Nos Partenaires

Auteur Sujet: Nouveau texte : préparation physique à la survie  (Lu 9619 fois)

24 mars 2009 à 10:42:51
Lu 9619 fois

DavidManise


Yo !

Je suis en train de bosser là-dessus.  Si vous avez des idées ou des liens sympa à balancer, ainsi que des images, je suis preneur ! :)

C'est un article qui se veut généraliste et pas trop prise de tête...  on pourra creuser chaque partie par la suite au besoin.

http://www.davidmanise.com/mediawiki/index.php/Pr%C3%A9paration_physique_%C3%A0_la_survie

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

24 mars 2009 à 11:49:07
Réponse #1

Olcos


Salut David,

On avait un peu parlé de VO2max ici

je n'ai jamais trouvé (pris) le temps de mettre à jour l'article wiki en y intégrant le système d'estimation de son VO2max et notamment la feuille de calcul que nous avait fait Razak.
"Le chien apprend à l'enfant la fidélité, la persévérance... et l'obligation de tourner trois fois sur lui-même avant de se coucher."

Robert Benchley

24 mars 2009 à 13:21:35
Réponse #2

DavidManise


Merci Marc :akhbar:

J'ai ajouté ce lien à mon texte.

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

24 mars 2009 à 21:10:08
Réponse #3

DavidManise


Ou plus probablement c'est moi qui n'ai pas été assez clair dans mes propos dans l'article ;D

Je vais relire ça demain à tête reposée.  J'ai eu une journée bizarre aujourd'hui ::)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

24 mars 2009 à 21:19:57
Réponse #4

Outdoorsman


Salut David,
sur le MAM j'ai trouvé cet article rédigé par un medecin de l'ENSA. Du sérieux donc :
http://www.alpinisme.com/FR/info-montagne/mam/index.php?fic=mam

Une autre idée (tu l'évoques un peu en parlant d'adaptations) : entrainer son corps à l'inconfort
-> s'entrainer à supporter de fortes chaleurs, de grands froids
-> entrainer son corps au manque de nourriture, voire au manque d'eau
-> à l'eau froide
etc
Bref l'idée se serait d'habituer son corps à subir et à répondre à des stress qu'il ne rencontre pas ds nos sociétés douillettes
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

25 mars 2009 à 09:12:10
Réponse #5

Moleson


Dans préparation physique il y a l'entrainement physique que tu as esquissé avec VO2max.

Globalement l'entrainement physique signifie supporter un effort modéré pendant une longue période, pouvant s'étendre sur plusieurs jours. Par contre ce n'est pas un entrainement sportif classique qui est un thème à part.

Le mieux est représenté par l'effort demandé par une semaine de survie d'officier dans l'armée suisse.
C'était:

- J1, dernier repas à 12:00, le soir 50 km de Vélo militaire avec paquetage complet (Vélo 27Kg, 1 vitesse, 45 Kg de Matos). puis bivouac
- J2, départ a 04:00 pour une marche 80 km dans une région vallonée par un vent de -10°, à l'arrivée bivouac
- J3, la bouffe arrive à 08:00, c'est la première fois que l'on a quelque chose à manger, une journée de tir et autres joyeusetés (autrement dit du repos), a partir de là on aura a manger tout les jours (pas des masses)
- J4, 280km en vélo avec 10 Kg de paquetage, bivouac
- J5, marche d'exfiltration, (40 Kg sur le dos), 37 km, en vol d'oiseau, dans un terrain montagneux ou il s'agissait de passer par les hauteurs, hors des routes et chemins balisé (des instructeurs t'attendaient, pour te ramener en arrière, s'il t'atrapaient). 24 h pour le tout
- J6, faire tourner une poste de secours 24 /24
- J7, marche de 100km avec paquetage léger (5Kg)

Le tout caractérisé par une nourriture de faible quantité (sauf les 100km), le froid, le vent et le manque de sommeil (en moyenne 3h par nuit) et on fonctionait par groupes de 4 personnes.

Sur la centaines d'aspirants off, tous ont terminés la semaine il est vrai physiquement cassé, se sont des personnes tout à fait normale, car il s'agisseait d'une école d'off sanitaire et il n'y avait que des médecins, pharmacien et vétérinaires.

Je pense que ceci représente le prototype de l'effort dans un contexte de survie.
VO2max en s'en contrefout, c'est rarement des efforts qui vont la titiller. Pour exemple pendant les 100km j'ai joyeusement fumé un  paquet de cigarette (oui je sais, c'est pas bien ::))

Quels à été la préparation?
- C'est simple 3x/semaine des marches de 10-15km, à des moyennes de 4-5km heures avec 10Kg sur le dos, pendant 1.5 mois.
C'est tout.....


De par mon métier, je teste des dizaines de personnes chaque semaine sur un tapis roulant. Sur les années j'ai pu me faire une assez bonne opinion, quel entrainement apporte quoi.
Je distingue trois type de personnes:
- Le marshmallow de service qui ne fait aucun effort physique, caractérisé en règle général, par un physique de pomme posé sur des alumettes.
- La personne qui fait régulièrement de la marche sans volonté de faire du sport
- Le sportif qui s'entraine pour gagner une compétition.

- Bon le marshmallow c'est sur dans un contexte de survie il va faire de la nouriture pour ver de terre.
- La personne qui bouge régulièrement, et bien on est surpris, en règle générale elle a une capacité d'effort largement au-dessus de la moyennne.
- Le sportif, il a une capacité d'effort qui est souvent que 20% supérieure à la personne qui bouge régulièrement, ce qui signifie qu'à la VO2max de la personne qui bouge régulièrement il est tout a fait a l'aise. Ce qui me frappe aussie est sa capacité de suer immédiatement et abondamment, ce qui est assez logique pour évacuer efficacement la chaleur.

Finalement que signife ceci. Le sportif fera les 100km de marche en 17heures, le type avec une forme physique  basique en 24 heures, mais les deux arriveront au bout.

En résumé le meilleurs rapport investissement de temps et effort résultat pour avoir un physique compatible avec une situation de survie est:

- Faire régulièrement un effort physique modéré.
- Soit 15-20 min tout les jours ou 45min tout les 2 jours.
- Le mieux un effort de marche, avec du poids sur le dos (5-10Kg) et dans un terrain accidenté (on entraine tous les muscles, le cardio et la proprioception)
- L'intensité de l'effort doit être modéré et s'estime de la manière suivant: Si l'on peut tenir un discours, c'est trop faible, si l'on arrive juste à dir oui/non, c'est trop intense. Si on arrive a dire une phrase, puis doit reprendre son souffle, c'est une intensité optimale.


Moléson

25 mars 2009 à 14:00:44
Réponse #6

DavidManise


Salut :)

quote author=outdoorsman link=topic=15802.msg228426#msg228426 date=1237925997]
sur le MAM j'ai trouvé cet article rédigé par un medecin de l'ENSA. Du sérieux donc :
http://www.alpinisme.com/FR/info-montagne/mam/index.php?fic=mam

Une autre idée (tu l'évoques un peu en parlant d'adaptations) : entrainer son corps à l'inconfort
-> s'entrainer à supporter de fortes chaleurs, de grands froids
-> entrainer son corps au manque de nourriture, voire au manque d'eau
-> à l'eau froide[/quote]

Merci outdoorsman :)  Je note ton lien et tes suggestions. 

Citer
- Bon le marshmallow c'est sur dans un contexte de survie il va faire de la nouriture pour ver de terre.
- La personne qui bouge régulièrement, et bien on est surpris, en règle générale elle a une capacité d'effort largement au-dessus de la moyennne.
- Le sportif, il a une capacité d'effort qui est souvent que 20% supérieure à la personne qui bouge régulièrement, ce qui signifie qu'à la VO2max de la personne qui bouge régulièrement il est tout a fait a l'aise. Ce qui me frappe aussie est sa capacité de suer immédiatement et abondamment, ce qui est assez logique pour évacuer efficacement la chaleur.

Finalement que signife ceci. Le sportif fera les 100km de marche en 17heures, le type avec une forme physique  basique en 24 heures, mais les deux arriveront au bout.

Ouaipe.  Tafdak.  Sans compter le fait que ton mec normalement actif va fort probablement avoir des réserves de graisses qui vont l'aider à mieux supporter le froid ou un jeûne prolongé.

En revanche, moi je pense que dans certains cas c'est aussi utile d'avoir la possibilité de fournir un effort ultra violent et bref, style arracher une portière ou se bastonner...  ou piquer un sprint ou grimper à un arbre en vitesse.  Je pense aussi que c'est très utile de pouvoir fournir un effort ultra intense et prolongé, style je pique un 800m au sprint, ou alors je monte sur la colline avec mon gamin de 7 ans sur le dos pour échapper à la vague...

Autrement dit, je pense que l'activité que tu décris comme étant typique d'une situation de survie n'est qu'un scénario parmi tant d'autres.  Et concrètement les situations de survie qu'on devra subir sont IMPREVISIBLES. 

Le seul problème que je vois avec les sportifs de compétition, c'est qu'ils se spécialisent.  Moi, je m'entraîne aussi dur qu'eux, mais avec comme objectif avoué de n'être spécialiste de rien mais bien de n'avoir pas trop de points faibles...  donc, en bon gros nounours de 120kg, je bosse essentiellement sur mon rapport puissance/poids (je cherche à m'alléger tout en gagnant de la force quoi) et sur mon cardio.

Tant que je te tiens, j'abuse de ta bonté de cardiologue ;D ... t'as des références lisibles par le grand public à me proposer concernant les impacts bénéfiques de l'activité physique sur les maladies coronariennes ? ;)

Merci ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

01 avril 2009 à 16:17:02
Réponse #7

Leif


salut david

pourrais tu etre plus precis dans ta demande stp :)?

en effet c'est tres dur de se preparer a la survie car tu peux pas savoir ce qui te tombes dessus.
j'aime bien ce fil ;)

a+

jeff

01 avril 2009 à 17:42:50
Réponse #8

Moleson


Salut :)

quote author=outdoorsman link=topic=15802.msg228426#msg228426 date=1237925997]
sur le MAM j'ai trouvé cet article rédigé par un medecin de l'ENSA. Du sérieux donc :
http://www.alpinisme.com/FR/info-montagne/mam/index.php?fic=mam

Une autre idée (tu l'évoques un peu en parlant d'adaptations) : entrainer son corps à l'inconfort
-> s'entrainer à supporter de fortes chaleurs, de grands froids
-> entrainer son corps au manque de nourriture, voire au manque d'eau
-> à l'eau froide

Merci outdoorsman :)  Je note ton lien et tes suggestions. 

Ouaipe.  Tafdak.  Sans compter le fait que ton mec normalement actif va fort probablement avoir des réserves de graisses qui vont l'aider à mieux supporter le froid ou un jeûne prolongé.

En revanche, moi je pense que dans certains cas c'est aussi utile d'avoir la possibilité de fournir un effort ultra violent et bref, style arracher une portière ou se bastonner...  ou piquer un sprint ou grimper à un arbre en vitesse.  Je pense aussi que c'est très utile de pouvoir fournir un effort ultra intense et prolongé, style je pique un 800m au sprint, ou alors je monte sur la colline avec mon gamin de 7 ans sur le dos pour échapper à la vague...

Autrement dit, je pense que l'activité que tu décris comme étant typique d'une situation de survie n'est qu'un scénario parmi tant d'autres.  Et concrètement les situations de survie qu'on devra subir sont IMPREVISIBLES. 

Le seul problème que je vois avec les sportifs de compétition, c'est qu'ils se spécialisent.  Moi, je m'entraîne aussi dur qu'eux, mais avec comme objectif avoué de n'être spécialiste de rien mais bien de n'avoir pas trop de points faibles...  donc, en bon gros nounours de 120kg, je bosse essentiellement sur mon rapport puissance/poids (je cherche à m'alléger tout en gagnant de la force quoi) et sur mon cardio.

Tant que je te tiens, j'abuse de ta bonté de cardiologue ;D ... t'as des références lisibles par le grand public à me proposer concernant les impacts bénéfiques de l'activité physique sur les maladies coronariennes ? ;)

Merci ;)

David
Pour les maladies coronariennes il n'y a pas de chiffres très clairs, dépend fortement de la population étudiée.
Dans une population standard la diminution du risque coronarien est de l'ordre de 20-30%, mais ceci peut monter à 70% si l'on prend des personnes avec une maladie coronarienne avérée et qui auparavent n'effectuaient aucun excercice.
La meilleure étude de prévention des maladie coronarienne est la Interheart study dont vous trouvez un résumé lisible içi:
http://www.medscape.com/viewarticle/489738

Après le côté préparation, il y a toujours le parfait et ce qui est faisable pour une personne lambda.
Avec une capacité d'effort maximale de 20% inférieure à celle d'un sportif de pointe, la personne lambda qui s'entraîne comme je l'ai dit, couvre déjà le 90% des situations, y compris de partir avec son gamin sur le dos pour grimper en catastrophe une montagne (les surrénales aiderons un peu dans cette situation).
Après arracher une portière de voiture à main nue, ben pour un microbe de 85Kg (dont 10 de graisse)  comme moi, à moins de devenir tout vert et gonfler de partout,  je vois pas, même en soulevant de la fonte.
Le côté bastonage, c'est sur 15 Kg de muscles pourraient m'aider. Mais le porte-monnaie du GHC en travers de la gueule ça rend pas plus intelligent, et ça j'arrive à manipuler. Et puis si cela ne suffit pas de l'accupuncture avec une Fenix, ça doit guérir tout un tas de maladie y compris l'agressivité.  Donc il y a aussi faire avec ce que l'on est....

Je me fais de temps en temps des petits tests pour savoir ou j'en suis. Donc tant que j'arrive à marcher 40km en étant juste un peu fatigué au bout et de faire 1'600m de montée à une allure raisonable et mettant le turbo de faire 600-800m de montée en 1 heure, je ne m'inquiète pas trop.

Moleson
« Modifié: 01 avril 2009 à 17:48:49 par Moleson »

01 avril 2009 à 17:59:57
Réponse #9

** Mathieu **


Salut Moleson :)

Merci pour toutes ces précieuses informations  :up:

J'essaie de suivre le lien que tu donnes mais j'arrive immanquablement sur une page qui demande un code de login et un mot de passe, et vous ?

Peut-être tu pourrais mettre le titre détaillé de l'étude en question, elle est peut-être disponible en open ailleurs ?

Merci :)

01 avril 2009 à 18:26:00
Réponse #10

Moleson


Salut Moleson :)

Merci pour toutes ces précieuses informations  :up:

J'essaie de suivre le lien que tu donnes mais j'arrive immanquablement sur une page qui demande un code de login et un mot de passe, et vous ?

Peut-être tu pourrais mettre le titre détaillé de l'étude en question, elle est peut-être disponible en open ailleurs ?

Merci :)

Bizarre, depuis google je rentre directe et en passant par medscape je doit mettre mon login: :blink:

Bon essayez le truc suivant: Dans goggle.ch  mettez Interheart study

et quand vous tombez sur:
Citer
INTERHEART: A Global Case-Control Study of Risk Factors for Acute ...
 - [ Traduire cette page ]
One of the largest and most important cardiology studies ever conducted, Salim Yusuf's INTERHEART study, has established the baseline for mankind's ...
www.medscape.com/viewarticle/489738 - Pages similaires
de C Risks - Autres articles

cliquez

Moleson

01 décembre 2009 à 08:50:40
Réponse #11

H.H.L


J'avais lu un truc, qui peut être considéré comme de la prépa physique, sur le durcissement des pieds et des mains à l'alcool à 90. Sur 2 semaines il fallait faire bain de pieds/mains tout les soirs dans le l'alcool à 90°.

 J'avoue que durant ma 1ere sortie je me m'étais bien amoché les mains, donc je pense que ça peut être utile.

01 décembre 2009 à 10:20:10
Réponse #12

Wapiti


Bonjour.

Sans dénier l'intérêt de ce fil, petite réflexion au passage, à vous lire, seuls les personnes en bonne condition physique auraient le droit de survivre. Ce pourrait être interprété ainsi, même si ce n'est pas l'esprit.

Hors, je me souviens d'une de tes citations David : « Je suis la jambe dans le plâtre sur mon lit d'hôpital, je réfléchi comment m'en sortir en cas d'incendie et comment aider pour en sauver le maximum. » C'est à peu de chose près ce que tu disais.

C'est sûr ça aide d'être en forme ; toutefois, il faut penser aussi aux handicapés ou aux personnes à mobilité réduite. Certains, plus ou moins à juste raison, avanceront l'argument de la sélection naturelle, combien d'assassinats furent perpétrés sous ce prétexte ?

La survie concerne tout le monde quel que soit son âge, son sexe, sa santé, sa condition physique ou sociale, qu'il y soit préparé ou non. Nul ne doit en être exclu. Souvent ceux qui s'en sortent le mieux ne sont pas forcément ceux qui avaient soi-disant le plus de chances.

Je ne veux pas dire, qu'il ne faut pas négliger sa forme physique, mais là ça concerne la survie de tout les jours, sûrement pas circonstancielle parce que celle-là ne prévient pas.

La force brutale est un atout indéniable dans quelques cas précis, tous ne peuvent y avoir recours. Ceux qui l'ont pourront en faire bénéficier les autres, à condition qu'eux-mêmes soient valides.

Personnellement, je suis convaincu, qu'il faut s'ingénier à compenser l'absence de forme physique, envers nous-mêmes et les autres, sans pour autant négliger la sienne propre.

Mon centime de franc.

À +

01 décembre 2009 à 11:28:31
Réponse #13

Mrod


 :popcorn:

David,
J'arrive pas à accéder au texte en question, je tombe sur la page d'accueil du wiki. Tu peux m'indiquer dans quelle section il est stp.
Edit: j'ai rien dit

Nico
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

01 décembre 2009 à 11:34:37
Réponse #14

DavidManise


Sans dénier l'intérêt de ce fil, petite réflexion au passage, à vous lire, seuls les personnes en bonne condition physique auraient le droit de survivre.

C'est une dérive ou une interprétation qu'il faut éviter.

Ce fil a pour but de développer nos qualités physiques pour mettre plus de chances de notre côté en situation de survie, pas de sous-entendre que seuls ceux qui ont fait ce travail peuvent s'en sortir. 

Un corps en état de marche n'est qu'une extension un peu plus utile de notre volonté.

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

01 décembre 2009 à 11:45:38
Réponse #15

Outdoorsman


J'avais lu un truc, qui peut être considéré comme de la prépa physique, sur le durcissement des pieds et des mains à l'alcool à 90. Sur 2 semaines il fallait faire bain de pieds/mains tout les soirs dans le l'alcool à 90°.

 J'avoue que durant ma 1ere sortie je me m'étais bien amoché les mains, donc je pense que ça peut être utile.

En escalade, pour se durcir la peau des doigts, on utilise de la teinture de Benjoin. Il faut en mettre 2/3 fois par jour durant une semaine.
Je sais aussi que certains utilisent du Canipatte, c'est un truc vétérinaire pour durcir et cicatriser les coussinets des chiens.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

01 décembre 2009 à 11:57:49
Réponse #16

Mrod


Citer
Un corps en état de marche n'est qu'une extension un peu plus utile de notre volonté.
Ne pas oublier non plus que l'entrainement physique fait aussi travailler le mental (tolérance à la douleur, à l'effort, rigueur à l'entrainement, etc), l'un ne va pas sans l'autre.
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

01 décembre 2009 à 12:09:37
Réponse #17

Wapiti


Rassures-toi David, j'ai bien compris le sens et l'importance de ce fil.  ;)

« - Bon le marshmallow c'est sur dans un contexte de survie il va faire de la nouriture pour ver de terre. »

C'est pour cette phrase que je ne suis pas d'accord, s'il présente des dispositions dans ce sens, ce n'est pas systématique.

Tout le reste coule de source. :)

Patrick

01 décembre 2009 à 12:16:25
Réponse #18

DavidManise


Ouaipe.  De toute manière les "toujours" et les "jamais", dans le monde de la survie... 

David ;)
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

01 décembre 2009 à 12:48:24
Réponse #19

Wapiti


Pour le mental.

Apprendre à faire en sorte d'arriver à la destination qu'on s'est fixé, est aussi, sinon plus important, que d'avancer. Le faire est plus facile si la forme est là, c'est évident.

Garder l'habitude de marcher contribue à la notion d'effort et doit rester un moyen. La performance dans le plus bref délai, n'est qu'un but.

Il faut endurcir son corps sans le faire souffrir, l'entraînement permet qu'il supporte mieux les souffrances qu'on lui impose. Il faut savamment les doser, sinon elles peuvent provoquer des dégâts. L'usure de la mécanique est à prendre en considération. À âge égal, elle n'est hélas pas la même pour tout le monde, à cause de bien des facteurs dans nos antécédents.

Les excès physiques, les accidents et les maladies diminuent notre potentiel, se remettre dans une relative condition demande une adaptation au cas par cas, hors ce qui est commun à tous.

À +


01 décembre 2009 à 21:25:23
Réponse #20

Nävis


Pour les personnes en moins bonne condition physique, c'est le même travail de préparation, mais juste avec des priorités différentes.
Connaître ses limites et les capacités de son corps à ce moment là, ce qui permet aussi de prévoir ce qui peut et mérite d'être amélioré.
Réfléchir à des solutions variées et les tester. Par exemple comment couper des copeaux de bois en faisant travailler travailler différement ses muscles (ça y'est David, la technique avec la lame fixe sur le genoux, je commence à y arriver!  8)).
Apprendre à anticiper et à prévoir une marge plus grande, afin de ne pas se retrouver limite avec ses moyens.
Travailler la confiance et le mental.
Utiliser sa tête.
Se préparer pour les situations de méforme, afin de savoir réagir, y compris dans ces périodes là.

03 décembre 2009 à 08:10:15
Réponse #21

François



Les excès physiques, les accidents et les maladies diminuent notre potentiel, se remettre dans une relative condition demande une adaptation au cas par cas, hors ce qui est commun à tous.


Bah, laisse les donc croire qu'on peut courir plus vite qu'une balle, çà les rassure les jeunes et çà leur évite de réfléchir ;D
« Modifié: 03 décembre 2009 à 08:24:18 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

03 décembre 2009 à 08:34:17
Réponse #22

DavidManise


Oui et laissons les moins jeunes s'imaginer qu'on ne réfléchit pas...  ça les rassure aussi ;#

Non, sérieusement, la trentaine c'est le pied.  On est plus aussi con, et pas encore trop amoché.  J'en profite à fond, parce qu'elle avance vite, cette saloperie de trentaine... 

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

04 décembre 2009 à 05:20:36
Réponse #23

François


Je suis tout à fait complétement rassuré :D   ;# ;#
« Modifié: 04 décembre 2009 à 05:36:47 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

04 décembre 2009 à 08:43:05
Réponse #24

philippe13


Un truc simple: retrouver la notion de ce que l'on peut franchir ou pas. Sauter ou pas une barrière tout le monde y pense, mais savoir si on peut se faufiler dans un trou et quel trou c'est moins évident. Avec l'age on perd son schéma corporel. Un exercice simple à faire chez soi: passer entre les pieds d'une chaise sans faire bouger la chaise, on peut en imaginer d'autres jusqu'a temps qu'on ai la notion du possible/pas possible. Il y a quelques temps je me suis trouvé devant ce problème en tirant des lignes d'ordinateurs dans un enchevêtrement de buraux, je n'avais plus du tout l'idée de ce que j'étais encore capable de faire......Je dois dire que j'ai été assez satisfait pour une fois sans doute mes entraînement au demi-tour culbute à la piscine.
« La victoire sur soi est la plus grande des victoires. »

PLATON

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité