Vie Sauvage et Survie

Techniques et savoirs de survie => Survie en contexte dégradé / vie en autarcie => Discussion démarrée par: Olcos le 07 mai 2007 à 11:51:36

Titre: Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: Olcos le 07 mai 2007 à 11:51:36
Bonjour,

Existe t il un moyen de conserver les plantes sauvages (et leur vertu) l'hiver, pour être très concret je pense au plantain comme antiseptique.
Titre: Re : Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: Blue le 07 mai 2007 à 14:46:16
Bon je suppose que tu ne veux pas parler des tisanes...

Avec le plantain on fabrique du macérat huileux et avec ce macérat huileux un baume...

Cette technqieu est applicable à pas mal de plantes (en fait celles qui ont des principes actifs liposolubles).

On fait du macérat huileux avec : plantain, arnica, calendula, millepertuis, tilleul, camomille, achillée, lavande, consoude, bouillon-blanc, primevère, laurier, lilas, violette, échinacée, matricaire...et j'en oublie sans aucun doute...

Sinon, on peut aussi confectionner des teintures-mères qui vont solubiliser certains principes dans l'alcool, ce sont d'ailleurs des teintures-mères qui servent de base aux dilutions homéopathiques.
Personnellement j'utilise la teinture d'arnica, celle de calendula, celle de lavande, celle de bourse à pasteur...

Ce sotn les deux formes qu'on peut fabriquer soi même...Sinon on peut utiliser les huiles essentielles qui sont une manière d'utiliser la plante non-fraîche, les macérats glycérinés (gemmothérapie), les gélules de plantes, les comprimés de plantes, les SIPF (suspension de plante fra'iches) et aux extraits liquides, les extraits secs...Il y a de quoi faire...

Blue
Titre: Re : Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: mazzeru le 07 mai 2007 à 17:38:13
Bonjour Blue,

J'ai trouvé sur Ebay un petit alambic à vapeur pour faire de l'huile essentielle. Toutefois, la qualité des mes huiles n'est pas géniale.
En fait, beaucoup d'eau et quelques taches huileuses en surface.
Aurais tu une idée pour améliorer cette qualité?
Titre: Re : Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: Blue le 07 mai 2007 à 22:07:10
Les alambics vendus sotn souvent des alambics de déco, il est très difficile de distiller efficacement chez soi, sans matérile pro.

On arrive à obtenir des résultats avec quelques plantes (lavande, clous de girofle...) car elles sont particulièrement riches en composés aromatiques, le rendement matière végétale distillée/HE produtie est assez bon dans ce cas.

Il faut savoir que pour qu'une distillation donne des HE de qualité, il y a aussi une manière précise de mener la distillation, que cette distillation se fait souvent à basse pression pour éviter de surchauffer les plantes et aussi que le temps de distllation peut être très long.

De plus, les alambics qu'on trouve n'otn souvent pas de véritable système réfrigérant qui permettent une bonne séparation des composés aromatiques et de l'eau...Suis pas persuadée qu'une partie ne se recombine pas avant le récipient de récupération (normalement un essencier mais je ne sais pas comment est fait ton alambic, c'est peut e^tre tun récipient quelconque que tu mets à l'orifice de sortie...)

Quelques infos pêchées rapidement sur le net pour te faire une idée :
Pour 100 kilos de plante fraîches :     Quantité d'Huile Essentielle obtenue à la distillation :
Eucalyptus globulus    2 à 3 kilos
Lavande officinale    env. 1 kilo
Marjolaine à coquilles    300 à 400 grammes
Géranium rosat    100 à 300 grammes
Mélisse officinale    15 à 20 grammes
Rose de Damas    3 à 8 grammes

Le temps d'extraction varie entre 1 heure et plus de 24 heures.

http://www.sanoflore.com/french/index.cfm?Show=Obtention

"Conduite de la distillation-Matériaux

-L'eau utilisée doit être pure, eau de source non polluée, de préférence peu calcaire pour ne pas avoir à détartrer la chaudière fréquemment avec des composés chimiques.

-L'alambic, anciennement en cuivre ou en fer, est aujourd'hui en inox. Le fer, en effet est attaqué profondément lors de la distillation de quelques plantes, en particulier des résineux comme le pin, le cyprès, le génévrier: certains attribuent la coloration de certaines huiles essentielles, comme celle de thym, aux cuves en fer. En fait, avec une cuve en fer, on peut obtenir pour le thym toutes les nuances de couleurs depuis le jaune clair au brun foncé. Cette teinte varie avec la composition de l'huile essentielle qui dépend du chémotype, donc avec le biotope. On obtient les mêmes teintes avec un alambic en inox.

L'essencier peut être en fer galvanisé, en cuivre, cuivre étamé ou en inox. Pour les huiles essentielles de densité très voisine de l'eau, on est amené à laisser le mélange plusieurs heures dans l'essencier pour obtenir une séparation complète par différence de densisté. En ce cas, si l'essencier est en cuivre ou en laiton, l'huile essentielle se colore en vert par dissolution d'oxyde de cuivre. Un essencier en inox est donc préférable. Un essencier en verre conviendrait aussi pour la pureté du produit, mais ceux-ci sont fragiles et assez difficiles à construire. Ils ne sont généralement utilisés que dans les laboratoires d'essais et de recherches.
-Conduite de la chauffe:

une basse pression (0,1 à 0,2 bar) est favorable pour éviter la décomposition de certains composants ainsi qu'une odeur de brûlé. Il faut aussi éviter de distiller à haute température pour éviter des résinifications. Il est nécessaire de conduire la distillation lentement pour préserver la pureté du produit et de la poursuivre jusqu'à l'obtention des produits les moins volatils, qui sont parfois les plus importants comme dans le santal, le pin sylvestre.

Cela était rarement pratiqué dans les campagnes car, si pendant le premier quart du temps de distillation on a obtenu les trois quarts de l'huile essentielle, pendant le reste du temps on n'en tirera qu'un quart...et cela n'est pas rentable pour le distillateur. Pour une huile à destination thérapeuthique, il est au contraire important d'avoir tous les composants. "

Voir aussi les explciations sru la cohobtation.
http://www.nature-helps.org/Aromath%C3%A9rapie/Laproduction/tabid/46/Default.aspx

Blue
Titre: Re : Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: Olcos le 07 mai 2007 à 23:30:58
Merci Blue pour ta réponse complete (comme d'habitude).

Ca a l'air d'aller mieux les doigts ;)
Titre: Re : Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: mazzeru le 08 mai 2007 à 08:56:22
Merci Blue, pour ces explications

Je pense que dans mon cas, c'est l'alambic qui est en cause.
Par hasard, saurais tu ou se procurer un alambic de petite taille qui fasse l'affaire?
Titre: Re : Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: Blue le 08 mai 2007 à 11:09:11
Comme je te disais, je crains que "petite taille" et "faire l'affaire" soient incompatibles... ;-)

Sinon j'ai vu un alambic en verre  (sans doute destiné aux expériences de distillation des lycéens) sur le site de Pierron...Mais à part quelques 8et ej suis généreuse) cc d'HE de lavande ou de girofle, je doute que tu en tires plus...

Ce n'st pas pour rien que je ne limite pas mon apprentissage des médecines alternatives à l'aroma...Je pense qu'en cas d'autarcie, il faudra plus tabler sur la phyto pure (tisanes, teintures si on dispose d'alcool) que sur l'aroma....

Blue
Titre: Re : Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: mazzeru le 08 mai 2007 à 16:45:46
Pour la distillation, il reste toujours la cocotte minute...
Un tube de cuivre en guise de serpentin soudé sur le turluron du couvercle...
Un serpentin dans un seau refroidi à l'eau courante, et le tour est joué.

Celà dit, que ce soit avec un petit ou un gros volume, j'ai toujours du mal à avoir de l'huile essentielle non diluée à l'eau.
Titre: Re : Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: Blue le 08 mai 2007 à 17:58:23
la cocotte minute cela reste un engin de fortune, elle peut te eprmettre de faire un hydrolat, mais bien difficile de récupérer une HE...

Blue
Titre: Re : Re : Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: guillaume le 19 mai 2007 à 22:47:34
Sinon, on peut aussi confectionner des teintures-mères qui vont solubiliser certains principes dans l'alcool, ce sont d'ailleurs des teintures-mères qui servent de base aux dilutions homéopathiques.

La teinture mère, c'est des morceaux de plantes mis dans l'alcool, c'est ça?

a+
Titre: Re : Conserver les vertus des plantes sauvages
Posté par: Blue le 20 mai 2007 à 00:37:42
Exactement.

Blue