Nos Partenaires

Auteur Sujet: "into the wild "avec des publics en difficulté  (Lu 5169 fois)

19 novembre 2008 à 08:18:09
Réponse #25

Bison


Sorry, c'est le genre de texte qui donne des boutons ...

En clair :  un instit a-t-il encore le droit d'emmer ses gosses en balade dans la campagne?

Question subsidiaire :  un AM est-il formé pour prendre en charge un public "en difficulté"?

Faudrait-il, pour être "blindé", que l'encadrement comprenne au moins un AM, ou un stagiaire bénévole? Et évidemment un éducateur tout spécialement formé à l'encadrement du public concerné?

C'est bien possible. On vit dans une société ultra-règlementée. C'est peut-être en partie la raison du décrochage d'une partie de la population.

Bientôt, les parents devront passer des examens pour garder leurs enfants ... c'est dans la logique des choses. Et ces examens seront à chier! Ça, c'est une constante.
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

19 novembre 2008 à 08:22:34
Réponse #26

Patrick


Sorry, c'est le genre de texte qui donne des boutons ...

En clair :  un instit a-t-il encore le droit d'emmer ses gosses en balade dans la campagne?

Question subsidiaire :  un AM est-il formé pour prendre en charge un public "en difficulté"?

Faudrait-il, pour être "blindé", que l'encadrement comprenne au moins un AM, ou un stagiaire bénévole? Et évidemment un éducateur tout spécialement formé à l'encadrement du public concerné?

C'est bien possible. On vit dans une société ultra-règlementée. C'est peut-être en partie la raison du décrochage d'une partie de la population.

Bientôt, les parents devront passer des examens pour garder leurs enfants ... c'est dans la logique des choses. Et ces examens seront à chier! Ça, c'est une constante.
On peut regretter, et crois bien qu'en tant que président d'une asso de survie je regrette beaucoup de choses. Mais survivre c'est aussi survivre au choc administratif, réglementaire et juridique pour éviter en plus d'être bénévole de devoir payer toute sa vie.

Nous sommes dans une société qui n'admet plus le risque et qui doit absolument trouver un coupable et consacrer une victime expiatoire.

C'est sur, ça va encourager les vocations  :'(

19 novembre 2008 à 08:27:20
Réponse #27

Bison


Bon, alors, j'ai encore eu de la chance, en temps que père, de pouvoir emmener un jour mon fils ainé "en décrochage" quelques jours en montagne. On a bivouaqué, on a grimpé ... et on s'est "retrouvé".

J'étais vraiment très peu qualifié, niveau montagne ... mais le résultat, c'est que mon gamin, je l'ai récupéré.

Je pense sincèrement qu'à un moment donné, la survie "globale" c'est d'envoyer paître les règlements.
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

19 novembre 2008 à 08:29:00
Réponse #28

Bison


Bien sûr, au niveau d'une asso, c'est autre chose ...
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

19 novembre 2008 à 12:26:20
Réponse #29

kamik


Il y a un équilibre à trouver  sur le plan de la sécurité. Personnellement je blinde mes projets et je connais bien, voir très bien mon sujet. J'ai recours à des professionnels pour l'encadrement de certaines activités  : pour faire le mont aiguille et la traversée des arrêtes du Gerbier,  on a embauché jusqu'à trois guides et prévu un encadrement de un pour un mais franchement pour le public avec lequel je travaille un pro peu être complètement à la rue voire dangereux si il n'arrive pas à s'adapter ...Je trouve dur à avaler de payer un mec 250 euros par jour, pour me guider sur un GR. De Toute façons, en cas de pépin, on risque toujours d'être mis en examen, il suffit d'une plainte...
J'ai un pote qui à été convoqué au commissariat parce qu'il avait menacé de passer une élève à la moulinette... >:(
Je reste dans le cadre de la loi mais je sais qu'a chaque fugue ma responsabilité est engagée et dans ma structure, il y en a quasi une par jour :-[
Dans les bois, ils reviennent rapidement et elles sont très rares...
Si il faut prendre un intervenant pour chaque activité ben on fait plus grand chose. :'(

19 novembre 2008 à 12:56:14
Réponse #30

kamik


D'ailleurs pour parler de survie, je considère que prof de "vraie" survie , c'est mon "vrai" boulot, mais la loi pense qu'une fille de quatorze ans qui vend son corps pour pas grand chose, à besoin d'un prof spécialisé survie pour dormir une nuit à la belle étoile et ne pas être traumatisée, je me pose des questions sur le sens du mot survie et je pense qu'on peut aussi renvoyer à la société ses contradictions.
Si les gamins que j'emmène dehors ont peur du noir, c'est pas a cause du grand méchant loup mais souvent à cause du grand méchant père...Il y a un moment où l'on doit assumer les difficultés de son boulot.. L'autre jour, il y a un père qui avait à moitié  égorgée sa femme devant sa fille, il m'a dit que ce n'était pas de sa faute parce qu'il avait bu...Je n'ai pas pu m'empêcher de lui dire que la prochaine fois j'allais lui exploser la tronche tellement ça m'a gonflé. Ben sa gamine, la rando à la dure, de deux jours sous la pluie, mal équipée, elle a trouvée ça cool...

19 novembre 2008 à 14:40:30
Réponse #31

Bison


Pour positiver ...

En fait, on le sait, des garde-fous sont hélas nécessaires ...
Mais, à bien y réfléchir, la règlementation doit bien laisser la porte ouverte à des solutions de bon sens, surtout dans le cadre du bénévolat.

J'ai cru comprendre qu'il existait des "niveaux" bénévoles d'initiateurs en montagne, qui ont presque les mêmes privilèges qu'un pro, sauf qu'ils n'ont pas le droit de se faire payer. Je pense même que c'est le cas des stagiaires AM, qui peuvent officier ainsi, sous la supervision d'un maître de stage. Lequel maître de stage n'est pas obligé d'être physiquement "présent" lors de la sortie.

Cela me semblerait un jeu "gagnant-gagnant" de faire appel à ces bénévoles.

Il existe aussi des "brevets" - appelés "passeports" pour la randonnée de différents niveaux délivrés par la FFME, qui attestent du niveau de compétence individuel en matière de rando plus ou moins engagée. Un passeport "vert" complet témoigne déjà d'un bon niveau, et ce n'est pas la mer à boire!

Cela me semblerait sage ainsi de faire au moins la preuve de ses compétences en rando avant de s'embarquer dans une aventure avec un groupe totalement inexpérimenté.

Accessoirement, proposer à des gens en rupture de tout, de progresser un peu en rando et d'acquérir les premiers "passeports", en fait les premières reconnaissances de compétence, les premiers "diplômes", dans un domaine "qui en jette" ... cela doit être une formidable valorisation d'eux-mêmes.

Et, passer du passeport Jaune au passeport Orange, c'est une occasion fantastique d'apprendre à apprendre, avec une bonne motivation pour réussir. Mais là, on parle déjà de sorties répétées. Collaboration requise avec un club affilié à la FFME ...
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

26 novembre 2008 à 00:45:22
Réponse #32

straight8


Les sorties que j'organise ne demandent pas un niveau particulier, ni du point de vue physique, ni du point de vue des connaissances.c'est pas de l'alpinisme! L'essentiel se passe dans la tête. Il y a chaque année des milliers d'éducateurs qui organisent des camps, des séjours, des weekends, au ski, à la mer, à la piscine, à la campagne, en France ou à l'étranger avec des jeunes de tous ages. çà fait même carrément partie intégrante du boulot pour beaucoup.
Si on attendait d'avoir à chaque fois 10 moniteurs de ceci ou cela pour pour aller faire une promenade dans les bois ces jeunes ne sortiraient jamais des foyers. avec toutes les conséquences que cela entrainerait pour eux et pour la société.
Quand il s'agit d'une activité "a risque" (équitation, rafting, acrobranche etc) ils le font via un club avec des personnels adaptés et les assurances qui vont bien.après, que le métier d'éducateur soit risqué parce qu'on est de plus en plus exposé et qu'on vit dans une société ou les gens croient que la peur évite le danger, c'est pas une nouveauté malheureusement.

26 novembre 2008 à 07:13:59
Réponse #33

Bison


Bonjour,

Bon à savoir ...

Il existe depuis peu (2007) un BPJEPS "activités de randonnées" :
brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport délivré par le ministère de la jeunesse et des sports ;

C'est un peu l'équivalent de l'AMM "basse altitude"

Au brevet de base peut s'ajouter une spécialisation :
accompagnement et intégration des personnes en situation de handicap

Citer
Le certificat de spécialisation « accompagnement et intégration des personnes en situation de handicap », atteste des compétences de l'animateur à assurer en autonomie pédagogique l'animation d'activités physiques ou sportives durant lesquelles sont intégrées des personnes déficientes motrices, sensorielles ou intellectuelles, des personnes ayant une souffrance psychique ou éprouvant des difficultés d'adaptation du fait de carences affectives et éducatives.
Cet animateur peut également, dans les conditions définies dans le référentiel professionnel présenté en annexe II, animer ces activités auprès de groupes constitués exclusivement par ces publics.
Bon, c'est plus simple à obtenir que le diplôme d'état d'AMM, mais c'est quand même 600 heures de "théorie" pour le brevet. C'est valable hors milieu montagneux, sinon on marche sur les plattes-bandes des AMM ... Un GR vosgien, c'est la montagne?

Une qualification professionnelle "béton", à mon sens pour les sorties rando pas trop engagées. Une "deuxième corde" à l'arc des éducateurs intéressés?
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

28 novembre 2008 à 09:23:16
Réponse #34

straight8


merci bison.. je jette un œil!
tiens, çà tombe bien qu'on en vienne a parler formation parce que justement ma chef de service vient de débouler avec les demandes de DIF. donc après moultes recherches et retour sur ce post j'en suis à :(pas évident de s'y retrouver dans les différentes fédés etc)
-accompagnateur moyenne montagne: difficile à obtenir dans un temps court.
- initiateur de randonnée moyenne montagne: un peu trop lointain aussi d'après moi niveau qualif

-animateur randonnée moyenne montagne: qui aurait comme prés-requis :
- attestation de randonnées (possible par mon employeur)
- 17 ans ou + (là je suis bon! ouaiiii! cool d'être vieux!)
- afps : ok
- attestation sur l'honneur que je sais mettre un pied devant l'autre en rando : ok
- calif carte et orientation ou "passeport vert ffme) : que j'ai pas et qu'il faut que je passe avant mai, mais pas de sessions près de chez moi...problème!

donc dans un premier temps çà me ferait une formation complémentaire. reste à trouver un moyen de passer le fameux passeport vert. 'vais me renseigner au club vosgien aujourd'hui...ptet des tuyaux?

derrière tout çà il y a la volonté d'offrir plus de garanties au jeunes accompagnés en terme de sécurité etc. mais aussi un """possible""" projet de recyclage à moyen terme genre avoir une double formation qui me permette d'envisager l'organisation de "séjours de rupture" ou de "séjours vacance" pour gamins de foyers   avec ma compagne qui est déja éduc spé+ éduc sportive équitation. donc un truc du genre maison dans la brousse avec des anes, de la rando, (de la raquette ?), des activités artistiques(je suis un ancien graphiste publicitaire).le tout en prévision de mes vieux jours. mais c'est pour l'instant qu'une idée dans l'air qui pousse dans ma tête.sachant que j'ai 37 ans et que le compteur tourne.... :D
« Modifié: 28 novembre 2008 à 16:26:55 par elan noir »

28 novembre 2008 à 11:07:35
Réponse #35

moosecrossing


Hello élan noir,

pourrais tu me contacter par mail? (impossible pour moi, ton adresse est invisible)
car tes projets m'intéressent énormément et j'aimerais discuter de tout cela avec toi. Ce sont des séjours que j'aimerais moi aussi mettre en place... mais plus tard... car je n'ai même pas passé le concours d'éduc pjj. :)

Merci pour le lien Bison, ce "diplôme" est très intéressant !

28 novembre 2008 à 17:00:36
Réponse #36

straight8


M rod:t'as un mail au sujet du bouquin.désolé pour l'attente mais mon premier mail m'est revenu.
entre temps j'ai trouvé ton autre post sur la formation d'AMM.

Moosecrossing: salut, j'ai rendu mon mail accessible (enfin je crois). a toute.

effectivement le tuyau de Bison est intéressant mais le souci c'est d'arriver à passer un Bpjeps en situation d'emploi..

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité