Nos Partenaires

Auteur Sujet: Crise boursiére, bancaire, économique  (Lu 92262 fois)

15 janvier 2012 à 05:58:19
Réponse #425

gmaz87


Les gens vivent plus vieux-même si un maximum semble proche-que lors de la mise en place du système. Vers 1950 un retraité avait en moyenne moins de 10  ans d'espérance de vie restante, aujourd'hui c'est plus du double, donc double financement.
En 1973 j'avais 18 ans, les 4/5 des jeunes de mon entourage entraient juste dans la vie active et commençaient à cotiser, quelques uns étaient déjà apprentis depuis un an ou deux. Si c'était au Smic pour la plupart c'était déjà des temps plein en CDI. 
La France se désindustrialise, il y a moins de travail et encore moins de travail peu qualifié.

Bjr,
C'était aussi une autre forme d'entrée dans le monde du travail avec une évolution de "carrière" possible.
Il n'existait pas un tas de formations universitaires pour tout et rien et beaucoup commençaient en bas de l'échelle dans une entreprise ou se pratiquait bien plus que maintenant la formation en interne et la promotion qui va avec.
J'ai commencé à travailler dans une importante compagnie d'assurance ou la quasi totalité des gens étaient issus de formations généralistes type Bac et avaient appris leur travail sur le tas.
Maintenant je suppose que dans cette même boîte, on recrute directement des personnes ayant suivi un cursus spécifique, ce qui élimine d'office tous ceux qui sortent du système scolaire sans réels diplômes.
La plus grande part prise par les machines a aussi supprimé un max de postes, sur des chaines de fabrication, la ou il y avait 5 hommes (voire plus), il y a 1 machine, et comme elle ne cotise pas pour la retraite.....cqfd!!
Je pense que ces changements additionnés à l'entrée sur le marché de pays ou la main d’œuvre n'est chère et les avantages sociaux inexistants ont aboutis à ce que nous vivons.
De toute manière se pose toujours la même question: a quoi sert le travail?
Tant que ce sera un instrument permettant à une minorité d'engranger toujours plus de profits au détriment d'une majorité (de plus en plus relatif..) qui bosse et souvent rame pour encore moins, ça restera une situation en permanence sur le fil du rasoir.
Après on peut aussi imaginer que le travail permet d'améliorer la vie de tous quand bien même d'aucuns seraient mieux servis que d'autres.
a+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

15 janvier 2012 à 13:26:03
Réponse #426

Bombadil


Citation de: philippe13
Les gens vivent plus vieux-même si un maximum semble proche-que lors de la mise en place du système. Vers 1950 un retraité avait en moyenne moins de 10  ans d'espérance de vie restante, aujourd'hui c'est plus du double, donc double financement.

Je ne suis pas d'accord avec ça.
Je pense que c'est ce qu'on nous a rabâché tellement qu'on en est convaincus, comme ça la réforme des retraites est passée comme une lettre à la poste (ou chez UPS plutôt).

Je crois que le postulat est faux. Il revient à dire: "regardez, la courbe monte depuis le début, donc ça va continuer comme ça".
C'est possible, mais pas sûr.
Certes nos parents et grands parents (générations 1900-1950) vivent plus vieux que leurs parents.
Ils ont bénéficié à la foi des progrès de la médecine, tout en continuant à avoir une alimentation saine.

Mais rien n'est moins sûr pour nous. Ce n'est pas parce que l'espérance de vie est allée croissante jusqu'à maintenant que cela va durer éternellement. 
Elle est déjà en baisse aux USA
http://www.lesmotsontunsens.com/l-esperance-de-vie-est-en-baisse-aux-etats-unis-8698

Nos modes d'alimentation sont différents, les choses que l'on consomme sont pleins de produits chimiques, les plantes elle mêmes sont modifiées génétiquement et on va vers une agriculture où les paysans devront acheter ces graines aux grandes boites (Monsanto, Dupont... etc) car une loi est passée comme quoi les agriculteurs n'ont plus le droit de semer une partie de leur récolte.
La flotte que l'on boit est pleine de merdes en tous genres même si elle est traitée. Les agriculteurs pulvérisent des engrais/pesticides etc à tour de bras. Les abeilles crèvent: 35% de mortalité
http://www.actu-environnement.com/ae/news/afssa_rapport_causes_mortalite_abeilles_6791.php4

En conclusion, ça m'étonnerait que l'on vive aussi vieux que nos grands parents.
Et il y a un autre critère qui serait utile et intéressant d'étudier: l'espérance de vie en bonne santé.
http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=CMPECF02228&reg_id=98

A +

15 janvier 2012 à 20:04:35
Réponse #427

philippe13


Je dis bien qu'un maximum semble proche il me semble?
« La victoire sur soi est la plus grande des victoires. »

PLATON

02 juin 2012 à 15:18:24
Réponse #428

Ascanio


Pour cette histoire de retraite, il y a une chose qui m'étonne : départs à la retraite = postes qui se libèrent (non?), natalité en hausse (2,1 enfant par femme, récemment) = plus de cotisants, d'une façon ou d'une autre, je veux dire que les artisans cotisent aussi.
Quant à la longévité accrue, c'est comme les 9 milliards que nous serons bientôt sur terre : ce sera vrai SI il n'y a ni épidémies, ni guerres, ni tremblements de terre, tsunamis, ni fin du calendrier Maya ;#, ni canicule, ni sécheresse, ni vague de suicides/meurtres, ni invasion d'aliens cannibales ;#, etc.
Ça fait en tout un très gros "si".
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

02 juin 2012 à 15:59:11
Réponse #429

Pit


Citer
ni invasion d'aliens cannibales
[HS]
Si ils nous envahissent pour se bouffer entre eux, je me fais pas trop de soucis  ::)
[/HS]

Je pense que les ¨si¨ sont dans une certaine mesure pris en compte (bon, la 3eme guerre mondiale pourrait faire mal, c´est vrai)

Pit

02 juin 2012 à 23:51:17
Réponse #430

Ascanio


[HS]
Si ils nous envahissent pour se bouffer entre eux, je me fais pas trop de soucis  ::)
[/HS]
Ah, autant pour moi, j'aurais dû écrire "anthropophages"  :)
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

05 juin 2012 à 00:17:54
Réponse #431

Ulf


Lisez attentivement cette simple phrase.

Le vieillissement suivi du crash démographique (ou déclin) européen, annonce le rapport Godet/Sullerot, pourra sans doute provoquer à terme d'autres crashs de type économique (croissance économique à rebours), dont l'annonce avant-coureur médiatique est le problème des retraites.

source wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Crash_d%C3%A9mographique


05 juin 2012 à 00:20:56
Réponse #432

Ulf


natalité en hausse (2,1 enfant par femme, récemment)

Non, 2.01.

Et dans ce 2.01, j'aimerai avoir accès à des données qualitatives afin d'estimer si ce seront de futurs cotisants.

06 juin 2012 à 09:51:13
Réponse #433

Nirgoule


Salut,
Pour cette histoire de retraite, il y a une chose qui m'étonne : départs à la retraite = postes qui se libèrent (non?),

Oui et un certain nombre de départs sont remplacés. Pas tous, la fonction publique d’Etat par exemple ne remplace qu’un fonctionnaire sur deux, la FP Territoriale remplace tout départ et est même en augmentation nette d’effectifs de fonctionnaires.
Pour les entreprises il faut raisonner au cas par cas. Si les carnets de commandes sont pleins et la rentabilité bonne et si le marché du travail est en mesure d’offrir la qualification demandée (il y aurait 300 000 demandes de postes non pourvus chaque année faute d’offre), il y a remplacement systématique. Si au contraire la boîte est en baisse de chiffre d’affaire ou de résultat, elle profitera des départs pour améliorer sa productivité. Sauf si le départ concerne un ou des postes sensibles ou stratégiques (un cuisinier pour un resto, un ingénieur ou un ouvrier qualifié pour une boîte de l’aéronautique, un commercial pour une banque). 

natalité en hausse (2,1 enfant par femme, récemment) = plus de cotisants, d'une façon ou d'une autre, je veux dire que les artisans cotisent aussi.

Il y a cotisants s’il y a emploi. Il peut y avoir un afflux de population par naissance ou immigration, si ces personnes ne cotisent pas ou ne traivaillent pas, il n’y a pas d’impact positif sur les montants de cotisations. Parfois c’est le contraire qui se produit. Les nouveaux « entrants » génèrent des besoins de ressources en allocations diverses. 
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

06 juin 2012 à 10:22:27
Réponse #434

Kilbith


Citer
Si j'ai bien compris, le problème des retraites c'est surtout dû au "papy-boom", il y a plus de gens qui partent en retraite que de gens qui arrivent sur le marché du travail.
Donc il devrait y avoir de moins en moins de chômage, il me semble, non?  blink

On voit souvent exprimer cette analyse, mais le fait est qu'elle est quelque peu "simple".

- D'une part, il est vrai que le "papy boom" a tendance à déstabiliser le système des retraites. Mais pas seulement parce qu'il y a plus de retraité. Un des problèmes vient du fait que ces retraités ont relativement peu cotisés. En effet, dans les années 50/60/70 les charges sur les salaires étaient moindres. De même, certaines caisses (je pense aux agriculteurs) ont vu leur nombre de cotisant "fondre" au cours de ces mêmes années. Mais en 2012, ces retraités exigent un niveau de vie comparable à leur compatriotes.


- D'autre part, le "nombre de cotisant" n'est qu'un des facteurs. Ce qui compte aussi énormément c'est la productivité des cotisants. Par exemple, si un agriculteur produit 5 fois plus qu'un agriculteur en 1990, ses revenus sont plus élevés et il peut cotiser bien plus en valeur absolue que pour un retraité. C'est entre autre pour cela que la "croissance" est si importante.

- L'idée de substituer un emploi par un autre est une idée XXXX (j'ai du mal à trouver un qualificatif qui ne déroge pas aux règles du forum). Son principal avantage c'est qu'elle va dans le sens du Gros Bon Sens Populaire.
 
     C'était peut être valable dans un monde figé, on pouvait même admettre que le départ à la retraite d'un cantonnier de 65 ans pouvait être l'occasion d'embaucher un jeune cantonnier vigoureux de 16 ans et qu'il en résultait d'ailleurs un gain de productivité (voir ci-dessus).
     Mais, de nos jours, il est totalement illusoire de penser que l'on puisse remplacer un ingénieur de 60 ans par un ingénieur de 23 ans possédant le même type de compétence (savoir, savoir faire, savoir être). La productivité sera qualitativement différente et peut être quantitativement.

Cela ne veut pas dire qu'une baisse de population n'entraine pas une baisse du chômage. Mais le lien est complexe. Si la baisse de la population entraine une baisse de la demande intérieure ce n'est en général pas bon pour l'économie. Mais si l'économie est largement exportatrice et très productive (je pense à l’Allemagne) c'est n'est pas obligatoirement un problème. On peut aussi compenser la baisse de la population par une automatisation plus poussée (robot) ou bien par une délocalisation des tâches à faible valeur ajoutée (je pense au Japon).

Bref...en matière économique c'est rapidement compliqué de faire des prévisions. Ne serait-ce que parce que les être humains s'adaptent très vite.


Je voudrais prendre un exemple. On voit souvent l'idée suivante : il faut taxer plus les revenus des "actionnaires"

- Les actionnaires (comme tout un chacun) veulent conserver leur niveau de revenu en valeur absolue. Si une entreprise distribue 30% de ses bénéfices à ses propriétaires (les actionnaires) et qu'un propriétaire touche, après les prélèvements, 1000€ et que l'on taxe désormais ces 1000€ 10% en plus...ils va exiger 1100€ de façon a que ses revenus en valeur absolue soient toujours de 1000€. C'est à dire qu'ils va exiger de l'entreprise un rentabilité supérieure et ceux qui ne sont pas assez productifs dans l'entreprise seront donc rapidement "hors course".

- Vous me direz "faisons une loi interdisant cela". OK. Le problème c'est que les actionnaires de nos entreprises
sont principalement situés à l'étranger. Rien ne les empêchent si c'est plus rentable de retirer leur bille et d'aller l'investir à l'étranger. Nous sommes en 2012 et les actionnaires ne sont plus les habitants des belles maisons des beaux quartiers sur la colline dominant l'usine. Le résultat c'est que l'entreprise ne trouve plus de capitaux pour investir.

- Vous me direz "empêchons la sortie de capitaux du pays". D'une part cela s'oppose à la monnaie unique...mais SURTOUT notre problème, puisque nous sommes endettés de façon chronique, c'est justement de faire venir des capitaux de l'extérieur. Et clairement, ce type de mesure ne va pas aller dans ce sens.

Bref... ;)

« Modifié: 22 juin 2012 à 17:10:00 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

21 juin 2012 à 10:57:40
Réponse #435

sebastienb


Bonjour tous,

Je suis tombé sur le lien suivant qui traite de l'assurance-vie : http://www.contrepoints.org/2012/06/21/87865-menaces-sur-lassurance-vie-comment-investir-son-argent-aujourdhui L'assurance vie est un placement fréquent chez les français et étant donné qu'il s'agit un peu de "survie financière" pensez-vous que cette forme d'épargne soit dangereuse à l'heure actuelle ? Il est très difficile de faire la part des choses entre les discours rassurants des uns et les discours apocalyptique des autres  :-\

21 juin 2012 à 11:31:26
Réponse #436

Ulf


Kilbith, sans vouloir faire de la lèche, que ce soit en matière de fringues techniques que d'analyses diverses, j'apprécie lire ton opinion. ça éclaire bien.

As tu un avis sur le protectionnisme économique pratiqué par le gouvernement Argentin ? (refus de financer le pays par le prêt, uniquement par l'excédent commercial par exemple).

Pense tu que ce protectionnisme - si tant est que l'on puisse l'appeler comme ça - pourrait être appliqué en France ?

22 juin 2012 à 16:59:00
Réponse #437

Nirgoule


L'assurance vie est un placement fréquent chez les français et étant donné qu'il s'agit un peu de "survie financière" pensez-vous que cette forme d'épargne soit dangereuse à l'heure actuelle ? Il est très difficile de faire la part des choses entre les discours rassurants des uns et les discours apocalyptique des autres  :-\
Le meilleur placement en situation incertaine est l'épargne disponible rapidement : soit le Livret A en France dont le taux est acceptable.
L'assurance vie n'est pas dangereuse, mais on peut imaginer qu'un Etat, devant vitalement se désendetter, le fasse en puisant dans cette manne.

Nous n'en sommes pas encore là. Attendons les mesures d'austérité, de blocage voire de baisse des salaires et retraites, l'arrêt de certaines prestations (transport scolaire, repas aux séniors, alloc chomage, familiales, rentrée scolaire, logements, etc etc), il y a encore de la marge avant de tâper dans l'épargne.
D'une certaine manière c'est rassurant que nous en ayons collectivement sous le pied.  ;#
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

22 juin 2012 à 18:06:02
Réponse #438

Maximil


mmm tout le monde n'est pas aussi confiant que toi  ;)
Le taux du livret A permet à peine de se prémunir de l'inflation...
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

22 juin 2012 à 19:01:35
Réponse #439

Nirgoule


le livret A n'est qu'un pis aller, mais c'est le plus sûr.
Pour gagner plus il faudrait prendre des risques financiers, et là il faut être bien informé et aller vite. C'est un métier.

Après d'une manière générale je ne suis pas optimiste.
Notre richesse jusque dans les années 70-80 est venue de nos gains de productivité, à l'image de la production agricole.
Les années suivantes certes la productivité a progressé, mais le niveau de vie a progressé du fait de la baisse des prix de produits de consommation : télé, radio, micro, vêtements et de plus en plus de produits fabriqués dans des pays à bas salaire. Laissant à l’Europe les produits techno vendus plus chers.

Ces pays à bas salaire voient leurs salaires augmenter et leurs produits devenir de plus en plus technologiques. Que restera t il pour produire en Europe puisque la technologie n’y est plus un monopole?

Baisser les salaires comme en Allemagne pour réduire les écarts de coûts de production et redevenir compétitif.
Il s'en suivra un nivellement mondial. Les plus haut (nous) descendront leur niveau de vie, les plus bas monteront.

Il reste à organiser la descente collective du niveau de vie et organiser la reprise rentable des activités délocalisables (les chinois ne viendront pas ramasser nos poubelles, mais ils nous vendront des poubelles et des camions poubelles !)

Et là y a du boulot. Etre bon dans les meeting ne suffit plus !!
 :'(
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret


03 octobre 2012 à 17:17:50
Réponse #441

Lemuel


"Crise économique ? Mais ça fait 30 ans qu'elle dure la crise économique. Qu'est ce que ça veut dire une crise de 30 ans ? Rien du tout. Une crise de 30 ans ça s'appelle un régime. un régime dans lequel le chômage endémique est la norme."

Conférence de Lordon et Hazan, deux économistes sur le thème de la catastrophe ici :

http://youtu.be/_G7__oW25Lk

http://youtu.be/przAda8DTsc
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

03 octobre 2012 à 18:10:18
Réponse #442

Nirgoule


De quel(s) régime(s) tu parles ?
Car les situations varient d’un pays à l’autre. Sont-ils sous des régimes différents, ce qui expliquerait ces fortes variations?
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

03 octobre 2012 à 18:24:31
Réponse #443

Pouçot




En français, on emploie les guillemets typographiques ou français (« »), séparés de l’expression qu’ils mettent en exergue par une espace insécable (fine si possible).
Source

 ;D

03 octobre 2012 à 19:05:53
Réponse #444

Karto


C'est Luc le valet qui est venu te voir.
Méfie-toi de l'homme d'une seule citation.

03 octobre 2012 à 19:48:56
Réponse #445

Lemuel


Il eu été de bon temps de rendre la théorie fonctionnelle ou nous donnant le code ASCII du quart de quadratin insécable. Mais bon.
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

03 octobre 2012 à 20:07:57
Réponse #446

Kilbith


Il eu été de bon temps de rendre la théorie fonctionnelle ou nous donnant le code ASCII du quart de quadratin insécable. Mais bon.

Hélas, même pour Eric : impossible!  :(

http://www.youtube.com/watch?v=GqgHCxjA1eQ
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

03 octobre 2012 à 20:10:30
Réponse #447

Lemuel


J'aime bien le petit break à 1:01. Ça donne du cacher, non ?

Sinon pour répondre à la question de quel régime, ce que lordon veut dire c'est que quand on parle d'une crise qui dure 30 ans on n'emploie plus le bon mot. Que le bon mot c'est : régime.
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

15 janvier 2015 à 15:02:15
Réponse #448

AC


Pour ceux qui s'intéressent à l'économie, il y a eu un petit séïsme en Suisse ce matin: À la surprise générale, la BNS a décidé de ne plus affaiblir artificiellement le franc suisse, qui du coup a gagné temporairement jusqu'à 29% par rapport à l'euro ! Bonne nouvelle pour les frontaliers qui font leurs courses en France. Le SMI (équivalent suisse du CAC40) plonge, mais il ne faut pas forcément s'en inquiéter (les cours reflètent la valeur intrinsèque des entreprises et compensent donc les fluctuations des taux de change) sauf si ça signifie que le marché anticipe des difficultés à l'exportation.

En même temps on pouvait s'attendre à ce que la BNS change de stratégie puisque, pas plus tard qu'hier, la Cour de justice de l'UE a ouvert la voie à la relance de la planche à billets par la BCE.

http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0204083193681-le-franc-suisse-senvole-apres-labandon-du-cours-plancher-et-la-baisse-ses-taux-dinteret-1083546.php

15 janvier 2015 à 20:31:43
Réponse #449

Moleson


Pour ceux qui s'intéressent à l'économie, il y a eu un petit séïsme en Suisse ce matin: À la surprise générale, la BNS a décidé de ne plus affaiblir artificiellement le franc suisse, qui du coup a gagné temporairement jusqu'à 29% par rapport à l'euro ! Bonne nouvelle pour les frontaliers qui font leurs courses en France. Le SMI (équivalent suisse du CAC40) plonge, mais il ne faut pas forcément s'en inquiéter (les cours reflètent la valeur intrinsèque des entreprises et compensent donc les fluctuations des taux de change) sauf si ça signifie que le marché anticipe des difficultés à l'exportation.

En même temps on pouvait s'attendre à ce que la BNS change de stratégie puisque, pas plus tard qu'hier, la Cour de justice de l'UE a ouvert la voie à la relance de la planche à billets par la BCE.

http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0204083193681-le-franc-suisse-senvole-apres-labandon-du-cours-plancher-et-la-baisse-ses-taux-dinteret-1083546.php
Sauf que en vrai et pas politiquement correct  ça signifie  que la bns ne croit plus au futur de l'euro. Autrement ils auraient pu hedger entre le dollar er l'euro. Pour accepter une perte de 80 milliard faut avoir de bonnes raisons.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité