Nos Partenaires

Auteur Sujet: Crise boursiére, bancaire, économique  (Lu 87112 fois)

22 octobre 2008 à 11:49:51
Réponse #75

Fox


La baisse du prix du pétrole peut également être mis en parallèle avec la baisse du prix des matières premières industrielles, comme le cuivre par exemple. (-20%)
Signe que la Chine, considérée comme le moteur de la demande mondiale de pétrole, commence à ressentir les effets de la crise, la croissance de son économie, à deux chiffres depuis cinq ans, est passée sous la barre des 10% en rythme annuel sur les trois premiers trimestres de 2008.
Quand on ne sait pas ce qu'on veut, a dit le portier, on finit par se retrouver avec des tas de trucs qu'on veut pas.

"if you dont know what you want", the doorman said, "you end up with a lot you don't".

22 octobre 2008 à 12:38:10
Réponse #76

Fox


Vrai.
N'oublions pas que la Chine court des risques à voir son taux de croissance trop diminuer...
Quand on ne sait pas ce qu'on veut, a dit le portier, on finit par se retrouver avec des tas de trucs qu'on veut pas.

"if you dont know what you want", the doorman said, "you end up with a lot you don't".

22 octobre 2008 à 12:47:51
Réponse #77

raphael


Ce qui est "rassurant" d'un coté c'est que vu l'ampleur de la crise et surtout l'effet domino, les dirigeants ont su se mettre d'accord pour faire quelque chose. Bon c'est facile de faire tourner la planche a billet.

Par contre je redoute plus que tout le double effet Kisscool, rarefaction des matieres premieres + changements climatiques : là pas de planches a billet magique

et c'est vrai que c'est une aberration de bruler le petrole.

pour finir un petit calcul qui fixe les ordres de grandeurs :

l'energie contenue dans un barril de petrole correspond au travail physique fourni par 12 personnes pendant un an. Si on les paient au smic 12*12*1000 euros

144000 euros = la vraie valeur d'un baril
Se connaitre et s'accepter


22 octobre 2008 à 13:21:30
Réponse #78

Fox


Interessante analyse, Serge!

Merci beaucoup

PS: Serai tu l'incarnation moderne de l'honnête homme du XVII ème siècle?
Quand on ne sait pas ce qu'on veut, a dit le portier, on finit par se retrouver avec des tas de trucs qu'on veut pas.

"if you dont know what you want", the doorman said, "you end up with a lot you don't".

22 octobre 2008 à 13:53:52
Réponse #79

matthioux


Merci à vous 2 (Serge et Fow) pour vos analyse  :doubleup:

22 octobre 2008 à 13:59:22
Réponse #80

raphael


Se connaitre et s'accepter


22 octobre 2008 à 14:30:59
Réponse #81

raphael


serait ce l'occasion pour mettre les choses à plat ? si "on" ne le fait pas après ce genre de crise c'est a désesperer  :'(

Le vent du boulet fait il obligatoirement prendre conscience ?
Se connaitre et s'accepter


22 octobre 2008 à 14:41:14
Réponse #82

Chris-C


je trouve ton analyse interressante Serge, mais quelque chose me dérange.

Tu dis que l'on risque de se rediriger vers un service public dans plusieurs domaine afin de recréer de l'emploi, mais la politique actuelle à ce niveau là montre l'enverse, plus de privatisation et démentellement
progressif du service public.

ce qui voudrait dire que cette "crise" n'était pas prévisible... j'ai du mal à le croire.
ce qui veut dire aussi que c'est la surprise totale et que l'on va stopper le train qui va déjà à belle vitesse, de la privatisation, établir des régles qui brident l'économie "libérale" pour retourner vers le service public que l'on a connu...

si c'est le cas je trouve ça incroyable.

Je n'ai pas d'idée sur l'avenir à ce sujet car pas assez de connaissance, mais je n'ai pas l'impression
que le système économique est prit une si grosse claque que ça.
Les spéculations sur les denrées alimentaires de bases continues et si il se passe la même chose, parceque cela n'est pas prévisible, les conséquences seront bien plus désastreuses.
Mais si toutes ces évenements étaient ou sont prévisibles (ce que je crois) cela implique une préméditation de la misère.
Que quelques boursiers, investiseurs, trader se choppent un ulcère avec ce qu'ils viennent de vivre,
ne m'empêche pas de dormir, par contre que l'on se rapproche de la honteuse limite des 1 miliard d'être humains sous-alimentés, pour satisfaire ces monstres de l'économie qui nous prennent en otage, alors
là pour le coup j'ai du mal à m'endormir....

...effectivement l'atterrissage risque d'être chaotique.............

a+  :)
« Modifié: 22 octobre 2008 à 15:29:37 par plumok »

22 octobre 2008 à 14:52:14
Réponse #83

Pierrot


Citer
Je n'ai pas d'idée sur l'avenir à ce sujet car pas assez de connaissance, mais je n'ai pas l'impression
que le système économique est prit une si grosse claque que ça.

A mon avis, les effets de la crise en question ne se font pas encore sentir pleinement parce que tout le monde veut croire que les gouvernements peuvent encore tout arranger. Ce qui est d'ailleurs le discours tenu.

Pour l'anecdote je me suis bien marré la semaine dernière en entendant à la radio Mme Lagarde déclarer froidement qu'elle était très étonnée de la tournure des évènements et que rien n'avait laissé prévoir l'arrivée de ladite crise.

Moi qui n'y entends pas grand chose, ça fait plus d'un an que je dis que l'économie va se casser la figure.

22 octobre 2008 à 14:58:12
Réponse #84

Petrus


ce qui voudrait dire que cette "crise" n'était pas prévisible... j'ai du mal à le croire.

Les quelques urluberlus qui se risquent à alerter des failles du "système" se sont très souvent fait railler (oiseaux de mauvaise augure, paranos...)
Les gens n'aiment pas entendre des choses désagrèables. Ils préfèrent changer d'analyse (ou de chaîne de télé!)

Cela me fait un peu penser au schéma mental lors d'une agression. La victime ne veut pas réaliser ce qu'elle est en train de vivre: "Non, ce n'est pas possible!" ou " de toutes façons quelqu'un va venir me sortir de là..."
...

Petrus.

Tenez, dans le genre pas sympa à entendre
http://www.manicore.com dernier document ajouté, la conférence chez SPIE

Quand lama fâché, lui toujours faire ainsi!

22 octobre 2008 à 15:08:28
Réponse #85

raphael


il y a des personnes et pas des moindres qui avaient identifié ces derives depuis longtemps

http://maliphane.free.fr/Citations/Warren_Buffet.htm

extrait "il s'est référé à Cendrillon pour se moquer des spéculateurs: «Ils savent que s'ils restent au bal trop longtemps, ils seront transformés en citrouilles ou en rats. Mais, en même temps, ils ne veulent pas perdre une seule minute de la fête. Ils ont tous l'intention de quitter le bal une seconde avant minuit. Le problème, c'est qu'ils dansent dans une salle dont l'horloge n'a pas d'aiguilles.»"
Se connaitre et s'accepter


22 octobre 2008 à 15:23:11
Réponse #86

bison solitaire


Je pense aussi que la crise est attendue depuis longtemps, et qu'elle était prévue, mais que les penseurs, politiques et autres étaient dans un état d'esprit de déni.
Effectivement les leçons du passé n'ont pas été intégrées et digérées, mais il faut dire aussi que c'est un leurre que d'analyser le présent avec le passé: 29, les chocs pétroliers, 2001, maintenant... Tout ça est certainement imbriqué dans une même chronologie, mais il est à mon sens futile de vouloir les étudier distinctement en pensant que les solutions de l'un peuvent servir aux autres: les solutions de A ne valaient que pour A...

22 octobre 2008 à 17:26:55
Réponse #87

bison solitaire


tout à fait d'accord, ne serait-ce que pour comprendre l'enchainement des choses sur toute une période...

22 octobre 2008 à 19:06:16
Réponse #88

Alain Marcel


Citation de: Nirgoule
Discours haineux et catastrophiste
Au contraire, je ne le pense pas. Je l'interprète plutôt comme un cri de colère envers un système où les plus faibles, particuliers, entreprises et pays pauvres seront les premières victimes d'un jeu de casino dont ils ne maîtrisent pas les règles.


En relisant ton fil de présentation, je peux comprendre une partie de ta réaction. Cependant, pourrais-tu développer, s'il te plait ce qui suit :
Citation de: Nirgoule
Si. Je me demande si on ne retrouve pas là, les motivations profondes de certains, à venir sur un site de survie ?

Et celà :
Citation de: Nirgoule
lorsqu'une nouvelle maladie survient gare aux charlatans



22 octobre 2008 à 21:03:03
Réponse #89

Camaro


La crise expliquée de manière simple.     

Voici une explication très simple pour ceux qui essayent de comprendre la crise financière actuelle:

Mme Ginette a une buvette à Bertincourt dans le Pas-de-Calais. Pour augmenter ses ventes elle décide de faire crédit à ses fidèles clients tous alcooliques et presque tous au chômage de longue durée.

Vu qu'elle vend à crédit, Mme Ginette voit augmenter sa fréquentation et en plus, elle  peut augmenter un peu les prix de base du "calva" et du ballon de rouge.

Le jeune et dynamique directeur de l'agence bancaire locale pense que les ardoises du troquet constituent après tout des actifs recouvrables et il commence donc à faire crédit à Mme Ginette, avec les dettes des ivrognes comme garantie.

Au siège de la banque des "traders" avisés transforment ces actifs recouvrables en CDO, CNO, SICAV, SAMU, OVNI, SOS et autre sigles financiers que nul n'est capable de comprendre.

Ces instruments financiers servent ensuite de levier au marché actionnaire et conduisent au NYSE, à la City de Londres, à la bourse de Francfort, et de Paris, etc... à des opérations de dérivés dont les garanties sont totalement inconnues de tous (c-à-d les ardoises des ivrognes de Mme Ginette).

Ces dérivés sont alors négociés pendant des années comme si il s'agissait de titres très solides et sérieux sur les marchés financiers de 80 pays.

Jusqu'au jour où quelqu'un se rend compte que les alcolos du troquet de Bertincourt n'ont pas un rond pour payer leurs dettes.

La buvette de Mme Ginette fait faillite et ... le monde entier l'a dans le c...
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ... mais parfois ca fait vachement mal.

22 octobre 2008 à 22:32:06
Réponse #90

Biggy


Citer
les garanties sont totalement inconnues de tous
Je dirais que c'est pire que ca: on pourrait connaître le degré de solvabilité des dérivés, mais il faudrait prendre la peine de faire des recherches. C'est plus facile de "faire confiance" ::)

"Dettes d'ivrognes", c'est un peu plus compliqué que cela, au début, pour réaliser le premier crédit, la solvabilité était bien là. C'est de faire travailler le produit et non le bien qui est risqué dans le temps (=et qui peut aussi rapporter).

Plus le dérivé est complexe, plus il est intéressant (d'un point de vue spéculatif).

On pourrait aussi parler de l'effet moutonnier dans cette crise. Pas seulement chez les traders, les brokers et les investisseurs, mais aussi (et surtout, enfin, c'est mon point de vue) chez les boursicoteurs.

24 octobre 2008 à 16:37:48
Réponse #91

Nirgoule


Au contraire, je ne le pense pas. Je l'interprète plutôt comme un cri de colère envers un système où les plus faibles, particuliers, entreprises et pays pauvres seront les premières victimes d'un jeu de casino dont ils ne maîtrisent pas les règles.
Bonjour, je te réponds.
1. Je suis d'accord qu'il s'agit d'un cri de colère. Je pense simplement qu'on peut aller au delà et essayer de réfléchir 3 s.
En revanche le "système" apporte quelques avantages que nous ne pouvons honnêtement oublier : jamais dans l'histoire la durée de vie n'a été aussi longue, ni le niveau de vie aussi élevé "en moyenne". Quelques exceptions dont les causes seraient à discuter sans tabou : pays africains,... Le reste de la planète vit mieux et plus lontemps. Un chinois, un indien, un brésilien, un sud-africain en parleraient mieux que nous.

En relisant ton fil de présentation, je peux comprendre une partie de ta réaction. Cependant, pourrais-tu développer, s'il te plait
2. Je connais un peu une banque. Cela m'autorise à dire que toutes ces entreprises n'ont pas pour seul objectif le pillage de leurs clients. Comme beaucoup je pense que de meilleurs contrôles devraient améliorer la fiabilité des opérations financières et éviter de mettre sur le carreau des millions de personnes.

3. Sur les motivations de certains à s'intéresser à la survie c'est un autre débat, introspectif qui s'applique à tous. Il y a de l'angoisse, de la sensibilité et le désir de maîtriser son environnement, etc.  Cela apparaît souvent dans nos réponses.

4. Lorsqu'une nouvelle maladie survient, les réponses médicales manquent pendant un temps. Profitant de ce vide, un marché se crée rapidement entre ceux qui ont des attentes de réponses et ceux qui ont flairé la bonne affaire. Parmi ces derniers il y a des charlatans et d'authentiques chercheurs.
Pour la crise qui peut être assimilée à une maladie, je pense que c'est la même chose. Il manque une réponse claire à "que s'est-il passé", "est-ce acceptable" " que peut-on faire".

Il y a des offres de réponses claires et simples pour ne pas dire simplistes. Par exemple, il est clair et simple de dire : "c'est un scandale, faut tout mettre par terre". "Répartir les richesses, faire payer les riches, donner aux pauvres". "Pour cela votez pour moi".

J'espère avoir été plus clair.

Bonne journée.

« Modifié: 06 mai 2009 à 10:59:27 par Nirgoule »
« Hier la journée a été dure. Si vous voulez en parler pour évacuer, c’est mon boulot »
« On voudrait du lubrifiant et des piles . Je me sentirai moins stressé si j’en avait, m’sieur »
Generation Kill

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

25 octobre 2008 à 11:30:23
Réponse #92

Biggy


Rappel: 98% d'économie spéculative et 2% d'économie productive.

Citer
"est-ce acceptable"
je formulerais bien une réponse simpliste ::)

Citer
que peut-on faire
là aussi ;D

Citer
que s'est-il passé
pour cette question au moins, la réponse existe, et est assez simple.

Citer
Je connais un peu une banque. Cela m'autorise à dire que toutes ces entreprises n'ont pas pour seul objectif le pillage de leurs clients
c'est les gros clients qui font tourner une banque, pas les petits (ya pas beaucoup de banques de détail avec une majorité de petits clients). C'est les mêmes gros clients qu'il faut contenter quand ca va mal, pas les petits. Visiblement, on connaît pas la même banque ;D

25 octobre 2008 à 15:07:30
Réponse #93

Bison


Bonjour,
Citation de: Nirgoule
En revanche le "système" présente quelques avantages que nous ne pouvons honnêtement oublier : jamais dans l'histoire la durée de vie n'a été aussi longue, ni le niveau de vie aussi élevé "en moyenne".

Tu es sûr que c'est la partie "spéculation financière" de notre système qui est responsable de l'élévation du niveau de vie?

J'aurais plutôt tendance à mettre cela sur au crédit du travail de millions milliards de petites fourmis ... de l'ouvrier au chercheur en passant par le paysan qui trimment chaque jour sans "jouer" en bourse ... et qui paient bien cher leur emprunt hypothécaire.
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

25 octobre 2008 à 15:49:36
Réponse #94

Bartlett


Je pense qu'il parlait du systéme capitaliste dans son ensemble qui ne peux se passer ni de banques , ni de la bourse.

La bourse ou les banques servent a morceler le risque.

Il y a eu un autre systéme en vigueur qui a éliminé ces acteurs pour faire le bohneur de millions de petites fourmis a l'est du rideau de fer.

Ca ne leur a pas trés bien réussi. :closedeyes:
Hard habits are hard to kill. If you don't kill them, they kill you.

25 octobre 2008 à 16:17:52
Réponse #95

Bison


Hmm ...

Je ne suis pas économiste, mais puisque les économistes n'y comprennent de toute façon rien grand chose, autant dire c que je pense ... Et je pense que le système capitaliste n'a besoin de la spéculation boursière, en tout cas pas de la spéculation "à découvert" (j'ai oublié les termes techniques ...) ni de la spéculation à la baisse ... (Je vends aujourd'hui une action que j'achèterai demain ...)

La technologie moderne a permis un développement effréné de cette spéculation, au niveau mondial, et ce n'est pas cela qui a créé une richesse quelconque. Ce sont les fourmis qui créent la richesse ...

Quant aux fourmis de l'Est, je ne suis pas sûr qu'elles soient vraiment enchantées du changement de système ... D'une dictature (Les tsars) à l'autre (Staline) et à encore une autre (Poutyne) ... aucune n'a vraiment constitué un système économique "honnête".

Mes deux cents ...
Flûte, les derniers! :(
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

25 octobre 2008 à 19:15:56
Réponse #96

Bartlett


Citer
Je ne suis pas économiste

Pareil.

Citer
Et je pense que le système capitaliste n'a besoin de la spéculation boursière, en tout cas pas de la spéculation "à découvert" (j'ai oublié les termes techniques ...) ni de la spéculation à la baisse ... (Je vends aujourd'hui une action que j'achèterai demain ...)       

Les événements prouvent qu'il y a quelque chose qui ne va pas effectivement. Mais attention de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain ou de se tromper de cible.

J'ai suivi les les émissions de c dans l'air sur cette crise.Il me semble que les économistes (pas les politiques) considérent qu'il n'y aucune différence entre l'économie dites rélle et l'économie dites spéculative.


Citer
Quant aux fourmis de l'Est, je ne suis pas sûr qu'elles soient vraiment enchantées du changement de système ... D'une dictature (Les tsars) à l'autre (Staline) et à encore une autre (Poutyne) ... aucune n'a vraiment constitué un système économique "honnête".

Je trouve que le traitement médiatique qu'on a sur la Russie actuelle est injuste et inexact.Poutine est extrémement populaire et gagnerait n'importe quel elections libres.
Le systéme actuel Russe n'est pas parfait mais il est quand méme largement démocratique par rapport a tout ce qu'ils ont connu avant.


 





Hard habits are hard to kill. If you don't kill them, they kill you.

27 octobre 2008 à 20:58:45
Réponse #97

lepapat


Au fait, j' ais une " traider " au USA qui m' a conseillée de ne rien acheter, ni vendre, et ce là pendant 1 mois, en bourse  ;). Conseil valable pour tous  ;)
John Wiseman, pardonne-leurs, aux " incultes" de ce forum :D


28 octobre 2008 à 17:01:11
Réponse #98

Nirgoule


Bonjour,
Tu es sûr que c'est la partie "spéculation financière" de notre système qui est responsable de l'élévation du niveau de vie?
J'aurais plutôt tendance à mettre cela sur au crédit du travail de millions milliards de petites fourmis ... de l'ouvrier au chercheur en passant par le paysan qui trimment chaque jour sans "jouer" en bourse ... et qui paient bien cher leur emprunt hypothécaire.

Bison, excuse-moi pour le retard.

Je suis OK, la spéculation est un détournement de la bourse qui, à l'origine, est un moyen de financement et de participation en même temps. Et la bourse elle même est une partie de l'économie, une partie seulement.
Je ne suis pas mécontent que cette économie très spéciale s'en prenne un bon coup. Mais je m'arrête là.  :glare:

« Hier la journée a été dure. Si vous voulez en parler pour évacuer, c’est mon boulot »
« On voudrait du lubrifiant et des piles . Je me sentirai moins stressé si j’en avait, m’sieur »
Generation Kill

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

28 octobre 2008 à 22:33:36
Réponse #99

Biggy


Citer
Il me semble que les économistes (pas les politiques) considérent qu'il n'y aucune différence entre l'économie dites réelle et l'économie dites spéculative.
Pour les néo-conservateurs oui. C'est les premiers à râler d'ailleurs.

Quand on parle de systèmes économique, on se cantonne souvent à une opposition écnnomie de marché / économie de plan. Mais économie de marché n'est pas forcément liée à spéculation. Et j'irai même plus loin: bourse n'est pas forcément liée à spéculation. Je pense que tout est une affaire de proportion.

Un peu comme gonfler un ballon. L'enveloppe, c'est l'économie productive, l'air, l'économie spéculative. Ca gonfle jusqu'à un certain point. Si ca gonfle trop, la capacité de l'enveloppe est dépassée, elle explose, car elle ne peut amortir indéfiniment une pression grandissante. D'un autre côté, un ballon sans air, c'est vachement limité.

Actuellement, ce ne sont pas tant les causes qui m'affolent que les mesures prises pour lutter contre la crise. On met du fond de tein sur les joues du malade pour lui donner bonne mine. Et je trouve le prix du fond de tein assez élevé pour son effet réel.
« Modifié: 09 novembre 2008 à 15:57:27 par Biggy »

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité