Nos Partenaires

Auteur Sujet: Prendre la défense d'un lieu.  (Lu 1174 fois)

08 septembre 2008 à 12:22:01
Lu 1174 fois

Snow Crystal


Salut a tous,

Ce texte est issue d'un vieux catalogue Patagonia et relate une histoire assez terrifiante, qui s'est visiblement deroulée avant Erin Bronckovich et son propre engagement.
J'ai toujours gardé une copie de ce texte, qui représente bcp de choses.
J'ai pensé qu'il serait interessant de vous le livrer, vu sa faible diffusion a l'époque.
(Desolé pour les accents, j'ai fait ce que j'ai pu avec mon QWERTY de clavier.
Bonne Lecture

En 1965, lorsque j’ai épousé mon mari, pompier de son état, nous avons élu domicile dans l’endroit "idéal" pour commencer notre vie commune.
Nichée dans une vallée entre les collines ondulantes du sud de la Californie, la petite communauté rurale de Glen Avon correspondait a ce que nous recherchions.
Bien située, près de la plage, des montagnes ou du désert,
Glen Avon jouit d'un climat idyllique tout au long de l'année.
Nous y avons trouvé une grande maison dans un quartier bien propret.
Puis, après la naissance de nos deux fils, Eric et Shawn, nous nous sommes mis a participer a des activités au sein de notre communauté, nous joignant aux assoçiations de parents d'élèves et aux Boy Scouts.
J'enseignais alors a l'école locale.
Trente ans plus tard, Glen Avon est toujours un lieu ou les voisins se connaissent, ou les enfants font du cheval et ou vous connaissez a peu près toutes les personnes que vous rencontrez au marché.

En 1978 toutefois, ces qualités propres aux petites villes ont été mises en péril.
Cet hiver la, nous avons eu droit a des pluies torrentielles.
Les routes étaient impratiquables, les maisons innondées d'eau et de boue.
La cour de l'école s'était transformée en lac et, comme si l'inondation ne suffisait pas, l'eau de pluie avait elle-meme une odeur forte assez étrange et
de la mousse dérivait sur les flaques, pareille a de l'écume grise.
Les enfants de Glen Avon pataugeaient dans les flaques et se faisaient des barbes de cette mousse.

Puis, des choses terrifiantes ont commencé a se produire.
Les chaussures de tennis se décomposaient; les saignements du nez étaient monnaie courante.
Tout comme les autres enfants de la communauté, mes fils avaient la peau rouge et irritée.
Shawn a commencé a avoir des troubles de la vue et a souffrir de maux de tetes terribles, a tel point qu'aucun médicament ne pouvait le soulager.

Pendant que nous cherchions des réponses a ces mystères, nos vies allaient prendre un tournant définitif.
Cet hiver, sans le savoir, des agents chimiques toxiques avaient été sciemment déversés dans notre communauté.

Je n'avais jamais entendu parler des Stringfellow Acid Pits.

Cette décharge de déchets toxiques existait a Glen Avon depuis 1955, cachée dans un canyon, a moins d'un kilomètre et demi de l'école élémentaire.
Se présentant comme une série de puits ouverts, ce site de 7 Hectares contenait plus de 120 millions de litres de substances chimiques telles que
solvants de nettoyage, métaux lourds, pesticides et acides.
Durant ces pluies torrentielles, les mares ou reposaient ces liquides ont commencé a déborder.
Alors que la retenue menaçait de céder, les resposables de l'Etat de Californie ont décidé de résoudre le problème en laissant s'écouler quatre millions de litres directement dans Glen Avon.

Personne n'avait été prévenu.

Lorsque j'ai découvert ce qui c'était passé, j'étais hors de moi.
Ma colère a fait place a une détermination inébranlable.
Nous avons formé Concerned Neighbors in Action (Voisins unis dans l'action), une coalition de groupes tels que l'assoçiation de parents d'élèves, une coopérative de babysitting, des groupes d'hommes d'affaires et des clubs de femmes.

Au départ, nous pensions que notre engagement et notre contribution seraient applaudis par les décideurs.

Nous avions tort.

Alarmés quand nous avons insisté pour assister a leurs réunions, les avocats du ministère de la Justice des Etats-Unis, de l'état de Californie et de l'Agence pour la protection de l'environnement se sont déplacés jusqu'a Glen Avon pour nous "expliquer" pourquoi nous ne pouvions pas y assister.

Flairant la tentative d'intimidation, nous avons décidé de mettre tout le monde sur un pied d'egalité.
Je les ai invités a venir me rencontrer dans ma classe de CE2, et les ai fait s'assoir autour de la table de lecture de mes élèves.
Ils étaient la, neuf adultes dans leur complet-cravate, essayant de passer pour des caids, les genoux coinçés sous le menton.

Au bout de 17 ans de lutte, nous avons conclu un accord de 114 millions de Dollars avec les pollueurs.
Cela ne comble pas la perte de nos amis balayés par les cancers ni des enfants qui ont du subir des interventions chirurgicales a répétition pour des tumeurs au cerveau ou des greffes de reins.
Mais, cette conclusion procure une certaine compensation pour les souffrances subies par notre communauté et nous permet de reconstruire nos vies.
Elle a en outre un effet dissusasif.

Nous ne nous sommes jamais pris pour des militants écologistes.
Nous étions simplement de bons citoyens essayant d'élever leurs enfants et d'offrir une vie saine et sure a leur famille.
Nous nous battions pour notre propre survie.
Nous avons fini par comprendre que, dans la mesure ou il s'agit de notre communauté et de nos vies, nous avons le droit et la responsabilité de participer activement aux décisions qui nous touchent.

C'est l'essence meme de la democratie, le sens véritable du mot "communauté".

------  PENNY NEWMAN   ------



Penny Newman, directrice du Center for Community Action and Environnemental Justice,

travaille avec des communautés a travers les Etats-Unis pour les aider a resoudre leurs problemes de pollution.
« Modifié: 08 septembre 2008 à 14:06:55 par Snow Crystal »
“Sometimes I think the surest sign that intelligent life exists elsewhere in the universe is that none of it has tried to contact us.”

“Who was the first guy that look at a cow and said," I think that I'll drink whatever comes out of those things when I squeeze them?”

08 septembre 2008 à 13:59:04
Réponse #1

French Kiss


Ca donne a reflechir sur le degre d'irresponsabilite des autorites... il suffit de voir avec quel non-chalance l'etat francais a laisser les industries petro-chimique deverser du pyralene dans tous les fleuves de France et de Navarre pendant des annees >:(
"En cas de morsure de vipère, sucez-vous le genou, ça fait marrer les écureuils." extrait de l'Almanach de Desproges

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité