Nos Partenaires

Auteur Sujet: L'art et la manière de se chauffer au bois  (Lu 23880 fois)

19 octobre 2008 à 21:00:18
Lu 23880 fois

DavidManise


Salut tous ;)

Bon alors...  chuis content, on vient d'installer notre poêle à bois dans le salon :love:

Cheminée ramonée, conduit bien propre, bois bien sec (du chêne sec de trois ans :love:)...  le tout dans un bon gros poêle de masse Jotul.  Ca va le faire.

Alors quelques réflexions en vrac sur le bon usage du poêle à bois.  Je sais qu'il y a plusieurs pompiers qui traînent ici, je suis sûr qu'ils pourront nous raconter deux ou trois histoires de feux de cheminée ou d'intoxications au CO histoire de nous prévenir des risques ;)

Alors déjà la sécurité :

Le premier risque, c'est bien sûr l'incendie.  Causé soit par une proximité trop grande du poêle ou du conduit avec des matériaux inflammables, soit à cause d'un feu de cheminée.  Un feu de cheminée, c'est quoi ?  Tout simplement c'est le dépôt des fumées, goudrons, particules diverses qui s'accumule dans la cheminée mal entretenue et qui se met à cramer...  et vu que c'est à l'intérieur même du conduit, ça prend un courant ascendant super fort et ça chauffe FORT.  Quand ça chauffe plein pot, ça fait parfois un bruit de fusée qui décolle style "PRRRRRRRRRRHSSHHSHRHRSHRSRHSRSHR"...  avec des crépitements et tout.  Ca calme :'(  Comment le prévenir ?  RAMONER ou faire ramoner par un professionnel TOUS LES TROIS MOIS d'utilisation.  Eh ouais.  Moi j'allume le poêle à ce temps-ci, je ramone à Noël et rebelote à Pacques, voire avant. 

Le second risque, bien sûr, c'est l'intoxication au CO.  Le CO est un gaz mortel.  Incolore, inodore, il est indétectable par nos sens...  0,1% de CO dans l'air tue en une heure.  10% de CO dans l'air tue à la première inspiration.  Ca se fixe sur les globules rouges et on meurt asphyxié, parce que ces derniers ne peuvent plus transporter l'O2.  Plus de place.  Le CO est formé lors de la combustion incomplète (I.E. pas assez d'O2) des combustibles divers et variés.  Le bois ne fait bien sûr pas exception.  Concrètement, dans n'importe quel poêle à bois, JE PENSE (les pros me corrigeront ou confirmeront) qu'à chaque seconde pas mal de CO est produit, mais heureusement il est très chaud et part avec la fumée.  Les installations dangereuses sont donc celles où le tirage est mauvais, ou celles munies de "clés" fermant le conduit complètement ou presque pour conserver la chaleur.  D'ailleurs en France les clés de cheminée complètes sont interdites.  Au Québec on en trouvait encore il y a quelques années, mais on ne les fermait jamais complètement donc bon...  :)  Grosso modo si la cheminée est clean et qu'on ne ferme pas trop les clés d'arrivée d'air ou de sortie de fumée, le CO produit part dans la cheminée avec les fumées, et à ce niveau là un poêle à bois n'est pas trop dangereux (messieurs les pompiers ?  Je dis des conneries là ou pas ?).  Dans le doute, on préférera toujours les pièces bien ventilées, en tout cas...  ne jamais boucher les grilles d'aération, même en hiver...  et laisser l'air frais circuler un minimum ! 

Les premiers symptômes d'une intoxication au CO :

- mal de tête frontal
- nausées
- fatigue

En cas d'exposition plus prononcée :

- Mal de tête frontal persistant (battements)
- Nausées / vomissements
- Vertiges / étourdissements
- Somnolence,
- Pouls rapide
- Diminution des réflexes et des capacités mentales fines

Pour les cas grave :

- faiblesse
- KO
- décès

Les enfants, personnes agées et personnes en mauvaise condition physique générale sont bien plus fragiles face au CO.  Les fumeurs, bien sûr, ont une bonne longueur d'avance dans la course vers l'intoxication, vu que sur leurs globules rouges on trouve déjà un bon gros paquet de CO.

Si on connaît le problème, de jour, c'est assez facile d'évacuer les lieux aux premiers symptômes.  Le plus dangereux est bien sûr la nuit, où on s'endort pour ne plus jamais se réveiller...  :down:

Une parade simple : le détecteur à CO.  Assez coûteux, mais bon.  Pas plus cher que le prochain couteau pas utile que vous allez acheter ;)

Bon sinon pour bien chauffer au bois...  ben déjà il faut brûler du bois SEC.  Le bois humide ne brûle pas.  Il ne chauffe rien.  Brûler du bois pas sec, c'est GASPILLER.  En plus ça encrasse les cheminées 10 fois plus vite, et c'est plus lourd à trimballer.  Il faut au MINIMUM 6 mois dans un lieu sec à du boid FENDU pour sécher.  Un an c'est bien.  2-3 ans c'est top.

Certains bois, notamment le fayard (hêtre) sont moins bois après 4-5 ans de séchage.  Ils perdent en capacité à chauffer. 

Tous les bois ne sont pas égaux non plus.  Le chêne, c'est le top.  L'érable, le hêtre, les bois dense en général chauffent bien.  Un stère de chêne, ça vaut largement deux stères de pin ou de saule, niveau chaleur...  mais tous les bois brûlent et il vaudra mieux du pin SEC que du chêne HUMIDE.

Sinon tout le monde dit que de chauffer au bois c'est écolo...  Pas si sûr.  Le poêle à bois crache quand-même pas mal de particules, et le bois il faut bien le couper quelque part.  Si tout le monde en ville se mettait à chauffer au bois, par ailleurs, l'air deviendrait vite irrespirable.  Le chauffage au bois, selon moi, est bien pour la campagne où la densité de population est faible, et où on peut facilement aller couper SELECTIVEMENT les arbres morts ou malades, pour faire de la place aux autres...  En plus de faire son bois soi-même est -- enfin pour moi -- un réel plaisir en plus d'une activité physique qui peut être intense si on s'y met à la hache et à la scie ;)

Voilà :)

Mes deux balles :)

David

P.S.: et pis la chaleur d'un feu de cheminée, c'est quand-même pas la même qu'un radiateur électrique, faut le dire aussi :love:
P.P.S.: un lien sympa : http://www.123savoie.com/article-55119-1-intoxication-au-monoxyde-de-carbone.html
« Modifié: 19 octobre 2008 à 21:07:17 par DavidManise »
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

19 octobre 2008 à 21:18:37
Réponse #1

Pics (Vincent.D)


Pas grand chose à ajouter... c'est déja bien complet :up:

Inspecter son conduit de cheminée de temps en temps c'est pas mal non plus.
Si tu as une trappe de visite dans ton conduit tu peux utiliser un miroir (nous on utilise un vieux rétro de voiture).
Dirigé vers le haut,il te permet de vérifier qu'il n'y a pas de rétrécissement dans ton conduit.

Et SURTOUT ne pas hésiter à mettre une barrière autour du poêle..
Car le risque numéro 3 bein ce sont les brûlures,et les enfants ont des mimines fragiles.

voili,voilou..
@++
« Modifié: 19 octobre 2008 à 21:30:40 par pics »

Do More With Less & K.I.S.S.

19 octobre 2008 à 21:34:01
Réponse #2

Woodrunner


Juste un détail sur le chêne, le faire brûler dans une cheminée ouverte peu donner des maux de tête à cause du tanin que contient le chêne,...J'aime beaucoup le boulot pour ses belles flammes bleu,... :love: mais sont pouvoire calorifique n'est pas extraordinaire,...

Le charme est aussi un des meilleurs bois de chauffage au niveau pouvoir calorifique, dans les résineux le meilleur c'est les branches!  Les branches sont en générales très denses, elles permettent de maintenir de la braises jusqu'au matin! Les fagots de branches étaient très recherché avant dans les campagnes! Dans les scieries les ouvriers récupéraient les noeuds enlevés des planches, un simple sachet à pain rempli de noeuds de bois permettait aux familles pauvre de faire tourner le poële jusqu'au matin!

Alors ne dédaignez pas le petit bois, moins pénible à récolter que les bûches, faisable avec de simple outil tel que scie à cadre, serpe et pince à fagot! Écologique et assez rentable!

Le type de bois choisi doit tenir compte de la biodiversité local, chez moi c'est épicea, sapin et hêtre,... le chêne n'étant vraiment pas courant dans ma région!
Every citizen should be a soldier. This was the case with the Greeks and Romans, and must be that of every free state.
Thomas Jefferson
3rd president of US (1743 - 1826)

WOLWERINES!!!!!!!


"Une pomme par jour éloigne le médecin… pourvu que l'on vise bien."    

Winston Churchill

19 octobre 2008 à 21:36:20
Réponse #3

vik


Salut!
David, dit moi si je me trompe, mais la fumée dégagée par la combustion du bois n'est pas vraiment "polluante" (moins qu'une voiture je pense) puisqu'elle est entièrement recyclable par les arbres vivantset ne contient pas les ordures chimique d'un diesel, de plus les particules , c'est pas grand-chose a part du charbon/bois carbonisé. Aprés ce'st sur faut savoir d'ou vient le bois et comment il est coupé pour faire attention a notre belle planete.
Mais en y réfléchissant, le chauffage au bois , utiliser INGENIEUSEMENT, doit beaucoup plus ecologique qu'une cuve de fuel ou chauffage gaz ou encore electrique, aprés c'est sur, si t'habite dans un loft c'est pas le top.

Voila mes deux petits sous
Bonne soirée!  :)

19 octobre 2008 à 21:43:58
Réponse #4

Pierr


Le chauffage au charbon lors de la révolution industrielle a énormément pollué. Je crois me souvenir avoir lu que les startes des calottes glacières le démontrent clairement.

Cependant il faut prendre en compte que les poêles modernes ont un rendement extrêmement élevé (75-85% vs 15-20% pour une cheminée ouverte).

19 octobre 2008 à 21:45:10
Réponse #5

Woodrunner


Hello Vik,

Effectivement le bois à un bilan écologique nul,... car le fait de le brûler libère autant de CO2 que le faite de laisser le bois se dégrader naturellement,... ensuite le fait de brûler des tonnes de bois dans un lieu restreint provoque tous de même de la pollution,...

Mais c'est claire que bien organisé (central de chauffage à pellets et copeaux par exemple) et bien géré c'est une bonne solution!
Every citizen should be a soldier. This was the case with the Greeks and Romans, and must be that of every free state.
Thomas Jefferson
3rd president of US (1743 - 1826)

WOLWERINES!!!!!!!


"Une pomme par jour éloigne le médecin… pourvu que l'on vise bien."    

Winston Churchill

19 octobre 2008 à 21:48:40
Réponse #6

Pierrot


Si vous utilisez beaucoup de bois résineux, n'oubliez pas de ramoner vos cheminées deux fois plus souvent, ça encrasse très vite les conduits.

19 octobre 2008 à 21:56:09
Réponse #7

enzo


ne jamais boucher les grilles d'aération, même en hiver...  et laisser l'air frais circuler un minimum ! 
Tout est dit ! même une fenêtre à l'espagnolette pour une meilleur circulation de l'air !!!  :up:
David ! il existe dans le commerce des détecteur de co2 si je ne m'abuse.....
tu devrais en poser pour toi et les tiens ;) à mon humble avis
On t' :love:
Il y a trop de cas dans le genre..... :down:
« Modifié: 19 octobre 2008 à 22:01:24 par enzo »
L'expérience est une lanterne qui éclaire le chemin parcouru.........

19 octobre 2008 à 22:05:22
Réponse #8

Dox


Tu m'as devancé Pierrot  :), le resineux question encrassage, c'est la classe king size, je prefère les bois durs style chênes,
pas tjs évident de s'en procurer, selon les régions, c'est sûr ..

Une solution pour éviter le feu de cheminée dur à éteindre (outre le ramonage frequent),
gainer le conduit avec un bon gros tuyau,
ce qui brule dans le fameux conduit c'est une sorte de goudron qui colle aux parois,
plus facile à enlever sur du métal que sur de la pierre et autre materiaux réfractaires,
ça évite de monter sur le toit pour boucher le sommet de la cheminée afin d' étouffer la combustion
à 3h du mat, en slibard, en plein hiver, le cul dans la neige :lol: .


ça fait un drole d'effet de voir le conduit incandescent :o
(du vécu sur une cheminée datant de 1850 et des brouettes, refaite à la ...punk... dans les années 70, depuis ça va mieux)

que du bonheur ...
« Modifié: 19 octobre 2008 à 22:34:55 par Dox »

19 octobre 2008 à 22:30:54
Réponse #9

Dalg


Bonjour,

La production de monoxyde de carbone dans un poêle à combustible dépend de pas mal de facteurs : ce gaz se produit préférentiellement à température élevée (aux alentours de 950°C) et dans un poêle qui manque de tirage (concentration en O2 trop faible pour assurer la combustion complète).

Les cas d'intoxications se produiraient donc dans un poêle dont on a forcé la marche un moment puis dont on a coupé le tirage brusquement.

Le cas des poêles à bois type Jotül (le notre nous rend de fiers services depuis vingt ans, notre seul moyen de chauffage !) dont le réglage de tirage se situe à l'entrée et non pas sur la sortie fumées a moins de "chances" de produire et de laisser s'échapper du CO : le tirage provoqué par la cheminée met le poêle en dépression donc le CO accidentellement produit ne peut guère sortir de l'enceinte de celui ci.

De plus un poêle à bois monte peu souvent aussi haut en température, les accidents se produisaient plus fréquemment avec des poêles à charbon avec des températures de fonctionnement un peu plus élevées et des tirages sur la cheminée en sortie du foyer : la fermeture de ceux ci forçait la sortie des gaz produits dans la pièce (juste avant d'aller se coucher d'où le danger insidieux des intoxications)

Avec un tirage minimum, réglé en entrée et non pas en sortie, des allures modérées, la production de CO (qui est combustible d'ailleurs) est rare.

Quant à la pollution par les poêles à bois, celle ci existe bien malheureusement : la combustion produit évidemment du CO2 et les fumées contiennent tout plein de produits "chimiques" peu sympathiques (le pétrole n'est d'ailleurs que le résultat de la fossilisation de végétaux ...)

Elle reste limitée de part le peu d'utilisateurs ...

@+
« Comtois, rends-toi ! » ... « Nenni, ma foi ! ».

19 octobre 2008 à 23:01:35
Réponse #10

Dox




Sinon tout le monde dit que de chauffer au bois c'est écolo...  Pas si sûr.  Le poêle à bois crache quand-même pas mal de particules, et le bois il faut bien le couper quelque part.  Si tout le monde en ville se mettait à chauffer au bois, par ailleurs, l'air deviendrait vite irrespirable.  Le chauffage au bois, selon moi, est bien pour la campagne où la densité de population est faible, et où on peut facilement aller couper SELECTIVEMENT les arbres morts ou malades, pour faire de la place aux autres...  En plus de faire son bois soi-même est -- enfin pour moi -- un réel plaisir en plus d'une activité physique qui peut être intense si on s'y met à la hache et à la scie ;)


Affouages ?
Je ne sais pas comment ça se passe vers chez toi,
vers chez moi la quantité de bois sur pied attribuée se résorbe d'année en année, 5 steres à la louche,du melezze, du pin sambro, voir de l'épicea, pas évident de tenir une saison avec.
« Modifié: 19 octobre 2008 à 23:30:51 par Dox »

20 octobre 2008 à 14:16:39
Réponse #11

dolgan


Le plus écolo c'est encore de produire son bois dans son jardin. Des saules (ou autres, mais par chez moi c'est plutôt du saule) tétards tout autour du jardin, vous en coupez 1/3 tous les ans, et vous tournez en circuit fermé pendant plusieurs siècles.

Mais avec le remembrement, beaucoup de nos haies ont été coupées. :down:

Si vous êtes à la campagne, il doit rester des agriculteurs qui seraient bien content que vous veniez couper leurs arbres (contre une p'tite somme ou contre une partie du bois) en bord de pâturage. ils ont pas le temps de le faire eux même.


20 octobre 2008 à 14:23:33
Réponse #12

DavidManise


Affouages ?
Je ne sais pas comment ça se passe vers chez toi,
vers chez moi la quantité de bois sur pied attribuée se résorbe d'année en année, 5 steres à la louche,du melezze, du pin sambro, voir de l'épicea, pas évident de tenir une saison avec.

Non, pas d'affouages.  Ici il s'agit surtout d'ententes avec des paysans du coin qui ont des bouts de forêt dans tous les coins.  Ils sont normalement tenus de les entretenir, et ils sont responsables si un touriste se prend un arbre sur la courge, donc ils sont plutôt favorables à ce qu'un mec bizarre aille se casser le cul à aller chercher tous les arbres morts sur pied sans toucher aux autres, et sans déranger personne ;)

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

20 octobre 2008 à 15:02:25
Réponse #13

athlon


Salut
Pour ceux qui comme moi ne connaissent pas affouage :
(source wikipedia - qui doit surement être correct pour une définition de mot)

Sous l'Ancien Régime, les communautés rurales, surtout dans la moitié Nord de la France, en Wallonie, au Luxembourg, détenaient, en biens communaux indivis, des terrains, notamment des forêts et des pâturages. Certaines communes actuellement détiennent encore des forêts communales [1].

Les conseils municipaux de nombreuses communes forestières accordent à leurs habitants la possibilité de se procurer le bois nécessaire à leur chauffage domestique en le prélevant dans la forêt communale : c'est l’affouage.

Les volumes de bois concédés à l'affouage doivent être en rapport avec les besoins de l'affouagiste, c'est pourquoi le partage se fait surtout par feu (par foyer fiscal en fait). Le bénéficiaire ne peut vendre que le bois de chauffage qui lui a été destiné en nature (article L-145-1 du Code Forestier).


"Sans déconner, les mecs...  La mort, ça dure longtemps..."

20 octobre 2008 à 15:04:25
Réponse #14

Petrus


Avé,

Pour résorber un feu de cheminée (dans le conduit), certains conseillent de pulvériser de l'eau dans le foyer. Avec un pulvérisateur de jardin!!?
Les micro-gouttes transformées en vapeur remonteraient le long du conduit et étoufferaient ainsi le feu.

Quelqu'un peut-il confirmer?

Petrus.

Mon poêle à bois devait arriver Samedi... :( Pour l'instant ça commence juste à cailler...
Quand lama fâché, lui toujours faire ainsi!

20 octobre 2008 à 15:26:02
Réponse #15

lambda


Si le foyer est tres chaud, je ne suis pas sûr que la pulverisation de micro goutelettes soit recommandee, il me semble que certains foyers peuvent etre si chaud qu il peuvent partiellement decomposer les goutelettes (decomposition d autant plus facile que les volumes des goutelettes sont de l ordre du microlitre voir moins...) en oxygene (dioxygene O2, plus vraissemblablement...) et Hydrogene sous forme de diHydrogene (H2). cet oxygene servant de puissant comburant pour le foyer et l interieur du conduit en flamme (tirage comme decrit par David), et pouvant raviver celui-ci, ce qui est l effet inverse souhaiter...
enfin, les pompiers professionnels du forum me corrigeront si je dis des conneries...
quitte a utiliser de l eau, j utiliserai plutot de l eau en tres gros volume et sous une forme "bien liquide"... voir du sable, pour aussi etouffer le foyer...
a+,
Lambda

rapido:

http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20080824025731AAdJjV7
"La thermolyse de l’eau commence à devenir significative vers 750°C, et elle est totale vers 3 000°C. La réaction produit du H2 et du O2 : 2H2O ↔ 2H2 + O2"

http://h2o.hot.lu/dcomposition

et 750 degres, c est facilement atteignable par un feu "standart", specialement dans un lieu confine comme un conduit de cheminee suralimente, de par son tirage, en air frais "enrichi" en O2 par nos soins...  :-\ ...
« Modifié: 20 octobre 2008 à 15:32:58 par lambda »
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

20 octobre 2008 à 16:34:36
Réponse #16

JC


David, pour ce qui est du CO, la ventilation des pièces est capitale. Comme sa densité est plus lourde que l'air, il va avoir tendance à stagner dans les parties basses du foyer.
De toute façon, si tu as un bon tirage, que la combustion soit complète ou pas, le CO va être ventilé avec le reste. Comme tu ne compte pas laisser la jungle s'installer dans ton conduit, cela ne devrais pas se produire.

En fait, j'ai plus eu affaire à des intox CO impliquant des appareils à Gaz, Fioul, ou bien sur charbon. La manque d'entretien étant bien sur la première cause de mauvais fonctionnement. La deuxième, et qui renforce la première... les pièces bien calfeutrées et les adhésifs sur les trappes de ventilation ou de VMC.

Pour ce qui est de l'extinction... sur un feu de cheminée "classique", qui ne c'est pas encore communiqué à toute la maison rendant l'intervention des Canadair probable, voir souhaitable, on peux donner la conduite à tenir suivante :

Dès constatation du feu de cheminée. Commencer par remplir un seau d'eau et se munir d'un contenant en métal. Tu commence par balancer un peu d'eau sur les buches. (quand je dis un peu, c'est équivalent d'un verre que tu va disperser sur le foyer)

L'eau se transforme en vapeur et monte dans le foyer pour commencer à étouffer et refroidir le point chaud. De la même manière tu descend en température le foyer principal.
En procédant par petite quantité d'eau, tu évite de noyer ton salon, et surtout tu évite un choc thermique qui va bousiller ton poêle ou ta cheminée.
Au fur et à mesure que les buches ne brulent plus et sont refroidis par l'eau, tu les vires dans le contenant en métal pour les mettre dehors, et tu continue par petite quantité à refroidir le foyer, jusqu'à ce que l'eau reste liquide et ne se transforme plus en vapeur.

Pendant ce temps là, le mieux étant quand même de prévenir ou de faire prévenir les secours, pour gagner du temps au cas ou, et pour les vérifications d'usage concernant l'extinction.

Ensuite, fermeture de la trappe du foyer pour couper le tirage et ne plus alimenter le point chaud en air frais.

Et tu fais le tour de ton conduit, en tâtant avec précaution pour ne pas se bruler. Près du foyer et ensuite dans les étages. Normalement, là ou le feu de cheminée à pris tu as un endroit bien plus chaud qu'ailleurs. Il faut vérifier que sa température reste stable ou redescends. Si c'est pas le cas... comme tu as déjà appelé les secours, y'a plus qu'à...

Ensuite, vérifier avec une glace ou un rétroviseur et une lampe le foyer. Ca évite de mettre de la tête dedans et de prendre du "bistre" dans les yeux. Normalement tu ne dois pas voir de braise rougeoyer dans ton conduit. Tu ne dois plus avoir de fumée qui sort par l'évacuation en toiture. 

C'est un peu schématique, mais dans les grandes lignes c'est ça. Çà n'évite pas d'appeler les secours, car il peux y avoir propagation à des éléments de construction. Le foyer peut être d'une intensité telle  que cette méthode montre ses limites.
Et ensuite de faire visiter son conduit par un type agrée afin de s'assurer de l'intégrité de l'ensemble avant de remettre en chauffe.

Voilà, il y'a peut être quelques petits trucs à rajouter, mais je pense pas avoir raconté de boulettes...  :huh:
 
« Modifié: 20 octobre 2008 à 16:57:19 par JC »

20 octobre 2008 à 16:47:42
Réponse #17

vz


l'affouage je connais, car je le pratique chaque année.

J'ai la chance d'habiter une localité qui détient un bois communal, et la première fois que je suis arrivé en mairie pour demander " à exercer mon droit d'affouage" l'employé municipal m'a regardé avec des yeux cirsconspects... Il a fallu que j'explique ce que c'était exactement avec des mots simples pour qu'il comprenne  :D  ;D
et depuis je demande 5 stères de bois (j'en ai eu 11 !!) chauqe année mais je n'ai eu que du peuplier baumier  (malades ou morts) très humide :(
"Timéo danaos et dona férentes"  Laocoon

20 octobre 2008 à 18:01:44
Réponse #18

Dox


l'affouage je connais, car je le pratique chaque année.

J'ai la chance d'habiter une localité qui détient un bois communal, et la première fois que je suis arrivé en mairie pour demander " à exercer mon droit d'affouage" l'employé municipal m'a regardé avec des yeux cirsconspects... Il a fallu que j'explique ce que c'était exactement avec des mots simples pour qu'il comprenne  :D  ;D
et depuis je demande 5 stères de bois (j'en ai eu 11 !!) chauqe année mais je n'ai eu que du peuplier baumier  (malades ou morts) très humide :(

J'suis jaloux  :D
Je ne sais pas pourquoi la quantité de bois allouée diminue, surement lié à l'état du couvert forestier,
m^me si l'affouage sert à l'ONF pour entretenir la forêt, il doit y avoir un moment où les quantités de bois proposables diminuent,
et fatalement s'il ya beaucoup d'ayant droit, ça coince ...
à moins que ce ne soit encore des histoires d'argent, le bois des affouages étant revendu sur des coupes. (?)
Pour infos, dans mes montagnes, les lots sont tirés au sort à la mairie durant l'automne,
lots marqués par le garde forestier qui attribue des numéros aux arbres choisis,
les endroits changeant chaque année, le but étant de nettoyer la for^t en supprimant les arbres morts ou mourrants.
Libre à chacun d'exploiter son lot, mais si l'affouage reste inexploité plus de quelques années (2 ou 3 je crois), il est automatiquement réatribué.
ça se perds de plus en plus, l'activité n'étant plus aussi vitale qu'autrefois.
Mais elle retse d'actualité dans de nombreux endroits.
assez contraignant aussi, ça t'oblige à tourner avec un stock d'une année sur l'autre pour pouvoir le faire sécher convenablement, l'idéal étant deux ans.

Citation de: DavidManise
Non, pas d'affouages.  Ici il s'agit surtout d'ententes avec des paysans du coin qui ont des bouts de forêt dans tous les coins.  Ils sont normalement tenus de les entretenir, et ils sont responsables si un touriste se prend un arbre sur la courge, donc ils sont plutôt favorables à ce qu'un mec bizarre aille se casser le cul à aller chercher tous les arbres morts sur pied sans toucher aux autres, et sans déranger personne {$default_wink_smiley}

Tu arrives à tenir un hiver avec ?
On le fait aussi en récupérant des arbres dans des ruisseaux après des crues, mais c'est assez sportif ...
obligés d'acheter du bois en complement pour passer l'hiver au chaud (15 à 20 steres pour faire un stock tournant).

J'aime bien itou cette ambiance automnale de fendage de buches, ça me manque.
Faute de temps je remonte quand je peux au printemps histoire de torcher l'affaire au plus vite.

« Modifié: 20 octobre 2008 à 18:09:31 par Dox »

20 octobre 2008 à 18:14:36
Réponse #19

vik


ce n'est peut etre pas si bénéfique que ca l'affouage non? car les arbres morts servent de maison a des millios de bebete puis comme engrais
non? :huh:
sinon j'avoue qua avoir des petits saule ou autre dans son jardin pour créer une indépendance, c'est top!

20 octobre 2008 à 18:15:33
Réponse #20

goupil127


Bonjour à tous

Pour notre maison de campagne , nous avons choisi une cuisiniere   bois / charbon, je trouve un avantage avec ce systeme, c'est quand periode froide on utilise que ça plus besoin de plaque electrique ou gaz ni de four.
Elle me permet de chauffer ma piece principale 25m2 et la même surface sous comble tout en permettant de faire la cuisine dessus. et tout ça avec une temperature moyenne de 22°.

PS : pendant les nuits de ce week end c'est descendu à -1, je le sais j'etais dehors  ;D


20 octobre 2008 à 18:36:25
Réponse #21

Alain Marcel


Mon poêle à bois devait arriver Samedi... :( Pour l'instant ça commence juste à cailler...

Tu ne devrais pas le regretter. On a installé un Jotul + tubage isolé durant l'été, il tourne depuis mi septembre et c'est vraiment top. Une fois la pièce où il est installé à température (22-23°C), on ouvre les portes et on on chauffe toute la maison. La pièce la plus éloignée arrive à 19°C.

La chaudière fioul ne tourne plus que pour produire 40-50 litres d'eau chaude chaque jour.

Par contre, pour ce type de poêle à double combustion, il faut du bois archi sec, sinon, çà ne chauffe pas.

Bonne soirée
 
« Modifié: 22 octobre 2008 à 19:27:45 par Alain Marcel »

20 octobre 2008 à 19:41:28
Réponse #22

Dox


ce n'est peut etre pas si bénéfique que ca l'affouage non? car les arbres morts servent de maison a des millios de bebete puis comme engrais
non? :huh:




Un affouage est attribué sous contrôle de l'ONF, c'est une pratique à l'échelle française qui reste mineure,
surtout pratiquée dans les régions montagneuses et ou très boisée (je suppute, un garde forestier devrait être plus précis)
Oui, fatalement, tu peux considerer qu'ôter un arbre mort, brise une chaine bio et écologique,
moins  en tout cas qu'une coupe à grande échelle (domaniale ou privée) en tout cas,
et ce n'est pas ça qui va déséquilibrer le bouzin vu l'ampleur de la pratique.
(sont laissées sur place, nombre de restes de l'arbre coupé :petites branches et autres résidus de coupe
dans lesquelles tes bestioles pourront folatrer en enrichissant l'humus)

Très souvent, les arbres choisis, en étant coupés favorisent la croissance d'autres revitalisant ainsi le fameux couvert forestier,
un peu comme quand tu éclaircis tes poireaux.
Sans parler des risques d'incendies, une forêt entretenue brûle moins vite
et surtout différemment qu'une forêt en vrac.
Conclusion : forêts entretenues bébêtes heureuses.



20 octobre 2008 à 20:17:52
Réponse #23

athlon


l'affouage je connais, car je le pratique chaque année.

J'ai la chance d'habiter une localité qui détient un bois communal, et la première fois que je suis arrivé en mairie pour demander " à exercer mon droit d'affouage" l'employé municipal m'a regardé avec des yeux cirsconspects... Il a fallu que j'explique ce que c'était exactement avec des mots simples pour qu'il comprenne  :D  ;D
et depuis je demande 5 stères de bois (j'en ai eu 11 !!) chauqe année mais je n'ai eu que du peuplier baumier  (malades ou morts) très humide :(


Bonsoir,
La tu m'interpelles, veux tu dire que si la commune à un bois communal, elle doit pratiquer la répartition du bois provenant de l'affouage ? Est-ce systèmatique ?
Car moi qui suit en région parisienne... il y a de la foret communale...
Amicalement


j'ai ma réponse en cherchant :
http://www.netbois.com/info/info.php?artc=2752

L'affouage communal est défini dans le code forestier comme un mode de jouissance des produits des forêts communales et sectionnales. Il est proposé par la commune forestière à ses habitants afin qu'ils bénéficient de bois de chauffage pour leurs besoins domestiques propres.
Le terme puise ses origines dans l'ancien français « fouage » qui désignait le foyer. Les bénéficiaires de l'affouage sont appelés des « affouagistes ».


Une possibilité, pas une obligation
Il revient au conseil municipal de prendre la décision d'affecter tout ou partie des produits de la coupe au partage en nature entre les affouagistes.


    * Une fois la délibération prise, tous les habitants occupant un domicile réel et fixe dans la commune peuvent bénéficier de l'affouage. Le mode de chauffage dudit domicile n'est pas un critère d'exclusion.

    * Par délibération, le conseil municipal décide du volume attribué à chaque affouagiste. Ce dernier doit être en rapport avec des besoins domestiques (code forestier) de manière à éviter le risque de commerce illégal de bois. En pratique, les volumes délivrés doivent rester inférieurs à 50 stères.

    * Le droit d'affouage n'est pas cessible toutefois l'affouagiste peut revendre le bois de chauffage qui lui a été attribué à la condition que l'exploitation en ait été faite. En revanche la loi interdit aux bénéficiaires de revendre le bois de construction ainsi délivré.

    * L'affouage est le plus couramment délivré sur pied, toutefois, une commune peut par délibération du conseil municipal délivrer l'affouage façonné par une entreprise, voire livré à l'habitant.
"Sans déconner, les mecs...  La mort, ça dure longtemps..."

20 octobre 2008 à 20:31:21
Réponse #24

DavidManise


Tu arrives à tenir un hiver avec ?

Oulah non...  j'ai dû mal m'exprimer quelque part.  Je fais ça pour compléter, surtout.

Exemple un hiver j'avais acheté style 10 stères, livrées en deux fois, mais l'enfoiré m'avait livré du bois vert à la deuxième fournée...  au plus froid de l'hiver.  Du coup plutôt que de gaspiller du bois j'ai coupé du bois sec sur pied pour ne pas qu'on se gèle trop.  Au final, comme ça on a réussi à couper de beaucoup la facture d'électricité.

Là c'est un peu le même principe.  On a une chaudière au fioul avec un thermostat, mais le fioul j'aime pas.  C'est pas écolo et pas éthique.  Ca dépend largement de l'électricité et de plein de pièces mobiles pour fonctionner, c'est souvent en panne... je préfère encore chauffer au bois, et garder la chaudière au fioul comme roue de secours et pour chauffer l'eau.

Tiens d'ailleurs y'a un collègue de la croix rouge qui a installé un serpentin dans son insert et il utilise les radiateurs de sa chaudière à fioul pour redistribuer la chaleur du feu dans toute la baraque : un petit circulateur avec un minuteur : ça pousse l'eau pendant x secondes toutes les 30 secondes et basta.  Et si jamais ça foire au pire il y a le vase d'expansion de la chaudière qui peut gérer la surpression.

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité