ton moule à l'extérieur est le meilleur moyen de créer et maintenir des variations thermiques dans ton moule, et donc ton meilleur moyen de le casser.
Préchauffer ton moule, en le faisant monter lentement en température, t'évitera le choc thermique, et minimisera les effets du refroidissement du métal dans le moule.
J'imagine même qu'on peut cuire le moule et le préchauffer en une fois, te permettant de fondre avec un feu plutôt que deux.
Par contre, en cas de bris, le sable évite au métal fondu de se répandre sur tes pieds :-)

-(Vu sur internet) Si tu effectue une "masselote", c'est à dire un longue et large cône de coulée (ou un réservoir avec un étranglement en bas en place de cône de coulée), tu maximise la pression du fluide et favorise un bon écoulement.

-(Ce que m'a dit un potier pas spécialiste de la coulée, j'ai quelques doutes à ce sujet dans le cas qui nous intéresse) Il est important de chauffer et refroidir lentement le moule, pour éviter le bris.

Je vais bientôt parler à un monsieur qui est supposé toucher sa bosse dans le domaine, je rajoute si me donne des infos pertinentes.

04 décembre 2014 à 12:30:09
Réponse #13

Thanos


Salut Copper Jack !

Hé si, je réponds !! ^^

N'oublie pas que les métaux, chauffés à peine au dessus de leur point de fusion faute de moyens, sont de piètres liquides, et qu'ils se jetteront sur le moindre prétexte pour ne pas remplir le récipient.

En fait, même avec une forge à charbon de bois tu atteints assez facilement le point de fusion du bronze (un peu moins de 890°c) et tu peux la dépasser sans problème. Pour preuve, le verre "classique" utilisé pour nettoyer la surface du creuset passe à l’état pâteux aux environs de 1000°c.

Le vrai souci c'est le temps que tu vas mettre entre le moment où tu sors ton creuset du foyer et le moment où tu coules.

Citer
-(Réflexion perso) Couler dans du sable pour éviter un choc thermique ?

Tu as moins d’échanges thermiques par conduction ou convection dans le sable qu'à l'air libre je pense.
Mais son utilité principale c'est vraiment de prévenir l’éclatement (donc les projections) et de maintenir le moule à la verticale.
Mais on pourrait le chauffer effectivement.

Citer
À moins que tu n'aies fait sécher ton moule avec du bronze fondu dedans, pour précontraindre, refroidir ton moule à l'extérieur est le meilleur moyen de créer et maintenir des variations thermiques dans ton moule, et donc ton meilleur moyen de le casser.

Alors là j'avoue ne pas comprendre ce que tu veux dire !  ;#

Citer
Préchauffer ton moule, en le faisant monter lentement en température, t'évitera le choc thermique, et minimisera les effets du refroidissement du métal dans le moule.

Exacte ! On peut laisser les moules sur le coté du foyer avant la coulé pour les faire monter en température.

Citer
J'imagine même qu'on peut cuire le moule et le préchauffer en une fois, te permettant de fondre avec un feu plutôt que deux.

Pas vraiment !
Il faut une chaleur constante et une cuisson longue pour ne pas faire éclater la terre, idéalement dans un four et sans contact direct avec les flammes.

Puis ensuite il faut contrôler le dé-cirage.


Citer
Je vais bientôt parler à un monsieur qui est supposé toucher sa bosse dans le domaine, je rajoute si me donne des infos pertinentes.

J'espère que tu nous rapporteras pleins de bonnes choses !  ;D

L'inavisé         
Croit qu'il vivra toujours        
S'il se garde de combattre,
Mais vieillesse ne lui
Laisse aucun répit,
Les lances lui en eussent-elles donné.

Hávámál

A vaincre sans péril, on gagne !             http://www.dailymotion.com/video/x61nne_frankland-vs-excalibur_webcam
Le courage, c'est pour les morts.           http://www.frankland.fr

TACTICAL GEAR: If I Hear One More Tactical Gear Manufacturer say “Our Gear is Used by Special Forces” I am Going to Kick a Kitten in the Head

04 décembre 2014 à 20:10:25
Réponse #14

Copper Jack


Salut Copper Jack !

Hé si, je réponds !! ^^

Bonne surprise :-)

Citer
Le vrai souci c'est le temps que tu vas mettre entre le moment où tu sors ton creuset du foyer et le moment où tu coules.
Tu peux chauffer ton bronze à la température qui te plaît, si ton moule le refroidit trop, il risque de se solidifier avant d'avoir rempli le moule.

Citer
Tu as moins d’échanges thermiques par conduction ou convection dans le sable qu'à l'air libre je pense.

Je pensais que la fonction prêtée au sable était la stabilisation thermique.
Le sable est fait en majorité de silice, un excellent conducteur thermique, donc j'aurais tendance à croire que les échanges thermiques avec le sable risquent de dépasser ceux avec l'air. Ça reste sujet à caution, vu que le sable capture de l'air, comme le font la plupart des isolants thermiques.
Dans tous les cas, j'aurais tendance à préférer de la terre poussiéreuse à du sable.

Citer
Alors là j'avoue ne pas comprendre ce que tu veux dire !  ;#

C'est pas capital :-)
En gros, en faisant sécher l'argile dans des conditions précises, il y a fort à parier que ces conditions minimisent ses contraintes internes.


Après avoir lu ton retex, et quelques autres, un truc continue à m'échapper : pour faire cuire de l'argile, on la monte habituellement en température d'un ordre de grandeur de 100° par heure (hors techniques particulières, correspondant à des terre particulières qui d'ailleurs ressemblent pas mal à ce que tu as utilisé)
Je comprends pas qu'en versant du bronze à 1000°C dans une argile plus ou moins à température ambiante, l'éclatement ne soit pas systématique.
L'argile que tu utilises au moment de la coulée, est-il tout simplement sec ou bien l'as-tu réellement cuit en amont ?

05 décembre 2014 à 13:15:12
Réponse #15

Thanos


Bonne surprise :-)
Tu peux chauffer ton bronze à la température qui te plaît, si ton moule le refroidit trop, il risque de se solidifier avant d'avoir rempli le moule.

Ouais mais pour faire chuter d'environ 200°C en moins d'une seconde, il faut une sacrée différence de T° entre le moule et le métal et de trèèèèès bon échanges thermiques.

Sinon on a inventé la fronde puis la centrifugeuse pour répondre à ce genre de problèmes sur les grandes pièces. Dès la Protohistoire.  ;#

 

Citer
Je pensais que la fonction prêtée au sable était la stabilisation thermique.
Le sable est fait en majorité de silice, un excellent conducteur thermique, donc j'aurais tendance à croire que les échanges thermiques avec le sable risquent de dépasser ceux avec l'air. Ça reste sujet à caution, vu que le sable capture de l'air, comme le font la plupart des isolants thermiques.
Dans tous les cas, j'aurais tendance à préférer de la terre poussiéreuse à du sable.

Tu oublies la dissipation par le moule en lui même et ses caractéristiques isolantes. La silice peut être un bon conducteur thermique certes, mais lorsque elle est en poudre très fine ou à l’état solide. Pas avec une granulométrie telle que celle du sable à lapins...  ;)

Citer
C'est pas capital :-)
En gros, en faisant sécher l'argile dans des conditions précises, il y a fort à parier que ces conditions minimisent ses contraintes internes.

Oui mais comment faire sécher un moule à la cire perdue avec du bronze en fusion dedans ?  :blink:
Le principe de la cire perdue étant que tu casses le moule pour sortir ce qui est dedans (rapport aux contre-dépouilles). Tu ne peux donc couler quelque chose dedans qu'une seule fois.

Le moule sèche avec son modèle en cire à l’intérieur jusqu'au moment de la cuisson/dé-cirage.

Citer
Je comprends pas qu'en versant du bronze à 1000°C dans une argile plus ou moins à température ambiante, l'éclatement ne soit pas systématique.
L'argile que tu utilises au moment de la coulée, est-il tout simplement sec ou bien l'as-tu réellement cuit en amont ?

L'argile est chamottée et elle est cuite ! Elle sèche plusieurs semaine idéalement avant d’être cuite.

L'adjonction à de l'argile de chamotte, de limon, de charbon et de fibres végétales ou animales rend l'appareil réfractaire et augmente sa résistance mécanique.

Si tu regardes, tu verras qu'il y a plusieurs couches qui travaillent différemment les unes des autres.  ;D
« Modifié: 05 décembre 2014 à 13:49:55 par Thanos »

L'inavisé         
Croit qu'il vivra toujours        
S'il se garde de combattre,
Mais vieillesse ne lui
Laisse aucun répit,
Les lances lui en eussent-elles donné.

Hávámál

A vaincre sans péril, on gagne !             http://www.dailymotion.com/video/x61nne_frankland-vs-excalibur_webcam
Le courage, c'est pour les morts.           http://www.frankland.fr

TACTICAL GEAR: If I Hear One More Tactical Gear Manufacturer say “Our Gear is Used by Special Forces” I am Going to Kick a Kitten in the Head

13 décembre 2014 à 19:06:03
Réponse #16

Copper Jack


Ouais mais pour faire chuter d'environ 200°C en moins d'une seconde, il faut une sacrée différence de T° entre le moule et le métal et de trèèèèès bon échanges thermiques.

Sauf qu'à seulement 200 °C au dessus de son point de fusion ton métal reste considérablement visqueux, et qu'il faudra beaucoup plus d'une seconde pour qu'il remplisse le moule !

Il me semble que le refroidissement du fluide moulé est un des principaux soucis en moulage industriel, et même si l'utilisation d'argile sèche (non-cuite) limite considérablement le problème par rapport à des moules en ferraille, je crois pas qu'on puisse juste le planquer sous le tapis pendant très longtemps sans qu'il ne finisse par montrer le bout de son nez.

As-tu réussi à obtenir des résultats plus propres que ce que tu montres ? Je demanderai confirmation, mais je crois bien que la technique de moulage à la cire perdue permet d'effectuer une reproduction au millimètre près (à la contraction de l'argile près, bien sûr).
 
Citer
Oui mais comment faire sécher un moule à la cire perdue avec du bronze en fusion dedans ? 

Je vois pas, du coup j'imagine que le moule risque fort d'être stressé à la coulée. D'où les risques de casse.

Citer
Si tu regardes, tu verras qu'il y a plusieurs couches qui travaillent différemment les unes des autres.  ;D

Oui !

04 mai 2015 à 09:54:00
Réponse #17

sukalora


Merci pour tous les informations.



__________________________
housse galaxy a5 etui galaxy a5
« Modifié: 07 mai 2015 à 05:02:00 par sukalora »

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité