Nos Partenaires

Messages récents

Pages: 1 [2] 3 4 5 6 ... 10
11
se retrouver à acheter un sandwich en plastique à la gare

C'est vrai que ça pas l'air bon ce truc  :'( :lol:

Blague à part je pense que changer des petites habitudes peut avoir un réel impact. Personnellement je refuse toujours les sacs en plastique à la caisse, et ça même si je ne parle pas la langue du pays.
En voyage j'ai l'impression que c'est plus difficile de consommer moins de plastique vu qu'on se ravitaille principalement dans des supermarchés...
On essaie de faire ce qu'on peut, ma copine a des sacs en tissus pour les fruits et le vrac.

Mais une bonne nouvelle c'est que le plastique à usage unique va bientôt être interdit en Europe, et ça pour moi c'est la conséquence d'une prise de conscience amenée par toute les personnes qui change leur habitudes de consommation.

À plus
Jolan
12
Dans la jungle ordinaire / Re : Sortir d'une période de ras-le-bol / Burn Out
« Dernier message par Hurgoz le 22 avril 2019 à 21:18:10 »
Yo

Welcome back from hell ;)

On avait aussi commencé à discuté du pb ici:
http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,55418.msg558354.html#msg558354

Tcho
13
Dans la jungle ordinaire / Re : Sortir d'une période de ras-le-bol / Burn Out
« Dernier message par b@s le 22 avril 2019 à 20:32:44 »
typiquement une situation qui pourrait nous arriver à moi et ma compagne, tous les deux sur des postes intéressants mais compliqués à gérer, et avec le défaut d'être rare (10 dans le département pour moi, elle est seule dans le département)... le tout sans la paye qui va avec la rareté (l'argent ne fait pas le bonheur mais c'est une reconnaissance du travail quand même)

moralité : je commence à accepter mes erreurs, à reltiviser, à dire non d'une manière "décompléxée". ma compagne a demandé à changer de poste et même si ce ne sera surement pas posible immédiatement c'est une première prise de recul.

Ce que j'en tire, même si c'est fragile :
prendre du recul, c'est bien, mais comme tu le dis Costa ça peut vite virer à l'isolationisme ... d'ailleurs j'en suis pas loin...

parler ne pas rester seul : dans  notre cas ça nous aide considérablement surtout qu'on travaille dans le même domaine, on se comprend bien.

ne pas lacher les loisirs, le sport, qui sont à la fois une soupape et aussi l'occasion de parler d'autre chose. je l'ai fait, pas assez d'énergie, mais c'est clairement une connerie.

la forêt ... parce que n'importe quel problème disparait si on passe plus de temps en forêt  ;#

s'écouter aussi soi, accepter de lâcher, de s'arrêter si on craque. (et plutôt avant d'ailleurs)

Pour finir, je suis dans la pire forme de toute ma vie, en surpoids, avec des analyses médicales bof et un sommiel pas top.  N'attendez pas d'en être là pour vous bouger la nouille.

et merci à Costa d'avoir ouvert un espace de parole. J'aurais pas osé.  :love:
14
Écologie / respect de la nature / Re : Polutions plastiques propagées en montagne.
« Dernier message par oajfh le 22 avril 2019 à 20:17:52 »
promeneur4d :

Je suis d'accord avec toi que les choses ne sont pas aussi simples que ce que je mentionne (et j'ai aussi lu des rapports indiquant que les plantations de coton (ou les pratiques agricoles associées) accentuaient les effets de désertification en Asie Centrale (de même que la production de cachemire, d'ailleurs).

Cela dit, entre un sac en tissu -réutilisable, réparable et dont je me sers depuis 3 ans et pour potentiellement des dizaine d'années, et dont le tissu pourrait resservir pour autre chose s'il lâche complètement- et les nombreux sacs plastiques dont je me serais servi à la place, je pense que le bilan n'est pas si ambigu que ça à établir. De même pour le panier en osier...

(Ce que tu dis est au moins en partie vrai cela dit pour un sac en papier, je ne suis pas en mesure de justifier la différence).

Mon message vise surtout à porter l'accent sur la quantité conséquente de consommation inutiles encore présentes chez soi, que quelques réflexes simples permettent de réduire, ce qui est toujours ça de gagné.

Si tu as d'autres réserves par rapport aux choses que j'ai mentionnées, n'hésite pas à les partager.
15
Dans la jungle ordinaire / Re : Sortir d'une période de ras-le-bol / Burn Out
« Dernier message par Cavannus le 22 avril 2019 à 20:09:15 »
Salut,

J'ai connu ça aussi, et je vais appeler début d'épuisement mental – je ne suis pas allé jusqu'au burnout, mais j'en prenais le chemin.

J'étais le seul avec ma compétence dans une agence type communication, et tous les projets passaient par moi. Mon égo était ravi, par contre mon niveau de concentration l'était moins puisque les gens me dérangeaient littéralement toutes les 2 minutes pour me poser des questions, et l'entreprise était trop petite pour que je puisse aller m'isoler et avancer le travail qui me demandait d'être concentré.

Je me souviens de soirées avec des amis où j'étais incapable de participer à la conversation, trop vidé mentalement.

Après quelques mois dans une autre compagnie, j'ai décidé de me prendre une demi-année de sabbatique. J'avais plein de projets, je n'en ai fait aucun, et tant mieux.

Je vois le parallèle avec ton cas, Costa : tu avais un super contrôle sur tout, tu as dû sauver des vies ou pas loin, tu étais quelqu'un de très important, mais bien sûr cette pression ajoutée à tous les p'tits trucs à gérer en arrière-plan, c'était trop. Tu parles plusieurs fois d'avoir tout voulu faire seul, et c'est ça qui mène à l'épuisement : être le seul à...

Mon conseil à ceux qui voient venir le burnout : partagez les responsabilités.
Et surtout : tant pis pour l'égo, acceptez les frustrations de ne pas tout contrôler.

Vous êtes en solo : confiez la gestion ou une partie des clients à un partenaire, soyez deux dans votre business.
Vous êtes dans une entreprise : déléguez, acceptez que le travail faits pas les autres ne soit pas aussi bien que si vous l'aviez fait. Tant pis si c'est mal fait, vous avez un boss pour contrôler ça non? C'est vous le boss? alors laissez faire vos subordonnés faire le travail, acceptez qu'ils aient leurs méthodes.
Vous êtes le seul avec votre compétence : tombez malade une semaine (cas vécu) et vous verrez que l'entreprise saura faire sans vous... et vous enlèvera un poids.
16
Écologie / respect de la nature / Re : Polutions plastiques propagées en montagne.
« Dernier message par raphael le 22 avril 2019 à 19:44:09 »
"encore un problème dont la solution est une reduction drastique de la population mondiale " Thanos  ;#

plus sérieusement, face a un défi planétaire, il y a eu un cas de résolution assez efficace : le trou dans la couche d'ozone.

Par contre je n'arrive a comprendre pourquoi cela a si bien et si rapidement fonctionné et que l'on arrive pas a reproduire ce schéma. peut être parce que le problème a été identifié et pouvait être résolu "simplement" : interdire les CFC et basculer vers une solution simple a mettre en oeuvre (remplacer les gaz propulseur et frigogènes par d'autres produits existants)
17
...
- Privilégier les sacs en papier, en tissu ou les paniers en osier plutôt que le plastique (ces trois premiers sont soit plus durables et réparables, réellement biodégradables, ou tout du moins pollueront bien moins).
...

En est-tu sur? Est-ce qu'une substitution du plastique par:
1) de la cellulose issue de foret vierges,
2) du cotton (qui, meme s'il ne fait qu'une petite partie des terres cultivées, nécessite une grande part de pesticides, sans compter l'eau, cf Aral sea...)

soit plus écologique? Ne pas voir la foret décimée ou le paysan Malien empoisonné quand on peche son barracuda ne veut pas dire que c'est plus écolo. C'est quoi écolo?

-------------------------------------------------------------------------

Pour ceux qui s'intéressent au changements de comportement environnementaux:

Stern. 2000. Psychology and the science of Human-Environment Interactions.

Steg & Vlek, Encouraging pro-environmental behaviour: An integrative review and research agend https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0272494408000959

18
Écologie / respect de la nature / Re : Polutions plastiques propagées en montagne.
« Dernier message par oajfh le 22 avril 2019 à 18:15:35 »
Je profite de ce fil pour rappeler diverses pratiques simples qui permettent de réduire la consommation personnelle un petit peu (sans pour autant constituer une solution miracle, hein). J'imagine que d'autres pourront compléter/corriger.

(si c'est considéré comme HS/à côté, désolé, n'hésitez pas à virer ce post)

Je ne respecte pas scrupuleusement 100% de ce qui est mentionné, mais si c'était le cas mes poubelles seraient quasiment dénuées de déchets plastiques.

(Au boulot, par contre, ....  :( Avec des bâtiments chauffés à 22°C toute l'année alors qu'il fait >15°C la moitié de l'année, des livraisons de bouffe le midi, des voyages en avion fréquents pour beaucoup de collègues, ... c'est la misère)

- Privilégier les sacs en papier, en tissu ou les paniers en osier plutôt que le plastique (ces trois premiers sont soit plus durables et réparables, réellement biodégradables, ou tout du moins pollueront bien moins).

- Acheter ses légumes et fruits au marché, et réutiliser ses sacs. J'ai toujours quelques sacs en papier sur moi, pour éviter qu'on me donne un sac plastique de plus.

- Un certain nombre de boutiques proposent de l'alimentation en contenu libre. Ca permet de remplir un sachet papier de raisins secs avec la quantité qui nous convient plutôt que d'en acheter des récipients plastiques.

- Toujours trimballer des couverts sur soi. Perso, j'ai une gamelle et des couverts en bambou depuis un certain temps. J'évite aussi d'aller au kebab du coin qui file des barquettes en polyester...

- Ne pas se faire livrer de la bouffe quand on peut marcher / cuisiner, ...

- Se laver avec un pain de savon naturel plutôt qu'autre chose. J'utilise le même pain de savon depuis plus d'un an. Les flacons de savon liquide, j'en consommais plusieurs par an, en comparaison.

- Préparer de la nourriture avant un voyage, pour éviter de se retrouver à acheter un sandwich en plastique à la gare, ou équivalent.

- Arrêter de prendre l'avion pour un voyage à la con sur un weekend. Ce n'est que récemment que je me suis rendu compte du côté très destructeur de cette démarche, et de l'attitude derrière. Tant pis, si je veux aller quelque part de loin, je marcherai ou je prendrai le train, dorénavant. Ou bien je n'irai pas. Je voyagerai moins et j'y consacrerai plus de temps, mais ces voyages auront plus de sens à mes yeux.

- Apprendre à recoudre ses vêtements...

- Arrêter d'en acheter, aussi, au passage. Arrêter d'avoir l'impression qu'un vêtement avec un mini-trou de mite dedans est inutilisable, par ailleurs. Je ne sais pas encore recoudre mes vêtements, mais je n'en ai pas acheté de neufs depuis plus de trois ans (mis à part des chaussures et des sous-vêtements).

- Donner tout ce qui n'est pas nécessaire plutôt que de le jeter. Des ateliers de dépannage électronique reprendront volontiers du matériel défectueux, et seront au courant des bonnes pratiques pour ce qui est de jeter ce matériel.

- Nul besoin d'un nouveau téléphone tous les deux ans, ou un nouvel ordi pour surfer sur le net quand l'ancien le fait très bien (et sans doute plus rapidement... sic)

- Faire son propre yaourt... ?

- Arrêter d'aller skier ... ? Je ne suis pas beaucoup allé en montagne, et les seules fois où c'était le cas, je me suis dit que c'était tout de même un sacré gâchis de faire venir des canons à neige, d'avoir des téléskis activés en permanence et parfois à 90% vides, des hélicoptères de secours sollicités pour des sauvetages, des chalets chauffés à 20+°C dans lesquels on mange de la nourriture qui a été montée là uniquement pour soi, etc.

Je suis d'accord que le post précédent selon lequel le problème est en grande partie sociétal. Les voyages en avion qui deviennent plus faciles et moins chers, l'incitation à consommer toujours plus, la facilité de production et le coût bas du plastique et de son transport, la volonté de croissance à tout prix... Le fait que ce soit cool de porter des vêtements de marque et du dernier cri, d'avoir acheté la dernière console de jeu. Et l'attitude de 'gaspiller moins' plutôt que de 'ne pas produire' le superflu...

D'un autre côté, je ne suis pas sûr de connaître beaucoup de personnes qui respectent tout ce que j'ai cité (raison pour laquelle je cite tout ça, en soi, et aussi parce que deux-trois points ne m'étaient pas immédiatement intuitifs, et ne le seraient ptêt pas pour d'autres). En attendant d'espérer que le plastique soit miraculeusement banni dans l'alimentation, l'habillement, etc. autant essayer de converger vers une attitude évitant sa consommation...

Dire qu'"Un non achat d'objet, n’empêchera pas sa production." est peut-être souvent vrai, mais pas toujours. D'ailleurs, je trouve que cette attitude peut mener dans le mauvais sens. Ne pas acheter à la supérette du coin n'empêchera pas la production de plastique, par contre elle permet de soutenir la boutique locale/le producteur local qui a besoin de nous, ce qui est ptêt plus le message à transmettre. Et si l'attitude de non-achat peut aussi permettre de s'intéresser et d'intéresser d'autres personnes à des choses plus simples, ce sera l'une des petites choses qui améliorera un tout petit peu notre attitude à l'égard de l'environnement (ou, tout du moins, l'empirera moins).

(Je ne sais pas trop non plus quel message véhiculent certaines sous-parties du forum, à vanter des voyages dans des contrées lointaines et implicitement valider les trajets d'avion pour y arriver, avec le matériel top-la-mort importé d'un autre continent dont *moi* je ne saurais de toute façon pas me servir correctement (et dont je ne me servirais que peu) mais qui a l'air vraiment alléchant, du coup. Ênfin, après avoir acheté du matériel pour mon stage au CEETS, je me suis dit qu'en soi ça me suffirait probablement tant qu'il fait au-dessus de -5/-10, et que sauf utilisation plus régulière ou situation vraiment spécifique je n'avais pas vraiment besoin de plus, en France métropolitaine. Moins, même, à terme.)

Ma vie est certes remplie de plastique, à l'heure actuelle, mais si je jette un regard parmi mes affaires, je me rends compte qu'il y a une majorité de choses dont je n'ai pas réellement besoin. Et que je ne rachèterai pas.
19
Dans la jungle ordinaire / Re : Sortir d'une période de ras-le-bol / Burn Out
« Dernier message par costa le 22 avril 2019 à 18:13:18 »
Salut.

Pour le Qi gong, j'y ai été initié par mon prof d'AM chinois quand j'avais dans la vingtaine. Je n'y étais pas trop sensible à l'époque, un petit jeune, ça avait besoin de choses plus concrètes et plus physiques... Je m'y suis remis... avec l'aide d'un de mes (anciens) patient, avec qui j'ai gardé contact et avec qui je suis devenu ami, qui pratique depuis un petit temps.

Pour la méditation, je m'y suis d'abord mis en solo (j'ai lu des ouvrages à ce sujet), et puis, idem, la même personne, qui pratique également, m'y a initié. Depuis, je le fais régulièrement en solo.

20
Dans la jungle ordinaire / Re : Sortir d'une période de ras-le-bol / Burn Out
« Dernier message par aliɔs le 22 avril 2019 à 17:50:02 »

"Que la force soit avec toi", Costa !

Pour la méditation et le qi gong, est ce que tu as suivi un formation avec quelqu'un ou bien est ce que tu t'y est lancé tout seul ?
Pages: 1 [2] 3 4 5 6 ... 10

Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité