Nos Partenaires

Auteur Sujet: Perdue dans la rue...  (Lu 3398 fois)

21 novembre 2008 à 10:25:14
Lu 3398 fois

BeN


Salut à tous,

Juste pour vous relater une histoire qui m'est arrivée ce matin:

De retour à la maison après avoir conduits les gosses à l'école, je marche dans ma rue lorsque je repère une dame (entre 50 et 60 ans) devant une porte.
Je passe à sa hauteur, je vois son visage et je me dis tout de suite qu'il y a quelque-chose qui cloche.
Elle marmonne un truc.
-Pardon, madame?
Elle me regarde, là je repère le truc qui cloche, elle va se foutre à chialer me dis-je.
-Tu vas m'aider Nicolas? me dit-elle.
Vu que je m'appelle Benoit, je lui dis qu'elle se trompe de personne.(aie! me dis-je) vu sa mine déconfite je lui demande si elle a un problème. (elle avait des clefs en main, je pensais qu'elle voulait ouvrir sa porte.)
Bon je résume (sinon va y avoir 4 pages!)
Là elle me dit qu'elle habite ici. Elle doit aller chez sa belle-soeur mais visiblement elle n'ose pas y aller. le nom de la rue (chez la belle soeur ne me dit rien.) Lui demande si elle sait la prevenir par tél., elle me dit qu'elle n'a pas le n°. Je lui demande si elle ne préfère pas rester chez elle. "mais je suis toute seule me dit-elle."
Quand je lui demande si elle a un autre endroit où aller, chez quelqu'un d'autre, elle me dit à l'hôpital reine Astrid.
L'hôpital à 800m de chez moi s'appelle saint-Joseph mais bon je me dis que ça fera l'affaire et je lui dis.
Croyant qu'elle va s'y rendre seule...que nenni! Vous pourriez m'y accompagner? D'accord dis-je (Je voyais surtout qu'elle était complètement paumée). Vous pouvez me donner la main, me demande t'elle. (houlala me dis-je, oui allons à l'hôpital).
Donc après une ballade main dans la main jusqu'à l'hosto, pendant lequel je checke: Je lui demande comment elle s'appelle, vérifie si elle connait le n° de sa maison, si elle a ses papiers, si elle a déjà été à cet hôpital (là elle me dis qu'elle a fait des narcosses à Glain (hôpital psy pas loin de chez moi)), si elle sait prévenir quelqu'un (elle me dis son père).
J'arrive à l'accueil de l'hosto, la dame me dis qu'elle ne peut rien faire, qu'il faut aller aux urgences. Je demande si quelqu'un peut venir la chercher. Non. Je dois la conduire moi-même aux urgences. je la rassure, lui dis qu'on va s'occuper d'elle.
Je la dépose aux urgences l'infirmière me remercie, la dame aussi, je sors de l'hôpital, maison.
Voilà.

Cette histoire m'amène à quelques réflexions et remarques:
- qu'aurait elle fait si je ne l'avait pas rencontré? (elle était en pleine crise d'angoisse me suis-je dis)
- Je ne connaissait pas la rue qu'elle m'indiquait alors que je pensait bien connaitre la ville (Liège pour pas la nommer).
- pendant le trajet, je gambergeais ferme. L'amener aux urgences! Ils vont me demander mon nom? Je vais devoir signer des trucs?
- Il existe bien certaines aides aux personnes vivants seules pouvant être en difficultés (télé-secours "allo madame Laurent?") mais est-ce que les plus défavorisés y ont accès?
- Je n'ai pas regarder le n° de la maison où elle se trouvait avant de nous rendre à l'hosto. erreur? Je l'ai vérifié au retour.

Enfin j'ai fait le bon samaritain, le scout ou tout simplement l'être humain. ça fait du bien!
Mais maintenant tout le quartier sait que ma maitresse a du poil au menton! ( :lol:mode humour indispensable pour la survie de la santé mentale).
Sur ce je vais rentrer le bois que l'on vient de me livrer. merci d'avoir lu (c'est mon premier grand post :-[)

Allez bonne journée et aussi bonne chance.

Ben

"Il est trop tard di rastrinde ses fesses quand on z'a chî ès lét!"

"Ils marchent dans la forêt..."

21 novembre 2008 à 10:51:12
Réponse #1

Gros Calou


Enfin j'ai fait le bon samaritain, le scout ou tout simplement l'être humain. ça fait du bien!

Ben t'es un bon gros zêtre humain avec un gros coeur.  :love:
Bravo ! ça fait du bien oui, de savoir qu' y a encore des mecs comme toi !  :doubleup:  :doubleup:

 ;)


21 novembre 2008 à 12:29:42
Réponse #2

mad


Bravo aussi  :up:   :doubleup: :up: !

Ce genre de situations est plus fréquent qu'on ne le pense, mais bien souvent, en ville, les gens évitent de voir ce qui se passe autour d'eux. Et si d'aventure ils remarquent quelqu'un qui a besoin d'aide, souvent leur réaction est de fuir, pour ne pas "avoir des complications". Même la simple courtoisie (tenir une porte ouverte pour la personne qui vient derrière etc.) tend à disparaître, et ça ne contribue pas à rendre la vie plus belle :( !

La règle scoute "une B.A. chaque jour", loin d'être risible, était une forme d'éducation civique ...

21 novembre 2008 à 17:57:43
Réponse #3

vik


j'avais fait ca, en raccompagnant un non-voyant chez lui a 1km de la ou on était avec des copains, des fois je me dis que la mairie ne fait vraiment rien pour eux!, si il ne m'avait pas appelé en m'entendant passer (au début, on ne pensais pas que c'était un non-voyant il était a coté de mon lotissement et ne bougeait pas) je pense qu'il aurait eu quelques probleme, j'espere qu'il a pu trouver une assistance.

mais bon , une fois ce devoir accompli, on se sent bien! :)
Merci Ben! ;)

25 novembre 2008 à 19:55:20
Réponse #4

Chad


Moi je te dis BRAVO - tu as suivi ton coeur et c'est bien, tout simplement.

Chad

26 novembre 2008 à 01:34:18
Réponse #5

Kito


MOde humour on :

BeN, rend le larfeuille à la dame

Mode humour off

Hier je vois une dame agée faire tomber un billet de 20, je le ramasse et je chope mon gosse pour lui courir après et lui rendre : elle a eu la trouille que je l'agresse et elle a accéléré la marche !!
J'ai réussi à lui rendre, mais j'étais carbo à force de rire.. :doubleup:
In girum imus nocte et consumimur igni

26 novembre 2008 à 08:24:30
Réponse #6

philippe13


Un jour, très tot le matin, je passe devant une sanisette (WC a pièce de monnaie dans Paris) j'entends une petite voix "au secours je suis enfermé" je m'approche et discute a travers la porte le mec s'était apperçu une fois à l'intérieur que la poignée était cassée et tournait à vide!! Je suis allé un peu plus loin au kiosque à journaux qui a le téléphone (c'était avant le portable pour tous) faire prévenir les pompiers. Le soir en revenant j'ai demandé au kiosquier la suite des événements: il y a dans les sanisettes un système qui provoque l'ouverture au bout de 15 minutes  mais là il n'avait pas fonctionné. Il y a un esortie de secours sur le toit mais il faut l'aide de quelqu'un d'extérieur pour l'utiliser ....
« La victoire sur soi est la plus grande des victoires. »

PLATON

28 novembre 2008 à 16:56:42
Réponse #7

Lynx


Oe ca fait du bien de voir des gens ... bien

Un jour je remontais chez moi en vélo... pluie, froid...trop bien...
Et en tournant la tete a un petit carrefour une dame agée était assis bien droite au milieu de la route... :huh:
Bé ca faisait bien une demi heure qu'elle était assise la... aprés avoir glissée elle ne parvenait plus a se relever, alors elle s'occupait de
son panier en attendant que quelqu'un veuille bien s'arrêter...  >:(



Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

30 novembre 2008 à 04:31:27
Réponse #8

Anke


Citer
Enfin j'ai fait le bon samaritain, le scout ou tout simplement l'être humain. ça fait du bien !
Ta récompense était déjà dans ton geste.
Il y a assez peu de gens sur cette terre qui sont capables de le savoir ou de s'en apercevoir. Tu as donc cette qualité rare de nos jours. Merci de nous en apporter le témoignage.

15 février 2009 à 17:05:53
Réponse #9

Tyee


Eh oui, l'esprit civique ca n'est plus ce que c'était!
Dans le même genre Kito, j'étais dans le tram et je vois une femme âgée essayer de monter avec la blinde de sacs. Je vais pour lui en prendre quelques uns des mains en tout bien tout honneur et elle a cru que je voulais la voler.
C'est ça être djeun aujourd'hui, se faire insulter par des vieilles dames alors qu'on veut aider  :lol:

(quoique j'adore leur regards reconnaissants quand je laisse ma place dans les transports en communs..)

17 février 2009 à 19:21:41
Réponse #10

kathleen76


Bonjour.
Voilà le message qui m'a décidé à m'inscrire sur ce forum.
Je viens de vivre (aujourd'hui) une expérience similaire.
En fin d'après-midi (17h-17h15), je vais chercher mon pain dans la petit boulangerie à côté de chez moi.
Deux clients avant moi. La boulangère parle avec eux et leur dit "tenez, le voilà qui revient". Me voilà partie à demander "qui ?". Et ma boulangère me raconte que depuis le début de l'après-midi, elle voit ce petit monsieur faire des allers-retours sur le trottoir d'en face.
Je regarde mieux, le petit monsieur a l'air assez âgé et semble avoir de grosses difficultés à se mouvoir.
Ni une ni deux, je prends mon pain plus deux gâteaux et je vais voir ce monsieur. Et là, je constate catastrophée qu'il peut à peine parler, qu'il est complètement désorienté et littéralement mort de froid (ses doigts étaient violets et bleus)
Je l'ai tout de suite emmené au café du coin pour qu'il s'asseye et boive une boisson chaude. Je lui pose des questions mais il n'est pas en mesure de me répondre. J'appelle alors le service "Handicap dans la Ville" de ma mairie pour avoir des conseils. La responsable du service est venue, en personne, me donner un coup de main à m'occuper de ce petit monsieur.
Nous avons réussi à savoir où il vivait (un foyer des petites soeurs des pauvres) et les avons contactés pour qu'ils le prennent en charge.
Si je n'étais pas intervenue, ce monsieur aurait pu finir beaucoup plus mal mais ce qui me terrifie c'est que personne ne s'est donné la peine d'aller le voir et de le prendre en charge.
Un bénévole est venu le chercher et m'a confirmé que cette personne était atteinte d'aphasie et de la maladie d'Alzheimer.
L'idée que personne n'ait levé le petit doigt pour lui avant moi est somme toute très dérangeante.
Je suis écoeurée du comportement de mes concitoyens (mais je suis peut-être trop en colère pour être réaliste)
\" Le coeur perçoit ce que l\'oeil ne voit pas. \"
Al-Gazal

17 février 2009 à 20:56:32
Réponse #11

Anke


Bonsoir Kathleen76,

Il va falloir t'y faire, hélas, mais c'est comme ça. Il y a des gens qui meurent dans l'indifférence générale. Ce n'est pas que c'est normal, on va dire que c'est compréhensible au regard des structures dans lesquelles nous vivons.
Il ne faut pas être terrifié pour autant, c'est notre monde et c'est à chacun de garder sa sensibilité, réactivité, en éveil ( ce que tu as fait !) pour secouer un peu le machin de temps en temps. Tu verras, faire ce genre de truc 1) ça t'aide toi, 2) ça aide l'autre 3) ça peut réveiller les consciences. Bref ce n'est que du "benef" pour tous.
On est pas forcément capable de s'appeler Gandhi ( la "conscience" du monde) ou l'Abbé Pierre. NOs petites "batailles" ne sont pas forcément les combats d'une vie... Mais le peu que l'on peut faire... C'est déjà pas si mal.


Anke, qui croit au genre humain quand il lit ce genre de message....

26 février 2009 à 17:36:56
Réponse #12

dolgan


Dans le genre rencontre étrange:

C'était il y a un peu plus d'un an. On avait passé la journée à refaire la toiture d'un ami. il devait être environ 19h, et faisait nuit noire. Nous on buvait un petit remontant dans l'étable servant de réfectoire. L'un de nous s'en va et un autre le suit dehors pour faire la vidange.

Celui qui s'en va monte dans sa camionnette et commence à reculer. D'un coup, l'autre se met à gueuler qu'il faut qu'il s'arrête. Nous on se marre et on sort pour voir ce qu'il a encore fait comme connerie. Et là on tombe sur une fille (pour nous 16/17ans, mais apparemment elle avais plus) assise par terre au milieu de la cour, les pieds dans une flaque.

Gloups!! ça dessoûle.

On la fait se lever , elle titube. On la fait rentrer, et on reste à 2 avec elle pour pas lui faire peur. On essaie de la faire parler, mais elle est complètement incohérente. Régulièrement, elle répète: "1 2 3" . Elle parle aussi de son bébé qui a faim. Gros gloups. certains vont sur la route pour voir si il n'y a rien.

On se mets alors à fouiller un peu dans son sac, il y a effectivement des affaires de bébé. On trouve aussi son portable.
On arrive à contacter un de ses "amis" qui nous dit qu'elle est du village à 5Km, qu'elle a effectivement du avoir un bébé et qui nous fait comprendre qu'elle est pas très "nette" sans entrer dans les détails.

Sur ce les flics arrivent suivi 10minutes plus tard des pompiers. (Je sais plus à quel moment on les a appelés).

Ils restent environ 30minutes, le temps de nous interroger, de prendre nos nom et de se renseigner sur la fille auprès de leurs collègues du département voisin (à1Km de chez nous).

On a pas eu plus d'info sur le tiot, mais rien dans les journeaux, donc on pense que ça a du aller.

Par contre, ça fout les boules parce que à 50m près elle plongeait dans le canal. Et si elle était rentré dans la mauvaise cour, on est pas sur qu'on l'aurait revue. >:( Sans parler qu'elle aurait pu se faire faucher 100 fois par une voiture.

27 février 2009 à 11:17:31
Réponse #13

Trashmallow


Puisqu'on remonte le sujet quant à l'indifférence générale... je rajoute mes petites histoire.

Histoire 1
Il y a 2 ans de ça, en plein centre de Caen


C'est une journée de fête, il y a du monde partout, on peut pas passer sans se faire aggriper par des colporteurs. Sans être associale j'aime PAS qu'on m'aggripe par le palto comme ça, et je me dégage plusieurs fois avec un regard pas aimable. Je sors tout juste de cours, j'ai pas un rond à dépenser. Ma meilleure amie qui marche avec moi a les poches tout aussi légères.

Au milieu de la circulation humaine, on voit une petite dame, d'origine asiatique, semblant complètement perdue, qui regarde de droite et de gauche. On fend la foule jusqu'elle. En se mettant chacune d'un côté, on lui libère un espace. Elle m'attrape la main et me demande (dans un français difficilement compréhensible):
"Vous pouvez m'aider? J'ai perdu ma maison!"
En fait, après quelques échanges, on se rend compte qu'elle habite chez sa belle-fille, qu'elle a voulu sortir pour trouver son fils (parti soi-disant au "magasin juste en bas"). Elle ne l'a pas trouvé, a paniqué, a dû errer dans le centre... et évidemment n'a pas retrouvé la porte.
Sans paniquer, on l'escorte, chacune d'un côté, la mamie accrochée à nos bras, jusqu'à une paire de flics. Et là, le plus gradé (je suppose) pousse le plus jeune avec un (audible):
"Allez, c'est pour toi, moi je regarde le concert." (concert de rue)
!!!!  :o >:( :lol: Bravo le dévouement professionnel.
Avec ma potesse on n'a pas pû résister à faire une bise à la mamie, lui dire de suivre le jeune homme, et se moquer copieusement de lui!!!

La fin de l'histoire ne dit pas s'ils ont retrouvé sa famille, ce que je suppose car on a quand même expliqué précisément au policier où elle se trouvait en premier lieu.

Histoire 2
Maison de retraite de mon patelin


Entre autres jobs (pourris), j'ai remplacé du personnel de cuisine en maison de retraite. M'occuper des "petits vieux" (comme ils disaient) n'était pas de mon ressort, à la base, mais devant le désintérêt de certaines de mes collègues... bah je l'ai fait.

1er soir de service, un grand monsieur plus ou moins paralysé/handicapé moteur colle un grand pain dans la tronche d'une de mes collègues. Debout il doit faire un bon mètre 95, 85 kilos... Elle lui colle une baffe et s'en va.
Le lendemain... vous avez deviné, c'est à moi qu'on dit de "faire manger le monsieur". Approche préliminaire:
"Bonsoir monsieur! *grand sourire* Ce soir c'est moi qui vous donne à manger. Rôti de veau, carottes, et patates. Ça vous dit?"
J'ai crû que j'avais fait un tour de magie: il m'a regardé, a perdu son air agressif, et m'a souri (un peu en biais, de façon adorable) Il a répondu d'une voix cassée mais très claire:
"Tout à fait!"
Je lui donne donc la becquée. Un petit morceau de chaque, en vérifiant que ce n'est pas trop chaud... Une collègue arrive et me brâme dessus:
"Vite vite vite!! Rah là là on va jamais y arriver!"
(D'un autre côté le monsieur fallait bien qu'il mange aussi!!  ^-^ :down: )
Entre le plat principal et le dessert, je dessers les tables, je sers les desserts à tout le monde, et je reviens à mon petit monsieur. Je lui demande quel yaourt il veut. Et là j'en reviens pas:
"Ah parce qu'il y a quoi?"
Il avait jamais eu le choix!!!  >:( M*erde alors! et le droit de bouffer ce que tu veux??!!
Je lui donne son yaourt, et avant de repartir dans les tréfonds de ma cuisine surchauffée (et graisseuse), il m'attrape par l'épaule et me colle une bise sur la joue!  :lol:

Un autre soir, une nouvelle "petite vieille" arrive... Le personnel se moque d'elle parce qu'elle était pianiste professionnelle, "et voilà où ça l'a menée, ah ah ah"...
  :closedeyes:
Dans la salle, la petite dame passe son temps à nous suivre, ne pouvant articuler un mot, paniquant à cause de l'indifférence générale... Je la prends par la main, je lui demande de s'asseoir, que je vais venir, mais que si elle est toujours dans mes jambes, JE vais pas y arriver, et tout le monde va se faire engu*uler... elle s'assied et se relève aussitôt.
Grand moment de solitude pour moi: qu'est-ce que je vais bien faire pour qu'elle se calme!!
Une fois tout le monde servi (avec la dame dans les pattes), je la prend à part pour lui demander ce qu'elle veut. Elle panique et essaie de parler. Je lui dis:
"Faites simplement 'oui' ou 'non'. Vous avez mal quelquepart?
=Non.
-Vous avez oublié quelquechose?
=Non.
...
J'en viens à comprendre qu'elle ne veut pas ce qu'on lui a mis d'office dans son assiette, qu'elle voulait l'autre plat (et que personne n'a regardé ses grands signes qui disaient "non pas celui-là, l'autre")

Et tout ça devant les yeux indifférents (et parfois limite méchants) du personnel!!!!!  :o >:( :bang:


Sans dire "à bas les gens", j'ai quand même la sale impression de souvent être "celle qui se bouge" quand il y a un problème. Pourtant je me trouve ni très patiente, ni très courageuse, ni pourvue d'une autre qualité exceptionnelle... mais bon ben "quand faut y aller faut y aller"! Je pourrais pas me regarder en face si je laissais quelqu'un dans la m*rde sans rien faire!  :glare:

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité