Nos Partenaires

Auteur Sujet: se signaler en montagne  (Lu 29299 fois)

05 mars 2011 à 22:24:19
Réponse #75

Serval92


salut
je remonte ce sujet
car pour les alpes on peut passer une alerte soit au SDIS74 ou au PGHM/CRS
via une simple radio VHF
c'est gratuis (pas la radio)
voici le liens
http://www.sdis74.fr/presentation/moyens_materiels/canal-emergency.php
mais pour l'avoir teste perso (je suis titulaire du diplome de secours en montagne) ca marche aussi dans le 73 voire plus bas
et cela a tendence a ce generaliser a toute les alpes car toutes les base CRS et PGHM sont a l'ecoute de cette frequence
161.300 Mhz avec un TCS de 123Hz

et pour info le mini pour une rando c'est
gsm
radio
lance fusee (on en trouve des pas cher aux vieux campeur)
couverture de survie
sifflet
boussole+altimetre
carte
petite trousse de secours
etc
 

et pour info on previent toujours de son itineraire et de l'heure aproximative de retour

A+


06 mars 2011 à 10:21:43
Réponse #76

Bison


Bonjour cougar92

Merci pour ces infos factuelles à propos des communications radio dans les Alpes.

Tu pourrais nous en dire plus sur ces radios, nous recommander un modèle?
Plus, c'est :
 - prix
 - poids
 - possibilité de location?
Il y a des relais en suffisance dans les Pyrénées?

Mais pour les recommandations péremptoires du style "papa, maman" :
Citer
et pour info on previent toujours de son itineraire et de l'heure aproximative de retour
Permets au grand garçon que je suis d'avoir un avis plus nuancé. ;#

Je n'aime pas inquiéter le monde pour un simple retard, donc, je n'ai jamais donné d'heure, ni même de jour de retour. Ni en rando, ni dans mon métier. Ma femme ne s'est donc jamais inquiétée quand elle était sans nouvelle de moi ...

L'idée qu'un randonneur puisse prendre des décisions non optimales pour tenir un horaire ou pour rester sur son itinéraire, cette idée là m'inquièe assez. Changer de "plan" en cours de journée, faire un détour et rentrer à la frontale, ou bien décider de passer la nuit dans un abri parce que cela vaut mieux ... sans que cela ne déclenche l'inquiétude des proches ou l'alerte des secours, cela aussi contribue à la sécurité, de façon préventive.

Le plaisir d'évoluer en montagne, c'est d'y aller avec le minimum de contraintes, en toute liberté.
Cette liberté de choix, c'est ma sécurité à moi ...

Je préfère cette sécurité là que celle qui serait basée sur un "plan de marche" et l'intervention garantie des secours ...

Cela ne veut pas dire que j'hésiterais deux secondes pour appeler les secours en cas de nécessité, hein!
Je l'ai déjà fait (pas en montagne) et dieu! qu'est-ce que cela fait du bien quand on vous répond ... :doubleup:  
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

06 mars 2011 à 16:28:28
Réponse #77

Serval92


salut bisons

pour les radio je ne peut que conseiller des marque connu (icom,yeasu,motorola,vertex)
je ne peut donner de prix car pour une utilisation uniquement en secours prendre du neuf c'est un peut cher
voir sur le bon coin ou ebay mais ne prendre que des VHF (pas marine) pour des occas

desoler de casser ton entousiasme mais comme dit plus haut
c'est (pour le moment)que dans les alpes
meme si tout les postes radio des CRS/PGHM des secours en montagne de france sont equiper de cette frequence (meme ceux de l'outre mer)

pour ce qui concerne la "prevention"
cela ne regarde que toi
mais mieux vaux deplacer une helico que de pourrir au fond d'une ravine une semaine voire plus avec une jambe casser et aucun moyen de communication
de plus tu peux dans tes infos donner a tes proche te laisser une marge (horaire et zone de recheche)
 mais c'est quand meme mieux en cas de coup dur de ce dire que tenir 2 jours et apres on te recherche
que de reste dans l'incertitude de ta recherche pendant un long moment

apres comme je le dit cela reste a la discretion de chaqun

ps voici un lien du lanceur de fusees que je prend en rando environ le meme model
ca envoit une fusee a 35m environ donc largement au dessus des arbres
http://www.bigship.com/catalogue/securite-1/feux-de-detresse/stylo-lance-etoiles-3-etoiles
http://www.expe.fr/catalogue-sport/securite-soins-du-corps/feux-balises-et-sifflets-stylo-lance-fusees-c1_27_160-p2138.html

A+
« Modifié: 06 mars 2011 à 16:46:03 par cougar92 »

06 mars 2011 à 18:56:09
Réponse #78

Bison


Merci pour les liens (le lance fusée, je connais - j'ai toujours eu la flemme de commander, mais je le ferai certainement avant les prochaines vacances)

Citer
cela ne regarde que toi
Non, cela regarde tout le monde, sinon je n'en aurais pas parlé ...

Si quelqu'un se sent rassuré de donner un itinéraire et un horaire, c'est son affaire.
Mais il est bon de réfléchir que cela représente des contraintes, et que ces contraintes elles mêmes peuvent générer des prises de risque. Le mieux est parfois l'ennemi du bien.

Pour ce qui est du risque de pourrir une semaine dans une ravine avec une jambe cassée :  tu as des statistiques qui "chiffrent" ce risque ?
 - C'est arrivé combien de fois chaque année (en France), disons depuis 10 ans, qu'un randonneur "imprudent" disparu on ne sait où, ne soit pas retrouvé à temps ?
 - Combien de fois les secours ont-ils pu trouver rapidement (et sauver) un randonneur en train d'agoniser au fond d'une crevasse, grâce au dépot d'un itinéraire et d'un horaire?

Ce serait un bon début pour voir si le risque est réellement à prendre en considération, ou si c'est un risque "fantasmé". Se mettre des contraintes pour un risque statistiquement insignifiant, cela ne le fait pas ...

Si c'est un vrai risque, il vaudrait mieux - à mon avis - recommander une balise de "suivi" :  dernière position toujours connue, même si on n'a pas la force d'actionner quoi que ce soit, même si la balise est brisée dans l'aventure ...
La règle deviendrait :
"et pour info, on prend toujours sa balise SPOT avec soi - car chaque année, une demi-douzaine (par exemple) de randonneurs périssent en France, parce que les secours ne savent pas où les chercher".
(J'aime bien les règles qui sont accompagnées d'une justification chiffrée et mieux encore :  documentée).

Honnêtement, moi qui cumule parfois la rando en solo et le "hors piste", j'y ai déjà pensé ...
Contraintes = 0 (sauf financière, mais ce n'est pas hors de prix, par rapport à un arva).

Pas de risque ajouté - sauf, pour les grincheux, qui voient alors le risque de se croire en sécurité et d'être moins prudent. Mais, à ce train là, toute mesure de sécurité serait génératrice d'un risque d'imprudence ... => risque non chiffré, argument irrecevable, pour moi.
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

06 mars 2011 à 20:59:12
Réponse #79

Serval92


re
desoler de ne pas prendre ton parti
mais la y un petit truc qui me gene
je ne te demande pas de signaler ta sortie cela regarde que toi 
mais de ne pas mettre ta facon de faire a une generalite (partir seul et de pas donner le lieux et l'horaire)

des stat la de suite j'ai pas
mais une femme age parti au champi et retrouve in extremis une semaine apres alors qu'elle n'avais prevenue personne de sa sortie
des randonneurs retrouver apres une recherche de nuit avec des JVN et un helico en montagne
etc....

des exemple comme ca tu en trouve partout sur le net

si tout les service de secours preconise cette facon de faire
c'est que cela doit etre une bonne demarche

apres ce que toi tu decide de faire cela te regarde
et pas tout le monde du forum

bonne rando quand meme

06 mars 2011 à 22:10:44
Réponse #80

Bison


Citer
si tout les service de secours preconise cette facon de faire
c'est que cela doit etre une bonne demarche

Désolé, ce genre d'argument ne passe pas très bien sur ce forum ...

Si tu savais combien de "préconisations" d'aujourd'hui balayent les "préconisations" d'hier et seront peut-être à leur tour balayées par les préconisations de demain !  Et je parle de de conseils donnés par les autorités "compétentes" ... J'en ai rencontrées quelques unes, dans ma vie, dans mon métier ...

Mais tu devrais le savoir, déjà, en matière de secourisme ...

Alors, résumons :

 - Ne randonnez jamais seul
 - Dites toujours où vous allez et quand vous reviendrez
 - Ne quittez surtout pas les sentiers balisés (recommandation FFRP).
 - Ne faites jamais de feu (là c'est la loi).
 - Ne portez pas de couteau (c'est la loi aussi)
 - Ne bivouaquez que dans les campings (c'est çà la règle générale, en pratique, faut pas s'illusionner)

Et l'aventure dans tout cela? C'est interdit, l'aventure?
Dis, on n'allait pas en montagne, avant les hélicos?

Non, compte pas sur moi pour cautionner cela.

Pour gérer au mieux les risques, oui.
Mais pas pour réduire l'esprit de la rando à celui d'une promenade dans le parc municipal ...
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

06 mars 2011 à 23:19:53
Réponse #81

Serval92


justement quand je suis venue ici j'ai cru etre sur un forum de gens qui s'interesse a la nature avec tout cela englobe
et non un lieux ou toute reflection est banni
je ne partage pas ton point de vue
pas celui du forum dans son ensemble

effectivement dans mon ancienne activite et dans la nouvelle d'ailleur
j'ai trop vue de gens qui ce prenne pour Rambo et qui croivent que tout leur est facile
le jour ou il ont une m*rde la il pleure (si ils le peuvent encore)

regarde l'explosion de secours en france (augmentation)
et surtout en montagne et ce depuis la democratisation des faciliter a aller en montagne (station, remonter mecanique ,domaine de plus en plus grands etc...)

le seul soucis c'est que pour le moment les secours sont encore gratuis 
mais cela ne vas pas dure et surtout avec ce genre de discourt certains depute ce batte toujours pour faire paye
ont parle deja d'interdire le hors piste en montagne
a combien de temps estime tu ton absence avant que ta femme declanche les secours

je ne preche pas pour que l'on ne fasse rien encore moin en rando
mais juste que un peut de bon sens pour favoriser les secours et perdre un temps precieux et gagner du temps
et juste pour dire
il y a 20 ans la ceinture de securite n'etait pas obligatoire en voiture donc toi tu n'en met pas
car peut etre que les autorite nous font un exces de zell

perso je crois que je vais arreter la cette discution  qui n'a rien avoir avec le fil de depart

A+

07 mars 2011 à 11:18:59
Réponse #82

Lynx


 ;D
oye ca fritte.
Ce qui me gêne dans les discours ultra sécuritaires c'est qu'on va bientôt imposer au pratiquant d'être traçable électroniquement a tout moment sous peine d'être civilement responsable au cas ou.
On remplace donc le bon sens et le sens naturel du secours a son semblable par une obligation sociétale et technologique.

Il y a une vraie différence entre prendre des précautions usuelles et pragmatiques et surenchérir dans la technologie.
Pire, cette tendance à forcer dans la technologie a des effets pervers. Peu importe ce que l'on fait et comment on le fait, puis qu'on a le gps le téléphone la radio la balise ... Le portable a par exemple induit la surenchère des secours de confort... Mauvaise vallée en hors piste? hop hélico...

En parallèle de ces usages consuméristes, la société du secours néglige le recours aux secours bénévoles et aux compétences locales. On a donc une fuite dans la rentabilité d'un système, porté par une société qui refuse le risque et la contrainte... les masses de vacanciers sont réfractaires aux messages de
prudence et de rationalisation de leur loisir, normal puisqu'on leur vend de l'émotion, de la sensation sur un fond de technologie de sauvegarde.
en bref, le loisir se paie il doit donc être exempt de risque, quel qu'en soit le prix technologique ou l'impact sur les libertés.

Je crois que la place du forum c'est justement de faire la part des choses, de poser les bases du bon sens par l'expérience et le vécu, et de mettre en rapport les outils existant avec la réalité du quotidien.

Sans forcément prêcher pour ma paroisse, j'aurais tendance à encourager les gens à prendre les 100 ou 200 euros de la radio ou de la balise machin pour aller se former avec un pro, un club, pour apprendre à gérer ses sorties, à lire une carte, à éviter les comportements ou les sorties à risque etc.
Ce serait surement d'un meilleur rendement que de distribuer des balises aux péages les jours de vacances...

Cela dit, les proba le disent, le pépé parti aux champi perdu dans le fond d'une gorge que personne a vu, il y en aura toujours... peut être que la différence dans 20 ans sera qu'il avait bien sa balise mais qu'il a oublié de la recharger...
Pour le reste, pour les pros, pour les aventuriers ou les fans de technologie, effectivement il existe plein de solution... mais une fois de plus je pense que les compétences et la valeur humaine doit rester a la base du truc.

Quant à interdire pour sécuriser, je crois qu'il serait plus utile d'interdire les boites de nuit commercialisant de l'alcool que le hors piste...
Tout n'est affaire que de perception et de pragmatisme.
Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

07 mars 2011 à 11:37:00
Réponse #83

Bison


Juste pour dire ... moi je mettais la ceinture, bien avant qu'elle ne devienne obligatoire.
Et je prenais l'option ABS lors de l'achat d'une voiture, bien longtemps avant qu'elle soit généralisée.

Mon bon sens à moi n'est pas en cause, crois moi.
C'est juste que mon attention se porte avant tout sur le préventif.
Et que je n'angoisse pas sur les risques impossibles à évaluer.
On peut toujours imaginer le pire, et trouver pire encore en cherchant bien.
Quand on part dans ce trip là, il vaut mieux passer à la pétanque (encore que ...)

À part cela, si toi ou un lecteur de cette discussion trouvait les stats que je t'ai demandées, vraiment cela m'intéresserait.
J'ai cherché de mon côté, mais malheureusement je n'ai pas trouvé un organisme qui collecte et qui analyse en profondeur les accidents. J'en ai parlé sur d'autres forums, sans plus de résultat. Quand un accident est vraiment grave, la justice s'en mêle et cela devient secret ...

Si on voulait vraiment améliorer la sécurité en montagne, ce serait la première chose à entreprendre, histoire d'avoir une démarche vraiment rationnelle. J'ai  eu une fois un échange d'info avec un responsable "sécurité" d'un grand club d'alpinisme. Dans ce club, les membres actifs font part de leurs incidents ou "presque-accidents" et chaque année, les tendances sont établies, les cas intéressants sont analysés et commentés. Pour le plus grand profit de tous. Mais ce club, c'est l'exception qui confirme la règle ...

Alors moi, j'ai juste ma petite base perso de récits de "galères" qui auraient pu mal tourner.
Et, encore à mon âge je saisis toutes les occasions de m'instruire.

Quant à l'explosion des secours ... je crois surtout, étant donné qu'il n'y a pas explosion des accidents mortels, qu'il s'agit plutôt d'un phénomène de "consommation" :  les secours sont là pour s'en servir, un coup de gsm et voilà, hélico-stop !  Je n'y vois rien à redire :  si un papy ne se sent pas bien, ou se pète la cheville, il vaut mieux qu'il redescende en hélico plutôt que de se casser le cou ou faire un infar à la descente :  c'est une justification économique valable. (Même si perso, il faudrait déjà que cela aille mal ...)

Dernier mot :  sur ce forum, on débat effectivement de survie.
Indirectement aussi de gestion du risque, parce que le risque zéro n'existe pas.
La contradiction est admise, même encouragée.
Les arguments bien "documentés" sont infiniment appréciés.
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

07 mars 2011 à 12:07:24
Réponse #84

Lynx


Si on voulait vraiment améliorer la sécurité en montagne, ce serait la première chose à entreprendre, histoire d'avoir une démarche vraiment rationnelle.

Effectivement, les seules données (connues de ma pomme) rationnelles sont les chiffres publiées par les préfectures (voir les hautes Pyrénées par ex.) et l'anena pour les accidents d'avalanche.Quelques infos également sur le site de l'UIAA mais surtout orienté matériel.Enfin le site de  data-avalanche.org de l'IAA. Ce sont des initiatives isolées et des données surtout factuelles.

Le facteur subjectif étant très présent dans les événements de type secours en montagne, la réalisation systématiques d'enquêtes accidents sur l'exemple de l'aviation serait surement très complexe à exploiter parce qu'il ne s'agit pas seulement de 0 et de 1 mais en grande partie de zones grisées dans lesquelles la perception et la capacité de décider priment. De plus pour être pertinents, le recueil des données devrait s'étendre aux incidents non suivis par les secours pro, c'est à dire faire appel au volontariat chez un public ultra diversifié. Cela risquerait de poser des problème de validité d'échantillonnage et de méthodologie.

Pour résoudre la difficulté de l'appréciation du risque sur la pratique sportive en milieu naturel,on travaille donc sur des méthodes de réduction du risque qui permettent de tenter de rationaliser pour partie le facteur humain et le risque, pas toujours mathématiquement évaluable sur le terrain!
Je vous encourage à vous document sur la méthode MUNTER, méthode suisse développée pour l'appréciation du risque en matière d'avalanches.
(du RISQUE donc,  soit ALEA X ENJEU).
Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

07 mars 2011 à 12:54:36
Réponse #85

Chris-C


Salut,

il me manque une info pour bien comprendre....

On parle de secours gratuit, mais alors pourquoi faut il souscrire une assurance en montagne en cas d'évacuation par helico.
Si assurance c'est que forcément il y a cout....non?


Autre chose, le forum à bien sûr des limites dans les conseils que l'on y trouve, les post de Bison et Lynx le montre bien.
Evidemment que l'on ne va pas conseiller à une personne de partir seul, avec un equipement mal adapter, mais on ne pourra pas non plus dire à ceux qui prennent leur pieds à zoner dans les grands espaces tout seul d'arreter de le faire.
Et c'est là que le forum, les formations, le contact avec les pro sont important.
Pour donner les pistes qui feront accepter la prise de risque parceque l'on aura appris à les gérer.

Mais ne sachant pas qui fréquente le forum, il faut bien modérer nos propos, car l'apprentissage est long, les raccourcis tentant.

Bref merci à Cougar92 de rappeler des choses importantes et merci à Bison et Lynx de nous donner encore de l'espoir pour pratiquer nos loisir en liberté  8)

Cougar92 on est là pour échanger, par pour gober les idées des un et des autres comme ça....

a+

07 mars 2011 à 13:43:19
Réponse #86

Lynx



On parle de secours gratuit, mais alors pourquoi faut il souscrire une assurance en montagne en cas d'évacuation par helico.
Si assurance c'est que forcément il y a cout....non?


La loi Montagne de 1985 permet aux communes de demander un remboursement aux victimes des frais de secours engagés lors d’un accident lié à la pratique du ski alpin ou de fond, (si délibération  du conseil municipal pour déterminer les conditions de remboursement etc)
La loi de démocratie de proximité de 2002 a étendu cette exception à toute activité sportive ou de loisirs en montagne :  Elles déterminent également les conditions dans lesquelles s'effectue cette participation.
Enfin,la loi de modernisation de la sécurité civile de 2004 a transféré les charges financières des secours au Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS).

En pratique les secours gérés par l'état ou le SDIS sont conservés gratuits.
Sur domaine skiable, si la commune a en revanche prévu de solliciter des sociétés privées ou d'un service de secours (type SAF)  alors tu paies. Comme tu paies le secours léger traditionnel sur piste d'ailleurs.

Attention, les frais du médecin (très élevés dans ce cas) ne sont pas intégrés dans le cout de l'hélico, et la sécu ne prend pas une grosse part en charge. C'est aussi pour cela que l'assurance est plus qu'intéressante...


 
Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

07 mars 2011 à 14:25:07
Réponse #87

Chris-C


Merci pour ces explications Lynx  :)

07 mars 2011 à 15:26:29
Réponse #88

Lynx


Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

08 mars 2011 à 15:54:51
Réponse #89

Outdoorsman


A mon sens, ce qui est le plus important, c'est la CONNAISSANCE :
  connaissance du milieu
  connaissance des techniques, du matériel
  connaissance des risques
  etc...

Et c'est justement à ça que sert le forum.

A partir de là, chacun est libre d'oser, de prendre des risques, par esprit d'aventure, de découverte, de dépassement de soi.
Sans cette liberté, l'homme n'aurait jamais inventé l'avion, ne serait jamais allé sur la lune, n'aurait jamais gravi l'Everest, atteint les pôles, etc, etc...

Quand la connaissance existe et qu'on s'engage sans en prendre, c'est de la bêtise. Quand on est informé, préparé et qu'on décide d'entreprendre en prenant des risques en connaissance de cause, la démarche est autre.

D'ailleurs, au niveau des secours en montagne, on retrouve cet état d'esprit. En cas de faute manifeste, l'état peut se retourner contre la personne pour se faire rembourser les frais de secours. Cela arrive quelques fois (même si très rarement) pour une personne pas du tout équipée ni préparée pour ce qu'elle entreprend (je pense à un "touriste" en basket sur un glacier), jamais contre un alpiniste aguerri qui va tenter une voie très difficile en solo.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

08 mars 2011 à 16:24:01
Réponse #90

Corin


Salut,

Sur ce sujet, l'explosion des loisirs de montagne a rendu les choses plus compliquées.

Je crois, comme le dit Bison, que si je pars pour une contrée lointaine et un truc risqué, le suivi satellite est un bon truc.

Pour ce qui est de signaler sa randonnée, il faut là encore relativiser. Si je pars à la journée et que je ne rentre pas le soir, ma famille va vite réagir. Personne ne pourra aller plus vite, si je n'ai pas été en mesure de prévenir de mon problème.

Ensuite, sur plusieurs jours, l'idéal est de fixer des points de rendez-vous à quelqu'un. Ce qui revient au même qu'un suivi satellite.

Je ne suis pas sûr que se signaler soit encore possible partout (à ma connaissance, dans les Alpes, pas mal de gendarmeries ont refusé ces dernières années, renvoyant les gens vers l'office de tourisme ou la compagnie des guides).

Avoir un proche qui est au courant de la date de départ et de la date de retour, c'est nécessaire.

Pour ce qui est des stats d'accidents, elles ont été sorties à l'occasion d'un colloque sur la sécurité en montagne en 2007, à Briançon, de mémoire.

Les accidents sont en recrudescence mais sur des sites connus ou des chemins balisés.
La victime la plus représentée est le randonneur de 50 ans, ancien alpiniste. Victime d'infarctus ou... d'entorses parce que pratiquant la montagne avec le souvenir de leurs jeunes années.

Les sports à très hauts risques (parapente,...) étant pratiqués par un tout petit nombre, ne représentaient qu'un faible pourcentage de victimes.
Contrairement aux idées reçues.

A+

11 mai 2011 à 16:33:47
Réponse #91

guillaume


Une question me trotte dans l'esprit avec toutes vos histoires...

En France, est-il possible que je paie l'intervention des secours mais si elle est justifiée (Ne débattez pas de "qu'est-ce qu'une action justifiée" svp, partout juste du principe qu'elle l'ait) ?

J'ai l'impression qu'il faut d'abord distinguer 2 zones : les domaines skiables (privés?) où la commune peut avoir prévu des secours privés (qu'il faut ensuite payer systématiquement ? Les autres moyens de secours ne sont pas déclenchés ?) et le reste.

Bref, j'aimerai juste savoir, parce que si j'ai pas le choix dans les secours à certains endroits, je préfère avoir une assurance...

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

11 mai 2011 à 16:55:21
Réponse #92

Serval92


salut guillaume
voici un peut de lecture
http://brianconescalade.free.fr/secourspayant.htm

bonne lecture
A+

12 mai 2011 à 17:24:23
Réponse #93

Campeur


À part cela, si toi ou un lecteur de cette discussion trouvait les stats que je t'ai demandées, vraiment cela m'intéresserait.

j'ai trouvé que ça... mais bon suis au boulot  :honte:

http://www.pyrenees-pireneus.com/SECours-stat_accident_2004-ete.pdf

http://www.securiteconso.org/IMG/pdf/Fiche_accident_montagne_Ete_2006.pdf

Salut
"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

12 mai 2011 à 19:39:31
Réponse #94

Bison


Oui, je connaissais ces stats ...
Et d'autres du même style particulières aux Pyrénées.

Mais malheureusement, l'analyse n'est pas "fine".
Et les accidents eux-mêmes ne sont pas analysés, donc pas vraiment moyen d'en tirer leçon.

Sauf peut-être sur les 30% de morts non traumatiques ... mais même là, on ne sait pas dans quelle mesure il s'agit de problème de santé ou de problème d'hypo ou d'hyper thermie, voire d'envenimation ou d'empoisonnement alimentaire!

Trente morts non-traumatiques sur quatre mois d'été, est-ce un risque accru mettant la montagne en cause, ou bien est-ce un taux de mortalité normal vu le nombre de personnes concernées? Tiens, on serait peut être surpris de découvrir que c'est un taux de mortalité anormalement bas par rapport à la moyenne des vacanciers ...

En ce qui concerne les personnes "disparues" en été, j'en vois trois en 2004, 6 en 2006, mais on ne sait pas s'il s'agit de randonneurs, de VTTistes ou d'alpinistes.
On ne dit pas si ces personnes avaient laissé un plan de route ou pas ...
Il y a peut-être eu des fugues, des agressions?
On ne dit pas si elles ont finalement été retrouvées ...
Là aussi, est-ce un taux normal ou pas?
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

10 octobre 2011 à 17:23:28
Réponse #95

Douinie


En ce qui me concerne, je reviens toujours (hé oui, encore une fois) à SPOT. Ce n'est pas la solution pour tous, surtout que la qualité de couverture n'est pas optimale dans toutes les régions, mais moi, je l'aime  :love: et je crois que mon expérience peut être utile à ceux qui habitent/randonnent en zone bien couverte (comme ici, au Québec).

Je l'aime, car il m'a donné la Liberté. Il me permet

-la liberté de décider de mon itinéraire et de mon "horaire" selon l'envie du moment,

-mes proches ne sont pas sans nouvelles et je peux donc me permettre des sorties plus longues  :doubleup: (car c'est beau ne pas vouloir donner d'inquiétudes en ne donnant pas de plan d'avance, mais dans la Verte, "pas de nouvelles = bonnes nouvelles" n'est pas toujours vrai)

-j'ai la possibilité de me signaler en cas de pépin (me signaler à mes proches en cas de pépin moyen, ou aux secours officiels en cas de pépin très grave) avec, en plus, une assurance-sauvetage à très peu de frais (une vingtaine de dollars par année, il me semble) qui rembourse les frais en cas de sauvetage par hélico, par exemple.

Évidemment, il y a l'inconvénient, qui va déplaire à Lynx, d'être "traçable électroniquement partout où je vais" et qui semble aller dans le sens d'une "sur-technologisation" de la randonnée (et de notre vie en général). En ce qui me concerne, par contre, ça ne me gêne pas. J'accepte l'outil même s'il cadre dans une philosophie qui ne me plaît pas, parce que l'outil, lui, me plaît et répond à mes besoins.

Je termine avec un exemple de l'utilité de Spot que j'ai vécu cet été :

La sortie : exploration d'un réseau de rivières, en canot. Je pars seule, c'est ma première sortie en rivières (plusieurs années d'expérience en lac), je ne veux pas me mettre en danger avec des rapides, alors dès que j'en rencontre, je rebrousse chemin et j'explore une autre branche de rivière. Je ne sais donc pas à l'avance quel va être mon itinéraire. Je prévois une sortie de 5 jours, mais je veux la liberté de prolonger de quelques jours, si j'en ai envie.

Pas de souci : j'ai Spot! Mon conjoint, qui ne m'accompagne pas, aura de mes nouvelles tous les jours. Si je décide de prolonger, je n'ai qu'à lui faire savoir que tout va bien (bouton OK) et il verra en plus, par le suivi de ma progression, que je continue de me promener.

C'est là où ça devient intéressant : au bout de 4 jours, la température se gâte. Plusieurs heures d'orages violents. Mon conjoint voit que je continue de progresser, je lui envoie un OK pour lui dire que tout va bien malgré tout. Il peut dormir tranquille.

Le lendemain, les éléments se déchaînent à nouveau et cette fois, c'est du sérieux : une tornade passe à quelques centaines de mètres de la maison et les orages qui secouent la région sont d'une rare violence. Comme le coin que j'explore est à moins d'une heure de la maison (le plaisir de vivre en région éloignée!), mon conjoint se doute que j'y goûte. Un coup d'oeil à ma progression Spot : il voit que tout va bien (je déguste, mais je vais m'en sortir, alors je lui envoie un OK). Par contre, il voit aussi que je suis en rivière et il devine que j'ai laissé mon camp monté sur une plage à quelques km de là. Vu la violence des vents, il craint que je ne retrouve ma tente au sommet d'une épinette, à mon retour! En chevalier dévoué et attentionné, il décide donc de voler à mon secours malgré tout. Grâce à Spot, il sait exactement où me rejoindre et, empruntant un bateau à moteur, il se rend à mon campement, que j'ai eu le temps de rejoindre entretemps. Ma tente est toujours solidement ancrée, il n'y a pas de dégâts, il arrive alors que je me fais tranquillement à souper sur un beau feu de bois allumé malgré la pluie des derniers jours. Mais mon conjoint protecteur est rassuré et une cette retrouvaille inattendue réchauffe mon coeur.  :love:

Ce n'est pas une aventure en montagne, mais ça me semblait tout de même pertinent dans la discussion à propos des moyens de se signaler en zone reculée. Je trouve aussi que ça présente un compromis entre la liberté de mouvement, l'inquiétude des proches et la sécurité.
Everyone must believe in something. I believe I'll go canoeing - Henry David Thoreau

17 octobre 2011 à 12:18:01
Réponse #96

Bison


Citation de: Douinie
Je trouve aussi que ça présente un compromis entre la liberté de mouvement, l'inquiétude des proches et la sécurité.
L'année prochaine, je randonnerai peut-être avec l'aîné de mes petits-enfants.
Je crois que je vais franchir le pas ...

Encore que, objectivement, si je parts avec lui, cela signifiera qu'il sera bien capable de se débrouiller seul si je me casse la pipe.
Mais je n'aimerais pas devoir le laisser seul pour aller chercher du secours si lui se casse une jambe ...

Bon, ce ne sera pas non plus dans les coins les plus reculés de la montagne.
On va y aller progressivement.
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

17 octobre 2011 à 13:00:12
Réponse #97

hrk


bonjour à tous,
la semaine dernière j'ai discuté avec un collègue qui utilisait des béquilles pour se déplacer. Je lui demande de me raconter ...
En Aout, il était parti seul aux champignons dans les basses Pyrénées (600 / 800 m) . Il se prends le pied dans un trou, triple facture du tibia péroné . Pas de téléphone, pas de sifflet, il a rampé durant 2 heures et a fini par entendre d'autres cueilleurs qui ont répondu à ses appels . Hélitreuillage par le PGHM, Samu, hospitalisation .... Bien entendu ses proches savaient qu'il était aux champignons, mais quid s'il avait dû y passer la nuit ... Il en retient qu'il a sacrément "flippé" durant ses 2 heures a ramper et qu'il a eu très mal durant son transport ...    A méditer !  Nous on sait qu'il faut un sifflet et un fond de sac, mais nous ne sommes pas à l'abri de nous cassé une "patte"      bonne journée à tous



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité