Nos Partenaires

Auteur Sujet: Be the Grey Human = arrêter de marquer le territoire  (Lu 50168 fois)

12 novembre 2008 à 08:02:56
Réponse #25

bison solitaire


Tout ça me fait terriblement penser aux 20 kyokuns du karaté...
Faut que j'aille bosser j'ai pas le temps de les écrire, mais dores et déjà on peut remplacer karaté par, je sais pas moi, l'art de la vie, par exemple.

12 novembre 2008 à 10:15:18
Réponse #26

pieton


- que repondre comme ca, c est une depense d energie inutile et provocatrice,
Oui, enfin là c'était pour l'hyperbole, parce que un "cher monsieur, je vous prie instamment de vous excuser" si tu insistes suffisamment peu aboutir au même résultat.
De même, quand je suis énervé (stress, sortie de boulot...), quand je suis bousculé dans une foule il m'arrive par agacement et quasi réflexe de rendre le coup sans regarder d'où ça vient. Disons que ça peut jouer des tours.
Pour donner une image, y a des gens qui vont forcer le passage devant un camion parce que c'est eux qui ont la priorité. Alors certes ils ont peut être "raison" mais est ce que c'est le meilleur choix...

12 novembre 2008 à 10:48:34
Réponse #27

lambda


Oui, enfin là c'était pour l'hyperbole, parce que un "cher monsieur, je vous prie instamment de vous excuser" si tu insistes suffisamment peu aboutir au même résultat.De même, quand je suis énervé (stress, sortie de boulot...), quand je suis bousculé dans une foule il m'arrive par agacement et quasi réflexe de rendre le coup sans regarder d'où ça vient. Disons que ça peut jouer des tours.
Pour donner une image, y a des gens qui vont forcer le passage devant un camion parce que c'est eux qui ont la priorité. Alors certes ils ont peut être "raison" mais est ce que c'est le meilleur choix...

Ben en fait on retombe sur l idee de trouver un juste milieu, finalement, une ligne de conduite et un comportement pondere, je trouve que c est pas mal, et comme dit diurnambule, c est lie un peu a de l education et l "art de la vie" (dixit Bison Solitaire) que je completerai: ... en societe.
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

12 novembre 2008 à 10:55:15
Réponse #28

yeror


Dans le cadre de la vie quotidienne, par exemple (et peut-être principalement) le milieu professionnelle comme en parle Lambda, il peut-être intéressant de se tourner vers des techniques de communication comme la CNV (communication non violente, en enlevant son côté "religieux") ou l'AT (analyse transactionnelle).

Comme toutes techniques cela s'apprend et ce ne sont pas non plus des panacées, en revanche, elles permettent à mon sens "d'objectiver" et de prendre du recul lors de conversations qui dégénèrent.

Autre avantage et non des moindre, vous véhiculez plus facilement une image de médiateur au lieu d'être un acteur agressif qui envenime une situation.


12 novembre 2008 à 12:04:08
Réponse #29

SavageBeast


Disons que le profil bas est utile dans certains cas. C'est évident que si l'on peut éviter une confrontation dans n'importe quel contexte, on en sort gagnant, toutefois, il y a des moments où il faut aller au feu, smplement pour que celui d'en face, qui n'a pas compris le message "non-agressif", se rende compte qu'il existe aussi des limites à ne pas franchir. Etonnemment, ce sont avec les personnes où j'ai dû arriver jusqu'au conflit, qu'un très grand respect s'est créé.

En gros, tant que l'on ne rentre pas de manière agressive dans zone de sécurité, ma bulle personnelle, je plie comme le roseau. Après, je négocie verbalement d'une manière plus percutante. Ici, dans les ex-pays de l'Est, le profil bas ne fonctionne pas avec tout ce qui dépend des administrations, car ils ont encore les vieux reflêxes du petit pouvoir qu'ils avaient à l'épôque, celui de te bloquer. Donc montée en puissance, explication très claire au niveau des sous-entendus par rapport à l'orage qui pourrait leur tomber sur la tête s'ils te cherchaient des poux, et après, tout ce passe merveilleusement bien.

C'est aussi une forme de jeu pour eux, car ils se renvoient de service en service afin de te faire perdre du temps et s'amuser. Chacun son jeu, et chacun ses méthodes...

A+. Savage BEast

12 novembre 2008 à 13:23:30
Réponse #30

DavidManise


Etonnemment, ce sont avec les personnes où j'ai dû arriver jusqu'au conflit, qu'un très grand respect s'est créé.

Sorry mais là, je me dois de rappeler une nuance très importante.  La différence entre altercation, même très virile, et agression/défense.  Quand tu dis "arriver jusqu'au conflit", je pense que tu fais plutôt référence à une altercation violente, voire à un échange de baffes symboliques. 

Quand on commence à parler de défense personnelle, il ne faut ni attendre ni espérer que "un grand respect puisse se créer".  Moi quand j'ai des mecs assez tarés en face, déjà, pour me pousser à me défendre (parce que bon, avant que je lâche un pain, faut vraiment que je n'aie plus le choix hein !), je sais que je ne désire absolument pas leur respect ni que ça se finisse en bons termes.  Et une fois que je leur ai explosé un tibia, arraché une oreille ou autre, je n'espère pas trop que ça se termine par "un grand respect".  Ce genre de truc se termine au commissariat, parfois au tribunal, presque toujours à l'hosto aussi...  c'est l'échec total de l'humanité, là, et la bestiole reprend ses droits pour survivre. 

On est au clair ?

Je veux à tout prix éviter un malentendu du type "baston = possibilité de grand respect fraternel après"...

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

12 novembre 2008 à 13:29:35
Réponse #31

DavidManise


Dans le cadre de la vie quotidienne, par exemple (et peut-être principalement) le milieu professionnelle comme en parle Lambda, il peut-être intéressant de se tourner vers des techniques de communication comme la CNV (communication non violente, en enlevant son côté "religieux") ou l'AT (analyse transactionnelle).

Tafdak. 

La théorie des actes de langage (à la sauce Searle, si on vire tous les détails classificatoires et le jargon inutile) a aussi des aspects intéressants je trouve.  On y voit les mots comme étant porteurs d'une intention qui permet d'analyser les objectifs sous-jacents, et donc de décoder le discours plus facilement. 

Exemple le mec jaloux qui voit que je discute avec sa femme vient me dire "tu bosses où, toi, déjà ?", avec un langage non-verbal "confrontant"...  en fait me signifie clairement qu'il cherche à utiliser son statut social pour se faire valoir aux yeux de sa femme et me faire baisser le nez... 

On peut analyser la sémantique de la phrase ou les mots, mais c'est uniquement analysés dans un contexte précis, comme des actes porteurs d'une intention et d'enjeux réels, qu'on arrive à comprendre le message réel et à réagir de manière pertinente.

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

12 novembre 2008 à 13:59:24
Réponse #32

bison solitaire


1- Karatedo wa rei ni hajimari, rei ni owaru koto wo wasuru na.
 
    N'oublie pas que le karaté commence dans le respect et finit dans le respect.

2- Karate ni sente nashi

    Pas de première attaque en karaté.

  3- Karate wa gi no tasuke

    Le karaté est l'instrument de la justice.

  4- Mazu jiko wo shire, shikashite ta wo shire
 
    Connais-toi d'abord toi-même, puis connais les autres.

  5- Gijutsu yori shinjutsu

    L'esprit plus que la technique.

  6- Kojoro wa hannata ni koto wo yosu
 
    Libère et garde détaché ton esprit.

  7- Wazawai wa ketei ni sho zu

    La malchance provient de la négligence.

  8- Dojo nomi no karate to omou na

     Ne pense pas que le karaté est seulement au dojo.

  9- Karate no jugyo wa issho de aru

    L'entraînement en karaté dure la vie entière.

  10- Arayuru mono wo karate kaseyo, soko ni myo-mi ari
 
    Pense toutes choses de la vie au travers du karaté, là est la subtilité cachée (lumière de l'esprit).

  11- Karate wa yu nogotoshi taezu netsudo wo ataezareba moto no mizu ni kaeru
 
    Le karaté est comme l’eau bouillante, qui redevient froide si vous ne lui apportez pas continuellement de la chaleur.

  12- Katsu kangae wa motsu na, makenu kangae wa hitsuyo

    Ne pense pas à gagner, pense à ne surtout pas perdre.

  13- Teki ni yotte tenka seyo

    Change en fonction de ton adversaire.

  14- Ikusa wa kyo-jutsu no soju ikan ni ari

    Dans le combat, la stratégie réside à distinguer les ouvertures des points invulnérables. [Kyo-Jitsu].

  15- Hito no teashi wo ken to omoe

    Pense aux bras et aux jambes humains comme à des sabres.

  16- Danshi mon wo izureba, hyakuman no teki ari
 
    Dès qu'on franchit le seuil de sa porte, il y a un million d’ennemis.

  17- Kamae wa shoshinsha ni ato wa shizentai

 
     Le novice s'astreint à la posture de garde formelle, la posture naturelle viendra plus tard.

  18- Kata wa tadashiku, jissen wa betsumono

 
    Le kata doit être exécuté strictement, en combat c'est une autre chose.

  19- Chikara no kyojaku, tai no shinshuku, waza no kankyu wo wasureru na

     N'oublie pas de moduler la puissance de la force, l'élasticité du corps et la vitesse relative des techniques.

  20- Tsune ni shinen kufu seyo.

 
     Penses-y tout le temps et suis ces préceptes au quotidien.

...


Voilà un petit copier-coller.
C'est souvent à interpréter: par exemple le 16 avec le million d'ennemi pourrait être un truc du genre "la colère est mauvaise conseillère". On s'énerve, on sort de ses gonds, donc de sa maison, ça n'améliore pas la situation, ça empire même, d'où les ennuis (les ennemis).

12 novembre 2008 à 14:08:53
Réponse #33

SavageBeast


Sorry mais là, je me dois de rappeler une nuance très importante.  La différence entre altercation, même très virile, et agression/défense.  Quand tu dis "arriver jusqu'au conflit", je pense que tu fais plutôt référence à une altercation violente, voire à un échange de baffes symboliques. 

Quand on commence à parler de défense personnelle, il ne faut ni attendre ni espérer que "un grand respect puisse se créer".  Moi quand j'ai des mecs assez tarés en face, déjà, pour me pousser à me défendre (parce que bon, avant que je lâche un pain, faut vraiment que je n'aie plus le choix hein !), je sais que je ne désire absolument pas leur respect ni que ça se finisse en bons termes.  Et une fois que je leur ai explosé un tibia, arraché une oreille ou autre, je n'espère pas trop que ça se termine par "un grand respect".  Ce genre de truc se termine au commissariat, parfois au tribunal, presque toujours à l'hosto aussi...  c'est l'échec total de l'humanité, là, et la bestiole reprend ses droits pour survivre. 

On est au clair ?

Je veux à tout prix éviter un malentendu du type "baston = possibilité de grand respect fraternel après"...

Ciao ;)

David

Salut David, j'ai certainement mal dû m'exprimer ou mal formulé mon point de vue.

Par conflit, j'entends discussion extrêmement tendue, voir à la limite du "baston", mais sans franchir le pas, sinon j'aurais employé d'autres termes. Effectivement, une fois le combat engagé, s'il n'y a pas moyen de faire autrement, comme tu l'as bien souligné, cela se termine de toutes façons et pour toutes les parties en présence de mauvaise façon, avec des baffes dans le meilleur des cas, et des morts dans le pire... Autant éviter cela. Un conflit verbal qui ne dérape pas dans les coups, peut devenir un moyen de connaître l'autre, et de recadrer l'échange verbal.

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je dis, ce que tu comprends que je dis, ce que tu interprètes de mes dires, il y a de nombreuses possibilités de te tromper, et de ne pas comprendre ce que je voulais dire  ;D

A+. Savage Beast

12 novembre 2008 à 14:24:47
Réponse #34

yeror


La théorie des actes de langage (à la sauce Searle, si on vire tous les détails classificatoires et le jargon inutile) a aussi des aspects intéressants je trouve.  On y voit les mots comme étant porteurs d'une intention qui permet d'analyser les objectifs sous-jacents, et donc de décoder le discours plus facilement. 

Pour reprendre la liste de Mathieu, on pourrait ajouter/compléter avec :

- être assertif (selon Searle) : rester concret, sur les faits uniquement, informer

En gros, quand des types dans la rue m'interpelle pour me demander une clope/de l'argent/l'heure, ma réponse reste courtoise et la plus neutre possible :
Non je ne fume pas/ pas de montre (et c'est vrai en plus), plus de monnaie (très souvent le cas)

avec un sourire, en regardant en la personne dans les yeux, en ralentissant mais sans m'arrêter. Pas d'autres commentaires

Pour l'instant ça marche ...

12 novembre 2008 à 16:20:13
Réponse #35

promeneur4d


Pour moi ca résume la signature que j'ai piqué à Diesel

Veux-tu avoir la vie facile ?
Reste toujours près du troupeau, et oublie-toi en lui. Friedrich Nietzsche

j'veux pas vivre comme ca. ca ressemble trop a "laisse faire toutes les atrocité tant que ca te concerne pas..."
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

12 novembre 2008 à 16:44:22
Réponse #36

lambda


Veux-tu avoir la vie facile ?
Reste toujours près du troupeau, et oublie-toi en lui. Friedrich Nietzsche
j'veux pas vivre comme ca. ca ressemble trop a "laisse faire toutes les atrocité tant que ca te concerne pas..."

On est d accord promeneur4d, ca veut pas dire detourner la tete et ignorer les merdes, ou ne pas venir en aide a son prochain (temoin d une agression).
ca veut pas dire etre dans un troupeau belant,

Ca veut juste dire savoir trouver un juste milieu pour eviter finalement assez facilement un paquet d emmerde venant a la rencontre de sa persone.

Le Grey man, pour moi, c est celui entre autre, qui sait s epargner des confrontations inutilement dangereuses et "grosses dispensatrices d energie pas constructive".

C est celui qui evitera de dire (caricature caricature, ne m en voulez pas): " qu est ce t as toi, pourquoi tu me regardes comme ca" ou " je reve, tu m as bouscule la..." (loin d etre exhaustif)

c est celui qui arrivera a exprimer ses opinions dans un groupe, sans ramener la couverture a lui (idees vs personalites/ego), et a les faire integrer dans la discussion sans heurt et "grimpage de decibels"...

Ca veut aussi dire, pour moi, ne pas monter au creneau a tout bout de champ par principe et dresser la crete pour des babioles, memes si on a raison... savoir quand ca vaut le coup ou pas de faire et laisser braire.

typique (vecu): repas de famille/amis, hop, engagement de discussion sur la politique, le ffot, et/ou la chasse... j ai bien mes avis sur chacuns des sujets, mais connaissant les lascars en face de moi, et sachant que quelque soit le resultat de la discussion, ca revolutionnera pas ma vie, concretement, mais que ca (potentiellement) pourrait entamer mon integrite physique  ;D surtout apres l apero (bon, pas avec la famille quand meme...  :D), et ben je laisse pisser:
"ouaip, c est pas faux... c est sur, c est pas evident... rhoo, c est vrai qu on vit une drole d epoque..."
et hop, je passe au fromage, detendu et surtout detache et completement dilue dans l exhuberance de mes voisins de tables, qui me font plus chier (meme si je les aiment beaucoup... :D ).

en tout cas, pour moi, c est surement pas
"laisse faire toutes les atrocité tant que ca te concerne pas..."

Et finalement dans la societe, celui qui fait partie du troupeau BELANT, c est peut etre finalement celui qui braille comme les autres pour imposer son point de vue pour une histoire d ego/hormone ou ce que tu veux ( c est moi qu ai raison, qu est le plus fort, moi, non moi, non moi,... mais non c est moi...., c est pas forcement le silencieux ou le gars calme un peu oublie dans son coin

enfin bon, ce que j en dis...

a+
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

12 novembre 2008 à 16:51:41
Réponse #37

promeneur4d


C'est un peu seulement parler/bouger quand ca va changer les choses? (ce que ja fais pas toujours...)
C'est cette frontiere que je trouve difficile a trouver
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

12 novembre 2008 à 16:53:48
Réponse #38

DavidManise


j'veux pas vivre comme ca. ca ressemble trop a "laisse faire toutes les atrocité tant que ca te concerne pas..."

Et l'autre option c'est quoi ?  Rentrer dedans ? 

Tu penses qu'on fait changer les gens en se fritant avec eux ? ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

12 novembre 2008 à 17:40:41
Réponse #39

** Serge **


Très évidemment, à la lecture de ce topic, il est remarquable que le concept du grey man est encore bien incompris.

L'adresse du grey man résidera dans sa faculté à se fondre en un lieu, un temps et un environnement au-travers d'une stratégie globale adaptative. Rien de plus, rien de moins.

Tout le fatras que l'on tente de lui imputer au-travers de certains messages relève d'autres concepts, soulève d'autres stratégies.

Le grey man tentera d'être le moins possible réactif, passif, agissant à posteriori.
Il sera excessivement anticipatif, actif, agissant à priori.
Il n'aura pas à marquer le territoire, il sera le territoire.

Sa communication verbale et corporelle seront des outils qui l'aideront à se fondre dans un contexte. En aucune manière cette habilité ne présupposera de la qualité fondamentale de son caractère ( qui ne sera pas affiché sur son faciès comme autant d'indicateurs trahissant son inconformité à un lieu, un temps, un environnement ).

Le concept même du grey man n'est pas à rattacher empiriquement aux caractéristiques d'un homme pleutre, timide, effrayé, timoré. Le grey man doit disposer d'une aptitude à la projection de ses sens dans l'espace et le temps afin de calculer au mieux les probabilités d'évolution de situations constamment changeantes.

Un homme affecté d'un manque de courage, d'une maîtrise de soi et nageant dans l'incertitude ne sera jamais un grey man. Il sera temporairement aidé par sa réserve, en certains lieux, mais il n'aura jamais la faculté crédible de pouvoir nager parmi les requins ou marcher avec les loups. Dès lors, il faillira et ne pourra fondamentalement répondre aux concepts même de ce dont nous parlons.

strategy

tactics

artifice

awareness

mindset

Strategy, tactics, artifice sont des facultés ( skills ).
Nous avons donc, à nouveau :

skills

awareness

mindset



« Modifié: 12 novembre 2008 à 18:00:27 par ** Serge ** »
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

12 novembre 2008 à 18:14:57
Réponse #40

BULLYSSON


là encore je crois qu'il peut être utile de retourner voir du côté des prédateurs "déclarés" et de leurs "stratégie"  pour atteindre leur cible soit par une attitude, un plan d'attaque, un discours, un déguisement etc... car eux aussi peuvent utiliser le concept du grey man pour arriver à leurs fins GZF:   

http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,8603.180.html

et en soit ça rejoint le dernier post de Serge.

anticipation, adaptation et pragmatisme pour tout le temps "mener le jeu".
« Modifié: 13 novembre 2008 à 14:10:43 par BULLYSSON »
Une seule loi dans ce Monde :
http://youtu.be/41Q21B7ap9M

12 novembre 2008 à 18:29:23
Réponse #41

lambda


Ok Serge pour ce recadrage, merci a toi.  :)

aurais tu, toi ou Bullyson, un exemple positif d un "grey man", dans vos connaissances,entourages, dont vous pourriez nous parler, pour illustrer ce concept?

Merci.

a+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

12 novembre 2008 à 18:31:55
Réponse #42

BULLYSSON


Ce qui marche dans un sens marche dans l'autre !!!

Le savoir faire consiste à garder l'initiative pour agir sur le court du jeu et le mener l'(es) autre(s) autant que possible...
Une seule loi dans ce Monde :
http://youtu.be/41Q21B7ap9M

12 novembre 2008 à 18:40:46
Réponse #43

BULLYSSON


aurais tu, toi ou Bullyson, un exemple positif d un "grey man", dans vos connaissances,entourages, dont vous pourriez nous parler, pour illustrer ce concept?

Oui j'en ai mais ça ne te parlera pas plus que ça parceque tu ne les connais pas. On va dire que quand tu es capable de tenir une discussion autant avec une raclure des bas fonds qu'avec un notable, de faire rire la boulangère de ton quartier comme tu peux faire rire un professeur d'université, et d'obtenir un respect "égal" de tous ces gens là, aussi différents soit-ils... bref de t'adapter... si tu es capable d'être à l'aise un soir en bas des immeubles sur un banc avec les lascards de ta ville comme dans les fêtes rocher suchard de l'ambassadeur... c'est déjà un bon début  ;D

Non sérieux, tu as plein de gens qui sont de bons grey man sans le savoir... l'exemple positif c'est celui qui sait éviter les troubles autant qu'il le peut (et si tant est que ce ne soit pas de la chance), point barre ! Parceque ça reste notre seul but en principe faut pas l'oublier.  ;)
« Modifié: 12 novembre 2008 à 18:46:52 par BULLYSSON »
Une seule loi dans ce Monde :
http://youtu.be/41Q21B7ap9M

12 novembre 2008 à 18:49:41
Réponse #44

lambda


Ok Bully, je comprends et suis bien d accord...  :doubleup:

... l'exemple positif c'est celui qui sait éviter les troubles autant qu'il le peut (et si tant est que ce ne soit pas de la chance), point barre ! Parceque ça reste notre seul but en principe faut pas l'oublier.  ;)

+1

a+,
Lambda

"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

12 novembre 2008 à 19:05:32
Réponse #45

BULLYSSON



L'autre, en Bob, veste de chasseur de monsieur tout-le-monde, jeans informe mais solide et pratique, et chaussure de qualité ne tape pas dans l'oeil.

Je ne sais pas ce que donnerait le premier, en civil, dans une rame de métro. Par contre,  je sais que le second n'attirerait pas l'ombre d'une attention.
En cas de crise, je n'ai aucune idée de ce que pourrait produire le premier homme. Quant au deuxième, je sais pertinemment que Jason Bourne apparaîtrait comme un guignol.

Le premier homme est une image publicitaire. Le second, un super type qui n'aime pas la publicité. C'est pourquoi j'ai sélectionné cette photo, de dos.

Oui il est l'exemple parfait !!!!  :doubleup:

souriant, toujours sympa et plus qu'opérationnel.
Une seule loi dans ce Monde :
http://youtu.be/41Q21B7ap9M

12 novembre 2008 à 19:05:48
Réponse #46

pieton


Le grey man c'est pas un super héros: c'est le type sans intérêt, insiginifiant, que tu remarques à peine, que t'oublies tout suite. Y en a plein partout. Faut pas croire que les types qui habitent dans les "quartiers" sont tous soit des victimes, soit des bourreaux, y en plein qui se "contentent" d'y habiter, d'y faire des courses...
Je sais pas si c'est une bonne idée de vouloir être un grey man dans la vie courante, mais dans la rue, avec des gens que tu croiseras plus jamais, c'est une stratégie valable.

Quand on dit "be the grey man" ça veut dire ressemble au (vrai) grey man, peu importe ce que tu es en vrai.

12 novembre 2008 à 19:15:21
Réponse #47

Eric Lem


Oui, c'est vrai que l'exemple est bien choisi...  8)
Peace,

Eric.
*********************************
"...everyone's got their path brother.... choose wisely." - R. Dimitri
"La "baffe de gitan" j'imagine la grosse baffe de cow boy : c'est un moyen de dialogue qui peut permettre la syntonisation." - Kilbith


http://www.acdsbelgium.org/

12 novembre 2008 à 20:10:37
Réponse #48

** Mathieu **


Be the Grey Man c'est aussi une couverture tactique cela implique donc d'avoir toujours un temps d'avance ou d'être capable de manoeuvrer très rapidement - tout en restant à couvert...
En plus de cela, il faut être crédible...
C'est pour cela que je pense que cela demande un entraînement, et donc des techniques...
Et comme cela fait partie des stratégies de prévention, c'est quelque chose que l'on peut bosser en parallèle aux techniques de désescalade ou de SD, bref un élément à part entière de la SP, non ?

concrètement (je me suis peut-être mal fait comprendre) j'espérais qu'on pourrait aborder le sujet d'un point de vue technique.
Comment devenir the Grey Man : comme tout rôle, on peut l'interpréter avec plus ou moins de subtilité et de véracité...
C'était un moyen au passage de parler de langage corporel et de territorialité ;
Donc une liste cela me semble pas mal pour que chacun dise ce qui lui paraît important ou ce qu'il a testé, etc.

Bon, si l'on arrive à définir clairement ce concept pour que tout le monde soit sur la même longueur d'onde déjà ça sera pas mal...

Pour ma part j'adhère totalement à la description qu'a fait Serge et précise qu'il n'a jamais été question pour moi d'autre chose que de camouflage tactique...

L'adresse du grey man résidera dans sa faculté à se fondre en un lieu, un temps et un environnement au-travers d'une stratégie globale adaptative.
[...]
Le grey man [...] sera excessivement anticipatif, actif, agissant à priori.
Il n'aura pas à marquer le territoire, il sera le territoire.

Sa communication verbale et corporelle seront des outils qui l'aideront à se fondre dans un contexte. En aucune manière cette habilité ne présupposera de la qualité fondamentale de son caractère ( qui ne sera pas affiché sur son faciès comme autant d'indicateurs trahissant son inconformité à un lieu, un temps, un environnement ).

Le concept même du grey man n'est pas à rattacher empiriquement aux caractéristiques d'un homme pleutre, timide, effrayé, timoré. Le grey man doit disposer d'une aptitude à la projection de ses sens dans l'espace et le temps afin de calculer au mieux les probabilités d'évolution de situations constamment changeantes.

Un homme affecté d'un manque de courage, de maîtrise de soi et nageant dans l'incertitude ne sera jamais un grey man. Il sera temporairement aidé par sa réserve, en certains lieux, mais il n'aura jamais la faculté crédible de pouvoir nager parmi les requins ou marcher avec les loups. Dès lors, il faillira et ne pourra fondamentalement répondre aux concepts même de ce dont nous parlons.

strategy - tactics - artifice [Strategy, tactics, artifice sont des facultés ( skills ) Nous avons donc : skills - awareness - mindset

Cela dit, hors cadre professionnel : les professionnels du renseignement, services secrets, etc. qui vont appliquer le concept bien au-delà de ce que de simples citoyens lambda comme nous vont faire, on peut poser - pour nous - l'équivalence suivante :

Be the Grey Man = transparence = évitement de situations qui puent = au final "moins de stress = plus de disponibilité = moins d'embrouilles ; c'est un cercle vertueux même si on ne pourra jamais en exclure Murphy..."

D'où mon interrogation sur la mise en oeuvre de techniques simples pour adapter le concept de Be the Grey Man à la vie urbaine de tous les jours...

En fait, je pense que c'est vraiment un état d'esprit qui résulte de tes expériences et surtout des erreurs payées pas trop cher (mais par miracle  :'(). Difficile de bosser ça.

Et bien je ne suis pas entièrement d'accord avec toi Patrick, je pense que ces tactiques peuvent s'apprendre, se transmettre et donc ensuite se travailler et s'intégrer au quotidien de la même manière que l'on peut intégrer le code des couleurs ou d'autres techniques de prévention.

d'où l'idée d'un listage de ce qui peut être utile à mettre en oeuvre dans ce cadre là ; après si cela peut paraître évident pour certains, et bien qu'ils nous fassent partager leur expérience en cadrant ce qui se dit, je trouve ça super bien  :up:
Et cela sera utile pour tout ceux qui ne voient pas justement quelles options adopter ou ajouter à leur pannel perso pour pouvoir réagir différemment...

Perso, je trouve que de très bonnes choses ont été dites dans ce sens et je vous engage à continuer à partager vos réflexions, quitte à ce qu'on organise tout ça ensuite de manière plus cohérente...

Qu'en pensez-vous ?

12 novembre 2008 à 20:29:48
Réponse #49

bison solitaire


Ben là avec le post de Serge, je me sens un peu tout con.
Non seulement c'est limpide mais en plus c'est illustré d'exemple (dois-je dire qu'il n'y a rien à dire sur l'exemple qui me semble vaguement familier... ça doit être le bob...).

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité