Nos Partenaires

Auteur Sujet: Survie en deux-roues motorisé  (Lu 22592 fois)

25 octobre 2009 à 17:39:58
Réponse #25

Chokkake


Bien sur que j'ai pris des risques, maintenant je n'avais pas non plus 36 solutions, il a plu jusqu'à 20 heures ce jour là, je n'allais pas attendre 12 heures pour rentrer chez moi ... ni appeler une dépanneuse.

Je ne veux pas considérer ça comme une bêtise, c'est un risque que l'on ne peut pas éviter à mon sens.

J'aurais du prendre le métro, dira-t'on, mais c'était prendre le risque de se faire agresser, c'est donc aussi une "bêtise" ...

edit: évidemment, on ne peut pas refaire l'histoire, mais mouillé ou pas, essence ou pas, je pense que vu l'angle qu'il m'a forcé à prendre, c'est à dire dans les 60-70°, je pense que je tombais dans tous les cas.

25 octobre 2009 à 17:42:26
Réponse #26

Humain


Bien sur que j'ai pris des risques, maintenant je n'avais pas non plus 36 solutions, il a plu jusqu'à 20 heures ce jour là, je n'allais pas attendre 12 heures pour rentrer chez moi ... ni appeler une dépanneuse.

Je ne veux pas considérer ça comme une bêtise, c'est un risque que l'on ne peut pas éviter à mon sens.

J'aurais du prendre le métro, dira-t'on, mais c'était prendre le risque de se faire agresser, c'est donc aussi une "bêtise" ...
C'est à toi de juger où est le plus grand danger... et d'assumer tes choix.

25 octobre 2009 à 18:50:38
Réponse #27

flocondavoine


J'ai du mal à voir en quoi Chokkake a été imprudent : on ne parle pas de neige, de glace, d'alcool mais de flotte... Et il roulait semble-t-il a une vitesse adaptée. Et équipé.
Il aurait été plein gaz en virage je dis pas, mais là à 40 en ligne droite ca me semble tout à fait raisonnable.


Je garde toujours à l'esprit, après seulement qq milliers de kms en moto et qq frayeurs, que les gens qui t'entoure VONT faire n'importe quoi. Des exemples à la pelle malheureusement.
Donc pour ma part, encore plus par route mouillée : distances de sécurité ++, attention à l'environnement (rétro compris) ++ histoire de savoir si je peux changer de voie ou freiner, et surtout j'hésite pas à "perdre du temps" plus qu'à l'habitude en ralentissant ou changeant de voie au moindre doute.

Juste une petite question : as tu klaxonné ?
Perso j'avais pas du tout le réflexe au début, maintenant nettement plus !

Quand à la pluie+gasoil, effectivement c'est la m*rde. Surtout que souvent attentif à ce qui se passe autour, on voit souvent trop tard le brillant sur la route foncée et zou.

Pour avoir chuté dans les mêmes conditions (eau, virage mais flaque de gasoil) : la chute est très rapide et avec le stress tu as pas le temps de te rendre compte de grand chose à part te bouger pour te mettre sur le côté, faire ralentir la première voiture et ramasser les bouts et le véhicule.

ps : merci oncroger pour le sujet

25 octobre 2009 à 19:08:03
Réponse #28

Chokkake


pour tout te dire je n'ai pas eu le réflexe de klaxonner je me suis concentré sur ma trajectoire ...
avec le recul je me dis que j'aurais pu le faire mais le risque c'était soit qu'il ne m'entende pas et qu'il continue, et si j'étais resté sur la même ligne je me le prenais, soit qu'il s'arrête mais que j'ai commencé à tourner, et là je me le prenais aussi.

c'est super difficile d'avoir la bonne réaction mais au final je me dis que j'ai peut être eu la meilleure, la plus protectrice même si je suis tombé ... je sais pas.
merci pour vos réponses en tout cas

25 octobre 2009 à 19:21:38
Réponse #29

canardvécé


allez....j'y vais de mon "annecdote"....
21 avr 2004 en 2 roues à l'arret à un feu rouge rue LaBoetie à Paris derriere un camion (je ne passe, ni à droite, ni àgauche) et ....paf! dans le camion .......le conducteur de la grosse voiture derriere moi "regardait les vitrines" ce sont ses dires....et n'a pas vu (enfin si, mais trop tard..)que la circulation etait arretée devant lui !)
triple fracture radius cubitus, 4 operations et toujours pas une mobilité complete aujourd'hui (presque pas de supination côté droit...) heureusement je suis gaucher et seule ma main droite etait sur le guidon....je resserais ma jugulaire de l'autre.....
comme quoi,.....même à l'arret..................... >:(

25 octobre 2009 à 19:52:53
Réponse #30

flocondavoine


Tu peux klaxonner tout en freinant ou changeant de direction hein.
J'avoue qu'au début j'étais un peu perdu, entre l'attention à l'environnement, la nouveauté du déplacement en deux roues et donc la maitrise toute relative...
Plus d'une fois j'ai pas eu le réflexe du klaxon qui aurait été bien utile, ca vient avec le temps.

On étaient pas sur place, alors te dire ce qu'il aurait été possible de faire...
A part rappeler les bases : distances de sécurité et attention.
Si je vois un véhicule qui perds de la vitesse : je fais de même si possible (piéton qui traverse à l'arrache, voiture ou autre invisible ? gars qui cherche son chemin, sors son portable etc etc etc).

Après c'est avec l'expérience (comprendre des frayeurs) qu'on prend les "bonnes" habitudes.

canard : ca fout les boules... tout comme un copain tranquille en virage qui se retrouve face à deux véhicules...
Ca me fait penser à ce qu'on nous à appris et que j'essaye de faire : si premier au feu -> près à démarrer jusqu'à ce qu'il y ai deux ou trois voitures à l'arrêt derrière pour faire tampon. Sinon je fais souvent des appels de feu stop quand je suis à l'arrêt quand je vois arriver un véhicule. Après si le c** regarde complètement ailleurs...

25 octobre 2009 à 19:54:54
Réponse #31

canardvécé


. Après si le c** regarde complètement ailleurs...
helas là c'etait le cas....... :'(

25 octobre 2009 à 19:59:10
Réponse #32

Patrick


Chokkake, merci pour ton retour d'expérience, mais franchement je vois mal en quoi on peut en tirer un profit. Tu t'es vautré en scoot comme plusieurs centaines d'autre conducteurs de deux roues le même jour. Tu es tombé sur un c*nnard ou une c*nnasse, comme d'autres voient tous les jours de jeunes conducteurs de scooters parfaitement irresponsables au comportement suicidaire. Tu déclares tout de go, "les conducteurs sont des prédateurs" en en faisant une généralité. Moi je vois tous les jours des conducterus de deux roues remercier du pied des automobilistes corrects.

Mais sache qu'en choisissant le deux roues dans une grande ville comme moyen de locomotion, tu t'expose statistiquement 50 fois plus à un accident qu'à une agression dans le métro. Mais ça tu ne peux décemment pas dire que tu ne le savais pas.

Après comme dit Humain, tu es grand et tu assumes le ratio facilité et praticité / risque.

25 octobre 2009 à 20:13:15
Réponse #33

Gros Calou


tu t'expose statistiquement 50 fois plus à un accident qu'à une agression dans le métro.

Tout à fait d'accord avec Patrick, tu te fais pas systématiquement agresser dans le métro  :popcorn:

De plus en cas d'agression, il suffit de filer ton porte monnaie et ou ton portable ou autres valeurs et le ou les mecs se cassent. En cas d'accident en 2 roues c'est toi qui casse ! Et ta vie n'a pas de valeur !

Je suis un habitué chaque jour de, autoroute et périphérique en RP, je suis extrèmement attentif aux 2 roues au point que je fais même attention lorsque je fume à balancer ma cendre de clope par la fenêtre que quand il n'y a pas de 2 roues dans mon rétro.

Attention à vous les mecs, vous n'avez pas de carrosserie autour de vous, vous êtes sur 2 roues, pas 4 et sur une voiture il y a des angles morts et des cons dans certaines bagnoles.

Gros Calou qui flippe pour les motards.

 ;)


25 octobre 2009 à 22:34:37
Réponse #34

jilucorg


La dernière moto sur laquelle je suis monté, elle a été vendue par téléphone au mécano qui était venu la ramasser après que les pompiers m'avaient emmené à l'hosto, en 89. Juste avant, j'étais assis par terre au milieu d'un grand carrefour, à Lyon, en train de regarder ma jambe qui faisait comme un deuxième genou à l'envers entre le vrai et la cheville (au découpage du jean dans l'ambulance — un Levi's neuf ! :o —, on voyait un bon bout de tibia qui pointait à l'air (merci le masque à oxygène ;D). Juste un type qui avait tourné brusquement à gauche depuis la file de droite sans regarder son rétro et moi qui allais trop vite sur la file de gauche : le temps qu'il freine, un petit coup de pare-choc au-dessus de ma cheville et hop, roulé-boulé une jambe en vrac. J'aurais été en voiture, c'était une aile froissée...

Mes discussions avec les infirmières du service orthopédique sur les motards qu'elles voyaient tous les jours arriver en morceaux — pour ceux qui étaient encore vivants — m'ont convaincu que juste trois opérations et la jambe même pas coupée (les fractures ouvertes ça craint), c'était pas trop cher payé pour un avertissement.
  
 
jiluc.

26 octobre 2009 à 04:29:16
Réponse #35

romrom51


Chokkake, merci pour ton retour d'expérience, mais franchement je vois mal en quoi on peut en tirer un profit. Tu t'es vautré en scoot comme plusieurs centaines d'autre conducteurs de deux roues le même jour. Tu es tombé sur un c*nnard ou une c*nnasse, comme d'autres voient tous les jours de jeunes conducteurs de scooters parfaitement irresponsables au comportement suicidaire. Tu déclares tout de go, "les conducteurs sont des prédateurs" en en faisant une généralité. Moi je vois tous les jours des conducterus de deux roues remercier du pied des automobilistes corrects.

Mais sache qu'en choisissant le deux roues dans une grande ville comme moyen de locomotion, tu t'expose statistiquement 50 fois plus à un accident qu'à une agression dans le métro. Mais ça tu ne peux décemment pas dire que tu ne le savais pas.

Après comme dit Humain, tu es grand et tu assumes le ratio facilité et praticité / risque.

salut , tu peux nous indiquer tes sources car j'ai farfouillé sur net mais j'ai pas trouvé .... :-[
en meme temps , si chokkake a choisi ce moyen de locomotion ,ce n'est peut etre  par choix mais par obligation ( domicile eloigné , temps de transport important )... .



Salut :)
Effectivement il ne faut pas laisser les yeux fermés son destin dans les mains des autres que l'on soit en deux roues ou pas, mais, sans vouloir être méchante, tu ne crois pas que tu as un tout petit peu pris des risques stupides toi aussi?
C'est toi qui a décidé de rouler (même à faible allure) alors que tu savais que tes roues n'adhéraient pas à la route.

Ce n'est pas une condamnation, hein  :) tout le monde fait des bêtises tôt ou tard et moi la première  ;) . L'important est de reconnaître ses torts pour ne pas les reproduire.
C'est à toi de juger où est le plus grand danger... et d'assumer tes choix.

je ne comprends pas . Oui  , il y avait un peu d'essence sur ces pneus , pourtant il avait réussi à rouler jusqu'au lieu de son accident sans problème en faisant preuve de prudence.
Devait il laisser son 2 roues garées et  sécher ses pneus ?
Ce  n'était certainement pas la premiere fois qu'il roulait sur une route mouillée.
il n'a pas eu un accident tout seul , son histoire nous indique que son accident est du à l'imprudence de l'autre conducteur.

d'assumer tes choix
aurais tu dis la meme chose si il s'était fait agressé dans le métro ?


Romain,  qui a déja  eu des accidents en 2 roues ......

"Le capitalisme ,c'est l'exploitation de l'homme par l'homme ;le syndicalisme c'est le contraire"  Coluche
http://omegapetit.labrute.com
http://labrute.fr/team/204019

26 octobre 2009 à 07:03:52
Réponse #36

bison solitaire


Ca risque de tourner au deux roues  vs auto.
Constat général sur la région parisienne: motards à la fois prudents et un peu inconscients quand même sur le périph', mais plutôt courtois et vigilants.
scooter: des fous!!
Il n'est pas rare de se voir doubler à droite et à gauche en même temps par des scooters, alors forcément celui qui subit le coup de volant parce que l'autre passe trop près, il va dire que le conducteur n'a pas regardé dans le rétro.
C'est caricatural, mais en même temps ce genre d'anecdote c'est plusieurs fois par jour!!. Toutefois, je précise qu'il ne s'agit pas de coursier, ça se voit au modèle de scooter et au costard...
Je précise tout de même que je n'ai rien contre les scooters ni contre les motos, j'ai d'ailleurs mon permis; mais j'ai noté cette différence patente entre les conducteurs de ces deux types de deux roues. Sans doute un problème de formation.

26 octobre 2009 à 07:36:48
Réponse #37

Patrick


d'assumer tes choix
aurais tu dis la meme chose si il s'était fait agressé dans le métro ?
Bourré et seul à 4h du mat oui. Mais j'immagine que la majorité des gens qui prennent le métro pour le boulot ne l'on pas eux.

Romain,  qui a déja  eu des accidents en 2 roues ......
Patrick, qui après une fracture de L4 à mis 8 mois pour remarcher à peu près normalement.

Quand à ta question récurrente, qu'est-ce qui te gène dans la notion d'assumer des choix qui ne veut pas dire mériter de ?

Pour les stats, source SAMU de Paris sur la base du calcul suivant :

nombre de deux-roues/nombre d'accident de deux roues VS nombre d'usagers du metro/nb d'accidents ou agressions.

Chacun fait ses choix, faut arrêter de chouiner en permanence ET LES ASSUMER.

26 octobre 2009 à 08:20:37
Réponse #38

DavidManise


Parlant d'assumer, petit post purement technique.

Un des premiers principes qu'on apprend dans les cours de conduite défensive, c'est de toujours agir comme si tout le monde était complètement con, dangereux, et allait essayer de nous défoncer avec son véhicule, se jeter sous nos roues, etc. 

Concrètement ça se traduit comment ?  Ca se traduit par le fait que quand tu vois un c*nnard qui commence à vouloir changer de voie, même si techniquement c'est à lui de s'arrêter et c'est à toi de passer, tu ralentis assez pour pouvoir vraiment t'arrêter s'il le fait...  ou pire, tu t'arrêtes doucement alors que tu as le temps, et tu donnes la priorité au gros con.

Ouais, je sais, ça ferait chier que le monde devienne comme ça, et que tous les gros cons nous grillent la priorité et tout.  Le truc c'est qu'au-dessus des lois des hommes et de la bienséance, il existe des lois qu'on nomme les lois de la physique qui selon moi ont toujours le dernier mot.

C'est con hein ? ;D

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 octobre 2009 à 08:31:10
Réponse #39

romrom51


je suis d accord ,il faut assumer ses choix ,dans ce cas precis ,je ne pense pas qu il chouchougnait mais plutot donner ou prenait le risque  de raconter sa malheureuse rencontre .
il expose son histoire et on lui repond qu il doit assumer? mais assumer quoi? ce ne serat pas plutot au proprio de la voiture d'assumer ? je m interroge


bien vu pour les chiffres,merci.

romain
"Le capitalisme ,c'est l'exploitation de l'homme par l'homme ;le syndicalisme c'est le contraire"  Coluche
http://omegapetit.labrute.com
http://labrute.fr/team/204019

26 octobre 2009 à 08:48:27
Réponse #40

DavidManise


C'est pas tout blanc ou tout noir.  

Là, on a un scooter en condition sub-optimale (pluie, pneus avec de l'essence dessus), et un conducteur qui n'a absolument pas fait gaffe.  Je pense que le conducteur doit assumer sa part de responsabilité (effectivement je remonte pas trois voies, surtout pas sans regarder et en coupant la route aux scooters...  mais dans la réalité des centaines de personnes font ça tous les jours).  Je pense que chokkake aurait peut-être aussi pu anticiper davantage...  mais bon j'étais pas là.  J'en sais rien.

Concrètement, là où il est question d'assumer des risques, c'est qu'on SAIT statistiquement que le deux roues en ville c'est dangereux.  Vraiment.  Choisir malgré tout de rouler en deux roues est un choix que je respecte totalement, mais simplement il faut assumer les risques que ça comporte, et être vraiment un très bon en conduite défensive pour ne pas avoir de gros pète.  

Et encore, l'exemple de canardvécé est éloquent.  Même à l'arrêt, on est pas à l'abri d'un c*nnard qui nous cogne par derrière.  Un petit choc à 20km/h, voiture contre voiture, ça se termine par un constat et un pare choc pété.  Quand c'est moto contre bagnole, celui qui a le plus gros bobo en général c'est le mec sur la moto...  non ?  

Bref ça c'est le risque additionnel qu'il faut assumer quand on choisit de rouler en deux roues.  Surtout en ville...

Pics pourrait vous en parler (sans raconter sa vie, quand je suis monté en Belgique pour le stage cet été j'ai vu par-dessus quel fil électrique il a été projeté par un papy qui ne l'avait pas vu arriver en face, et sur quel trottoir il s'est posé délicatement :'()...  Corin aussi pourrait en parler... 

Bref.

Chacun ses choix.  Perso, si j'étais à Paris, concrètement je pense que j'opterais pour le Parkour.  Avec tous les raccourcis que ça offre, sans dec, t'es au bureau à l'heure, c'est obligé ;#

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 octobre 2009 à 09:18:11
Réponse #41

Patrick



Bref ça c'est le risque additionnel qu'il faut assumer quand on choisit de rouler en deux roues.  Surtout en ville...
C'est ça que je proposais d'assumer, la réalité du sur risque généré intrinséquement (pneu qui éclate, erruer payée cash) ou extrinséquement (c*nnard, voierie) par l'utilisation d'un deux roue.

Une bonne analyse de risques se fonde sur la confrontation des individus aux dangers réels tels qu'ils sont et non tels qu'ils devraient être.

26 octobre 2009 à 09:33:10
Réponse #42

Humain



je ne comprends pas . Oui  , il y avait un peu d'essence sur ces pneus , pourtant il avait réussi à rouler jusqu'au lieu de son accident sans problème en faisant preuve de prudence.
Devait il laisser son 2 roues garées et  sécher ses pneus ?
Ce  n'était certainement pas la premiere fois qu'il roulait sur une route mouillée.
il n'a pas eu un accident tout seul , son histoire nous indique que son accident est du à l'imprudence de l'autre conducteur.


Résumons:
Citer
Bref, la route mouillée + les roue aspergées d'essence, je décide de rouler lentement pour ne rien risquer, évidemment.
Je m'engage sur un grand boulevard à trois voies (six en comptant celles d'en face
Il me semble qu'on avait là un joli cocktail menant à une glissade potentiellement funeste. Choisir de rouler dans ces conditions en prétendant ne rien risquer me semble très léger, voir inconscient.

Citer
l expose son histoire et on lui repond qu il doit assumer? mais assumer quoi? ce ne serat pas plutot au proprio de la voiture d'assumer ?
Alors oui, le conducteur était en tort... mais quand tu te retrouves paraplègique ça te fait une belle jambe que ce soit l'autre qui soit en tort. Ce qu'il doit assumer c'est le choix qu'il a fait de prendre davantage de risque en roulant dans ces conditions, sachant que la pratique des deux-roues est à la base déjà risqué.

Si je traverse la route les yeux fermés, je suis totalement de mon droit puisque en tant que pièton je suis prioritaire. Mais aurais-je le droit moral de rejeter la faute à 100% sur le conducteur qui m'aura renversé?

  l'Humain

Édit: en fait David et Patrick ont exprimé ça bien mieux que moi...
Je rajouterai qu'il ne s'agit pas d'accuser ou de désigner des coupables, mais plutôt de réussir à bien évaluer les situations où, peut-être, le risque pris n'en vaut pas le coup. Et si la prise de risque est incontournable, alors oui, il faut être prêt à en assumer les conséquences même si c'est injuste.

« Modifié: 26 octobre 2009 à 09:47:27 par Humain »

26 octobre 2009 à 09:38:51
Réponse #43

bison solitaire


Hello Humain, d'accord avec toi pour le fait que le vrai perdant c'est celui qui a le plus mal.
...
Par contre, les piétons ne sont pas tout le temps prioritaires: s'ils veulent traverser en dehors des passages protégés les automobilistes ne sont pas tenus de les laisser passer, ils ne sont pas prioritaires. Pour autant, il ne s'agit pas non plus de les renverser, c'est sûr...

26 octobre 2009 à 09:49:07
Réponse #44

Chokkake


bon je vois qu'il y a eu beaucoup de réponse et répondre à tout le monde un par un serait fastidieux et pas forcément efficace.
d'abord je dois dire qu'hier c'était un post plus ou moins à chaud, sans grande analyse de ma part.

je suis totalement conscient du risque que je prends quand je chevauche mon scooter, encore plus à paris et encore plus quand le sol est mouillé.
je ne me dédouane pas de ma responsabilité, même si, comme je l'ai dis, je ne pense pas que ce soit le vecteur le plus important dans cet accident : je me fais peut être des idées mais j'ai la conviction que je serais quand même tombé si je n'avais pas eu d'essence sur mes roues. Sans pluie, peut être pas. Sans doute pas.
je n'ai pas une grande expérience, enfin c'est relatif, tous mes km ont étés roulé dans paris en heure de grande affluence et je connais mon trajet par coeur avec tous les pièges qu'il comporte, ici par contre il n'y avait pas de piège a priori, juste une ligne droite bien dégagée avec une bonne visibilité, sans stationnement sur les côtés (les mecs qui déboitent sans prévenir j'adore  ;#)

donc comme je l'ai dis l'idée c'est pas de me dédouaner de mes responsabilités, mais de dire que je n'avais pas forcément d'autre choix que de prendre la route malgré ces conditions. c'est vrai que j'aime rouler au printemps quand le sol est sec, l'air frais et le ciel bleu, la route lumineuse ... hélas dans la vie réelle je vous apprend rien on est parfois obligés de rouler malgré de grands vents sur les côtés, malgré de la pluie sur le sol ou un brouillard persistant.
[j'en profite pour répondre juste rapidement sur l'histoire du métro, personnellement je le prend au minimum, je m'y suis déjà fais agresser plusieurs fois étant plus jeune alors que je ne le prenais qu'occasionnellement, je dois pas avoir une tête qui revient {c'est pas le sujet mais juste préciser par avance que je suis pas du genre ostentatoire, je suis plutôt low profile en toute occasion, mes vêtements sont banals etc.}...]

l'idée au final de ce post c'est de dire [même si je n'apprends rien aux anciens, mais peut êtres aux cadets ?] que le code de la route, même si tu le respectes, même si tu l'appliques, tu peux te faire souffler très rapidement parce que personne d'autre ne le respecte.

maintenant je pense que j'ai compris la leçon et je redoublerai de vigilance quand je conduirai, mais j'ai bien peur que si la situation se représente, les mêmes causes amènent les mêmes effets.

voila c'est encore confus sans doute, c'est difficile de parler de manière ordonnée sur un sujet aussi viscéral.

bonne journée à tous et merci de vos réactions

edit: je repense au terme prédateur comme tu l'as souligné patrick et je reconnais que c'était un mot malheureux qui n'était pas adapté. je n'ai pas le droit de faire de mon expérience une loi générale c'est évident.
« Modifié: 26 octobre 2009 à 09:54:17 par Chokkake »

26 octobre 2009 à 09:58:17
Réponse #45

Lynx


Perso mon deux roues n'a pas de moteur et vu certaines situations un peu limites sur la route, je ne me sens à l'aise qu'une fois sorti du trafic. Donc pour moi (je dis bien pour moi) le choix de ne pas passer au 2 roues motorisé est en quelque sorte une forte orientation de self protection routiére, en plus du fait que je n'ai forcément la priorité financière dans un autre engin à moteur. Bon, ca c'est perso, cela dit je n'ai absolument rien contre

Enfin sauf qu'habitant en haut d'un col, le printemps venu cela devient la ruée, au point ou on a un peu l'impression d'habiter au bord d'un circuit auto. Sans parler des kilos de pétrole cramés ou de la sécurité des autres usagers ( en général tous les mois de mai j'évite 3 à 4 accidents au dernier moment...) c'est surtout la sécurité des motards qui m'inquiéte... ici la chute se fait contre un mur ou se fini dans les bois et le résultat est rarement trés heureux quel que soit la marque du cuir ou du casque. RESULTAT: cette année un peu moins de la moitié des morts sur la route en Savoie sont des motards, et beaucoup sont des sorties de route, des accidents de pilotage (parce qu'il ne s'agit plus de conduite à ce moment la)...on vient de loin pour se "frotter" aux cols ... en oubliant un peu que le paysan du coin a le droit d'aller faucher avec son tracteur sans compter les pierres, le gravillons...   C'est un particularisme que l'on retrouve un peu partout dans les massifs francais...et des résultats qui relèvent malheureusement d'une simple statistique.

Resultat, les gendarmes ont mis en circulation une patrouille civile qui constate les infractions et le conduites dangereuses sur la montée pour cueillir les deux roues au sommet.

J'appuie également, un peu comme en montagne d'ailleurs, sur le facteur humain. Rester maître de son jugement avant d'abonder dans le sens des plus couillus du groupe et appuyer sur la maitrise et sur la sécurité. C'est un bon point dans la réduction du risque. Sachons (dans toutes les pratiques) reconnaitre nos penchants vecteurs de risque pour mieux les encadrer.

Voila, bonne route donc.
(nous on va etre plus tranquille, froid et feuilles ont déja bien détendus les troupes... bientot la neige et ca sera le grand calme)


 




Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

26 octobre 2009 à 10:02:23
Réponse #46

flocondavoine


Chokkake, merci pour ton retour d'expérience, mais franchement je vois mal en quoi on peut en tirer un profit.
L'affaire racontée en elle même peut-être pas, les réponses qui lui sont faites peuvent peut-être faire prendre conscience de certaines choses.
Qu'il s'agisse des règles de base à observer, des petites choses qui peuvent tout changer.
Ou des statistiques pour montrer le risque supérieur de ce mode de transport !

Après peut-être que ca ne sert à rien, en particulier auprès de ceux qui n'ont jamais été confrontés à des situations qui puent. Mais pour ceux qui nous lisent, avec de la "chance" sensibilisés, ca peut-être l'occasion d'apprendre ou de se rafraichir la mémoire sur certains points.

Après le mot prédateur est sans doute mal choisit, mais l'idée est là : tout le monde fait de la m****.
Moi le premier en moto quand je double alors que j'aurais pu attendre un peu pour le faire plus en sécurité, que je rescratche ma manche sur mon gant sans vouloir m'arrêter, en voiture quand je bois de la flotte en conduisant...
Bref : des cons partout, même dans le miroir

On doit pouvoir faire mieux sur ce forum que "salauds de caisseux" "petits cons inconscients en moto" et autres...
C'est le mot "assumer" qui m'a fait réagir. A mes yeux chokkake assume : il raconte juste poliment son expérience (on en a tous besoin je crois) et prends conscience du danger que représente l'usage du deux-roues. En particulier le fait qu'on ne puisse pas tout maitriser.


On ne peux que conseiller aux scootéristes qui en ont les moyens de pousser la porte d'une moto-école sérieuse (faut déjà la trouver), et de passer le permis moto.
Si une formation, pas évidente, existe c'est pas pour rien...
Ex : apprendre sur gazon mouillé ce que donne un blocage de roue arrière ca me parait mieux que sur le goudron à grande vitesse.

Humain : as tu déjà roulé en deux-roues motorisé sur route mouillé ?
Perso je pensais vraiment que c'était casse-gueule avant, maintenant avec le recul si tu évites : les peintures, les bouches d'égouts, rouler comme un barbare ca passe très bien. A condition de faire encore plus attention qu'à l'habitude et d'adapter sa conduite.

Flocon, qui a la flemme de modifier après le dernier msg de chokkake et qui évite paris en moto (même en voiture remarque)

ps :
- Vraiment, si tu peux, choppe une moto-école digne de ce nom
- Si tu respectes les distances de sécurité, que tu es attentif normalement même sur route mouillé tu évites la collision (un deux-roues : ca freine bien, en tenir compte si qqun derrière). N'hésites pas à ralentir fortement à la moindre alerte si tu peux le faire sans danger, à klaxonner au moindre doute (au pire c'était pas justifié : un petit signe de la tête et c'est repartit), à changer de position sur la route toujours si possible.
Si on peux pas tout éviter, avec le temps et un peu de conscience on diminue les risques :)

[edit]
Humain,
Au temps pour moi, à force d'entendre des copains jurant ne pouvoir rouler qu'en speed triple alors qu'ils n'ont jamais monté autre chose qu'un vélo, des automobilistes exaspérés...
Donc on est d'accord sur tout : éviter les risques inutiles (chacun ses limites propres), conduire (comme toute activité) n'est pas sans risque, la pluie c'est bien mais le soleil c'est mieux :D, passer le permis est un très gros plus en scoot.

A quand la sortie moto/bivouac ?  :)
« Modifié: 09 décembre 2009 à 11:23:55 par flocondavoine »

26 octobre 2009 à 10:36:04
Réponse #47

Humain


Hello Humain, d'accord avec toi pour le fait que le vrai perdant c'est celui qui a le plus mal.
...
Par contre, les piétons ne sont pas tout le temps prioritaires: s'ils veulent traverser en dehors des passages protégés les automobilistes ne sont pas tenus de les laisser passer, ils ne sont pas prioritaires. Pour autant, il ne s'agit pas non plus de les renverser, c'est sûr...

Salut bison  :)
Merci d'avoir rectifier mon erreur.

26 octobre 2009 à 10:52:45
Réponse #48

Humain



Humain : as tu déjà roulé en deux-roues motorisé sur route mouillé ?
Perso je pensais vraiment que c'était casse-gueule avant, maintenant avec le recul si tu évites : les peintures, les bouches d'égouts, rouler comme un barbare ca passe très bien. A condition de faire encore plus attention qu'à l'habitude et d'adapter sa conduite.


Je ne me permettrais pas de donner un conseil sur un sujet que je ne connais pas un minimum. J'ai le permis moto toutes catégories. Je connais les routes mouillés, enneigés, verglacés. Je connais les risques qu'il y a à rouler même à faible allure, sur les peintures, les tâches suspects de la route, les plaques métalliques. Je sais aussi l'inconscience totale de certains conducteurs pour qui les deux roues n'existent pas.
Tout ça m'incline à éviter les risques inutiles lorsque c'est possible et surtout à ne jamais considérer qu'une façon de conduire puisse être sans risque.

En revanche je ne peux qu'être en accord avec toi en encourageant vivement quiconque circule en deux roues à passer le permis moto pour apprendre à modérer quelque peu ces risques.

  l'Humain

26 octobre 2009 à 15:48:19
Réponse #49

Coug


Merci pour ce poste - Surtout pour le conseil des objets dans les poches - Maintenant que je le sais, ca parait une évidence, alors que j'ai toujours roulé avec mes clés dans mes poches de pantalon.

Perso je connais aucun motard qui n'a jamais eu d'accident, certains ont raccrochés, d'autres roulent toujours. Mais d'après eux, on y passe tous un jour ou l'autre.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité