Nos Partenaires

Auteur Sujet: pipe, calumet, etc. Du buis???  (Lu 26060 fois)

19 août 2008 à 18:55:23
Lu 26060 fois

jerome13


Bon, je suppose que je suis dans la bonne rubrique.
Voilà, je voudrais essayer de fabriquer une pipe, enfin, un mixte de pipe ou calumet, vous voyez le genre. Pour ce faire, je compte utiliser du buis, pour sa grande résistance, et je me dis que ce sera plus facile à manier, à creuser, pour pas le casser.
Mais voilà, est-ce un bois toxique? J'ai pas envie de finir à l'hosto dès la première utilisation!!!
Ou alors, peut-être y a-t-il un autre bois à utiliser?

Voilà!

merci de vos réponses

Jérôme

19 août 2008 à 19:24:49
Réponse #1

math25


Salut!
Je ne sais pas pour le buis,mais je sais que l'osier rouge a été utiliser pour faire des calumet car sa tige est creuse.Par contre c'est pas très solide.Et c'est clair que les première "poff" que tu prend tu ne les respire pas.

19 août 2008 à 19:33:40
Réponse #2

ivan


Je suis un grand amateur de pipes.
(sans jeu de mots)  ;D
Mais sans être un connaisseur non plus.

J'en ai taillé une seule sur celles que je possède, et c'est en bruyère.
Je l'ai faite style Gandalf dans le Seigneur des anneaux.
Galère pour le tuyau.

Le bruyère n'est pas toxique, beaucoup de pipes sont faites avec ce bois.
Ce qui compte c'est de vernir l'intérieur avec un produit spécial.
Une tailleuse de pipes professionnelle m'en avait filé,
(toujours sans jeu de mots)  ;D
mais je n'ai plus le flacon pour te dire ce que c'était exactement.

La deuxième partie importante pour que ta pipe soit fumable, c'est le culottage.
Une recherche sur internet pourra te donner quelques indications.

19 août 2008 à 19:38:07
Réponse #3

jerome13


Oui, le culotage, je connais.  :) Mais je savais pas pour le vernis dans le tuyau. C'est nécessaire absolument, ou on peut s'en passer à la rigueur..?

19 août 2008 à 20:24:13
Réponse #4

ivan


Pour le tuyau non.
Moi je n'en ai pas mis.
Mais pour le fourneau oui.

Trouve une boutique spécialisé dans les pipes.
Si possible une boutique d'artisan.
Le mec sera toujours heureux de te parler de pipes même si tu ne lui achète rien.

Si tu es sur Paris, je te conseille Rakel Van Kote.
C'est une nana, ancienne chanteuse qui les taille.
C'est près de la Comédie Française, pas loin du Louvre.
Dans une rue parallèle à la rue de Richelieu qui longe un parc dont je ne me souviens plus le nom.
C'est là que je suis allé.

Tu fumes déjà la pipe sinon ?
Si oui, quel tabac ?
« Modifié: 19 août 2008 à 20:34:57 par ivan »

19 août 2008 à 20:57:28
Réponse #5

Anke


Vernis à l'intérieur ? Curieux... Fumeur de pipe depuis belle lurette à mes heures( tabac danois) je suis étonné.
En revanche pour faire un calumet, j'opterais pour un morceau de brique refractaire, voire une pierre adhoc( qui ne pête pas à la chaleur) et creuser le tuyau à la manière des indiens qui fabriquent des sarbacanes( deux morceaux évidés puis collés entre eux), tout en sachant que c'est un travail minutieux et de longue haleine. Les calumets chez les amérindiens du nord étaient très prisé et précieux de par la quantité de travail que leur réalisatio représentait .

19 août 2008 à 20:59:40
Réponse #6

WINDTALKER


Bonjour,
en ce qui concerne les calumets, si nous parlons bien de la même chose, c'est à dire la pipe des amérindiens d'Amérique d'ou l'origine du nom est tiré (Kanumpa), la grande majorité est constitué d'un fourneau fabriqué en catlinite ou en stéatite pour les modèles bon marché et d'un tube appelé stem en bois. Les bois utilisés sont souvent du frêne ou du cèdre, mais j'imagine que les indiens devaient utiliser ce qu'ils trouvaient le plus facilement et dont l'usinage, compte tenu de leur "outillage", était facilement réalisable.

Si cela vous intéresse, je peux vous poster ici des photos de calumets que je confectionne moi même, des fourneaux directement taillés dans le bloc de pierre brute que je fait venir directement des US (2 ou 3 mines seulement pour la catlinite) ainsi que différents modèles de stems pour aller avec.

J'ai aussi des modèles qui viennent des US faits par des indiens du Dakota.

Si cela vous voulez des photos et des infos, ce sera avec plaisir

Bien à vous

19 août 2008 à 21:49:44
Réponse #7

jerome13


Les photos, ce serait super!!! vas-y!

Ben comme tabac, je fume du tabac belge, du tabac de la semois, c'est le meilleur pour moi!
Pour aller sur Paris, hum, chuis Belge, de la province de Liège, alors... enfin, merci du conseil :)
C'est vrai que tailler un fourneau dans autre chose que du bois, l'idée me tente...

19 août 2008 à 22:37:24
Réponse #8

ivan


Je me suis mal exprimé en disant vernis.
Un vernis avec une chaleur de fourneau ?
Nan.

C'était une sorte d'huile épaisse.
Pour imprégner le bois, le protéger, etc.

20 août 2008 à 00:29:05
Réponse #9

Anke


Bien lu Ivan. Merci pour cette précision que je ne connaissais pas.
Sinon, d'autres matériaux employés :
Porcelaine
terre cuite: c'était le matériau employé pour confectionner des pipes à " usage unique"( car très fragiles) pour faire des pipes bon marché autrefois( avant l'apparition de la cigarette je crois).
Le fer ( dans ce cas il faut isoler le fourneau pour ne pas se bruler les doigts).
Pierre Sabbagh ( un des premiers présentateur de la tv, quand il n'y avait qu'une chaine et en noir et blanc..... y'a longtemps !) avait écrit un excellent ouvrage sur le monde de la pipe ( que je n'ai plus en ma possession hélas), il y avait notamment un historique tres interressant sur le sujet qui nous occupe. Peut-etre qu'en cherchant sur le oueb...

20 août 2008 à 00:31:45
Réponse #10

ivan


Il y en a aussi en écume.
Mais je ne sais pas exactement à partir de quoi c'est fait.

On m'en a offerte une un jour, très très belle.

20 août 2008 à 08:16:24
Réponse #11

tsjok


l'ecume de mer est un silicate naturel de magnesium ( magnesite ou sepiolite ) . indispensable pour les pipes en ecume : le blanc de baleine !

20 août 2008 à 09:54:59
Réponse #12

jilucorg


Le problème — en dehors de la toxicité —, c'est d'avoir un matériau qui ne se détruit pas trop vite. Le buis était d'utilisation courante avant la bruyère :

Au moyen âge, les pipiers taillaient les pipes dans le buis, les artisans utilisaient exclusivement cette essence, mais parfois ils fabriquaient des pipes en corne et en terre cuite. Le bois était préféré aux autres matières, car il rendait une petite amertume agréable à la « bouffée » de tabac. http://www.italiq-expos.com/blog-shopping/2007/01/30/685-pipe-saint-claude

En 1825, bien avant la découverte de la bruyère, la famille COMOY fabriquait à Avignon, petit village près de Saint-Claude, des pipes en buis pour les "grognards" de Napoléon. http://www.pipe.fr/boutique/page_actus_page.cfm?num_actus=1&code_lg=lg_fr


jiluc.

20 août 2008 à 10:38:40
Réponse #13

tsjok


Jilucorg...je m'excuse ....mais au moyen age....personne ne fumait la pipe ....le tabac n'a été introduit en Europe qu'au 16eme siecle et n'a pris son essor qu'au 17eme...
la bruyere s'est developpée à partir de 1850 à St Claude ( Jura ) , les bois utilisés auparavant étaient essentiellement du merisier , de l'orme , , de l'aulne , du noyer ou du buis . Et c'est le broussin de la bruyere qui est utilisé ( une sorte de masse ligneuse , comme un bulbe , située entre les racines et le tronc ) . La bruyere à pipe est l'ERICA ARBOREA . Cette variete peut atteindre 5 à 6 m de hauteur .
La ceremonie du calumet constituait , chez les peuples d'amerique du nord qui l'utilisaient ( d'abord les Pawnees puis les Sioux et enfin les Iroquois ), entre tous ceux qui se reunissaient pour fumer un lien de parenté symbolique , meme seulement temporaire , afin de suspendre d'eventuels conflits . Cette ceremonie faisait partie des 3 " outils "  permettant l'apaisement des rivalités ( avec l'offrande de cadeaux et les mariages mixtes et adoptions ).

20 août 2008 à 13:39:31
Réponse #14

promeneur4d


Et en pierre olaire (?)

Pas sur du nom, cette pierre qu'on peur scier, limer, poncer...
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

20 août 2008 à 15:06:23
Réponse #15

jilucorg


Jilucorg...je m'excuse ....mais au moyen age....personne ne fumait la pipe ....le tabac n'a été introduit en Europe qu'au 16eme siecle et n'a pris son essor qu'au 17eme...

Qui a parlé de tabac ?! C'est un sujet sur les pipes : on peut fumer la pipe sans pétuner ;D

Nous retrouvons des traces de l'existence de la pipe sur tous les continents. On a retrouvé des fragments de pipe faite en os qui date de plusieurs milliers d'années. Précisons que les pipes n'étaient pas utilisées pour fumer du tabac qui n'a été consommé en Europe qu'à partir de 1560. Ces pipes servaient à fumer des herbes diverses qui pensait-on à l'époque avaient des vertus thérapeutiques. On sait que les Romains avaient l'habitude de s'adonner aux joies du fumage de pipe. Les premières pipes servaient donc à l'usage d'herbes diverses et les consommateurs actuels de cannabis n'ont fait que reprendre cette vieille habitude. http://www.pipes-tabacs.com/histoire-pipe.php

(La Série Rome (saison 2) montre d'ailleurs des dames de la haute en train de fumer du cannabis sativa.)


jiluc.



20 août 2008 à 15:11:49
Réponse #16

tsjok


ah oui , pardon  :-[
Dame Nature , dans Son Infinie Bonté , nous a laissé plein de choses rigolotes à bruler !

20 août 2008 à 21:32:25
Réponse #17

jerome13


Salut!!!

waw, j'en apprend des choses!
Mais je me rend compte d'un truc, j'ai posté le truc, me disant si le buis c'est ok comme matériau, je me lance!!! Mais le bois est encore vert, me suis pas pausé la question (élémentaire ;D) de savoir s'il fallait du bois bien sec, ou vert? C'est kif kif ou pas? Je suppose que non...

@+

Jérôme

20 août 2008 à 22:13:58
Réponse #18

vik


il me semblait que le bois de rosier (  :huh: ) était un trés bon bois pour les pipes
sinon pour ne pas fumer de tabac, il parait que l'on peut fumer le petit duvet blanc que l'on trouve dans les chataignes quand on les epluchent, c'est vrai? parceque je veut bien me confectionner une pipe mais je veux surtout pas de tabac gout goudron  >:(

20 août 2008 à 22:38:39
Réponse #19

ivan


Moi il n'était plus vert depuis un moment.
Je ne sais pas ce que ça donnerait dans le cas contraire.

20 août 2008 à 23:07:13
Réponse #20

Elektro


Si tu es sur Paris, je te conseille Rakel Van Kote.
C'est une nana, ancienne chanteuse qui les taille.

Et tu dis quoi pour savoir si c'est elle que tu rencontre?
" Bonjour,c'est vous qui taillez des pipes?"
Bon ok,je sors... :-[

21 août 2008 à 06:19:30
Réponse #21

ivan


Et tu dis quoi pour savoir si c'est elle que tu rencontre?
" Bonjour,c'est vous qui taillez des pipes?"
Bon ok,je sors... :-[

C'est facile comme blague ça.  ;D

23 août 2008 à 19:15:20
Réponse #22

guillaume



27 août 2008 à 13:01:07
Réponse #23

Madudu


J'ai esseyé avec du bambou :
En faisant le foyer simplement avec la cavité naturelle, que j'ai troué pour inserer une petite tige de bambou (asser vieille pour être creuse). Je l'ai fais à l'arrache donc la jonction entre le foyer et le tube n'était pas complétement étanche, ça donne un gout asser fort mais pas désagréable, peut être qu'avec la fameuse huile le gout doit être moindre puisque le bois ne se consumme pas.

Il faut utiliser du bois très sec pour le foyer, sinon le réchauffement brutale risque de le fendre, c'est ce qui m'est arrivé...

27 août 2008 à 19:27:11
Réponse #24

WINDTALKER


Bonjour à tous,

J'ai beaucoup de retard pour les photos mais j'ai profité de ce week end pour fabriquer de nouveaux calumets, ce sont des petits modèles, ceux que les indiens fumaient le plus souvent, notamment les femmes... Par opposition au calumet de cérémonie que tout le monde connait et que l'on voit le plus couramment.

J'en ai profité pour prendre des photos lors des phases de fabrication des fourneaux.

Le fourneau :

La pierre qui sert au fourneau, et que j'utilise, est de la véritable catlinite qui vient du Minnesota.
On en trouve relativement facilement sur le web, mais il y a plus de frais de port que de frais de pierre au poids ce qui n'est pas négligeable.
Par ailleurs, il existe deux ou trois mines de catlinite seulement et la dureté et le grain de la pierre ne sont pas identiques suivant son origine. Il est donc normal que la pierre ne soit pas régulière et qu'elle comporte des aspérités et des inclusions, c'est ce qui fait son charme.

Les différentes étapes de fabrication sont :

1) découpe à la scie du morceaux de bloc "utile" : en premier je trace au crayon les traits de scie généraux. Ensuite c'est la découpe : comme vous le voyez, j'utilise un petite scie type modélisme achetée à n'importe quelle foire fouille, les lames sont de la même provenance, denture de type bois. Il faut compter une lame par fourneau de calumet découpé !! Cela ne sert pas à grand chose d'acheter des lames de super qualité, elles durent un peu plus longtemps mais le temps de la découpe augmente. La coupe de la pierre produit un genre de talc qui bourre le trait de scie donc plus les dents sont neuves et mieux la poudre est évacuée et plus le trait de scie est propre.
Attention c'est une pierre assez fragile et les inclusions peuvent être plus dures !

2) découpe grossière de la forme de base : toujours à la scie, j'enlève les morceaux excédentaires qui serviront à faire des perles ou des amulettes pour les colliers. Rien n'est jeté (comme chez les indiens), même la poudre issue du sciage permet de servir de pigment, pour teinter les peaux de cerf par exemple.





3) perçage des deux trous du fourneau : j'utilise des vieux forets à métaux avec des bagues pour contrôler la profondeur, bien entendu les trous sont faits à l'aide d'une perceuse à main pour un meilleur contrôle. Le trou où viendra s'enfoncer le tube est agrandi de façon conique à l'aide de papier de verre monté sur une forme idoine. J'utilise en fait un manche de pinceau que j'ai façonné à la taille du cône qui convient.

4) abrasion à la lime gros grain pour obtenir la ligne générale : c'est la que la forme est façonnée et que les arrondis sont faits, à ce stade la forme est complètement définie.




5) abrasion à la lime grain fin pour diminuer le grain : cette opération consiste à diminuer les marques de la lime à fort grain tout en respectant la forme générale.

6) ponçage successif jusqu'à obtention d'un fini lisse au doigt : d'abord au papier de verre puis à l'aide de toile abrasive à eau pour la carrosserie, je lisse parfaitement toute la surface du fourneau, je fini au grain 600.

7) finition : pour obtenir la jolie teinte originelle de la pierre, je fini par un lustrage à la cire d'abeille.
Pour cela, je trempe le fourneau chaud dans de la cire d'abeille liquide (chauffée au bain marie), je laisse couler le trop plein et à l'aide d'un chiffon de coton non pelucheux, je retire l'excédent. Ensuite avec une peau de chamois et un peu d'huile de coude on obtient un beau lustrage.



Voilà, le temps de fabrication pour un fourneau tout compris est d'environ deux bonnes heures, c'est un peu moins long pour un petit que pour un gros mais il n'y a pas un gros écart, c'est juste la surface qui diffère.

Le tube ou stem :

En ce qui concerne le tube ou stem, j'utilise soit du tasseau en pin soit du cèdre rouge pour les grands fourneaux type cérémonie (plus beau mais plus cher).

1) sciage du tasseau en deux : on scie en deux dans le sens de la longueur le tasseau.
Suivant la forme du tube à obtenir, j'utilise du tasseau plus ou moins épais.

2) réalisation de la saignée : taillage en creux dans la longueur à l'aide d'une gouge ronde de diamètre 4 ou 5

3) collage des deux morceaux : on les colle ensemble maintenus par des presses, en ayant pris soin de repérer le sens des tasseaux au moment de la coupe pour pouvoir les appairer comme avant le sciage, la ligne de colle sera bien moins visible. Pour la même raison, il faut presser assez fort, j'utilise la longueur de la table de serrage de mon workmate.
Attention de dégager la colle qui aurait pu couler dans la saignée avant qu'elle ne soit dure ! Un cintre de pressing redressé fait très bien l'affaire.

4) façonnage de l'épaulement : à la lime on réalise l'épaulement conique qui s'insérera dans le trou du fourneau.
Attention lors des essais d'enmanchement, la catlinite c'est fragile... Le fourneau doit tenir en place sans forcer.

5) façonnage de la forme : il reste à donner la forme voulue au tube à la lime puis finition au papier de verre de plus en plus fin.

6) finition : au choix de chacun de teinter ou protéger le bois à sa convenance.
Je n'utilise aucun vernis ni produit chimique, que des produits naturels : de l'huile de lin, de la graisse d'ours, de la cire d'abeille ou du jus de citron.

Pour illustrer toute cette prose voilà une photo de ma dernière production de ce week end :




Et il me reste un fourneau de type "cérémonie" dont la taille est d'environ 18 cm de long et dont voici la photo :



J'ai joint une photo d'un de mes fourneaux perso dans son contexte habituel que l'on pourrait appeler "Le clan de l'ours" : (le fourneau mesure environ 20cm de longueur, le stem en cèdre environ 60cm)



En espérant que ce post aura répondu à votre attente, n'hésitez pas si vous avez des questions...


 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité