Nos Partenaires

Messages récents

Pages: 1 ... 5 6 7 8 [9] 10
81
Survie en milieu naturel / Re : Mauvaise rencontre en jungle
« Dernier message par Pnoey le 16 novembre 2018 à 20:26:19 »
Salut à toi l'ami,

J'avoue que je ne sais trop quoi te dire sur le coup... La simple lecture de ton récit m'a mis sous pression, alors je n'ose imaginer ton état à ce moment là... Comme dit Arnaud, m'est avis que tu as eu un mélange de beaucoup de chance et d'une bonne préparation (le coup de la planque préparée, c'est bien vue  ;) ). L'isolement de ton campement était à double tranchant : d'un coté, isolé dans la jungle, c'est plus compliqué de te trouver, et d'un autre... "l'arbre qui tombe dans la jungle ne fait pas de bruit"...   :-\

Il est difficile de dire si cela pouvait être prévu ou non, en tout cas pas sans connaître le coin, les mœurs, etc. De mon point de vue d'européen, tout ce qui touche à l'or en Amérique latine est sujet à violence, mais c'est beaucoup de stéréotypes et peu de concret qui me font penser ça =x Mais je pense que rester sur place après la première nuit n'était pas une bonne idée... Même si je comprends que, si sur le coup tu as pensé à une manœuvre mili, tu ais décidé de rester.

En tout cas bien content que ta compagne et toi en soyez revenu vivants, et des "vacances" ne seront peut-être pas de trop pour bien décanter tout ça.
Bon courage !

Au plaisir,
Pnoey
82
Survie en milieu urbain / Re : [RETEX] Gestion pré et post-agression
« Dernier message par Darklighter le 16 novembre 2018 à 20:17:12 »
merci pour le retex. la seule façon de dire que tu as bien agi pour ma part est que tu n'as pas été blessé.
Par contre ne risques tu pas de le recroiser dans le quartier?
83
Survie en milieu urbain / Re : Re : [RETEX] Gestion pré et post-agression
« Dernier message par Klaus le 16 novembre 2018 à 18:50:23 »
je suis sur que tu as développé de grande capacités de "désescalade verbale" que tu sais bien mettre à profit de temps en temps quand la parole est encore possible...

Clairement, la désescalade verbale c'est un atout indéniable et indispensable dans nos pratiques professionnelles... et dans la vie de tous les jours aussi, d'ailleurs! Si Tompouss et Merlin ont un profil "justicier", de mon côté j'aurais plus une approche "pacificateur" ;)  Le nombre d'embrouilles que j'ai fait éviter à des gens en fin de soirée en faisant juste en sorte que chacun reparte avec l'impression d'avoir sauvé sa dignité...  ::) ;#
84
Survie en milieu naturel / Re : Mauvaise rencontre en jungle
« Dernier message par Arnaud le 16 novembre 2018 à 18:40:55 »
T'as un put**n d'ange gardien... vu le boulot que tu lui donnes, tu devrais lui offrir un peu de vacances ;)
85
Survie en milieu urbain / Re : [RETEX] Gestion pré et post-agression
« Dernier message par Boris le 16 novembre 2018 à 18:29:39 »
Salut. J' ai lu et relu ton retex.
Je trouve qu effectivement, un gars qui se fait autant chier a te suivre pour une insulte c est qu il risque de passer a l'acte
Le "Barre toi barre toi" c est pas mal. Si témoins oraux (avec la circulation que tu décris c est pas gagné) ils pourraient témoigner que tu essayais de t éloigner...
Je ne sais pas trop qui irait se faire chier a déposer plainte avec aussi peu d éléments de identifications et pour deux petites giclée de poivre dans La gueule.
La prochaine fois il se mefiera des   metalleux sur le retour.  :love:

PS: une remarque cependant. Travaillant dans le social également, je suis sur que tu as développé de grande capacités de "désescalade verbale" que tu sais bien mettre à profit de temps en temps quand la parole est encore possible...
Bonne journée !
86
Survie en milieu naturel / Mauvaise rencontre en jungle
« Dernier message par Aleksi le 16 novembre 2018 à 17:41:13 »
Salut à tous,

Je ne pensais pas faire un post sur cette expérience. Puis quand j’en ai eu l’idée,  j’ai hésité quelques jours. Au final, je pense que c’est une bonne matière de  réflexion à offrir au forum.
Aussi car au travers  de discussions avec certains amis, ils m’ont indirectement amené à me poser des questions auxquelles je ne trouve pas de réponse, et j’aimerai en trouver. Je veux aussi préciser au cas ou que l’histoire peut-être un peu choquante (en tout cas elle l’était pour moi) et contient quelques détails un peu sordides. Pour les sensibles, vous pouvez vous préserver et ne pas lire. Rien d'extrême, mais si cela m'a suffisamment secoué, je pense que ca peut en secouer d'autres.

Le contexte est le suivant. Au travers de différentes aventures, je me suis souvent trouvé baigné dans le milieu de l’orpaillage, en Amérique Latine principalement (un peu en Afrique aussi).  L’idée m’est venu de joindre l’utile à l’agréable en montant mon petit projet. Utile dans le sens de gagner quelques sous pour pouvoir continuer la route (plutôt que me casser le dos dans les chantiers de construction pour moins de 10 dollars par jours), agréable car pendant ce temps, je vis en forêt et vie –dans les limites du raisonnable-  du terrain. Ca a un côté pionnier à l’ancienne qui me plait, vivre en nomade le long de la rivière, flotter son matos en amont au gré des explorations, campement mobile. Le travail extrêmement physique que j’aime également. Ne me demandez pas pourquoi je m’exalte dans l’effort et la boue.

Nous choisissons donc une petite rivière pour son isolement relatif, la tranquillité du point de vu sécu, et la possibilité de s’approvisionner au petit village à quelques kilomètres de là. Au bout de plusieurs semaines de galère (je ne rentrerai pas dans les détails trop perso), la relation entre ma compagne et moi se dégrade. Elle décide de plier bagage. Je décide de rester seul en forêt et ne pas me décourager, ne pas abandonner. Rapidement, mon état mental se dégrade, tout est dark dans ma tête, je sombre. Ca ne m’était jamais arrivé avant. Pour ne pas me laisser aller, je m’impose une discipline spartiate et essai de m’y tenir. Mais je lutte, très mal, contre le désespoir.
 
Un soir, au bout d’environ deux semaines de solitude alors que je somnole dans mon lit de camp, j’entends deux « roquettes » passer au-dessus de mon campement. Je ne comprends pas trop si j’ai rêvé dans mon sommeil agité, puis ensuite une rafale de balle me convînt que non, ce n’est pas un rêve, il se passe quelque chose. La rafale de balle m’a bêtement fait sauter de mon lit pour me cacher en dessous… En contre bas, dans la rivière, des lumières extrêmement puissantes. Je rampe dans la jungle pour observer un groupe de mec  en treillis, pas super officiel quoi que je ne sois pas bien sûr. Ils observent les traces de pas sur la petite plage mais ne voient pas mon campement. Ils continuent vers l’amont, passant donc par ma zone d’exploration. Je descends sur la plage en faisant attention de ne pas laisser d’empreintes. Ils s’arrêtent à proximité de mon matos, commence à essayer de le dézinguer, puis cherche frénétiquement autour le campement du propriétaire. Je réfléchis deux secondes (je fais ça, parfois) et convient que les mecs sont louches et je leur laisse volontiers le matos si ils le veulent.  Finalement ils laissent le barda tranquille et continuent en plus en amont encore. Je retourne dans mon lit pour attendre la suite des événements.

30 minutes après éclate une grosse fusillade d’armes automatiques. Tellement gros que du coup  je me dis « ah, c’est rien, manœuvre militaire d’un groupement commando probablement ». Ils redescendent 1h30 après la fusillade, pressé, stressé. Je reste caché dans les fourrés. Les mecs ne font pas un bruit, parlent en signes, mais ont des torches aussi discrètes que des phares de camion. Vraiment louches. Ils partent, je m’endors, lendemain matin tout est oublié. Je me rends au village pour faire quelques courses et passer un coup de fil à un ami pour changer de rivière car je tourne en rond niveau exploration, qu’ils viennent me chercher avec son 4x4. On convient d’un RDV le lendemain à 11h. Je rentre au campement, me prépare à déménager, puis me couche tôt.

Je me réveil à 2h du matin, sans aucune raison. Un sommeil agité, mauvaise santé mentale. Juste le temps de reprendre mes esprits, je m’aperçois que les lumières sont là, les mêmes que la veille. J’ai tout juste le temps d’attraper mon petit sac à dos d’urgence avec lequel je dors (à défaut de ma compagne, donc  ;D) dans lequel j’ai mes objets de valeurs et de quoi crapahuter 2-3 jours en jungle.  J’ai tout juste le temps de me jeter dans les fourrées juste derrière mon lit et m’enterrer dans une planque que l’on avait fait à notre arrivée sur ce campement. Quand je jette un coup d’œil, je vois 3 silhouettes dans ma cuisine, lumières éteintes. M’ont-ils vu ?

L’un d’entre eux s’avance sur la pointe des pieds, M16 épaulé et soulève ma moustiquaire avec le bout de son canon. Il s’arrête net quand il voit le lit vide. Mon cœur bat à la chamade, je crois qu’ils vont l’entendre cogner contre le sol. Ils vont forcément me chercher. Je n’ose bouger d’un poil, même pas pour mieux me cacher, de peur de froisser les feuilles. Ils allument les lumières et éclairent la grande clairière qui se trouvent à proximité du campement, imaginant que j’ai dû cavaler comme un lapin. Ils balaient 5 minutes éternelles, ne me voient pas, s’en vont. C’est un piège, c’est sûr que c’est un piège. Ou pas ? Parano ?
Je reste tapis dans les feuilles sans bouger d’un poil jusqu’à 4h du mat, en fait je ne peux pas bouger, je suis paralysé, transis de peur. 4h du mat, je me risque a bouger. Je commence à plier le camps. 11 heures j’arrive au lieu de rendez-vous. Je n’en mène pas large et décide de demander à mon ami de me sortir de là. Il arrive peu de temps après, avec sa femme, les deux complètement paniqués. La télé locale parle d’un « nettoyage » dans la rivière dans laquelle j’étais, par un groupe paramilitaire. 4 personnes ont été retrouvées criblées de balles, découpées à la machette dans des sacs poubelles. La fusillade que j’avais entendu la veille, qui a pris place à l’endroit même ou, si ma compagne n’était pas partie, nous aurions fait notre prochain campement. Glauque.
Mon pote me sort de là et m’héberge quelques jours le temps que je refasse la peinture de sa baraque et retrouve mes esprits. J’enchaine les nuits blanches, contacte ma famille. Je rentre auprès des miens, je ne me sens le coeur à rien d'autre.

Suite à cette expérience plusieurs choses me sont venues à l’esprit. Déjà je resterai humble et à l’écoute des gens au fond du gouffre. On ne sait pas tant qu’on ne l’a pas visité, ce lieu de m*rde. Ensuite, mon incapacité totale à protéger ma bien-aimée. Qu’aurais-je pu faire, franchement ? Demander pitié… ?

Ensuite, je n’arrive pas à discerner si j’ai eu à faire à :

1. Un événement isolé, extrême et imprévisible, face auquel je ne peux pas grand-chose. Nous avions choisi cette rivière pour sa tranquillité. Le week-end les familles du village voisin venaient laver leur linge et faire la conversation avec nous, aucun événement tragique n’avait été enregistré dans cette rivière, ni même cette zone, de mémoire d’homme.

2. J’ai payé mon manque de vigilance. Avoir trop trainé dans les endroits louches Amérique, fréquenté des mecs armés jusqu’aux dents, je me suis « ajusté »  à l’ambiance guérillas de certains endroits, mal habitué, ou déshabitué.  Je m’en suis aperçu une fois lors d’une balade en ville alors qu’on marchait tranquillement avec ma compagne, deux motos arrivent à balle les passagers arrières sautent en route et braquent une voiture. Elle continuait à marcher tranquillement sans stopper sa conversation, limite à passer dans le tas en disant poliment « pardon » si je ne l’avais pas gentiment tiré par la manche pour nous mettre mine de rien à couvert derrières quelques bagnoles. Ca m’avait fait tiquer sur notre totale manque de « réalisme » et avais recommencé à doubler d’attention. Avec une blonde au bras dans ces coins la, je suis 100% du temps sur mes gardes et gueule de « don’t fuck with me hermano » , moi qui suis de nature avenante et pas physiquement intimidant, c’est nerveusement épuisant. Du coup, j’aurais peut-être du décamper après la première visite, si j’étais plus vigilant ?

Content d'être ici.

A vos remarques, les amis, il y’a matière je crois.


87
Outils coupants / Re : [SUJET UNIQUE] Les couteaux suisses (SAK)
« Dernier message par chaca le 16 novembre 2018 à 15:53:39 »
Chez Swiza j'ai investi dans le dernier modèle (D07) avec ciseaux ...mais bon...rien ne vaut les ciseaux des victorinox, celui de Swiza n'est vraiment pas très efficace, il ne coupe pas le fil ni le plastique ,la pointe des ciseaux ne coupe pas ...pas vraiment une réussite ces ciseaux !
88
Survie en milieu urbain / Re : [RETEX] Gestion pré et post-agression
« Dernier message par Rantanplan le 16 novembre 2018 à 13:07:36 »
Pareil, j'admire ton calme, l'absence de haine et rancune.

89
Survie en milieu urbain / Re : [RETEX] Gestion pré et post-agression
« Dernier message par Tompouss le 16 novembre 2018 à 10:19:03 »
Perso moi j'admire ton calme, je suis aussi le genre nerveux avec le geste facile surtout si je suis dans "mon bon droit" sous entendu l'autre manque de civisme, me met en danger...


Par contre ta réaction était sans doute la plus safe, perso j'aurai combiné la gazeuses à des frappes, le mec fais marche arrière, te piste à pieds, se barre pas quand tu lui dit de se casser, c'est assez d'avertissements...  Et ça te laisse plus de temps pour te barrer.

Bon après j'ai le syndrôme du "justicier" ma femme me dit souvent "t'as déjà pris une balle, tu t'es déja fait planter et ca te sert quand même pas de leçon..." La méthode CFC présente plus de chance de rentrer chez soi en un seul morceau par contre
90
Survie en milieu urbain / Re : [RETEX] Gestion pré et post-agression
« Dernier message par Klaus le 16 novembre 2018 à 09:35:48 »
Baptistator> [HS]J'ai roulé à moto et cyclotafé à Lyon pendant des années et... j'ai laché l'affaire l'an dernier! Un accident grave évité par semaine, au bas mot, comme tu l'a vécu, et plusieurs incivilités par jour. La vie est déjà assez stressante dans cette ville de m... pour ne pas en rajouter. En plus, comme il y a plus de vélos et que la circulation automobile est de plus en plus contrainte, la cohabitation est paradoxalement assez difficile et très tendue. Je pense que ça ira mieux dans dix ans, quand le ratio vélo/voiture aura fait passé le cap de la masse critique pour les premiers. En attendant, c'est transports en commun, je n'utilise plus le vélo qu'en mode tranquillou pour aller faire une petite course quand il fait beau en dehors des heures de pointes et des grands axes.[HS]

Mais bordel de m*rde, t'as raison, enc**é, retenir ces putains d'insultes quand on a pris l'habitude de jacter comme un c*nnard de chartier, pas facile!  ;#

Pour l'efficacité du spray, je trouve qu'elle a pleinement rempli sont office, à savoir stopper l'agresseur dans son élan et diminuer ses capacités. Ça n'a en rien changé ni à son état d'esprit ni à sa pugnacité, mais ça fortement entamé sa capacité de nuire.


Claire> Si tu te poses des questions, tu pourras parcourir le forum, il y a plein de sujets dédiés, dont celui-ci: http://forum.davidmanise.com/index.php?topic=282.0
Pour ma part, j'ai décidé d'en porter un spray il y a un an après une agression de collègues au boulot sur laquelle je suis intervenu, et qui s'est soldée par des menaces au couteau.


Citer
Mais dans le cas contraire, c'est tout de même un sacré démultiplicateur de m*rde
Tu es agressée physiquement ou en passe de l'être immédiatement... tu es déjà dans une m*rde noire jusqu'au cou.

Citer
si tu tentes de t'en servir et que ça passe à côté....
Si je peux me permettre, garde bien garder à l'esprit que le spray n'est qu'un outil, il passe en dernier dans la chaîne  Attitude* > Connaissances** > Physique*** > Outils. S'il l'outil est inefficace, a fortiori dans le cadre d'une agression, il faut se préparer à* / savoir** / pouvoir*** faire sans.

Klaus
Pages: 1 ... 5 6 7 8 [9] 10

Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité