Nos Partenaires

Auteur Sujet: Mon fond de sac  (Lu 5498 fois)

14 septembre 2006 à 08:33:55
Lu 5498 fois

nix


Salut

bon, je ne vais pas (encore) vous refaire l'inventaire de mon fond de sac mais plutôt donner les objets qui me paraissent interessant et que je ne vois pas souvent dans vos inventaires. Pour les photos on attendra que ce f..tu port USB de */!!!¤/*! refonctionne.

Le sac: un bête sac à dos 35 l trouvable pour 25/30 euros chez tous les spécialistes de materiel mili. Il coûte peu, peut-être un poil fragile au niveau des coutures de certaines sangles. Suffisant pour un raid de qqs jours; pour mon cas, il remplace très bien ou la musette F2 ou même le sac à dos. Existe en plusieurs couleurs. Sangle pectorale et ventrale.

Après moults essais, je n'utilise les gourdes souples type "Camelback" que comme réserve d'eau; après avoir paumé ma Nalgène dans un passage un peu chaud, j'utilise la bête gourde us et sa housse.Il convient quand elle est pleine de la bien fixer à un large ceinturon.

La popote c'est une barquette alimentaire jetable en alu, employée avec soin elle tient plusieurs cuissons, en fait, il y en a deux la première comme récipient, la seconde comme foyer.

Un truc extra: une feuille de cuisson, souple et antiadhésive, du genre de celle que l'on met sur les plaques de four ou des poeles pour soit éviter d'utiliser de la matière grasse soit remplacer le Teflon. Découpée à la bonne taille, elle permet de faire revenir certains aliments: ça marche avec les escargots (mais ce n'est pas de la grande cuisine :-\), les champignons (si bien sûr vous savez ce que vous faîtes), et économise l'eau. J'ai essayé sans popote avec simplement un peu d'argile humide façonnée, la feuille dessus le tout sur le feu ça chauffe.

Pour dormir, je continue de militer pour le duo poncho/pare-soleil metallisé, l'été c'est idéal (l'hiver????)

Finalement, j'ai réduit le nombre de mes couteaux, un beau Camillus Marine Combat (merci qui???), un opinel, point. De toute façon, je n'arrête pas d'en perdre des couteaux je dois être un gros poil bourrin.

Bon wala, ce n'est certes pas miraculeux mais testé et approuvé.







14 septembre 2006 à 10:42:23
Réponse #1

Diesel


Le sac: un bête sac à dos 35 l trouvable pour 25/30 euros chez tous les spécialistes de materiel mili.
Coté confort, en général, les mili ne valent rien. Ajoute 20 € de plus et tu trouves des sacs d'alpinismes relativement confortables et très solides avec des sangle de compression bien longue pour  y coller ton matos (ou des poches suplémentaires). Je me suis payé un petit Berghaus de 35l récemment qui n'est pas mal du tout.

Après moults essais, je n'utilise les gourdes souples type "Camelback" que comme réserve d'eau; après avoir paumé ma Nalgène dans un passage un peu chaud, j'utilise la bête gourde us et sa housse.Il convient quand elle est pleine de la bien fixer à un large ceinturon.
A titre perso j'utilise les gourdes souples plutôt que la Nalgenes (ou autres Sigg) qui est là comme container à bouffe et gage de sécurité si la Platypus me lâche . Mais c'est vrai que mon sac n'est jamais loin de moi (quand il n'est pas rivé à mon petit corps sexy ;D)

Pour dormir, je continue de militer pour le duo poncho/pare-soleil metallisé, l'été c'est idéal (l'hiver????)
Encore un truc de mul à 2 balles.  ::)
Un tapis de sol en mousse ne pèse que 200grammes ..... même en hiver ;).  Enfin bon chacun voit midi à sa porte. :)

14 septembre 2006 à 14:48:07
Réponse #2

nix


salut diesel

Certes à chacun sa pratique, le défaut des tapis de mousse est l'encombrement, comme je parviens à dormir dans n'importe quelles conditions dès que je suis au sec, le pare-soleil ça va.
Le platyplus ou équivalent, je ne parviens pas à l'utiliser avec sa pipette, par ailleurs 2 litres de liquide mouvant dans le dos ça me gêne.
Quant au sac en question, l'avantage est qu'il est double usage pour moi : réglementaire et (assez pratique).

14 septembre 2006 à 15:52:05
Réponse #3

Diesel


Ce n'est pas un reproche, juste une appréciation personnel (les trucs MUL ne sont pas tous à jeter).  ;D
L'encombrement d'un tapis de sol n'est pas énorme à l'extérieur du sac.
Quand à dire qu'une gourde souple bouge.  :o je n'ai Jamais vu ma gourde ou son contenu se balader dans mon sac à dos bien au contraire.
J'ai été plus géné par le "flok flok" de l'eau dans ma Sigg à moitié vide  qu'avec une platypus.
Pour le sac, chacun son truc en effet.  ;D

14 septembre 2006 à 20:54:24
Réponse #4

lunar


La gourde souple et la pipette qui va avec sont à mon humble avis une des trouvailles majeures de ces dernières années pour la rando. Pouvoir boire sans enlever son sac, c'est reellement un gros gros avantage dans des itinéraires scabreux et tellement pratique par ailleurs... Depuis que je l'ai adopté, je m'hydrate vraiment mieux. Avant, j'attendais d'avoir soif pour sortir la gourde (pas bien), par flemme ou parce que tout simplement je n'y pensais pas. Là, comme la pipette est accrochée à la bretelle du sac, elle me nargue constemment.

lunar
« Modifié: 14 septembre 2006 à 20:58:12 par lunar »

14 septembre 2006 à 22:57:20
Réponse #5

Kilbith


Bonsoir  :),

Perso j'utilise des sigg et parfois une nalgène. La nalgène est moins adaptée au sac de par sa forme courte et large (sauf dans les sacs Us où les poches latérales sont à la bonne taille). La fermeture me semble moins étanche que sur une Sigg. Mais, les arguments de David sur la Nalgène à large bouche : réservoir de bouffe, place pour des glaçons, on peut chauffer avec des pierres et surtout facile à remplir avec de l'eau de ruissellement me paraissent convaincants.
Pour les gourdes souples....J'ai bien essayé les pipettes (kit sigg) mais je n'ai pas trouvé ça génial. J'ai eu une gourde souple il y a quelques années (D4) mais le tuyau ce n'est pas super hygiènique, c'est dur à nettoyer et le tuyau avait gelé en hiver et l'embout pissait. De plus, j'aime voir ce qu'il reste dans ma gourde.

Le seul argument solide que je vois c'est que c'est fermement recommandé par Diesel  ;D. Je vais donc certainement investir dans une platypus pour faire des essais en été (2l dispo et pas de poids ou de volume quand c'est vide). Je la garderais en réserve si ce n'est pas concluant.

did




16 septembre 2006 à 10:15:48
Réponse #6

Corin


La popote c'est une barquette alimentaire jetable en alu, employée avec soin elle tient plusieurs cuissons, en fait, il y en a deux la première comme récipient, la seconde comme foyer.

Un truc extra: une feuille de cuisson, souple et antiadhésive, du genre de celle que l'on met sur les plaques de four ou des poeles pour soit éviter d'utiliser de la matière grasse soit remplacer le Teflon. Découpée à la bonne taille, elle permet de faire revenir certains aliments: ça marche avec les escargots (mais ce n'est pas de la grande cuisine :-\), les champignons (si bien sûr vous savez ce que vous faîtes), et économise l'eau. J'ai essayé sans popote avec simplement un peu d'argile humide façonnée, la feuille dessus le tout sur le feu ça chauffe.

N'ayant jamais testé, ça me paraît pas mal mais valable pour un ou deux jours, à première vue. Combien de temps as-tu tenu avec ce système?

Pour ce qui est de la gourde, je ne me lancerai pas dans un débat. J'ai eu droit à à peu près tous les types de gourde, y compris la basque en peau qui était à la mode quand j'étais gosse. Toutes ont leur raison d'être ou leurs avantages (coût, volume, solidité, conservation, possibilité d'y mettre autre chose qu'un liquide, possibilité de boire en marchant...). ;)

Aujourd'hui, une poche avec une pipette me convient car elle permet de boire régulièrement en marchant même si les débuts ont été laborieux. Comme Lunar, je m'hydrate mieux ainsi. Toutefois, je fais la même remarque que Nix. Quand il reste environ 1l dans une poche prévue pour 2, le balancement peut être gênant. D'autre part, remplir une poche quand le sac est plein peut s'avérer compliqué voire entraîner l'inondation du sac :o.

Cela dit, pour une ballade de quelques jours, une bouteille de type soda (pour les distinguer de celles utilisées pour les eaux) en je-ne-sais-plus-quel-poly-machin-chose, fait très bien l'affaire. Leur durée de vie est limitée car elles ont tendance à faire des plis en se vidant ce qui peut provoquer des fentes après quelques jours.

L'autre question qui peut guider dans le choix d'une gourde est leur conservation et leur entretien. Les gourdes en alu demandent à être correctement nettoyées, séchées tête en bas et entreposées ouvertes. Sans quoi, on devient vite expert en bactériologie et myciculture.

Les poches à eau doivent aussi être traitées avec soin. Perso, je les douche et sèche à l'envers. Ensuite, elles sont entreprosées ouvertes, la plupart du temps dans le sac pour lequel elles sont prévues même si un stockage tête en bas serait idéal.

A+
« Modifié: 16 septembre 2006 à 10:18:46 par Corin »

16 septembre 2006 à 20:11:25
Réponse #7

Kilbith


Salut, ;)

Au fait, dans le domaine des gourdes, il ne faudrait pas sous estimer le modèle militaire en alu épais. On en connait tous les défauts dans un usage normal (lourd, isolation faible, goût, c'est de l'alu, pas très propre, bosses, bruits...). Et je suis le premier à me servir d'autre chose.

En revanche en situation de survie c'est quand même la seule gourde incassable, que l'on peut mettre au feu pour stériliser l'eau ou fondre de la neige, dans laquelle on peut glisser des glaçons ou autre chose. L'emballage humide conserve le frais et peut servir à transporter pas mal de choses...
En la polissant au sable, cela fait un bon miroir pour lancer des appels de détresse. Remplie d'argile ou autre et enfoncée sur un bâton de 1m, c'est un super gourdin....
Etc....

Did

17 septembre 2006 à 09:04:34
Réponse #8

SurvivalFred


Salut,

Mon grain de sel à deux sous :

Citer
il ne faudrait pas sous estimer le modèle militaire en alu épais. ... en situation de survie c'est quand même la seule gourde incassable, que l'on peut mettre au feu pour stériliser l'eau ou fondre de la neige

Je tiens à ajouter que l'utilisation d'une gourde alu pour chauffer l'eau jusqu'à ébullition n'est pas sans danger. Il faut, bien entendu, réaliser l'opération gourde OUVERTE, sinon cela explose mais même goure de ouverte, une fois l'eau en ébullition, si la gourde est bien remplie elle se transforme en une fois en geyser et peux balancer des jets d'eau brûlante ... attention, expérience faite à mes dépends il y bien longtemps   :o

Deuxième petite précision, l'eau provenant de la fonte de la neige doit théoriquement être stérilisée aussi, des agents pathogènes enkystés peuvent très bien s'y trouver !

Fred
 

Vous êtes trop devant votre écran d'ordinateur, allez donc pratiquer dehors !!

17 septembre 2006 à 19:09:29
Réponse #9

Kilbith


Salut Surviv,

Merci pour ces précisions. Evidemment pas de bouchon sur la gourde (il est même conseillé de désolidariser le bouchon.)
Tu as raison, il faut faire attention à remplir la gourde à moitié et ne pas diriger l'orifice vers soi....

c'est sûr que stériliser est l'idéal, mais c'est un peu l'artillerie lourde si on veut tuer les germes, le botu, les prions, les plasmides...
Mais porter à ébullition et même pasteuriser c'est déjà bien. Un bémol : à haute altitude l'eau ne bout pas à 100°c : il faut augmenter les temps !


Désolé, Didier. :-\
« Modifié: 17 septembre 2006 à 19:20:51 par Kilbith »

17 septembre 2006 à 22:31:53
Réponse #10

Corin


c'est sûr que stériliser est l'idéal, mais c'est un peu l'artillerie lourde si on veut tuer les germes, le botu, les prions, les plasmides...
Mais porter à ébullition et même pasteuriser c'est déjà bien. Un bémol : à haute altitude l'eau ne bout pas à 100°c : il faut augmenter les temps !
C'est pour ça qu'une pastille chimique de quelques grammes arrive à bout de germes qu'un chauffage long et dommageable n'aura pas forcément le temps de détruire. ;)
Au final, une heure dans une bouteille plastique pendant qu'on marche le fait aussi bien qu'un chauffage compliqué à mettre en oeuvre. Mais à ce niveau de détail, ce qui fait la différence, c'est la pratique de chacun ;).

A+

20 septembre 2006 à 16:23:16
Réponse #11

nix


Salut

Je passe fissa pour répondre à Corin (désolé y'a le Manitou qui m'a suggéré qqch qui me plaît bien mais c'est du boulot et il ne faut pas faire attendre le Manitou (surtout qu'il me rend au bas mot 30 kg :-\ ;D ;D)

Il a dit:
N'ayant jamais testé, ça me paraît pas mal mais valable pour un ou deux jours, à première vue. Combien de temps as-tu tenu avec ce système?
Ben oui pour quatre ou cinq cuissons point trop violente; le mieux étant d'en avoir 2/3; ça pèse rien ce truc-là.
« Modifié: 03 octobre 2006 à 05:59:47 par Corin »

20 septembre 2006 à 17:53:36
Réponse #12

riketz


Mais tu les stockes comment les plats à tartes? Tu les choisi en fonction de la largeur du sac pour pas les écraser avec le reste du matos?

02 octobre 2006 à 21:15:14
Réponse #13

nix


Salut

les plats à tartes sont en alu souples (et pliables, mais pas trop), de tailles diverses, les miens sont fournis par Madame environ 15 par 10 sur 5 de haut, pliés à plat dans la poche avant; volume utile un demi litre à peu près.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité