Nos Partenaires

Auteur Sujet: 3jours de"vie sauvage",retour plus tôt que prévu...  (Lu 5943 fois)

27 mai 2009 à 14:08:07
Lu 5943 fois

fy


Bonjour,
Ce récit se constitue de 2parties.
Je vous donne d'abbord la plus agréable:

Départ dimanche matin pour atteindre"l'objectif":une forêt qui se situe dans un périmètre de 3km/6;àpied,par les chemins en évitant toutes les routes...
Une vingtaine de bornes.
Sur le trajet,pas de soucis.Malgré une ampoule qui a saignée(je ne l'ai su que le soir évidement ::)),ma compagne tiens bon.

Arrivée sur le site en fin d'après-midi,

nous montons le camp,il fait beau.
Ici,préparation d'un thé avec la menthe ceuillie pas loin

petite reco.jusqu'a la limite de la forêt,le temps se gâte:

Nous avons encore assez d'eau potable jusqu'à demain(j'ai emporté 2l+2*1l dont 1en métal+2zip-lock de 3l pliés en réserve)donc rien ne presse,on rentre on mange et on se couche tôt pour récuperer,la vie du camp commence demain..
petite visite de bienvenue pendant le brossage des dents...

...




27 mai 2009 à 14:36:09
Réponse #1

fy


Dans la nuit,orage vents relativement violent,j'ai bien fait de faire attention à l'emplacement par rapport aux branches"potentiellement dangereuses".
Le bruit de la pluie qui"cogne"contre ma bâche et celui du vent qui"court"sur les cîmes me berce et je m'endors.

Ici le petit dej.Nottez le changement de"profil"de l'abri avant la nuit pour moins de prise au vent,éviter les poches d'eau tout en gardant une certaine hauteur pour que le réchaud à bois soit à l'abri.(env.1m30 au dessus des flammes) et pour recolter de l'eau sans bouger...

Petite photo de l'allume feu"home made"

Après le petit dej.,le plus urgent,maintenant,c'est l'eau...Nous allons donc dans un"creux"à flanc du terrain chercher un ruisseau.
Il y a de l'eau.Je sait grâce à la carte et à une reconnaissance jusqu'à la source qu'il ne peut être"contaminé" par des pesticides et des engrais.Nous remplissons les zip-lock et une gamelle d'1litre pour remonter j'usqu'au camp(5min).
Elle filtre avant de fair bouillir 3à5min,(la gourde en métal sert à faire refroidir);et moi,bâtonne pour allimenter le réchaud.
En allant chercher de l'écorce de bouleau poue avoir une réserve d'allume feu,je découvre une amie appétissante

Donc,je cherche ses copines

La recherche n'a pas donné grand chose,alors je vais changer d'espèce d'arbre...
« Modifié: 27 mai 2009 à 16:06:03 par fy »

27 mai 2009 à 15:17:12
Réponse #2

fy


...
Le lendemain,après la prise de vitamineC(j'en ai aussi récolté pour mettre dans l'eau à bouillir)


Je cherche donc un résineux pour agrémenter la popotte du soir(la 1ère moitiée de journée a été consacrée,après un réveil plus que tardif,à filter et bâtonner.
en faisant levier sur la lame pour sortir de gros morceaux de bois,jai bien apprécié les qualités de l'acier ressort car au centre,il était encore dur...

Et puis après 1/4d'heure(pas plus car ma compagne avait froid à rester immobile à me regarder faire)j'en ait sorti plus d'une trentaine d'environ 2cm!

Elles finirons donc dans la soupe du soir,mélangée(après ébullition)aux pâtes chinoises poulet et soupe oignons émental...
Pas de quoi nourrir un homme mais si j'y avait passé plus de temps cela aurait fait queques calories,protéines,sels minéraux en plus.
Cela agrémenté d'orties d'angélique,de pissenlit feuilles et fleurs de trèfle,grande marguerite(ce sont celles qui me sont passé devant les yeux);ça pourrait faire un petit repas,lègé;mais un petit repas quand même.
Saluons le courage de la petite femme qui a partagé ce repas avec moi... :)

Voilà pôur la première partie.
en plus d'avoir besoin de ce retour aux sources,il fallait que je teste mon camp's en situation.
Je pense que ce couteau est une réussite,
j'ai pu couper des troncs(que la tempête de cet hiver avait couchés)pour faire le banc,bâtonner par le dos et par le cul;j'ai même bloqué la lame dans une portion de sapin"encore vert" de 15cm de diamètre...sur ce coup,la lame a pris de sacrées contraintes,elle était légerement vrillée/tordue à l'interieur.Après l'avoir sortie avec un coin en bois,elle a repris sa forme,bien droite.
J'ai Chercher des larves en faisant levier avec....Taillé des sardines pour les bâches,les enfoncer avec le flanc de la lame
J'ai pu ouvrir le chemin dans une forêt de houx comme avec une machette en allant au ruisseau pour ne pas percer les zip-lock au retour
Pendant ces 3jours,je ne l'ai pas réaiguisé une seule fois(il va quand même repasser un peu sur la pierre ce soir)

La dexiéme partie,
c'est le sauvetage de ......moi même. ::)
c'est un bien grand mot,mais cela aurais pu vraiment tourné mauvais...

Je doit quitter le clavier....Àbientôt

F.

27 mai 2009 à 21:59:34
Réponse #3

fy


...

Nous voici donc au début de la 3ème nuit...
Après avoir bien mangé,bu un thé à la menthe je pense qu'au alentours de 23h.,on se couche.

je ne tarde pas à m'endormir dans un sommeil réparateur.Quand à environ 1h du mat.,mon corps me réveille avec une envie de pisser bizard...
exactement la même impression qu'une diarhée,mais à la vessie...
Je me réhabille,sort de mon hamac pour me soulager,je fait quelques gouttes.J'ai assez froid.
Je me recouche en enlevant une épaisseur de fringues.J'essaie de me détendre mais il faut immédiatement que je me relève pour uriner...Là,je commence à comprendre que ce n'est pas normal,mais je n'ai aucunes douleurs et jusque là, je me dit que je n'ai pas assez d'informations pour décider autre chose que de me recoucher bien au chaud...peut-être un coup de froid.

Mais mon organisme ne va pas tarder à me faire comprendre que je vais devoir prendre une décision rapide:
D'un seul coup,d'un seul,je suis pris de frissons;je grelotte et n'arrive pas a réguler ma temperature.
Je suis maintenant complètement habillé avec ma parka et sa capuche plus celle de mon sac de couchage(celui que j'utilise en hiver...)et malgré ma respiration calme, les frissons deviennent limite des spasmes.
Je sent que ma temperature va continuer à chuter si je reste comme ça.
Je fait très vite le point(moins d'une seconde je pense):
je n'est pas assez de bois pour allumer un feu assez conséquent pour me réchauffer(il reste à peine de quoi faire chauffer un thé au réchaud à bois)et je ne me sent pas assez d'énergie pour aller bâtonner.
Et j'ai la désagréable sensation que même de me faire chauffer ce thé pour me chauffer de l'interieur ne ferais que retarder"l'échéance".
Il continue de pleuvoir,même les brindilles encore accrochées au résineux sont trempées.
L'escalade des"symptômes"va assez vite:je commence à avoir des chauds froid
J'ai toujours envie d'uriner mais rien ou presque ne sort et la sensation de diarhée à la vessie devient vite une douleur.
Je commence à me faire une idée précise de ce qui m'arrive...

J'ai besoin d'aide et il ne me reste plus qu'une seule solution raisonnable:
APPELER UNE DES PERSONNES(2 EN FAIT) À QUI JE DEMANDE VEILLER À GARDER SON PORTABLE CONSTAMENT ALLUMÉ,CHARGÉ ET CRÉDITÉ À CHAQUES FOIS QUE JE PART EN FORÊT

-"Allô,vient me chercher au point de rendez-vous tout de suite s'il te plaît."
-"Petite femme!vite!Réveille toi,on va devoir décaller!"

J'ai toujours aussi froid,le véhicule sera là dans 20min;je compte 1/2heure.
Comme je ne me réchauffe pas en restant immobile même couvert par de multiples couches,j'utilise ce temps pour mettre le plus de chose dans mon sac.
J'ai des chauds/froids et de légères faiblesses dan,s les jambes.
J'abandonnerais sur place la bâche(et tout ce qui ne rentre pas dans le sac)pour ne pas me tremper pendant ce temps et dans le timing,je me met en marche vers le point de rendez-vous qui se situe à 1/4d'heure d'ici.
Je doit quand même tapper un peu dans le mental pour avancer.

J'arrive au véhicule,direction les urgences.
la douleur est plus intense et maintenant,il y a du sang dans mes urines
Verdict,comme je le présentais:infection urinaire.
Ordonnance et antibiotiques sur le champ.

Retour à la maison à 3h30.du mat avec une douleur digne d'une rage de dent >:(

Et la question se pose une fois à"l'abri":
Et si j'avais été seul,sans personne que je puisse appeler???Aurais-je eu l'énergie pôur ateindre les 1ères habitations?M'aurais-t-on ouvert la porte ?
Vu la vitesse de l'empleur des "symptômes",que se serait-il passé si je n'avais pas pu prendre la bonne décision?

Je vous ai livré tout ça pour que chacun y reconnaisse le bon et le mauvais,comme un signal car je ne suis pas le seul à qui cela puisse arriver;et pour conclure;
je répète une des conditions de base de l'anticipation,de la survie,NE PARTEZ JAMAIS SANS AVOIR UN MOYEN EFFICACE ET RAPIDE DE COMMUNICATION,SANS QUE PERSONNE NE SACHE OÙ VOUS ÊTES....

f.

ps:
Aujourd'hui cela va déja beaucoup mieux,en plus des prescription,j'y allie la medecine naturelle et me compagne a été récupèrer les affaires abandonnées au camp...

27 mai 2009 à 22:55:00
Réponse #4

Lemuel


Excellente petite anecdote, que chacun devrait lire. De plus je n'avais jamais entendu de parler d'infection urinaire chez un homme. Je me doutais bien que c'était "possible" mais là…  ^-^ Je suis impressionné par la fulgurance du truc.

Petite barroude bien sympa de surcroît.
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

28 mai 2009 à 14:44:51
Réponse #5

ucorsu


J'ai déjà eu ce genre de merdouille et je reconnais bien là les symptomes :-\
Mais comment faire si on est à 3 ou 4 heures de marche en pleine montagne où le téléphone ne passe pas...serrer les dents (car ça fait très très mal !) prendre un anti douleur( si on a eu la bonne idée d'en avoir dans son matos) et rentrer doucement...
Quand le croquemitaine va se coucher, il vérifie si il n´y a pas Ucorsu sous son lit. :lol:

28 mai 2009 à 15:37:20
Réponse #6

Lemuel


Perso mon ziplock à pharmacie contient un antibio générique prescrit par mon médecin au cazou. Mais je ne sais pas si ce serait suffisant pour ce genre de trucs.


Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

28 mai 2009 à 16:10:16
Réponse #7

Anke


Elle est courageuse ta nana Fy ! J'en reviens pas ! Dormir dans les bois c'est une chose, mais bouffer des gros vers blancs  :o si je fais ça à la mienne, je me prends le livret de famille en pleine poire !

As-tu identifié la cause de ton infection urinaire ? Ingestion de flotte ou de nourriture douteuse( c'est peu probable, le temps que ça fasse le tour dans le bonhomme....) ? Pipi avec les mains sales ? Tu dois avoir le nom de la "vilaine bébète" sur le résultat de l'Examen Cyto-Bacteriologique des Urines ( ecbu donc) qu'on t'as fait à l'hosto( en plus tu auras les antibios au dos de la feuille de résultat, c'est l'antibiogramme) ce qui te permettra de choisir un antibio à large spectre( les sulfamides marchent bien sur les urines il me semble, je ne suis plus sûr, à vérifier) à mettre dans ta pharmacie : voir avec ton médecin s'il est un peu au courant de tes activités ( tiens au passage, revois donc tes vaccinations ! Penser aussi aux allergies, fais le tour du "bonhomme Fy" en fait  ;))

Isolé au milieu de nulle part, sans atb, c'est 3l de flotte minimum par jour( rinçage de la plomberie), anti-inflammatoires( fièvres) et anti-douleurs. Et rentrer et rapido. Une infection urinaire ça reste local ( vessie et urèthre ,c'est pour ça que c'est mieux d'avoir une petite quéquette à sodomiser les abeilles, n'en déplaise aux Ours !  :lol:), le pb c'est que l'infection ne demande qu'à remonter vers le reins ( c'est pour ça qu'il faut boire) profitant de la "stase urinaire" et à partir de là ça devient beaucoup plus compliqué....

En préventif, boire boire et reboire, faut avoir les urines transparentes ( enfin le plus possible) et "porter le pet" à la moindre odeur (mais non pas besoin de gouter, on n'est plus au 18eme siècle pffff)ou sensation un peu zarbi, d'autant qu'on est sujet à faire ce genre de trucs.

28 mai 2009 à 16:38:37
Réponse #8

Madudu


L'infection devait dater un peu quand même, il faut un certain temps pour que les bactérie se développent dans les urines. Surtout qu'en pissant on en évacue une partie.
Les infections urinaires sont sexuellements transmissibles, et bien souvent sans symptômes chez la femme : donc un petit topo de la Madame est bienvenu  :)

28 mai 2009 à 20:34:31
Réponse #9

Humain


L'infection devait dater un peu quand même, il faut un certain temps pour que les bactérie se développent dans les urines. Surtout qu'en pissant on en évacue une partie.
Les infections urinaires sont sexuellements transmissibles, et bien souvent sans symptômes chez la femme : donc un petit topo de la Madame est bienvenu  :)
En fait il y aurait trois types d'infections urinaire:
  • ".La cystite. De loin la forme d’infection urinaire la plus courante, la cystite touche presque uniquement les femmes. Il s’agit de l’inflammation de la vessie. La plupart du temps, l’inflammation est provoquée par la prolifération de bactéries intestinales de type Escherichia coli, qui sont nombreuses aux environs de l’anus. Les bactéries passent de la région vulvaire à la vessie en remontant l’urètre. Tout ce qui gêne la vidange de la vessie augmente le risque de cystite. La cystite s’accompagne normalement d’une urétrite, l’inflammation de l’urètre.
  • L’urétrite. Si l’infection touche uniquement l’urètre (le conduit qui relie la vessie au méat urinaire), on l’appelle urétrite. Il s’agit d’une infection transmissible sexuellement (ITS) courante chez les hommes, mais les femmes peuvent aussi en souffrir. Différents agents infectieux peuvent causer l’urétrite. Les plus communs sont la chlamydia et le gonocoque (la bactérie responsable de la gonorrhée).
  • La pyélonéphrite. La pyélonéphrite est un état plus grave. Elle désigne l’inflammation du bassinet et du rein (du grec puelos = bassin et nephros = reins). Celle-ci résulte généralement d’une infection bactérienne. Il peut s’agir d’une complication d’une cystite non traitée ou mal traitée qui permet la prolifération des bactéries de la vessie vers les reins. La pyélonéphrite aiguë survient surtout chez la femme, et principalement la femme enceinte.
Source: http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=infection_urinaire_pm

28 mai 2009 à 22:48:41
Réponse #10

fy


Salut à tous,
Le medecin a l'hosto m'a dit que 3jours pouvaient suffirent pour déclenchés les 1er symptômes.
Par contre,il ne m'a donné aucuns résultats d'analyses,il s'est contenté de me faire l'ordonnance et de me donné les 1er cachets(ciprofloxacile et doliprane1000).
des anti-inflamatoires et des antalgiques,j'en ai dans ma trousse de 1er soins,mais je n'était pas sûr à100% de ce que j'avais et j'allais être transporté très rapidement vers quelqu'un de plus compétent que moi...
Par contre,si j'avais vraiment été isolé,dès que la grosse douleur serait apparue(ici,le"pic"de la douleur s'est déclaré à l'hopital),je me serais enfilé 2dolipranes direct pour pouvoir avancé le plus vite sans que la douleur ne soit trop intense et m'empêche de rallier le point civilisé le plus proche...

pour ce qui est de boire,ça c'est sûr,j'ai bu(de l'eau arômatisée au aiguilles d'épicéa) tout le trajet car la déshydratation est arrivée très vite aussi ;malgré cela,quand je parlais aux infirmières de garde,j'avait quand même la bouche comme le sahara.

Ce qui est étonnant,c'est que les symptômes sont partis aussi vite qu'ils sont venus(je continu quand mêmes les antibio et la médecine naturelle).

Pour ce qui est de la transmition sexuelle,c'est très peu probable car ma compagne est en"vacance"ici et je bosse à la maison.on est donc 24/24 ensemble...et ceci depuis 8mois.
C'est justement là le point de"départ"...
Je m'explique:Souvent,les maux du corps ne sont rien d'autre que des mots.
Je suis d'une nature très sauvage et très solitaire.Et vivre avec quelqu'un est une chose très compliquée pour moi.
Nous en avons parlé mais rien n'a été fait,elle est resté 1mois,puis encore un autre...etc...
C'est de ma faute car j'ai voulu faire un effort pour essayer de changer sur ce point,mais on ne lutte pas contre sa nature(du moins,pas aussi rapidement)

Quand on était dans la forêt,je me suis rendu compte  que l'émotionnel et le reptilien entraient en conflit.Elle voulait de l'attention et mon cerveau primitif ne voulait pas baisser la garde.Quand par exemple elle voulait me prendre la main,cela me faisait la sensation d'un court-circuit.
Elle voulais des calins et je voulais aller chercher des larves,des plantes,de l'eau,bâtonner,faire le feu pour qu'on est pas froid etc...

Tout ceci,elle le sait.Elle est très compréhensive et je n'ai eu aucun mal à lui dire ceci mots pour mots(et c'est peut-être pour ça que le lendemain la totalité des symptômes avaient disparus).Elle va donc repartir dans sa région quelques temps.

J'ai déja eu à faire à une situation dans le même genre et le corps avait parlé.
Comme s'il voulait mettre une barrière entre ma nature sauvage et ce qui l'empêche d'être.
Ajoutez à cela une bacterie qui a vu de la lumière,et le corps a tout ce qu'il faut  pour des maux....ou des mots

C'est un médecin qui m'a mis la "puce à l'oreille" la 1ère fois.
Il m'avait d'abord posé la question sur mes rapports,protègés ou non puis si j'était stressé,si j'avair subit des contrariétés...
Quand je lui ait raconté ma situation,sa réponse ne s'est pas fait attendre:"-cherchez plus!"...qu'il m'a dit,en suivant les explications ci-dessus.

comme tu voies,Anke;oui,elle est courageuse et pas seulement quand il faut manger des larves...

F.

« Modifié: 28 mai 2009 à 22:55:44 par fy »

28 mai 2009 à 23:05:17
Réponse #11

Anke


Mwouais, si tu veux j'ai rien contre tes explications. N'empêche qu'un bon antibio( en plus des anti-inflam et anti-douleur) dans la trousse en plus de ton approche, ça sera pas pire... Hein ! comme ça tu seras sûr.

Oui je suis un peu réfractaire à ce genre de trucs ( le reptilien etc...) tout du moins quand on est dans la période aigue. A 40° ( je monte très vite en T°) l'objectif N°1 c'est de faire baisser la fièvre si il ya douleur, la supprimer et on cause après si on veut ( c'est brute de décoffrage hein ?  :lol:). Ce n'est pas une critique, c'est de l'inquiétude... ;)

28 mai 2009 à 23:15:34
Réponse #12

fy


Oui,tu as raison;il ne me manque qu'un antibio dans ma trousse...
Faut que je voie le médecin de famille pour en discuter avec lui.

Pôur ce qui est de mes explications,je sais qu'elles ne sont pas très"conventionnelles".
j'ai fait des recherches sur le net en plus des paroles de ce médecin et apparament il a pas mal de confrères de son côté...
En plus,moi ça me "parle".

Mais je ne dénigre pas l'utilisation de médoc.Dans ces situations là,ils sont salvateurs.
Ce n'est pas ce que j'essayait de dire.
Je dit juste qu'il y a la bacterie,et qu'il y a le terrain pour qu'elle s'exprime...

Quand au reptilien,l'émotionnel,le néo-cortex qui sont "apparus"à differents stades de notre évolution,ils sont bien là et jouent chacuns leurs rôle...
F.

« Modifié: 28 mai 2009 à 23:20:45 par fy »

28 mai 2009 à 23:39:21
Réponse #13

Kookaburra


Salut !

J'ai pas envie de faire on chieur mais quand même .... Méfiez-vous des anti-inflammatoires surtout en cas d'infection ... Vous n'imaginez même pas comment ça peut faire flamber les microbes ... Franchement le paracétamol c'est plus sûr ...  (Et quand je dis anti inflammatoire ça inclus l'ibuprofène (advil ...) qui est un AINS).

A pluche

Bertrand
Etudiant sur Paris, Pyrénéen d'adoption et Australien dans l'âme

29 mai 2009 à 07:46:12
Réponse #14

philippe13


J'ai eu une prostatite il y a 20 ans, infection de la prostate proprement dite, non douloureux masi urine à odeur déplaisante sans être celle de la vieille pisse. Apparition des symptomes en deux trois heures :énorme fatigue type gripale + donc odeur en urinant. Cause inconnue.
« La victoire sur soi est la plus grande des victoires. »

PLATON

29 mai 2009 à 09:54:53
Réponse #15

KKJ


Salut fy
Belle sortie, mais il y a une chose que je ne comprends pas trop, pourquoi mange tu les insectes que tu trouves? Je veux dire que c'est une quantité de protéine infime comparé à l’eau et aux glucides que tu peux trouver en forêt.

Car en fait, les premiers jours tu peux vivre principalement avec de l'eau et en consommant tes stockes de graisse.  Je ne cherche pas la petite bête mais j’ai vu une émission qui s’appelle « face à la nature », et lâché en plein désert, la première chose que cet homme fait c’est de manger une araignée, alors que la digestion de protéine et de lipide consomme beaucoup d’eau, en plus il les manges cru, il ne se rend peut être pas compte que des insectes peuvent êtres vecteur de parasite et de maladies. Quand c’est cru, le jeu n’en vaut pas la chandelle.
« Modifié: 29 mai 2009 à 12:52:08 par KKJ »

29 mai 2009 à 11:08:13
Réponse #16

Kookaburra


Bin le truc c'est que certains types de douleurs ne cèdent qu'aux anti-inflammatoires. Donc dans le cas d'une pathologie infectieuse, on peut donner des AINS si l'infection est sous contrôle (ex : sous antibio efficace).

Ce qu'il faut voir c'est que dans une pathologie infectieuse, l'inflammation est utile. Elle consiste en une libération de molécules (les cytokines) qui vont avoir plusieurs rôles : augmenter l'afflux sanguin local (c'est pour ça que le lieu de l'infection devient rouge et chaud) stimuler la multiplication des cellules de l'immunité à distance (macrophages, polynucléaires, lymphocytes), les guider jusqu'au lieu de l'infection et leur permettre d'entrer dans le tissus infecté (production de molécules d'adhésion à la paroi des vaisseaux qui permettent au cellules immunitaires de s'y fixer puis de la traverser pour pénétrer dans la zone infectée). IL y a bien d 'autres aspects mais je ne vais pas vous faire un cours d'immuno hein.
Les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) (tels que ibuprofène, advil, profénid ...) modulent la réaction inflammatoire, et dans le cadre de l'infection bactérienne deux points peuvent poser problème : ils diminuent la vasodilatation locale (moins de sang = moins de cellules immunitaires qui circulent localement) et ils altèrent le fonctionnement des PNN (polynucléaires neutrophiles) qui sont justement l'agent immunitaire majeur de la lute contre les bactéries.
Les complications souvent observées avec la prise d'AINS sur une infection bactérienne négligée sont généralement : le retard au diagnostic (ça masque très bien les symptômes donc le diagnostic est plus difficile ou les malades consultent plus tard), l'extension de l'infection et la formation d'abcès.
Même si certains AINS sont en vente libre, ils ne sont donc pas dénués d'effets secondaires dangereux. Il est toujours important de demander conseil à un professionnel de santé ...

Attention de ne pas tomber non plus dans l'excès inverse : des AINS sont régulièrement prescrits sur des infections bactériennes contrôlées par une antibiothérapie adaptée, pour deux raisons : c'est un antalgique très efficace, et une fois les antibios en place ce sont eux qui se charent des bactéries, dans certains cas il est utile de diminuer la réponse immunitaire au site de l'infection pour diminuer la "cicatrice interne" ...

Moralité n'hésitez pas à consulter et écoutez votre toubib. Faites vous conseiller pour votre trousse à pharmacie, et dans le doute préférez du simple paracétamol le temps d'arriver chez le toubib...

A+

Bertrand
Etudiant sur Paris, Pyrénéen d'adoption et Australien dans l'âme

29 mai 2009 à 11:41:42
Réponse #17

fy


Salut Bertrand,
je comprend très bien,Merci pour ces explications. :)

KKJ,
d'abbord;les insectes,tu l'as compris,je ne les mange pas crus...d'ailleur,je ne mange rien cru de ce que je prend dans la nature(à part des fruits comme des mûres qui se situent assez haut).
Ils font peut-être consomer de l'eau mais cette eau c'est justement mon 1er soucis quand je monte un camp.J'ai constement 3l.à filtrer,2l.d'eau filtrée et 1l.d'eau potable(filtrée bouillie et réaèrée).Et quand il pleut je t'en parles même pas...Je pourrais prendre un bain ;D.Je veille donc que ces réserves ne soient jamais à cours.

Ensuite,pour ce qui est de vivre sur ses réserves de suite,personnelement je trouve ça assez dangereux dans le sens où si dès les 1ers jours tu commence à tapper dedans;que risque-t-il de se passer si par exemple tu reste bloqué sur ton campement 2jours à cause d'une météo violente ou toute autre chose???
Tu auras toujours ça de DÉJA dépensé.
Non seulement c'est un plus par rapport aux rations que j'emporte et c'est aussi une source de nutriments non négligeable.
Juste un exemple:
http://www.comlive.net/Manger-Des-Insectes,66251.htm

De plus c'est un entrainement:savoir où les trouver est une chose,mais le faire en est une autre...
Savoir qu'ils se mangent est une chose,mais le faire en est une autre
Savoir comment les attraper(comme les fourmis par exemple)est aussi une chose,mais le faire......

Bref,quand on reste longtemps dans la nature(bon,là c'est 3jours,mais j'était partit pour plus),il fautb
 manger et boire dès que l'occaz.se présente!
Car si tu te dit-"bah,je peux vivre encore 1jour ou deux sur mes réserves"...Si la situation se complique,elle risque de devenir plus dangereuse qu'elle n'aurais dû l'être...
Regarde ,si je m'était dit la même chose avec mon telephone....

Voilà,
j'espère que j'aurais répondu à tes questions correctement... ;)

F.

« Modifié: 29 mai 2009 à 12:14:30 par fy »

29 mai 2009 à 12:54:27
Réponse #18

KKJ


Merci pour ta réponse, tu as bien répondu à mes questions.
J'espère que ta santé va mieux.

29 mai 2009 à 13:03:33
Réponse #19

Anke


Kookabura, très clair, bien expliqué, formateur  :akhbar:
Dans le cas qui nous préoccupe( infection uirnaire pratiquement évidente), un ains, un anti-pyrétique + un antibio large spectre( faut taper large et fort) compte tenu du contexte ( isolement, pas de consult possible par tel) bref traiter les symptomes en supposant les causes, c'est ce que je ferais sans trop rentrer dans les détails. Mais je peux faire erreur évidemment, l'objectif ( pour moi) est de limiter la "casse" le temps de rentrer. Tu dis si je dis des conneries hein, pas de polémiques, on est sur un truc public, autant donner des infos fiables autant que faire se peut.  ;)

29 mai 2009 à 14:32:27
Réponse #20

fy


Salut Anke;
pour moi ça parrait bien...
DE ce que j'ai compris,du moment que l'antibiotique se charge des bactéries,on peux se permettre l'anti-inflamatoire(qui en décongestionnant les tissus limiterait l'afflux de sang et donc des defenses naturelles)...

Dans mon cas(où il me manque l'antibio à large spectre)je n'aurais pris qu'un Doliprane1000 pour me permettre de rentrer au plus vite pour de vrais soins.

Mais je peux me tromper aussi donc n'hésite pas à nous le dire si on est à côté de la plaque...

29 mai 2009 à 15:56:19
Réponse #21

Anke


Re les copains,

En fait sur ce type de pb, je pense qu'il faut réagir en terme de priorité et d'objectifs précis.
Dans le cas qui nous interesse j'ai compris le tableau suivant :
J'ai de la fièvre, j'ai super mal dans le bas ventre à un tel point que je ne peux plus rien faire d'autre que d'être plié en deux par la douleur, j'ai probablement une infection (urinaire ou intestinale ?) je pisse plus ou je pisse toutes les 5 mn( donc c'est surement urinaire)
Je suis au milieu de nulle part, personne ne viendra me chercher ( pas de réseau).
Les objectifs:
le final : guérir( antbiotiques si j'en ai pas), mais pour ce faire il faut que je revienne à la civilisation( ou trouver du réseau pour appeler), pour y arriver faut que je marche, pour marcher faut plus que cette douleur me paralyse et faut que la fièvre descende.
Donc anti-inflammatoire, anti- douleurs ( en avons nous dans notre pharmacie ? Moi non, c'est un truc auquel je ne pense pas la douleur ( pourtant je devrais !), les anti-inflmm on une action anti-douleur) anti-pyrétique( les anti-inflamm aussi ont une action anti-pyr, la fièvre étant aussi le reflet de l'inflammation), bref les trucs qui vont me permettre de me mettre debout et de marcher. Cet objectif là est le premier.
En fait mon objectif premier n'est pas de guérir, mais de mettre les moyens en oeuvre pour me barrer de là pour aller chercher la "guérison". Toute proportion gardée, si boire une bouteille de rhum me permettait d'atteindre l'objectif final, je la bois d'un trait...Hips... Tu vois le truc ?

29 mai 2009 à 16:41:01
Réponse #22

Bison


Bonjour,

J'ai suivi le fil depuis le début et merci à Fy pour ce témoignage courageux et instructif.
Comme d'habitude, j'ai bien appris une ou deux choses intéressantes ...
Notamment :
 - qu'il n'est pas indiqué de prendre un anti-inflammatoire en cas d'infection bactérienne non maîtrisée
 - que l'inflammation, ça fait mal, mais "c'est bon pour la santé" - jusqu'à un certain point, tout comme la fièvre ...

Je reste avec une réticence sur la prise d'anti-biotiques (large spectre) sans avis médical préalable - pas par conviction personnelle, mais parce que j'ai lu/entendu des avis divergents. Bon, si pas de toubib disponible, je n'hésiterai pas longtemps, si j'ai des vrais symptomes d'infection.

Par contre, je tique très fort sur ceci :

Citation de: Fy
J'ai besoin d'aide et il ne me reste plus qu'une seule solution raisonnable:
APPELER UNE DES PERSONNES(2 EN FAIT) À QUI JE DEMANDE VEILLER À GARDER SON PORTABLE CONSTAMENT ALLUMÉ,CHARGÉ ET CRÉDITÉ À CHAQUES FOIS QUE JE PART EN FORÊT
-"Allô,vient me chercher au point de rendez-vous tout de suite s'il te plaît."
-"Petite femme!vite!Réveille toi,on va devoir décaller!"
[...]
Et la question se pose une fois à"l'abri":
Et si j'avais été seul,sans personne que je puisse appeler???Aurais-je eu l'énergie pour atteindre les 1ères habitations?M'aurais-t-on ouvert la porte ?
[...]
Je vous ai livré tout ça pour que chacun y reconnaisse le bon et le mauvais,comme un signal car je ne suis pas le seul à qui cela puisse arriver;et pour conclure;
je répète une des conditions de base de l'anticipation,de la survie,NE PARTEZ JAMAIS SANS AVOIR UN MOYEN EFFICACE ET RAPIDE DE COMMUNICATION,SANS QUE PERSONNE NE SACHE OÙ VOUS ÊTES....

Je suis de ces insensés qui partent parfois seul sans dire où ils vont à qui que ce soit ...
Je ne veux pas polémiquer sur mon état mental, mais enfin, cela me donne au moins une très grande liberté de décision.

Dans le cas de la mésaventure de Fy?
J'aurais appelé le 112 ...
J'aurais donné mes coordonnées précises ... et on m'aurait trouvé, même si, pour une raison ou une autre, j'avais du changer de plan, d'itinéraire ...
Pourquoi s'imposer un "point de ramassage"? Pourquoi mobiliser un service de garde "de confiance" rien que pour soi.

Là, le coup du 112, je m'étonne quand même que personne n'ait relevé ...
C'est ce qui m'a motivé à intervenir :  rappeler qu'il existe un service de garde "public", plus efficace que deux bons copains ... Le 112 passe mieux que n'importe quelle autre communication par gsm ...

Finalement ... moi qui n'y connais rien de rien en matière de "nourriture de survie", je me pose la question :  "Peut-on vraiment être sûr que, en plus de l'état de stress "affectif", les expérimentations culinaires diverses effectuées au cours des premiers jours n'ont pas favorisé, elles aussi, cette infection?

A chacun ses audaces ... moi, il faudrait déjà que j'aie faim ... très faim!

Bonne rando à tous!
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

29 mai 2009 à 19:04:32
Réponse #23

fy


En fait mon objectif premier n'est pas de guérir, mais de mettre les moyens en oeuvre pour me barrer de là pour aller chercher la "guérison".gardée, si boire une
Je suis d'accord avec ça....

J'aurais appelé le 112 ...
J'aurais donné mes coordonnées précises ... et on m'aurait trouvé, même si, pour une raison ou une autre, j'avais du changer de plan, d'itinéraire ...
Pourquoi s'imposer un "point de ramassage"? Pourquoi mobiliser un service de garde "de confiance" rien que pour soi.
Parce qu'il vaut mieux un qui sait que dix qui cherchent ;)
Et parce que d'où cette personne est partie c'était plus rapide
Sûr que si personne et pas de réseau c'est le 112direct en donnant des coordonées

Finalement ... moi qui n'y connais rien de rien en matière de "nourriture de survie", je me pose la question :  "Peut-on vraiment être sûr que, en plus de l'état de stress "affectif", les expérimentations culinaires diverses effectuées au cours des premiers jours n'ont pas favorisé, elles aussi, cette infection?
Je ne voie pas comment ce serais possible puisque tout ce que je mange est bouillit avant d'être ajouté dans les plats.
Et ce sont des larves de coléoptère tout à fait comestibles/
De plus,si c'était ça,ma compagne aurais eu des soucis et le malaise ne se serais pas situé  à ce niveau là à mon avis...
Plus du côté de l'estomac et des intestins.Surtout si près de l'ingestion..Non?

29 mai 2009 à 20:32:51
Réponse #24

Bison


Citer
De plus,si c'était ça, ma compagne aurais eu des soucis et le malaise ne se serais pas situé  à ce niveau là à mon avis...
Plus du côté de l'estomac et des intestins.Surtout si près de l'ingestion..Non?
Je ne sais pas, je suis ignorant total, sérieusement.
Avant d'écrire cela, j'ai bien pensé à ta copine, évidemment ... mais un individu n'est pas l'autre.
Je me dis simplement que c'est quand-même une hypothèse à envisager.
Un "long shot", peut-être.
Tu as parlé au toubib, en détail, de ce que tu avais cuisiné?
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité