Nos Partenaires

Auteur Sujet: [Se nourrir] Harpon à cran en os  (Lu 8327 fois)

08 août 2009 à 17:20:27
Lu 8327 fois

Moniot van Moeren


Inspiré, je me suis lancé sur la pointe de harpon. Je me suis inspiré du Harpon à crans, en usant de l'os comme matériau.
Mes outils : hache + canif + pièce de grès...
Est-il utile de souligner que la mise en forme et l'affûtage à la pierre m'a paru durer une éternité ?


Pour le filin, je me suis servi de fil de lin... J'étais un peu pressé de finir.
Pour la hampe, j'ai pris un vieux sureau ; hauteur : à l'épaule - épaisseur = épaisseur du pouce. Le bois léger et rempli d'air m'a paru idéal pour éviter de le voir couler.
La pointe est juste coincé dans une entaille de la hampe.


Je ferai des essais cette semaine in vivo lors de ma sortie de 4 jours en autonome en forêt de Boulogne s/mer (62) et donnerai mes critiques.
"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

08 août 2009 à 18:42:25
Réponse #1

guy


Un vrai inuit  :doubleup:
j'adore!
C'est un os de quoi?
vivement les tests!
Toornaarsuk!

08 août 2009 à 20:24:22
Réponse #2

Kover


C'est à ca que sert le filin si je ne m'abuse?

Très beau travail, la poisscaille n'a qu'a bien se tenir.  :up: :up: :love:

Sinon tu n'a pas peur que la branche de sureau ne se fissure? (comme le ferait un bambou)
Dans l'eau le bois risque de gonfler et de faire bouger l'os?
Ligaturer le bois avec du cordage permettrait d'éviter ca?
Juste des idées comme ca.  ;D

09 août 2009 à 16:56:30
Réponse #3

Moniot van Moeren



La pointe (sortie d'un morceau de tibia de mouton) est à peine coincée dans le haut de la hampe, mais y est reliée par un lien lâche : le poisson s'en ira avec la pointe mais subira un premier frein avec ce lien. Pour mon essai, je compte lier le bas de la hampe à ma longue et fine paracorde. Bon. je ne compte pas envoyer loin : je n'ai pas encore assez de précision à la sagaie... pas question d'y compter au harponnage. Il faut, de plus, que je travaille la visée tenant compte du degré de réfraction de la lumière dans l'eau... Loin de moi la pensée de manger du poisson cette semaine  ;D

Je ne compte pas me balader avec le harpon complet. Pour ce qui est de mon concept de la course dans les bois en invisible avec un minimum de matos ; ce ne serait pas gagné. J'embarque donc ma pointe dans mon paquot et je ferai donc ma hampe sur place... donc peu importe qu'elle se fissure.
"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

01 octobre 2009 à 15:44:07
Réponse #4

Garrett


Salut,
très sympa ton harpon.
Est ce que quelqu'un pourrait me dire si cette technique de pêche est réellement efficace ?
Quelqu'un a t il déjà pratiqué ?

01 octobre 2009 à 17:11:47
Réponse #5

Wapiti


Bjr.

Le harponnage à la verticale est le plus efficace. De côté, il faut viser sous le poisson, selon la profondeur et l'angle de vision, il faut compter une à deux épaisseurs de l'animal, sinon on lui caresse le dos. Seule une expérimentation en grandeur réelle te fera apprécier cet écart.

Pour une bonne puissance de pénétration, la hampe doit être assez lourde, la peau des poissons est plus résistante qu'on le croit et il faut vaincre le frein que cause l'eau.

Pour la pêche au harpon de proies relativement modestes en tailles comme ceux de nos rivière (sauf le silure), il faut mieux s'en confectionner un avec plusieurs pointes en bouquet, à l'instar des harpons polynésiens.

Ou, autre technique, deux pointes assez flexibles, barbelées sur toute leur longueur, diamétralement opposées (dents se faisant face) à l'extrémité de la hampe, maintenues écartées par une cheville en travers. Au contact du poisson, la cheville faisant office de détente saute, les pointes se resserrent sur lui. C'est une sorte de foëne à deux dents et à détente à ressort.

Tu as plus de chance en attaquant de 3/4 arrière pour prendre à « rebrousse écailles » que de travers (résistance propre des écailles) ou de face (glissement de la pointe). Plus ta pointe sera aiguë (dans la limite de solidité) plus tu aura de chance de percer la peau. Les poissons carnassiers comme le sandre, la perche et le brochet ont des dents très pointus, pour saisir.

Les poissons dont la peau est abondamment recouverte de mucus comme la truite ou l'anguille sont plus difficiles à harponner. La foëne à dents plates et barbelées est préférable, avec l'inconvénient de beaucoup abîmer le poisson, mais pour mettre à la casserole ?

Tu peux lier un sandow (deux, trois ou quatre selon ta force, attention à la fatigue) à l'extrémité non armée de la hampe ; de l'autre tu fais une boucle pour la passer autour de ton poignet. Tu le tends en remontant ta main sur la hampe vers la pointe, au moment opportun tu ouvres la main, la hampe est projetée vers l'avant par le raccourcissement brutal de l'élastique : arbalète très bon marché.

Attention à la profondeur de la barbelure, c'est une amorce de rupture.

À +

« Modifié: 01 octobre 2009 à 18:23:26 par Wapiti »


01 octobre 2009 à 18:17:58
Réponse #7

Wapiti


Bjr canardvécé.

Excellent site que tu as déniché là. Bravo !

À +

01 octobre 2009 à 22:10:13
Réponse #8

nicogala


Le sureau... c'est hyper léger comme "bois" non ? Inertie nulle et énergie cynétique bouffée par le contact air/eau sont à craindre... faudrait plus dense comme matériau je pense, de la canne ce serait un poil mieux (et c'est bien droit) ou du coudrier (mais moins droit)

Il est creux ton bâton ? Si oui, tu peux l'alourdir en y faisant couler du sable mouillé par ex.

Sinon tu risque de voir le poisson s'écarter sans trop se presser et en ricanant (ça tu le verras moins) si la couche d'eau est trop importante, un peu comme quand en chasse sous-marine on touche un poisson "en bout de flêche" , ça fait "poc" et le poisson bouge négligement l'air de dire "pfff tu m'fais chier avec tes conneries..." puis se barre mollement...
"Les grand-mères, c'est comme le mimosa, c'est joli, ça sent bon, mais ça ne dure qu'un temps..."

03 octobre 2009 à 15:01:45
Réponse #9

Moniot van Moeren


Merci pour le conseil. J'essayerai ça. :up:
"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

03 octobre 2009 à 17:42:47
Réponse #10

sharky



Moniot,

Je peux te faire une copie de ton fil dans la sous section "armes primitives" ?

Stéphane
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

04 octobre 2009 à 07:30:14
Réponse #11

Moniot van Moeren


Pas de problème Sharky  :up:
"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité