Nos Partenaires

Auteur Sujet: Crise boursiére, bancaire, économique  (Lu 93942 fois)

16 janvier 2010 à 22:27:37
Réponse #125

DriGar


Bison... Je pense que tu n'as pas saisi de quoi on parlait.  :-\

La "productivité" (qui n'a rien à voir en soit avec l'innovation) n'aidera en rien la sortie de crise.
On parle là d'une crise sans précédent... Jamais il ne s'est réalisé autant d'événements majeur en même temps, dans tous les pays du monde.

Pour la faire courte :
1/ les ménages s'endettent ; ça les rend dépendants de leurs revenus et ils ont besoin pour cela d'inflation globale (pour rappel, le monde est aujourd'hui en déflation).
2/ les sociétés, industries et autre entités économiques privées s'endettent ; En fait, les sociétés d'aujourd'hui tablent sur une progression et dépensent donc, non pas ce qu'il gagnent l'année N, mais bel et bien ce qu'ils espèrent gagner en N+1 et N+2. Mais souci, ça c'est bon lorsqu'il y a progression... par lorsqu'il y a récession (ce qui est le cas dans le monde entier). Quand il y a récession, il y a moins que prévu dans la gamelle... et donc des dépôts de bilan (ce qu'il se passe aujourd'hui, tous les jours). A moins que les banques prêtent... Mais les banques vont très très mal.
3/ Les états et institutions publiques, voyant les sociétés et les banques couler, les aident. C'est à dire qu'on fait des prêts verts et à taux zéro pour l'immobilier, de la prime à la casse pour les constructeurs automobiles, des aides pour les banques, etc, etc. Mais le problème, c'est que les états sont déjà bien endettés... trop endettés... et que ces aides font exploser le déficit.

Aujourd'hui, les états sont au bout... ils ne peuvent plus. Ils tiennent l'économie à bout de bras... mais ils ne peuvent plus continuer... et vont devoir lâcher (arrêter les aides). Alors, à ce moment précis, tout va tomber... Car personne ne peut aider les états.

On est pas en train de te parler Bison de verre vide ou plein. 2+2=4, y'a pas à discuter... et l'état de l'économie aujourd'hui est claire. On va au devant d'une crise extrêmement violente.


Et juste pour te rafraîchir la mémoire : La Grèce fait bankrupt, Dubaï est coulé, l'Islande est ruinée... Elle était où la "productivité ? Ah... Mais peut être que les Français sont l'exception qui confirme toutes les règles ? ::)

16 janvier 2010 à 23:53:14
Réponse #126

Bison


Rendez-vous dans dix ans, les gars ... si je suis encore là!
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

17 janvier 2010 à 12:08:11
Réponse #127

vagabond


Bonjour,

Si je peux me permettre, la solution est simple : On s'adaptera parce qu'on aura pas vraiment d'autre choix, et, cela quelque soit l'évolution de la société.

Vagabond

17 janvier 2010 à 14:59:28
Réponse #128

Nirgoule


Bonjour,
Il y a tant de choses à dire sur ces sujet.

Sur les retraites, une chose est sûre, le système doit se réformer et il n'offrira pas les mêmes niveaux qu'aujourd'hui, cela a été dit. Plus de personnes âgées, moins de cotisants. Or les retraites sont payées par les cotisations. L'équation est simple.

Pourtant il n'y a pas de consensus déjà sur ce constat. Certaines catégories de salariés ont encore des revendications pour abaisser l'âge de départ (transports urbains par exemple qui demandent d'abaisser l'âge de 60 à 55 ans).
Il y a donc ce constat à partager et à expliquer.

Après il faut exposer les solutions possibles :
Plusieurs approches : baisser les retraites, plafonner les retarites (désindexation sur la hausse des prix), augmenter les cotisations, augmenter le nombre de cotisants (migration, baisse du chômage), baisser le nombre des retraités (repousser l'âge de départ), trouver de nouveaux financements (taxes, impôts), endettement. 
On voit bien que les solutions appliquées jusqu'alors sont un mélange de celles-ci, sauf an F ou la baisse des retraites n'a pas été appliquée.

Envisager la baisse des revenus des retraités entraîne pour un gouvernement une prise de risque maximum : se mettre à dos cette catégorie. Or ces personnes âgées sont plutôt bienveillante pour les partis traditionnels. Seule solution un consensus des partis traditionnels pour traiter le problème.

Y a du boulot!
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

17 janvier 2010 à 17:13:28
Réponse #129

gmaz87


Bjr,

Puisque Nirgoule (salut au passage  :)) aborde ce sujet, voici un lien qui explique bien la problématique/
http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?article1364

Ensuite je pense qu'il faut prendre en compte l'évolution de la société et deux aspects majeurs de cette évolution:

1 contrairement à il y a un siècle, les personnes agées ne vivent que très rarement avec leurs enfants, ce qui engendre des besoins et des coûts supplémentaires (logement, chauffage , alimentation etc..)

2 La population est de plus en plus urbaine, avec là aussi des coûts qui n'existent pas dans les sociétés rurales , souvent des loyers élevés, l'obligation de tout acheter (pas de potager ou autre) en bref une totale dépendance à l'égard du système économique.

J'ai vu il y a peu, un reportage à la TV, dans la série de reportages de l'agence GAMMA, le thème en était les utilisateurs des bains douches parisiens.

J'ignorais que ceux ci existaient  encore et le reportage montrait qui étaient les utilisateurs de ces bains publics.
Il y avait une dame seule , encore active mais à 2/3 ans de la retraite, un job standard avec un salaire proche du SMIC, elle n'avait pas de sdb dans son appart, elle disait ne pas vouloir déménager car son loyer était déjà élevé, et elle se posait la question de son futur quand elle serait en retraite.

Selon elle, la baisse de son niveau de vie allait lui laisser tout juste de quoi vivre chichement, en priant le ciel de ne pas avoir un coup dur.

En fait ces gens auront vécu pour bosser, pas d'autres moyens, donc pas de vacances ou de loisirs, et à l'âge de la retraite leur vie va encore être plus difficile.

Je doute parfois du niveau de civilisation de la société dans laquelle nous vivons, surtout quand en parralèle on entend citer des salaires pharaoniques ou des bonus de traders qui sont hors de toute mesure (sans acrimonie, juste le sentiment d'une profonde injustice).

a+
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

17 janvier 2010 à 18:10:49
Réponse #130

French Kiss


En Allemagne le gouvernement a deja prevu d'acquerir 14 rotatives supplementaires pour imprimer de la monnaie (comme presque tout pays du monde occidental), le message est clair: la seule facon pour les etats d'eviter l'explosion (la vraie) c'est d'imprimer plus de billets de monopoly pour diluer la dette, on joue la montre en somme en esperant, soit une remontee (hahaha), soit un pourrissement lent de la situation qui debouchera peut-etre sur un pet mou au lieu d'une bombe H... moi je pencherais plutot pour un petit Weimar bis, ca dependra sans doute des leaders politiques aux commandes quand on arrivera au point de rupture (sans doute cette annee si le nombre de chomeurs continue de grossir au meme rythme malgre la radiation annuelle de 500000 personnes des listes ANPE depuis le debut de la crise - eh oui on nous cache tout on nous dit rien, same old song, different day).

On focalise sur la Grece en banqueroute parce que Bruxelles s'est fache (c'est forcemment mediatise), ce qu'on sait moins c'est que le Royaume Uni est encore plus endette que la Grece, et ca, on nous le dis pas pour eviter de declencher la panique: voir un pommier tomber, ca fait moins peur qu'un chene pluri-centenaire qui tombe... surtout quand on est dessous  ::)

Pour coller aux faits, c'est pour ca que Sarkozy a depeche Barnier a la commission europeene du marche interieur pour recadrer les traders de la City, et que ces derniers ont vivement proteste contre cette mesure mettant en peril le "libre commerce": ils savent qu'ils deconnent a plein tube et ils veulent continuer (comme tous les vampires, plus ils boivent de sang, plus ils en veulent), vue les millions encore distribues en bonus encore cette annee, on comprend.

Enfin, moi ce qui me fait flipper, c'est que les gouvernement europeens ne recolteront sans doute pas assez de cash via leur vente de bonds du tresor pour se passer de faire main basse sur les retraites (publiques ou privees). Bientot pour etre sur d'avoir des bas des laines qui valent mieux que du vent, il faudra les lester de pieces d'or. L'autre solution pour le long terme, c'est de fonder des communautees basees sur l'entraide, mais laaaa, faut y croire pour que ca marche et eviter de nombreux pieges...
"En cas de morsure de vipère, sucez-vous le genou, ça fait marrer les écureuils." extrait de l'Almanach de Desproges

17 janvier 2010 à 21:01:39
Réponse #131

DriGar


En Allemagne le gouvernement a deja prevu d'acquerir 14 rotatives supplementaires pour imprimer de la monnaie (comme presque tout pays du monde occidental)


Ça j'ignorais... :o
Ça va dans le sens de la situation actuelle et donc penche la balance vers la déflation à la Japonaise.
Tu aurais la source ?

18 janvier 2010 à 09:54:33
Réponse #132

French Kiss


Si tu lis l'allemand l'info est dispo ici:

http://info.kopp-verlag.de/news/deutschland-vorbereitungen-auf-die-hyperinflation-gelddruckmaschinen-bestellt.html

A lire aussi, le blog de Pierre Jovanovic, il est du genre un peu alarmiste et les infos sont parfois a remettre dans leur contexte pour eviter de sombrer dans le catastrophisme, mais il y a de la substance:
http://www.jovanovic.com/blog.htm

De toute facon le gouvernement n'a pas 36 solutions: soit il dicte clairement des regles pour recadrer les financiers sur terre en redifinissant une politique et une justice sociale mieux equilibrees, soit il laisse filer les indicateurs de chute du pouvoir d'achat en noyant le tout dans la masse monnetaire... comme tout gouvernement voulant prolonger ses mandats, notre gouvernement prend la deuxieme option en essayant de faire croire qu'il fait tout pour appliquer la premiere, ca manque de courage mais que ne ferait-on pas pour ne pas destabiliser l'electorat (enfin ceux qui ont encore du pouvoir d'achat)  ::)

En Allemagne c'est la real politik, le gouvernement prend des decisions parfois impopulaire (les fameux edits Hartz IV), meme si les gens ralent, la plupart estiment qu'ils serait bien plus dommageable pour le pays de faire greve que de les suivre (et ils ont raison, eux ils votent).

En France on a une greve et une paralysie totale ou partielle du pays des qu'on touche aux acquis sociaux de telle ou telle categorie professionnelle, les gens n'ont pas la perception d'un interet commun superieur et national, chaque categorie socio-professionnelle roule pour sa pomme, on s'en fout du pays, c'est secondaire. Non, il semble qu'une certaine majorite des Francais (actif ou non) prefere se bouger les fesses pour mettre le souk que pour aller voter, sauf qu'il faudrait comprendre qu'on peut pas continuer de rouler a 240km/h sur la route des privileges en grillant 20l/100km quand on doit diviser le budget carburant par 2, pas parceque le taulier est "mechant" mais simplement parce que les recettes ne sont plus la pour qu'on puisse se le permettre...

Les recettes vont desormais vers l'Asie, et je conseille vivement aux etudiants d'apprendre le cantonnais  aussi bien que l'anglais s'ils en ont la possibilite  ;)
« Modifié: 18 janvier 2010 à 10:19:30 par French Kiss »
"En cas de morsure de vipère, sucez-vous le genou, ça fait marrer les écureuils." extrait de l'Almanach de Desproges

18 janvier 2010 à 18:22:08
Réponse #133

Nirgoule


Je crois que les français sauraient se réformer s’ils étaient sûrs de ne pas payer pour d’autres injustement.
Comme les problèmes se règlent au rapport de force, ceux qui n’en ont pas paient pour les autres. Ainsi certaines catégories bien représentées ou positionnées aux endroits stratégiques (aiguilleurs)  tirent toujours les marrons du feu.
D’où cette perception d’absence de conscience collective.
Ainsi à propos des retraites, si l’on souhaite mieux équilibrer le régime, il faut équitablement taper un peu partout. Idem pour l’assurance maladie. Un tel projet global aurait plus de chance de passer. Mais laisser une catégorie s’en tirer entraînerait un rejet des autres de la réforme.

Le gros problème pour une personne est de se retrouver à la rue. Pour éviter cela il faut rendre facilement accessible la propriété d’un logement. Avec des moyens limités cela suppose de construire économique.

Un vaste programme de construction de logements économiques, de vrais HLM, rassurerait la population. L’accès à un logement basique sans trop de confort permet de continuer à vivre. La construction de logements simples n’entraîne pas des coûts impossibles à assumer pour le budget d’un Etat hyper endetté.

Les logements spartiates amèneraient naturellement ceux qui en ont les moyens à trouver mieux. Aujourd’hui certains HLM n’ont d’hlm que le nom et sont disputés par la classe moyenne, privant les personnes dans le besoin de vrais logements.
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

18 janvier 2010 à 18:30:25
Réponse #134

Patrick


Je crois que les français sauraient se réformer s’ils étaient sûrs de ne pas payer pour d’autres injustement.
Comme les problèmes se règlent au rapport de force, ceux qui n’en ont pas paient pour les autres. Ainsi certaines catégories bien représentées ou positionnées aux endroits stratégiques (aiguilleurs)  tirent toujours les marrons du feu.
Oui, le Français est prêt au changement, surtout celui des autres catégories socio professionelles qu'il se représente comme "favorisées".

Au demeurant, on peut observer que certaines réformes plus que nécessaires sont sempiternellement remises par peur des blocages.

Si bien qu'on va en arriver à une faillite ineluctable des systèmes d'assurances et de protections sociales car plus de bénéficiaires et moins de cotisants.

Pour les traders et le secteur bancaire, ça va merci.  :(

18 janvier 2010 à 18:42:07
Réponse #135

Nirgoule


Oui, le Français est prêt au changement, surtout celui des autres catégories socio professionelles qu'il se représente comme "favorisées".

Ce n'est pas une fatalité. Je pense réellement que des gens différents peuvent s'entendre. C'est possible dans un petit groupe, s'est plus difficile à l'échelle d'un pays. Surtout si ce pays n'a pas l'habitude des consensus. La confiance ça se gagne, pour cela il ne faut pas avoir l'esprit partisant.
Hélas notre culture repose trop sur cet esprit partisan. "Ne pas baisser son froc", "me pas retourner sa veste", "ne pas trahir les siens" : sont parfois des signes de cet esprit. D'où les conflits incessants.

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

19 janvier 2010 à 09:21:03
Réponse #136

Tengu


Le gouvernement est dans l'impasse, la dette et le deficit explosent.
Les deux seules solutions sont :

- augmenter les impots, chose que Sarko ne peut pas faire (risque de bloquer sa réélection, grondement de la masse surtout après le cadeau du bouclier fiscal,...)
- diminuer les depenses du gouvernement, chose que Sarko ne peut pas faire surtout après son augmentation de 170%, le non remplacement de 1 fonctionnaires sur 2 ne suffira pas.

Mme Largarde nous jure depuis 1 an que la crise est finie, l'économie reposant exclusivement sur la méthode Coué, elle ne peut pas dire le contraire.

Maintenant la vérité, une nouvelle bulle est en train de se créer, c'est la fuite en avant le pied au plancher, la question n'est plus "Va t on se prendre un mur", mais "Quand allons nous percuter ce mur".

Une petite analyse d'un trader qui ne manie pas la langue de bois :
http://www.dailymotion.com/video/xbit8c_un-trader-balance-a-bfm_news

Analyse de Natexis
http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=51136

[EDIT] Ne pas oublier qu'il y a un décalage de 23 mois entre l'entrée au chomage et la fin de droits, donc en 2010 et 2011 de nombresues personnes vont se retrouver avec rien à la fin du mois..  :'(
« Modifié: 19 janvier 2010 à 09:58:44 par Tengu »

19 janvier 2010 à 10:10:33
Réponse #137

vagabond


Qu'on aille dans le mur, c'est une chose mais que ce passe-t-il pour le citoyen lambda (désolé, je peux pas m'empêcher).

Il me semble que des pleurs et des heurts risquent fort de marquer le quotidien de beaucoup, en effet, très peu de gens savent réellement ce qu'est la pauvreté dans son expression la plus dur.

Même ce que j'ai vécu sera une balade dominicale à coté de ce qui risque d'arriver si la société explose (ou implose, le résultat sera le même).

La population est principalement citadine, qu'adviendra-t-il si tous ces gens crèvent de faim ? Et quid du chauffage ? Les infrastructures en déroutent ?

Je ne veux pas peindre un tableau trop noir de ce qui risque de se passer (ce n'est qu'une hypothèse d'évolution), mais il est à souhaiter pour chacun que les choses n'aillent pas trop mal.

Vagabond

19 janvier 2010 à 19:58:37
Réponse #138

gmaz87



[EDIT] Ne pas oublier qu'il y a un décalage de 23 mois entre l'entrée au chomage et la fin de droits, donc en 2010 et 2011 de nombresues personnes vont se retrouver avec rien à la fin du mois..  :'(

Lu ce matin sur ce sujet:
http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/01/18/un-million-de-chomeurs-en-fin-de-droits-en-2010_1293051_3234.html

Un million ça fait un max quand même, quand bien même certains auraient droit au RSA, et à ceux ci vont s'ajouter d'années en années de nouveaux fins de droit, à terme ça risque de soulever le couvercle de la marmite qui bouillonne déjà pas mal.
Ah oui, dernière réflexion, souvent un chômeur= une famille, donc des gosses qui vont eux aussi trinquer, donc quand on dit un million, il faut en fait lire beaucoup plus de gens dans une grande précarité
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

20 janvier 2010 à 10:40:01
Réponse #139

French Kiss


C'est certain, 2010 sera surement encore pire sur le plan economique en Europe, c'est tres bientot qu'on va voir les vrais effets de la crise, les chiffres du deficit ont ete evoques ce matin apres la derniere session du Bundestag, jamais l'Allemagne n'avait connu une telle dette publique depuis l'apres-guerre, pour le deuxieme semestre 2009 elle progresse 85 milliards pour chatouiller un total de 1700 milliards, avec la meme progression celle de la France s'etablit a presque 1600 milliards d'euros, sachant que pour 2015 les projections indiquent un endettement equivalent a 100% du PIB... janvier 2009, les premiers licenciement massifs, c'etait apperemment que le debut, et il faut garder en tete que le tsunami qui nous deferle sur la tronche maintenant trouve son epicentre en septembre 2007, date de l'eclatement de la bulle des subprimes, sachant qu'elle a provoque l'eclatement ou l'alteration successive d'autres secteurs financiers par effet domino en 2008 et 2009.

Pendant ce temps la, la croissance chinoise a encore progresse de 6,5% en 2009, l'Inde (5,1%) et le Bresil (1,8%) s'en sortent apparemment pas trop mal  non plus (mais les chiffres ne sont pas encore completement etablis)
"En cas de morsure de vipère, sucez-vous le genou, ça fait marrer les écureuils." extrait de l'Almanach de Desproges

20 janvier 2010 à 10:58:30
Réponse #140

Tengu


Attention, la croissance chinoise ne repose uniquement que sur une nouvelle bulle du crédit.
D'ailleurs le gouvernement tente de mettre le hola, avant que l'inflation explose.

source : http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=b46ac2aa3a2d3c00470a7f09e04e2280

Citer
La Chine presserait ses banques de réduire le volume du crédit : 

par Jason Subler et Michael Wei

SHANGHAI/PEKIN (Reuters) - Les autorités bancaires chinoises ont demandé à plusieurs grands établissements du pays de réduire leurs prêts pour le reste du mois de janvier, après une récente explosion du crédit, indiquent des médias officiels et des sources bancaires.

La banque centrale a également demandé à plusieurs banques, dont Citic Bank et Everbright Bank de relever leur réserve obligatoire d'un demi-point de pourcentage, ont indiqué des sources bancaires à Reuters.

Pékin s'efforce de garder le contrôle de la croissance du crédit, qui s'est envolé durant les premières semaines de l'année. La banque centrale avait déjà demandé aux établissements bancaires de relever leurs réserves obligatoires.

En 2009, les banques chinoises ont accordé un montant record de 9.600 milliards de yuans de prêts (989 milliards d'euros). Cette tendance, couplée au plan de relance de Pékin de 4.000 milliards de yuans, a permis de relancer l'économie après l'engourdissement de la fin 2008.

Mais le gouvernement craint maintenant la surchauffe. En décembre, l'inflation s'est accélérée "de manière importante" et devrait être en moyenne de 3,0% cette année, a déclaré mercredi, lors d'un forum, Zhu Baoliang, un conseiller économique des services du gouvernement.

Il a ajouté que la banque centrale répondrait sans doute à ces pressions inflationnistes en relevant les taux d'intérêt au milieu de cette année.

Les chiffres de l'inflation en Chine en décembre seront publiés jeudi, jour où seront aussi diffusés ceux du PIB pour 2009.

Le taux d'inflation est attendu à 1,5% en décembre en rythme annuel, selon la moyenne des économistes interrogés par Reuters, contre 0,6% en novembre.

La croissance économique devrait avoir grimpé à nouveau au-dessus de 10% au quatrième trimestre 2009 en rythme annuel, notamment en raison d'une base de comparaison faible, le quatrième trimestre 2008 n'ayant enregistré qu'une hausse de 6,8% du PIB.

"En gros, la banque centrale est en train de dire 'si vous continuez à prêter à ce rythme, nous allons être sévères'", a déclaré une des sources bancaires interrogées.

Le China Securities Journal, publication officielle, cite mercredi des sources bancaires anonymes selon lesquelles certains établissements se sont vu interdire d'accorder le moindre prêt pour le restant du mois.

Un haut responsable de la China Merchants Bank et un autre de l'Agricultural Bank of China ont indiqué à Reuters que leurs banques cesseraient d'approuver l'octroi de prêts jusqu'à la fin janvier.

Un responsable de la Commission chinoise de régulation bancaire a déclaré à Reuters que la vive hausse du crédit lors des deux premières semaines de janvier entraînerait probablement un changement de politique.

L'instance de régulation pourrait recourir à davantage de mesures administratives pour infléchir la croissance du crédit, les mesures prises par la banque centrale n'ayant pas été suffisamment efficaces jusqu'ici, a-t-il ajouté.

Version française Gregory Schwartz, édité par Dominique Rodriguez

20 janvier 2010 à 11:43:14
Réponse #141

French Kiss


C'est vrai que les banques chinoises commencent a avoir qq soucis avec des pecos qui s'imaginent que credit=liberte de claquer son fric sans compter, et vue les opporunites que donne la nouvelle societe de consommation chinoise, il y en a beaucoup. Le gouvernement chinois a aussi inciter les gens qui le pouvait a consacrer 5% de leur budget a l'achat d'or, de facon a mieux securiser le stock d'or chinois dans le pays et par la meme, a securiser l'epargne des chinois qui en ont (de l'epargne).
A noter aussi que la Chine ne megote pas avec les traders de ses banques, il me semble qu'un trader ayant recemment "egarer" l'equivalent de 10 millions de dollars a ete execute... forcemment ca donne a reflechir a ces vampires, imaginez le meme chatiment pour les traders occidentaux, je crois qu'ils reviendraient vite sur terre et qu'ils feraient tout pour ramener le systeme a la raison  :D
"En cas de morsure de vipère, sucez-vous le genou, ça fait marrer les écureuils." extrait de l'Almanach de Desproges

22 janvier 2010 à 17:42:07
Réponse #142

DriGar


Le gros problème pour une personne est de se retrouver à la rue. Pour éviter cela il faut rendre facilement accessible la propriété d’un logement. Avec des moyens limités cela suppose de construire économique.(...)

C'est en cours... Il y a une énorme bulle immobilière en France qui a commencé à se dégonfler et qui devrait exploser sous peu.
Là aussi, ça va faire beaucoup de dégâts pour tous ceux qui ont acheté ces deux dernières années car ils auront payés très cher pour un bien qui va dévaluer de prêt de 30 à 50% !!...

Le lien sur la courbe de friggit ici ...

22 janvier 2010 à 18:16:04
Réponse #143

lambda


En Hollande, de par ici, il y a un truc qui marche pas mal.
Cela consiste à rendre le squat légal moyennant certaines conditions, en gros:

- un proprio à un appartement vide qu'il ne veut pas louer, ou qu'il n'arrive pas à faire louer depuis très/trop longtemps.
plutôt que de laisser son bien se dégrader: humidité, vieillissement de toute l'installation électrique/eau/sanitaire...
il peut laisser une personne ou une famille s'installer dans le logement pour 0 Euros de loyer, à la condition que le ou les occupants maintiennent le truc en bon état, et vident les lieux en cas de nouvelle possibilité de location normale à venir.

- y a une espèce de mini contrat qui s'établi entre les 2 et roulez. en gros ca évite de voir le bien du proprio péricliter,
le squatteur officiel profite du logement, le chauffe, le maintien en faisant les menues réparations nécessaires, à sa charge (typiquement un peu de peinture à faire soi-même, quelques ampoules à changer, ou 2 ou 3 prises de courants, de strucs comme ça...), et les charges eau/électricité sont pour sa pomme...

Bref, une espèce de gardiennege ou tout le monde a à y gagner:
- proprio tranquille, logement par définition surveillé par le squatteur et entretenu,
- locataire avec pas de loyer, moyennant un brin de bricolage...

et ca peut être de grands logement en plus.

C'est plutôt pragamatique je trouve, comme solution...

a+,
Lambda



"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

23 janvier 2010 à 06:59:54
Réponse #144

vagabond


Une tentative de réponse de la faillite des modèles économiques actuels par Gilles BONAFI :

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=16970

Ce n'est pas parfait, mais c'est déjà ça.

Vagabond

23 janvier 2010 à 09:38:43
Réponse #145

Anke


Pour ce qui est du logement, ce n'est pas d'aujourd'hui qu'il y a un pb, et des gens se battent contre ça.
Voir : "La garantie du risque locatif" ( je vous mets un lien à ressituer dans son contexte http://www.clubhabiteo.fr/la-garantie-des-risques-locatifs.html)

23 janvier 2010 à 23:22:32
Réponse #146

Numa


Perso je me dis que le vrai problème c'est le système économique en lui-même, le capitalisme. Alors je me suis demandé s'il y avait vraiment une alternative possible, et je suis tombé sur le PARECON, l'économie participative (voir: http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_participative).

C'est surement utopique, mais c'est peut-être un début de réflexion vers plus d'équité, de justice sociale, un monde meilleur auquel on aspire tous finalement (bon je rêve, je sais...) :-[
« Modifié: 24 janvier 2010 à 00:24:05 par Numa »
Parfois on ferait mieux de se taire et d'écouter... Moi le premier! :)

24 janvier 2010 à 18:15:01
Réponse #147

lepapat


En Hollande, de par ici, il y a un truc qui marche pas mal.
Cela consiste à rendre le squat légal moyennant certaines conditions, en gros:

- un proprio à un appartement vide qu'il ne veut pas louer, ou qu'il n'arrive pas à faire louer depuis très/trop longtemps.
plutôt que de laisser son bien se dégrader: humidité, vieillissement de toute l'installation électrique/eau/sanitaire...
il peut laisser une personne ou une famille s'installer dans le logement pour 0 Euros de loyer, à la condition que le ou les occupants maintiennent le truc en bon état, et vident les lieux en cas de nouvelle possibilité de location normale à venir.

- y a une espèce de mini contrat qui s'établi entre les 2 et roulez. en gros ca évite de voir le bien du proprio péricliter,
le squatteur officiel profite du logement, le chauffe, le maintien en faisant les menues réparations nécessaires, à sa charge (typiquement un peu de peinture à faire soi-même, quelques ampoules à changer, ou 2 ou 3 prises de courants, de strucs comme ça...), et les charges eau/électricité sont pour sa pomme...

Bref, une espèce de gardiennege ou tout le monde a à y gagner:
- proprio tranquille, logement par définition surveillé par le squatteur et entretenu,
- locataire avec pas de loyer, moyennant un brin de bricolage...

et ca peut être de grands logement en plus.

C'est plutôt pragamatique je trouve, comme solution...

a+,
Lambda





Tu n' a pas un lien, sur cette " chose "    ;)
John Wiseman, pardonne-leurs, aux " incultes" de ce forum :D


24 janvier 2010 à 18:16:41
Réponse #148

lambda


Salut Lepapat!
Non, j ai pas ca sous la main, mais je demanderais a mes collegues neerlandais.
a+!
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

24 janvier 2010 à 20:04:07
Réponse #149

Patrick


Perso je me dis que le vrai problème c'est le système économique en lui-même, le capitalisme.
C'est sur la capitalisme a atteint ses limites. Mais bonne chance pour aller expliquer à 1,4 milliard de Chinois, 1,2 milliard d'Indiens et quelques 184 millions de Brésiliens qui sont en pleine croissance que c'est mal et que ça foirera un jour.

Non ?

Un système économique mondialisé et une politique de l'écologie, ça se décrète de façon universelle, sinon ça reste un pêt dans une baignoire.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité