Nos Partenaires

Auteur Sujet: Crise boursiére, bancaire, économique  (Lu 92108 fois)

16 novembre 2011 à 12:49:34
Réponse #300

Moleson


Bonjour,
...

La crise actuelle que nous traversons remet tout de même en cause un "certain type de comportement" de nos hommes politiques et au moins autant un "certain type de fonctionnement" de nos institutions supra nationales. Pour moi, la façon dont les grecs ont été traités sur la question du référendum avorté, est tout simplement dans la droite ligne du mépris manifesté par une partie de notre classe dirigeante envers la volonté populaire...telle qu'elle s'était exprimée lors du référendum sur la constitution européenne.
...

C'est un des nœud du problème. Sans légitimation populaire, il sera impossible de forcer la population à des sacrifices extrêmes sans de graves troubles publique. Et l'évolution actuelle me fait très peur.
Papandreou viré comme un malpropre et remplacé par Papademos qui gère un gouvernement de transition non légitimé par le peuple Grec. D'ailleurs comme ancien gouverneur de la banque centrale grecque, lors de l'introduction de l'Euro ou avec l'aide de Goldmann Sachs les comptes de l'Etat Grec on été falsifié, j'ai comme l'impression que l'on prend un incendiaire pour éteindre le feu.
Même topo en Italie. Personne n'est triste que Berlusconi quitte la scène, mais Mario Monti comme conseiller international de Goldmann Sachs, n'est pas tout à fait le personnage sans peur et sans reproche que l'on est en train de construire.

Finalement Mario Draghi, président de la banque centrale européenne à été vice président de Goldmann Sachs de 2002-2005.

Sans partir dans des délires conspiratifs, rien que ces trois exemples montrent que l'on glisse vers une technocratie ou toutes formes de contrôle démocratiques sont évacués. Alors même si ces trois personnages sont certainement compétent (on ne fait pas le MIT par hasard), ils sont d'une part quand même à l'origine en partie des problèmes actuels et d'autre part curieusement issu du même sérail.

La crise actuelle de surendettement des états développés (sauf quelques exceptions), ne va se résoudre que par un appauvrissement massif de la classe moyenne, dites classe qui ne va pas se laisser faire dans le moyen terme, si elle n'est pas convaincue du bien fondé de son sacrifice.

En terme de sécurité: Si par exemple en France, l’État ne parvient plus à payer les allocations dans les cités, la criminalité de subsistance va exploser. Si parallèlement on réduit la voilure sécuritaire pour des raison budgétaire, on peut être sur qu'une criminalité violente va se développer.

Moléson

16 novembre 2011 à 14:06:00
Réponse #301

choco


C'est un des nœud du problème. Sans légitimation populaire, il sera impossible de forcer la population à des sacrifices extrêmes sans de graves troubles publique. Et l'évolution actuelle me fait très peur.
Papandreou viré comme un malpropre et remplacé par Papademos qui gère un gouvernement de transition non légitimé par le peuple Grec. D'ailleurs comme ancien gouverneur de la banque centrale grecque, lors de l'introduction de l'Euro ou avec l'aide de Goldmann Sachs les comptes de l'Etat Grec on été falsifié, j'ai comme l'impression que l'on prend un incendiaire pour éteindre le feu.
Même topo en Italie. Personne n'est triste que Berlusconi quitte la scène, mais Mario Monti comme conseiller international de Goldmann Sachs, n'est pas tout à fait le personnage sans peur et sans reproche que l'on est en train de construire.

Finalement Mario Draghi, président de la banque centrale européenne à été vice président de Goldmann Sachs de 2002-2005.

Sans partir dans des délires conspiratifs, rien que ces trois exemples montrent que l'on glisse vers une technocratie ou toutes formes de contrôle démocratiques sont évacués. Alors même si ces trois personnages sont certainement compétent (on ne fait pas le MIT par hasard), ils sont d'une part quand même à l'origine en partie des problèmes actuels et d'autre part curieusement issu du même sérail.

La crise actuelle de surendettement des états développés (sauf quelques exceptions), ne va se résoudre que par un appauvrissement massif de la classe moyenne, dites classe qui ne va pas se laisser faire dans le moyen terme, si elle n'est pas convaincue du bien fondé de son sacrifice.

En terme de sécurité: Si par exemple en France, l’État ne parvient plus à payer les allocations dans les cités, la criminalité de subsistance va exploser. Si parallèlement on réduit la voilure sécuritaire pour des raison budgétaire, on peut être sur qu'une criminalité violente va se développer.

Moléson


Pour sur ...

16 novembre 2011 à 15:37:51
Réponse #302

Daeron


Salut

Moleson je suis géné par ton besoin de te justifier en lisant  :"Sans partir dans des délires conspiratifs"
Pourquoi serait-il si malsain de se poser la question : qui décide pour nous ?
Ton message contient suffisamment d'infos qui remettent carrément en cause notre système démocratique .

J'ai parfois l'impression qu'évoquer le mot conspiration , complot , pouvoir de l'ombre est interdit .
Le mot conspiration semble être interdit des débats ( je ne parle pas particulièrement d'ici ) .

Il me paraît pourtant plus que légitime de se poser cette question là , qui nous gouverne ? qui décide en notre nom put**n !
Le but n'est pas d'argumenter dans ce post là , ou même sur le forum...mais il y a une loi du silence dans les médias à ce sujet là .
Si on soulève ce sujet là , alors c'est l'allali , quoi , ah oui tu doutes donc tu es donc un vulgaire conspirationniste de série B .

16 novembre 2011 à 16:46:50
Réponse #303

Moleson


Salut

Moleson je suis géné par ton besoin de te justifier en lisant  :"Sans partir dans des délires conspiratifs"
Pourquoi serait-il si malsain de se poser la question : qui décide pour nous ?
Ton message contient suffisamment d'infos qui remettent carrément en cause notre système démocratique .

J'ai parfois l'impression qu'évoquer le mot conspiration , complot , pouvoir de l'ombre est interdit .
Le mot conspiration semble être interdit des débats ( je ne parle pas particulièrement d'ici ) .

Il me paraît pourtant plus que légitime de se poser cette question là , qui nous gouverne ? qui décide en notre nom put**n !
Le but n'est pas d'argumenter dans ce post là , ou même sur le forum...mais il y a une loi du silence dans les médias à ce sujet là .
Si on soulève ce sujet là , alors c'est l'allali , quoi , ah oui tu doutes donc tu es donc un vulgaire conspirationniste de série B .
C'est un peu HS.
Mais pour avoir une conspiration il faut un groupe de personne qui agit dans l'ombre.
Dans le cas présent, il y a certainement de la cooptation et il est guère étonnant de retrouver un peu les mêmes personnes aux mêmes endroits. Par exemple Goldmann Sachs va chercher des économiste de haut niveau et pour remplir un poste de technocrate de haut niveau dans un pays ou un groupe de pays il est guère étonnant de retrouver ces même personnages.
Mais on est à des années lumière d'une conspiration de Goldmann Sachs pour dominer le monde.

Moléson

16 novembre 2011 à 17:24:27
Réponse #304

gmaz87


Bonjour,
On peut légitimement penser que la question de savoir comment vont réagir les citoyens si les mesures prises pour résorber la dette sont trop difficiles à supporter est une problématique qui taraude ceux qui gouvernent.
La lecture du JO apporte parfois des textes qui, si ils ne sont pas en liaison avérée avec cette situation, méritent néanmoins que l'on les lisent attentivement.
Par exemple celui ci (à trouver sur Legifrance):
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=9A054257A9A2819354EBDF5686AA7621.tpdjo14v_2?cidTexte=JORFTEXT000000695350&dateTexte=20111116

ou celui ci:
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=9A054257A9A2819354EBDF5686AA7621.tpdjo14v_2?cidTexte=JORFTEXT000024408855&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id

ou celui la:
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?dateTexte=&categorieLien=id&cidTexte=JORFTEXT000024720431&fastPos=1&fastReqId=1104776789&oldAction=rechExpTexteJorf

Ceci dit, il n'y a rien de nouveau sous le soleil, les réserves militaires existent depuis des lustres, leur emploi en temps de crise est connu depuis longtemps, c'est plus nouveau pour la réserve PN.
Mais ce qui me fait un peu tilter c'est la conjonction des situations et la période ou ces textes sortent au JO.
Ce n'est pas une prise de position politique que de penser que si le temps des vaches maigres arrive, les plus maigres d'entre nous vont souffrir peut être plus que ce qu'ils seraient en mesure d'accepter et ce avec toutes les réactions possibles.
A+
Gérard

Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

17 novembre 2011 à 08:20:05
Réponse #305

Patrick


Il est sur en tout cas que quand des grands gouvernements calquent leur politique pour plaire à Moodies et Standard & Poors (le bien nommé), on peut se poser la question de la décadence d'un système et quand deux pays s'arrogent le droit de dicter la politique européenne sans aucun mandat électif des autres ni ratification des peuples, on part carrément en c*u!lle.

Un jour Wolwest m'a je crois écrit que la France n'était pas une démocratie et je l'ai vilipendé pour ça. Pourtant très honnètement aujourd'hui qui peut prétendre dans notre pays pouvoir porter un projet politique, même particulièrement bien construit hors le giron et l'adoubement de l'UMP ou du PS. Un tel adoubement ne peut intervenir sans les allégeances aux partis et à leurs soutiens respectifs.

Ou est donc dans ce cas la démocratie quand on a que le choix entre deux avatars de bande dessinée qui ne prétendent à qu'à être les chefs de l'orchestre qui joue sur le pont du Titanic.

Moi qui suis un loyaliste, mais certainement pas un pétainiste, je me demande si on m'amputait d'un tiers de mon salaire et réduisait mes parents de 70 ans à devoir vendre leur babioles au marché pour survivre, si je n'en viendrait pas à la sédition et à la lutte armée.

17 novembre 2011 à 09:07:01
Réponse #306

Kilbith


Il est sur en tout cas que quand des grands gouvernements calquent leur politique pour plaire à Moodies et Standard & Poors (le bien nommé), on peut se poser la question de la décadence d'un système et quand deux pays s'arrogent le droit de dicter la politique européenne sans aucun mandat électif des autres ni ratification des peuples, on part carrément en c*u!lle.

AMHA, il ne faudrait pas se tromper de cible. Les "agences de notation" jouent actuellement le rôle du "bouc émissaire", ce sont les porteurs de mauvaises nouvelles. Mais ce ne sont pas les "mauvaises nouvelles".

Le problème c'est que les investisseurs comme les fonds de pension (en somme l'institutrice retraitée de Californie qui doit toucher sa retraite, voir le lien CALPERS à la fin du message) au vu des notations de ces agences, ne veux plus nous prêter de l'argent pour de faibles taux le risque étant trop grand . Le risque est ressenti comme plus élevé, il est donc préférable de protéger sa retraite en investissant ailleurs. Qui peut la blâmer ?
Plus prêt de nous, les allemands ont au début des années 2000 appliqués le plan Schroder de réduction de la dette publique (rappelons qu'il était au SPD) qui était très difficile pour eux et a demandé des sacrifices importants au peuple allemand. Cela a d'ailleurs couté par la suite sa place à Schroder. Pourquoi le contribuable allemand devrait-il payer pour ceux qui, dans le même temps, se gobergeaient ?

Rappel sur le plan Schroder ici : http://www.liberation.fr/economie/0101284585-front-allemand-contre-l-austerite-le-plan-schroder-ampute-les-acquis-sociaux-et-favorise-les-entreprises

On constate d'ailleurs actuellement que les notes ne sont pas toujours "toutes puissantes" : la France conserve actuellement comme quelques autres entités sont "tripleA", mais dans les faits le différentiel avec l'Allemagne augmente. Ceci même avec un triple A.

Ce n'est pas en cassant le thermomètre que la fièvre retombe.  ;)



Citer
Un jour Wolwest m'a je crois écrit que la France n'était pas une démocratie et je l'ai vilipendé pour ça. Pourtant très honnètement aujourd'hui qui peut prétendre dans notre pays pouvoir porter un projet politique, même particulièrement bien construit hors le giron et l'adoubement de l'UMP ou du PS. Un tel adoubement ne peut intervenir sans les allégeances aux partis et à leurs soutiens respectifs.

C'est très "politique" comme affirmation. Mais c'est vrai que l'on a constaté ces dernières années une forte pression pour que les "grandes démocraties" (paradoxalement l'Inde n'en fait pas partie) s'organisent en "bipartisme". On retrouve le système anglais des "Whigs et des Tories" ou celui des "Democrates et des Républicains".

On s'éloigne de la volonté du fondateur de la cinquième république : s'élever au dessus des partis. Dans la même période il semble que l’habitude présidentielle de régler son électricité se soit amoindrie.  ::)

Citation de wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9mun%C3%A9ration_des_%C3%A9lus_politiques_en_France
Citer
En fonction des présidents, le budget général de fonctionnement de l’Elysée évolue : De Gaulle avait fait installer un deuxième compteur EDF pour payer sa consommation personnelle


Citer
Moi qui suis un loyaliste, mais certainement pas un pétainiste, je me demande si on m'amputait d'un tiers de mon salaire et réduisait mes parents de 70 ans à devoir vendre leur babioles au marché pour survivre, si je n'en viendrait pas à la sédition et à la lutte armée.
C'est précisément là que l'on mesure la force des peuples : rester "sages" dans l'adversité. La démocratie parlementaire est le pire des systèmes, à l'exception des autres (celui qui à dit ça, Winston Churchill était pourtant très controversé comme homme politique). C'est dans la tempête que l'on mesure le talent du capitaine.

Ceci dit, pas de démocratie sans représentativité...quelqu'un pourrait me rappeler qui a élu les membres de la Commission Européenne? Ou bien encore le pourcentage de votant pour le Parlement Européen?  

Je sais bien que quand un gamin ne veut pas manger son assiette, c'est peut être parce qu'il fait un caprice. Et les "grandes personnes" doivent le gronder. Mais si jour après jour il ne veut toujours pas manger, c'est peut être aussi parce que ce n'est pas bon...

 :huh:


EDIT : Calpers ici http://en.wikipedia.org/wiki/CalPERS
« Modifié: 17 novembre 2011 à 10:04:27 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

17 novembre 2011 à 10:31:21
Réponse #307

Bomby


Sur un sujet très "glissant", je trouve que la dernière intervention de Kilbith resitue bien certaines choses...


J'ajouterais personnellement quelques éléments, notamment institutionnels...

D'abord, si les agences de notation ont de facto un certain pouvoir, c'est uniquement parce que les états sont endettés... Le rôle des agences de notation se limite en effet pour l'essentiel à évaluer le risque de non remboursement, et plus le risque est élevé, plus les taux montent...
Or, on l'oublie un peu vite, les états ne sont pas obligés d'être endettés, et encore moins surendettés, en permanence...

Je serais surpris qu'un seul des membres du forum gère son budget comme nombre d'états le gèrent depuis des années, c'est à dire en s'endettant chaque année un peu plus pour pouvoir dépenser sur l'année plus qu'il ne gagne...

L'origine du problème est donc d'abord dans le fait que beaucoup d'états vivent depuis très longtemps au-dessus de leurs moyens et donc aux dépens des générations futures...

Une autre difficulté dans l'origine de la crise vient du fait qu'un grand nombre de mécanismes financiers  ne sont pas régulés (par exemple la possibilité à mon sens aberrante de négocier des produits dérivés - censés permettre de garantir des placements réels, dits "sous-jacents"- alors même que l'on ne possède pas les placements réels sous-jacents; ou encore les conflits d'intérêts dans les pratiques de rémunérations des banques; etc...). Les échanges se font internationalement mais aucun organe politique n'est réellement à même de les réguler et si un pays isolé prend une initiative, fût-elle bonne, les lieux d'échanges se déplacent simplement pour contourner la réglementation nationale mise en place...

L'Union Européenne, notamment vu l'importance de la zone économique qu'elle couvre, aurait cependant pu jouer ici un rôle moteur... Mais son propre système de gouvernance, objectivement aberrant (en très très schématique  : orientations données par des "commissaires" non élus et décisions à l'unanimité à 27), ne le lui permet absolument pas...

Que certains (les actuels dirigeants français et allemands, pour ne  pas les nommer) tentent malgré tout de faire évoluer les choses en essayant d'exercer un leadership fort (éventuellement perçu comme brutal) n'est pas aberrant au regard des blocages institutionnels existants ... Même si ça reste pour l'instant largement vain...

Quant au fait que le jeu politique, en tout cas en France, semble relativement figé et tende au bipartisme, il faut avoir conscience de la difficulté, voire de l'impossibilité pour d'éventuels nouveaux partis à "percer", pour plusieurs raisons:
- d'une part, il faudrait pouvoir pour de nouveaux entrants, trouver une exposition médiatique suffisante, ce qui n'est pas évident;
-d'autre part, et ce point a un impact évident sur le précédent, le système de financement public des partis politiques en fonction de leur audience électorale (mis en place dans les années 90 pour assainir les choses) a pas mal d'avantages mais précisément cet inconvénient de figer les choses... Rien n'est jamais parfait...

Cordialement,

Bomby

17 novembre 2011 à 11:15:25
Réponse #308

Moleson


Pour donner un exemple pratique.
Comme job secondaire, je suis président d'une fondation de prévoyance qui gère actuellement environ 1.4 milliard de sfr.
Depuis environ 1 an on a viré tous les investissements dans des obligations d'états de la zone euro et des USA. Ce qui reste en investissements en EURO et Dollars à été hedgé en frs.
Résultat cette année on a juste pas perdu d'argent.

On a pas eu besoin de la notation de Moodys et autre pour sentir que ce qui jusqu'à peu était un investissement sur devenait hautement spéculatif.
Ça pose aussi un autre problème, dans quoi investir. Déjà par la loi on est limité dans les possibilité et dans la pratique il faut choisir des investissement à faible risque. Hormis l'investissement direct dans l'immobilier il reste aujourd'hui peu de possibilité. Ça explique aussi la hausse vertigineuse du prix de l'immobilier dans certains endroits d'Europe.

Bref tout ceci pour dire, qu'il faut être complètement cinglé ou avoir l'esprit très joueur pour investir dans des obligations d'Etats de pays comme, la Grèce, l'Italie, la France, l'Espagne etc...

On voit aussi que beaucoup de personnes ont une mémoire ultra-courte. Avant l'avènement de l'Euro, des taux d'intérêts pour les pays aujourd'hui en difficultés de l'ordre de 6-15% étaient tout à fait normal. Ces mêmes taux aujourd'hui vont entrainer ces pays à la faillite pourquoi???
Parce-que l'Euro leur à permis d'emprunter beaucoup plus que l'état de leur économie le leur permettait, en raison des taux d'intérêts bas. Tous ces pays y compris la France on vécu largement au-dessus de leur moyen.
Ben maintenant il faut désintoxiquer ces drogués et ça va faire très, très mal.

Ma prédiction est que le marché des obligations va continuer à se dégrader et que personne ne va vouloir acheter ces obligations. Pour éviter la faillite d'une partie importante de la zone Euro, la BCE va commencer massivement à racheter ces obligations et ainsi favoriser une inflation galopante.
Parallèlement les institutions européennes vont tenter, je pense avec succès d'imposer une gouvernance économique stricte aux pays concernés.
Mais le résultat de tous ceci va être une contraction sévérissime de l’économie des pays concernés par les mesures d'austérité, combiné avec un inflation galopante et une impossibilité d'être concurrentiel en raison d'un Euro surévalué par rapport à leur productivité.
Résultat sans aide massive de l'Allemagne une partie importante de l'Europe va s'enfoncer dans une pauvreté catastrophique.
Déjà aujourd'hui en Italie 25% des jeunes en dessous de 30ans on ni un travail ni ne sont en formation. Dans le Sud 50% des ménages ne seraient pas capable de couvrir une dépense supplémentaire annuelle de 700 Euros.
Mais l'Allemagne a déjà fait des sacrifices énorme et ce qu'on oublie la dette Allemande est en proportion du BIP au-dessus de celle de l'Espagne, donc tant politiquement qu'économiquement elle ne fera et ne pourra faire grand chose, sans se mettre en péril elle même.

On est en train de payer un volonté politique de créer une Europe économique avant une Europe politique et avant que les fondamentaux économiques le permettaient. Et comme toujours les politiques refusent toujours d'admettre qu'ils ont fait une erreur.

moléson

17 novembre 2011 à 13:18:30
Réponse #309

guillaume


La lecture du JO apporte parfois des textes qui, si ils ne sont pas en liaison avérée avec cette situation, méritent néanmoins que l'on les lisent attentivement.

Gérard, infiniment merci  :akhbar:. Je sors d'un exercice sur l'ensemble de la Brigade, visant à mesurer "la réactivité de la réserve opérationnelle". Fort de la réussite, nous allons avoir de "nouvelles missions", nos "missions vont évoluées". Voici peut-être une partie du pourquoi du comment.

a+

17 novembre 2011 à 13:25:42
Réponse #310

raphael


regarder ce qui s'est passé en Argentine suite a leur crise financière est instructif
http://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_%C3%A9conomique_argentine
Se connaitre et s'accepter


20 novembre 2011 à 09:28:37
Réponse #311

Daeron


Citer
C'est précisément là que l'on mesure la force des peuples : rester "sages" dans l'adversité. La démocratie parlementaire est le pire des systèmes, à l'exception des autres (celui qui à dit ça, Winston Churchill était pourtant très controversé comme homme politique). C'est dans la tempête que l'on mesure le talent du capitaine.

Salut

Donc , on pourrait en déduire que les courageux d'Occupy wall street , sont des irresponsables ?

20 novembre 2011 à 11:55:31
Réponse #312

Kilbith


Salut

Donc , on pourrait en déduire que les courageux d'Occupy wall street , sont des irresponsables ?


On dit que l'homme sage est lent à la colère...cela ne veut pas dire qu'il méconnait la colère.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 novembre 2011 à 13:40:05
Réponse #313

Daeron



20 novembre 2011 à 17:32:12
Réponse #314

gmaz87


On dit que l'homme sage est lent à la colère...cela ne veut pas dire qu'il méconnait la colère.
Salut, :)
On dit aussi que l'homme sage ne suit pas forcement les préceptes de la bible " A celui qui te frappe sur une joue, tends lui l'autre"  ;D
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

20 novembre 2011 à 17:44:03
Réponse #315

Maximil


Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

29 novembre 2011 à 23:16:58
Réponse #316

Wolf_D


Bonjour  :)
Je viens de le finir, j'ai foutu 23 euros en l'air.
Je soupçonne de vieux copier-coller de blog survivalistes U.S. et autres FerFal.
Le livre démarre bien en abordant superficiellement les risques, la notion de dette et sombre vite dans la caricature.
Le tout est ponctué de petites histoires anxiogènes (Le président de la république pris en otage dans son avion, l'ancien directeur du FMI éventré dans une manif) ou le riche, le politique, le jeune drogué meurent dans d'atroces souffrances.
Et à part en gagnant au loto et avec des journées de 72h, les conseils prodigués sont irréalisables.
Je vais googler un peu l'auteur parce que ça sent le pur fantasme, et je ne suis pas convaincue qu'il ait appliqué ses préceptes  :-\
Si tu veux je te rachète le bouquin, moitié prix  ;# !

Tu dis que les conseils prodigués sont irréalisables à moins d'être rentier, c'est un peu vrai comme je l'avais fait remarqué aussi, mais il faut voir que la préparation, ça se joue sur plusieurs années.

En attendant, voici une autre critique du livre, avec des extraits : Critique livre Piero San Giorgio.

10 décembre 2011 à 22:55:59
Réponse #317

French Kiss



Dans ce reportage en allemand (mais sous titré en français), diffusé par RTL, on a une information concernant le salaire des membres du parlement européen de Strasbourg. Ce n'est pas le SMIC, mais dans la mesure où "tout le monde" peut être élu, personnellement cela ne me choque pas sur le fond. Mais c'est tout de même une information.

A vous de d'apprécier : http://dotsub.com/view/01ad2718-073c-474a-ac40-c7a72e199d55


Ja ja ja, et si tu regardes par qui le document a ete produit www.reformy.cz / www.euroseptik.cz, on peut eventuellement se demander s'il n'y a pas un chouia de mise en scene histoire de grossir la chose et d'orienter l'opinion des telespectateurs.

Par ailleurs je suis en train de lire le bouquin de San Giorgio, et pour revenir a sa vision d'une degradation de la situation dans la violence et la brutalite, il evoque simplement une possibilite (assez importante au demeurant), et si on considere que ce qui se passe a Marseille pourrait indiquer un evenement precurseur, on peut se dire que le nombre de decerebres pret a defourailler sans raison n'est pas en baisse... En fait je pense que San Giorgio essaie seulement de decrire ce qui pourrait arriver sans enrober les choses, c'est une facon de frapper les esprits qui peut aider a declencher la prise de conscience.

Et pour en remettre une couche, il est a noter que les ventes d'armes n'ont jamais ete aussi importantes aux US qu'en cette fin d'annee... autrement dit, le sentiment d'insecurite est en hausse et pas qu'un peu, les gens s'arment pour se defendre.
http://newsone.com/nation/newsonestaff1/why-gun-sales-are-at-a-record-high/

“The category of firearm that has continued to sell very well is something one would have if they were concerned about their personal safety,”

"La categorie d'arme qui a continue de tres bien se vendre est du genre qu'on acquiert pour assurer sa securite personelle".
"En cas de morsure de vipère, sucez-vous le genou, ça fait marrer les écureuils." extrait de l'Almanach de Desproges

15 décembre 2011 à 06:39:59
Réponse #318

DavidManise


Salut !

Perso je trouve que San Giorgio ne se mouille pas des masses en imaginant que le taux de criminalité va augmenter si la pression financière augmente sur la population...  Pour ma part, je crains surtout un durcissement général de l'ambiance de la part des BG et, de fait, de la part des forces de l'ordre qui vont devoir s'adapter à un nouveau niveau de violence chez les petits délinquants de base et autres bons pères de famille poussés par la misère à voler pour nourrir leurs gamins...  

On sait historiquement que plus les voyous sont violents, et plus les forces de l'ordre en font autant, et adoptent des stratégies et des tactiques en fonction de ce niveau de violence moyen pour assurer leur survie.  Normal et humain...  mais le risque de bavures est d'autant plus grand.

Je pense qu'on se dirige lentement mais sûrement vers un durcissement encore plus grand de l'ambiance.  Je pense aussi que ça ne se fera pas de manière brutale, mais bien de manière graduelle, progressive, même si ça risque de devenir exponentiel à partir du moment où l'effet des mauvaises nouvelles annoncées par un grand média seront encaissées par la population.  

Il ne faut pas s'attendre à, d'un coup, avoir un feu vert ou un signe clair que c'est la fin du monde...  la situation progresse, la température monte dans la marmite.  Doucement.  Les plus malins en sont déjà sortis depuis 2008... ;)

Sinon, juste dans les 6 derniers mois, ici, alors que je vis dans un petit bled tranquille, j'ai eu :

- 3 fois des mecs (que j'ai vus) qui ont rôdé autour du terrain en tâcheant de voir de loin ce qui peut être piqué ; les trois fois la chienne a fait son taf et je suis sorti pour montrer que j'avais vu, noter le numéro de plaque, etc.
- un mec qui est carrément rentré sur le terrain (la chienne était chez le véto, coup de bol pour lui sinon il se faisait bouffer les c*u!lles), que j'ai accueilli avec un joli sourire bien entendu (je pense qu'il ne devrait plus revenir, ou alors à plusieurs et avec des armes ;#) ;
- quelqu'un qui a grimpé dans l'arbre à côté de notre portail, peut-être pour tenter de mieux mater le terrain (éraflures sur l'écorce et la mousse...  le pistage ça sert à des trucs qu'on n'imaginerait pas à priori ::))

On a la maison la plus moche du quartier, on a un chien méchant et un ours avec un shillelagh...  j'ose même pas imaginer la pression qui se dessine sur les villas plus huppées, sans chien ni ours, du reste du secteur.  Franchement, je serais eux, je serrais les fesses et je me pré-enduiras à la vaseline tous les soirs au cas où, pour que ça fasse moins mal...   ^-^

Ciao ;)

David
« Modifié: 15 décembre 2011 à 06:58:28 par DavidManise »
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

15 décembre 2011 à 09:03:38
Réponse #319

Patrick


Tu as au moins la chance d'avoir une compagne avec laquelle tu peux travailler en matière de prévention, voire de réaction et un chien efficace.

Je pense que le jour où vous serez choisis pour cible les BG seront au bord de l'inanition.

Pour la plupart des autres il est plus que temps de se réveiller, anticiper, prévoir, agir pour protéger efficacement.

L'homme à défaut de l'humain, pas déjà vraiment porté à une bonté naturelle pour son prochain risque de se voir encouragé dans ses travers et la sélection naturelle risque d'accélérer sa sélectivité.

Mais de ce que je vois, les gens sont plutôt porté à enfouir la tête plus porfondément dans le sable et baisser le froc avec un écriteau accroché sur le cul demandant : "ok, enfilez moi mais pas trop fort, s'il vous plait".

Ne pas être isolé, capable et préparé sont préférables à la technique de l'autruche.

15 décembre 2011 à 09:25:56
Réponse #320

g-dag


Dans une société bâtie sur la consommation, il n'est pas tellement étonnant que la recherche par tout moyen des biens de consommations (smartphone, ordi, HI-FI) ou des métaux précieux se développe.

Reste que je pense qu'il faut faire un petit distinguo entre les individus cherchant à s'introduire dans des propriétés habitées ou non pour s'emparer de biens (hypothèse récurrente dans les zones péri urbaine ou les villages dortoirs proches des grandes villes) et les braquages violents type Marseille.

C'est pas le même type de gars, les mêmes moyens, les mêmes buts. On monte pas à l'assaut d'une maison avec un fusil d'assaut pour piquer les bijoux de la famille.
On pourra néanmoins voir des cas saucissonnage réalisés par quelques individus peu sympathiques mais la plupart du temps leurs victimes sont des personnes âgées.

Et il faudra avoir à l'esprit que le temps moyen d'intervention dans les zones gendarmerie tend à s'allonger avec la réorganisation territoriale des brigades. Les histoires de sécurisations des maisons avec pièce refuge, téléphone et éventuellement arme à létalité plus ou moins réduite retrouvent alors toute leur acuité.

Mais bon on est loin de Moody's et de la BCE là.

15 décembre 2011 à 10:59:46
Réponse #321

Moleson


....
Reste que je pense qu'il faut faire un petit distinguo entre les individus cherchant à s'introduire dans des propriétés habitées ou non pour s'emparer de biens (hypothèse récurrente dans les zones péri urbaine ou les villages dortoirs proches des grandes villes) et les braquages violents type Marseille.

C'est pas le même type de gars, les mêmes moyens, les mêmes buts. On monte pas à l'assaut d'une maison avec un fusil d'assaut pour piquer les bijoux de la famille.
On pourra néanmoins voir des cas saucissonnage réalisés par quelques individus peu sympathiques mais la plupart du temps leurs victimes sont des personnes âgées.
...

Là t'as un train de retard. L'avant dernier braquage en Suisse pour 2'500.- dans un épicerie près de la frontière, 5 hommes avec AK47 (on est à 1 braquage par jour actuellement) . Home-jacking pour avoir le code de la carte bancaire et accessoirement le bijou de famille et peut-être un peu de temps libre avec les personnes de sexe féminins devient tout à fait normal.

le problème c'est que le braquage ultra-violent et l'invasion de maison est devenu une normalité et ceci pour des broutilles.

Citer
Dans une société bâtie sur la consommation, il n'est pas tellement étonnant que la recherche par tout moyen des biens de consommations (smartphone, ordi, HI-FI) ou des métaux précieux se développe.
Là tu passe les bornes car tu trouve déjà l'excuse. Rien ne justifie ces actes de violence et l'explication elle est bien ailleurs que dans le fourre tout du prêt à porter intellectuel bobo de la méchante société de consommation. Comme si il y 10-20-30-40 ans on avait pas une société de consommation.


Moléson
Moléson

15 décembre 2011 à 11:23:39
Réponse #322

Daeron


Alors là il faudra que tu m'expliques ou tu vois l'excuse de g-dag pour les actes de violences des bg .
Il me paraît évident que une société a les bg qu'elle crée ou encore plus cynique qu'elle mérite...celà ne justifie en rien le comportement de ces connards .
Il y en quand même un paquet d'exemples à travers le monde ou des modèles sociaux différents on aboutit à des comportements globalement moins violent que le notre . Après c'est vrai que tout à tendance à s'uniformiser par le bas . Mais on ne peut nier SANS EXCUSER POUR AUTANT , le cause à effet direct entre modèle sociétal général et la violence ambiante .

Et puis je me sens insulté quand on pose sur mon raisonnement le qualificatif de bobo... celà veut dire quoi pour toi ?
« Modifié: 15 décembre 2011 à 11:28:50 par Daeron »

15 décembre 2011 à 11:38:05
Réponse #323

DavidManise


le problème c'est que le braquage ultra-violent et l'invasion de maison est devenu une normalité et ceci pour des broutilles.

Ferfal, sur son blog, raconte qu'en Argentine au moment du peak de la crise, les invasions de domicile dans le genre étaient monnaie courante, et que l'impunité grandissant les actes de barbarie se multipliaient : viols, torture, meurtres, y compris sur femmes et enfants.  Et même pas uniquement dans un but de prédation, mais bien dans un but purement récréatif... 

Il faut être conscient qu'une partie (faible pourcentage, soit, mais pourcentage quand-même) de la population a un profil de type "psychopathe" : aucune capacité d'empathie ni de ressentir à la place d'autrui.  Quoi que ce soit.  Autrement dit, t'as 1 ou 2% de la population qui voient un bébé se faire ouvrir en deux vivant et qui ne ressentent RIEN.  Ils ne sont pas forcément méchants, ni motivés pour faire du mal à autrui.  Ils s'en battent juste les c*u!lles.  Des mecs comme ça à l'abri de toute sanction, ils peuvent faire absolument n'importe quoi.

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

15 décembre 2011 à 11:42:35
Réponse #324

DavidManise


Tu as au moins la chance d'avoir une compagne avec laquelle tu peux travailler en matière de prévention, voire de réaction et un chien efficace.

Ouais d'ailleurs je compte mettre un panneau lumineux avec une grosse flèche en néon près de l'entrée : "homejackers welcome !" ;#

Non, sans dec, réalistement, le problème c'est qu'un moment donné il faut dormir.  Je pense réalistement qu'il faut, pour assurer une veille 24/24, se regrouper à au moins 8 personnes.  2 qui veillent, 2 qui bricolent/cuisinent/etc. 2 qui dorment, 2 qui glandent et se reposent, s'occupent des enfants et des vieux.  Et on fait des roulements de 6h...

Dans un scénario de très haut taux de criminalité, le chien peut être un plus, mais c'est tellement facile de l'empoisonner...

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité