Nos Partenaires

Auteur Sujet: Les Comportements alimentaires des hommes préhistoriques  (Lu 11377 fois)

07 avril 2009 à 22:16:58
Réponse #25

dedenimes


[HS]
La Saga d'Aïla est sympa, même si le dernier tome me semble moins intéressant.

Idem, un petit coup de mou pour le dernier tome, mais il reste tout de même sympa de retrouver les personnages.... C'est après avoir lu le premier tome que j'ai commencé à m'intéresser à la vie sauvage et à la survie. J'avais 14 ou 15 ans, mon premier "kit" était constitué d'une bourse "en cuir" taillé dans un vieux pyjama en tissu éponge d'une vague couleur marron clair... Bons souvenirs

[Fin du HS]


09 avril 2009 à 15:32:47
Réponse #26

ERECTUS


Pour revenir au sujet original, je pense aussi que l'homme préhistorique était d'abord un charognard, la dépense d'énergie étant moindre, que le petit gibier devait aussi être exploité par piégeage, que la pêche était importante (on retrouve des hameçons, des pointes de harpon), et qu'il avait sans doute une excellente connaissance de la flore locale.
Oui, je crois aussi, enfin, je me suis toujours dis que c'était évident, permettant ainsi d'avoir plus de temps pour toutes les activités classiques comme la collecte de bois de chauffage qui devait pas etre une mince affaire...
les connaissances devaient surement etre très très aiguisées...et je pense que les types devaient y réfléchir à deux fois avant de passer à l'action, parce que l'erreur, à l'époque, ça craint...surtout quand les occases sont rares...

Pour en revenir au bouquin d'Auel, je trouve le sujet sur la différence sapiens-néanderthal vraiment excitant, et puis le petit coté surnaturel donné aux pouvoirs de Creb(mog-ur), ça m'a donné le vertige d'imaginer la coexistence de deux genres humains...et si les deux s'étaient en fait mélangés pour donner ce que l'on est?
Les réfléxions intellectuelles des personnages sont très riches je trouve.
Je vais lire la suite, mais je retiens vos impressions sur le dernier tome.
Quand sa route est dure, le dur poursuit sa route

09 avril 2009 à 17:34:36
Réponse #27

Leif


Citer
es connaissances devaient surement etre très très aiguisées...et je pense que les types devaient y réfléchir à deux fois avant de passer à l'action, parce que l'erreur, à l'époque, ça craint...surtout quand les occases sont rares...

c'est interessant surtout quand j'ai vu les indiens zoé, les ados de 13 ans partent chasser avec 3 fleches, un trident pour le poisson, une avec un sac de sable au bout pour assommer et une en forme de pieux pour tuer les gros mamiferes.

3 fleches et c'est tout , il n'ont pas droit a l'erreur.

ça fait reflechir, l'outil n'est que le prolongement de la volonté.

a+

jeff

14 avril 2009 à 17:00:03
Réponse #28

jam


Oups, j'avais lu, les comportements alimentaires des hommes politiques::)

03 août 2009 à 11:43:08
Réponse #29

vagabond


Quel homme préhistorique ?

Ils devaient y avoir autant de comportements alimentaires que de grottes habitées car à mon humble avis, ils devaient tout simplement s'adapter, comme toute l'humanité le fait encore aujourd'hui.

Quand à la place des femmes dans la quête de la nourriture, elle ne devait pas aller bien loin car leur rôle s'est avéré prépondérant dans bien d'autre domaine. Exemple, comme cela se pratique encore dans certaines nations natives, à la perte d'un nouveau né, on offre à la mère un petit animal pour qu'elle puisse faire un transfert.

Il n'est pas bien compliqué de se demander si ce n'est pas comme ça que "l'homme" a domestiqué les louveteaux. Surtout qu'a l'époque ils avaient peu de magasin pouvant leur vendre des biberons et du lait pour nourrir les animaux qu'ils pouvaient voler à leurs génitrices.

En clair, ils devaient être beaucoup moins coincés que nous dans des revendications identitaires et faire ce qu'il fallait quand il fallait.

Regardons les primitifs qui vivent aujourd'hui et nous aurons une idée assez précise de ce qui se faisait chez les hommes préhistoriques.

Ce n'est que l'avis d'un néophite, ayez pitié ...

Vagabond

03 août 2009 à 19:57:47
Réponse #30

François


C'est vrai "homme préhistorique" c'est vague. Si on considère les premiers représentants du genre humain, ils étaient beaucoup plus différents de nous que l'est le chimpanzé, bien que nous descendions du premier et pas du second. Certains étaient herbivores, d'autres charognards, mais leur système digestif n'avait rien à voir avec le notre.
Si on se restreint aux homo sapiens, et ben ils mangeaient comme nous, attrapaient les mêmes maladies et avaient le même dégout justifié pour les charognes. Tout comme aujourd'hui, il y avait probablement parmi eux, suivant les ressources disponibles, des omnivores, de purs végétariens, de purs carnassiers ... et des cannibales.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

30 septembre 2010 à 16:37:57
Réponse #31

habo



07 octobre 2010 à 14:52:45
Réponse #32

promeneur4d


c'est interessant surtout quand j'ai vu les indiens zoé, les ados de 13 ans partent chasser avec 3 fleches, un trident pour le poisson, une avec un sac de sable au bout pour assommer et une en forme de pieux pour tuer les gros mamiferes.

3 fleches et c'est tout , il n'ont pas droit a l'erreur.

ça fait reflechir, l'outil n'est que le prolongement de la volonté.

a+

jeff

Tu peux preciser? surtout pour le sac de sable, ca m'interesse.
merci
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

07 octobre 2010 à 17:00:33
Réponse #33

DIY



 Je pense qu'il s'agit d'un projectile qui, comme le matras pour l'arbalète, est destiné à tuer par le choc sans déteriorer la fourrure de l'animal chassé.
De plus l'absence de pointe empêche la flêche de se ficher dans un arbre et le poids en partie distale favorise sa chute après l'impact ce qui permet
au chasseur de la récupérer.

07 octobre 2010 à 20:38:49
Réponse #34

Loriot


Tcho!
Ne pas oublier qu'au temps "préhistorique", la faune et la flore n'était pas du tout la même, selon l'époque, de la toundra a la forêt profonde.
Il nous manques beaucoup de "fenêtre pour guêter" notre ancêtre...
Sans oublier qu'ils et elles étaient beaucoup moins nombreux.
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

08 octobre 2010 à 10:09:22
Réponse #35

Paintedhorse


Le sujet est très très vaste et également "sujet" à de nombreuses hypothèses.
Déjà, il y a de nombreuses périodes, de nombreuses différences entre les individus et aussi de grandes variations d'un point de vue géologique et géographique.
N'oublions pas non plus que de nombreuses espèces se sont éteintes soit pour avoir été trops spécialisées (comme le robustus) soit pour des raisons inconnues (comme le néanderthal).
N'oublions pas non plus que l'homme préhistorique est intelligent et sais édifier des idées et des plans. Donc, sais élaborer une embuscade  ou la poursuite d'un animal.
J'ai idée que la notion de faire des réserves et des connaissances de conservations de la nourriture ont du apparaitre assez tard. Pas avant le paléolithique supérieur et je dirai même pas avant -25/20000.
C'est aussi ce qui expliquerait l'intérêt de l'homme pour autre chose que la nourriture (les arts, la religion,...)
Il faut aussi faire une grande différence entre le paléolithique et le néolithique.
Si au début la cueillette, l'insecte et la charogne devaient être le principal, par la suite si la cueillette est restée mais la chasse a du se développer (et se perfectionné) de plus en plus.
Très tôt, la viande a du être cuite. Plus facile à manger et à digérer. L'assaisonement a du venir beaucoup plus tard.
Au paleo, Je serai tenté de dire que la nourriture devait être aigrelette, amère et pauvre en sel (mais pas nécessairement fade)
Un met fort apprécié semble être la moelle (cf le nombre d'os brisés retrouvé sur les sites de fouilles).
Si à un moment la chasse en groupe vers un animal c'est pratiquée, une grosse partie du gibier a du aussi être abattu par "piégeage de masse".
Guidant un groupe (d'auroch ou de rennes) vers une falaise pour les faire tomber.
Souvant on pense mammouth, ours des cavernes ou autre macherodonte, mais il faut revenir à la réalité.
Lièvres, renard et autre perdrix devaient souvant se retrouver "sur la table".
Viandes braisées accompagné de fruits secs ou non, végétaux sauvages étaient des plus courants mais le bouillon et autre ragoût devaient aussi être connu. Leurs fréquences était peut être moindre, car si il est aisé de faire une "soupe" dans un estomac, ce recipent (devant provenir d'un animal de bonne taille) n'est pas éternel et en moins grande quantité comparer à la masse de viande générale.
Par contre, c'est un excellent moyen de ramollir cette viande et la rendre plus aisée à la consommation.
Il faut se rappeler que le climat a fort changé durant cette période et que certain animaux existant au paleo sup étaient totalement inconnu au paleo inférieur.
Pour le choix des viandes, je serai tenté de dire que si ça se mettait en bouche, c'était comestible.
Plus il a eu du temps pour discuter et échanger, plus la nourriture et sa préparation ont évolué.
Au néo, la chasse et la pêche existaient mais n'étaient plus la première ressource de nourriture, celle ci étant apporté par l'élevage et l'agriculture (fini le bon temps!). La galette de céréales (sèche, fade et pas toujours agréable) et la bouillie deviennent le plat principale.
Moins "agréable au palais" peut être, mais beaucoup plus certaines de se trouver au repas.
Voici quelques unes de mes réponses sur le sujet.
A+

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité