Nos Partenaires

Auteur Sujet: Crise boursiére, bancaire, économique  (Lu 87113 fois)

28 septembre 2008 à 15:23:57
Réponse #25

b@s


Oui mais ça c'est sans compter sur une certaine réalité, les parents âgés à 200 km, les enfants jeunes qu'il faut aussi gérer les problèmes de santé et les éventuels traitements, etc...

dans mon cas perso non : je me rapprocherai de la famille et pourrais aider plus facilement, pas de mômes...

je sais bien que ce n'est pas parfait mais je crois que c'est plus sain comme vie, et plus épanouissant (mais paz forcement plus facile)

28 septembre 2008 à 20:09:57
Réponse #26

lepapat


Par contre, pour ceux qui habite en ville, sans jardin, ect; ce là vas être la " m*rde "  :glare:
John Wiseman, pardonne-leurs, aux " incultes" de ce forum :D


28 septembre 2008 à 22:47:41
Réponse #27

yoann


Par contre, pour ceux qui habite en ville, sans jardin, ect; ce là vas être la " m*rde "  :glare:

et surtout ceux sans amis !

29 septembre 2008 à 15:56:43
Réponse #28

dolgan


Je confirme que les comptes courants sont "assurés" jusque 70000euros (dans la majorité des cas en france. apparement ING ça serait 20000euros). ça veut dire qu'en cas de faillite dans une banque, on récuperera au max 70 000euros. (normalement, si il n'y a plus de sou dans le fond de garantie, c'est l'état qui prend le relais.)
En cas d'épargne importante, il faut donc la répartir entre plusieurs enseignes (et non pas agence, sinon la garantie sera la même) afin d'être remboursé de 70 000euros dans chaque société.


Apparement, il y a aussi un truc vache: en cas de problème dans une banque,elle peut fermer ses guichets pendant plusieurs semaines pour empêcher les gens de vider leurs comptes.

J'entendais à la radio un banquier qui disait que chacun devrait avoir chez soi un bas de laine permettant de de tenir 3mois sans autre apports de liquidités. hyper rassurant. surtout quand il ajoute que si on en venait à en avoir besoin, cet argent serait complétement dévalué (mais il vaudrait toujours plus que 0).

29 septembre 2008 à 16:37:21
Réponse #29

Nirgoule


Plusieurs banques risquent la faillite, celles qui ont acheté des subprimes ainsi que celles qui ont prêté à ces dernières. Cela étant, on observe que les Etats viennent systématiquement s'interposer pour couvrir les clients. Jusqu'à maintenant il n'y a pas eu de casse côté client. il y a tout lieu de penser que cela va continuer par nationalisation ou prise de participation.

Le problème qui se greffe là dessus, c'est que les banques n'ont plus confiance entre elles, se soupçonnant mutuellement de détenir du subprime et donc d'être à un moment dans l'incapacité de rembourser (absence de liquidité) ses clients ou ses prêteurs. C'est pour cela que Fortis plonge, personne ne veut lui prêter, en dehors des Etats. Attitude irrationnelle car les subprimes ne sont qu'une petite partie des valeurs existantes.

C'est pour cela que les banques traditionnelles (avec des comptes en banque de particuliers ou d'entreprise type BNP-Paribas) appelées "banques de détail" apparaissent comme mieux résistantes à cette crise. Par opposition aux banques d'investissement type Lehman Brothers. Ces dernières sont lâchées par les Etats alors que les premières sont couvertes car derrière il y a des millions de clients.

C'est une crise du système financier, pas une crise de production. Les Etats espèrent donc rapidement revendre ces sociétés nationalisées une fois remises en état. Car l'économie Terre est en plein boum, avec des taux de croissance très importants. Les Etats ne se mouillent pas sans raison, ils savent que ces sociétés sont rentables. Mais pour cela il faut que la confiance revienne. Et c'est là le hic.

Moi ce qui me plait dans cette crise c'est de voir ces experts prévisionnistes, ces pontes de la finance, ne pas pouvoir prédire quoi que ce soi. Ils sont de simples hommes étonnés et désarmés. L'arrogance s'est envolée reste la prudence et le doute.



« Hier la journée a été dure. Si vous voulez en parler pour évacuer, c’est mon boulot »
« On voudrait du lubrifiant et des piles . Je me sentirai moins stressé si j’en avait, m’sieur »
Generation Kill

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

30 septembre 2008 à 06:56:17
Réponse #30

gmaz87


Bjr,

Ouais sauf que maintenant nous sommes dans l'effet "domino", chaque banque qui plonge un peu plus, plombe les autres et par suite toute l'économie.

Pas de liquidités= pas de prêts, donc les entreprises vont aussi tomber.

En ce qui concerne "la garantie de l'Etat", c'est un joyeux pipeau, vu les finances de la Nation.
Pour ceux qui doutent encore, regardez la vitesse de chute des places boursières hier, et sans doute aujourd'hui.

Toutes les banques, y compris celles de détail, ont voulu faire de la finance et du fric facile, avec notre argent d'ailleurs, et là elles se vautrent à la vitesse grand V.

Le maitre mot actuel semble être silence radio pour ne pas affoler les foules, mais quand les premiers vont se presser aux guichets pour récupérer leurs billes, gaffe à la panique.

Les parlementaires US ont rejeté le "plan" de sauvetage, ça va saigner aujourd'hui sur les places boursières

Si les banques plongent , l'économie itou, puis le système se bloque , la bouffe ne circule plus, le reste non plus d'ailleurs, la panique s'installe et en 2/3 jours c'est le bo..el

Ah oui, dernière remarque, pour ceux qui douteraient de la puissance de cette crise, il y a un facteur qui ne s'était jamais rencontré depuis la grande Dépression aux USA, c'est la première fois depuis cette date ou à la foisles bourses et le marché immobilier plongent en même temps....

Habituellement les capitaux naviguent de l'un à l'autre, et là , nada!!!

Donc soit ils sont planqués au chaud, soit ils ont disparu, pas d'opinion à ce sujet, juste un simple constat
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

30 septembre 2008 à 07:15:06
Réponse #31

gmaz87


Ah oui une donnée sur la "garantie d'état"
Selon les chiffres de la poste en 2006, il y avait + de 45 millions de livrets en France, avec un dépôt moyen en gros de 2300 euros, faîtes le calcul, c'est vertigineux si il faut rembourser
Et ce, sans parler des comptes bancaires de base.....
Donc je confirme, garantie d'Etat= Mission impossible
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

30 septembre 2008 à 15:48:25
Réponse #32

French Kiss


Pour repondre a ceusse qui se demandent ce que deviendra leurs euros en cas de crise grave et prolongee:
que ces roros soient en liquide sous le coussin de belle-maman ou sur un compte en banque, cet argent la ne vaudra plus grand chose, vous pourrez toujours y acceder et l'utiliser pour faire du feu... quand les biens de grandes consommation deviendront inaccessibles, les vraies richesses seront de nouveau celles qu'on peut faire pousser de terres arables (enfin ce qu'il en restera apres les OGM, les pesticides et autres joyeusetes qui polluent les cours d'eau et les nappes phreatiques).

De toute facon, si on veut bien regarder plus loin que le bout de ses pompes, comme dans 2 ou 3 decennies on aura exploite, a peu de choses pres, toutes les richesses des sous-sols de la planete, avec la fin de l'ere industrielle, effectivement mieux vaut prevoir une petite retraite campagnarde dans le Diois :D
"En cas de morsure de vipère, sucez-vous le genou, ça fait marrer les écureuils." extrait de l'Almanach de Desproges

30 septembre 2008 à 17:23:39
Réponse #33

dolgan


et si on mets un "pick oil"  en avance (comme on sait pas vraiment quand il va nous tomber dessus) en 2009 pour faire bonne mesure? :bang:

sortez les  :calin:  et les  :camo:  :sgt: .    :(

30 septembre 2008 à 17:53:21
Réponse #34

vik


je ne comprend pas:
pourquoi mettre votre argent en banque? on doit payer la banqu mais elle nous fait fructifié l'argent en banque mais pour ses bénéfice, on perd plus d'argent qu'on en gagne non?  :huh:
et au moins si elle ferme on a tout chez soi (d'accord c'est pas top mais ca evite les cas cité ci-dessus

juste ce que je comprend pas
si vous pouvez m'éclairer, merci beaucoup :)

30 septembre 2008 à 18:09:18
Réponse #35

Chris-C


salut à tous,

merci pour ces réponses et les explications

je viens d'écouter l'émission de Daniel Mermet sur le sujet, elle sera disponible sur son site dés demain,
pour ceux que ça intéresse: http://www.la-bas.org/

French Kiss, tu dis que si l'argent ne vaut plus rien, il n'est pas utile de le garder chez soi, mais rien n'est
définitif, le jour ou il reprend de sa valeur mieux vaut l'avoir gardé au fond du jardin.
Je crois pas que nos gouvernements, après n'importe qu'elle crise, laisseraient tomber l'économie.

Pour ce qui est des points de vu du style autarcie, je rejoins French Kiss, le dérèglement climatique et
l'état de la planète ne vont pas être très clément pour les jardiniers en herbes, je vous transmet ce texte du paysan dont j'ai déjà parler sur le post des AMAP pour que vous preniez bien conscience, de
la difficulté de tenir un potager quand les saisons n'existent plus....... (*)

Je crois aussi, qu'il est facile de dire vivement que ce système ce casse la gueule, ça irait mieux après,
je l'ai tellement souhaité et rabâché, mais entre le avant et le après comme le dit Patrick, qu'elle misère?
et pour qui? et combien de temps?

Je bosse dans un centre commercial, et je vois les gens ce battre et s'insulter, pour un litre de carburant, un paquet de farine ou une place de parking, alors je les imagine lâcher comme une horde de con affamés débarquer dans mon petit jardin, me demandant poliment quelques patates pendant qu'il feront griller mon chien sur le barbecue...

Pour en revenir à la crise actuel ce qui m'inquiète c'est pas de plus avoir de sous, mais plutôt de ne plus avoir de sous et d'en devoir à la banque d'ou le soucis du crédit, j'ai rien lu la dessus et je pense pourtant qu'on doit être plus d'un concerné,je vais aller refaire un tour sur le site proposé par Bikeman, découvert juste avant de créer ce post, mais sa faisait un peu foutoir.

bref comme Serge, je jubile pas, même si j'aime pas cette sorte de prise d'otage entre les banques et l'état qui joue avec le résultat de notre travail,de nos vies et qui les mettent en danger derrière les beaux discours.

le monde économique s'écroule  ;)

(*) extrait texte 1:

L'été se termine, bientôt la rentrée des classes et pour nous le bilan est mitigé :
 
A la fin du printemps inexistant, nous vous avons parlé des semis de courges... Cette année, nous avions mis en culture une plus grande diversité et quantité de ces cucurbitacées.
A la plantation, nous avions pris soin de leur laisser beaucoup d'espace pour qu'elles s'étendent et nous donnent de beaux fruits.
Finalement, deux mois après, la récolte n'est pas si bonne que l'on avait espéré. La chaleur soudaine et forte n'a pas laissé les plantes se développer suffisamment avant la floraison. Et ce n'est pas parce que nous avons planté trop tard puisque l'an dernier, nous avions planté exactement à la même période.
 
Cette semaine, nous avons planté des salades, mesclun et herbes asiatiques. Pour compléter le tunnel, M.... et M..... ont semé des navets sur une partie. Une heure après, B..... arrive avec son semoir pour les radis, il fait un aller, et au retour, il voit les petites graines qui s'en vont... En y regardant de plus près, c'était des colonies de fourmis qui emportaient leurs réserves pour l'hiver !
Une moitié de tunnel semée à recommencer : 3 h de boulot et des graines gaspillées...
Nous espérons qu'elles n'ont pas fait de même avec les carottes et les oignons semés en début de semaine...


extrait texte 2

Chers amis,
 
    Aujourd'hui je suis triste. Et dans cet état j'emmène avec moi toute l'équipe de C..........
 
    La situation de C..... m'impose la séparation d'un groupe de distribution.
    
    Pour un même nombre de paniers, la situation économique est décevante : les coûts ont changé !
    
    D'autre part, il faut se rendre à l'évidence : la dureté de cette campagne - Pas de printemps, peu d'été et un automne froid qui commence tôt - m'amène à réaliser que nous sommes au seuil maximum de production et que nous avons l'impression que si la nature ne nous sourit pas, c'est tout notre travail qui est remis en cause.
 
 

« Modifié: 12 janvier 2011 à 14:40:30 par plumok »

30 septembre 2008 à 18:19:36
Réponse #36

Chris-C


je ne comprend pas:
pourquoi mettre votre argent en banque? on doit payer la banqu mais elle nous fait fructifié l'argent en banque mais pour ses bénéfice, on perd plus d'argent qu'on en gagne non?  :huh:
et au moins si elle ferme on a tout chez soi (d'accord c'est pas top mais ca evite les cas cité ci-dessus

juste ce que je comprend pas
si vous pouvez m'éclairer, merci beaucoup :)

Salut Vik,

ben parceque on nous l'a proposé en echange une facilité de transaction et de gestion.
Il est agréable d'avoir une carte banquaire pour les facilités de paiement, pour acheter une voiture plus sympa d'avoir un chèque de banque que d'aller chez le marchand avec la valise bourret de billets.
Le monde économique que l'on connait fonctionne grace a ça.... pas sur que ce soit que dans notre intêret.
Plus facile pour faire tes courses sur internet aussi.
Pour les remboursement de l'assurance maladie...ect
Il y a plein de raisons, de la facilité d'utilisation à l'obligation aussi.
Si tout va bien sur un compte courant, si tu gagnes pas d'argent tu n'en perds pas non plus.

a+  :)

30 septembre 2008 à 19:11:47
Réponse #37

L'Yéti


je ne comprend pas:
pourquoi mettre votre argent en banque? on doit payer la banqu mais elle nous fait fructifié l'argent en banque mais pour ses bénéfice, on perd plus d'argent qu'on en gagne non?  :huh:
et au moins si elle ferme on a tout chez soi (d'accord c'est pas top mais ca evite les cas cité ci-dessus

juste ce que je comprend pas
si vous pouvez m'éclairer, merci beaucoup :)
Pour compléter la réponse du dessus, une banque reste tout de même plus sûre pour conserver mon argent que mon habitation.

A+
L'Yéti.

30 septembre 2008 à 20:06:05
Réponse #38

Patrick


Les gars et les filles, j'ai une mauvaise nouvelle, le prix du terrain dans le Diois vient soudainement de trippler  ;D

Juste une question, que se passe t'il pour les crédits maisons en cours dans les banques qui feraient faillite, si ses avoirs sont tout simplement liquidés et non rachetés ?

30 septembre 2008 à 20:19:33
Réponse #39

L'Yéti


Juste une question, que se passe t'il pour les crédits maisons en cours dans les banques qui feraient faillite, si ses avoirs sont tout simplement liquidés et non rachetés ?
Je ne sais plus où j'ai lu ca mais les créances sont reprises de toute façon :(

A+
L'Yéti.

30 septembre 2008 à 20:23:56
Réponse #40

Patrick


Je ne sais plus où j'ai lu ca mais les créances sont reprises de toute façon :(

A+
L'Yéti.
Tu n'as plus de pognon parce que ta banque est down mais tu dois quand même payer, c'est cool ça  :bheurk:

01 octobre 2008 à 06:55:45
Réponse #41

Anke


J'ai du mal à comprendre le truc des banques.
Mais je me pose la question suivante :
Si l'argent de vaut plus rien, il va falloir faire marcher la planche à billlets non ?
Donc une bagutte peut alors couter 100 euros.... Ne serait-il pas malin de rembourser ses crédits du coup ( avec de l'argent qui ne vaut plus rien ) ?

01 octobre 2008 à 08:54:00
Réponse #42

L'Yéti


Le problème dans ce cas là est que le remboursement crédit est revu
à la hausse avec le même facteur multiplicatif  :blink:
Je ne comprends pas bien ce que tu veux dire.

Si tu dois un certain montant à un taux fixe, comment le montant pourrait-il être revu à la hausse?

Si il y a inflation sans inflation des salaires, c'est la que le crédit pèse plus fort sur tes dépenses (gros problème d'abord pour les revenus modestes ayant contracté un ou +ieurs crédits) mais tu ne dois pas plus d'argent. AMHA.

A+
L'Yéti.

01 octobre 2008 à 08:57:50
Réponse #43

manu3259


Salut,
C'est vrai que si l'inflation devient très forte, il serait théoriquement intéressant de faire un crédit pour acheter une maison, un terrain avant cette inflation. Mais d'un coté si la baguette coute 100 €, je pense pas qu'il te reste assez à la fin du mois pour rembourser tes traites.
Pour l'or, c'est surement un bon placement, vu qu'il perdra dans tous les cas moins de valeur que les billets, (toujours en cas d'inflation galopante).
Sinon pour ceux qui n'ont pas trop de moyens, je me demande si il vaut pas mieux essayer d'entrer en location de maison plutot que de faire un prêt pour en acheter une. Il vaut mieux se faire expulser d'une maison dont tu es locataire plutot que propriétaire... :)
"Les primevères et les paysages ont un défaut grave: ils sont gratuit. L'amour de la nature ne fournit de travail à nulle usine" Aldous Huxley

01 octobre 2008 à 09:18:07
Réponse #44

pieton


Si l'argent de vaut plus rien, il va falloir faire marcher la planche à billlets non ?
En fait ces l'inverse: c'est parce que la planche à billet va fonctionner que la monnaie ne va plus rien valoir. Mes au final la baguette vaudra bien 100€, après tout y a bien une époque où elle valait 100 (anciens) francs.

01 octobre 2008 à 09:23:21
Réponse #45

Maximil


Sinon pour ceux qui n'ont pas trop de moyens, je me demande si il vaut pas mieux essayer d'entrer en location de maison plutot que de faire un prêt pour en acheter une. Il vaut mieux se faire expulser d'une maison dont tu es locataire plutot que propriétaire... :)
Il faut être riche pour se permettre de donner de l'argent tous les mois à son proprietaire. A la première occasion, l'achat est préférable en règle générale. Ne serait-ce que parcequ'une fois les interêts remboursés, l'argent versé est récupérable à terme. Et puis si les banques font faillite, y'aura personne pour venir te mettre dehors, contrairement au proprietaire  :lol:

Ah l'économie. Un des seuls sujet avec la politique où TOUT le monde a son opinion même s'il n'y connait absolument rien  :)
Citer
Si l'argent de vaut plus rien, il va falloir faire marcher la planche à billlets non ?
L'argent ne vaut quelque chose que grâce à la confiance qu'en ont les usagers, point barre. Il n'y a plus de contrepartie monétaire (étlon-or abandonné dans les années 71). Donc si les gens pensent que l'argent ne vaut plus rien, mettre la machine à billet en route ne fera que renforcer cette croyance etc... c'est ce qui se passe à chaque crise en fait. Même dans l'alimentaire: si les gens pensent ques les supermarchés vont être en pénuries, ils se précipittent pour tout vider. Et il n'y donc plus rien, les gens sont donc contents car ils ont pu (pour certains) anticiper cette pénurie. Sauf que s'ils avaient gardés confiance, il n'y aurait pas eu de soucis.
Bref, "la planche à billet" n'est pas une solution viable si l'argent ne vaut plus rien. Ce sera une conséquence, mais certainement pas une solution. De toutes façons, une fois la planche à billet mise en route, il faudra après réévaluer la monnaie (100€ = 1€ après etc. on a déjà connu ça quelque fois en france  ::) comme dans beaucoup de pays).

Patrick: tout dépend de la crise, si elle est locale ou plus étendue. Il arrive que les prêts soient purement et simplement oubliés.

A revoir: la crise économique d'argentine de 1998 à 2000: pas mal d'enseignements à tirer sur ce que pourrait devenir votre compte en banque  :'( Heureusement, l'euro est plus lourd que le pesos argentin mais bon, à l'échelle mondiale, un chiffre informatique ou un bout de papier imprimé, ca vaut pas un kopec.


A noter: l'Etat a fait une belle bêtise qui lui avait déjà couté très très cher: les emprunts d'Etat indéxés sur l'Or. VGE avait merdé sur ce coup-là, et on a refait la même chose, youpi :)
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

01 octobre 2008 à 10:55:15
Réponse #46

Pierrot


Citer
Pour ma part je pense que les dirigeants politiques et financiers trouveront la solution (si elle existe) même si la crise est inédite.

La solution est simple, faire payer au contribuable les errances des banquiers...... :'(

Au fait le titre du fil comporte une coquille mais qui va trés bien avec le sujet : crise bousière  :lol:

Edit de Maximil: corrigé, merci ;)
« Modifié: 01 octobre 2008 à 11:19:56 par Maximil »

01 octobre 2008 à 14:26:21
Réponse #47

Berhthramm


bin moi j'ai pas grand chose en possession et pas beaucoup de dettes non plus remarques...

bon bin je vais finir de fabriquer ma tente... (une saxonne prévue pour 5 ou 6)...


02 octobre 2008 à 12:56:30
Réponse #48

Fox


Tout le monde s'inquiète : mon argent est-il en sûreté dans une banque, faut-il le retirer ?

Les gros titres les plus alarmants font les unes des journaux financiers. "Course contre la montre pour éviter le chaos financier" pour Les Echos. "Les banques craquent" pour La Tribune. "L'Irlande se trouve prise dans la crise financière mondiale" pour The Wall Street Journal Europe."La garantie bancaire irlandaise pose la question de l'aide de l'Etat" pour le Financial Times.

La presse grand public est plus prosaïque et terre à terre : que se passe-t-il si ma banque fait faillite ? Faut-il retirer son argent ?

Première question : lorsque ma banque fait faillite, la Fédération bancaire française (FBF) m'indique que mes dépôts d'espèces ou de titres sont couverts jusqu'à concurrence de 70 000 euros par déposant et par établissement. Sachant que tout être sensé ne dépose pas tous ses oeufs dans le même panier (précaution valable même pour les mammifères), cela rassure... un peu.

Quand le très rare devient trop fréquent
Plus inquiétant, cependant, le Fonds de garantie des dépôts a été créé spécialement pour protéger contre un risque de défaillance "heureusement très rare", nous apprend la documentation de la FBF. Si le "très rare" se multiplie, on est en droit de se demander si la garantie fonctionnera. Dans la pratique ce sera plutôt la nationalisation. Si le bastion du capitalisme que représentent les Etats-Unis y recourent, pourquoi pas l'Europe ?

La deuxième question, "faut-il retirer son argent ?" est stupide. Elle a hélas été posée mardi à la une d'un quotidien économique français que je ne citerai pas par charité. Impossible de retirer son argent, on ne peut pas. En tout cas pas 70 000 euros cash. Tout le monde sait que retirer impulsivement plus de 1 000 euros dans une banque de guichet est une mission impossible. Il faut commander ses coupures la veille, et le montant est assez limité. Retirer 70 000 euros vous prendra de 35 à 70 déplacements, soit un mois et demi et de nombreux coups de téléphone. Sans compter que cela vous vaudra l'animosité du caissier et le regard excédé des gens qui font la queue.

La dématérialisation outrancière
Motif invoqué par les banques pour les restrictions de coupures : la crainte d'un braquage. Pratiquement, les paiements par carte (plastic money comme disent les Anglo-saxons) se sont multipliés, diminuant l'usage des espèces. Aujourd'hui, si vous présentez un billet de 500 euros, on vous regarde comme si vous étiez un trafiquant de drogue (attitude réservée au porteur de sexe masculin), une prostituée (attitude réservée au porteur de sexe féminin d'âge ad hoc), ou une mère maquerelle (attitude réservée au porteur de sexe féminin d'âge trop avancé et donc justifiant un poste d'encadrement dans le plus vieux métier du monde).

La dématérialisation de la monnaie conduit à une impasse. Le paiement par carte réduit l'argent à une version numérique dont la traduction concrète n'est qu'un chiffre sur un morceau de papier émis par un système informatique. En supposant que les contraintes de retrait n'existent pas, si tout le monde voulait retirer son argent, il n'y aurait tout simplement pas suffisamment de billets imprimés.

La dématérialisation de la monnaie conduit également les gens à faire n'importe quoi avec une matière qui devrait avant tout correspondre aux fruits d'un travail. C'est ce que semble avoir oublié la sphère financière. Elle s'effondre pour avoir prêté de l'argent sur des espérances de plus-values. Ces espérances sont parties en fumée dès que les taux d'intérêt des prêts ont été relevés. Nous sommes au coeur du schéma des crédits subprime : des prêts accordés sur des plus-values immobilières latentes à des gens pour qu'ils consomment. Où était le travail dans ce circuit ?

Trop de "dématérialisation" nuit à la "responsabilisation". Trop de calculs de risque et d'assurance contre le risque nuisent au bon sens.

 ;)
Quand on ne sait pas ce qu'on veut, a dit le portier, on finit par se retrouver avec des tas de trucs qu'on veut pas.

"if you dont know what you want", the doorman said, "you end up with a lot you don't".

02 octobre 2008 à 16:18:02
Réponse #49

Nirgoule


la sphère financière. Elle s'effondre pour avoir prêté de l'argent sur des espérances de plus-values. Ces espérances sont parties en fumée dès que les taux d'intérêt des prêts ont été relevés. Nous sommes au coeur du schéma des crédits subprime : des prêts accordés sur des plus-values immobilières latentes à des gens pour qu'ils consomment. Où était le travail dans ce circuit ?
Trop de "dématérialisation" nuit à la "responsabilisation". Trop de calculs de risque et d'assurance contre le risque nuisent au bon sens.
 ;)

Ne dédouane pas trop ceux qui ont demandé des crédit sans avoir les ressources. Il y a aussi une responsabilité des consommateurs. Les deux parties sont fautives.
On a un peu trop tendance à systématiquement dé-responsabiliser les individus.

Nous savons bien que la dé-responsabilisation massive des parents peut entraîner des problèmes sociaux dans certains quartiers.

Celà dit il faut bien sûr réglementer la profession du crédit conso aux US. Elle est réglementée en France où un banquier déontologiquement n'a pas le droit d'accorder de crédit à une personne insolvable. Il a en plus le devoir d'informer son client.
« Hier la journée a été dure. Si vous voulez en parler pour évacuer, c’est mon boulot »
« On voudrait du lubrifiant et des piles . Je me sentirai moins stressé si j’en avait, m’sieur »
Generation Kill

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité